IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

CAPTCHA ou pas CAPTCHA ? Gartner préconise leur utilisation

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 204
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 204
    Points : 149 433
    Points
    149 433
    Par défaut CAPTCHA ou pas CAPTCHA ? Gartner préconise leur utilisation
    CAPTCHA ou pas CAPTCHA ? Gartner préconise leur utilisation
    ,mais recommande de recourir aux moins ennuyeux que vous puissiez trouver

    Le cabinet d'analystes Gartner a préconisé l'utilisation des CAPTCHA, mais recommande d'utiliser les CAPTCHA les moins ennuyeux que vous puissiez trouver. L'opinion de la société est contenue dans un article de l'analyste directeur principal Akif Khan, qui a noté que les CAPTCHA créent des frictions pour les humains, mais restent une défense imparfaite contre les bots. Malgré tout cela, Khan a plaidé en leur faveur, à quelques exceptions près.

    Pour mieux contextualiser son analyse, Akif Khan a commencé par rappeler l'évolution du CAPTCHA :
    • Étape 1. Les CAPTCHA ont commencé à être utilisés au début des années 1990, principalement par le moteur de recherche Alta Vista qui avait un énorme problème de spam – ils ont introduit le concept des lettres déformées.
    • Étape 2. Après cela, reCAPTCHA a été créé, ce qui impliquait une paire de mots – et a été le début de l'utilisation de ce processus pour résoudre les problèmes d'IA, dans ce cas le book scanning. Le premier mot était connu du système, le second n'était pas identifié par le système et faisait partie d'un book scan. Google a fait l'acquisition de reCAPTCHA (qui servait à la numérisation de livres, là où échouaient les systèmes de reconnaissance optique de caractères)
    • Étape 3. ReCAPTCHA 2 est ensuite arrivé, qui consiste à cocher une case pour dire que vous n'êtes pas un robot, et Google fait des vérifications sur votre comportement d'utilisateur, puis une vérification secondaire potentielle, la désormais tristement célèbre sélection d'images. C'est un autre bon exemple d'utilisation de CAPTCHA pour résoudre des problèmes de vision industrielle, dans ce cas dans l'environnement de la circulation, on pourrait supposer pour les voitures autonomes. Compte tenu de l'accent mis dans les universités et dans le commerce sur ce problème particulier de vision industrielle, les mauvais acteurs ont été en mesure de tirer parti de nombreux outils pour développer des systèmes permettant de les vaincre. En fait, étant donné que Google Cloud vend des systèmes d'apprentissage automatique, il est fort probable que certains serveurs de Google créent des CAPTCHA et que d'autres les cassent.
    • Étape 4. Google a déployé reCAPTCHA v3, qui n'est rien de plus qu'une case à cocher, et semble utiliser le même type d'outils que la plupart des fournisseurs de détection de bots en termes d'analyse du comportement des utilisateurs.
    • Étape 5. Mais Google n'est pas le seul acteur sur le marché. Les CAPTCHA continuent d'évoluer, de nombreux fournisseurs investissant massivement dans leur propre version. Certains prétendent avoir des taux de résolution exceptionnellement élevés pour les humains et des taux de résolution faibles pour les bots. L'approche que certains ont adoptée est de se concentrer sur l'utilisation de défis de vision industrielle qui sont faciles à résoudre pour les humains et n'ont également aucune application commerciale, de sorte que contrairement aux applications de voiture autonome, les mauvais acteurs ne peuvent pas tirer parti des sources académiques, commerciales et open source pour construire des outils visant à résoudre ces CAPTCHA.

    Le pour et le contre

    « Revenons donc à l'essentiel : pourquoi certaines entreprises aiment-elles utiliser les CAPTCHA ? Eh bien, la logique est simple. Si votre solution de détection de bot pense que l'utilisateur est un bot, vous pouvez bloquer cet utilisateur. Mais aucune solution n'est parfaite, et si l'utilisateur n'est pas un bot ? Alors vous venez de bloquer un bon utilisateur. Et donc le CAPTCHA représente une opportunité, il représente l'espoir, que s'il s'agit réellement d'un bon utilisateur, alors ils peuvent le prouver en résolvant le CAPTCHA et continuer leur chemin.

    « Alors pourquoi certaines entreprises détestent-elles les CAPTCHA ? Eh bien, le taux de résolution des (bons) humains sur les CAPTCHA peut parfois être assez faible, ce qui empêche les bons utilisateurs de continuer. De plus, pour les bons utilisateurs qui résolvent le CAPTCHA, c'est souvent un ajout ennuyeux à l'expérience utilisateur. Et les taux de résolution des mauvais acteurs sur les CAPTCHA peuvent parfois être assez élevés, bien que ce soit un point nuancé, car dans certains cas oui peut-être que les bots ont été formés pour résoudre les CAPTCHA, mais dans d'autres cas les bots cèdent la session à un humain pour résoudre le CAPTCHA – il existe une industrie florissante de services de résolution de CAPTCHA alimentés par l'homme – généralement, les personnes vivant dans des environnements à faible revenu reçoivent une somme dérisoire par CAPTCHA, en résolvant des milliers d'entre eux chaque jour ».

    Nom : captcha.png
Affichages : 4554
Taille : 40,4 Ko

    Alors faut-il ou non utiliser un CAPTCHA ?

    « Je pense que oui. N'utilisez tout simplement pas la version Google "choisissez un panneau de signalisation dans cette matrice d'images" d'un CAPTCHA. Il existe de nombreux CAPTCHA beaucoup plus évolués disponibles aujourd'hui, comme Arkose Labs, GeeTest ou PerimeterX, qui ont leurs propres approches et nuances, mais font toujours un meilleur travail que la redoutable matrice d'images de trafic. Compte tenu de la pression pour réduire les faux positifs sur la plupart des entreprises de commerce numérique, donner aux utilisateurs une chance de prouver qu'ils sont humains et pas seulement les bloquer vaut la peine d'être exploré. Dans un monde où les mauvais acteurs utilisent des humains pour augmenter les robots, cependant, vous avez besoin d'un CAPTCHA suffisamment intelligent pour détecter quand les humains qui le résolvent sont un peu trop rapides – peut-être un signe qu'ils passent leur journée à résoudre ces choses encore et encore. Lorsque cela est détecté, le CAPTCHA devrait être rendu dynamiquement plus difficile pour décourager une telle activité et la rendre économiquement non viable. L'utilisation d'un CAPTCHA force également l'interaction avec l'utilisateur de manière contrôlée, permettant d'obtenir plus de télémétrie sur l'utilisateur et son niveau d'humanité.

    « N'utilisez pas CAPTCHA par défaut pour toutes les sessions. Comptez sur votre fournisseur de détection de bots pour repérer et bloquer la majeure partie du trafic de bots, et déployez simplement des CAPTCHA dans les véritables cas de zone grise où vous n'êtes pas sûr de l'humanité – je m'attendrais à ce que ce soit moins de 5 % de toutes les sessions avec certitude.

    « Et effectuez des tests A/B, divisez votre trafic et utilisez un CAPTCHA sur un seul segment et comparez les résultats – prenez des décisions basées sur des données et des mesures réelles, et non sur des idées préconçues basées sur des approches obsolètes telles que la matrice d'image du trafic.

    « Dernière mise à part intéressante, Amazon a déposé un brevet en 2017 pour un nouveau type de CAPTCHA qui est facile à résoudre pour les machines, mais présente un défi visuel que les humains se tromperaient généralement – et donc le processus est subverti – la faillibilité humaine peut en fait être l'avenir lorsqu'il s'agit de vaincre les bots ».

    Cloudflare veut se débarrasser des Captcha

    Toute l'industrie n'est pas en faveur des Captcha. Nous pouvons citer l'exemple de Cloudflare qui teste la possibilité que des clés de sécurité remplacent les CAPTCHA.

    Par le biais de Thibault Meunier, ingénieur de recherche au sein de la structure, l'entreprise explique :

    « Sur la base de nos données, il faut en moyenne 32 secondes à un utilisateur pour terminer un défi CAPTCHA. Il y a 4,6 milliards d'utilisateurs d'Internet dans le monde. Nous supposons qu'un utilisateur Internet typique voit environ un CAPTCHA tous les 10 jours.

    « Ce calcul très simple du dos de l'enveloppe équivaut à quelque part de l'ordre de 500 années humaines gaspillées chaque jour – juste pour que nous puissions prouver notre humanité.

    « Aujourd'hui, nous lançons une expérience pour mettre fin à cette folie. Nous voulons nous débarrasser complètement des CAPTCHA. L'idée est assez simple: un vrai humain devrait être capable de toucher ou de regarder son appareil pour prouver qu'il est humain, sans révéler son identité. Nous voulons que vous puissiez prouver que vous êtes humain sans révéler quel humain vous êtes ! Vous pouvez demander si cela est même possible ? Et la réponse est oui ! Nous commençons avec des clés USB fiables (comme YubiKey) qui existent depuis un certain temps, mais de plus en plus de téléphones et d'ordinateurs sont équipés par défaut de cette capacité ».

    La solution proposée par Cloudflare une attestation cryptographique du statut de Personne. Du point de vue de l'utilisateur, cette attestation fonctionne comme suit:
    1. L'utilisateur accède à un site Web protégé par une attestation cryptographique du statut de Personne, tel que cloudflarechallenge.com.
    2. Cloudflare lance un test.
    3. L'utilisateur clique sur Je suis humain (version bêta) et est invité à indiquer un dispositif de sécurité.
    4. L'utilisateur décide d'utiliser une clé de sécurité matérielle.
    5. L'utilisateur branche l'appareil sur son ordinateur ou l'appuie sur son téléphone pour une signature sans fil (à l'aide de NFC).
    6. Une attestation cryptographique est envoyée à Cloudflare, ce qui autorise l'utilisateur à entrer après vérification du test de présence de l'utilisateur.


    Nom : flare.png
Affichages : 1373
Taille : 33,1 Ko

    Selon Thibault Meunier, terminer ce flux prend cinq secondes. Plus important encore : « ce défi protège la confidentialité des utilisateurs puisque l'attestation n'est pas uniquement liée à l'appareil de l'utilisateur. Tous les fabricants d'appareils auxquels Cloudflare fait confiance font partie de l'Alliance FIDO. En tant que telle, chaque clé matérielle partage son identifiant avec d'autres clés fabriquées dans le même lot. Du point de vue de Cloudflare, votre clé ressemble à toutes les autres clés du lot ».

    Il faut au plus trois clics pour remplir une attestation cryptographique du statut de Personne : « il n'y a pas de boucle, où un utilisateur est invité à cliquer sur les bus 10 fois de suite ».

    Source : Gartner

    Et vous ?

    Êtes-vous pour ou contre l'utilisation des CAPTCHA ? Dans quelle mesure ?

    Voir aussi :

    Trolldi : estimant que les CAPTCHA sont ennuyeux sous leur forme actuelle, un développeur propose Doom CAPTCHA, faisant revivre la série de jeux vidéo de tir à la première personne
    « Il est temps de mettre fin à cette folie » : Cloudflare voudrait rendre obsolètes les CAPTCHA
    hCaptcha revendique être désormais le plus grand service indépendant de CAPTCHA, opérant déjà sur 15 % de l'Internet, vous pouvez battre Google en mettant en avant la vie privée, dit-il
    Cloudflare a décidé d'abandonner reCAPTCHA de Google pour se tourner vers le service alternatif hCaptcha, parce que Google va facturer l'utilisation du service
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti

    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2013
    Messages
    193
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Administration - Collectivité locale

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2013
    Messages : 193
    Points : 370
    Points
    370
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut Captcha: Un calvaire, surtout en environnement institutionnel
    Les captcha font assurément partie des fléaux du Web. Surtout les captcha images
    Et quand on est en environnement professionnel (administration publique), c'est juste imbitable.
    Exemple hier après midi: 17 matrices d'images à résoudre avant de pouvoir accéder au site désiré.

    Autre fléau: Les mots de passe. Juste ingérable.

    La palme de l'inutilisabilité est décernée au site AR24.fr (recommandé électronique): plus de 15 étapes dont une prise de vidéo pour pouvoir créer un compte

  3. #3
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Architecte
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    10
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 10
    Points : 48
    Points
    48
    Par défaut
    A mon avis, il faut abandonner complètement ce concept obsolète des CAPTCHA (et variantes) :

    • La quasi totalité des systèmes sont contournables par les robots ((re)Captcha de type photos, texte sous forme d'image, audio, calcul et test logique, etc), de différentes manières : en sous-traitant le décodage en masse à des humains (pays à bas coûts), avec des IA de plus en plus performantes, etc. D'ailleurs les IA ont couramment meilleurs scores que les humains à ces tests.
    • Ils ne sont pas "accessibles" (pour les personnes ayant un handicap), ni pour les "valides" d'ailleurs : ceux qui utilisent encore les CAPTCHA sont obligés de tellement les complexifier qu'il est "souvent nécessaire d’effectuer plusieurs tentatives avant de répondre correctement à un CAPTCHA" (je cite l'un des sources ci-dessous, j'en ai déjà moi-même fait l'expérience de nombreuses fois, sans avoir d'handicap !).
    • Il ne faut pas non plus négliger le fait que pour certains visiteurs/clients de services en ligne la présence d’un (re)CAPTCHA est tout simplement rédhibitoire.
    • Les systèmes type reCAPTCHA posent les mêmes soucis que les CAPTCHA (exemple en janvier 2021, un chercheur a trompé la dernière version de reCAPTCHA, les versions précédentes avaient été également contournées, voir source plus bas), en plus d'autres problèmes (nécessite des accès sur les navigateurs à des script tiers - qui peuvent être bloqués -, sans parler de la captation de données - y compris personnelles - par Google). Concernant ce dernier point, la CNIL a d'ailleurs mis en demeure le ministère de la santé pour l'utilisation des reCAPTCHA dans l'application StopCovid (en 2020).
    • A ma connaissance il n'y a pas d'alternatives sérieuses/utilisables/fiables à ce jour aux (re)CAPTCHA, c'est évidemment regrettable, même si je ne doute pas que d'excellents chercheurs doivent travailler sur le sujet et trouveront peut être une solutions réllement innovantes (et non un enième variante de "CAPTCHA").

    Si l'on veut limiter les accès/attaques, il faut déjà s'occuper du filtrage des IP (dynamique, fail2ban, etc), bloquage des échecs d'authentification par couple (IP, login), et pas seulement par login.... etc

    Mais une solution d'avenir serait d'authentifier tout le monde, mais pas avec un système propriétaire ou fermé, comme Cloudflare ou Google (encore un moyen de tracer / collecter des données personnelles), plutôt un système ouvert, libre, indépendant. Mais tout le monde n'est pas prêt à accepter cela (changement d'habitudes, plus aucun d'anonymat ...).

    Quelques sources :
    https://a11y-guidelines.orange.com/f...accessibilite/
    https://fr.wikipedia.org/wiki/CAPTCHA#Contournement
    https://fr.wikipedia.org/wiki/ReCAPTCHA

  4. #4
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    août 2003
    Messages
    524
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : août 2003
    Messages : 524
    Points : 1 000
    Points
    1 000
    Par défaut
    Si le but est de limiter les robots :
    - un serveur web bien configuré limiterais le nombre de requêtes par seconde
    - un captcha simple et lisible (y compris pour les daltoniens) pour les humains car de toute façon, il y aura toujours des robots qui seront capable de résoudre les captcha
    - mettre aléatoirement, un captcha simple ou une opération ou une question

    S'il faut éviter la brute force sur les mots de passe, utiliser bcrypt (ou similaire) et rallonger le temps entre chaque echec, éventuellement, bannir pour un temps donné

  5. #5
    Membre expert Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mars 2005
    Messages
    1 021
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : mars 2005
    Messages : 1 021
    Points : 3 741
    Points
    3 741
    Par défaut
    Citation Envoyé par ArchiTech Voir le message
    Mais une solution d'avenir serait d'authentifier tout le monde, mais pas avec un système propriétaire ou fermé, comme Cloudflare ou Google (encore un moyen de tracer / collecter des données personnelles), plutôt un système ouvert, libre, indépendant. Mais tout le monde n'est pas prêt à accepter cela (changement d'habitudes, plus aucun d'anonymat ...).
    Encore heureux que tout le monde n'est pas prêt à l'accepter. Un système libre et indépendant ça n'existe pas, et si ça existait, ça deviendrait une source extrêmement attractive pour tous les pirates.

    Citation Envoyé par smarties Voir le message
    Si le but est de limiter les robots :
    - un serveur web bien configuré limiterais le nombre de requêtes par seconde
    - un captcha simple et lisible (y compris pour les daltoniens) pour les humains car de toute façon, il y aura toujours des robots qui seront capable de résoudre les captcha
    - mettre aléatoirement, un captcha simple ou une opération ou une question

    S'il faut éviter la brute force sur les mots de passe, utiliser bcrypt (ou similaire) et rallonger le temps entre chaque echec, éventuellement, bannir pour un temps donné
    Clairement, oui!

    Citation Envoyé par JP CASSOU Voir le message
    Autre fléau: Les mots de passe. Juste ingérable.
    Alors il y a des gestionnaires de mot de passes qui sont vraiment bien foutus aujourd'hui pour gérer ça.
    Ce qui me dérange le plus ce sont les sites qui mettent des politiques de mot de passe vraiment nazes (limite sur le nombre max très courte, plage très restrictive, etc).
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

Discussions similaires

  1. TRIGGER quid de leur utilisation ?
    Par elvan49 dans le forum SQL Procédural
    Réponses: 5
    Dernier message: 10/10/2007, 13h46
  2. peut pas verrouiller table car déjà utilisée?
    Par romika dans le forum Access
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/01/2007, 17h45
  3. [C#] Questions sur les webmethodes et leur utilisation
    Par NoiBe dans le forum Services Web
    Réponses: 10
    Dernier message: 14/12/2006, 08h40
  4. [JSTL] Pas d'évaluation lors d'utilisation d'EL
    Par santana2006 dans le forum Taglibs
    Réponses: 20
    Dernier message: 03/05/2006, 19h38

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo