IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #61
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 246
    Points
    66 246
    Par défaut Facebook, devenu Meta, vient d'être frappé par son premier procès important depuis les révélations d'Haugen
    Facebook, devenu Meta, vient d'être frappé par son premier procès important depuis qu'une dénonciatrice a révélé une foule de documents internes.
    Les plaignants réclament 100 milliards de dollars

    Le procureur général de l'Ohio, David Yost, a entamé lundi une action en justice contre Meta, la maison mère de Facebook, accusant la société d'avoir violé la loi fédérale sur les valeurs mobilières en omettant de divulguer aux investisseurs des recherches internes sur les effets néfastes de ses plateformes sur les enfants. La plainte a été déposée au nom du système de retraite des employés publics de l'Ohio et des investisseurs de Facebook, qui auraient collectivement perdu plus de 100 milliards de dollars de parts de marché depuis que Frances Haugen, l'employée devenue dénonciatrice, a révélé les agissements de l'entreprise au Wall Street Journal.

    Frances Haugen, 37 ans, est une experte en science des données originaire de l'Iowa, diplômée en ingénierie informatique et titulaire d'une maîtrise en commerce de Harvard. Il y a quelques mois, l'ancienne employée de Facebook a divulgué à la presse des documents internes qui ont donné un aperçu peu flatteur et, dans certains cas, inquiétant de l'écart entre la façon dont les dirigeants présentent l'entreprise publiquement et ce que Facebook sait de ses produits grâce à des recherches qu'il a lui-même parrainées. Les propres recherches de Facebook montrent que le réseau social amplifie la haine, la désinformation et les troubles politiques.

    Nom : 211028153607-meta-pba-exlarge-169.jpg
Affichages : 17241
Taille : 23,2 Ko

    Cependant, l'entreprise cache ce qu'elle sait. D'autres données ont révélé qu'Instagram nuit aux adolescentes, principalement aux jeunes filles. Elle a également révélé l'existence d'un programme appelé XCheck qui sélectionnait certains utilisateurs comme étant au-dessus des règles. Depuis les dénonciations d'Haugen, aucune action d'envergure n'a été entreprise contre Meta, ni par les parties civiles, ni par le gouvernement fédéral, mais les choses ont évolué cette semaine. Le procureur général de l'Ohio, David Yost, a décidé de poursuivre Meta, affirmant que la cascade de révélations sur la société a fait perdre des milliards de dollars aux actionnaires.

    « Facebook a dit qu'il s'occupait de nos enfants et qu'il éliminait les trolls en ligne, mais en réalité, il créait de la misère et de la discorde pour le profit », a déclaré Yost dans un communiqué de presse lundi. « Nous ne sommes pas des personnes pour Mark Zuckerberg, nous sommes le produit et nous sommes utilisés les uns contre les autres par cupidité », a-t-il ajouté. Yost, qui dirige le procès, a déclaré dans le communiqué de presse qu'il espérait récupérer les pertes du fonds de pension grâce à cette action en justice et s'assurer que l'entreprise "procède à des réformes importantes" pour éviter de tromper à nouveau le public.

    L'Ohio Public Employees Retirement System (OPERS), qui gère 125 milliards de dollars pour le compte de 1,1 million d'Ohioans, dit avoir acheté des actions Facebook "à des prix artificiellement gonflés en 2021" et avoir subi des dommages en raison des violations par Facebook des lois fédérales sur les valeurs mobilières. « Les défendeurs étaient conscients que les plateformes de Facebook facilitent la dissension, les activités illégales et l'extrémisme violent, et causent un préjudice important aux utilisateurs, en particulier aux enfants, mais Facebook a refusé de corriger ces problèmes », allègue la poursuite fédérale.

    « Au total, ces divulgations ont effacé plus de 100 milliards de dollars de valeur pour les actionnaires et soumis Facebook à un immense préjudice de réputation », lit-on dans le document. L'OPERS a déclaré avoir acheté 139 000 actions entre mai et septembre. Cette action en justice intervient après que Haugen a témoigné devant le Congrès que l'entreprise "faisait passer ses profits astronomiques avant les gens". Après les reportages et les révélations d'Haugen, le cours de l'action Facebook a chuté. Yost prévoit de demander au tribunal de faire d'OPERS le principal plaignant dans l'affaire contre Meta.

    « L'action en justice vise à récupérer plus de 100 milliards de dollars en valeur d'investissement perdue et à imposer des réformes importantes à Facebook », a déclaré le bureau du procureur général. L'action en justice vise Facebook et trois dirigeants clefs : le fondateur Mark Zuckerberg, le directeur financier David Wehner et le vice-président des affaires mondiales Nick Clegg. Du côté de Meta, un représentant de la société a déclaré : « Ce procès est sans fondement et nous nous défendrons vigoureusement ». La société a maintenu que les documents ne donnent pas une image complète de Meta et de ses efforts en matière de sécurité.

    Le cours de son action a chuté d'environ 9 % depuis que les premiers rapports sur ses agissements ont commencé à être publiés en septembre. Selon des experts, l'action en justice de lundi est également la première d'une série d'actions en justice contre Meta. L'analyste Blair Levin a déclaré au site Web d'information Business Insider en octobre que les recours collectifs - comme la poignée de recours qui ont déjà été déposés - et les enquêtes menées par les procureurs généraux des États comme Yost pourraient être des menaces plus graves que toute nouvelle réglementation fédérale du Congrès.

    Source : Le procureur général de l'Ohio

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise

    Les recherches de Facebook montrent qu'Instagram est nocif pour les adolescents, mais l'entreprise relativise et défend que cela dépend de leur état d'esprit et la manière dont ils l'utilisent

    La lanceuse d'alerte Frances Haugen exhorte Mark Zuckerberg à démissionner et à investir davantage sur la « sécurité » au lieu de consacrer des ressources au « métavers »

    La dénonciatrice de Facebook demande au Sénat de tenir les réseaux sociaux pour responsables de leurs algorithmes, en modifiant l'article 230 de la Communications Decency Act
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #62
    Membre extrêmement actif
    Profil pro
    Inscrit en
    Juin 2010
    Messages
    794
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2010
    Messages : 794
    Points : 986
    Points
    986
    Par défaut
    Facebook n'est pas devenu Meta

  3. #63
    Membre actif
    Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2012
    Messages
    79
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2012
    Messages : 79
    Points : 275
    Points
    275
    Par défaut
    Il a fait All-in sur une seule action, il a perdu, maintenant il fait un procès parce que oui la bourse ce n'est pas que des hausses à l'infini.

  4. #64
    Membre émérite
    Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    Décembre 2010
    Messages
    800
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2010
    Messages : 800
    Points : 2 279
    Points
    2 279
    Par défaut
    On s'en doutait que les réseaux sociaux n'étaient pas bons pour la santé. Mais c'est valable aussi pour les téléphones. Les jeunes passent leur temps dessus.
    Et encore mes gamins n'ont pas de comptes sur les réseaux sociaux, ils regardent plein de vidéos (tik-tok, youtube, des séries) moins pire. Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
    Une personne normale ne peut pas lutter.

    De toute façon quand c'est gratuit c'est toi le produit.

  5. #65
    Membre chevronné

    Profil pro
    Chef de Projet / Développeur
    Inscrit en
    Juin 2002
    Messages
    593
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chef de Projet / Développeur
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2002
    Messages : 593
    Points : 1 969
    Points
    1 969
    Par défaut
    Citation Envoyé par redcurve Voir le message
    Facebook n'est pas devenu Meta
    Quand même un peu ...

    Soit ! Le produit/site/réseau social s'appelait et continue de s'appeler "Facebook".
    Mais la société "Facebook Inc." a bien changé de nom en (et est donc devenu) "Meta Platforms, Inc."

    Alors ne pas spécifier le "Inc." est peut-être un raccourci de langage, mais on dit "Microsoft", jamais "Microsoft Corp."
    On ne peut pas considérer la phrase comme fausse.
    --
    vanquish

  6. #66
    Modérateur
    Avatar de escartefigue
    Homme Profil pro
    bourreau
    Inscrit en
    Mars 2010
    Messages
    10 027
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loir et Cher (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : bourreau
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2010
    Messages : 10 027
    Points : 38 180
    Points
    38 180
    Billets dans le blog
    8
    Par défaut
    Citation Envoyé par archqt Voir le message
    Par contre il est clair que les influenceurs physiques ne peuvent que donner des complexes. Ils prennent des produits, ne mangent pas pour rester "sec", font 4H de muscu par jour, sans compter la chirurgie pour se faire gonfler les seins, blanchir les dents...
    Une personne normale ne peut pas lutter.
    J'aimerai voir la tronche de l'influenceur des frères Bogdanov

  7. #67
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    Avril 2009
    Messages
    373
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 91
    Localisation : France, Essonne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité
    Secteur : Associations - ONG

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2009
    Messages : 373
    Points : 782
    Points
    782
    Par défaut
    L'anarchie numérique n'a pas encore atteint ses limites, on en verra d'autres !
    Le procureur général de l'Ohio ? pourquoi pas le grand chaman des Machin-choses !
    Le pouvoir judiciaire USA est bien le plus fort ! (de café) du monde.
    Pouvons nous perdre notre temps technique ainsi alors que nous sommes désarmés.

  8. #68
    Futur Membre du Club Avatar de turban
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Septembre 2010
    Messages
    5
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 67
    Localisation : France, Vosges (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2010
    Messages : 5
    Points : 8
    Points
    8
    Par défaut Il y a 5 ans, je le pensais déjà
    Bonjour,
    Oui, il y a 5 ans que j'ai supprimé mon compte, je le pensais déjà que ces sites réunissaient tout le mauvais pour toute une génération de jeunes et moins jeunes qui bien-sur grandissent et ne savent pas faire la différence entre le bon et le pire.
    je suis heureux que les choses prennent un nouveau tournant, il est temps. Bravo Frances Haugen,
    et pourtant je suis ouvert à toutes les technologies nouvelles.
    Il serait temps aussi que les comptes soient ouvert avec de vrai noms et coordonnées réelles pour éviter ses débordements.
    A bon entendeur.
    Dominique

  9. #69
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 309
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 309
    Points : 194 964
    Points
    194 964
    Par défaut Un nouveau projet de loi sur les algorithmes pourrait obliger FB à modifier le fonctionnement du fil d'actu
    Un nouveau projet de loi sur les algorithmes pourrait obliger Facebook à modifier le fonctionnement du fil d'actualités,
    sans modification de l'article 230

    Un nouveau projet de loi bipartite pourrait marquer le premier pas du Congrès américain vers la lutte contre l'amplification algorithmique des contenus préjudiciables. Le NUDGE Act sur les médias sociaux, rédigé par les sénateurs Amy Klobuchar (D-MN) et Cynthia Lummis (R-WY), pousserait le National Science Foundation et le National Academy of Sciences, Engineering and Medicine à étudier des moyens « neutres au contenu » d'ajouter de la friction au partage de contenu en ligne. Le projet de loi demande aux chercheurs d'identifier un certain nombre de moyens de ralentir la propagation des contenus préjudiciables et de la désinformation, que ce soit en demandant aux utilisateurs de lire un article avant de le partager (comme Twitter l'a fait) ou d'autres mesures. La Federal Trade Commission codifierait ensuite les recommandations et obligerait les plateformes de médias sociaux comme Facebook et Twitter à les mettre en pratique.

    Les plateformes technologiques seraient également tenues de partager des informations sur leur conformité aux règles et l'impact des interventions. Ne pas le faire constituerait des pratiques déloyales et trompeuses, que la FTC contrôle déjà.


    Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent,

    Frances Haugen, qui a travaillé pour Facebook, est derrière la fuite d'un énorme cache de documents Facebook qui a servi de socle pour une série de révélations sur le numéro un des réseaux sociaux.

    Dans un entretien durant l'émission 60 Minutes sur CBS News, elle a décrit une entreprise si engagée dans l'optimisation des produits qu'elle a adopté des algorithmes qui amplifient les discours de haine.

    Frances Haugen : Alors, vous savez, vous avez votre téléphone. Vous pourriez ne voir que 100 éléments de contenu si vous vous asseyez et faites défiler pendant, disons, cinq minutes. Mais Facebook a des milliers d'options qu'il pourrait vous montrer.

    L'algorithme choisit parmi ces options en fonction du type de contenu avec lequel vous vous êtes le plus engagé dans le passé.

    Frances Haugen : Et l'une des conséquences de la façon dont Facebook sélectionne ce contenu aujourd'hui, c'est qu'il s'agit d'optimiser le contenu qui suscite l'engagement ou la réaction. Mais ses propres recherches montrent qu'un contenu haineux, qui divise, qui polarise, inspire plus facilement aux gens de la colère que d'autres émotions.

    Scott Pelley : La désinformation, du contenu plein de colère est attrayant pour les gens et continue de les garder sur la plateforme.

    Françoise Haugen : Oui. Facebook s'est rendu compte que s'ils changent l'algorithme pour qu'il devienne plus sûr, les gens passeront moins de temps sur le site, ils cliqueront sur moins de publicités, ils gagneront moins d'argent.

    Haugen note que Facebook a compris le danger pour les élections de 2020. Facebook a donc activé les systèmes de sécurité pour réduire la désinformation, mais bon nombre de ces changements, dit-elle, étaient temporaires.

    Frances Haugen : Et dès que les élections étaient terminées, ils les ont désactivés ou ils ont ramené les paramètres à ce qu'ils étaient avant, pour donner la priorité à la croissance plutôt qu'à la sécurité. Et cela ressemble vraiment à une trahison de la démocratie pour moi.

    Scott Pelley : Facebook amplifie essentiellement le pire de la nature humaine.

    Frances Haugen : C'est l'une de ces conséquences malheureuses, n'est-ce pas ? Personne chez Facebook n'est malveillant, mais les incitations sont mal alignées, n'est-ce pas ? Néanmoins, Facebook gagne plus d'argent lorsque vous consommez plus de contenu. Les gens aiment s'engager dans des choses qui suscitent une réaction émotionnelle. Et plus ils sont exposés à la colère, plus ils interagissent et plus ils consomment.

    Cette dynamique a conduit à une plainte auprès de Facebook par les principaux partis politiques à travers l'Europe. Ce rapport interne de 2019 obtenu par Haugen indique que les parties, « … ont le sentiment profond que le changement de l'algorithme les a forcées à biaiser négativement leurs communications sur Facebook… les conduisant à adopter des positions politiques plus extrêmes ».


    Le NUDGE Act

    Pendant des années, les démocrates ont recherché des moyens de lutter contre la désinformation en ligne, tandis que les républicains ont critiqué ces efforts comme des menaces à la liberté d'expression. Mais, suite au témoignage de la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen, les membres des deux parties ont commencé à travailler ensemble pour trouver des moyens de réglementer les algorithmes qui traitent à la fois des problèmes des enfants et de la désinformation.

    Nudging Users to Drive Good Experiences on Social Media (Social Media NUDGE) Act établirait des études pour examiner et recommander des interventions visant à réduire la dépendance et l'amplification des contenus préjudiciables sur les plateformes de médias sociaux. À la suite de l'étude initiale, la législation tiendrait les plateformes responsables du suivi des recommandations.

    « Pendant trop longtemps, les entreprises technologiques ont dit "Faites-nous confiance, nous nous en occupons" », a déclaré le sénateur démocrate Amy Klobuchar. « Mais nous savons que les plateformes de médias sociaux ont à plusieurs reprises fait passer les profits avant les gens, avec des algorithmes poussant des contenus dangereux qui accrochent les utilisateurs et propagent la désinformation. Ce projet de loi contribuera à lutter contre ces pratiques, notamment en mettant en œuvre des changements qui augmentent la transparence et améliorent l'expérience utilisateur. Il est plus que temps d'adopter des réformes significatives qui s'attaquent de front aux méfaits des médias sociaux pour nos communautés ».

    Le soutien de la sénatrice républicaine Cynthia Lummis au projet de loi marque une avancée significative dans ce processus.

    « Le NUDGE Act est une bonne étape pour lutter pleinement contre la portée excessive des grandes entreprises technologiques », a déclaré Lummis. « En habilitant la [NSF] et la [NASEM] à étudier la dépendance des plateformes de médias sociaux, nous commencerons à comprendre pleinement l'impact que la conception de ces plateformes et leurs algorithmes ont sur notre société. À partir de là, nous pouvons établir des remparts pour protéger les enfants du Wyoming des effets négatifs des médias sociaux ».

    Nom : drapeau.jpg
Affichages : 2073
Taille : 35,9 Ko

    L'article 230

    L'article 230 de la Communications Decency Act (CDA) est un texte de loi adopté en 1996 lorsque l'internet en était encore à ses débuts qui protège largement les entreprises de toute responsabilité vis-à-vis des publications des utilisateurs. L'article 230 a initialement été adopté dans le cadre de la loi sur la décence en matière de communication, afin de protéger les sites web contre les poursuites judiciaires concernant le contenu que leurs utilisateurs ont publié. Il a été adopté pour encourager les sites web à s'engager dans la modération de contenu en supprimant le risque qu'ils puissent être poursuivis en tant qu'éditeur s'ils contrôlaient activement ce que leurs utilisateurs publiaient.

    Plus récemment, la loi a été attaquée par Donald Trump et les républicains qui se plaignaient du fait que les grandes enseignes de la technologie telles que Facebook, Twitter et Google censurent leurs opinions. Une partie des propositions du ministère de la Justice a abordé cette question litigieuse, en faisant valoir que l'article 230 devrait inclure une définition de la conduite « de bonne foi » des plateformes.

    En fait, le ministère américain de la Justice a fait des propositions visant à l'affaiblir dans l'optique de forcer les plateformes en ligne telles que Facebook, Twitter et Google à se justifier au cas où elles suppriment le contenu des utilisateurs (si elles souhaitent conserver l'immunité) et de supprimer le texte de loi qui permet aux sites web de modérer les contenus « choquants ».

    « Ces réformes visent les plateformes afin de s'assurer qu'elles traitent de manière appropriée les contenus illégaux tout en continuant à préserver un internet dynamique, ouvert et compétitif. Prises ensemble, elles garantiront que l'immunité de la section 230 incite les plateformes en ligne à être des acteurs responsables », a déclaré William Barr, le procureur général des États-Unis, dans un communiqué publié en juin 2020.

    Le ministère de la Justice a proposé des exclusions qui ciblent les « véritables mauvais acteurs » dont les plateformes facilitent intentionnellement les activités illégales, ainsi que la levée de l'immunité pour les contenus de tiers liés au cyberharcèlement, au terrorisme, aux drogues illicites et à l'exploitation des enfants. Il a également déclaré que les plateformes en ligne ne devraient pas être protégées des poursuites civiles des gouvernements ou de la responsabilité antitrust en vertu de l'article 230.

    Ces propositions ont suscité des réactions négatives de la part des plateformes internet. Peu avant leur publication, Nick Clegg, responsable de la politique mondiale et de la communication de Facebook, a déclaré : « les changements apportés à l'article 230 auraient pour conséquence que des plateformes telles que Facebook devraient retirer beaucoup, beaucoup plus de contenu que ce n'est le cas actuellement d'une manière qui, je pense, mettra beaucoup de gens mal à l'aise ».

    En mars dernier, les représentants Anna Eshoo (D-CA) et Tom Malinowski (D-NJ) ont présenté pour la première fois leur loi sur la protection des Américains contre les algorithmes dangereux, qui portait également sur l'amplification algorithmique. Contrairement au projet de loi de Klobuchar, la mesure de la Chambre modifierait l'article 230 de la loi sur la décence des communications pour toute plateforme disposant légalement d'une immunité lorsqu'il s'avère qu'elle a un contenu amplifié qui viole les droits civils.

    La dénonciatrice de Facebook prend position

    En octobre dernier, la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen a pris position pour une réforme de cet article. Devant un panel du Sénat, elle a déclaré :

    « Si nous avions une surveillance appropriée ou si nous réformions [l'article] 230 pour rendre Facebook responsable des conséquences de leurs décisions de classement intentionnelles, je pense qu'ils se débarrasseraient du classement basé sur l'engagement », a déclaré Haugen. « Parce que cela expose les adolescents à plus de contenu anorexique, cela sépare les familles, et dans des endroits comme l'Éthiopie, cela attise littéralement la violence ethnique ».

    Haugen s'est assuré de faire la distinction entre le contenu généré par les utilisateurs et les algorithmes de Facebook, qui priorisent le contenu dans les fils d'actualité et stimulent l'engagement. Elle a suggéré que Facebook ne devrait pas être responsable du contenu que les utilisateurs publient sur ses plateformes, mais qu'il devrait être tenu responsable une fois que ses algorithmes commencent à prendre des décisions sur le contenu que les gens voient.

    Cette suggestion reflète un projet de loi, le Protecting Americans from Dangerous Algorithms Act, qui a été présenté à la Chambre.

    Pourtant, malgré l'appel à la réforme de l'article 230, Haugen a également averti que la réforme à elle seule ne suffirait pas à surveiller de manière adéquate la large portée de l'entreprise. « La gravité de cette crise exige que nous rompions avec les cadres réglementaires précédents », a-t-elle déclaré. « Les modifications apportées aux protections de la vie privée obsolètes ou les modifications apportées à la section 230 ne seront pas suffisantes. »

    Conclusion

    La suppression de la protection de la responsabilité de l'article 230 a été le plus grand obstacle auquel sont confrontés les législateurs cherchant à lutter contre l'amplification algorithmique nuisible. Des groupes technologiques et d'intérêt public comme Public Knowledge se sont déjà prononcés en faveur de la mesure Klobuchar, notant que son absence de 230 changements en fait l'un des meilleurs modèles de régulation des algorithmes.

    « Public Knowledge soutient cette législation, car elle encourage une prise de décision éclairée pour résoudre un problème connu : la promotion de la désinformation », a déclaré Greg Guice, directeur des affaires gouvernementales chez Public Knowledge. « Plus important encore, le projet de loi fait tout cela sans lier la conformité à l'immunité de l'article 230 ».

    Il reste peu de temps au Congrès pour adopter une législation technologique avant que les élections de mi-mandat plus tard cette année. Dans une interview le mois dernier, Klobuchar était optimiste quant à la capacité des législateurs à adopter de larges projets de loi bipartites avant la fin de l'année.

    S'exprimant sur la loi NUDGE sur les médias sociaux, Klobuchar a déclaré : « Ce projet de loi aidera à lutter contre ces pratiques, notamment en mettant en œuvre des changements qui augmentent la transparence et améliorent l'expérience utilisateur ». Elle a poursuivi en disant : « Il est plus que temps d'adopter des réformes significatives qui s'attaquent de front aux méfaits des médias sociaux pour nos communautés ».

    Source : Amy Klobuchar

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette direction prise par les élus ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #70
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Bonsoir,

    Un nouveau projet de loi sur les algorithmes pourrait obliger Facebook à modifier le fonctionnement du fil d'actualités, sans modification de l'article 230

    Que pensez-vous de cette direction prise par les élus ?
    Encore une fois tous est question d’interprétation ... Exiger d'un lecteur de lire du contenu, ne va pas de lui faire "un bon élevé" . Si celui ci n'est pas en accord avec le contenu de l'article rien n’empêche le lecteur de donner "son point de vue".

    Comme d'habitude on en revient au même problème de fond. La modération automatique des contenus .

    Je vais imager la situation . Un forum quelconque par exemple . Une liste de termes saisies donne lieu à des contrôles automatiques. Puis cela peut déboucher sur des blocages pour "suspicion de contenu indésirable".

    Encore une fois les aglos sont bêtes et méchant. Un programme informatique, n'a ni état d’âme , ni émotion, ni contexte, ni concept . Employer A pour dire A ou B pour dire A . Le programme ne fait pas la différence. L'utilisateur lui oui.

    A un moment il faudra que Facebook , Twitter et consort enlève leur œillères

    Au final on est sur des lois qui nuisent plus qu'autre chose.

  11. #71
    Expert éminent sénior

    Femme Profil pro
    Rédacteur Web
    Inscrit en
    Mars 2020
    Messages
    838
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur Web

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2020
    Messages : 838
    Points : 58 030
    Points
    58 030
    Par défaut Meta fait l'objet de huit actions en justice pour exploitation des jeunes à des fins lucratives.
    Meta fait l'objet de huit actions en justice pour exploitation des jeunes à des fins lucratives,
    au motif que l'utilisation prolongée de la plateforme entraîne de graves problèmes de santé mentale

    Un cabinet d'avocats vient de lancer huit actions en justice contre Meta dans différents États, affirmant que Facebook et Instagram nuisent à la santé mentale des jeunes. Le cabinet, Beasley Allen, a publié une déclaration affirmant que Meta non seulement « exploite les jeunes à des fins lucratives », mais a délibérément rendu ses plateformes psychologiquement addictives et n'a pas réussi à protéger ses utilisateurs. Ce litige fait suite au témoignage très médiatisé d'une ancienne employée de Facebook devant le Congrès, selon lequel l'entreprise refusait d'assumer la responsabilité des dommages causés à la santé mentale de ses plus jeunes utilisateurs.

    Nom : Screenshot_2022-06-13 Meta Hit With 8 Suits Claiming Its Algorithms Hook Youth and Ruin Their Li.png
Affichages : 1488
Taille : 440,9 Ko

    Huit plaintes déposées dans des palais de justice américains au cours de la semaine dernière allèguent qu'une exposition excessive à des plateformes telles que Facebook et Instagram a conduit à des tentatives de suicide ou à des suicides réels, à des troubles de l'alimentation et à des insomnies, entre autres.

    « L'utilisation des médias sociaux chez les jeunes doit être considérée comme un facteur important de la crise de santé mentale à laquelle nous sommes confrontés dans le pays. Ces applications auraient pu être conçues pour minimiser tout dommage potentiel, mais au lieu de cela, la décision a été prise de rendre les adolescents dépendants de manière agressive au nom des profits de l'entreprise. Il est temps pour cette société de reconnaître les préoccupations croissantes concernant l'impact des médias sociaux sur la santé mentale et le bien-être de cette partie la plus vulnérable de notre société et de modifier les algorithmes et les objectifs commerciaux qui ont causé tant de dommages », a déclaré dans un communiqué Andy Birchfield, un avocat représentant le cabinet Beasley Allen Law Firm, qui mène les affaires.

    Un porte-parole de Meta a refusé de commenter le litige, mais a indiqué que l'entreprise avait développé des outils permettant aux parents de suivre l'activité de leurs enfants sur Instagram et de fixer des limites de temps. Meta propose également des rappels "Take A Break" qui incitent les utilisateurs à s'éloigner un moment des médias sociaux. En outre, la société fournit des ressources spécifiques aux troubles alimentaires, rend les contenus potentiellement sensibles plus difficiles à trouver et développe l'utilisation de l'intelligence artificielle pour s'assurer que les enfants de moins de 13 ans ne peuvent pas s'inscrire sur Facebook ou Instagram, selon le porte-parole.

    Ces plaintes s'ajoutent à une vague de poursuites récentes contre Meta et Snap dont certaines ont été déposées par des parents dont les enfants ont mis fin à leurs jours

    L'une des plaintes a été déposée lundi dernier par une mère du Tennessee qui affirme que l'utilisation intensive des produits Meta par sa fille de 15 ans l'a conduite à des idées suicidaires et à l'automutilation. Selon des documents judiciaires, les avocats de la femme ont déclaré que sa fille recevait des notifications de ces applications toute la journée, ce qui l'a rendue dépendante de ces dernières. Elle a également lutté contre un trouble alimentaire, une anxiété sévère,
    dépression et d'un mauvais sommeil, selon le procès. L'action en justice indique que Meta n'a pas prévenu la fille et sa mère « des dangers de la dépendance, du manque de sommeil et de l'utilisation problématique de la ou des plateformes Meta ». Elle affirme également que la société « a présenté de manière inexacte la sécurité, l'utilité et les propriétés non addictives de ses produits ».

    Une autre plainte a été déposée par Naomi Charles, une jeune femme de 22 ans qui affirme avoir commencé à utiliser les plateformes Meta alors qu'elle était mineure et que sa dépendance l'a conduite à faire des tentatives de suicide et d'autres souffrances. Meta « a présenté de manière inexacte la sécurité, l'utilité et les propriétés non addictives de ses produits », selon la plainte déposée auprès du tribunal fédéral de Miami. Charles, comme les autres utilisateurs, demande des dommages pécuniaires pour compenser l'angoisse mentale, la perte de jouissance de la vie et les frais d'hospitalisation et les factures médicales.

    Cette série de poursuites fait suite à la révélation, à la fin de l'année dernière, que Meta savait depuis longtemps que ses plateformes pouvaient nuire à la santé psychologique et physique des jeunes utilisateurs. Ces révélations ont été consignées dans les "Facebook Papers", un ensemble de documents internes que Frances Haugen, une ancienne employée de Facebook, a divulgué aux médias. Les documents comprennent une présentation interne de Facebook datant de 2019, qui admet : « Nous aggravons les problèmes d'image corporelle pour une adolescente sur trois ».

    Les plaintes portent sur la conception défectueuse, le défaut d'avertissement, la fraude et la négligence. Les plaintes ont été déposées devant les tribunaux fédéraux du Texas, du Tennessee, du Colorado, du Delaware, de la Floride, de la Géorgie, de l'Illinois et du Missouri.

    Source : Beasley Allen law firm

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Un nouveau projet de loi sur les algorithmes pourrait obliger Facebook à modifier le fonctionnement du fil d'actualités, sans modification de l'article 230

    Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte, qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise

    Le métavers de Zuckerberg va porter atteinte à la vie privée des travailleurs et pourrait obliger davantage de personnes à communiquer davantage de données, d'après la lanceuse d'alerte Frances Haugen

    La dénonciatrice de Facebook accuse Meta de ne pas avoir géré correctement la désinformation sur COVID-19 et les changements climatiques, ses avocats déposent deux nouvelles plaintes auprès de la SEC
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #72
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 309
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 309
    Points : 194 964
    Points
    194 964
    Par défaut Meta a gagné des millions grâce à des publicités provenant de réseaux de faux comptes
    Meta / Facebook a gagné des millions grâce à des publicités provenant de réseaux de faux comptes,
    l'entreprise a banni les comptes faisant la promotion de la désinformation, du spam ou de la propagande et a conservé l'argent qu'elle gagnait grâce aux publicités

    Frances Haugen, a divulgué un cache de recherches internes de Facebook aux médias, mais aussi à la Securities and Exchange Commission « dans l'espoir d'améliorer la réglementation de l'entreprise ». Dans l'une de ces plaintes s'appuyant sur ces documents, elle a indiqué que les propres recherches de Facebook montrent que le réseau social amplifie la haine, la désinformation et les troubles politiques, mais aussi que l'entreprise cache ce qu'elle sait.

    « Ce que j'ai vu à plusieurs reprises chez Facebook, c'est qu'il y avait des conflits d'intérêts entre ce qui était bon pour le public et ce qui était bon pour Facebook. Et Facebook, encore et encore, a choisi de faire passer ses propres intérêts en premier, comme gagner plus d'argent », a déclaré Haugen à Scott Pelley, l'animateur de l'émission 60 Minutes.

    Frances Haugen : Alors, vous savez, vous avez votre téléphone. Vous pourriez ne voir que 100 éléments de contenu si vous vous asseyez et faites défiler pendant, disons, cinq minutes. Mais Facebook a des milliers d'options qu'il pourrait vous montrer.

    L'algorithme choisit parmi ces options en fonction du type de contenu avec lequel vous vous êtes le plus engagé dans le passé.

    Frances Haugen : Et l'une des conséquences de la façon dont Facebook sélectionne ce contenu aujourd'hui, c'est qu'il s'agit d'optimiser le contenu qui suscite l'engagement ou la réaction. Mais ses propres recherches montrent qu'un contenu haineux, qui divise, qui polarise, inspire plus facilement aux gens de la colère que d'autres émotions.

    Scott Pelley : La désinformation, du contenu plein de colère est attrayant pour les gens et continue de les garder sur la plateforme.

    Françoise Haugen : Oui. Facebook s'est rendu compte que s'ils changent l'algorithme pour qu'il devienne plus sûr, les gens passeront moins de temps sur le site, ils cliqueront sur moins de publicités, ils gagneront moins d'argent.

    Haugen note que Facebook a compris le danger pour les élections de 2020. Facebook a donc activé les systèmes de sécurité pour réduire la désinformation, mais bon nombre de ces changements, dit-elle, étaient temporaires.

    Frances Haugen : Et dès que les élections étaient terminées, ils les ont désactivés ou ils ont ramené les paramètres à ce qu'ils étaient avant, pour donner la priorité à la croissance plutôt qu'à la sécurité. Et cela ressemble vraiment à une trahison de la démocratie pour moi.


    Facebook a publié une déclaration contestant les points soulevés par Haugen après l'interview télévisée.

    « Nous continuons d'apporter des améliorations significatives pour lutter contre la propagation de la désinformation et du contenu préjudiciable », a déclaré la porte-parole de Facebook, Lena Pietsch. « Suggérer que nous encourageons le mauvais contenu et que nous ne faisons rien n'est tout simplement pas vrai ».

    Mais Facebook a encaissé l'argent sans broncher

    Quand Mark Zuckerberg de Meta a été appelé à témoigner devant le Congrès en 2018, le sénateur Orin Hatch lui a demandé comment Facebook gagnait de l'argent. La réponse de Zuckerberg est depuis devenue une sorte de mème : « Sénateur, nous diffusons des publicités ».

    Entre juillet 2018 et avril 2022, Meta a réalisé au moins 30,3 millions de dollars de revenus publicitaires à partir de réseaux qu'il a supprimés de ses propres plateformes pour s'être engagé dans un comportement inauthentique coordonné (CIB), selon des données compilées. Margarita Franklin, responsable des communications de sécurité chez Meta, a confirmé que la société ne rembourse pas l'argent publicitaire si un réseau est supprimé. Franklin a précisé qu'une partie de l'argent provenait de publicités qui n'enfreignaient pas les règles de l'entreprise, mais qui ont été publiées par les mêmes organisations de relations publiques ou de marketing, plus tard interdites pour avoir participé aux opérations CIB.

    Un rapport du Wall Street Journal estime qu'à la fin de 2021, Meta a absorbé 17% de l'argent du marché mondial de la publicité et a gagné 114 milliards de dollars grâce à la publicité. Au moins une partie de l'argent provenait de publicités achetées par des réseaux qui enfreignaient les politiques de Meta et que l'entreprise elle-même a signalées et supprimées.

    « Le secteur de la publicité dans le monde est estimé entre 400 et 700 milliards de dollars », a déclaré Claire Atkin, cofondatrice de l'organisme de surveillance indépendant Check My Ads Institute. « C'est une estimation grossière, mais personne ne sait quelle est la taille de l'industrie. Personne ne sait ce qui se passe à l'intérieur ».

    Mais Atkin dit qu'une partie de ce qui rend les informations, y compris les publicités, légitimes sur les réseaux sociaux est le contexte dans lequel elles apparaissent : « Facebook, Instagram, WhatsApp, tout ce réseau au sein de notre expérience Internet, est l'endroit où nous nous connectons avec nos amis les plus proches et notre famille. C'est un endroit sur Internet où nous partageons nos émotions les plus intimes sur ce qui se passe dans nos vies », explique Atkin. « C'est notre lieu de confiance pour la connexion ».

    Pendant près de quatre ans, Meta a publié des rapports périodiques identifiant les réseaux CIB de faux comptes et de pages qui visent à tromper les utilisateurs et, dans de nombreux cas, à pousser la propagande ou la désinformation de manière à avoir l'air organique et à changer l'opinion publique. Ces réseaux peuvent être gérés par des gouvernements, des groupes indépendants ou des sociétés de relations publiques et de marketing.

    Nom : un.png
Affichages : 1576
Taille : 24,1 Ko

    L'année dernière, l'entreprise a également commencé à s'attaquer à ce qu'elle a appelé le « préjudice social coordonné », où les réseaux utilisaient de vrais comptes dans le cadre de leurs opérations d'information. Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de sécurité chez Meta, a annoncé les changements dans un billet de blog, notant que « les acteurs de la menace brouillent délibérément les frontières entre les activités authentiques et non authentiques, ce qui rend l'application plus difficile dans notre secteur ».

    Ce changement, cependant, montre à quel point les critères de l'entreprise pour le CIB sont spécifiques, ce qui signifie que Meta n'a peut-être pas du tout documenté certains réseaux qui ont utilisé d'autres tactiques. Les opérations d'information peuvent parfois utiliser de vrais comptes ou être menées au nom d'un comité d'action politique ou d'une LLC, ce qui rend plus difficile la catégorisation de leur comportement comme « inauthentique ».

    « Une tactique qui a été utilisée plus fréquemment, au moins depuis 2016, n'a pas été les bots, mais de vraies personnes qui sortent et publient des choses », explique Sarah Kay Wiley, chercheuse au Tow Center for Digital Journalism de l'Université de Columbia. « Le rapport de Facebook sur les CIB montrent qu'ils arrivent en quelque sorte à les identifier, mais qu'ils sont vraiment difficiles à repérer ».

    Nom : deux.png
Affichages : 1543
Taille : 26,3 Ko

    La Russie représentait le plus grand pays en matière de nombre d'annonces sur les réseaux que Meta a identifiées comme CIB et supprimées par la suite. Les États-Unis, l'Ukraine et le Mexique ont été ciblés le plus souvent, même si presque toutes les campagnes ciblant le Mexique étaient liées à des acteurs nationaux (Les documents publics sur les revenus de Meta ne ventilent pas les revenus de l'entreprise par pays, mais uniquement par région).

    Plus de 22 millions de dollars sur les 30,3 millions de dollars ont été dépensés par seulement sept réseaux, dont le plus important était une campagne mondiale de 9,5 millions de dollars liée au groupe de médias de droite anti-chinois derrière Epoch Times.

    Sur les 134 campagnes qui impliquaient des publicités payantes que Meta a identifiées et supprimées, 56 % étaient axées sur des publics nationaux. Seuls 31 % étaient uniquement axés sur le public étranger, c'est-à-dire sur les utilisateurs situés en dehors du pays d'origine du réseau (Les 12 % restants se sont concentrés sur un mélange d'audiences nationales et internationales).

    Nom : trois.png
Affichages : 1565
Taille : 50,9 Ko

    Bon nombre des plus grands réseaux supprimés par Meta étaient gérés par des sociétés de relations publiques ou de marketing, comme le groupe Archimedes en Israël et Pragmatico en Ukraine. Lorsque cela se produit, Meta supprimera et bannira tous les comptes et pages associés à cette entreprise, qu'elle soit ou non impliquée dans une campagne CIB particulière, dans le but de décourager les entreprises de vendre des services de « désinformation contre rémunération ».

    Les campagnes et la désinformation de CIB ne se limitent pas à Facebook et Instagram. Twitter, qui qualifie ces activités « d'opérations d'information », a identifié et supprimé des milliers de comptes sur sa propre plateforme. Bien que les chercheurs aient identifié des campagnes de désinformation sur TikTok, les rapports d'application des directives communautaires de l'entreprise n'indiquent pas si ou comment la plateforme traite le contenu artificiellement boosté.

    Wiley dit que les rapports de Meta masquent à quel point les chercheurs et le public en savent peu sur ce qui se passe au sein de l'entreprise et sur ses plateformes. Dans un rapport de janvier, Meta a déclaré qu'en raison de l'évolution des menaces contre ses équipes, il « donnerait la priorité au renforcement et à la sécurité de nos équipes plutôt qu'à la publication de nos conclusions », ce qui pourrait avoir un impact sur la transparence de l'entreprise.

    « Est-ce la pointe de l'iceberg ? Malheureusement, je pense que oui », déclare Wiley.

    « Au cours des cinq dernières années, nous avons partagé des informations sur plus de 150 opérations d'influence secrètes que nous avons supprimées pour avoir enfreint notre politique coordonnée de comportement inauthentique (CIB). La transparence est un outil important pour contrer ce comportement, et nous continuerons à prendre des mesures et à rendre compte publiquement », a déclaré Gleicher de Meta.

    Sources : Meta (1, 2), TikTok, Twitter, Wall Street Journal

    Et vous ?

    Quelle lecture en faites-vous ?

    Voir aussi :

    Facebook encourage les discours de haine pour gagner de l'argent, selon une lanceuse d'alerte qui a publié des informations qu'elle a pu glaner durant son passage au sein de l'entreprise
    La dénonciatrice de Facebook accuse Meta de ne pas avoir géré correctement la désinformation sur COVID-19 et les changements climatiques, ses avocats déposent deux nouvelles plaintes auprès de la SEC
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #73
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2018
    Messages
    2 130
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2018
    Messages : 2 130
    Points : 158 078
    Points
    158 078
    Par défaut Le Conseil californien de l'éducation poursuit Meta pour négligence grave
    Le Conseil californien de l'éducation poursuit Meta pour négligence grave et pour avoir rendu les enfants dépendants des médias sociaux

    Le conseil de l'éducation du comté de San Mateo, en Californie, tient les géants de la technologie comme Meta pour responsables de l'addiction des jeunes aux médias sociaux.

    L'entreprise a été accusée de négligence grave en ce qui concerne ses applications Facebook et Instagram, car elle n'aurait rien fait pour tenter d'enrayer ce problème qui ne cesse de s'aggraver.

    Le conseil d'administration a également affirmé que des entreprises technologiques autres que Meta, notamment Snap, Google et TikTok, étaient également responsables des dommages causés à l'esprit des jeunes enfants en les exposant autant aux médias sociaux et en n'exerçant aucun contrôle sur la question.

    Cette action en justice a été intentée il y a quelques mois et sa description est très longue. Le conseil d'administration estime que les applications de Meta ont constitué une nuisance pour le grand public et qu'elles continuent à se livrer à des pratiques comme le racket simplement parce qu'elles sont dominantes et qu'elles peuvent le faire.

    Le conseil a ensuite mentionné les ressources supplémentaires qui doivent être allouées aux enfants par le conseil pour essayer d'inverser les dommages qui ont déjà été faits. En effet, les effets d'un temps d'écran trop long sont plus que négatifs et liés à des problèmes mentaux.

    Étant donné que davantage de ressources sont allouées à cette fin et pour inverser la tendance, les sources ont expliqué qu'elles sont maintenant obligées de tirer le meilleur parti de budgets plus restreints pour d'autres objectifs cruciaux tels que l'enseignement et l'apprentissage.

    Nom : Why-Facebook-Changed-its-Company-Name-to-Meta-Platforms.jpg
Affichages : 5536
Taille : 17,3 Ko

    Ce procès met en évidence le nombre croissant de jeunes qui s'automutilent et souligne également que de tels cas étaient rarement observés avant l'avènement des médias sociaux à l'époque actuelle.

    Aujourd'hui, l'objectif final semble être d'inciter les jeunes publics à rester collés aux plateformes pendant longtemps. En effet, les entreprises ont ainsi plus de chances de les cibler à des fins publicitaires.

    De nombreuses entreprises ont appris qu'il est plus facile de réaliser ce genre de choses en diffusant du contenu toxique qui devient facilement viral.

    À l'heure actuelle, Meta n'a pas commenté l'affaire, mais dans un procès intenté par le passé, elle a révélé que plus de 30 outils permettant aux parents de mieux contrôler les comptes de leurs enfants étaient en jeu.

    Ils ont également souligné la nécessité d'une supervision parentale lorsque les enfants utilisent des applications de médias sociaux à l'heure actuelle.

    Source : Le conseil de l'éducation du comté de San Mateo, en Californie

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Êtes-vous également d'avis que les entreprises technologiques font tout pour rendre les jeunes dépendants des médias sociaux ?
    En tant que parents, mettez-vous en place des dispositifs pour contrôler le temps d'écran de vos enfants ?

    Voir aussi :

    Un parent poursuit Facebook au motif de ce que l'utilisation excessive de la plateforme a contribué aux problèmes de santé mentale de sa fille, et ravive le débat sur la nécessité d'interdire les RS

    Meta fait l'objet de huit actions en justice pour exploitation des jeunes à des fins lucratives, au motif que l'utilisation prolongée de la plateforme entraîne de graves problèmes de santé mentale

    Meta / Facebook est poursuivi pour la dépendance aux réseaux sociaux causée par ses algorithmes, le débat sur la responsabilité des entreprises quant aux publications des utilisateurs est relancé

    La Californie abandonne un projet de loi qui aurait permis de tenir les médias sociaux responsables de la dépendance des enfants, suite à la forte pression du lobbying de Meta, Twitter et Snap
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #74
    Membre confirmé

    Profil pro
    Inscrit en
    Janvier 2008
    Messages
    786
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2008
    Messages : 786
    Points : 602
    Points
    602
    Par défaut
    Bienvenue au 21e siècle

  15. #75
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 074
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 074
    Points : 3 289
    Points
    3 289
    Par défaut
    Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
    L'entreprise a été accusée de négligence grave en ce qui concerne ses applications Facebook et Instagram, car elle n'aurait rien fait pour tenter d'enrayer ce problème qui ne cesse de s'aggraver.
    Qu'en pensez-vous ?
    C'est leur business model donc ce n'est pas de la négligence mais leur volonté.

  16. #76
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    761
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 761
    Points : 53 580
    Points
    53 580
    Par défaut Une plus grande réglementation des médias sociaux est nécessaire, selon la nouvelle étude d'Harvard
    Les médias sociaux auraient généré plus de 11 milliards de dollars grâce à la publicité ciblée sur les mineurs, une plus grande réglementation est nécessaire, selon la nouvelle étude d'Harvard

    Une nouvelle étude de Harvard met en lumière la nécessité de réglementer les médias sociaux après que des entreprises américaines ont réussi à générer des milliards de dollars de bénéfices grâce à des publicités ciblées pour les mineurs. La nouvelle est alarmante, comme le confirme le rapport publié cette semaine, car elle montre que les mineurs continuent d'être les victimes des géants de la technologie en l'absence de contrôles et d'équilibres.

    Cela montre que de nombreuses applications ne parviennent pas à s'autoréguler et ont donc besoin de l'intervention d'organismes extérieurs pour faire le travail correctement. En outre, les chercheurs ont ajouté que ce type de constatation nécessitait l'intervention des pouvoirs publics, car gagner de l'argent sur le dos des mineurs est contraire à la loi. Ils appellent à une plus grande transparence pour comprendre ce qui se passe dans le monde de la technologie et aller au fond des choses en proposant une solution qui atténue les effets néfastes sur la santé mentale et physique.

    Pour calculer les revenus, les auteurs ont fini par donner une estimation liée aux différentes applications en ligne. Il s'agit notamment de Twitter, Facebook, Instagram, Snap, etc. Ces données ont été obtenues par le biais du recensement américain, puis certaines données ont été tirées d'eMarketer. Les chiffres relatifs aux recettes publicitaires et à la durée que les enfants passent en ligne sur chaque plateforme ont également été pris en considération. Les chercheurs ont ensuite parlé de l'élaboration d'un modèle de simulation pour calculer les recettes publicitaires.

    Nom : 1.png
Affichages : 878
Taille : 220,6 Ko

    Rappelons qu'en 2023, de nombreux législateurs de différents États ont adopté de nouvelles lois visant à limiter l'utilisation des médias sociaux par les jeunes. Il s'agissait notamment de tenir compte des effets néfastes de ce comportement sur la santé. N'oublions pas que le géant de la technologie Meta fait l'objet d'un examen minutieux après avoir été poursuivi en justice par 12 États différents pour avoir favorisé le dilemme de la santé mentale.

    De nombreuses applications se vantent aujourd'hui de leurs excellentes pratiques de régulation qu'elles mettent en œuvre elles-mêmes. Ce qu'elles oublient de noter, c'est l'impact considérable sur les jeunes, car les entreprises sont plus préoccupées par leurs profits et le nombre d'incitations financières en jeu est très élevé, de sorte qu'elles s'en soucient peu, comme l'indique l'étude. Les applications ne rendent pas public le montant des fonds gagnés par les mineurs, ce qui est également très préoccupant.

    Il convient toutefois de noter que ces applications ne sont pas les premières à diffuser des publicités auprès des enfants. De nombreux parents et défenseurs des droits de l'enfant en parlent depuis longtemps. La frontière entre ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas est mince et le jour où ces applications s'en rendront compte, ce sera une grande chose.

    On a déjà vu un document d'orientation publié en 2020 qui explique en détail comment les enfants sont si vulnérables et finissent par servir de cibles faciles à ces entreprises pour gagner de l'argent. La recherche a également mis en lumière le fait que les jeunes scolarisés peuvent reconnaître les publicités, mais ne savent pas comment les éviter. Ainsi, lorsqu'ils ne peuvent pas résister ou annuler leur abonnement, ils tombent dans le piège.

    Le processus est permanent et très vicieux par nature. L'étude mentionne qu'on est en train de dire bonjour à une loi qui est si ancienne, mais que personne ne respecte. Il est donc temps que les autorités interviennent et mettent un terme à cette situation. C'est là que la FTC est récemment devenue très active. Des applications comme YouTube et TikTok sont en tête de peloton pour ce qui est de générer le plus de profits, car elles sont les plus regardées par les jeunes, suivies de près par Meta.

    Nom : 2.PNG
Affichages : 350
Taille : 156,6 Ko

    Les plateformes de médias sociaux génèrent des milliards de dollars de revenus auprès des jeunes américains : Résultats d'un modèle de revenu simulé

    Les plateformes de médias sociaux sont soupçonnées de tirer des profits considérables des jeunes utilisateurs qui peuvent être vulnérables aux effets négatifs sur la santé mentale, y compris la dépression, l'anxiété et les troubles de l'alimentation. Les plateformes ne sont toutefois pas tenues de rendre ces données publiques, ce qui peut limiter la capacité des chercheurs et des décideurs politiques à enquêter de manière adéquate sur les pratiques des plateformes et à les réglementer.

    Cette étude visait à estimer le nombre d'utilisateurs enfants (0-12 ans) et adolescents (13-17 ans) basés aux États-Unis et les recettes publicitaires annuelles générées par les jeunes sur six grandes plateformes. Les données ont été tirées d'enquêtes publiques et d'études de marché réalisées en 2021 et 2022. Une analyse de simulation a été réalisée pour estimer le nombre d'utilisateurs et les recettes publicitaires annuelles par groupe d'âge et globalement (0-17 ans) pour 2022.

    Les résultats révèlent que, sur les six principales plateformes de médias sociaux, les recettes publicitaires annuelles pour 2022 provenant des jeunes utilisateurs âgés de 0 à 17 ans s'élèvent à près de 11 milliards de dollars. Environ 30 à 40 % des recettes publicitaires générées par trois plateformes de médias sociaux sont attribuables aux jeunes. Nos conclusions soulignent la nécessité d'une plus grande transparence de la part des plateformes de médias sociaux ainsi que d'une réglementation des pratiques publicitaires potentiellement néfastes susceptibles d'exploiter les enfants et les adolescents vulnérables qui utilisent les médias sociaux.

    Conclusions de l'étude

    Nous avons entrepris cette étude pour informer les chercheurs en santé et les décideurs politiques de la quantité de revenus générés par les jeunes utilisateurs et du nombre d'enfants et d'adolescents qui utilisent activement les principales plateformes de médias sociaux, dans le but d'inspirer une plus grande transparence des données et une volonté politique de protéger les jeunes en ligne. Nos estimations suggèrent que les plateformes de médias sociaux tirent des profits considérables des jeunes utilisateurs, soulignant la nécessité d'une plus grande transparence et d'une réglementation de leurs pratiques afin d'améliorer les dommages potentiels sur la santé mentale des jeunes.
    Source : "Social media platforms generate billions of dollars in revenue from U.S. youth: Findings from a simulated revenue model", Havard

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette étude est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Meta fait l'objet de huit actions en justice pour exploitation des jeunes à des fins lucratives, au motif que l'utilisation prolongée de la plateforme entraîne de graves problèmes de santé mentale

    Les médias sociaux tels que Google, YouTube, Facebook, TikTok et Snapchat doivent faire face à des poursuites pour addiction des jeunes, selon un juge américain

    Un projet de loi texan prévoit d'interdire l'utilisation des médias sociaux aux enfants de moins de 18 ans, et les parents pourraient demander le retrait de leurs enfants des plateformes sociales
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #77
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    942
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 942
    Points : 2 547
    Points
    2 547
    Par défaut
    Le risque majeur de tout cela est que l'on parvienne à une interdiction de la publicité ciblée uniquement pour les mineurs.
    Si ça arrive, la situation sera bien pire, car il faudra confirmer son identité pour accéder aux services.

    Soit on fait de la publicité ciblée pour tout le monde, soit pour personne (je suis évidemment pour la 2ème option).

    Et même dans le cas d'une généralisation d'un modèle reposant sur le consentement de l'utilisateur, le risque de demande de confirmation d'identité resterais important.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 17/06/2021, 20h32
  2. Réponses: 5
    Dernier message: 23/08/2018, 19h21
  3. Apple supprime l'application Skype de son App Store chinois
    Par Stéphane le calme dans le forum Actualités
    Réponses: 1
    Dernier message: 29/11/2017, 11h01
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 18/07/2017, 12h17
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 10/07/2013, 12h35

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo