Trolldi : un ancien ingénieur de Google décrit son passage chez Google en bandes dessinées comiques,
Manu Cornet estime que Google est passé de « Disneyland » à « n'importe quelle autre entreprise à but lucratif »

L'ancien ingénieur de Google, Manu Cornet, décrit son passage chez Google en deux phases. Tout d'abord, il y a eu des « problèmes au pays des merveilles ». Ensuite, il y a eu la « désillusion ».

Ces deux descriptions sont en fait les sous-titres des deux volumes de bandes dessinées de Cornet qu'il a publiés sur son ancien employeur, qu'il appelait Goomics. Bien que Cornet soit ingénieur, il a également passé 11 de ses 14 années chez Google à dessiner des bandes dessinées sur les employés, les bizarreries, la culture et, finalement, les problèmes sociétaux et éthiques plus larges auxquels l'entreprise et ses travailleurs sont confrontés. Certains de ces sujets comprenaient les contrats de Google avec des agences gouvernementales comme ICE, la création de Dragonfly, une version censurée de son moteur de recherche à l'intention de la Chine conforme aux lois locales sur la censure, etc.

La chronique de ces problèmes a permis à Cornet de réfléchir à sa place chez Google et l'a incité à faire un changement. Cornet a récemment démissionné et a pris un nouvel emploi (chez Twitter, une entreprise avec laquelle il dit avoir moins de scrupules éthiques). « Au fil des années, il y avait de plus en plus de matières à réflexion sur l'éthique de ce que l'entreprise faisait à un niveau supérieur », a déclaré Cornet. « Je devais regarder la situation dans son ensemble et penser que je serais peut-être mieux ailleurs ».

Nom : un.png
Affichages : 21055
Taille : 36,1 Ko
Octobre 2019 : Le bilan de travailler pour Google pèse sur Cornet

Tandis qu'il était un employé, Cornet a publié ses bandes dessinées sur le babillard des mèmes de l'entreprise, et certains de ses anciens collègues se sont abonnés pour recevoir ses bandes dessinées dans leur boîte mail. Et son lectorat s'est agrandi : selon lui, sa base d'abonnés est passée à environ 13 ou 14 000. À un moment donné, l'ancien PDG de Google, Eric Schmidt, a même fait apposer une impression d'une des bandes dessinées de Cornet sur la porte de son bureau.

Maintenant que Cornet a quitté Google, il a mis ses archives de Goomics à la disposition du public en ligne gratuitement et dans deux volumes de livres. Considéré comme un corpus d'œuvres, il raconte « l'histoire d'une entreprise technologique », comme l'a dit Cornet : « l'évolution d'une entreprise colorée et “sans mal” une vision idéaliste de Google qui n'était pas très éloignée de la réalité » à « une entreprise comme les autres ».

« Peut-être que nous étions juste un peu naïfs », a déclaré Cornet.

Nom : deux.png
Affichages : 4073
Taille : 103,6 Ko
Novembre 2019 : Cornet critique l'évolution de la devise de l'entreprise Google

Cornet s'est décrit comme le « bouffon de la cour ». Ses bandes dessinées ont commencé à se moquer du droit au travail et de la culture de la Silicon Valley. Début 2010, la critique la plus courante des entreprises technologiques concernait les dosettes de sieste et les collations gratuites ?

Nom : trois.png
Affichages : 4107
Taille : 242,9 Ko
Juillet 2010 : Cornet se demande si les employés de Google se soucient un peu trop de leurs collations

« Au début, c'était plus léger parce que c'était plus naturel d'être léger, c'était tellement un pays des merveilles, c'était comme Disneyland avec tout ce qui est coloré et gratuit et l'entreprise était là pour faire de bonnes choses pour le monde », a déclaré Cornet.

Il y avait aussi beaucoup de blagues internes sur les processus de l'entreprise et les problèmes rencontrés par les ingénieurs. Un thème qui s'est poursuivi jusqu'à la fin concernait le cimetière de Google des produits et des logos tués. Nous pouvons par exemple parler de :
  • Google+, le réseau social appartenant à Google que l'entreprise éponyme s'est résolue à fermer en octobre 2018 suite à une faille de sécurité. Au début de la même année, Google a lancé une initiative appelée Project Strobe, dont l'objectif est d'examiner, entre autres, l'accès des développeurs tiers aux données de comptes Google et d'appareils Android. Dans le cadre de cet effort, Google s'est penché sur la sécurité des API Google+ et son examen a révélé qu'un bogue dans une API Google+ permettait aux applications d'accéder à des données utilisateurs qui n'étaient « pas marquées publiques » – pour reprendre les termes de Google ; des données qui étaient donc privées en quelque sorte. Dans son billet de blog, Google explique cependant que « ces données sont limitées aux champs statiques et facultatifs du profil Google+, y compris le nom, l'adresse e-mail, la profession, le sexe et l'âge » de l'utilisateur et « n'incluent pas les autres données que les utilisateurs ont publiées ou connectées à Google+ ou à tout autre service ». C'est-à-dire que ne sont pas concernées les données comme « les publications Google+, les messages, les données de compte Google, les numéros de téléphone ou le contenu de G Suite. »
  • App Maker, son outil de développement d'applications low-code de G Suite. La société a annoncé que le service est entré dans une phase de désactivation progressive qui a débuté en janvier 2020 et s’est arrêté de fonctionner totalement en janvier 2021. Selon Google, la faible utilisation du service est la cause derrière cette fermeture. Si vous êtes un usager du service, Google vous propose des alternatives. Notez que vous ne pouvez pas migrer votre code directement vers une autre plateforme.

En novembre 2019, 109 services avaient déjà été envoyés au cimetière par l'entreprise depuis 2006.

Nom : quatre.png
Affichages : 4075
Taille : 140,0 Ko
Avril 2019 : les critiques concernant la destruction par Google des logos et des produits étaient un thème récurrent.

Cornet a gagné en notoriété à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de Google en comparant Google à ses concurrents. Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, a utilisé l'une des bandes dessinées de Cornet sur les organigrammes des entreprises technologiques comme introduction à son livre sur les changements chez Microsoft.

Nom : cinq.png
Affichages : 4133
Taille : 189,2 Ko
Nom : six.png
Affichages : 4100
Taille : 97,8 Ko
Juin 2011 : la bande dessinée de Cornet sur les organigrammes a circulé en dehors de Google et est devenue virale.

La bande dessinée que Schmidt a mise à sa porte a comparé les méthodes des PDG de la technologie pour s'excuser (et a dépeint Schmidt sous un jour favorable).

Nom : sept.png
Affichages : 4002
Taille : 138,1 Ko
Nom : huit.png
Affichages : 3989
Taille : 134,1 Ko
Nom : neuf.png
Affichages : 4008
Taille : 125,9 Ko

Au cours des dernières années, le contenu et le ton ont commencé à changer. Finalement, les critiques de Cornet ont porté sur des sujets tels que les contrats de Google avec la Chine et l'armée américaine, ou ses bénéfices en flèche. Beaucoup critiquent en particulier le PDG de Google, Sundar Pichai.

Nom : dix.png
Affichages : 4048
Taille : 125,9 Ko

Cornet ne peut pas identifier un tournant exact pour le changement, mais dit que les débrayages de Google en 2018 qui ont protesté contre le sexisme sur le lieu de travail étaient un « point d'inflexion ». C'est aussi le moment où les employés de l'industrie technologique sont devenus des critiques plus virulents de leurs employeurs.

« Je ne pense pas que j'aurais même pu trouver des sujets aussi sombres il y a 10 ans », a déclaré Cornet.

Nom : onze.png
Affichages : 4052
Taille : 119,4 Ko
Juin 2019 : Google a nié avoir exercé des représailles contre des employés pour avoir organisé et déposé des plaintes sur le lieu de travail.

Alors que les bandes dessinées de Cornet comprenaient de nombreuses critiques, il a également constaté qu'elles étaient parfois un moyen d'avoir un impact positif au sein de l'entreprise. Après que l'employé de Google, James Damore, ait fait circuler son mémo qui comprenait de nombreuses déclarations sexistes sur les « capacités naturelles » des ingénieurs femmes par rapport aux hommes, Cornet a réfléchi à la manière de réagir.

Il ne voulait pas « surenchérir » en s'attaquant directement au mémo, mais il avait de l'empathie pour les femmes de l'entreprise qui pouvaient avoir été blessées par ces propos. Il s'est mis à faire des portraits de 100 femmes ingénieures (avec le consentement des sujets), et a publié une compilation des portraits avec le titre « Women in Tech: Rocking Google Since 1998 ».

Sources : Goomics, Goomics volumes

Et vous ?

Que pensez-vous de cette forme d'expression ?
Que pensez-vous des bandes dessinées de Cornet et de l'évolution de sa perspective tandis qu'il était chez Google ? De sa perspective vis-à-vis de la concurrence (par exemple, sur la façon dont les PDG s'excusaient lorsqu'il y avait des erreurs ) ?
S'il vous était demandé de décrire votre passage dans une structure (en prose, en dessin, ou sous n'importe quelle autre forme), comment raconteriez-vous votre histoire ?