Eco Rating, un nouvel indice de « performance environnementale » des smartphones,
Qui note sur la base de certaines informations, y compris celles fournies par les fabricants eux-mêmes

À l’heure où de nombreux consommateurs souhaitent se tourner vers des produits plus écologiques, cinq grands opérateurs de télécommunications européens lancent un nouvel indice, l’Eco Rating. Le nouvel indice indiquera, grâce à un score sur 100 et à cinq différents domaines environnementaux, les appareils les plus vertueux en matière d’écologie. Cette classification vise, non seulement à faciliter la tâche aux consommateurs dans le choix des smartphones les plus respectueux de l’environnement, mais également, à encourager les fournisseurs à réduire l'impact environnemental de leurs produits. Pour l’instant, 12 fabricants sont concernés par l’Eco Rating, qui sera déployé en Europe à partir de juin 2021.

On le sait, le remplacement prématuré des smartphones est une calamité pour l’environnement. Après l’indice de réparabilité développé par l’ADEME et lancé en France en début d’année, cinq grands opérateurs européens lancent l’indice Eco Rating. Deutsche Telekom, Telefónica, Telia Company, Vodafone et Orange ont élaboré cet indice, qui sera déployé dans 24 pays au cours de ce mois. L’objectif cet étiquetage est de refléter la performance environnementale des smartphones tout au long du cycle de vie.

Nom : e01.jpg
Affichages : 1709
Taille : 40,3 Ko

Il aidera les consommateurs à identifier et comparer les téléphones mobiles en fonction de plusieurs critères liés à l’écologie. Par cet indice, les opérateurs souhaitent également encourager les fournisseurs à réduire l’impact environnemental de leurs produits. « L’Eco Rating permettra d’encourager la demande des opérateurs et leurs clients pour des produits électroniques plus vertueux », a déclaré Orange dans son communiqué.

Des téléphones de 12 marques seront évalués par l’Eco Rating, et d’autres modèles viendront compléter cette gamme dans le futur. Les partenaires de ce lancement sont Bullitt Group (les téléphones CAT et Motorola), Doro, HMD Global (téléphones Nokia), Huawei, MobiWire, Motorola / Lenovo, OnePlus, OPPO, Samsung Electronics, TCL / Alcatel, Xiaomi et ZTE.

Le constat immédiat est l’absence de la marque du géant américain de la technologie Apple, l’iPhone. La marque de téléphone de Google manque également à l’appel. Mais le catalogue devrait enregistrer de nouveaux smartphones dans les prochains mois. À partir de juin 2021, les opérateurs commenceront à intégrer l’Eco Rating dans les boutiques physiques et / ou en ligne des 24 pays européens dans lesquels ils sont présents.

À l’avenir, les PDG des cinq opérateurs à l’initiative de l’Eco Rating espèrent accueillir d’autres fabricants et opérateurs télécoms au sein de l’Eco Rating :

« La création d'un avenir plus durable relève de notre responsabilité commune. C'est pourquoi nous croyons qu’il est grand temps de mettre en œuvre un programme harmonisé au sein de notre secteur pour améliorer la transparence et sensibiliser sur l'impact environnemental des téléphones que nos clients choisissent. Nous avons hâte d'accueillir d'autres fabricants et opérateurs télécoms au sein de l'initiative Eco Rating, et nous espérons que le secteur s'en inspirera pour accélérer sa transition vers un modèle plus circulaire pour les téléphones mobiles ».

Nom : e02.png
Affichages : 626
Taille : 37,9 Ko

Une note sur 100 sur la base des informations fournies par les fabricants et 19 autres critères

« L’Eco Rating est calculé à partir des informations fournies par les fabricants et d’une méthodologie d’évaluation cohérente, équitable et objective, basée sur 19 critères. Ces éléments permettent d’attribuer une note globale pour chaque appareil » indiquent les opérateurs. Chaque appareil testé recevra une note globale sur 100 pour refléter sa performance environnementale basée sur cinq éléments (les sous-scores) : le niveau de durabilité, de réparabilité, de recyclabilité, le respect du climat et la préservation des ressources.

Le niveau de durabilité : la robustesse de l’appareil, la durée de vie de la batterie, la période de garantie de l’appareil et des composants ;
La réparabilité : la facilité avec laquelle l’appareil peut être réparé (les éléments liés à sa conception, les leviers pour augmenter la durée de vie comme la réutilisation de composants, les possibilités d’amélioration…) ;
La recyclabilité : l’évaluation des informations fournies pour faciliter le démontage et la récupération des composants, et leur capacité de recyclage ;
Le respect du climat : l’analyse des émissions de gaz à effet de serre du produit durant l’intégralité de son cycle de vie (un score élevé signifie que l’impact environnemental est faible) ;
La préservation des ressources : l’évaluation de l’impact causé par l’utilisation des matières premières rares dans la conception du produit sur l’épuisement des ressources (plus le score est élevé, plus l’impact sur la disponibilité des ressources rares est faible).

« L’Eco Rating a été développé avec le support technique et la supervision de l’IHOBE (Organisme public spécialisé dans le développement économique et la protection de l’environnement), avec la participation des constructeurs, et en utilisant les derniers standards et directives de l’Union européenne, UIT-T, ETSI et ISO. De nouveaux paramètres ont été ajoutés lorsque cela était nécessaire », précisent les opérateurs.

Nom : e03.png
Affichages : 626
Taille : 22,7 Ko

Une préoccupation avec la méthodologie d’étiquetage est le fait que le consortium ne semble faire aucune vérification des informations fournies et mise sur la sincérité des constructeurs. La méthodologie détaillée pourrait toutefois prendre en compte cette préoccupation plus tard, cependant, c’est au cours de ce mois de juin que les opérateurs commenceront à intégrer l’Eco Rating dans les boutiques.

La FAQ du site dédié à cet indice indique que l’Eco Rating est « établi de sorte que le score le plus élevé possible – 100 sur 100 – soit très difficile à atteindre pour les fabricants », en d’autres termes, ce sera un challenge pour les fabricants. Toutefois, le même site précise qu’il « n’y a pas de "bons" ou de "mauvais" scores ». Toute chose pour éviter de froisser l’un des partenaires, même si on se doute bien qu’un score faible est plus « mauvais » qu’un score élevé.

Les cinq sous-scores doivent représenter aux consommateurs la « performance environnementale de l'appareil tout au long de son cycle de vie » et ainsi leur permettre de choisir en connaissance de cause. Mais « le score final comprend des évaluations qui ne sont pas reflétées dans les sous-scores », le score global ne dépendant « pas directement des sous-scores » et n'étant « pas calculé comme une moyenne des sous-scores ».

Une autre préoccupation est que certains grands fabricants de smartphones comme Apple ne sont pas partenaires de l’Eco Rating, même s’ils peuvent rejoindre l’indice à tout moment. Même si le consortium marque une différence entre l’Eco Rating et l’indice de réparabilité mis en place par la Loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (et l'ADEME) en France, les scores de réparabilité des appareils Apple ont montré à quel point ils sont difficiles à réparer. Les produits Apple ne sont généralement pas les plus faciles à réparer, bien que la société progresse sur ce front. Mais être capable de réparer un produit (ou au moins de le faire faire par un professionnel tiers) est une partie importante de l'expérience de possession de ce produit, ce qui contribuerait également positivement à la « performance environnementale » selon l’Eco Rating.

En dehors des scores de l’indice français, le site de réparation iFixit donne aux produits Apple des notes de réparation presque universellement basses. L'Eco Rating « prend également en compte le support logiciel et la disponibilité des principales pièces de rechange telles que les écrans et les batteries ». Et Apple n’est pas connu en tant qu’un fabricant qui fournit des pièces de rechange et des outils aux réparateurs tiers, et qui met facilement à la disposition du public des informations sur les réparations de ses appareils. Un récent rapport a établir que 27 lois sur le "droit de réparation" ont été proposées cette année, mais des géants comme Apple ont fait en sorte qu'aucune ne soit adoptée jusqu'à présent. Tout ceci ne fait pas des smartphones Apple des appareils écolos, selon l’Eco Rating. Reste à voir si les consommateurs ne les choisiront pas pour cette raison.

Au total, environ 80 smartphones sont déjà notés, selon le consortium. Pour le moment, seuls les smartphones et features phones sont concernés. « D'autres types de produits tels que les tablettes, les montres connectées, les objets connectés, les routeurs et les ordinateurs portables sont hors de portée pour le moment », précise le consortium.

Source : Eco Rating

Et vous ?

Que pensez-vous de l’Eco Rating ?
Quel commentaire faites-vous de la méthodologie de notation des smartphones ?
Les smartphones d’Apple et de Google sont absents sur la liste initiale. Quel commentaire en faites-vous ? Pensez-vous qu’ils rejoindront le nouvel indice ?

Voir aussi :

27 lois sur le "droit de réparation" ont été proposées cette année, mais des géants comme Apple ont fait en sorte qu'aucune ne soit adoptée jusqu'à présent
Pourquoi le nouvel "indice de réparabilité" de la France est-il si important ? Les scores de réparabilité des appareils Apple montrent à quel point ils sont difficiles à réparer
Droit à la réparation : Apple relance ses poursuites contre le propriétaire indépendant d'un atelier de réparation, malgré sa défaite l'année dernière
Le Parlement européen vote le "droit de réparation" afin de soutenir la réparation des téléphones, tablettes et des ordinateurs portables