39 groupes de défense des droits de l'Homme appellent Google à renoncer à son projet de mise en place d’une région cloud en Arabie saoudite,
à cause du bilan de ce pays en matière de droits humains

Des groupes de défense des droits de l'homme et des militants ont demandé à Google d'interrompre ses projets de création d'une région cloud en Arabie saoudite jusqu'à ce que l'entreprise puisse démontrer publiquement comment elle atténuera les risques pour les droits de l'Homme. La déclaration commune, signée par 39 groupes de défense des droits de l’Homme et des particuliers demandent l'arrêt du projet de Google en raison des inquiétudes suscitées par le bilan de ce pays en matière de droits humains. Ils exigent que l'entreprise procède à une évaluation publique des droits de l'homme et indique clairement les types de demandes de données gouvernementales auxquelles elle ne répondra pas. Selon les auteurs de la lettre, il est encore plus important de mener cette enquête au grand jour, de consulter réellement les personnes que Google pourrait, par inadvertance, aider l'Arabie saoudite à blesser, et de s'adresser à des groupes dans le pays qui peuvent mieux comprendre les problèmes qui se posent.

En décembre 2020, Google a annoncé un accord avec Saudi Aramco
, la compagnie nationale saoudienne d'hydrocarbures, pour mettre en place une région Google Cloud en Arabie saoudite et y proposer des services Cloud d'entreprise « avec un accent particulier sur les entreprises du Royaume ». La plateforme Google Cloud est l'un des plus grands services de stockage de données et de cloud computing au monde. L'annonce a suscité une réaction de la part de groupes d'activistes, notamment parce que le billet de blog original de Google comprenait une citation de Snap, les créateurs de Snapchat, faisant la promotion de l'entreprise. Cette citation a depuis été retirée.

Dans une lettre commune, 39 organisations de défense des droits de l'Homme et des droits numériques, dont Amnesty International, ont déclaré : « L'établissement d'une région Google Cloud en Arabie saoudite présente de nombreux risques potentiels pour les droits de l'homme, notamment des violations des droits à la vie privée, à la liberté d'expression et d'association, à la non-discrimination et à une procédure régulière ». Les organisations citent plusieurs violations des droits de l'Homme qui, selon elles, devraient faire réfléchir Google.

Nom : Screenshot_2021-05-27 arabie saoudite google – Recherche Google.png
Affichages : 837
Taille : 447,3 Ko

Les groupes ont souligné que l'Arabie saoudite a un passé bien documenté de surveillance illégale de ses propres citoyens, souvent par le biais d'entreprises technologiques américaines. Le prince héritier Mohammed bin Salman a mené une campagne de persécution contre les religieux, les personnalités publiques, les membres de la famille, les militants des droits de l'Homme, les figures des droits des femmes et les universitaires. En 2019, deux employés de Twitter ont été accusés par le département américain de la justice d'espionnage pour le pays. On pense qu'ils ont rejoint l'entreprise pour avoir accès aux données des utilisateurs, révélant l'identité de critiques de l'État qui ont depuis été arrêtés ou disparus. Des militants à l'étranger ont également été ciblés par des logiciels espions, tout comme Amnesty. L'Arabie saoudite a également pris des mesures extrêmes et violentes pour faire taire la dissidence des personnes en position de critiquer, le plus récemment avec le meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi en 2018.

Rasha Abdul Rahim, directrice d'Amnesty Tech, a déclaré : « L'Arabie saoudite a un bilan lamentable en matière de droits humains, notamment en ce qui concerne la surveillance numérique des dissidents, et n'est pas un pays sûr pour accueillir la plateforme Google Cloud. Dans un pays où les dissidents sont arrêtés, emprisonnés pour leur expression et torturés pour leur travail – le projet de Google pourrait donner aux autorités saoudiennes des pouvoirs encore plus grands pour infiltrer les réseaux et avoir accès aux données sur les militants pacifiques et toute personne exprimant une opinion dissidente dans le Royaume… Google doit immédiatement interrompre tout projet d'établissement d'une région cloud en Arabie saoudite jusqu'à ce que l'entreprise puisse démontrer publiquement comment elle empêchera les abus potentiels de sa plateforme ».

Afin de répondre aux graves problèmes de droits de l'Homme liés à l'hébergement d'une région cloud en Arabie Saoudite, les groupes de défense des droits de l'homme ont déclaré que Google devrait :
  • mener un processus de diligence raisonnable solide et approfondi en matière de droits de l'Homme, comprenant une consultation significative avec les groupes potentiellement concernés, y compris les organisations de défense des droits de l'Homme de la région, et publier un résumé des conclusions, y compris les mesures qu'il prend pour atténuer les risques d'impacts négatifs sur les droits de l'homme ;
  • tracer des lignes rouges autour des types de demandes gouvernementales concernant les régions des nuages auxquelles elle ne se pliera pas parce qu'elles sont incompatibles avec les normes relatives aux droits de l'homme.


La déclaration commune des groupes se lit comme suit : « À l'avenir, Google devrait également prévenir ou atténuer les risques d'impacts négatifs sur les droits de l'homme et communiquer clairement les mesures qu'il prend à cette fin avant de mettre en œuvre des plans de construction de régions de cloud dans d'autres pays où il existe des risques similaires liés à ces activités commerciales… Google devrait également élaborer des normes de base concernant les lieux d'hébergement des services cloud, en tenant compte de ses responsabilités en matière de droits de l'homme, afin de guider son expansion dans de nouveaux pays ».

La déclaration conclut : « Le gouvernement saoudien a démontré à maintes reprises un mépris flagrant pour les droits de l'homme, tant par ses propres actions directes contre les défenseurs des droits de l'homme que par l'espionnage des plateformes numériques des entreprises pour faire de même. Nous craignons qu'en s'associant au gouvernement saoudien, Google ne se rende complice de futures violations des droits de l'homme touchant des personnes en Arabie saoudite et dans la région du Moyen-Orient ».

Liste des signataires :

Les organisations :

  • 7amleh – The Arab Center for Social Media Advancement
  • 7iber
  • Access Now
  • ALQST for Human Rights
  • Amnesty International
  • Association for Progressive Communications (APC)
  • Canadian Internet Policy and Public Interest Clinic (CIPPIC)
  • Center for Democracy and Human Rights in Saudi Arabia
  • Democracy for the Arab World Now (DAWN)
  • Digital Action
  • Electronic Frontier Foundation
  • Fantsuam Foundation
  • Freedom Forward
  • Front Line Defenders
  • Heartland Initiative
  • Human Rights Watch
  • International Center for Not-for-Profit Law (ICNL)
  • Iraqi Network for Social Media (INSM)
  • Jeem
  • Jokkolabs Banjul
  • Jordan Open Source Association
  • Masar
  • Media Matters for Democracy
  • MENA Rights Group
  • Mnemonic
  • Oxford Internet Institute (OII)
  • PEN America
  • Ranking Digital Rights
  • SMEX
  • Tahrir Institute for Middle East Policy (TIMEP)
  • Yemen Relief and Reconstruction Foundation (YRRF)


Les particuliers :
  • Abir Ghattas
  • Afef Abroughui
  • Joey Shea
  • Rima Sgheir
  • Sarah Aoun
  • Wafaa Ben Hassine
  • Wafaa Haikal


Source : Amnesty International (1, 2), Google (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
À votre avis, les raisons avancées par les organismes de défense des droits de l’Homme sont-elles assez solides pour amener Google à renoncer son projet ?

Voir aussi :

L'Arabie saoudite soupçonnée de mener une campagne d'espionnage téléphonique aux États-Unis, en exploitant le système SS7 pour localiser les téléphones des Saoudiens pendant leurs séjours aux USA

Le prince saoudien serait derrière le piratage du téléphone du patron d'Amazon Jeff Bezos, qu'il aurait infiltré par un fichier vidéo malveillant envoyé depuis un compte WhatsApp

Des sœurs saoudiennes fugitives demandent à Google et Apple de supprimer Absher, l'application « inhumaine » de surveillance des femmes

Google ne supprimera pas l'application du gouvernement saoudien qui suit les femmes, car elle n'est pas en violation avec ses conditions de service