Alphabet enregistre un bénéfice record et prévoit un rachat d'actions de 50 milliards de dollars,
Tandis que YouTube devient le gagnant de la pandémie en termes de sites de médias sociaux

Alphabet, la société mère de Google, a annoncé mardi un bénéfice record pour le deuxième trimestre consécutif et un rachat d'actions de 50 milliards de dollars. L'action de la société a augmenté de plus de 4 % après les heures de négociation. Les recettes publicitaires de la branche YouTube ont augmenté de près de 50 % d'une année sur l'autre. L'activité des consommateurs en ligne étant restée élevée au premier trimestre, Alphabet a battu les estimations de revenus des analystes et a presque dépassé le record de ventes établi au quatrième trimestre. Mais la société a prévenu que la forte hausse de l'utilisation et des ventes de publicités pendant la pandémie pourrait ralentir à mesure que les gens reprennent leurs activités en personne.

Le chiffre d'affaires, de 55,31 milliards de dollars, est en hausse de 34 % par rapport aux 41,2 milliards de dollars du 1T2020, avec un bénéfice d'exploitation de 16,4 milliards de dollars et un bénéfice net de 17,9 milliards de dollars pour ce trimestre. À titre de comparaison, Alphabet a enregistré un chiffre d'affaires de 56,9 milliards de dollars et un bénéfice net de 15,2 milliards de dollars au trimestre dernier, pendant les vacances. L'action a culminé à environ 4,3 % à 2 390,10 $ dans les échanges après les heures de négociation après avoir battu certaines estimations de revenus de près de 4 milliards de dollars. Les attentes par rapport au chiffre d’affaires des analystes de Wall Street, interrogés par Refinitiv, étaient de 51,70 milliards de dollars.

Nom : g01.jpg
Affichages : 898
Taille : 31,0 Ko

« Au cours de l'année dernière, les internautes se sont tournés vers Google Search et de nombreux services en ligne pour s'informer, se connecter et se divertir. Nous avons continué à nous concentrer sur la fourniture de services de confiance pour aider les gens dans le monde entier. Nos services Cloud aident les entreprises, grandes et petites, à accélérer leur transformation numérique », a déclaré Sundar Pichai, PDG de Google et d'Alphabet.

La société a déclaré des revenus publicitaires de 44,68 milliards de dollars pour le trimestre. Il s'agit d'une hausse significative par rapport aux 33,76 milliards de dollars enregistrés au cours du même trimestre de l'année précédente, ce qui en fait le taux de croissance annualisé le plus rapide depuis au moins quatre ans. Les résultats ont toutefois été favorisés par une comparaison facile avec le trimestre de l'année dernière, le début de la pandémie de coronavirus ayant entraîné une forte baisse des dépenses publicitaires.

Les publicités sur YouTube ont atteint 6,01 milliards de dollars au cours du trimestre contre les attentes de 5,70 milliards de dollars, selon StreetAccount, soit une hausse de 49 % par rapport à l'année précédente. YouTube est devenu le gagnant de la pandémie en termes de sites de médias sociaux, selon un récent rapport de Pew, qui indique que la plateforme vidéo a vu son utilisation passer de 73 % des adultes américains en 2019 à 81 % en 2021.

Sundar Pichai a déclaré lors de la conférence téléphonique sur les résultats de l'entreprise que Shorts, le concurrent de YouTube pour TikTok, recueille 6,5 milliards de vues quotidiennes, soit une augmentation significative par rapport aux 3,5 milliards enregistrés à la fin du mois de janvier.

Le chiffre d'affaires de Google Cloud a augmenté de 46 % d'une année sur l'autre pour atteindre 4,05 milliards de dollars. Les estimations de FactSet étaient de 4,07 milliards de dollars. Ce segment a perdu 974 millions de dollars au cours du trimestre, réduisant considérablement les pertes d’exploitation de 44 % par rapport à la même période de l'année précédente. Mais la société a dit aux analystes de ne pas tirer trop de conclusions de cette baisse, car des facteurs ponctuels, notamment la dépréciation, étaient en jeu. Google Cloud comprend des plateformes d'infrastructure et d'analyse de données, des outils de collaboration tels que Google Docs et Sheets, et "d'autres services destinés aux entreprises."

« Le chiffre d'affaires total de 55,3 milliards de dollars au premier trimestre reflète une activité élevée des consommateurs en ligne et une croissance généralisée des revenus des annonceurs. Nous sommes très heureux de l'élan continu de Google Cloud, avec des revenus de 4,07 milliards de dollars au cours du trimestre, reflétant la force et les opportunités à la fois dans GCP et Workspace », a déclaré Ruth Porat, directrice financière de Google et d'Alphabet.

Hausse des activités publicitaires de Google

Les résultats ont fourni le premier signe que les services de Google tels que la recherche et YouTube pourraient conserver les gains réalisés depuis que les fermetures et autres restrictions pandémiques ont forcé les gens à faire des achats et à communiquer en ligne au cours de l'année dernière.

Environ 17 % des personnes aux États-Unis, première région d'Alphabet en termes de revenus, étaient entièrement vaccinées contre le covid-19 à la fin du premier trimestre. Les activités, y compris les repas en personne, ont repris dans les grandes villes en mars, et les contrôles de sécurité dans les aéroports américains ont connu leur journée la plus chargée en un an.

Mais la directrice financière d'Alphabet a déclaré mardi aux analystes qu'« il est trop tôt pour prévoir dans quelle mesure ces changements dans le comportement des consommateurs et les dépenses publicitaires vont perdurer ». Philipp Schindler, directeur commercial de Google, et Ruth Porat n'ont pas voulu dire si Google avait constaté une reprise des dépenses dans le secteur du voyage et d'autres secteurs qui étaient de gros clients avant la pandémie.

Nom : g02.png
Affichages : 937
Taille : 28,0 Ko

Toutefois, l'activité publicitaire de Google, leader mondial du marché mesuré en chiffre d'affaires, a représenté 81 % du chiffre d'affaires d'Alphabet au premier trimestre. Schindler a déclaré que les entreprises de vente au détail, de technologie et de produits de consommation figuraient parmi les gros annonceurs de recherche au cours du trimestre.

Au cours du trimestre, la société a également enregistré un gain de 4,84 milliards de dollars sur la valeur de certains investissements. Ce gain a été compensé par une perte de 86 millions de dollars de la valeur d'autres investissements non spécifiés, soit un gain net total de 4,75 milliards de dollars. Le dépôt de la société n'a pas révélé quels investissements étaient à l'origine de cette plus-value, mais UiPath, Stripe et Oscar Health y ont probablement contribué. La société n'attend pas de vendre des actions pour comptabiliser un gain, mais utilise « diverses méthodes d'évaluation » pour procéder à « des ajustements à la hausse et à la baisse de la valeur comptable de nos titres de participation à la suite de changements de prix observables ».

La rubrique "Autres paris", très surveillée, continue de perdre de l'argent. Elle a rapporté 198 millions de dollars de revenus principalement générés par Verily et Fiber contre 135 millions de dollars au premier trimestre 2020. Cependant, il a perdu 1,15 milliard de dollars, contre 1,12 milliard de dollars au même trimestre de l'année dernière. Le conseil d'administration d'Alphabet a approuvé un rachat d'actions supplémentaire jusqu'à 50 milliards de dollars le 23 avril, selon le dépôt de mardi.

En mars, Google a annoncé un investissement de 7 milliards de dollars dans l'expansion de bureaux et de centres de données dans 19 États. Cette annonce est intervenue alors que l'entreprise redoublait d'efforts pour ramener ses employés dans des bureaux physiques après la pandémie. Lors de la conférence téléphonique sur les résultats de l'entreprise, Ruth Porat a réaffirmé son engagement à construire et à réaménager des bureaux.

« Même avec un environnement de travail hybride, nous continuerons à avoir besoin d'espace, et nous poursuivons donc la construction de nos campus et de nos bureaux », a-t-elle déclaré. Elle a ajouté que la société s'attend à « accélérer le rythme » de ses dépenses immobilières plus tard dans l'année, alors qu'elle aménage ses campus pour le nouvel environnement de travail hybride.

Bien que plusieurs préoccupations concernant les perspectives à long terme de Google soient apparues ces dernières années, aucune n'a affecté les ventes de manière significative. Il faudra probablement attendre encore des années pour que les procès intentés contre Google au sujet de la protection de la vie privée et de l'antitrust soient résolus, ce qui pourrait entraîner des changements dans ses activités publicitaires.

Les discussions sur la modification des lois américaines et européennes visant à imposer une nouvelle surveillance à Google, Facebook et d'autres entreprises de la Big Tech, notamment en ce qui concerne la vie privée et l'intelligence artificielle, ont pris du retard, car les législateurs ont été détournés par la pandémie.

Pourtant, des problèmes continuent d'apparaître. Lundi, l'entreprise de technologie de télévision en continu Roku Inc a accusé Google d'adopter un comportement anticoncurrentiel au profit de ses activités liées à YouTube et au matériel informatique. YouTube a qualifié ces allégations de « sans fondement ».

Source : Résultats financiers 1T21 d’Alphabet

Et vous ?

Quel commentaire faites-vous des résultats financiers 1T21 d’Alphabet ?
Selon vous, la croissance des activités publicitaires de Google va-t-elle perdurer au-delà de la pandémie ?

Voir aussi :

Alphabet : malgré des résultats financiers meilleurs que prévu au 4T2018, le cours de l'action baisse, et les dépenses inquiètent les investisseurs
Pour la première fois depuis son entrée en Bourse, Alphabet (Google) enregistre une baisse de ses revenus, néanmoins, son chiffre d'affaires s'élève à 38,29 milliards de dollars
Il rachète google.com.ar, la version argentine de Google, pour moins de 5 €, ce qui a entraîné l'indisponibilité temporaire du moteur de recherche dans le pays pendant quelques heures
Optimisation fiscale : Google a transféré plus de 75,4 milliards de dollars de bénéfices hors d'Irlande en 2019, en utilisant le dispositif fiscal controversé du « double irlandais »