L'Allemagne crée une passerelle entre la blockchain et l'euro, une technologie permettant aux investisseurs d'acheter et de vendre des titres sur la blockchain en échange de l'argent de la banque centrale

Les autorités allemandes ont développé une technologie permettant aux investisseurs d'acheter et de vendre des titres sur la blockchain en échange de l'argent de la banque centrale, comblant ainsi un fossé entre deux mondes qui semblaient autrefois irréconciliables.

Des institutions privées et publiques du monde entier ont expérimenté l'utilisation de la technologie du registre distribué (DLT), mieux connue pour alimenter le Bitcoin et d'autres crypto-monnaies, pour régler les transactions en monnaie officielle.

La Bundesbank, qui s'est associée à Deutsche Börse et à l'agence de la dette du gouvernement allemand pour ce projet, a déclaré que sa solution était la première permettant à ceux qui vendent des titres sur la blockchain de recevoir leur produit sur leur compte à la banque centrale.

Cette technologie pourrait être étendue à l'ensemble de la zone euro sous peu et bien avant le lancement de l'euro numérique de la Banque centrale européenne, a-t-elle ajouté.

Nom : bitcoin.png
Affichages : 180
Taille : 10,1 Ko

"Les participants ont démontré qu'il est possible d'établir un pont technologique entre la technologie blockchain et les systèmes de paiement conventionnels pour régler les titres en monnaie de banque centrale sans qu'il soit nécessaire de créer une monnaie numérique de banque centrale", a déclaré la Bundesbank.

Chaîne de déclenchement

Pendant le test, une obligation d'État de 10 ans a été émise sur la blockchain et négociée, bien que seulement en mode test, par six banques : Barclays, Citibank, Commerzbank, DZ Bank, Goldman Sachs et Société Générale.

Les transactions ont été réglées sur la blockchain à l'aide d'une "chaîne de déclenchement" qui relie les actifs du grand livre distribué au système de paiement de la zone euro, appelé Target 2.

Les partisans inconditionnels des crypto-monnaies sont souvent sceptiques à l'égard des banques centrales et présentent leurs jetons comme une forme supérieure de monnaie, car ils ne peuvent pas être imprimés et dévalués à volonté.

La BCE explore la création d'un euro numérique, éventuellement basé sur la blockchain, pour compléter les espèces dans les cinq prochaines années.

Mais la Bundesbank s'est montrée peu enthousiaste à l'égard de ce projet, estimant qu'il pourrait déstabiliser le secteur bancaire en attirant les déposants en période de crise.

Source : Bundesbank

Et vous ?

Que pensez-vous de ce projet ?

Voir aussi :

Le bitcoin franchit la barre des 60 000 dollars pour la première fois de son histoire doublant sa valeur en moins de trois mois

La plupart des cadres financiers ne prévoient pas de détenir le bitcoin comme actif d'entreprise, d'après une enquête de Gartner, seuls 5 % prévoient de le faire en 2021

Le bitcoin est "en passe" d'être plus largement accepté par les investisseurs, affirme Elon Musk, PDG de Tesla Inc