Nvidia et Valve apportent le DLSS, cette technologie permet aux gamers d'obtenir plus de performances sous Linux,
Nvidia contre AMD sous Linux pour le bien de la communauté

Lors du Computex 2021, le plus grand salon mondial informatique, Nvidia a annoncé une collaboration avec Valve pour apporter un support à sa technologie DLSS (Deep Learning Super Sampling) présente sur ses cartes RTX. De quoi enchanter les utilisateurs Linux. « DLSS utilise un rendu AI avancé pour produire une qualité d'image comparable à la résolution native et parfois même meilleure, tout en n'effectuant qu'un rendu conventionnel d'une fraction des pixels. Les techniques avancées de rétroaction temporelle offrent des détails d'images nettes et une stabilité améliorée d'une image à l'autre », précise NVIDIA. Malheureusement, le DLSS de Nvidia est propriétaire et nécessite un matériel spécial dans les cartes Nvidia les plus récentes.

DLSS, ou Deep Learning Super Sampling, est une technologie qui permet aux joueurs d'obtenir plus de performances sans avoir à renoncer à une trop grande qualité d'image. Pour ce faire, le jeu est exécuté à une résolution inférieure à la résolution native, puis l'image est convertie en résolution native à l'aide d'algorithmes très impressionnants. L’annonce du support à Valve pour apporter un support à sa technologie DLSS est une bonne nouvelle, car le DLSS peut améliorer radicalement les taux de trame sans altérer de manière perceptible la qualité graphique.

Nom : rtxB.png
Affichages : 74278
Taille : 393,9 Ko

Notons que le DLSS prend une image à basse résolution et utilise l'apprentissage profond pour l'échantillonner à la volée à une résolution supérieure. L'impact du DLSS peut être étonnant dans les jeux qui prennent en charge cette technologie. Dans certains cas, il fait plus que doubler les fréquences d'images sans DLSS, généralement avec un impact visuel faible ou nul. L’intérêt de cette technologie réside dans l'apprentissage profond. Un réseau neuronal entraîné parvient mieux à identifier les parties d'une image les plus pertinentes pour la perception humaine que les anciens algorithmes logiques classiques, et il est encore plus performant lorsqu'il s'agit de redessiner un sous-échantillon pixellisé en quelque chose que l'œil humain s'attend à voir.

Malheureusement, le DLSS de Nvidia est propriétaire et nécessite un matériel spécial dans les cartes Nvidia les plus récentes (séries RTX 2000 et supérieures). Jusqu'à présent, Nvidia n'a pas activé cette fonctionnalité dans ses pilotes Linux natifs, qui sont également propriétaires. Selon certains analystes, cette technologie sera passionnante pour les personnes disposant des systèmes d’exploitation Linux, elle est également intéressante, car Valve envisagerait de créer un appareil portable pour les jeux. Nous avons fait valoir que le DLSS pourrait permettre à la Switch nouvelle génération d'obtenir des résultats bien supérieurs à sa catégorie de poids, et il en serait de même pour un PC portable sans une tonne de puissance graphique, qui fonctionnerait probablement sous Linux.

Bien que Nvidia n'ait pas publié une liste des jeux propulsés par Proton qui bénéficieront du DLSS, il y a en fait un nombre surprenant de candidats. En faisant passer la liste des jeux de Nvidia qui prennent en charge le DLSS par ProtonDB, un site qui permet aux utilisateurs de signaler le bon fonctionnement des jeux lorsqu'ils utilisent Proton, on constate qu'une bonne partie des jeux compatibles DLSS fonctionnent déjà sous Linux. Cela représente environ 30 jeux sur environ 60. Le DLSS de Nvidia est propriétaire et nécessite un matériel spécial dans les cartes Nvidia les plus récentes (séries RTX 2000 et supérieures). Jusqu'à présent, Nvidia n'a pas activé cette fonctionnalité dans ses pilotes Linux natifs, qui sont également propriétaires.

Nvidia et la concurrence sous Linux

Sous Windows, la fonction DLSS est l'une des nombreuses caractéristiques de Nvidia qui rendent le passage à la carte graphique Radeon difficile à envisager, même lorsque le prix est correct et que la carte est puissante. Sous Linux, les rôles sont inversés et il est beaucoup plus difficile de choisir Nvidia.

Nom : amd.PNG
Affichages : 3289
Taille : 88,2 Ko

AMD a ouvert ses pilotes Radeon pour Linux en 2015, en s'appuyant sur un module de noyau AMDGPU libre et open source. Il a considérablement amélioré la qualité des pilotes, transformant les graphiques Radeon en la meilleure option de GPU haute performance sur Linux. Avant les pilotes open source d'AMD, les utilisateurs de Linux devaient prendre une décision difficile lorsqu'ils construisaient une nouvelle plateforme : soit ils obtenaient la simplicité et l'absence de bogues des cartes graphiques intégrées d'Intel, soit ils obtenaient des performances bien plus élevées, grevées d'artefacts, de fissures d'écran lors de la lecture de vidéos, voire de plantages purs et simples du système. AMDGPU a changé tout cela en mariant l'ouverture et la qualité des GPU Intel avec les performances des cartes de jeu grand public.

  • les pilotes dans les dépôts de la distribution sont à jour pas besoin de télécharger le code directement du fournisseur ;
  • aucun code propriétaire n'est nécessaire dans le noyau donc pas de noyau altéré ni d'astuces UEFI pour démarrer sur des systèmes Secure Boot ;
  • pas de fissure d'écran : les vidéos sont fluides dans les applications vidéo locales, ainsi que dans le navigateur, que ce soit Chrome ou Firefox ;
  • pas de plantage, pas d'artefacts, pas de bogues bizarres ;
  • aucun conflit entre un panneau de contrôle écrit par un fournisseur et les outils de gestion de l'affichage natifs de la distribution.

Pour certains, même si le DLSS était pris en charge dans tous les jeux, « au lieu de seulement 50 ou 60, nous aurions du mal à renoncer à tout cela pour une augmentation de la fréquence d'images ». La technologie DLSS d'AMD est également sur le point de voir le jour. Lors du Computex 2021, AMD a annoncé sa propre version de l'upsampling alimenté par l'IA, qu'il appelle FidelityFX Super Resolution (FSR). À ce jour, le fonctionnement de FSR reste encore inconnu. Il est intéressant de noter que FSR peut également fonctionner sur les GPU Nvidia, même ceux qui ne supportent pas le DLSS de Nvidia.


Malheureusement, FSR n'est encore qu'une promesse pour le moment, car elle ne sera pas lancée avant le 22 juin, et on ne sait pas s'il sera immédiatement disponible pour Linux le jour du lancement. « Nous ne disposons pas non plus d'autant d'échantillons de la qualité d'image avant et après que nous le souhaiterions. Si FSR ne peut pas rivaliser avec DLSS en termes de qualité, cela n'aura pas beaucoup d'importance si FSR atteint ou même dépasse son taux de rafraîchissement brut », précise AMD.

Bien que Nvidia ait mentionné que le support de Vulkan arriverait ce mois-ci, et que le support de DirectX arriverait à l'automne, l'entreprise n'a pas mentionné de calendrier pour l'arrivée de DLSS sur Proton. Mais il est agréable de voir qu'il continue à faire pression pour que les jeux sous Linux soient à la hauteur de l'expérience Windows. « En tant que personne qui a essayé d'être un joueur Linux il y a longtemps, en utilisant vanilla Wine et, plus tard, CrossOver, le travail que Nvidia et Valve font avec Proton m'a fait envisager de mettre en place une plateforme de jeu Linux à nouveau. Maintenant, si seulement je pouvais avoir une carte graphique », lance un internaute.

Et vous ?

Que pensez-vous de ces travaux pour l'amélioration du jeu sur Linux ?

AMD contre NVIDIA sur Linux, qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

NVIDIA bloque le minage de cryptomonnaies sur les cartes RTX 3080 et 3070, afin de les rendre plus accessibles aux joueurs sur PC

AMD revoit à la hausse ses prévisions de revenus et affirme que la chaîne d'approvisionnement s'est améliorée, son chiffre d'affaires du 1T21 a grimpé de 93 %

Les plus grands fabricants de systèmes dévoilent des serveurs équipés de NVIDIA A100 pour accélérer l'IA, l'analytique et l'informatique scientifique

Les processeurs pour serveurs d'AMD obtiennent les plus importants gains de parts de marché face à Intel en 15 ans