IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #121
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    1 107
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 1 107
    Points : 2 963
    Points
    2 963
    Par défaut
    Citation Envoyé par escartefigue Voir le message
    Argument de peu de poids, c'est comme si un voleur attrapé par la police se disait victime d'une injustice sous prétexte que d'autres voleurs ne s'étaient pas fait prendre
    Oui, je considère cela comme une injustice. Cela est même une des définitions de la corruption (genre la justice à deux vitesses).

    Comment jugez-vous les arguments de Google face à la demande d’approbation de Truth ? Est-ce un acharnement ciblé de Google contre Truth Social ? Ou une volonté de Google à emmener Truth Social à se conformer à ses règles sur son Play Store ?
    Un acharnement politique de la part de Google, qui exerce une censure politique depuis longtemps sur le Play store (Google tient des positions politiques opposées).
    Cependant, Android n'est pas IOS, il est tout a fait possible pour Truth Social d'éditer une application Android sans le Play store.

    Dans quelques années, comment entrevoyez-vous Truth Social ? Un grand réseau social aussi fort que Facebook et Twitter ? Ou un projet qui ne décollera pas ?
    Un projet qui ne décollera pas.

    Selon vous Truth Social pourrait-il favoriser la liberté d’expression sur la toile ? Ou plutôt l’anarchie ?
    Pour l'instant Truth Social ne peut rien favoriser du tout, puisque c'est un vaporware.

  2. #122
    Nouveau Candidat au Club Avatar de alexandrestark
    Homme Profil pro
    IT
    Inscrit en
    Avril 2019
    Messages
    2
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 52
    Localisation : France, Tarn (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : IT
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2019
    Messages : 2
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut Looooooooooooooooooooser !!!
    Looooooooooooooooooooser !!!

  3. #123
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 898
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 898
    Points : 37 126
    Points
    37 126
    Par défaut Truth Social : Google n'a pas approuvé l'application Android de la plateforme de réseau social de Trump
    Google n'a pas approuvé l'application Android de Truth Social,
    en raison de son contenu violent

    Truth Social est toujours absent de la boutique d'applications mobiles de Google et ce n'est pas parce qu'une version Android de la plateforme n'existe pas. Des menaces et des appels à la violence pèsent sur l'application de médias sociaux de Trump, ce qui l'empêche d'apparaître sur la boutique Play de Google.

    Selon un nouveau rapport d'Axios, le réseau social de Donald Trump n'a toujours pas été approuvé par Google pour sa boutique Google Play en raison de problèmes de modération du contenu de la part du géant technologique. La semaine dernière, le PDG de Truth Social, Devin Nunes, a affirmé qu'il revenait à Google la décision de savoir quand l'application serait disponible sur Android, mais Google insiste sur le fait que la balle est dans le camp de Truth Social.

    Nom : TSB.png
Affichages : 2766
Taille : 203,9 Ko

    « Quand allons-nous être disponibles sur Android ? Eh bien, écoutez, cela dépend de la boutique Google Play », a déclaré le PDG de Truth Social, Devin Nunes, lors d'une apparition le 26 août sur le média Real America's Voice. « Je veux dire que nous attendons qu'ils nous approuvent et... je ne sais pas ce qui prend autant de temps ».

    Cependant, une source aurait indiqué à Axios que Truth Social est très conscient du problème et qu'il est lié à l'incitation et aux menaces de violence physique trouvées sur la plateforme de l’ex-président américain Donald Trump. « Le 19 août, nous avons notifié à Truth Social plusieurs violations des règles standard dans leur soumission d'application actuelle et avons réitéré qu'avoir des systèmes efficaces pour modérer le contenu généré par les utilisateurs est une condition de nos conditions de service pour toute application à mettre en ligne sur Google Play », a déclaré Google.

    Par exemple, en réponse à un message de l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, Michael Flynn, un compte appelé "TheVictim24" a posté la semaine dernière : « Ce serait bien si vous n'étiez pas d'accord avec le fait que l'armée et la police mettent en scène une rébellion et piègent les civils. Zéro personne ne fait confiance à la police et si les militaires interviennent, nous les tuerons. Que quelqu'un admette que cette nation doit être atomisée parce qu'elle est satanique. »

    L'application iOS de Truth Social a été lancée sur l'App Store d'Apple en février. Si la popularité de l'application sur l'App Store a connu des hauts et des bas au cours de l'année, les téléchargements ont augmenté suite à la perquisition et à la saisie effectuées par le FBI dans la résidence de Trump à Mar-a-Lago au début du mois.

    Selon la société d'analyse mobile Data.ai, dans les jours qui ont suivi la perquisition du FBI pour trouver des documents classifiés pris par l'ancien président, Truth Social a enregistré une moyenne de 13 400 téléchargements par jour dans l'App Store. C'est plus de cinq fois plus que la moyenne des téléchargements de la semaine précédente. Au total, l'application iOS de Truth Social a été téléchargée 107 500 fois entre le 8 et le 15 août.

    Truth Social se classe en tête des téléchargements sur l'App Store d'Apple

    En février, alors que certains utilisateurs de Twitter désactivaient leurs comptes, Truth Social s'est hissé à la première place de l'App Store d'Apple.

    La plateforme de réseau social lancée par le président Trump se positionne depuis longtemps comme une alternative à Twitter et à Facebook, qui ont tous deux exclu Trump de leurs sites après l'émeute du 6 janvier au Capitole l'année dernière. L'application s'est présentée comme une plateforme non censurée qui ne discrimine pas les utilisateurs pour leurs convictions politiques. Elle et d'autres applications similaires, telles que Rumble et Parler, adoptent une approche non interventionniste de la modération, en théorie pour que les gens puissent converser librement sans être exclus.

    Nom : TS2.jpg
Affichages : 2417
Taille : 46,2 Ko

    Si la popularité de l'application sur l'App Store a connu des hauts et des bas au cours de l'année, les téléchargements ont augmenté suite à la perquisition et à la saisie effectuées par le FBI dans la résidence de Trump à Mar-a-Lago au début du mois. Selon la société d'analyse mobile Data.ai, dans les jours qui ont suivi la perquisition du FBI pour trouver des documents classifiés pris par l'ancien président, Truth Social a enregistré une moyenne de 13 400 téléchargements par jour dans l'App Store. C'est plus de cinq fois plus que la moyenne des téléchargements de la semaine précédente. Au total, l'application iOS de Truth Social a été téléchargée 107 500 fois entre le 8 et le 15 août.

    Les problèmes de l'application Android ne sont pas les seuls problèmes de Truth Social. Après des débuts difficiles, marqués par la dégradation d'une première version du site par des trolls et le départ de cadres techniques importants de la plateforme, Truth Social est maintenant confronté à des problèmes financiers. La plateforme d'hébergement web de droite RightForge affirme que la plateforme de médias sociaux de Trump lui doit plus de 1,6 million de dollars en frais impayés.

    En plus de ces problèmes, les retards dans la fusion entre Trump Media and Technology Group et Digital World Acquisition Corporation, la SPAC (société d'acquisition à finalité spécifique) qui prévoit d'introduire en bourse l'entreprise technologique de Trump, ont fait chuter le cours de l'action, qui est passé d'un pic de 97 dollars cette année à 24,59 dollars, soit le cours actuel de l'action au moment de la publication.

    Source : Axios

    Et vous ?

    Êtes-vous d'avis avec Musk qui soutient que la popularité de Truth Social vient du fait que Twitter ne permet pas la liberté d'expression ?

    Croyez-vous en la bonne foi de Google dans son refus d'approuver l'application Android de Truth Social ? Ou alors faisons-nous face à une pure supercherie ?

    Que présagez-vous pour Truth Social ? Succès ou échec ?

    Voir aussi :

    L'ancien président américain Donald Trump lance TRUTH Social, un nouveau réseau social à la gloire de Trump

    L'application Truth Social de Trump n'est pas approuvée sur Google Play Store, le réseau social est également à court d'argent et a du mal à trouver de nouveaux utilisateurs
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #124
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    1 033
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 1 033
    Points : 17 098
    Points
    17 098
    Par défaut La fin du réseau social "Truth Social" de Donald Trump est-elle en vue ?
    La fin du réseau social "Truth Social" de Donald Trump est-elle en vue ? C'est probable si un délai supplémentaire n'est pas obtenu pour la fusion avec Digital World Acquisition

    Truth Social, la tentative de Donald Trump de créer un clone de droite de Twitter, pourrait être à quelques jours de sa dissolution. Le sort de la plateforme de médias sociaux sera décidé par un vote crucial dans le courant de la semaine, a rapporté le Washington Post.

    Le sort éventuel de Truth Social a été annoncé en octobre 2021, lorsque Trump Media & Technology Group (TMTG) - la société mère de la plateforme - a annoncé son intention de fusionner avec Digital World Acquisition Corporation (DWAC), une société basée à Miami. L'objectif de cette fusion était de permettre à TMTG d'entrer en bourse par le biais d'une opération SPAC (special purpose acquisition company). Les deux sociétés disposaient d'un délai de 12 à 18 mois pour réaliser leur fusion.

    La date limite pour la clôture de la fusion, qui a été prolongée au moins cinq fois, est maintenant prévue pour le 8 septembre 2023. Une assemblée des actionnaires a été prévue le mardi 5 septembre, dans l'espoir de recueillir suffisamment de votes pour repousser la date limite d'une année supplémentaire.


    En règle générale, les votes de prolongation de délai de ce type sont facilement approuvés, car les actions de la SPAC sont achetées par de grands investisseurs professionnels ou institutionnels. Or, l'actionnariat de DWAC est constitué en grande partie de petits investisseurs particuliers, dont beaucoup ont probablement acheté des actions par fidélité à Trump ou à sa marque. Jay Ritter, professeur de finance à l'université de Floride, a déclaré au Washington Post que cette catégorie d'investisseurs ne ferait probablement pas attention à la date limite de liquidation.

    Si le vote échoue, DWAC sera tenue par la loi de liquider et de restituer 300 millions de dollars à ses actionnaires, ce qui laissera la société de M. Trump dans l'embarras.

    "Notre SPAC se trouve à un carrefour décisif. La proposition d'approuver l'extension, nous donnant le temps de potentiellement compléter la combinaison d'affaires avec Trump Media & Technology Group Corp, n'est pas seulement une formalité ; c'est une décision profondément enracinée dans notre vision partagée de la liberté d'expression, de l'innovation et de la croissance. À l'approche de l'assemblée générale extraordinaire, j'invite instamment chaque actionnaire à voter en faveur de cette prolongation. Chaque vote est essentiel pour que nous puissions progresser dans la fusion", indique Eric Swider, PDG de DWAC, dans un document réglementaire daté du 16 août.

    L'accord SPAC de Truth Social en chiffres

    875 millions de dollars : L'évaluation initiale de l'entreprise TMTG, selon un dépôt réglementaire, avec un potentiel de dépassement...
    1,7 milliard de dollars : ... en fonction de la performance de ses actions
    293 millions de dollars : Liquidités de DWAC au moment de l'annonce de la fusion
    1,3 milliard de dollars : L'injection de fonds que TMTG recevra de DWAC, si la fusion se réalise
    138 millions de dollars : Le volume de capital que les investisseurs autrefois intéressés ont déjà retiré
    6,4 millions de dollars : Le nombre de followers de Trump sur Truth Social, contre près de 87 millions sur Twitter (qui est devenu X sur le papier en avril, et a fait l'objet d'une refonte de sa marque fin juillet).

    Brève chronologie de la fusion de DWAC et Truth Social

    Janvier 2021 : Trump est expulsé de Twitter à la suite de l'insurrection du Capitole. Il fonde Truth Social comme alternative.
    Octobre 2021 : Les actions de DWAC montent en flèche de 400 % grâce aux discussions sur des forums en ligne tels que WallStreetBets de Reddit et le salon de discussion Stocktwits, ce qui en fait une sorte de mème boursier. Vers la fin du mois, un article du New York Times rapporte que DWAC n'a pas divulgué à la Securities and Exchanges Commission (SEC) les pourparlers avec TMTG entre mai et octobre 2021.
    Novembre 2021 : La sénatrice Elizabeth Warren demande à la SEC d'enquêter pour savoir si DWAC a "commis des violations de la législation sur les valeurs mobilières".
    Février 2022 : Les actions de DWAC font un bond de près de 30 % dans les échanges avant la mise sur le marché, alors que Truth Social fait ses débuts sur l'App Store d'Apple.
    Juin 2022 : TMTG est cité à comparaître dans le cadre d'une enquête criminelle sur sa tentative d'introduction en bourse par l'intermédiaire de DWAC.
    Août 2022 : Google interdit l'application Truth Social en raison de politiques de modération "insuffisantes". Les appels à Apple pour qu'il retire l'application de son magasin se multiplient, mais Apple continue de l'autoriser. Séparément, DWAC déclare dans un document que le conseil d'administration estimait ne pas avoir suffisamment de temps pour réaliser la fusion et demandait aux actionnaires d'approuver jusqu'à quatre prolongations de trois mois.
    Septembre 2022 : Après avoir puisé des millions de dollars dans les fonds de son sponsor, ARC Global Investments II, DWAC est en mesure de repousser son échéance d'une année entière.
    Octobre 2022 : DWAC reporte une réunion d'actionnaires au 3 novembre après avoir échoué à obtenir un soutien suffisant pour une prolongation de 12 mois. Truth Social fait son retour sur le Google Play Store.
    Mars 2023 : Patrick Orlando, le président-directeur général de DWAC, qui a utilisé son pouvoir pour ajourner et retarder les réunions de fusion à plusieurs reprises, est démis de ses fonctions.
    Juin 2023 : Un ancien membre du conseil d'administration de DWAC est arrêté pour délit d'initié.
    Juillet 2023 : DWAC accepte de payer un règlement de 18 millions de dollars pour résoudre les accusations selon lesquelles elle aurait trompé les investisseurs et donné de fausses informations à la SEC.
    Août 2023 : DWAC déclare qu'elle n'est pas prête à déposer deux rapports financiers trimestriels obligatoires couvrant le premier semestre de cette année, arguant qu'elle n'a pas pu les compléter à temps sans "efforts ou dépenses déraisonnables". Par ailleurs, elle affirme que le Nasdaq l'a avertie qu'elle devait déposer les rapports avant novembre, sous peine d'être radiée de la cote.

    Encore une chose : Trump est de retour sur Twitter (désormais X)

    Un mois après le rachat de Twitter par Elon Musk en octobre 2022 dernier, Donald Trump a récupéré son compte @realDonaldTrump. Mais il ne l'a pas utilisé, jusqu'au 25 août 2023, date à laquelle il a posté une photo d'identité qui a rapporté beaucoup d'argent. Il s'agissait avant tout d'une stratégie électorale : après tout, l'audience massive de M. Trump sur Twitter sera déterminante dans sa course électorale de 2024.

    Trois jours plus tard, cependant, M. Trump s'est rendu sur Truth Social pour dire qu'il ne déserterait pas son site. "TRUTH SOCIAL EST LA PLUS IMPORTANTE ET LA PLUS "CHAUDE" FORME, SYSTÈME ET PLATEFORME DE COMMUNICATION EN AMÉRIQUE, ET MÊME DANS LE MONDE, AUJOURD'HUI. C'EST LA RAISON POUR LAQUELLE JE L'UTILISE - IL N'Y A RIEN QUI S'EN APPROCHE !!!", a-t-il écrit dans son style caractéristique, tout en majuscules.

    Source : The Washington Post

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Trouvez-vous ces informations utiles et pertinentes ?

    Voir aussi

    Le réseau social TRUTH de Trump admet qu'il est basé sur Mastodon, qui avait menacé de poursuivre le site pour avoir prétendument violé sa licence open source

    Truth Social, le réseau social de Donald Trump, est qualifié de désastre six semaines après son lancement

    Truth Social, la prétendue plateforme de médias sociaux de liberté d'expression de Trump, bloque des publications d'utilisateurs malgré sa promesse

    Truth Social, la nouvelle application de médias sociaux de Trump, est en tête du classement des téléchargements d'applications gratuites d'Apple, l'application est disponible sur iOS depuis dimanche
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #125
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    1 033
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 1 033
    Points : 17 098
    Points
    17 098
    Par défaut Le réseau social "Truth Social" lancé par Donald Trump a perdu 73 millions de dollars en moins de 2 ans
    Le réseau social "Truth Social" lancé par Donald Trump a perdu 73 millions de dollars en moins de 2 ans, après avoir fait un bide et échoué dans sa tentative de concurrencer X anciennement Twitter

    La plateforme de médias sociaux de l'ancien président Trump, Truth Social, a perdu 73 millions de dollars depuis le lancement officiel de la plateforme en février 2022, selon une nouvelle déclaration financière de Digital World Acquisition Corp. (DWAC).

    Digital World est un partenaire de fusion avec Trump Media & Technology Group (TMTG). Trump détient une participation dans Truth Social dont la dernière évaluation se situe entre 5 et 25 millions de dollars.

    La déclaration financière montre que Truth Social a perdu 50 millions de dollars pour seulement 1,4 million de dollars de ventes nettes en 2022 et 23 millions de dollars supplémentaires au cours des six premiers mois de cette année.

    Si TMTG n'est pas en mesure d'achever sa fusion avec DWAC et de recevoir plus de fonds, la société pourrait ne pas survivre, selon la déclaration.

    Dans la section intitulée "Risques liés à TMTG", le document S-4 modifié indique que "le cabinet d'experts-comptables indépendant de TMTG a indiqué que la situation financière de TMTG soulève des doutes importants quant à sa capacité à poursuivre ses activités".

    Il souligne également que sa fortune est étroitement liée à celle de Trump, en disant : "Si Truth Social ne parvient pas à développer et à maintenir des adeptes ou une audience suffisante, si des tendances défavorables se développent sur les plateformes de médias sociaux en général, ou si le président Trump devait cesser de pouvoir consacrer beaucoup de temps à Truth Social, les activités de TMTG seraient affectées de manière négative."


    L'accès à Internet et la présence régulière sur les médias sociaux sont strictement limités en cas de garde à vue ou de peine de prison, et M. Trump fait actuellement l'objet d'une série d'accusations criminelles dans plusieurs États.

    X, la plateforme anciennement connue sous le nom de Twitter et désormais dirigée par le PDG de Tesla, Elon Musk, a rétabli le compte de M. Trump en novembre dernier, après une interdiction de près de deux ans.

    M. Trump, qui est confronté à une série de batailles juridiques alors qu'il fait campagne pour un second mandat présidentiel, a "affirmé verbalement" le 30 octobre qu'il continuerait à honorer l'accord conclu entre son entreprise et DWAC jusqu'à ce que la fusion soit achevée, a rapporté The Hollywood Reporter.

    Le dossier indique également que la direction de TMTG craint de ne pas disposer de fonds suffisants "pour honorer ses obligations à leur échéance" et conclut qu'il sera "difficile de lever des fonds supplémentaires auprès de sources de financement traditionnelles en l'absence de progrès significatifs dans la réalisation de la fusion avec Digital World".

    M. Trump a officiellement lancé la plateforme de médias sociaux en février 2022, dans le but de concurrencer d'autres poids lourds de la technologie tels que Facebook et X de Meta.

    Trump et ses partenaires ont lancé Truth Social après que l'ancien président a été banni de Twitter et de Facebook un jour après l'attaque du 6 janvier 2021 au Capitole, lorsqu'une foule de ses partisans a pris d'assaut le bâtiment dans le but d'empêcher la certification des résultats de l'élection de 2020.

    Avant sa suspension, M. Trump et les membres de son administration ont diffusé sur leurs plateformes de médias sociaux un flot de fausses informations sur les résultats de l'élection de 2020.

    Sources : Déclaration financière de Digital World Acquisition Corp. (DWAC).

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

    Quel est votre point de vue sur la viabilité de la plateforme "Truth Social" et son impact potentiel sur l'avenir du Trump Media & Technology Group ?

    Voir aussi

    La fin du réseau social "Truth Social" de Donald Trump est-elle en vue ? C'est probable si un délai supplémentaire n'est pas obtenu pour la fusion avec Digital World Acquisition

    Truth Social, le réseau social de Donald Trump, est qualifié de désastre six semaines après son lancement

    Truth Social, la prétendue plateforme de médias sociaux de liberté d'expression de Trump, bloque des publications d'utilisateurs malgré sa promesse
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #126
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 607
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 607
    Points : 200 717
    Points
    200 717
    Par défaut Les actions de la société mère de Truth Social plongent de 21% après la révélation de pertes massives en 2023
    Les actions de la société mère de Truth Social, le média social de Trump, plongent de 21% après la révélation
    d'une perte massive de 58 millions de dollars en 2023

    Après avoir fait ses débuts en bourse à Wall Street la semaine dernière, les actions de la société mère de la plateforme de médias sociaux de l'ancien président Donald Trump, Truth Social, ont plongé hier après que la société a révélé des pertes massives en 2023. Trump Media & Technology Group Corp. (DJT) a dévoilé lundi dans des documents qu'elle a perdu environ 58,2 millions de dollars l'année dernière, avec des revenus de seulement 4,1 millions de dollars. Cette révélation a fait chuter le cours de l'action de la société de 21 % avant de clôturer lundi à un peu plus de 48 dollars par action.

    La société de Trump est entrée sur le Nasdaq pour la première fois le 26 mars, après qu'une fusion avec Digital World Acquisition Corp. a été approuvée au début du mois, ce qui a permis à la société de s'introduire en bourse. Au cours de sa première journée de cotation, Trump Media a dépassé les 79 dollars par action à un moment donné, mais son cours s'est tassé depuis, ce qui signifie que de nombreux investisseurs de la première heure ont déjà subi de lourdes pertes.

    L'ancien président détient quelque 79 millions d'actions de la nouvelle société, ce qui lui confère une participation majoritaire de 57,3%. Toutefois, il ne semble pas qu'il soit en mesure d'encaisser ses gains de sitôt pour l'aider à payer sa condamnation pour fraude au civil à New York ou toute autre facture juridique liée à ses autres affaires civiles et pénales en cours. En effet, il ne peut pas vendre d'actions pendant une période de six mois, à moins que le conseil d'administration de l'entreprise, composé de fidèles de Trump, ne vote en faveur d'une vente.

    Nom : parts.png
Affichages : 10036
Taille : 19,9 Ko

    Parmi les autres personnes ayant conclu des accords de "lock-up" figurent Dan Scavino, collaborateur de longue date de Trump, l'ancien député Devin Nunes, qui est le PDG de la société, Donald Trump Jr. et l'ancien collaborateur du Pentagone Kash Patel.

    Parmi les membres du conseil d'administration qui pourraient donner leur feu vert à la vente, on trouve Linda McMahon, directrice du catch, Kash Patel et Robert Lighthizer, ancien représentant américain au commerce extérieur.

    Le PDG de la société, l'ancien député Devin Nunes, qui détient 115 000 actions de la société pour une valeur d'environ 5,6 millions de dollars en date de mardi matin, a fait l'éloge de la société dans un communiqué publié lundi.

    « Nous sommes ravis d'opérer en tant qu'entreprise publique et d'avoir obtenu l'accès aux marchés financiers. En clôturant les comptes 2023 liés à la fusion, Truth Social n'a aujourd'hui aucune dette et dispose de plus de 200 millions de dollars en banque, ce qui ouvre de nombreuses possibilités d'expansion et d'amélioration de notre plateforme. Nous avons l'intention de profiter pleinement de ces opportunités pour faire de Truth Social la quintessence de la plateforme de libre expression pour le peuple américain ».

    Nom : trump.png
Affichages : 2242
Taille : 21,7 Ko

    Une situation qui ne surprend pas les analystes

    Voici les éléments principaux :
    • Perte de 58 millions de dollars : Trump Media & Technology Group (TMTG), la société mère de la plateforme de médias sociaux Truth Social de l’ancien président Donald Trump, a enregistré une perte annuelle de 58,2 millions de dollars en 2023. Cela représente une baisse significative par rapport au bénéfice de 50,5 millions de dollars que la société avait déclaré pour 2022.
    • Revenus : En 2023, les revenus de Trump Media se sont élevés à 4,1 millions de dollars, contre 1,5 million de dollars en 2022. Cependant, ces chiffres restent modestes par rapport aux dépenses de fonctionnement et aux frais d’intérêts. Tous les revenus de l'entreprise proviennent de la publicité sur Truth Social, selon les divulgations à la SEC. La plupart de ses dépenses sont liées aux intérêts de la dette, bien que TMTG ait également enregistré une perte d'exploitation d'environ 16 millions de dollars pour 2023.
    • Volatilité des actions : Après avoir fusionné avec la société d’acquisition à blanc Digital World Acquisition Corp. (DWAC), Trump Media a commencé à être cotée en bourse le 26 mars sous le symbole boursier DJT. Bien que les actions aient initialement grimpé, elles ont depuis chuté pour se rapprocher du prix d’introduction initial de 49,95 dollars, ce qui signifie que de nombreux investisseurs de la première heure ont été touchés.
    • Défis financiers : Les analystes ont comparé l’engouement autour de Trump Media à la frénésie des “meme stocks”, qui ont propulsé les actions de sociétés en difficulté comme GameStop et AMC Entertainment à des hauteurs exorbitantes en 2021. La viabilité à long terme de Trump Media est remise en question en raison de l’écart entre ses dépenses et ses revenus.
    • Objectif de la plateforme : Truth Social vise à étendre et améliorer la plateforme, tout en défendant vigoureusement les droits de la liberté d’expression de ses utilisateurs. Donald Trump espère le positionner comme un concurrent d'autres médias sociaux qui l'ont éjecté après l'insurrection au Capitole, notamment Twitter et Facebook.

    À titre de comparaison, Twitter a généré un chiffre d'affaires d'environ 665 millions de dollars au cours de l'année précédant son introduction en bourse, et de 5,2 milliards de dollars au cours de la dernière année précédant le rachat par Elon Musk.

    Quoiqu'il en soit, le produit de la fusion SPAC permet à TMTG d'être financièrement viable pendant un certain temps, mais il n'est plus possible de prétendre que le prix de l'action a un quelconque rapport avec l'activité réelle.

    Pour mémoire, un ou une SPAC (de l’anglais special purpose acquisition company, en français « société d'acquisition à vocation spécifique ») est une société sans activité opérationnelle (une sorte de coffre rempli d'un argent dont on ignore encore à quoi il sera utilisé) lors de son introduction en bourse, et dont les titres sont émis sur un marché boursier en vue d'une acquisition ou d'une fusion future dans un secteur particulier et avant une échéance déterminée. La SPAC permet donc de lever des fonds auprès du marché des actions sans proposer de plan d'affaires prévisionnel (business plan). Dans la mesure où les SPAC sont des sociétés cotées, n'importe quel investisseur peut acheter leurs actions avant la réalisation de l'opération.

    « Truth Social était surévalué et cette réalité fait baisser le cours de l'action. Parce que le service n'a pas de voie claire vers la rentabilité et que ses revenus sont maigres, son démarrage en fanfare n'était pas soutenable », a déclaré Ross Benes, analyste chez Insider Intelligence.

