IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 392
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 392
    Points : 155 013
    Points
    155 013
    Par défaut Oracle accusé d'avoir « braconné » des employés clés de CentralSquare pour détourner des secrets commerciaux
    Oracle accusé d'avoir « braconné » des employés clés de CentralSquare Technologies pour détourner des secrets commerciaux,
    afin de développer l'une de ses activités

    CentralSquare Technologies, un éditeur de logiciels basé en Floride pour les responsables de la sécurité publique, a poursuivi Oracle mardi, affirmant que le géant des bases de données avait « braconné » des employés clés dans le but de développer son entreprise en vendant des logiciels aux organismes chargés de l'application des lois et de la justice.

    La plainte, déposée devant le tribunal de district américain d'Orlando, en Floride, allègue qu'Oracle a : détourné des secrets commerciaux en embauchant du personnel clé ; s'est injustement enrichie en bâtissant son entreprise sur les relations, le savoir-faire et les connaissances exclusives des employés de CentralSquare ; interféré avec les activités de CentralSquare en encourageant les employés recrutés à violer les obligations de confidentialité ; et s’est livré à des pratiques commerciales déloyales.

    « En juin 2020 ou vers cette date, dans le but de renforcer et de développer sa petite entreprise de sécurité publique et de justice, Oracle a commencé à cibler, recruter et embaucher des employés clés de CentralSquare qui se consacrent à l'unité Sécurité publique et justice, y compris des cadres, des ingénieurs et concepteurs, qui ont tous des accords avec CentralSquare contenant diverses obligations restrictives », indique la plainte.

    CentralSquare affirme qu'Oracle essaie « de construire et d'étendre son organisation de sécurité publique et de justice principalement aux dépens de CentralSquare en ciblant et en recrutant des employés de CentralSquare dans divers rôles exécutifs et techniques clés ».

    CentralSquare affirme avoir plus de 5 000 clients d'agences publiques, en grande partie grâce à son logiciel Public Safety Suite Pro. Oracle, affirme la société, a beaucoup moins de clients sur ce marché particulier et a délibérément essayé de recruter des employés de CentralSquare connaissant ce produit.

    Nom : oracle.png
Affichages : 1193
Taille : 12,8 Ko

    Oracle a réussi à recruter Steve Seoane, ancien président de CentralSquare de son unité Sécurité publique et justice, pour rejoindre l'entreprise en tant que veep senior en juin 2020.

    Après cela, au moins cinq autres employés de CentralSquare qui travaillaient sous Seoane sont partis pour rejoindre Oracle : un vice-président de la stratégie et du développement d'entreprise ; le chef de la gestion des produits de sécurité publique et de justice ; un ancien chef de file dans la même équipe ; un directeur régional des ventes ; et un architecte logiciel senior.

    Ce dernier architecte, est-il affirmé, a été embauché en dehors du bureau de CentralSquare à Sioux Falls, dans le Dakota du Sud, malgré un contrat de non-concurrence exécutoire. Oracle, selon la plainte, offrait un salaire nettement supérieur au marché comme incitation.

    « Oracle semble cibler les ingénieurs de CentralSquare depuis son bureau du Dakota du Sud », affirme la plainte. « Oracle sait que CentralSquare emploie tous ou presque tous les ingénieurs logiciels qualifiés du Dakota du Sud et d'autres centres de développement et de conception de la sécurité publique et de la justice qui peuvent immédiatement servir le secteur de la sécurité publique et de la justice. Oracle cherche uniquement à embaucher des ingénieurs CentralSquare de ce marché. Oracle n’a publié aucune offre d’emploi pour ces postes sur ce marché ».

    Le conseiller juridique de CentralSquare a soulevé la question auprès d'Oracle, exprimant sa préoccupation concernant l'utilisation de ses informations confidentielles. Le géant des bases de données, est-il indiqué, a vaguement rassuré, mais a par ailleurs poursuivi ses efforts pour développer ses activités dans le secteur de la sécurité publique.

    « Les platitudes de l'avocat d'Oracle selon lesquelles Oracle respecte les informations confidentielles d'autres entreprises sont contredites par ses actions par ailleurs », indique la plainte.

    Nom : bureau.png
Affichages : 1664
Taille : 175,6 Ko

    Exposé des motifs

    « En juin 2020 ou vers cette date, dans le but de renforcer et de développer sa petite entreprise de sécurité publique et de justice, Oracle a commencé à cibler, recruter et embaucher des employés clés de CentralSquare qui se consacrent à l'unité Sécurité publique et justice, notamment des cadres, des ingénieurs et des concepteurs, qui ont tous des accords avec CentralSquare contenant diverses obligations de clauses restrictives. Sur la base des actions d'Oracle à ce jour, il semble qu'Oracle cherche à construire et à étendre son organisation de sécurité publique et de justice principalement aux dépens de CentralSquare en ciblant et en recrutant des employés de CentralSquare dans divers rôles exécutifs et techniques clés. Ce faisant, Oracle a indûment acquis ou acquerra des connaissances confidentielles et des secrets commerciaux de CentralSquare, de sorte qu'Oracle sera en mesure de "sauter" ses activités de sécurité publique d'une manière qui ne serait pas possible sans son ciblage et son embauche d'employés clés d’employés de CentralSquare.

    « Vers juin 2020, Oracle a embauché Steve Seoane, ancien président et directeur général de CentralSquare de l'unité Sécurité publique et justice, pour devenir vice-président principal.

    « M. Seoane s'est séparé de CentralSquare début avril 2020. Comme décrit ci-dessous, M. Seoane a supervisé les opérations et la stratégie de l'Unité de la sécurité publique et de la justice pendant qu'il était employé chez CentralSquare. Il a une connaissance intime des secrets commerciaux et des informations confidentielles de CentralSquare, y compris en ce qui concerne ses offres de produits. M. Seoane a également été l'interlocuteur privilégié de CentralSquare avec certains des clients les plus importants de CentralSquare.

    « Dans le cadre de sa séparation de CentralSquare, M. Seoane a accepté un accord de séparation. Au cours des négociations de son accord de séparation, CentralSquare a appris que M. Seoane envisageait un emploi chez Oracle. En réponse aux demandes répétées de CentralSquare pour savoir si M. Seoane avait l'intention de travailler pour Oracle, M. Seoane n'a donné que des réponses évasives et n'a pas confirmé ses intentions.

    « M. Seoane a reçu un paiement initial de CentralSquare selon les termes de son accord de séparation le 19 juin 2020. M. Seoane a accepté ce paiement en pleine connaissance de son nouvel emploi chez Oracle et des réserves de CentralSquare quant à son adhésion à Oracle en tant que concurrent.

    « M. Seoane a commencé à travailler pour Oracle en juin 2020 en tant que vice-président principal. Après information et confirmation, le titre actuel de M. Seoane est vice-président principal, secteur gouvernemental. M. Seoane n'a pas informé CentralSquare de sa position chez Oracle en violation de ses obligations contractuelles.

    « De plus, Oracle a poursuivi ses raids sur les employés clés de CentralSquare. Après information et confirmation, cela a été fait sous la direction de M. Seoane en sa qualité de vice-président principal chez Oracle.

    « Après que M. Seoane a rejoint Oracle, un certain nombre d'employés de CentralSquare qu'il supervisait directement ou avec lesquels il travaillait en étroite collaboration au sein de l'unité Sécurité publique et justice de CentralSquare, ont commencé à quitter CentralSquare pour rejoindre les défendeurs.

    « Ceux-ci comprenaient plusieurs hauts dirigeants de CentralSquare, des concepteurs de produits, des ingénieurs et des employés de vente.

    « En octobre 2020, les défendeurs ont embauché Sean McCarthy, vice-président principal de la stratégie et du développement d'entreprise de CentralSquare, pour devenir son vice-président des produits.

    « En novembre 2020, les défendeurs ont embauché David Castleton, vice-président et responsable de la gestion des produits de sécurité publique et de justice de CentralSquare et ancien vice-président et responsable de la conception et de l'expérience utilisateur, pour devenir vice-président de l'expérience utilisateur GBU. Au cours de son emploi chez CentralSquare, M. Castleton relevait directement de M. Seoane.

    « En février 2021, les défendeurs ont embauché Brett Marshall, ancien directeur et responsable de la conception/principe des produits de sécurité publique et de justice chez CentralSquare, pour devenir concepteur principal de l'expérience utilisateur. M. Marshall relevait directement de M. Castleton avant le départ de M. Castleton pour Oracle.

    « Les défendeurs semblent avoir continué à embaucher des employés clés de CentralSquare en embauchant présumément Zac Bradish, directeur régional des ventes de CentralSquare, vers mars 2021.

    « En mai 2021, Oracle a incité Austin Hanson, architecte logiciel principal chez CentralSquare à Sioux Falls, dans le Dakota du Sud, à quitter son poste chez CentralSquare pour devenir ingénieur logiciel principal chez Oracle à Sioux Falls, dans le Dakota du Sud. M. Hanson travaille directement sur les produits de sécurité publique et de justice de CentralSquare. Oracle a ciblé M. Handson malgré le fait qu'il a des obligations de non-concurrence exécutoires envers CentralSquare. Après information et confirmation, Oracle a considérablement augmenté le salaire de M. Hanson, lui proposant un salaire supérieur au marché afin de l'inciter à démissionner de CentralSquare et à rejoindre Oracle.

    Nom : bureau.png
Affichages : 1664
Taille : 175,6 Ko

    « Oracle semble cibler les ingénieurs de CentralSquare depuis son bureau du Dakota du Sud. Oracle sait que CentralSquare emploie tous ou presque tous les ingénieurs logiciels qualifiés du Dakota du Sud et d'autres centres de développement et de conception de la sécurité publique et de la justice qui peuvent immédiatement servir le secteur de la sécurité publique et de la justice. Oracle cherche uniquement à embaucher des ingénieurs CentralSquare de ce marché. Oracle n’a publié aucune offre d’emploi pour ces postes sur ce marché.

    « CentralSquare a tenté d'arrêter la conduite d'Oracle (et la violation par ses anciens employés de leurs obligations contractuelles) via de multiples correspondances de son avocat à Oracle exprimant sa préoccupation concernant l'embauche par Oracle d'employés clés de CentralSquare à des postes dans lesquels ils seraient apparemment en concurrence directe clients pour des services compétitifs et en utilisant les informations confidentielles et exclusives de CentralSquare. Bien qu'Oracle ait fourni de vagues assurances, il a persisté dans ses efforts pour construire son organisation de sécurité publique aux dépens de CentralSquare. Les platitudes de l'avocat d'Oracle selon lesquelles Oracle respecte les informations exclusives d'autres entreprises sont contredites par ses actions par ailleurs.

    « En ciblant et en acquérant des employés clés de l'unité de sécurité publique et de justice de CentralSquare, Oracle a ou aura accès aux secrets commerciaux et aux informations confidentielles de CentralSquare à tous ou presque tous les rôles clés nécessaires pour créer et exploiter une organisation de sécurité publique pour concurrencer CentralSquare. . Il est inconcevable que les employés embauchés hors de CentralSquare ne divulguent pas ou ne se fondent pas sur les secrets commerciaux et les informations confidentielles de CentralSquare pour aider Oracle dans ses efforts apparents pour concurrencer CentralSquare dans le secteur de la sécurité publique et de la justice ».

    Le bilan de l'industrie n'est pas terrible

    Retenir les talents clés, en particulier dans les postes techniques difficiles à pourvoir, a longtemps été un défi pour les entreprises technologiques, un défi pas toujours relevé de bonne foi : en 2015, à la suite d'un règlement civil en 2010 avec le gouvernement américain, Adobe Systems, Apple, Google, Intel Corporation, Intuit, Lucasfilm et Pixar ont payé collectivement 435 millions de dollars pour régler les allégations selon lesquelles ils auraient violé les lois antitrust en acceptant secrètement de ne pas effectuer de recrutement les uns chez les autres.

    L'année suivante, le ministère américain de la Justice et la Federal Trade Commission ont publié des directives selon lesquelles ils avaient l'intention de poursuivre les accords de fixation des salaires et de « non-braconnage » en tant que violations pénales des lois antitrust. La première inculpation pénale pour collusion sur le marché du travail en vertu de cette politique a été émise en janvier 2021 contre les filiales de soins chirurgicaux au Texas.

    Malgré cela, les accords de « non-braconnage » et de non-concurrence restent très répandus. L'Economic Innovation Group (EIG), un organisme de défense des politiques à but non lucratif créé par le cofondateur de Napster et vétéran de Facebook, Sean Parker, a déclaré dans un rapport de 2019 que les accords de non-braconnage affectaient 60% des grandes franchises aux États-Unis. en 2016. Le rapport du GIE indiquait également que les accords de non-concurrence liaient un travailleur américain sur cinq en 2014.

    Au cours de sa campagne présidentielle, le président américain Joe Biden a déclaré qu'il espérait travailler avec le Congrès « pour éliminer tous les accords de non-concurrence, à l'exception des très rares qui sont absolument nécessaires pour protéger une catégorie étroitement définie de secrets commerciaux, et interdire purement et simplement tous les accords de non-concurrence et accords de braconnage ».

    Source : plainte

    Et vous ?

    Un employé peut-il travailler chez la concurrence une fois son contrat avec son entreprise rompu ? Dans quelle mesure ?
    Peut-il s'inspirer d'éléments qu'il a appris / assimilé dans son précédent emploi (techniques, méthodes, etc.) ?
    S'il est appelé à rencontrer des clients, est-il autorisé à débaucher les anciens clients pour sa nouvelle entreprise ? Dans quelle mesure ?
    Plus généralement, quelles sont les limites des clauses de non-concurrence ?
    Avez-vous déjà été confronté à ce dilemme au cours de votre carrière ? Comment avez-vous géré le problème ?

    Voir aussi :

    Oracle Cloud Infrastructure annonce l'intégration de ServiceNow pour améliorer la gestion des environnements multicloud
    Google va cesser d'utiliser le logiciel financier d'Oracle et adopter SAP à la place, cette migration devrait être effective dès le 3 mai
    API Java : Google bat Oracle devant la Cour suprême, qui estime que Google pouvait légalement utiliser des éléments de l'API Java d'Oracle lors de la création d'Android
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Rédacteur/Modérateur

    Avatar de yahiko
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    juillet 2013
    Messages
    1 317
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Alpes Maritimes (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2013
    Messages : 1 317
    Points : 8 276
    Points
    8 276
    Billets dans le blog
    43
    Par défaut
    C'est le jeu du libre-échange et de la libre concurrence.
    On ne va pas reprocher aux personnes recrutées d'avoir accepté un meilleur salaire.

    Il faut aussi se demander si les employés débauchés de CentralSquare n'étaient que des mercenaires où si finalement CentralSquare n'étaient finalement pas un lieu où il faisait si bon travailler.
    Ces employés étaient vraiment associés au projet de l'entreprise ?
    Parce que bon, pour accepter de travailler chez Oracle et être noyés dans la masse et la hiérarchie, à part le salaire, je ne vois pas trop.

    Bref, je ne vois pas forcément d'un très bon œil les freins aux possibilités pour un salarié de pouvoir changer d'entreprise.
    Tutoriels et FAQ TypeScript

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 07/11/2019, 17h02
  2. Réponses: 17
    Dernier message: 07/05/2018, 17h06
  3. Apple est accusé d'avoir enfreint des brevets appartenant à Aqua Connect
    Par Stéphane le calme dans le forum Actualités
    Réponses: 5
    Dernier message: 17/11/2017, 17h23
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 02/09/2017, 09h35
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 09/08/2017, 10h34

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo