Facebook a supprimé des centaines de comptes qui seraient impliqués dans des campagnes de désinformation anti vaccination
menées depuis la Russie

Facebook a annoncé le 10 août qu'il avait fermé un réseau de centaines de comptes Facebook et Instagram en provenance de Russie avec des liens avec un groupe de marketing qui tentait d'enrôler des « influenceurs » des médias sociaux pour faire de fausses déclarations sur les vaccins COVID-19. Dans son dernier rapport sur le « comportement inauthentique coordonné », Facebook a déclaré avoir trouvé des liens entre le réseau et une campagne de désinformation bâclée de l'agence de marketing d'influence Fazze, qui fait partie d'une société basée en Russie appelée AdNow.

En guise d'introduction, le réseau social déclare : « Nous nous efforçons constamment de trouver et d'arrêter les campagnes coordonnées qui cherchent à manipuler le débat public dans nos applications ».

Et de continuer ainsi :

« Nos équipes continuent de se concentrer sur la recherche et la suppression de campagnes trompeuses dans le monde entier, qu'elles soient étrangères ou nationales. En juillet, nous avons supprimé deux réseaux de Russie et de Myanmar. Dans ce rapport, nous partageons également une analyse approfondie de notre équipe de renseignements sur les menaces dans l'une des opérations - un réseau de Russie lié à Fazze, une société de marketing enregistrée au Royaume-Uni - qui vient s'ajouter aux rapports publics des activités de ce réseau sur plus d'une douzaine de plateformes différentes. Nous avons partagé des informations sur nos conclusions avec des partenaires de l'industrie, des chercheurs, des forces de l'ordre et des décideurs.

« Nous savons que les opérations d'influence continueront d'évoluer en réponse à notre décision, et de nouveaux comportements trompeurs apparaîtront. Nous continuerons d'affiner notre application et de partager nos conclusions publiquement. Nous faisons des progrès pour éliminer cet abus, mais comme nous l'avons déjà dit, c'est un effort continu et nous nous engageons à nous améliorer continuellement pour ne pas être débordés. Cela signifie développer une meilleure technologie, embaucher plus de personnes et travailler en étroite collaboration avec les forces de l'ordre, les experts en sécurité et d'autres entreprises ».

Voici les statiques des nouveaux réseaux CIB (coordinated inauthentic behavior) que Facebook a supprimés en juillet :
  • Nombre total de comptes Facebook supprimés : 144
  • Nombre total de comptes Instagram supprimés : 262
  • Nombre total de pages supprimées : 13
  • Nombre total de groupes supprimés : 8

Réseaux supprimés en juillet 2021 :
  • Myanmar : « Nous avons supprimé 79 comptes Facebook, 13 pages, huit groupes et 19 comptes Instagram au Myanmar qui ciblaient un public national et étaient liés à des individus associés à l'armée birmane. Nous avons trouvé cette activité après avoir examiné des informations sur une partie partagée par un membre de la société civile au Myanmar. Notre enquête a révélé quelques liens entre cette opération et l'activité que nous avons supprimée en 2018 ».
  • Russie : « Nous avons supprimé 65 comptes Facebook et 243 comptes Instagram de Russie que nous avons liés à Fazze, une filiale d'une société de marketing enregistrée au Royaume-Uni, dont les opérations étaient principalement menées depuis la Russie. Fazze est désormais banni de notre plateforme. Cette opération multiplateforme ciblait des publics principalement en Inde, en Amérique latine et dans une bien moindre mesure aux États-Unis. Nous avons trouvé ce réseau après avoir examiné les rapports publics sur une partie hors plateforme de cette activité ».

Le mois dernier, une enquête de la BBC Trending a rapporté qu'en mai de cette année, Fazze avait offert de l'argent à des influenceurs pour diffuser de fausses allégations sur les risques associés au vaccin Pfizer. Selon Facebook, il s'agissait de la deuxième vague de tentatives du réseau pour salir les vaccins occidentaux.

Leur enquête a révélé qu'à partir de novembre 2020, le même réseau a tenté de présenter à tort le vaccin AstraZeneca comme dangereux, car il utilise un adénovirus inoffensif prélevé sur des chimpanzés.

Nom : facebook.png
Affichages : 701
Taille : 443,5 Ko
Ce mème a été partagé par de faux comptes sur le réseau

Les publications des comptes du réseau diffusaient des mèmes qui utilisaient des images des films La Planète des singes pour donner l'impression que le vaccin transformerait les gens en singes. Ces messages sont apparus sur Facebook en hindi à peu près au même moment où le gouvernement indien discutait de l'autorisation d'urgence pour le vaccin AstraZeneca.