    La plateforme Truth Social de Trump a reçu 277 000 visiteurs mardi lors de son lancement. Elle comptait environ 5 millions d'utilisateurs mensuels en février, selon la société de recherche Similarweb, contre environ 2 milliards pour TikTok.

    Source : documents déposés auprès de la SEC

    Et vous ?

    Croyez-vous que Trump Media peut réussir à rivaliser avec les géants des médias sociaux tels que Facebook et Twitter ?
    Quelle est votre opinion sur la volatilité des actions de Trump Media après leur entrée en bourse ?
    Pensez-vous que Truth Social parviendra à attirer une base d’utilisateurs fidèles ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients de la plateforme Truth Social par rapport à d’autres réseaux sociaux ?
    Comment évaluez-vous la stratégie de Trump Media pour défendre la liberté d’expression de ses utilisateurs ?

    Voir aussi :

    Le réseau social "Truth Social" lancé par Donald Trump a perdu 73 millions de dollars en moins de 2 ans après avoir fait un bide et échoué dans sa tentative de concurrencer X anciennement Twitter
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #127
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 607
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 607
    Points : 200 717
    Points
    200 717
    Par défaut Trump Media aurait été sauvé par les prêts d'un américano-russe faisant l'objet d'une enquête criminelle
    Trump Media aurait été sauvé en 2022 grâce à des prêts d'urgence accordés par un américano-russe faisant l'objet d'une enquête criminelle,
    mais ses avocats crient à la diffamation

    La société de médias sociaux de Donald Trump, Trump Media, n'a réussi à entrer en bourse la semaine dernière qu'après avoir été maintenue à flot en 2022 grâce à des prêts d'urgence accordés en partie par un homme d'affaires russo-américain visé par une enquête fédérale sur les délits d'initiés et le blanchiment d'argent. L'ancien président des États-Unis devrait gagner des milliards de dollars - sa participation est actuellement évaluée à environ 4 milliards de dollars - grâce à la fusion entre Trump Media and Technology Group et la société à chèque Digital World Acquisition Corporation, qui a fait entrer en bourse la société mère de Truth Social. Si la situation a été largement relayée par la presse internationale, un avocat de Trump Media crie à la diffamation et menace de poursuite judiciaire.

    Mais Trump Media a failli ne pas fusionner, car les autorités de régulation ont ouvert une enquête sur la fusion en 2021, ce qui a conduit l'entreprise à brûler des liquidités à un rythme extraordinaire en attendant d'obtenir le feu vert pour ses débuts en bourse. La situation a conduit Trump Media à contracter des prêts d'urgence, notamment auprès d'une entité appelée ES Family Trust, qui a ouvert un compte auprès de Paxum Bank, une petite banque enregistrée sur l'île caribéenne de la Dominique et surtout connue pour fournir des services financiers à l'industrie pornographique.

    Grâce à des documents ayant fait l'objet d'une fuite, les médias ont appris que ES Family Trust fonctionnait comme une société écran pour un homme d'affaires russo-américain nommé Anton Postolnikov, qui est copropriétaire de Paxum Bank et fait l'objet depuis des années d'une enquête criminelle fédérale menée conjointement par le FBI et le ministère de la sécurité intérieure (DHS) sur la fusion Trump Media.

    L'existence de ce trust a déjà été signalée par le passé. Toutefois, aucune information sur l'individu qui contrôlait le compte, comment le trust était lié à la Paxum Bank et comment l'argent avait été acheminé par le biais du trust vers Trump Media n'avait été communiquée.

    Nom : lost.png
Affichages : 23883
Taille : 478,4 Ko

    Postolnikov avait accès au compte du trust

    Les nouveaux détails concernant le trust sont tirés de documents tels que les documents de la Paxum Bank montrant que Postolnikov avait accès au compte du trust, les documents de création du trust indiquant comme constituant un avocat de Saint-Pétersbourg, en Russie, et trois années de transactions financières du trust. Le problème des prêts accordés à Trump Media est que l'ES Family Trust a pu être utilisé pour réaliser une transaction que Paxum n'aurait pas pu réaliser.

    La banque Paxum ne propose pas de prêts aux États-Unis, car elle n'a pas de licence bancaire américaine et n'est pas réglementée par la FDIC. Postolnikov semble avoir utilisé le trust pour prêter de l'argent afin d'aider à sauver Trump Media - et la plateforme Truth Social - parce que sa banque elle-même ne pouvait pas fournir le prêt.
    Postolnikov, neveu d'Aleksandr Smirnov, un allié du président russe Vladimir Poutine, n'a pas été inculpé.

    En réponse à un courriel adressé à Postolnikov pour obtenir des commentaires, un avocat de la Dominique représentant la Paxum Bank a mis en garde contre des poursuites judiciaires pour avoir rapporté le contenu des documents ayant fait l'objet d'une fuite. Rien n'indique non plus que Trump ou Trump Media aient eu la moindre idée de la nature des prêts, si ce n'est qu'ils étaient opaques, et la société ou ses dirigeants n'ont pas été accusés d'avoir commis des actes répréhensibles.

    Postolnikov a fait l'objet d'une surveillance accrue dans le cadre de l'enquête criminelle sur la fusion de Trump Media. Plus récemment, il a été cité dans des affidavits de mandats de perquisition aux côtés de plusieurs associés, dont l'un a été inculpé le mois dernier pour blanchiment d'argent en plus des accusations de délit d'initié qui pesaient sur lui.


    Comment Postolnikov a profité du trust

    Fin 2021, Trump Media était confronté à des difficultés financières après que la fusion initialement prévue avec Digital World a été reportée indéfiniment lorsque la Securities and Exchange Commission a ouvert une enquête sur la fusion, a raconté Will Wilkerson, cofondateur devenu lanceur d'alerte de Trump Media, depuis lors évincé, dans une interview. Une partie du problème résidait dans le fait que Trump Media avait du mal à obtenir un financement, car les banques traditionnelles étaient réticentes à prêter des millions à la société de médias sociaux de Trump à la suite de l'attentat du 6 janvier au Capitole, a expliqué Wilkerson.

    Trump Media a fini par trouver quelques prêteurs, dont ES Family Trust, mais la séquence des événements est curieuse.

    ES Family Trust a été créé le 18 mai 2021, comme le montrent ses documents de création. L'accès "utilisateur" de Postolnikov au compte a été "vérifié" le 30 novembre 2021 par un responsable de Paxum Bank en Dominique. Le trust a été alimenté pour la première fois le 2 décembre 2021. Trump Media a ensuite reçu les prêts d'ES Family Trust : 2 millions de dollars le 23 décembre 2021 et 6 millions de dollars le 17 février 2022. Les prêts ont été accordés sous la forme de billets à ordre convertibles, ce qui signifie que ES Family Trust obtiendrait une participation importante dans Trump Media parce qu'il offrait l'argent en échange de l'acceptation par Trump Media de convertir le principal du prêt en "actions de la société".

    Curieusement, les notes n'ont jamais été signées. Mais l'investissement dans Trump Media s'est avéré énorme : bien que les chiffres précis ne puissent être connus que par Trump Media, la participation d'ES Family Trust dans Trump Media vaut entre 20 et 40 millions de dollars, même après la forte baisse du prix de l'action de la société à la suite d'un mauvais rapport sur les bénéfices.

    Le compte d'ES Family Trust semble également avoir bénéficié personnellement à Postolnikov. Alors que l'enquête criminelle sur l'affaire Trump Media s'intensifiait vers la fin de l'année dernière, le trust a enregistré plusieurs transferts en faveur de Postolnikov avec pour objet "Retour partiel de prêt". Au total, les documents montrent que le trust a transféré 4,8 millions de dollars sur le compte de Postolnikov, bien que 3 millions de dollars aient été inexplicablement "annulés".

    Nom : trump.png
Affichages : 6361
Taille : 532,9 Ko

    Une vaste enquête sur le blanchiment d'argent

    La raison de la création du trust reste inconnue. Outre l'argent versé à Trump Media, les déclarations du trust montrent que celui-ci a investi directement de l'argent auprès de deux autres sociétés seulement : 10,8 millions de dollars à Eleven Ventures LLC, une société de capital-risque, et 1 million de dollars à Wedbush Securities, une société de gestion de patrimoine. Le statut actuel de l'ES Family Trust est également inconnu. L'adresse du trust est répertoriée comme étant une maison résidentielle à Hollywood, en Floride. Mais, selon le site web immobilier Redfin, la maison de six chambres à coucher semble avoir été vendue en décembre 2023.

    Les documents de création contiennent également un élément notable : une déclaration selon laquelle, si le fiduciaire initial - un employé de Paxum nommé Angel Pacheco - se retirait du rôle, son successeur serait une certaine personne nommée Michael Shvartsman.

    Le mois dernier, les procureurs fédéraux ont inculpé Michael Shvartsman, un proche associé de Postolnikov, de blanchiment d'argent dans un nouvel acte d'accusation, après l'avoir déjà inculpé, ainsi que deux autres personnes, en juillet, pour délit d'initié sur les actions de Digital World. Shvartsman et ses coaccusés ont plaidé non coupable.

    Au moins une partie des preuves contre Shvartsman provenait d'un informateur confidentiel du ministère de la sécurité intérieure, selon les documents déposés au tribunal : lors d'une réunion en mars 2023 avec l'informateur et un associé, Shvartsman a mentionné un ami qui possédait une banque en Dominique et accordait des prêts-relais à Trump Media. « [Shvartsman] a déclaré qu'un de ses amis possédait une banque sur l'île de la Dominique et serait en mesure de fournir des services bancaires aux ressortissants russes et ukrainiens si [l'informateur confidentiel] avait d'autres clients ayant besoin de ce service », indique le rapport du DHS.

    L'associé de Shvartsman a dit à l'informateur confidentiel qu'il ne pensait pas que la SEC serait en mesure de poursuivre Shvartsman pour son rôle dans l'investissement, mais il a mentionné que Shvartsman avait essentiellement fourni un « financement provisoire à l'entreprise à l'origine de la plateforme de médias sociaux Truth", indique le rapport. Les parties non expurgées du rapport du DHS ne précisent pas si « l'ami » en question était Postolnikov et à quoi se référait le « financement relais », mais le rapport laisse ouverte la possibilité que Shvartsman ait également joué un rôle dans la société fiduciaire.

    Le financement provisoire (aussi appelé «crédit-relais») constitue un financement temporaire qui aide une entreprise à couvrir ses coûts jusqu’à ce qu’elle puisse obtenir des capitaux permanents d’investisseuses ou investisseurs en actions ou de prêteuses et prêteurs.

    Sources : rapport du DHS, Postolnikov, vidéo dans le texte

    Et vous ?

    Est-il acceptable que Trump Media ait contracté des prêts d’urgence auprès d’une entité liée à un homme d’affaires faisant l’objet d’une enquête criminelle ? Quelles sont les implications de cette décision ?
    Trump Media aurait-il dû divulguer plus d’informations sur les prêts et leurs origines ? Comment les entreprises devraient-elles gérer la transparence lorsqu’elles sont en difficulté financière ?
    Les régulateurs ont-ils fait suffisamment pour enquêter sur la fusion de Trump Media et Digital World Acquisition Corporation ? Quelles mesures peuvent être prises pour renforcer la surveillance des fusions et acquisitions ?
    Dans quelle mesure Donald Trump est-il responsable de la situation financière de Trump Media ? Devrait-il être tenu pour responsable des prêts contractés par l’entreprise ?
    Comment de tels événements affectent-ils la confiance du public dans les entreprises et les médias sociaux ? Quelles mesures peuvent être prises pour restaurer la confiance ?
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #128
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 607
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 607
    Points : 200 717
    Points
    200 717
    Par défaut Les traders parient des millions sur l'effondrement de l'action de Trump Media & Technology
    Les traders parient des millions de dollars sur l'effondrement de l'action de Trump Media & Technology,
    qui est déjà qualifiée de « mère de toutes les actions mèmes »

    De nombreux investisseurs font la queue pour parier sur l'effondrement de la société de médias sociaux de l'ancien président Donald J. Trump, Trump Media & Technology Group Corp, qui a fait ses débuts en bourse la semaine dernière sous le nom de "DJT". L'action a été qualifiée de « mère de toutes les actions mèmes », car elle est très volatile et ne repose sur aucune base fondamentale. Elle était évaluée à environ 1 600 fois son chiffre d'affaires annuel, au cours de clôture de mercredi. « En comparaison, l'action du propriétaire de Facebook se négocie à environ huit fois ses revenus, et celle du propriétaire de Google à six fois. Ces deux entreprises sont très rentables, alors que Trump Media est loin de l'être », note Fast Company.

    L’introduction en bourse de Trump Media & Technology Group Corp. a créé une frénésie parmi les traders et les investisseurs. Le cours de l’action a grimpé en flèche lors de son entrée sur le marché, mais certains parieurs étaient déjà convaincus que cette hausse n'allait pas durer. Après l'effondrement du cours de l'action de la société à la suite d'une première hausse, l'appétit de parier contre l'action s'est encore accru.

    Les actions mèmes sont des actions de sociétés qui connaissent une croissance rapide et souvent inattendue de leur cours grâce à l'attention d'un public en ligne dévoué. Les variations de ces actions défient généralement les prédictions conventionnelles du marché et peuvent maintenir des cours élevés indépendamment de la capitalisation boursière de la société.

    Trump Media & Technology Group, qui se négocie sous le symbole DJT, a glissé mercredi sous la barre des 50 dollars par action, prolongeant ainsi une forte baisse cette semaine qui a fait chuter l'action de son plus haut niveau proche de 80 dollars et a effacé plus de 2 milliards de dollars de valeur de marché.

    Selon la société d’analyse financière S3 Partners, parier contre la startup de médias sociaux de l’ancien président Donald Trump est l’un des trades à découvert les plus difficiles et les plus coûteux du marché.

    Des recettes inférieures de 95% aux prévisions initiales de l'entreprise

    Les plans initiaux du Trump Media & Technology Group prévoyaient un nombre ambitieux d'abonnés et la génération de revenus à partir de ses deux principaux fronts commerciaux : la plateforme de médias sociaux Truth Social et la plateforme de streaming TMTG+.

    TMTG prévoyait initialement 41 millions d'utilisateurs en 2023, dont 25 % pourraient être monétisés et un ARPU (revenu moyen par utilisateur) de 8,90 dollars, soit environ 91,2 millions de dollars de recettes. Toutefois, les recettes publicitaires font défaut depuis le lancement de Truth Social au début de 2022.

    Selon le dernier rapport publié par TMTG, la société a enregistré une perte nette de 58,2 millions de dollars en 2023, ne générant que 4,1 millions de dollars. Ce chiffre est inférieur de 95 % aux prévisions initiales de l'entreprise pour 2023.

    Nom : projection.png
Affichages : 28849
Taille : 97,9 Ko

    Une popularité qui influence la bourse ?

    Selon la société de données financières S3 Partners, Trump Media est le véhicule d'acquisition à vocation spéciale le plus « shorter » du pays [shorter est un anglicisme, que les traders français utilisent pour évoquer la « Vente à Découvert ». Concrètement, le trader qui décide de « shorter » demande à son courtier de lui prêter des titres qu’un tiers détient dans son portefeuille. Puis, il vend ces titres sur les marchés financiers, avant même de les détenir réellement dans son propre portefeuille (d’où l’expression de « vente à découvert »]. Les vendeurs à découvert parient sur la baisse du prix d'une action. Pour ce faire, ils empruntent des actions d'une société et les vendent sur le marché, dans l'espoir de les racheter plus tard à un prix inférieur, avant de rendre les actions au prêteur et d'empocher la différence en tant que bénéfice.

    La demande de vente à découvert de Trump Media, la société mère de la plateforme de médias sociaux Truth Social, est si forte que les prêteurs d'actions peuvent facturer d'énormes frais, ce qui fait qu'il est difficile pour les vendeurs à découvert de réaliser un bénéfice à moins que les actions ne chutent de manière significative. Pourtant, l'intérêt pour ce pari est grand.

    « Ils s'attendent à ce que cette action s'effondre et s'effondre très rapidement », a déclaré Ihor Dusaniwsky, directeur général de l'analyse prédictive chez S3.

    Avant que Trump Media ne soit cotée en bourse, elle a accepté de fusionner avec une société écran, Digital World Acquisition Corporation, qui est entrée en bourse en 2021. Dans les mois qui ont précédé la fusion, qui s'est achevée la semaine dernière, les investisseurs ont également parié massivement contre Digital World en tant que mandataire de Trump Media.

    Cette année, les actions de la société écran ont plus que doublé lorsque Trump est devenu le grand favori de la course à l'investiture républicaine et que les autorités de régulation ont approuvé la fusion. Le mois dernier, les traders ont perdu 126 millions de dollars en pariant contre Trump Media, selon S3.

    Lundi, Trump Media a publié des informations financières actualisées, révélant peu de revenus, des pertes importantes et une déclaration de l'auditeur indépendant de la société exprimant un « doute substantiel » quant à sa viabilité financière. Cela a semblé galvaniser les investisseurs qui parient contre la société, l'action ayant chuté de ses plus hauts niveaux.

    Mais les vendeurs à découvert trouvent qu'il est difficile et coûteux de négocier Trump Media. La société compte environ 137 millions d'actions, dont seulement cinq millions sont accessibles aux vendeurs à découvert.

    Nom : trump.png
Affichages : 7387
Taille : 21,8 Ko

    Parier contre l'effondrement de la société de médias de Trump est risqué

    Si l'on considère une entreprise évaluée à 1,86 milliard de dollars qui n'a généré que 4,1 millions de dollars de revenus en un an, il y a quelque chose qui cloche.
    Étant donné le peu de données sur l'histoire récente de TMTG, l'évaluation de l'entreprise demeure largement spéculative, ce qui est précisément le moteur du prix actuel de l'action de DJT.

    De toute évidence, le principal atout de la société semble être Donald Trump, qui sert de point focal au comportement de l'action. L'ancien président des États-Unis a obtenu six des sept sièges du conseil d'administration de l'entité fusionnée. En outre, des objectifs ajustés ont été fixés pour les actions de complément de prix, Trump assumant lui-même le contrôle de l'entreprise après la fusion.

    La présence de Trump et son influence politique dans les médias signifient que TMTG fait l'objet d'une attention particulière de la part du public, ce qui entraîne une volatilité des actions de DJT. L'action a bondi de 42 % depuis l'approbation de la fusion le 22 mars et de 202 % rien que cette année.

    Toutefois, parier contre l'action DJT n'est peut-être pas une stratégie judicieuse.

    Tout d'abord, il y a peu d'actions DJT disponibles pour la vente à découvert. D'après la structure de l'actionnariat de la société, Trump possède plus de 57 % des actions de la société et pourrait en acquérir davantage. Seuls 22 % des actions sont accessibles au public, dont une grande partie semble être détenue par des traders spéculatifs et les partisans politiques de Trump.

    Par conséquent, en raison de la rareté des actions DJT à prêter, les frais d'emprunt pour les vendeurs à découvert sont montés en flèche. Selon un rapport deBarron's, le stratège en chef d'Interactive Brokers, Steve Sosnick, a déclaré que les frais d'emprunt de DJT ont atteint 800 %, ce qui est nettement plus élevé que les 150 % de la semaine où la fusion a eu lieu.

    Aussi, les vendeurs à découvert s'exposent à des risques importants lorsqu'ils choisissent de parier contre DJT. Selon S3, 4,9 millions des quelque cinq millions d'actions disponibles sont déjà prêtées. Comme pour tout prêt, lorsque les propriétaires d'actions prêtent leurs titres à un vendeur à découvert, ils facturent une commission, généralement exprimée sous la forme d'un taux d'intérêt annuel sur la valeur actuelle de l'action. En règle générale, la commission pour l'emprunt d'actions est une fraction de point de pourcentage. Dans le cas de Trump Media, elle a atteint 550 %, a déclaré Dusaniwsky.

    Les actions de Trump Media se négocient actuellement à environ 50 dollars. Cela signifie qu'une vente à découvert pendant un mois coûterait plus de 20 dollars par action. Pour qu'un vendeur à découvert atteigne le seuil de rentabilité, le prix de l'action devrait chuter de près de moitié d'ici le début du mois de mai.

    Pourquoi une telle fluctuation ?

    Fast Company y va de son analyse :

    « Parce que la valeur de marché de Trump Media - qui était de 6,59 milliards de dollars au cours de clôture de mercredi - n'a rien à voir avec son activité ou ses perspectives. Elle est liée au fait que vous croyez ou non en Donald Trump (ou que vous pensez peut-être que si vous possédez beaucoup d'actions, vous pourrez vous attirer ses faveurs s'il redevenait président) - c'est pourquoi j'appelle cela un titre de croyance.

    « Mais, que vous croyiez ou non en lui, la chose que vous feriez mieux de croire est que Trump, qui a été stressé financièrement par des poursuites judiciaires, va probablement utiliser sa participation dans Trump Media pour lever des fonds pour lui-même.

    « Au cours de clôture de mercredi, les 78,75 millions d'actions DJT détenues par M. Trump avaient une valeur marchande de 3,8 milliards de dollars. Il a droit à 36 millions d'actions supplémentaires (d'une valeur de 1,8 milliard de dollars au cours de mercredi) par étapes au cours des trois prochaines années si l'action DJT ne tombe pas en dessous de 17,50 dollars, soit un peu plus d'un tiers du cours de clôture de mercredi, qui était de 48,81 dollars. (L'action se négociait en dessous de 47 dollars jeudi à la mi-journée).

    « À première vue, on pourrait penser que M. Trump ne peut pas vendre ou emprunter sur ses actions DJT avant septembre, puisqu'une disposition dite de blocage l'empêche de le faire pendant les six mois qui suivent l'entrée en bourse de DJT. Cependant, si vous lisez un peu plus en profondeur les documents déposés, vous verrez qu'il peut commencer à encaisser plus tôt avec la permission du conseil d'administration de Trump Media, qui semble peu enclin à lui dire non

    « Comme l'a écrit un jour le légendaire investisseur Warren Buffett aux actionnaires de Berkshire Hathaway (dont je fais partie), "Lorsqu'ils recherchent des administrateurs, les PDG ne cherchent pas des pitbulls. Ce sont les cockers qui sont ramenés à la maison".

    « Les cockers qui siègent au conseil d'administration de Trump Media - parmi lesquels le fils aîné de Trump et plusieurs de ses associés politiques - semblent particulièrement apprivoisés. (M. Trump poursuit également ses cofondateurs en justice pour s'assurer qu'ils ne puissent pas détenir d'actions ou nommer des membres du conseil d'administration). Ne soyez donc pas surpris de lire un jour prochain que M. Trump a levé une grosse somme d'argent en vendant ou en empruntant une partie de ses actions DJT. Cette nouvelle fera sans doute chuter le cours de l'action ».

    Sources : Fast Company, rapport de Barron's, S3 Partners

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur l’introduction en bourse de Trump Media ? Pensez-vous que cela marque un tournant dans le paysage médiatique et technologique ?
    Comment évaluez-vous la viabilité à long terme de Trump Media en tant qu’entreprise de médias sociaux ? Quels sont les défis auxquels elle pourrait être confrontée ?
    Que pensez-vous de la volatilité mémétique de l’action Trump Media ? Est-ce une opportunité pour les investisseurs ou un risque potentiel ?
    Quelles sont les implications plus larges de l’engouement pour les “meme stocks” sur les marchés financiers ? Comment cela pourrait-il affecter la confiance des investisseurs et la stabilité du marché ?
    En tant qu’investisseur, seriez-vous prêt à parier contre Trump Media ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #129
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 607
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 607
    Points : 200 717
    Points
    200 717
    Par défaut Trump Media est une "escroquerie" et les personnes qui achètent ses actions sont des "crétins", déclare Diller
    Trump Media est une "escroquerie" et les personnes qui achètent ses actions sont des "crétins", déclare Barry Diller
    qui exprime ses doutes sur les perspectives de croissance de la plateforme

    L’homme d’affaires Barry Diller a récemment qualifié Trump Media « d'arnaque » et averti que les investisseurs qui achètent ses actions sont des « crétins ». Dans une interview avec CNBC, Diller a critiqué la société de médias sociaux soutenue par l’ancien président Donald Trump, exprimant des doutes sur la croissance de Truth Social, la plateforme de médias sociaux appartenant à Trump Media and Technology Group (TMTG). Les actions de TMTG ont initialement grimpé après leur introduction en bourse, mais elles ont depuis chuté.

    Dans le monde des investissements à fort enjeu dans les médias et la technologie, peu de voix ont autant de poids que celle de Barry Diller, le président d'IAC connu pour ses idées franches et ses entreprises prospères. Récemment, Diller s'est intéressé au Trump Media and Technology Group (TMTG), la société mère de Truth Social, et son verdict a été sans ambiguïté : Trump Media est « une arnaque » et les personnes qui achètent ses actions sont des « crétins », a-t-il déclaré jeudi, dans une critique cinglante de l'entreprise de médias sociaux dont l'actionnaire majoritaire est l'ancien président Donald Trump. « Je veux dire que c'est ridicule », a déclaré Diller lors de l'émission "Squawk Box" de la chaîne CNBC, lorsqu'il a été interrogé sur Trump Media. « L'entreprise n'a aucun revenu ».

    Sur quoi se base-t-il pour faire ces affirmations ? Voici quelques éléments :
    • Aucun revenu : Diller a souligné que la société n’a aucun revenu.
    • Comparaison avec GameStop : Il a comparé l'envolée du prix de Trump Media à la frénésie des "actions mèmes" en 2021, lorsque le prix de GameStop a grimpé à près de 500 dollars par action et qu'AMC Entertainment, une société de salles de cinéma, a vu le prix de son action grimper en flèche à plus de 700 dollars. Les actions de GameStop se vendaient à moins de 12 dollars par action jeudi matin, et celles d'AMC à un peu plus de 3 dollars.
    • Capitalisation boursière démesurée : Malgré l’absence de revenus significatifs, la capitalisation boursière de Trump Media atteint 6,4 milliards de dollars.
    • Pertes nettes : En 2023, Trump Media a enregistré des pertes nettes de 58 millions de dollars.

    « C'est une arnaque »

    La critique de Diller fait suite à l'introduction en bourse de TMTG, qui a d'abord vu le prix des actions grimper en flèche, attirant l'attention des investisseurs individuels et de la communauté des mèmes. Cela a donné à l'entreprise une capitalisation boursière impressionnante de 6,4 milliards de dollars, bien que son chiffre d'affaires n'ait été que de 4,1 millions de dollars l'année dernière et que son activité soit centrée sur l'application Truth Social, qui compte beaucoup moins d'utilisateurs que les principales plateformes de médias sociaux. Toutefois, l'enthousiasme initial a été de courte durée, car les actions de la société ont chuté, reflétant le scepticisme d'investisseurs plus avisés.

    « C'est une escroquerie, comme tout ce dans quoi il a été impliqué, une sorte d'escroquerie », a-t-il ajouté à propos de Trump.

    « Je pense que ce sont des imbéciles », a déclaré Diller lorsqu'on lui a demandé pourquoi les gens achetaient les actions de la société. « Je veux dire, qui achèterait [des parts d'une] entreprise qui, littéralement, a 30 dollars de chiffre d'affaires ? Qui pourrait donner une valeur à cela ? » a demandé Diller.

    « Ils l'achètent pour d'autres raisons, tout comme ils ont acheté des cinémas alors qu'il n'y avait pas d'activité dans ce domaine, ou acheté GameStop, etc. C'est stupide. C'est stupide », a-t-il ajouté.

    À la question de savoir si Trump Media pourrait un jour devenir une entreprise plus importante qu'elle ne l'est actuellement, en particulier si Trump est élu président plus tard cette année, Diller a répondu catégoriquement : « Non ... non ». « Écoutez, il n'est intéressant aujourd'hui que parce qu'il est en train de divertir les gens », a déclaré Diller. « J'espère que s'il est élu, il se contentera de jouer au golf pendant quatre ans ».


    Le scepticisme qui entoure TMTG ne se limite pas à ses indicateurs financiers

    En réponse aux commentaires de Diller, une porte-parole de Trump Media a déclaré : « Il n'est pas surprenant de voir les partisans purs et durs de Trump et les valets de la gauche se déchaîner maintenant que Truth Social est devenue une société publique qui, aujourd'hui encore, refuse de supprimer l'expression politique qui contredit les récits qu'ils veulent imposer ».

    Les remarques de Diller touchent une corde sensible chez ceux qui suivent la trajectoire tumultueuse des actions de TMTG. Initialement négociées sous le symbole DJT, les actions de la société ont grimpé à plus de 79 dollars le premier jour de cotation, avant de connaître une baisse significative à la fin de la semaine. Ce comportement erratique du marché n'a pas échappé à l'attention des vendeurs à découvert qui misent des millions sur l'entreprise.

    Le scepticisme qui entoure TMTG ne se limite pas à ses indicateurs financiers. Diller a également mis en doute les perspectives de croissance limitées de Truth Social, jetant un doute sur l'attrait durable de la plateforme. Soulignant l'importance de l'implication de Donald Trump dans la plateforme, Diller a fait valoir que la pertinence actuelle de l'ancien président est étroitement liée à ses activités politiques, ce qui suggère que le succès de la plateforme pourrait être de courte durée.

    Malgré les critiques, Trump a fermement défendu sa plateforme, affirmant qu'elle était « très solide » et soulignant sa situation financière avec "ZERO DETTE" et d'importantes réserves de liquidités. En réponse aux réactions négatives des détracteurs de Trump, TMTG, dans une déclaration à The Hill, n'a pas exprimé de surprise, maintenant son engagement à ne pas étouffer l'expression politique.

    Citation Envoyé par Donald Trump
    C'est très bien pour une startup qui se développe rapidement. Mais lorsque j'émets une déclaration ou un message, ils sont diffusés partout, rapidement et furieusement. TOUT LE MONDE SEMBLE COMPRENDRE CE QUE J'AI À DIRE, ET RAPIDEMENT. Lors des conférences de presse, il m'arrive de demander "qui est sur Truth". Aucun journaliste ne m'a jamais dit qu'il ne l'était pas. Ils sont tous sur TRUTH parce qu'ils doivent l'être. Ne croyez donc pas les FAKE NEWS. Jusqu'à ce que j'arrive et que je les démasque, ils étaient respectés et crus. Aujourd'hui, c'est exactement le contraire. Avec la Russie, la Russie, la Russie HOAX et toutes les autres, les gens comprennent. En utilisant TRUTH, je suis devenu le candidat républicain à la présidence des États-Unis, et ce en un temps record ! Lorsque j'appuie un politicien sur la VÉRITÉ, il gagne presque TOUJOURS. Si cela ne fonctionnait pas, ou si cela ne permettait pas de faire passer le message, je ne l'utiliserais pas - mais cela fonctionne, et très bien - et le plaisir ne fait que commencer !
    Nom : truth.png
Affichages : 55723
Taille : 48,7 Ko

    La controverse entourant les performances boursières de l'entreprise n'est pas la seule question en jeu. Donald Trump est également empêtré dans un conflit juridique avec les cofondateurs de sa société de médias sociaux au sujet de la propriété de TMTG. Les cofondateurs, anciens participants à l'émission de télé-réalité The Apprentice, allèguent qu'on leur a promis des actions pour leur rôle dans le lancement de l'entreprise, promesse qui, selon eux, n'a pas été tenue.

    Alors que les drames juridiques et financiers se succèdent, l'évaluation de TMTG par Diller, qui la qualifie « d'arnaque » et ses investisseurs de « crétins », continue de faire écho au sein de la communauté des investisseurs. L'avenir de Trump Media étant incertain et ses finances faisant l'objet d'un examen minutieux, la réaction du marché à l'évaluation brutale de Diller reste à voir.

    La saga de Trump Media and Technology Group est une mise en garde pour les investisseurs et rappelle que tout ce qui brille sur le marché boursier n'est pas de l'or. Alors que l'entreprise est confrontée à des problèmes juridiques et au scepticisme des marchés, la sagesse des mots de Barry Diller peut s'avérer un guide inestimable pour ceux qui cherchent à investir judicieusement dans le monde tumultueux des médias et de la technologie.

    Sources : interview de Barry Diller (vidéo dans le texte), Donald Trump (Truth Social)

    Et vous ?

    Pensez-vous que Truth Social, la plateforme de médias sociaux de Trump, a un avenir solide malgré les doutes exprimés par Barry Diller ? Quelles sont les chances qu’elle puisse rivaliser avec des géants comme Facebook et Twitter ?
    Les actions de TMTG ont initialement grimpé après leur introduction en bourse, mais elles ont depuis chuté. Cela vous rappelle-t-il les récents engouements pour des actions comme Gamestop ? Quelles leçons pouvons-nous tirer de ces situations ?
    Barry Diller a qualifié les actionnaires de TMTG de “crétins”. Quelle est la responsabilité des investisseurs lorsqu’ils achètent des actions d’une entreprise nouvellement cotée ? Devraient-ils se fier uniquement aux chiffres financiers ou prendre en compte d’autres facteurs ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #130
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 571
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 571
    Points : 4 024
    Points
    4 024
    Par défaut
    bah pourtant cétais un bon investissement tres court therme. les trump fan on fait grimpé l'action. bon maintenant on peu plus refaire des benef easy. c'est trop tard.

  11. #131
    Membre chevronné

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    Avril 2015
    Messages
    452
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Vendée (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2015
    Messages : 452
    Points : 1 966
    Points
    1 966
    Par défaut
    Il faut se baser sur les chiffres. Cette boîte est cotée plus de 2000 fois son chiffre d'affaire. Elle a fait à peine un millions de USD de chiffre d'affaire au premier trimestre. Sur 2023, son chiffre d'affaire est de l'ordre de vingt millions de dollars.
    Espérer qu'elle devienne tout à coup profitable, c'est croire au père noel.
    En fait, son cours est maintenu par les gens qui vendent à découvert, c'est une sorte de cercle vicieux.
    Pour moi, c'est aussi fiable que les principes éthiques de Trump.

  12. #132
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Novembre 2009
    Messages
    2 027
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2009
    Messages : 2 027
    Points : 5 468
    Points
    5 468
    Par défaut
    Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
    En fait, son cours est maintenu par les gens qui vendent à découvert, c'est une sorte de cercle vicieux.
    Je comprends pas. Le principe du vendeur a découvert c'est justement de faire baisser le prix un titre.

  13. #133
    Membre chevronné

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    Avril 2015
    Messages
    452
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Vendée (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2015
    Messages : 452
    Points : 1 966
    Points
    1 966
    Par défaut
    Citation Envoyé par micka132 Voir le message
    Je comprends pas. Le principe du vendeur a découvert c'est justement de faire baisser le prix un titre.
    Pour vendre à découvert, il faut disposer des titres, quelque part, ou de la garantie de pouvoir les fournir. Donc, quelqu'un, quelque part, finit bien par les acheter. Comme le marché est très peu liquide (très peu de gens "normaux" achètent cette daube), ce sont ces achats qui maintiennent le cours. Sans ces shorts, l'action devrait être à quelques centimes, et encore.

  14. #134
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    Novembre 2009
    Messages
    2 027
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2009
    Messages : 2 027
    Points : 5 468
    Points
    5 468
    Par défaut
    J'avoue ne toujours pas comprendre. A ma connaissance les rares fois ou la vad fait monter le cours c'est totalement involontairement lors des shorts squeezes.
    Quand il y a Krash, l'un des premiers trucs stoppé c'est la vad car elle contribue à faire chuter les cours, pas à la faire monter.
    De ce que je peux lire sur ce titre, il y a tres peu de titre disponible pour la vad et donc la "location" est extrêmement onéreuse, mais c'est sur un marché à part, pas sur le cours de bourse.

  15. #135
    Membre chevronné

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    Avril 2015
    Messages
    452
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Vendée (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2015
    Messages : 452
    Points : 1 966
    Points
    1 966
    Par défaut
    Citation Envoyé par micka132 Voir le message
    De ce que je peux lire sur ce titre, il y a tres peu de titre disponible pour la vad et donc la "location" est extrêmement onéreuse, mais c'est sur un marché à part, pas sur le cours de bourse.
    C'est justement la rareté des titres disponibles et l'envie de certains de jouer le short qui maintiennent le cours. Tu ne peux pas vendre à découvert sans garantie derrière toi, donc sans que les titres que tu traites ne soient disponibles quelque part.
    Lorsque le titre est coté, les garants sont bien forcés d'aller les chercher sur le marché.
    Ceci est ma compréhension du mécanisme, je n'en ai pas l'expérience. Je préfère travailler avec de vraies entreprises, qui offrent de vraies perspectives, directement avec les titres qu'elles émettent. Et je n'ai vraiment pas à me plaindre !
    Il ne me viendrait pas à l'idée de mettre un cent dans une boîte créée dans le seul but de permettre à un psychopathe véreux d'échapper à la justice, voire d'accéder à la tête d'un État.

  16. #136
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 607
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 607
    Points : 200 717
    Points
    200 717
    Par défaut Entre ambitions et réalités : Trump Media and Technology Group a perdu 327 Mns $ au premier trimestre
    Entre ambitions et réalités : Trump Media and Technology Group a perdu 327 millions de dollars au premier trimestre,
    un début d’année difficile avec des pertes nettes considérables

    Le groupe Trump Media & Technology, affilié à l’ancien président américain Donald Trump et opérateur du réseau social Truth Social, a rapporté des revenus de 770 500 dollars pour le premier trimestre de 2024, mais a également subi une perte nette de 327,6 millions de dollars.

    La société, basée à Sarasota en Floride, a commencé à être cotée à la bourse Nasdaq sous le symbole “DJT” le 26 mars 2024, suite à sa fusion avec la société d’acquisition à vocation spéciale Digital World Acquisition Corp. (DWAC). À la clôture de lundi, avec un prix de l’action à 48,38 dollars, la capitalisation boursière de TMTG s’élevait à environ 6,6 milliards de dollars.

    Donald Trump détient environ 64,9 % des actions en circulation de Trump Media & Technology Group, ce qui rend sa participation actuellement évaluée à environ 5,5 milliards de dollars. Cependant, il est restreint de vendre des actions TMTG pendant une période de six mois après que les actions de la société ont commencé à être négociées publiquement. Les 114,75 millions d'actions qu'il détient comprennent 36 millions « d'actions de complément de prix » officiellement déterminées par TMTG le 26 avril conformément à l'accord de fusion de DWAC.

    Au premier trimestre, la société a enregistré 311 millions de dollars de dépenses hors trésorerie résultant de la conversion des billets à ordre et de l'élimination connexe des passifs antérieurs, immédiatement avant la clôture de la fusion de TMTG avec DWAC. Trump Media and Technology Group a enregistré une perte d'exploitation de 12,1 millions de dollars au premier trimestre sur la base des calculs de l'EBITDA ajusté ; environ la moitié de ce montant - 6,3 millions de dollars - consistait en des paiements uniques liés à la clôture de la fusion de TMTG avec DWAC. Pour mémoire, indicateur financier américain, l'EBITDA correspond au bénéfice effectué par une société avant la soustraction des intérêts, des impôts, taxes, dotations aux amortissements et provisions sur immobilisation. La société a déclaré une perte d'exploitation de 98,35 millions de dollars pour le premier trimestre selon les principes comptables généralement reconnus (PCGR).

    « À ce stade précoce du développement de la société, TMTG reste concentré sur le développement de produits à long terme, plutôt que sur les revenus trimestriels », a déclaré la société en annonçant les résultats du premier trimestre 2024. « En ajoutant des fonctionnalités à Truth Social, en lançant le streaming TV en direct et en développant son écosystème, la société vise à développer d'abord une série de produits de premier ordre qui peuvent ensuite être exploités pour augmenter les revenus et générer de la valeur à long terme. »

    TMTG a déclaré que son « initiative publicitaire naissante » continuera à évoluer au fur et à mesure que TMTG mettra en œuvre sa vision ».

    La société prévoit de lancer une nouvelle « plateforme de streaming TV en direct » pour l'application Truth Social pour Android, iOS et le web. Dans une phase ultérieure, TMTG lancera « des applications autonomes de streaming Truth Social over-the-top (“OTT”) pour les téléphones, les tablettes et autres appareils », suivies par des applications de streaming Truth Social « pour la télévision domestique ».

    Nom : sec.png
Affichages : 3443
Taille : 703,5 Ko

    Un fonds de roulements suffisant pour financer ses activités dans un avenir prévisible

    Au 31 mars, TMTG a déclaré que son solde de trésorerie et d'équivalents de trésorerie était de 273,7 millions de dollars. La société « estime qu'elle dispose d'un fonds de roulement suffisant pour financer ses activités dans un avenir prévisible », a-t-elle déclaré lors de l'annonce des résultats du premier trimestre.

    Le rapport trimestriel et les états financiers de TMTG ont été examinés par Semple, Marchal & Cooper, que la société a désigné comme son cabinet d'experts-comptables indépendant à compter du 4 mai 2024. Cette nomination est intervenue après que la SEC a accusé le précédent auditeur de TMTG, BF Borgers, de « fraude massive » dans la préparation de plus de 1 500 dossiers réglementaires pour des sociétés publiques.

    Trump Media and Technology Group a déclaré que, sur la base des données fournies à la société, au 29 avril 2024, les actions de la société étaient détenues par plus de 621 000 actionnaires, « dont la grande majorité sont des investisseurs individuels ».

    TMTG a lancé Truth Social au début de l'année 2022 ; la société n'a pas révélé combien de personnes utilisent le service. « À ce stade de son développement, TMTG estime que l'adhésion aux indicateurs de performance clés traditionnels, tels que les inscriptions, le revenu moyen par utilisateur, les impressions publicitaires et la tarification, ou les comptes d'utilisateurs actifs, y compris les utilisateurs actifs mensuels et quotidiens, pourrait potentiellement détourner son attention de l'évaluation stratégique en ce qui concerne les progrès et la croissance de son entreprise », a déclaré la société dans son dépôt 10-Q lundi.

    Un avenir qui s'appuie en partie sur la popularité de Donald Trump

    Trump Media & Technology Group a été formé en 2021 après que l'ancien président a été expulsé de Twitter (maintenant appelé X), Facebook, Instagram, YouTube et d'autres plateformes Internet, qui ont déclaré qu'il avait violé les interdictions contre l'incitation à la violence en relation avec l'attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole des États-Unis, qui visait à renverser les résultats de l'élection de 2020. Les comptes de Trump ont été rétablis par X, Meta's Facebook et Instgram, YouTube et d'autres, mais il continue d'utiliser Truth Social comme sa plateforme de médias sociaux préférée.

    « Le succès de TMTG dépend en partie de la popularité de notre marque et de la réputation et de la popularité du président Donald J. Trump. La valeur de la marque TMTG peut diminuer si la popularité du président Donald J. Trump devait diminuer », a déclaré la société dans une section du dépôt 10-Q intitulée « Facteurs clés affectant les résultats d'exploitation ».

    La section se poursuit ainsi : « Des réactions négatives à la publicité relative au président Donald J. Trump, ou la perte de ses services, pourraient avoir un effet négatif sur les revenus, les résultats d'exploitation et la capacité de TMTG à maintenir ou à générer une base de consommateurs. Le président Donald J. Trump est impliqué dans de nombreux procès et autres affaires qui pourraient nuire à sa réputation. En outre, le plan d'affaires de TMTG repose sur le fait que le président Donald J. Trump ramène ses anciens adeptes des médias sociaux sur la plateforme de TMTG. Dans le cas où l'un de ces événements, ou d'autres, ferait que ses adeptes se désintéressent de ses messages, le nombre d'utilisateurs de notre plateforme pourrait diminuer ou ne pas croître comme nous l'avons supposé ».

    Source : Truth social

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur la stratégie à long terme de TMTG malgré les pertes nettes significatives ?
    Pensez-vous que l’investissement dans le développement de produits compensera les pertes initiales de TMTG à l’avenir ?
    Comment évaluez-vous l’impact potentiel de la plateforme de diffusion en direct de télévision de Truth Social sur le paysage médiatique actuel ?
    Quels sont les risques et les opportunités pour les investisseurs dans une entreprise comme TMTG qui est en phase de démarrage ?
    La participation majoritaire de Donald Trump dans TMTG influence-t-elle votre perception de l’entreprise et de ses produits ?
    Comment la performance financière de TMTG au premier trimestre de 2024 influence-t-elle votre vision de l’avenir des médias sociaux ?
    Quelles fonctionnalités aimeriez-vous voir ajoutées à Truth Social pour améliorer l’expérience utilisateur ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 4
    Dernier message: 12/03/2021, 17h08
  2. Réponses: 2
    Dernier message: 24/10/2020, 02h43
  3. Réponses: 30
    Dernier message: 02/07/2020, 03h05
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 02/05/2017, 11h59
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 06/02/2017, 17h44

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo