Microsoft annonce la fermeture de sa division Azure dédiée à la technologie blockchain
pour le 10 septembre 2021

Lancé en 2015, Azure BaaS (Blockchain as a Service) sera officiellement envoyé au cimetière par Microsoft en septembre prochain. À en croire l'annonce de la société, aucun nouveau déploiement ou création de membres n'est plus autorisé sur le service depuis ce 10 mai et tous les déploiements existants seront pris en charge jusqu'à la date de fermeture. L'entreprise invite donc les clients qui l'utilisent à migrer les données du grand livre hors d'Azure BaaS. Microsoft ne s'est pas attardé sur les raisons soutenant cette décision, mais elle serait liée au fait que les entreprises restent peu convaincues enthousiastes envers la blockchain pour l'instant.

Microsoft ferme officiellement Azure Blockchain Service

Pour IBM, Microsoft et d'autres, la blockchain est précieuse pour les entités qui effectuent des transactions entre elles. Grâce à la technologie du grand livre distribué, les participants autorisés peuvent accéder aux mêmes informations en même temps pour améliorer l'efficacité, renforcer la confiance et supprimer les frictions. Selon ces géants, la blockchain permet également à une solution de s'adapter rapidement à la taille et à l'échelle, et de nombreuses solutions peuvent être adaptées pour effectuer de multiples tâches dans différents secteurs. Mais de nombreuses solutions basées sur la blockchain n'ont pas été une réussite.

Nom : Blockchain1.jpg
Affichages : 2671
Taille : 586,7 Ko

« Le 10 septembre 2021, Azure Blockchain sera mis hors service. Veuillez migrer les données du grand livre du service Azure Blockchain vers une offre alternative en fonction de votre statut de développement en production ou en évaluation », a annoncé Microsoft dans un billet de blogue lundi. Microsoft ferme Azure Blockchain six ans après son lancement. Avec Azure BaaS, la firme de Redmond avait pour objectif de mettre à disposition des entreprises une place de marché blockchain certifiée. Cependant, les analystes estiment que le service n'a pas rencontré le succès escompté.

Azure Blockchain compterait parmi ses rares clients General Electric, J.P. Morgan, Singapore Airlines, Starbucks et Xbox (propriété de Microsoft). De plus, ils estiment que Microsoft n'a pas fait grand-chose pour mettre à jour le service dernièrement. Dans son annonce, l'entreprise a cité un certain nombre d'alternatives à Azure BaaS et suggère aux clients de migrer vers l'une d'entre elles. Il existe plusieurs alternatives à Azure BaaS, mais Microsoft recommande ConsenSys Quorom Blockchain Service. L'annonce souligne certains des avantages de Quorum Blockchain Service :

  • offre gérée : Quorum Blockchain Service n'a pas de frais de gestion supplémentaires par rapport à Azure Blockchain Service ;
  • technologie de grand livre : basée sur ConsenSys Quorum qui est une version améliorée de la technologie de grand livre GoQuorum utilisée dans Azure Blockchain Service. Aucun nouvel apprentissage n'est nécessaire ;
  • continuité : vous pouvez migrer vos données existantes vers Quorum Blockchain Service de ConsenSys.

« Quorum Blockchain Service (QBS) est un service blockchain entièrement géré qui offrira une expérience de migration transparente aux clients de Microsoft », indique le site Web de ConsenSys. « Avec QBS, les utilisateurs n'ont pas besoin de provisionner manuellement le matériel, de configurer les logiciels ou de mettre en place les composants de réseau et de sécurité ».

Pourquoi la blockchain ne trouve-t-elle pas son public ?

La blockchain est presque aussi vieille que le bitcoin, car la première est la technologie sous-jacente du second. Pendant la dernière décennie, la blockchain a occupé le devant de la scène et les entreprises comme Microsoft et IBM se sont empressées de proposer des services de cloud computing basés sur la blockchain. Les articles de presse sur la façon dont elle va tout changer dans le monde numérique et au-delà ont abondé. Il en va de même pour les spéculations sophistiquées sur l'énorme potentiel de la blockchain. Les conférences et les réunions mondiales sur la blockchain se sont multipliées.

De même, les investisseurs se sont rués vers les entreprises ayant le moindre lien avec cette technologie. La technologie blockchain a fait l'objet d'un battage médiatique énorme. Il est centré sur l'idée que les blockchains publiques et privées peuvent résoudre automatiquement les lacunes de nos systèmes actuels. Selon la Harvard Business Review de 2017, « pratiquement tout le monde a entendu l'affirmation selon laquelle la blockchain va révolutionner le commerce et redéfinir les entreprises et les économies ». Pourtant, l'adoption pratique de cette technologie s'est avérée beaucoup plus lente.

Alors, pourquoi observe-t-on un tel manque d'engouement malgré toute la publicité autour de la technologie ? Des analyses, il en ressort tout un lot de problèmes qui forment une barrière à l'adoption de la blockchain. Le premier problème est que, faute de connaissances suffisantes sur la manière exacte de mettre en œuvre cette technologie, de nombreuses entreprises s'en écartent tout simplement. La blockchain est un nouveau territoire pour tout le monde, et la réticence de beaucoup à faire confiance au système contribue grandement à retarder son utilisation généralisée. La plupart se méfient de l'inconnu.

La blockchain a également été amenée à jouer le rôle d'une solution à la recherche d'un problème à résoudre. Alors qu'elle alimente le bitcoin et d'autres cryptomonnaies, les applications industrielles ont été réalisées au cas par cas, plutôt que par un déploiement à grande échelle. Certaines des applications les plus en vue pourraient conduire à une adoption plus large. Par exemple, certains pays prévoient de mettre en place des systèmes basés sur la blockchain privés au cœur même de leurs gouvernements. Des plans sont établis sur les dix prochaines années pour un "gouvernement alimenté par la blockchain".

L'utilisation de la blockchain devrait permettre aux gouvernements d'économiser plusieurs milliards de dollars en supprimant des millions d'heures de travail inutiles. D'autres secteurs, tels que l'automobile, la finance et les soins de santé, accélèrent également les projets blockchain dans le but d'introduire des transactions plus rapides et moins chères avec un degré plus élevé de responsabilité et de transparence. Une enquête réalisée en 2018 a révélé que 24 % des entreprises s'intéressent à la technologie blockchain, tandis que 16 % d'entre elles ont déjà investi dans cette technologie.

Des obstacles à l'adoption nés de ce qui se fait déjà

Quels sont les autres obstacles à l'adoption massive de la blockchain ? Selon certains experts, il s'avère que la technologie n'est tout simplement pas encore prête. Les solutions existantes basées sur la blockchain auraient de sérieux problèmes liés à l'évolutivité et celles qui ne le sont pas auraient tendance à avoir échangé d'autres aspects importants, comme la décentralisation, à la place. La conception de certaines blockchains crée un goulot d'étranglement lorsque le nombre de transactions augmente. Par exemple, la conception originale du bitcoin limitait les performances à 7 transactions par seconde.

En comparaison, le réseau bien établi des cartes Visa peut traiter des milliers de transactions par seconde. En outre, ils ajoutent que la rareté rendrait les choses chères et les transactions rapides sur blockchain ne font pas exception. Lorsque tout le monde veut que sa transaction soit effectuée, celles qui sont réalisées en premier appartiennent aux utilisateurs prêts à payer des frais de transaction plus élevés. Si les mineurs sont satisfaits de cette situation, car les frais plus élevés sont synonymes de récompenses plus importantes pour leur travail d'extraction, cela n'encourage pas l'adoption par le marché de masse.

Le principal impact négatif des mises en œuvre actuelles de la blockchain est lié à la consommation d'énergie et aux conséquences environnementales et autres qui en découlent. Telles qu'elles sont actuellement conçues, les blockchains requièrent une grande puissance de calcul, qui nécessite à son tour une grande quantité d'électricité et de grandes ressources de refroidissement. En effet, de nombreuses blockchains utilisent l'algorithme PoW (proof of work – preuve de travail). Cela signifie l'utilisation de la puissance de calcul d'une machine pour créer de nouveaux blocs de transactions, également appelée "minage".

Bien que cette méthode constitue un moyen solide d'obtenir un consensus sur la validation des transactions, la quantité d'énergie qu'elle consomme a déjà posé des problèmes aux blockchains. Par exemple, pour le seul bitcoin, il a été établi cette année qu'il consommait une quantité d'énergie équivalente aux besoins énergétiques annuels de l'Argentine. Bien que des tentatives soient en cours pour réduire cette consommation, comme l'utilisation de différents types d'algorithmes de consensus tels que le Proof of Stake (PoS), les mineurs continuent de construire des centres de minage toujours plus rapides.

Il s'agit d'une situation qui ne fait qu'exacerber le problème de la consommation d'énergie. Outre les problèmes de mise à l'échelle, la question de la gouvernance des blockchains est un défi non résolu. Comme il n'y a pas d'acteur central, il faut des mécanismes pour résoudre les conflits. Ainsi, si la blockchain peut offrir de nouvelles solutions décentralisées en matière de gouvernance, la technologie en elle-même n'est pas suffisante. Par ailleurs, l'adoption plus rapide de la blockchain dépend également d'une meilleure expérience utilisateur et d'une meilleure formation.

Les pionniers de la blockchain ont trouvé la technologie passionnante, mais nous devons garder à l'esprit un fait important : le public utilisera l'option la plus facile et la moins chère disponible. Lorsque la blockchain sera aussi facile, voire plus facile à utiliser, que les produits centralisés actuels, la possibilité d'une utilisation généralisée augmentera comme beaucoup le souhaitent. Si le principe de décentralisation peut être extrêmement motivant pour certaines personnes, pour beaucoup d'autres, ce n'est tout simplement pas une priorité.

Source : Annonce de Microsoft

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Selon vous, quels sont les problèmes liés à l'adoption de la blockchain ?
Votre organisation a-t-elle déjà déployé une solution basée sur la blockchain ou prévoit-elle d'en déployer ?
Quelles approches proposez-vous pour accélérer l'adoption de la blockchain ?
La blockchain, technologie d'avenir ou buzz marketing pour enrichir les startups avec des projets qui ne déboucheront sur rien d'utile ?

Voir aussi

La blockchain est-elle une technologie sans intérêt ? Une étude stipule que ses cas d'utilisation ont un taux de réussite de 0 %

Des milliards de dollars gaspillés dans les startups Hadoop, il en serait de même pour Docker, la blockchain, et l'intelligence artificielle

La blockchain aura un impact transformationnel sur tous les secteurs industriels d'ici 5 à 10 ans, selon le cabinet Gartner

Le Bitcoin est toujours loin d'être utilisé principalement pour les achats de tous les jours. Parviendra-t-il à devenir une alternative à la monnaie ?

L'IA a-t-elle enrichi les investisseurs, trompé les médias et semé la confusion parmi les informaticiens ? Oui, selon Mike Mallazzo