La campagne a utilisé de faux comptes, dont certains, selon Facebook, provenaient probablement de fermes de comptes au Bangladesh et au Pakistan.

Facebook a déclaré avoir supprimé 65 comptes Facebook et 243 comptes Instagram pour avoir enfreint leur politique contre les ingérences étrangères.

Ben Nimmo, responsable du renseignement sur les menaces de Facebook, a décrit la campagne comme « une laverie automatique de désinformation » qui a planté du contenu sur quelques forums en ligne, puis a amplifié ce contenu sur d'autres plateformes. L'opération s'est étendue sur une douzaine de plateformes. Des messages trompeurs sont apparus sur Reddit et Medium, et des pétitions sont apparues sur change.org exprimant des inquiétudes quant à la sécurité du vaccin AstraZeneca.

Selon le rapport de Facebook, ces liens ont ensuite été partagés par une poignée d'influenceurs sur Instagram qui ont utilisé les mêmes hashtags et ont fait référence au fait que le vaccin AstraZeneca était dérivé de l'adénovirus de chimpanzé.

Les deux vagues de la campagne ont échoué et n'ont pas réussi à gagner beaucoup de terrain malgré les diverses méthodes utilisées.

« En plus des efforts précédemment exposés pour recruter des influenceurs des médias sociaux, cette opération semble avoir utilisé toute une gamme de tactiques dans un effort plus large pour semer des récits trompeurs en ligne sur les vaccins Covid fabriqués en Occident », a déclaré Jack Stubbs, directeur des enquêtes à la société d'analyse des médias sociaux Graphika. « Il y a eu un prétendu piratage et fuite, l'utilisation de sites de pseudo-actualités payants et un réseau de fausses personnalités sur Facebook et Instagram ».

Malgré les meilleurs efforts de la campagne, le rapport de Facebook a observé des pratiques bâclées, notamment le mélange des langues, comme la publication de mèmes en hindi accompagnés de hashtags en portugais.

L'enquête de BBC Trending a montré que Fazze faisait partie d'une société russe, AdNow. La BBC a tenté à plusieurs reprises d'obtenir un commentaire du siège d'AdNow à Moscou, mais n'a reçu aucune réponse. Cependant, un directeur de la branche britannique d'AdNow a déclaré à la BBC que Fazze était en train d'être fermé.

En réponse aux accusations d'un homme politique allemand selon lesquelles discréditer les vaccins occidentaux était dans l'intérêt du Kremlin, l'ambassade de Russie au Royaume-Uni a déclaré : « Nous traitons Covid-19 comme une menace mondiale et, par conséquent, nous ne sommes pas intéressés à saper les efforts mondiaux dans la lutte lorsqu'ils vaccinent les gens avec le vaccin Pfizer, qui est l'un des moyens de faire face au virus. »

La Maison Blanche a choisi de s'associer à des stars de TikTok pour lutter contre les mensonges sur les vaccins

Selon les Centers for Disease Control and Prevention, moins de la moitié de tous les Américains âgés de 18 à 39 ans sont complètement vaccinés, contre plus des deux tiers des plus de 50 ans. Et environ 58 % des personnes âgées de 12 à 17 ans n'ont pas encore reçu de vaccin.

Pour atteindre ces jeunes, la Maison-Blanche a enrôlé une armée éclectique de plus de 50 streamers Twitch, YouTubers, TikTokers et la pop star de 18 ans Olivia Rodrigo, tous avec un énorme public en ligne. Les gouvernements des États et locaux ont lancé des campagnes similaires, payant dans certains cas des « micro-influenceurs locaux » (ceux qui comptent 5 000 à 100 000 abonnés) jusqu'à 1 000 $ par mois pour promouvoir les vaccins Covid-19 auprès de leurs fans.

Les efforts sont en partie une contre-attaque contre une marée montante de désinformation sur les vaccins qui a inondé Internet, où les militants anti-vaccins peuvent être si virulents que certains jeunes créateurs disent qu'ils ont choisi de garder le silence sur les vaccins pour éviter une réaction politisée.

« Le camp des anti-vaccins d'Internet est toujours tourné vers toutes ces actualités sur les vaccins », a déclaré Samir Mezrahi, l'administrateur de plusieurs «pages de mèmes» telles que Kale Salad, qui compte près de 4 millions de followers sur Instagram et publie des vidéos virales et autres contenus.

Renee DiResta, une chercheuse qui étudie la désinformation à l'Observatoire Internet de Stanford, a déclaré que si les campagnes d'influence peuvent être utiles, elles peuvent ne pas rivaliser avec les mouvements en ligne organiques de masse. Elle a noté le contraste entre les créateurs à qui on a demandé de diffuser des messages provaccins et les sceptiques à l'égard des vaccins, qui se sont donné pour mission personnelle de remettre en question les injections.

« C'est la passion asymétrique », a-t-elle déclaré. « Les gens qui croient que le vaccin peut faire du mal en parlent tous les jours. Ils utilisent des hashtags, diffusent du contenu et font tout ce qu'ils peuvent ».

Mais même si les campagnes d'influence se résument à placer un arroseur dans un incendie de forêt, certains créateurs ont déclaré qu'ils se sentaient obligés de participer.

« Je ne m'inquiétais pas du contrecoup », a déclaré Christina Najjar, 30 ans, une star de TikTok connue en ligne sous le nom de Tinx. « Aider à faire passer le mot sur l'importance de se faire vacciner était la bonne chose à faire ». Najjar a déclaré qu'elle était ravie lorsque la Maison-Blanche l'a contactée par l'intermédiaire de son manager en juin. Elle a rapidement publié une vidéo de questions-réponses sur les vaccins avec le Dr Anthony S. Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, sur Instagram.

Leur échange était sur le ton de la plaisanterie légère. Discutant de ce qu'elle a appelé un «été heureux pour les filles vaxxed» (NDLR dans le dictionnaire urbain, vaxxed signifie "Être rendu très attirant et/ou sexy en devenant immunisé contre le coronavirus"), Najjar a inondé le Dr Fauci de questions : était-il prudent de sortir boire un verre ? Devrions-nous craindre de tomber enceintes après avoir reçu le vaccin ? Est-ce que j'ai l'air d'avoir 26 ans ?

Najjar a qualifié la session de « bon moment », ajoutant : « Je pense que j'ai flirté avec le Dr Fauci, mais d'une manière respectueuse ».

Les responsables de la santé publique ont utilisé des célébrités pour atteindre les gens depuis qu'Elvis Presley a retroussé sa manche dans "The Ed Sullivan Show" en 1956 pour se faire vacciner contre la polio. De nos jours, les jeunes sont plus susceptibles de faire confiance aux conseils de leur créateur de contenu préféré qu'à une célébrité traditionnelle, selon une étude de 2018 de l'agence de marketing MuseFind.

En conséquence, « nous devons mettre en place une armée d'influenceurs pour diffuser un message provaccin », a déclaré Jason Harris, directeur général de l'agence de publicité Mekanism, qui est une autorité en matière de marketing d'influence. « C'est la seule façon d'avoir des voix suffisamment fortes sur les réseaux sociaux pour couvrir toutes les désinformations qui se produisent ».

La Maison-Blanche a commencé à considérer le pouvoir des créateurs en ligne en janvier, en réutilisant les tactiques de marketing d'influence que Biden avait utilisées lors de la campagne électorale pour promouvoir les vaccinations, a déclaré Rob Flaherty, directeur de la stratégie numérique de la Maison-Blanche.

Flaherty a déclaré que lui et Clarke Humphrey, la directrice numérique Covid-19 de la Maison-Blanche, s'étaient associés à Village Marketing et Made to Save, une campagne nationale visant à promouvoir l'accès aux vaccins contre les coronavirus. En juin, ils ont organisé plusieurs briefings officieux sur Zoom afin que les créateurs en ligne puissent poser des questions sur les vaccins et leur fonctionnement.

Depuis lors, l'administration Biden a lancé des discussions d'influence avec le Dr Fauci et a amené Rodrigo à la Maison-Blanche, où elle a exhorté les gens à « se rendre sur un site de vaccination ».

Source : Facebook

Voir aussi :

Les gens sont plus anti-vaccins s'ils obtiennent leurs infos covid-19 sur Facebook que sur Fox News, les fausses informations seraient relayées par des célébrités et des personnalités influentes
Les grandes entreprises technologiques demandent à leurs employés de se faire vacciner avant de retourner au bureau, alors que la variante Delta se propage
Biden déclare que les plateformes comme Facebook tuent les gens avec les fausses informations COVID-19, plus de pression dans la lutte de la Maison-Blanche contre la désinformation sur les vaccins
La Linux Foundation Public Health prépare un passeport COVID-19 international, alors que Linus Torvalds s'insurge contre les théories anti-vaccins
Apple demande à son personnel de retourner au bureau 3 jours par semaine à partir de début septembre et encourage les employés à se faire vacciner