L'UE et le Royaume-Uni ouvrent des enquêtes antitrust sur Facebook Marketplace
le régulateur britannique enquête également sur Facebook Dating

Facebook fait à nouveau l'objet d'enquêtes antitrust sur le vieux continent. La Commission européenne et les régulateurs britanniques ont ouvert cette semaine des enquêtes antitrust sur Facebook, car ils craignent que son service Marketplace ne fausse injustement la concurrence sur le marché des petites annonces. Les deux autorités cherchent à savoir si Facebook a utilisé de manière déloyale les données publicitaires pour faire concurrence sur le marché des petites annonces, et collaborent dans le cadre de l'enquête. L'entreprise risque de fortes amendes si les enquêtes confirment les soupçons des régulateurs.

Facebook : Marketplace et Dating face à des enquêtes antitrust

Facebook Marketplace est une plateforme pratique où les gens peuvent découvrir, acheter et vendre des articles. Les internautes peuvent trouver ce qu'ils recherchent en filtrant leurs résultats par lieu, catégorie et prix. En vous inscrivant sur Marketplace, vous pouvez atteindre les acheteurs là où ils se trouvent déjà. Les personnes et les marques peuvent proposer des articles dans les catégories suivantes : annonces classées, vêtements et accessoires, offres, électronique, divertissement, famille, passe-temps, etc. Les acheteurs peuvent visualiser certaines catégories, visualiser toutes les catégories ou rechercher un produit particulier.

Nom : marketplace-newsroom.png
Affichages : 649
Taille : 384,2 Ko

Lancée en octobre 2016, cette place de marché se retrouve désormais dans le viseur antitrust de l'UE et du Royaume-Uni. Pourquoi ? Les régulateurs antitrust de l'UE et du Royaume-Uni soupçonnent que l'entreprise utilise les données personnelles de ses utilisateurs pour faire une concurrence déloyale aux annonceurs. En effet, les plateformes de Facebook sont utilisées régulièrement par près de 3 milliards de personnes, ce qui constitue une gigantesque base de données publicitaires. La société l'utiliserait ensuite au sein de Marketplace pour mieux concurrencer les entreprises auprès desquelles il collecte également des données.

« Facebook collecte d'énormes quantités de données sur les activités des utilisateurs de son réseau social et au-delà, ce qui lui permet de cibler des groupes de clients spécifiques », a déclaré la responsable de la concurrence de la Commission européenne, Margrethe Vestager, dans un communiqué. « Nous examinerons en détail si ces données confèrent à Facebook un avantage concurrentiel indu, en particulier sur le secteur des petites annonces en ligne, où des personnes achètent et vendent des biens chaque jour, et où Facebook est également en concurrence avec des entreprises dont il collecte les données », a-t-elle ajouté.

Le commerce en ligne est devenu de plus en plus important pendant la pandémie de COVID-19 et le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré en avril que plus d'un milliard de personnes visitaient chaque mois le service d'achat et de vente Marketplace. La Commission européenne évaluera si Facebook a violé le droit européen de la concurrence pour se livrer à une concurrence déloyale dans son activité de petites annonces Marketplace. Outre les préoccupations relatives à Marketplace et aux petites annonces, le régulateur britannique cherchera également à savoir s'il utilise la même tactique dans son offre de rencontres.

« Nous avons l'intention d'enquêter de manière approfondie sur l'utilisation des données par Facebook afin de déterminer si ses pratiques commerciales lui confèrent un avantage déloyal dans les secteurs des rencontres en ligne et des petites annonces", a déclaré Andrea Coscelli, directeur général de l'autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA), dans un communiqué. Vestager estime que les données personnelles ne doivent pas servir d'atout pour la concurrence. « Dans l'économie numérique d'aujourd'hui, les données personnelles ne devraient pas être utilisées de manière à fausser la concurrence », a-t-elle déclaré.

Dans une déclaration, un porte-parole de Facebook a déclaré que les allégations sont sans fondement. « Nous développons toujours de nouveaux et meilleurs services pour répondre à la demande évolutive des personnes qui utilisent Facebook. Marketplace et Dating offrent aux gens plus de choix et les deux produits opèrent dans un environnement hautement concurrentiel avec de nombreux grands opérateurs historiques. Nous continuerons à coopérer pleinement avec les enquêtes pour démontrer qu'elles sont sans fondement », a déclaré le porte-parole.

