IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Cloud Computing Discussion :

Les éditeurs de logiciels prévoient de passer à des modèles d'abonnement au cours des 18 prochains mois


Sujet :

Cloud Computing

  1. #1
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    786
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 31
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 786
    Points : 46 008
    Points
    46 008
    Par défaut Les éditeurs de logiciels prévoient de passer à des modèles d'abonnement au cours des 18 prochains mois
    Les éditeurs de logiciels prévoient de passer à des modèles d'abonnement au cours des 18 prochains mois dans l'espoir d'améliorer leurs revenus, selon une enquête menée par Revenera

    Pendant longtemps, les logiciels ont été utilisés en les achetant une fois et en les utilisant pendant une longue période. Cependant, il semble que les éditeurs de logiciels se soient rendu compte que, même si cette méthode leur procurait un bon revenu, ils avaient également besoin de gagner de l'argent à plus long terme avec leurs programmes.

    Ainsi plus de la moitié des entreprises du secteur des logiciels prévoient de passer à des modèles d'abonnement d'ici un an environ. À ce sujet, une enquête a été menée auprès de 374 personnes par Revenera, intitulée "Software Monetization Models and Strategies 2021" et a permis de déterminer l'avenir de la rentabilité dans le secteur des logiciels.

    À l'heure actuelle, les modèles de monétisation qui dominent le secteur sont l'abonnement et la licence perpétuelle. L'abonnement signifie que les utilisateurs, au lieu d'acheter un logiciel, paient un montant mensuel spécifique pour que leur compte logiciel continue de fonctionner, tandis que la licence perpétuelle signifie que les utilisateurs obtiendront une licence logicielle pour quelques mois ou pour une période spécifique, après quoi ils devront la racheter. De cette manière, les éditeurs de logiciels génèrent de meilleurs revenus, 36 % des entreprises optant pour l'abonnement et 24 % pour la licence. Ces pourcentages vont passer à 53 % et 37 % dans les deux catégories respectivement.

    Nom : 1634127130640.jpg
Affichages : 1046
Taille : 51,8 Ko

    La principale raison pour laquelle les éditeurs de logiciels envisagent de passer de l'achat unique à l'abonnement mensuel ou à la licence est que cela leur permettra de générer de meilleurs revenus à plus long terme. Les entreprises envisagent ainsi de pénétrer un tout nouveau marché vertical et 72 % des développeurs de l'industrie du logiciel sont d'accord avec cette idée. En outre, les développeurs et les éditeurs de logiciels proposent aux utilisateurs une offre exceptionnelle. Avant de s'abonner à un paiement mensuel, les utilisateurs peuvent évaluer ou essayer le logiciel avant de prendre la décision officielle de s'y abonner définitivement.

    Cependant, l'alignement entre les prix et la valeur des logiciels a posé problème : 30 % des personnes interrogées estiment que la valeur et le prix du logiciel sont totalement alignés, tandis que 63 pensent que ce n'est pas le cas.

    Nom : 1634127325729.jpg
Affichages : 1012
Taille : 36,5 Ko

    Source : Revenera

    Et vous ?

    Trouvez-vous cette étude pertinente ou pas ?
    En tant qu'éditeur de logiciels, pensez-vous adopter la méthode de l'abonnement ?
    Quels impacts cela aura-t-il au niveau des consommateurs ?

    Voir aussi :

    La France représente 2 % de la production mondiale de logiciels, soit 4 fois moins qu'Oracle ou IBM et 9 fois moins que Microsoft

    Microsoft laissera les développeurs garder 100 % des revenus générés par leurs applications Windows 11, à moins qu'il ne s'agisse d'un jeu s'ils font appel à un système de paiement tiers
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    mai 2012
    Messages
    98
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Var (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : mai 2012
    Messages : 98
    Points : 414
    Points
    414
    Par défaut
    Je pense que c'est le but de toute entreprise de vendre des abonements, un logiciel qui rapporte chaque mois sans avoir besoin de le vendre, et le mieux c'est de vendre le logiciel et de faire payer un abonement en plus !
    par contre en tant que consomateur je déteste les abonements car je considère que c'est une arnaque, j'essaye de les éviter au maximum

  3. #3
    Membre régulier
    Inscrit en
    août 2004
    Messages
    18
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : août 2004
    Messages : 18
    Points : 79
    Points
    79
    Par défaut
    Surtout qu'en tant que salarié, je parviens à demander une licence (par abonnement) pour un phpstorm, mais je me voies mal demander/réclamer plusieurs abonnements pour différents outils. Du coups, je renonce à certaines apps .

  4. #4
    Membre averti
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2006
    Messages
    114
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2006
    Messages : 114
    Points : 389
    Points
    389
    Par défaut
    Quand est-ce que le législateur va se pencher sur cette arnaque ? L'usage veut qu'on loue un bien ou un service que l'on utilise que ponctuellement. Louer à vie n'a aucun sens. J'exclue les services qui nécessitent l'entretien permanent d'un réseau comme les télécoms, les transports ou l'énergie où un abonnement permet théoriquement de financer les infrastructures, mais les logiciels ?

    A quand l'immobilier uniquement disponible en location ?

  5. #5
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    500
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 500
    Points : 2 011
    Points
    2 011
    Par défaut
    Citation Envoyé par herr_wann Voir le message
    A quand l'immobilier uniquement disponible en location ?
    c'est déja dans les cartons:
    https://www.francetvinfo.fr/economie...t_3796763.html

  6. #6
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    août 2003
    Messages
    587
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2003
    Messages : 587
    Points : 1 216
    Points
    1 216
    Par défaut
    Dans le milieu professionnel, c'est moins gênant d'avoir un abonnement avec un support qui suit : on utilise des bases Oracle au travail et le support est déplorable (délai de réponse long, bug remonté et non corrigé depuis plus de 2 ans), une migration vers PostgreSQL est dans les tuyaux du coup.

    En tant que particulier, j'ai horreur de ça : j'aime bien posséder une version même si le support de celle-ci n'est plus assuré après X années.
    Ca à l'air de devenir la norme : quand je vois les plateformes pour guitariste et autres musiciens (Songsterrr, Chordify, ...), je trouve que ça devient du vol car c'est la communauté qui alimente le service.
    Ils fournissent juste une plateforme. Il y a probablement des frais mais les prix des abonnements sont trop élevés (6-10€/mois).
    Même quand ça se dit sans publicité (c'est au final que pour la navigation) quand tu payes l'abonnement, il y en a toujours un peu : newsletter, artistes mis en avant, ...

    Pour moi, les sociétés devraient systématiquement (si concernées) distinguer la clientèle professionnelle et les particuliers.
    Certains sites communautaires affichent une jauge avec les frais de fonctionnements couverts (qui sont parfois détaillés).

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 23/06/2021, 17h09
  2. Réponses: 41
    Dernier message: 01/07/2020, 11h27
  3. Un chercheur du Google Project Zero met en garde les éditeurs de logiciels
    Par Stéphane le calme dans le forum Sécurité
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/10/2017, 12h55
  4. Réponses: 194
    Dernier message: 20/08/2014, 23h23
  5. Réponses: 39
    Dernier message: 21/11/2013, 00h02

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo