53 % des citoyens américains n'ont pas confiance dans la capacité du gouvernement à lutter contre les cyberattaques, selon une nouvelle étude de SecZetta

Selon une nouvelle étude de SecZetta, spécialiste des risques liés aux identités tierces, 53 % des personnes interrogées n'ont pas confiance dans la capacité de l'infrastructure du gouvernement américain à protéger le peuple américain contre les cyberattaques.

En outre, 88 % des personnes interrogées estiment que les organisations et les entités gouvernementales doivent mettre en place de meilleurs systèmes de sécurité des données pour se protéger de l'augmentation des attaques à distance par des tiers.

À la suite des récentes attaques très médiatisées, 83 % des personnes interrogées reconnaissent que les systèmes de données des organisations sont devenus plus vulnérables parce qu'elles font de plus en plus appel à des entrepreneurs, des indépendants et d'autres travailleurs tiers.

"La recrudescence des cyberattaques très médiatisées au cours des derniers mois a montré à quel point il est apparemment facile pour les malfaiteurs - qu'il s'agisse d'humains ou de robots - d'infiltrer l'infrastructure de sécurité des données d'une organisation, créant ainsi le chaos pour l'entreprise et des dommages potentiels pour les consommateurs", déclare David Pignolet, fondateur et PDG de SecZetta. "Nombre de ces attaques ont pour origine des faiblesses dans les stratégies d'accès et de cycle de vie des identités basées sur les risques de ces organisations pour les populations de non-employés."

Les répondants sont moins confiants dans les industries du pétrole, du gaz et des services publics, avec seulement 45 pour cent d'entre eux qui se disent confiants. Les hommes sont légèrement plus susceptibles de se dire confiants que les femmes (48 % contre 43 %).

La confiance est légèrement plus grande dans le secteur de la santé, 56 % des personnes interrogées estimant que les fournisseurs de soins de santé et/ou les compagnies d'assurance maladie disposent de l'infrastructure appropriée pour se protéger des conséquences des cyberattaques. Seuls 52 % se sentent confiants dans les secteurs en contact avec les consommateurs (tels que les services financiers et le commerce de détail), les hommes étant légèrement plus confiants que les femmes (55 % contre 48 %).

Nom : SecZetta_Logo_30AUG11_EPS.jpg
Affichages : 488
Taille : 47,1 Ko

Dans l'ensemble, 78 % des personnes interrogées pensent qu'il est facile pour les cybercriminels de pénétrer dans une organisation, tandis que 73 % pensent que la plupart des organisations n'ont pas de bons contrôles sur les personnes qui ont accès à leurs systèmes informatiques et à leurs données.

M. Pignolet explique : "Les résultats de l'enquête montrent clairement que le grand public est de plus en plus sensibilisé à la cybercriminalité et que le recours accru à des travailleurs tiers est l'une des principales causes de la recrudescence des violations de données. Étant donné que de nombreuses entreprises ont accès à beaucoup plus de travailleurs tiers, y compris à leurs chaînes d'approvisionnement, qu'à des employés à temps plein, il est impératif qu'elles adoptent des solutions complètes de gestion des risques liés à l'identité des tiers, non seulement pour se protéger et protéger leurs actifs, mais aussi pour protéger leurs clients contre les pertes financières, l'exposition d'informations personnelles identifiables et les effets en aval de la perturbation de l'infrastructure de notre pays. Cela inclut la chaîne d'approvisionnement alimentaire, les services publics, et même notre sécurité nationale."

Source : SecZetta

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ? La trouvez-vous pertinente ?
Qu'en est-il en France ? Faites-vous confiance au gouvernement pour protéger vos données ?

Voir aussi :

Le gouvernement français veut élaborer un plan d'action pour l'arrivée de la 6G, et prévoit pour cela jusqu'à 1,7 milliard d'euros d'investissement d'ici 2025

Le gouvernement américain adopte une loi pour protéger les données générées par l'IoT, elle fixe les exigences à respecter lors de l'achat d'appareils connectés

Le gouvernement américain sollicite l'aide d'entreprises technologiques, dont Amazon, Microsoft et Google, pour renforcer les défenses des infrastructures critiques du pays contre les cybermenaces