Une série de combats contre les entreprises américaines

La Commission européenne examine de près Marketplace depuis des années. Les fonctionnaires européens ont envoyé des questionnaires sur le service dès 2019, pour que Facebook repousse l'enquête l'année suivante, arguant que l'ampleur de la demande de documents de l'UE signifiait qu'il devrait remettre des informations sans rapport, mais hautement sensibles. Toutefois, c'est la première fois que Facebook fait l'objet d'une enquête formelle de la part de l'UE. Cette affaire s'ajoute à des enquêtes anticoncurrentielles similaires menées par l'Union sur des entreprises comme Apple, Google, Amazon et Microsoft.

En effet, la première enquête antitrust de Vestager sur Facebook est la dernière d'une longue série d'affrontements avec les géants américains de la technologie. Au total, Vestager a déjà infligé plus de 8 milliards d'euros (9,7 milliards de dollars) d'amendes à Google et enquête également sur Amazon et Apple. Le régulateur britannique examine également Google et Apple. Voici un aperçu de la situation actuelle entre l'UE et ces géants américains :

  • Apple

En avril, les régulateurs européens ont accusé Apple de fausser la concurrence sur le marché de la diffusion de musique en continu. Les conclusions préliminaires sont la première fois que Bruxelles porte des accusations anticoncurrentielles contre Apple, bien que les deux parties aient eu des affrontements violents dans le passé, notamment un différend fiscal de plusieurs milliards de dollars impliquant l'Irlande.

  • Google

Le moteur de recherche Internet le plus populaire au monde s'est vu infliger des amendes d'un montant total de 8,25 milliards d'euros (9,7 milliards de dollars) en plus d'une décennie de batailles avec la Commission concernant son service d'achat, son système d'exploitation mobile Android et ses pratiques en matière de publicité en ligne. La première amende a été infligée en 2010. Ses problèmes de réglementation ne sont cependant pas terminés, avec des enquêtes en cours sur ses données et la façon dont il les utilise, en plus des plaintes concernant ses services de recherche locale et de cartographie qui pourraient conduire à des enquêtes.

  • Amazon

En novembre de l'année dernière, la Commission a accusé le détaillant en ligne de porter atteinte à la concurrence dans le secteur du commerce de détail, alléguant qu'il utilise sa taille, sa puissance et ses données pour obtenir un avantage déloyal sur les petits commerçants qui vendent sur sa plateforme en ligne. Une autre enquête porte sur un éventuel traitement préférentiel de ses propres offres de détail et de celles des vendeurs qui utilisent les services de logistique et de livraison d'Amazon.

  • Intel

Le fabricant de puces américain a été condamné à une amende de 1,06 milliard d'euros en 2009 pour avoir contrecarré son rival britannique Advanced Micro Devices en accordant des rabais aux fabricants de PC.

  • Microsoft

La bataille que le fabricant américain de logiciels mène depuis dix ans avec l'autorité européenne de la concurrence pour avoir abusé de sa position dominante sur le marché des systèmes d'exploitation pour PC afin d'écraser ses rivaux, ainsi que pour d'autres pratiques illégales, a pris fin en 2008 et s'est soldée par des amendes totales de 2,16 milliards d'euros.

  • Qualcomm

Les démêlés du fabricant de puces américain avec la Commission l'ont vu se voir infliger des amendes totales de 1,2 milliard d'euros dans deux affaires pour avoir utilisé son pouvoir de marché pour contrecarrer ses rivaux, dont Intel. Les enquêtes ont été lancées en 2015. Dans un document réglementaire de 2019, Qualcomm a déclaré que l'organisme de surveillance antitrust de l'UE enquête également sur un éventuel comportement anticoncurrentiel de l'entreprise. Elle aurait tiré parti de sa position sur le marché des puces pour les modems 5G sur le marché des puces radiofréquence.

Sources : Annonce de la Commission européenne, Annonce de l'autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

L'Irlande ouvre une enquête RGPD sur Facebook, suite à la fuite de données qui a exposé 533 millions de contacts, elle encourt une sanction financière allant jusqu'à 4 % de son chiffre d'affaires

Amazon accusé de violation des règles antitrust de l'UE concernant les données du marché, une deuxième enquête va déterminer si la société accorde un traitement préférentiel à ses propres offres

L'UE accuse Apple d'enfreindre sa réglementation en matière de concurrence : « Le fabricant de l'iPhone désavantage ses rivaux dans le streaming de musique en raison des règles de son App Store »