IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Cloud Computing Discussion :

L'utilisation de l'informatique sans serveur a triplé au cours de l'année écoulée, selon une étude de Datadog


Sujet :

Cloud Computing

  1. #1
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    592
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 31
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 592
    Points : 25 536
    Points
    25 536
    Par défaut L'utilisation de l'informatique sans serveur a triplé au cours de l'année écoulée, selon une étude de Datadog
    L'utilisation de l'informatique sans serveur a triplé au cours de l'année écoulée, la technologie a gagné en popularité parmi les organisations de toutes tailles, des startups natives du cloud aux grandes entreprises, selon une étude de Datadog

    Grâce à la technologie sans serveur, les équipes peuvent se concentrer sur la mise sur le marché des idées plus rapidement, plutôt que sur la gestion de l'infrastructure, tout en ne payant que ce qu'elles utilisent.

    Pour rappel, l'informatique sans serveur ou "serverless computing" est un paradigme de cloud computing dans lequel le fournisseur de serveur gère dynamiquement les ressources allouées au service client. Le prix dépend des ressources effectivement consommées et non des capacités d'un serveur acheté à l'avance. Mais le terme 'sans serveur' ne signifie pas qu'il n'y a pas de serveurs impliqués. Cela signifie qu'ils sont gérés par les fournisseurs et non par les consommateurs. Sans trop penser à leur maintenance, les ressources informatiques sont utilisées comme des services. Les principaux avantages de sans serveur sont le modèle de tarification à l'utilisation, une évolutivité élevée, la disponibilité et un temps réduit pour développer et livrer les fonctionnalités du produit.

    Dans ce nouveau rapport, Datadog a examiné des millions de fonctions exécutées par des milliers d'entreprises pour comprendre comment le serverless est utilisé dans le monde réel.

    Qu'il s'agisse de tâches à court terme ou d'applications orientées vers l'utilisateur, le serverless alimente un large éventail de cas d'utilisation. AWS Lambda est l'offre de fonctions en tant que service (FaaS) la plus mature et la plus utilisée, mais nous constatons également une croissance impressionnante de l'adoption d'Azure Functions et de Google Cloud Functions. Aujourd'hui, l'écosystème serverless s'est développé au-delà de FaaS pour inclure des dizaines de services qui aident les développeurs à créer des applications plus rapides et plus dynamiques. Un quart des utilisateurs d'Amazon CloudFront ont adopté l'informatique périphérique sans serveur et les organisations tirent également parti d'AWS Step Functions pour gérer la logique applicative à travers divers composants distribués.

    Les fonctions lambda sont invoquées 3,5 fois plus de fois qu'il y a deux ans.

    AWS Lambda permet aux développeurs d'innover plus rapidement en créant des applications hautement évolutives sans se soucier de l'infrastructure. Aujourd'hui, les équipes ne se contentent pas d'expérimenter le serverless, mais en font un élément essentiel de leurs piles logicielles. Les recherches de Datadog indiquent que les entreprises qui utilisent Lambda depuis 2019 ont considérablement intensifié leur utilisation. En moyenne, les fonctions étaient invoquées 3,5 fois plus souvent par jour au début de 2021 que deux ans auparavant. De plus, au sein de la même cohorte d'utilisateurs de Lambda, les fonctions de chaque organisation ont fonctionné pendant un total de 900 heures par jour, en moyenne.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 2026
Taille : 83,5 Ko

    Azure Functions et Google Cloud Functions gagnent du terrain

    AWS Lambda a peut-être donné le coup d'envoi du mouvement serverless, mais il n'est pas le seul en lice. Azure Functions et Google Cloud Functions ont tous deux vu leur adoption augmenter au sein de leurs plateformes de cloud computing respectives. Au cours de l'année écoulée, la part des organisations Azure qui utilisent Azure Functions est passée de 20 à 36 %. Et sur Google Cloud, près d'un quart des organisations utilisent désormais Cloud Functions. Bien que Cloud Functions ait été la dernière des trois offres FaaS à être lancée, le concept sans serveur n'est pas nouveau dans Google Cloud – la plateforme de cloud computing a lancé Google App Engine, son premier service de calcul entièrement sans serveur, en 2008. Mais aujourd'hui, nous constatons que la dynamique se déplace vers les offres serverless les plus récentes de Google, à savoir Cloud Functions et Cloud Run.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1845
Taille : 71,6 Ko

    "Quel que soit le framework, le langage ou le cloud que vous utilisez, le serverless peut vous aider à construire et à itérer en toute simplicité. Il y a deux ans, Next.js a introduit une prise en charge de première classe des fonctions sans serveur, qui permet d'alimenter le Server-Side Rendering (SSR) dynamique et les API Routes. Depuis lors, nous avons constaté une croissance incroyable de l'adoption du serverless parmi les utilisateurs de Vercel, avec des invocations passant de 262 millions par mois à 7,4 milliards par mois, soit une multiplication par 28." a déclaré Guillermo Rauch, PDG de Vercel et cocréateur de Next.js.

    Les invocations Lambda sont beaucoup plus courtes aujourd'hui qu'il y a un an.

    Lambda est de plus en plus utilisé pour alimenter des applications orientées client qui nécessitent une faible latence. En 2020, l'invocation Lambda médiane n'a pris que 60 millisecondes – soit environ la moitié de la valeur de l'année précédente. Une explication possible est que davantage d'organisations suivent les meilleures pratiques Lambda et conçoivent des fonctions très spécifiques à leurs charges de travail, ce qui contribue à réduire la durée des invocations. L'étude révèle également que la queue de la distribution de la latence est longue, ce qui suggère que Lambda n'alimente pas seulement des tâches de courte durée, mais aussi des cas d'utilisation plus intensifs en termes de calcul.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1832
Taille : 87,8 Ko

    Les Step Functions alimentent tout, des applications web aux pipelines de données.

    AWS Step Functions permet aux développeurs de créer des flux de travail pilotés par événements qui impliquent plusieurs fonctions Lambda et services AWS. Dans ces flux de travail, Step Functions coordonne la gestion des erreurs, les tentatives, les délais d'attente et d'autres logiques d'application, ce qui permet de réduire la complexité opérationnelle lorsque les applications sans serveur évoluent. Les recherches indiquent que le flux de travail Step Functions moyen contient 4 fonctions Lambda – et nous constatons que ce nombre augmente de mois en mois.

    Step Functions propose deux types de flux de travail : Standard et Express. Plus de 40 % des flux de travail s'exécutent en moins d'une minute, ce qui indique que les entreprises utilisent probablement les flux de travail Express pour prendre en charge des charges de travail de traitement d'événements à fort volume. Mais si de nombreux flux de travail s'exécutent rapidement, d'autres durent plus d'une journée. En fait, les flux de travail Step Function les plus longs durent plus d'une semaine. Les flux Step Functions peuvent inclure des travailleurs d'activité qui s'exécutent sur des instances Amazon ECS ou EC2, par exemple, ce qui signifie qu'ils sont capables de s'exécuter plus longtemps que le délai d'expiration de 15 minutes de la fonction Lambda. Cela permet aux Step Functions de prendre en charge un large éventail de cas d'utilisation, des tâches critiques en termes de latence, comme le traitement des requêtes Web, aux tâches complexes et de longue durée, comme les travaux de traitement des données volumineuses.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1832
Taille : 85,9 Ko

    Zack Kanter, PDG de Stedi déclare : "Nous utilisons largement AWS Step Functions dans l'ensemble de notre architecture entièrement sans serveur. Elle nous permet de concevoir et d'exécuter des flux de travail fiables qui traitent un volume élevé de transactions sur notre plateforme de commerce B2B, tout en réduisant notre complexité opérationnelle."

    Un utilisateur de CloudFront sur quatre a adopté l'informatique périphérique sans serveur.

    Le Edge Computing a suscité beaucoup d'intérêt pour sa promesse de traitement plus rapide des données. Aujourd'hui, un quart des entreprises qui utilisent Amazon CloudFront tirent parti de Lambda@Edge pour offrir des expériences plus personnalisées à leur base d'utilisateurs mondiale. Par exemple, Lambda@Edge peut transformer dynamiquement des images en fonction des caractéristiques des utilisateurs (par exemple, le type d'appareil) ou servir différentes versions d'une application web pour des tests A/B.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1825
Taille : 65,5 Ko

    En exploitant le réseau de sites périphériques de CloudFront, Lambda@Edge permet aux entreprises d'exécuter des fonctions plus proches de leurs utilisateurs finaux, sans la complexité de la mise en place et de la gestion des serveurs d'origine. Les données montrent que 67 % des fonctions Lambda@Edge s'exécutent en moins de 20 millisecondes, ce qui suggère que l'informatique périphérique sans serveur a un énorme potentiel pour prendre en charge les applications les plus critiques en termes de latence avec un minimum de frais généraux. Au fur et à mesure de la maturation de cette technologie, davantage d'organisations devraient s'y fier pour améliorer l'expérience de l'utilisateur final.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1817
Taille : 77,2 Ko

    Les organisations dépensent trop en Provisioned Concurrency pour une majorité de fonctions.

    Lorsqu'une fonction Lambda est invoquée après une période d'inactivité, elle subit un bref retard d'exécution, connu sous le nom de démarrage à froid. Pour les applications qui requièrent des temps de réponse de l'ordre de la milliseconde, les démarrages à froid peuvent être une cause perdue d'avance. À la fin de 2019, AWS a introduit Provisioned Concurrency pour aider les utilisateurs de Lambda à lutter contre les démarrages à froid en maintenant les environnements d'exécution initialisés et prêts à répondre aux demandes.

    À la lumière des données de Datadog, il semble que la configuration de la quantité optimale de Provisioned Concurrency pour les fonctions Lambda reste un défi pour les utilisateurs. Plus de la moitié des fonctions utilisent moins de 80 % de leur Provisioned Concurrency configurée. Dans le même temps, plus de 40 % des fonctions utilisent la totalité de leur allocation, ce qui signifie qu'elles peuvent encore rencontrer des démarrages à froid et qu'elles bénéficieraient d'encore plus de concurrence. La mise à l'échelle automatique des applications offre un moyen de contourner ces problèmes en permettant aux utilisateurs de faire évoluer automatiquement la Provisioned Concurrency en fonction de l'utilisation.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1816
Taille : 94,7 Ko

    L'on constate également que Provisioned Concurrency est plus souvent utilisé avec les fonctions Java et .NET Core, dont les temps de démarrage sont généralement plus lents que ceux de Python ou Node.js, en raison de la nature inhérente de ces runtimes. Java, par exemple, doit initialiser sa machine virtuelle (JVM) et charger un large éventail de classes en mémoire avant de pouvoir exécuter le code utilisateur.

    Le Serverless Framework est le principal moyen de déployer des applications Lambda avec AWS CloudFormation.

    À mesure que les applications sans serveur évoluent, le déploiement manuel des fonctions Lambda et d'autres ressources peut rapidement devenir fastidieux. AWS CloudFormation permet aux développeurs de provisionner l'infrastructure AWS et les ressources tierces dans des collections (connues sous le nom de piles), et constitue le mécanisme de déploiement sous-jacent pour des cadres tels que AWS Cloud Development Kit (CDK), AWS Serverless Application Model (SAM) et Serverless Framework.

    Parmi ces outils, le Serverless Framework open source est de loin le plus populaire. Aujourd'hui, il est utilisé par plus de 90 % des organisations qui gèrent leurs ressources sans serveur avec AWS CloudFormation. Outre Serverless Framework, 19 % des entreprises utilisent AWS CloudFormation, 18 % AWS CDK et 13 % AWS SAM. Notez que comme chaque organisation peut utiliser plusieurs outils de déploiement, la somme de ces valeurs est supérieure à 100 pour cent.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1809
Taille : 97,2 Ko

    Parmi les piles CloudFormation utilisées dans les applications sans serveur, 65 % ne contiennent qu'une seule fonction Lambda. En outre, plus de la moitié de toutes les fonctions – 57 % – ne sont pas déployées avec CloudFormation. Cela suggère que de nombreuses organisations en sont encore aux premiers stades de l'automatisation et de l'optimisation de leurs flux de travail sans serveur avec l'infrastructure en tant que code. Mais tout comme les orchestrateurs tels que Kubernetes et Amazon Elastic Container Service (ECS) sont devenus essentiels pour gérer de grandes flottes de conteneurs, les outils d'infrastructure en tant que code devraient jouer un rôle plus important dans le déploiement d'applications sans serveur à l'échelle.

    Selon Jeremy Daly, directeur général de Serverless Cloud, Serverless Inc. : "Les développeurs et les entreprises construisant des applications plus avancées qui tirent parti des technologies sans serveur, ils ont besoin d'outils plus puissants pour les aider à composer, tester, déployer et gérer leurs services de manière fiable. C'est ce qui a été le catalyseur des projets d'infrastructure en code open source comme le Serverless Framework et AWS CDK. Le Serverless Framework à lui seul a vu les téléchargements passer de 12 millions en 2019 à 25 millions en 2020, nous nous attendons donc à une accélération de l'adoption et de la sophistication de ces outils à mesure que les développeurs continuent à construire davantage avec le serverless."

    Python est le runtime Lambda le plus populaire, notamment dans les grands environnements.

    Depuis 2018, Lambda offre un support pour six runtimes : Node.js, Python, Java, Go, .NET Core et Ruby. Cependant, Python et Node.js continuent de dominer parmi les utilisateurs de Lambda, représentant près de 90 % des fonctions. Cinquante-huit pour cent de toutes les Lambda déployées utilisent Python (soit 11 points de plus qu'il y a un an), et 31 % utilisent Node.js (soit une baisse de 8 points par rapport à l'année dernière).

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1804
Taille : 67,6 Ko

    En examinant la répartition de l'utilisation du runtime en fonction de la taille de l'environnement, une tendance intéressante est apparue : si Node.js devance Python dans les petits environnements AWS, Python devient de plus en plus populaire à mesure que la taille de l'environnement augmente. Parmi les organisations ayant les plus grandes empreintes AWS, Python est utilisé quatre fois plus souvent que Node.js.

    Nom : datadog.jpg
Affichages : 1804
Taille : 72,5 Ko

    Au mois de mars 2021, les principaux moteurs d'exécution par version sont les suivants :

    1. Python 3.x
    2. Node.js 12
    3. Node.js 10
    4. Python 2.7
    5. Java 8
    6. Go 1.x
    7. .NET Core 2.1
    8. .NET Core 3.1

    Parmi les fonctions écrites en Python, plus de 90 % utilisent Python 3, Python 3.8 étant la version la plus populaire. Python 2.7 a perdu 25 points de pourcentage par rapport à l'année dernière, les utilisateurs migrant de plus en plus vers Python 3. AWS a annoncé son intention d'abandonner la prise en charge de Node.js 10 en mai 2021. Il faut donc s'attendre à une utilisation accrue de Node.js 12 et de Node.js 14, nouvellement pris en charge. Java 8 est cinq fois plus populaire que Java 11 parmi les utilisateurs de Lambda, bien que le support de ce dernier soit disponible depuis fin 2019.

    Source : Datadog

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette étude de Datadog ?
    Quel est votre avis sur la technologie serverless ?
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre émérite
    Avatar de Seb33300
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    janvier 2007
    Messages
    1 552
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2007
    Messages : 1 552
    Points : 2 349
    Points
    2 349
    Par défaut
    Sans serveur ? Le cloud utilise des serveurs pour fonctionner Il n'y a juste plus besoin de trop s'en occuper, c'est le prestataire qui se charge de tout.
    Je considère ça comme de l'infogerence.

    Pour de l’hébergement sans serveur, on peut se tourner vers des blockchain comme https://holochain.org
    The community is the infrastructure
    Zend Certified PHP Engineer

    « Crois-tu comprendre le monde juste en matant le 20H Ou connaître l'histoire en ayant lu que l'angle des vainqueurs ? » Keny Arkana

  3. #3
    Expert éminent sénior Avatar de Uther
    Homme Profil pro
    Tourneur Fraiseur
    Inscrit en
    avril 2002
    Messages
    4 279
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Pyrénées Orientales (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Tourneur Fraiseur

    Informations forums :
    Inscription : avril 2002
    Messages : 4 279
    Points : 13 214
    Points
    13 214
    Par défaut
    Même la blockchain c'est pas réellement sans serveur. Elle permet certes de s'affranchir du coté centralisé du serveur, mais elle est toujours dépendantes de partie distantes auxquelles se connecter. C'est juste que les clients font également office de serveur. Et cette décentralisation combinée au fait de devoir assurer la cohérence dans un réseau auquel on ne fait pas confiance, ça a un sacré coût.

  4. #4
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Directeur des systèmes d'information
    Inscrit en
    avril 2002
    Messages
    2 496
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 61
    Localisation : Luxembourg

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur des systèmes d'information
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : avril 2002
    Messages : 2 496
    Points : 16 657
    Points
    16 657
    Par défaut
    C'est juste du vocabulaire Cloud, la traduction de "serverless computing" :"l'informatique sans serveur ou "serverless computing" est un paradigme de cloud computing dans lequel le fournisseur de serveur gère dynamiquement les ressources allouées au service client. Le prix dépend des ressources effectivement consommées et non des capacités d'un serveur acheté à l'avance. Mais le terme 'sans serveur' ne signifie pas qu'il n'y a pas de serveurs impliqués. Cela signifie qu'ils sont gérés par les fournisseurs et non par les consommateurs. Sans trop penser à leur maintenance, les ressources informatiques sont utilisées comme des services. Les principaux avantages de sans serveur sont le modèle de tarification à l'utilisation, une évolutivité élevée, la disponibilité et un temps réduit pour développer et livrer les fonctionnalités du produit."

    Donc en clair au lieu de gérer un serveur on gère une API logicielle (Azure, AWS, Google Cloud, etc) .
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  5. #5
    Membre expérimenté
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 012
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 012
    Points : 1 481
    Points
    1 481
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    C'est une tendance qui pourrait se renverser très rapidement. Je n'ai pas de lien sur cette histoire. Mais j'ai lu qu'une entreprise avait perdu accès à son cloud parce quelqu'un n'avait pas apprécié la position de l'entreprise sur le conflit Israélo-palestinien.
    intel i7
    Mint 20
    Plasma et Cinnamon

  6. #6
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Directeur des systèmes d'information
    Inscrit en
    avril 2002
    Messages
    2 496
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 61
    Localisation : Luxembourg

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur des systèmes d'information
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : avril 2002
    Messages : 2 496
    Points : 16 657
    Points
    16 657
    Par défaut
    Si tu as peur qu'un prestataire Cloud te lâche ou pour être tolérant aux pannes de cloud dans ce cas tu peux partir sur du multi cloud.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  7. #7
    Membre expérimenté
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 012
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 012
    Points : 1 481
    Points
    1 481
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
    Si tu as peur qu'un prestataire Cloud te lâche ou pour être tolérant aux pannes de cloud dans ce cas tu peux partir sur du multi cloud.
    Mais à quel prix? Les boites comme Amazon développent des interfaces spécifiques à leurs plateformes. Dans ces conditions. Le cloud uniquement comme support pour les backups me semble l'option le moins risqué. L'aventure de Parlor devrait une sonnette d'alarme pour tous ceux qui s'impliquent dans le web. Ils devraient surveiller particulièrement Amazon:

    intel i7
    Mint 20
    Plasma et Cinnamon

  8. #8
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Directeur des systèmes d'information
    Inscrit en
    avril 2002
    Messages
    2 496
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 61
    Localisation : Luxembourg

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur des systèmes d'information
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : avril 2002
    Messages : 2 496
    Points : 16 657
    Points
    16 657
    Par défaut
    Avec une API multi cloud. C'est la même idée que quand tu utilises un ORM pour t'affranchir d'une base de données en particulier.
    Pour le cout une API multi cloud ça peut être un avantage vu que tu peux envoyer la sauce sur le moins cher à un instant T.
    Tu peux aussi faire du cloud hybride, utiliser ton infrastructure intra entreprise, ou une infrastructure en data center mais privée pour la charge régulière mais avoir la possibilité de passer la surcharge sur le cloud public pour gérer les pics de charges ou les pannes du cloud privé.
    Donc en fait pour être hyper optimisé tolérance de pannes et rationalisation des couts tu peux cumuler cloud hybride plus multi cloud. Bon ça demande des compétences par contre mais c'est intéressant.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  9. #9
    Membre expérimenté
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 012
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 012
    Points : 1 481
    Points
    1 481
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
    Avec une API multi cloud. C'est la même idée que quand tu utilises un ORM pour t'affranchir d'une base de données en particulier..
    Ce n'est pas l'utilisation du concept qui me pose un problème (Ce n'est pas une révolution, c'est le retour du modèle serveur\terminaux). Mais la tendance à déléguer à un tier-parti une partie extrêmement critique de l'entreprise pour pouvoir se débarrasser des frais d'un département de support technique. Le problème n'est pas technique, mais bien culturel. Je sais que normalement c'est un aspect qui ne serait pas considéré sur un forum d'informatique. Mais dans le cas présent, il y a une partie des Américains (les Californiens en particulier) qui sont complètement cinglés. Et avec Biden qui annonce en conférence de presse que le plus grand risque pour l'Amérique est le suprémacisme blanc, vous devez tenir compte des risques liés à la situation, en confiant vos clients aux entreprises américaines.
    intel i7
    Mint 20
    Plasma et Cinnamon

  10. #10
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Directeur des systèmes d'information
    Inscrit en
    avril 2002
    Messages
    2 496
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 61
    Localisation : Luxembourg

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur des systèmes d'information
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : avril 2002
    Messages : 2 496
    Points : 16 657
    Points
    16 657
    Par défaut
    Ok alors dans ce cas tu soulèves entre autres la question du "Cloud souverain", sujet qui a été abordé ici : La France choisit Google et Microsoft pour la protection des données sensibles, avec par exemple un élément de réponse , l'API cloud de Google hébergée en France par OVH, ce qui a soulevé d'autres questions...
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  11. #11
    Membre expérimenté
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 012
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 012
    Points : 1 481
    Points
    1 481
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
    Ok alors dans ce cas tu soulèves entre autres la question du "Cloud souverain", sujet qui a été abordé ici : La France choisit Google et Microsoft pour la protection des données sensibles, avec par exemple un élément de réponse , l'API cloud de Google hébergée en France par OVH, ce qui a soulevé d'autres questions...
    Effectivement, avec des condition qui garantissent les lois du pays, ce pourrait être un énorme progrès. Mais mon expérience avec les politiciens et la fonctions publiques est qu'en général, ils ont généralement un retard de 10 ans au minimum. Vous êtes en avance sur le Canada, mais c'est trop pour crier victoire.
    intel i7
    Mint 20
    Plasma et Cinnamon

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 02/06/2021, 04h36
  2. Réponses: 6
    Dernier message: 30/05/2021, 11h42
  3. Réponses: 2
    Dernier message: 09/03/2020, 12h14
  4. Réponses: 11
    Dernier message: 16/01/2017, 10h47
  5. Réponses: 1
    Dernier message: 03/12/2009, 14h37

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo