IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    C'est un bon point il est grand temps que ça change encore plus avec les défis qui nous attendent dans les prochaines années.

    En espérant qu'ils ne fassent pas du greenwashing et que d'autres les suivent.

  2. #22
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 946
    Points : 158 417
    Points
    158 417
    Par défaut L'US Copyright Office rend une décision soutenant le droit à la réparation
    L'US Copyright Office rend une décision soutenant le droit à la réparation,
    qui est l'une des priorités de l'administration de Biden

    Dans une règle finale qui est entrée en vigueur aujourd'hui, la bibliothécaire du Congrès a adopté des exceptions à la disposition du Digital Millennium Copyright Act (« DMCA ») qui interdit le contournement des mesures technologiques contrôlant l'accès aux œuvres protégées par le droit d'auteur. Comme l'exige la loi, le registre des droits d'auteur, à la suite d'une procédure publique, a soumis une recommandation concernant les exemptions proposées à la bibliothécaire du Congrès (« Recommandation du Registre »). Après un examen attentif, la bibliothécaire a adopté les règlements définitifs basés sur la recommandation du registre.

    Le US Copyright Office étend un bouclier juridique pour la réparation des appareils numériques, y compris les voitures et les appareils médicaux. Le bureau a soumis de nouvelles exemptions à l'article 1201 du Digital Millennium Copyright Act (DMCA), qui interdit de briser la protection contre la copie des logiciels. Les règles qui en résultent comprennent une section remaniée sur la réparation des appareils, reflétant la pression renouvelée du gouvernement sur les problèmes de « droit de réparation ».

    Dans son essence, l'article 1201(a)(1) du DMCA prévoit que « nul ne peut contourner une mesure technique qui contrôle effectivement l'accès à une œuvre protégée ». En vertu de la loi, « contourner une mesure technologique » signifie « déchiffrer une œuvre chiffrée ou autrement éviter, contourner, supprimer, désactiver ou altérer une mesure technologique, sans l'autorisation du titulaire du droit d'auteur ». Il évoque également une mesure technique qui « contrôle effectivement l'accès à une œuvre » est une mesure qui « dans le cours normal de son exploitation : une telle mesure nécessite l'application d'informations, ou d'un procédé ou d'un traitement, avec l'autorisation du titulaire du droit d'auteur, pour accéder à l'œuvre ».

    Le registre des droits d'auteur recommande des exemptions « anti-contournement » de la section 1201 tous les trois ans, un processus qui a offert des protections juridiques pour tout, du déverrouillage des téléphones portables à l'extraction de clips DVD pour une utilisation en classe. En plus de renouveler ces exemptions et plusieurs autres, cette dernière réglementation adopte des propositions liées à la réparation de l'Electronic Frontier Foundation, d'iFixit et d'autres organisations. Carla Hayden, la bibliothécaire du Congrès, a adopté les recommandations dans une règle finale qui est entrée en vigueur aujourd'hui.

    Le bibliothécaire du Congrès (librarian of Congress) est le dirigeant de la bibliothèque du Congrès. Ce poste est attribué à vie, par le président des États-Unis, sur le conseil et avec l'accord du Sénat des États-Unis.

    Les exemptions remplacent une liste détaillée d'appareils réparables par de larges protections pour tous les appareils grand public qui reposent sur un logiciel pour fonctionner, ainsi que les véhicules terrestres et maritimes et les appareils médicaux qui ne sont pas axés sur le consommateur. La réglementation ne réécrit pas l'exemption pour couvrir tous les appareils non destinés aux consommateurs, et elle ne couvre pas toutes les « modifications », mais uniquement « le diagnostic, la maintenance et la réparation ». Pour les consoles de jeux vidéo en particulier, la réparation ne couvre que la réparation des lecteurs optiques de l'appareil et nécessite la réactivation de toutes les mesures de protection technologiques qui ont été contournées par la suite.

    « Les pétitionnaires ont fait un bon travail de montrer des similitudes à travers différents types de dispositifs », a déclaré l'avocat général par intérim Kevin Amer durant un appel téléphonique avec des journalistes. « Nous sommes également conscients de certains des efforts que le pouvoir exécutif a entrepris dans ce domaine », y compris un décret de l'administration Biden soutenant les travaux de réparation par des tiers et des consommateurs. « Nous pensons que cette exemption sera utile et contribuera à faciliter ce type d'activité. »

    Pour mémoire, en juillet, Biden a signé un décret ciblant le droit de réparation, la neutralité du NET, les clauses de non-concurrence des travailleurs et bien d'autres aspects de l'écosystème technologique :

    « Nous devons agir maintenant pour inverser ces tendances dangereuses, qui entravent la croissance et le dynamisme de notre économie, entravent la création d'emplois de haute qualité et menacent la position économique de l'Amérique dans le monde. ».

    « Ce décret affirme que c'est la politique de mon administration d'appliquer les lois antitrust pour lutter contre la concentration excessive de l'industrie, les abus de pouvoir de marché et les effets néfastes du monopole et du monopsone – d'autant plus que ces problèmes se posent sur les marchés du travail, les marchés agricoles , les industries des plateformes Internet, les marchés de la santé (y compris les marchés de l'assurance, des hôpitaux et des médicaments sur ordonnance), les marchés de la réparation et les marchés des États-Unis directement touchés par l'activité des cartels étrangers ».

    D'autres agences, ainsi que les législateurs des États et du gouvernement fédéral, ont préparé leur propre politique relative au droit à la réparation. La Federal Trade Commission, par exemple, s'est engagée à lutter contre les pratiques commerciales qui bloquent les ateliers de réparation indépendants. Cette réglementation du droit d'auteur ne traite pas de ces pratiques, mais elle contribue à lever une menace juridique pesant sur les techniciens et les consommateurs.

    L'extension du droit à la réparation s'accompagne de plusieurs autres changements. Le Bureau du droit d'auteur a rejeté certaines demandes d'extension d'une exemption pour la reproduction de clips de films et d'émissions de télévision, par exemple, mais il a complété les catégories de personnes pouvant le faire à des fins éducatives, couvrant le personnel éducatif au-delà des membres du corps professoral.

    La règle étend les exemptions pour la conversion de vidéos en formats accessibles pour les personnes handicapées, permettant aux éducateurs d'ajouter des sous-titres ou des légendes audio avant que quelqu'un ne demande une version avec accessibilité tant qu'ils s'attendent raisonnablement à ce qu'elle soit nécessaire. Les joueurs de jeux vidéo handicapés peuvent également contourner les systèmes qui les empêchent d'utiliser des périphériques d'entrée non standard sur les ordinateurs, bien que les exemptions n'ajoutent pas certaines protections d'accessibilité plus larges demandées.

    Pendant ce temps, les bibliothèques d'archives devraient être en mesure de créer des copies de supports sur disque qui se détériorent si elles ne peuvent pas trouver une copie de remplacement ailleurs. Toutefois, le bureau a rejeté les demandes selon lesquelles les gens pouvaient briser la protection contre la copie pour transférer les médias dans différents formats. Le rapport élargit également le langage d'une exemption pour les chercheurs en sécurité.

    La nouvelle politique assouplit une exemption de 2015 accordant l'accès aux données des dispositifs médicaux, la reformulant pour couvrir les dispositifs qui ne sont pas implantés et permettant aux patients d'autoriser des tiers à y accéder, bien que certaines méthodes d'accès puissent toujours enfreindre les lois sur la responsabilité. Elle accorde également des exceptions de jailbreak pour les appareils de streaming vidéo comme l'Apple TV et pour les routeurs et autres matériels de réseau, tant qu'il n'est pas fait pour accéder à des médias piratés.

    L'article 1201 reste un élément controversé (et, selon certains critiques, inconstitutionnel) du DMCA. Il vise à empêcher de contourner les DRM qui protègent les médias sous copyright. Cependant, à mesure que le logiciel devient une partie de plus en plus importante des appareils grand public de base, il jette un voile juridique sur une myriade d'activités non liées au piratage. Le cycle de renouvellement signifie également que les éducateurs, les chercheurs en sécurité, les techniciens de réparation et d'autres subiront à nouveau ce processus dans quelques années, mais pour l'instant, ils ont constaté des changements bienvenus.

    Nom : drm.png
Affichages : 1004
Taille : 38,2 Ko

    Une administration en faveur du droit à la réparation

    Biden a chargé la FTC d'essayer « d'empêcher les fabricants d'équipements puissants de restreindre la capacité des gens à utiliser des ateliers de réparation indépendants ou à faire des réparations de bricolage ». D'ailleurs la FTC de Biden a précédemment publié un rapport sur les problèmes de droit à la réparation intitulé « Nixing the Fix », concluant que « de nombreuses explications fournies par les fabricants pour les restrictions de réparation ne sont pas fondées ».

    Et lorsqu'il s'agit de Big Tech, l'agenda de l'administration comprend désormais spécifiquement un mandat pour exiger « un examen plus approfondi des fusions, en particulier par les plateformes Internet dominantes, avec une attention particulière à l'acquisition de concurrents naissants, aux fusions en série, à l'accumulation de données, à la concurrence par produits "gratuits" et l'effet sur la confidentialité des utilisateurs ». Via la FTC, l'administration Biden prévoit d'imposer davantage de règles sur la surveillance et la collecte de données, ce qui devrait affecter bon nombre des plus grandes entreprises technologiques du monde.

    L'administration aborde même une réforme potentielle limitée de la politique des brevets, demandant au procureur général et au secrétaire au commerce d'examiner leur position sur « l'intersection des lois sur la propriété intellectuelle et les lois antitrust » afin d'éviter une « extension anticoncurrentielle du pouvoir de marché au-delà de la portée des brevets délivrés ».

    Source : décision
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #23
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 946
    Points : 158 417
    Points
    158 417
    Par défaut New York adopte la première loi mondiale sur le droit à la réparation des appareils électroniques
    New York adopte la première loi mondiale sur le droit à la réparation des appareils électroniques.
    « Les réparations devraient devenir moins chères et plus complètes » grâce à la nouvelle mesure, selon iFixit

    La lutte pour le droit à la réparation a remporté une énorme victoire vendredi avec l'adoption par l'État de New York d'un projet de loi obligeant les fabricants d'électronique numérique, comme les fabricants d'ordinateurs portables et de smartphones, à mettre les informations de diagnostic et de réparation à la disposition des consommateurs et des ateliers de réparation indépendants. Le projet de loi, qui a été adopté au Sénat de New York (49 contre 14) mercredi et à l'Assemblée (145 contre 1) vendredi, promulgue le Digital Fair Repair Act. La gouverneure Kathy Hochul doit signer le projet de loi avant qu'il ne devienne loi, mais ses défenseurs, comme iFixit, ont déclaré qu'ils ne s'attendaient pas à des obstacles à ce niveau.

    La législature de l'État de New York a adopté le premier projet de loi américain sur le « droit à la réparation » couvrant l'électronique. Appelée Fair Repair Act, la mesure obligerait tous les fabricants qui vendent des « produits électroniques numériques » à l'intérieur des frontières de l'État à mettre des outils, des pièces et des instructions de réparation à la disposition des consommateurs et des magasins indépendants.

    Il ne faut plus que la signature du gouverneur Kathy Hochul pour que la mesure entre en vigueur. iFixit a déclaré qu'il s'attend à ce que cela entre en vigueur d'ici 2023.

    Le projet de loi ne concerne pas les appareils médicaux, les appareils électroménagers, l'équipement agricole et hors route ou l'équipement de communication de sécurité publique. Cependant, les défenseurs du droit à la réparation ont également l'œil sur ces domaines. Le projet de loi ne couvre pas non plus les véhicules à moteur.

    Les entreprises vendant des produits technologiques à New York qui sont couverts seront obligées de distribuer des informations, des logiciels, des outils et des pièces afin que les particuliers et les ateliers de réparation indépendants puissent réparer eux-mêmes leurs appareils personnels.

    Plus précisément, le projet de loi :

    « Exige que les OEM mettent à la disposition, à des fins de diagnostic, de maintenance ou de réparation, à tout fournisseur de réparation indépendant ou au propriétaire d'équipements électroniques numériques fabriqués par ou pour le compte de, ou vendus par, l'OEM, à des conditions équitables et raisonnables, la documentation, les pièces et les outils, y compris toute mise à jour des informations. Rien dans cette section n'oblige un OEM à mettre à disposition une pièce si la pièce n'est plus disponible pour l'OEM. Pour les équipements qui contiennent un verrou de sécurité électronique ou d'autres dispositifs de sécurité- fonction connexe, l'OEM doit mettre à la disposition du propriétaire et des réparateurs indépendants, à des conditions équitables et raisonnables, toute documentation spéciale, tout outil, toute pièce nécessaires pour accéder et réinitialiser la serrure ou la fonction lorsqu'elle est désactivée dans le cadre du diagnostic, de la maintenance, ou la réparation de l'équipement. Cette documentation, ces outils et ces pièces peuvent être mis à disposition par le biais de systèmes de publication sécurisés appropriés ».

    Nom : droit.png
Affichages : 1597
Taille : 29,1 Ko

    Combattre les « pratiques monopolistiques »

    Le projet de loi a fait valoir avec succès qu'il contribuera à protéger contre les « pratiques monopolistiques des fabricants d'électronique numérique », provoquées par la rétention des informations de réparation et de diagnostic. Cela a obligé les consommateurs à se fier aux fabricants de produits et à leurs réparateurs agréés.

    Des groupes d'autoréparation comme iFixit ont applaudi la décision, la qualifiant de « pas de géant pour le réparateur » :

    « Pour les ateliers de réparation indépendants, cette nouvelle est énorme : les ateliers indépendants pourront enfin concurrencer les fabricants, résistant à la consolidation du marché de la réparation que les fabricants ont créée en restreignant l'accès aux pièces et aux outils. Dans une récente enquête californienne, 59 % des ateliers de réparation indépendants ont déclaré qu'ils pourraient devoir fermer leurs portes sans le passage du droit à la réparation.

    « Pour le reste d'entre nous, l'adoption de ce projet de loi signifie que les réparations devraient devenir moins coûteuses et plus complètes : les personnes qui veulent réparer leurs propres affaires peuvent le faire. Et votre expérience de réparation devrait s'améliorer même si vous êtes intimidé par l'idée d'ouvrir votre ordinateur portable ou votre téléphone (ne le soyez pas ! Vous pouvez y arriverportable ou votre téléphone ! Nous pouvons vous aider !). Alors qu'auparavant, les fabricants pouvaient pousser les consommateurs à utiliser les magasins agréés par les fabricants, ils devront désormais se faire concurrence. Les ateliers de réparation indépendants sont souvent en mesure d'effectuer les réparations que le fabricant a déclarées impossibles à un client. Chaque jour, des microsoudeurs comme l'équipe d'anciennes mères au foyer de Jessa Jones redonnent vie à des appareils que les ateliers de réparation autorisés avaient déclarés morts ».

    Nom : reparation.png
Affichages : 1585
Taille : 402,4 Ko

    L'administration Biden a donné le ton

    Cette décision intervient après une pression fédérale soutenue pour faire respecter le droit des consommateurs à réparer et à remettre à neuf leurs biens achetés. L'année dernière, le président Joe Biden a publié un décret appelant la Federal Trade Commission (FTC) à faire respecter les droits de réparation, une décision qui a été applaudie par les nouveaux commissaires de la majorité.

    « Lorsque vous achetez un produit cher, qu'il s'agisse d'un tracteur à un demi-million de dollars ou d'un téléphone à mille dollars, vous êtes dans un sens très réel sous le pouvoir du fabricant », explique Tim Wu, assistant spécial du président pour la politique de la technologie et de la concurrence au sein du Conseil économique national. « Et quand ils ont des spécifications de réparation déraisonnables, vous ne pouvez pas faire grand-chose. » Wu a ajouté que Right to Repair est devenu un « exemple viscéral » de l'énorme déséquilibre entre les travailleurs, les consommateurs, les petites entreprises et les grandes entités.

    Mais certains grands fabricants s'opposent à cette notion, arguant qu'elle rendra les produits moins sûrs et pourrait exposer les consommateurs à des risques pour la sécurité. John Deere, l'un des principaux fabricants de tracteurs au monde, a publié des déclarations disant qu'il « ne prend pas en charge le droit de modifier le logiciel intégré en raison des risques associés au fonctionnement sûr de l'équipement, à la conformité aux émissions et aux performances du moteur ». Un représentant de l'Outdoor Power Equipment Institute a affirmé que « la législation sur le droit de réparation ne tient pas compte de la sécurité des consommateurs et de la protection de l'environnement en ce qui concerne les produits de notre industrie… et la falsification des contrôles de sécurité des lames de tondeuses à gazon électriques requis par la loi par la CPSC, ainsi que des contrôles d'émissions requis par la loi par l'EPA ».

    New York n'est pas le premier État à adopter un projet de loi sur le droit de réparation, mais c'est le premier projet de loi de ce type à s'appliquer à l'électronique au sens large. Une précédente loi du Massachusetts portait sur les données automobiles, et plus tôt cette année, le Colorado a adopté un projet de loi garantissant les droits de réparation des fauteuils roulants électriques. Le libellé du projet de loi de New York inclut des exceptions pour les appareils électroménagers, les dispositifs médicaux et les équipements agricoles – dont le dernier a été un point particulier pour les défenseurs.

    Pourtant, la loi est susceptible d'avoir un impact bien au-delà des frontières de l'État de New York. Maintenant que les fabricants vendant des biens à New York sont tenus de mettre à disposition des manuels de réparation, il est probable que ces manuels seront rapidement disponibles dans le monde entier. Des mesures logicielles plus invasives deviendront également impraticables, ce qui pourrait entraîner de grands changements dans la conception et la maintenance de l'électronique.

    iFixit explique :

    « Cette loi devrait également bénéficier aux personnes en dehors de New York. Lorsque la France a promulgué sa loi sur l'étiquetage de réparabilité l'année dernière, nous avons vu des fabricants publier des manuels de réparation gratuitement en ligne, souvent pour la première fois. Étant donné qu'il est plus difficile de rendre un site Web restreint par l'État que de simplement mettre la documentation et les logiciels à la disposition de tous, nous espérons que de nombreux fabricants répondront à cette loi en rendant ces choses publiques ».

    « Nous espérons également que les protections de réparation de logiciels du projet de loi s'étendront au-delà de New York. La loi de New York comprend des dispositions pour réinitialiser les verrous logiciels que certains fabricants utilisent pour lier des pièces à la carte mère ou au numéro de série de l'appareil. Les fabricants devront trouver un moyen de mettre à la disposition du public des outils de réinitialisation d'appariement de pièces. C'est une énorme aubaine pour la réparation, mais cela aide également l'industrie de la remise à neuf : de nombreux rénovateurs récupèrent des pièces d'anciens appareils, ce qui est impossible lorsque ces appareils ont des pièces couplées à la carte mère ».

    « Il n'y a aucune bonne raison de restreindre les dispositions relatives à la documentation et aux logiciels de cette loi aux New-Yorkais. Le plus grand obstacle pour les fabricants, dans les deux cas, est l'infrastructure pour fournir ces choses. Une fois que cela sera mis en place, nous espérons que les entreprises verront le sens de rendre ces outils accessibles à tous, pas seulement aux personnes qui vivent à New York ».


    La situation européenne

    Début avril, le Parlement a adopté ses revendications pour une prochaine proposition de la Commission européenne sur le droit à la réparation prévue plus tard en 2022, avec 509 voix pour, 3 contre et 13 abstentions. Les députés veulent que les produits soient conçus pour durer plus longtemps, qu'ils puissent être réparés en toute sécurité et que leurs pièces soient facilement démontables. Ils pensent qu'un véritable « droit à la réparation » devrait donner aux réparateurs et aux consommateurs un accès gratuit aux informations sur la réparation et l'entretien.

    En ce qui concerne les appareils numériques, les députés soutiennent que les mises à jour logicielles devraient être réversibles et ne pas entraîner une diminution des performances, par exemple, des smartphones. Ils doivent être mis à disposition pendant une période minimale et les consommateurs doivent être pleinement informés au moment de l'achat de la disponibilité des mises à jour.

    Les pratiques qui restreignent indûment le droit de réparer ou conduisent à l'obsolescence pourraient être considérées comme des « pratiques commerciales déloyales » et interdites par le droit de l'UE.

    Les députés demandent également :
    • des incitations pour les consommateurs à choisir la réparation plutôt que le remplacement, comme des garanties prolongées ou la réception d'un appareil de remplacement pour la durée d'une réparation ;
    • des règles harmonisées pour l'information des consommateurs sur le point de vente, y compris les « scores de réparation », la durée de vie estimée, les pièces de rechange, les services de réparation et la disponibilité des mises à jour logicielles ;
    • d'éventuels étiquetages intelligents tels que des codes QR ou des passeports de produits numériques ;
    • un éventuel mécanisme de responsabilité conjointe fabricant-vendeur en cas de non-conformité des produits ;
    • des exigences de durabilité et de réparation incluses dans une future directive sur l'écoconception.

    Sources : Fair Repair Act, iFixit

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    27 lois sur le "droit de réparation" ont été proposées cette année, mais des géants comme Apple ont fait en sorte qu'aucune ne soit adoptée jusqu'à présent
    Les eurodéputés ont voté en faveur d'une résolution sur le droit à la réparation et indiquent qu'ils veulent des produits plus durables et plus facilement réparables
    La FTC vote à l'unanimité pour faire respecter le droit à la réparation, comme suite à un décret de Biden exhortant l'agence à garantir les droits des consommateurs à réparer leurs propres appareils
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #24
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 324
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 324
    Points : 1 290
    Points
    1 290
    Billets dans le blog
    6
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Un des problème de la réparation c'est la miniaturisation, il n'y a pas de place entre les composants, pour faire des appareils plus facilement réparable il faudrait faire des appareils un peu plus gros. (il est plus facile de bricoler dans un PC de bureau que dans un PC portable)
    C'est un facteur important, mais rien ne justifie que l'on ne puisse remplacer facilement la pile. Quand on sait que c'est le truc qui a tendance à laché le plus rapidement.

  5. #25
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    août 2003
    Messages
    721
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : août 2003
    Messages : 721
    Points : 1 874
    Points
    1 874
    Par défaut
    Pour certains appareils appareils dont la miniaturisation est importante, cela peut se comprendre que l'accès soit difficile.

    Mais pour des appareils fixes (gros électroménager, TV, console, réveil, ...) on a très rarement des grosses contraintes d'encombrement donc les constructeurs devraient prévoir l'accès pour les réparations et la ventilation aussi car avoir des appareils qui chauffent, ce n'est pas bon.

Discussions similaires

  1. Réponses: 19
    Dernier message: 08/04/2022, 13h40
  2. Réponses: 17
    Dernier message: 25/07/2019, 18h14
  3. [C#] [TreeView] [contextMenu] selection sur un click droit
    Par weejungle dans le forum Windows Forms
    Réponses: 25
    Dernier message: 03/08/2009, 11h52
  4. Afficher un menu contextuelle sur le click droit d'une image
    Par PrinceMaster77 dans le forum Général JavaScript
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/01/2006, 12h19
  5. Est t il possible d'avoir un menu sur un clic droit ???
    Par almisuifre dans le forum C++Builder
    Réponses: 6
    Dernier message: 21/12/2004, 11h21

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo