Google et Samsung vont combiner Wear OS et Tizen pour proposer une plateforme wearable unifiée
avec des améliorations de la durée de vie de la batterie, des temps de chargement et autres

Comme pour illustrer l'alliance croissante entre Google et Samsung, les deux sociétés ont annoncé qu'elles allaient combiner l'essentiel de Wear OS (le système d'exploitation de Google pour les montres connectées) et la plateforme logicielle basée sur Tizen (qui est à la base des appareils portables de Samsung depuis de nombreuses années). La plateforme qui en résulte est actuellement appelée simplement « Wear », bien que ce ne soit peut-être pas le nom définitif.

Les avantages de cet effort conjoint comprennent des améliorations significatives de la durée de vie de la batterie, des temps de chargement 30% plus rapides pour les applications et des animations plus fluides. Cette plateforme vient également simplifier la vie des développeurs en créant une sorte de système d'exploitation central pour montres connectées pour la plateforme Android. Google promet également une plus grande sélection d'applications et de cadrans que jamais.

Nom : google.png
Affichages : 800
Taille : 13,9 Ko

En clair, Wear OS sera lancé plus tard cette année en tant que plateforme unifiée codéveloppée avec Samsung, fusionnant certaines fonctionnalités du système d'exploitation Tizen que la société coréenne utilise pour ses montres connectées Galaxy Watch. Cela signifie que les futures montres Samsung utiliseront Wear au lieu de Tizen. Ensuite, Google ajoutera davantage de ses propres applications à la plateforme Wear et mettra à jour ses applications existantes pour leur donner des capacités plus robustes. Enfin, les fonctionnalités de santé et de remise en forme de Wear ont été repensées à partir de zéro avec la contribution de Samsung et de Fitbit, les montres connectées Fitbit Wear se préparant à venir sur le marché (Google a achevé son acquisition de Fitbit plus tôt cette année, désormais l'équipe Wear et les équipes Fitbit sont sous la même enseigne).

L'annonce a été faite lors de la Google IO, la conférence annuelle des développeurs de l'entreprise. L'événement est virtuel pour la toute première fois, rejoignant une série d'autres conférences technologiques qui ont évité les rassemblements en personne pendant plus d'un an.

Initialement nommée Android Wear lors de ses débuts en 2014, la plateforme de montres connectées Wear OS a été mise à disposition par Google pour tout fabricant de montres, similaire à l'arrangement que Google a avec les fabricants de smartphones qui souhaitent utiliser son système d'exploitation Android. Mais contrairement à Android, où un fabricant de téléphones peut effectuer un « skin » du logiciel d'un téléphone Android pour le faire correspondre à sa marque, les entreprises utilisant Wear n'avaient pas beaucoup de contrôle sur l'apparence et la convivialité du système d'exploitation. Il n'y avait pas de place pour adapter l'expérience à une marque spécifique. C'est probablement pourquoi Samsung a choisi de suivre sa propre voie et de développer son propre logiciel pour wearable après avoir essayé Android Wear avec une seule montre connectée.

Au fil des ans, Google a tardé à introduire de nouvelles fonctionnalités dans Wear OS, et le nombre de fabricants partenaires du système d'exploitation a diminué. Samsung, en revanche, a connu le succès avec ses montres connectées de la famille Galaxy malgré le pari de les livrer avec son système d'exploitation Tizen développé en interne. Cependant, Tizen a aussi ses propres faiblesses, à savoir le manque d'applications disponibles dans la boutique d'applications sur mesure de Samsung pour Tizen. Les montres connectées Wear OS n'étaient peut-être pas autant populaires, mais la plateforme proposait plus d'applications intéressantes.

Cela nous amène à la nouvelle plateforme logicielle unifiée que Google a développée avec Samsung. C'est techniquement une nouvelle version de Wear OS, bien que Google n'ait pas encore décidé de son nom. La société a abandonné le « OS » et a commencé à l'appeler « Wear ». Plus important encore, cette nouvelle version offre aux fabricants plus de flexibilité avec le matériel et les logiciels, ce qui signifie que l'interface d'une montre connectée Wear peut être rendue plus cohérente avec le smartphone d'une marque et offrir une expérience plus homogène. Une interface utilisateur de référence conçue par Google est également disponible pour les fabricants qui ne souhaitent pas apporter de modifications.


Les plus de Wear

Björn Kilburn, Director of Product Management, Wear, s'est chargé de faire l'annonce côté Google :

« Samsung et Google ont une longue histoire de collaboration. Maintenant, nous apportons le meilleur de Wear and Tizen dans une plateforme unique et unifiée. En travaillant ensemble, nous avons pu tirer parti des atouts de chacun et les combiner dans une expérience offrant des performances plus rapides, une durée de vie de la batterie plus longue et davantage d'applications que vous aimez disponibles pour la montre.

« Pour la performance, nos équipes ont collaboré et fait démarrer les applications jusqu'à 30 % plus rapidement sur les derniers chipsets avec des animations et des mouvements d'interface utilisateur fluides. Pour prolonger la durée de vie de la batterie, nous nous sommes efforcés d’optimiser les couches inférieures du système d’exploitation, en tirant parti des cœurs matériels à faible consommation pour améliorer la durée de vie de la batterie. Cela inclut des optimisations pratiques telles que la possibilité de faire fonctionner le capteur de fréquence cardiaque en continu pendant la journée, de suivre votre sommeil pendant la nuit et d'avoir toujours de la batterie pour le lendemain. Enfin, notre plateforme unifiée permettra aux développeurs de créer plus facilement de superbes applications pour la montre.

« Ce n’est pas seulement pour Google et Samsung. Tous les fabricants d'appareils pourront ajouter une expérience utilisateur personnalisée au-dessus de la plateforme, et les développeurs pourront utiliser les outils Android qu'ils connaissent et aiment déjà pour créer des applications pour une plateforme et un écosystème. Et grâce à ces avantages, vous aurez plus d'options que jamais, qu'il s'agisse de choisir l'appareil à acheter ou de choisir les applications et les cadrans à afficher.

« Nous avons rendu les choses plus rapides que jamais. De n'importe où dans la montre, vous pouvez accéder à des raccourcis vers des fonctions importantes, comme le passage à votre ancienne application.

« Et il existe d'autres façons de personnaliser votre carrousel d'écran d'accueil avec les vignettes de vos applications préférées telles que Calm, Sleep Cycle et Flo. Vous pouvez facilement choisir les informations que vous souhaitez en un coup d'œil et les actions que vous souhaitez faire d'un simple coup d'œil.

Nom : pay.png
Affichages : 773
Taille : 13,4 Ko

« Google Maps et Google Assistant sont en train d'être repensés et améliorés. Google Pay sera également repensé et prendra en charge 26 nouveaux pays, au-delà des 11 pays actuellement disponibles. YouTube Music arrivera également sur Wear plus tard cette année, équipé de fonctionnalités telles que les téléchargements intelligents permettant aux abonnés de profiter de la musique lors de leurs déplacements.

« Le suivi de la santé et de la condition physique est essentiel pour les appareils portables. Avec la dernière mise à jour de Wear, nous nous félicitons des nombreuses années d’expertise en santé de Fitbit. Le meilleur de Fitbit, y compris des fonctionnalités telles que le suivi de vos progrès de santé tout au long de votre journée et les célébrations d'objectifs au poignet, vous motivera dans votre cheminement vers une meilleure santé.

Nom : app.png
Affichages : 818
Taille : 102,1 Ko

« Nous permettons également à notre communauté de développeurs de créer plus facilement de superbes applications (y compris de nouveaux Tiles!) Pour la plateforme et d'atteindre des millions de consommateurs dans le monde entier via le Google Play Store.

« De nouveaux outils, comme une API Tiles et un éditeur de conception de cadrans de montre conçus par Samsung, facilitent le développement de nouvelles expériences sur les appareils portables. Des applications nouvelles et reconstruites de développeurs tels que Strava, adidas Running, Bitmoji et bien d'autres arrivent sur la plateforme ».

Les implications

« Nous pensons que ce sera formidable pour l'ensemble de l'écosystème », estime Björn Kilburn, chef de projet principal de Google sur Wear. « Ce sera bon pour tous les fabricants de périphériques; ce sera bien pour les développeurs que nous réunissions ces deux éléments ».

Google a également tiré parti de l'aide de Samsung pour rendre Wear plus efficace en terme de batterie. La plupart des montres connectées Wear OS n'ont historiquement duré qu'un jour ou deux avant de devoir être rechargées. Kilburn ne pouvait pas fournir de détails sur les gains d'autonomie de la batterie, qui dépendent en grande partie de la montre connectée elle-même, mais il a expliqué que de nombreuses charges de travail qui doivent fonctionner tout le temps sur la montre, comme la détection de la fréquence cardiaque, utilisent désormais plus efficacement la puissance du matériel. Vous serez bientôt en mesure de suivre votre fréquence cardiaque toute la journée « sans tuer la batterie », indique-t-il.

La plateforme fonctionne également de manière plus fluide. Kilburn a cité des performances jusqu'à 30% plus rapides, avec des animations et des transitions plus fluides. Ces tests sont basés sur des montres utilisant les « derniers chipsets », mais Google n'a pas confirmé si cela signifiait qu'il testait les processeurs Qualcomm Snapdragon Wear 4100 lancés l'année dernière. Samsung utilise ses propres processeurs Exynos dans ses montres connectées Galaxy, donc si Wear est optimisé pour ces puces, cela pourrait signifier plus de diversité sur le marché du chipset pour montres connectées (et une nouvelle source de revenus potentielle pour Samsung), car la plupart des montres connectées Wear OS sont alimentées par Qualcomm.

Certaines fonctionnalités de Tizen OS vont également être directement portées sur Wear, telles que l'outil de conception de cadrans de montre de Samsung. Il fera partie de Wear plus tard cette année, et de nombreux cadrans existants feront le saut avec lui. Cela signifie également que Samsung ne fabriquera plus de montres connectées alimentées par Tizen. Ses futures montres connectées Galaxy fonctionneront sous Wear, et la société affirme qu'elle continuera à offrir des expériences familières, telles que la lunette rotative populaire qui permet à un utilisateur de naviguer dans l'interface du logiciel sans toucher l'écran.

Le plus gros avantage pour Samsung ? La prise en charge des applications. Kilburn indique que les développeurs n'ont pas besoin de créer des applications pour autant de plateformes et peuvent se concentrer largement sur Wear et Apple WatchOS, tout comme la façon dont les développeurs créent actuellement des applications mobiles pour Android et iOS. Grâce à certaines modifications apportées par Google à ses outils de développement, les éditeurs de logiciels devraient désormais trouver plus facile et plus rapide de créer des applications Wear. Kilburn dit qu'il y aura beaucoup « plus d'investissements et d'innovation pour les consommateurs sous la forme d'applications ».

Source : Google

Et vous ?

Disposez-vous d'une montre connectée ? Si oui, laquelle ? Si non, pourquoi ?
La trouvez-vous utile pour le moment ou ses fonctions sont plutôt gadgets selon vous ?
Avez-vous déjà développé une application pour une montre connectée ?
Que pensez-vous de cette collaboration entre Samsung et Google ?

Voir aussi :

Google procède au rachat de Fitbit pour 2,1 Mds $ alors que des enquêtes antitrust au sujet de ce rachat sont en cours. L'entreprise promet de ne pas utiliser les données à des fins publicitaires
Apple rachète l'application météo Dark Sky et fermera les versions Android et Wear OS, à partir du 1er juillet 2020
Google et Fitbit tombent d'accord, l'éditeur d'Android va débourser 2,1 milliards dollars pour racheter Fitbit si les régulateurs américains autorisent l'opération