IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 377
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 377
    Points : 31 636
    Points
    31 636
    Par défaut Les obligations vertes d'Apple, de 4,7 milliards $, contribuent à la création de 1,2 GW d'énergie propre
    Les obligations vertes d'Apple, d'un montant de 4,7 milliards $, contribuent à la création de 1,2 gigawatt d'énergie propre,
    Et apporte de l'énergie renouvelable aux communautés locales

    Apple a dépensé 2,8 milliards de dollars pour contribuer à la production de 1,2 gigawatt d'énergie propre dans le cadre de son initiative "Apple Green Bond", littéralement obligations vertes. La société a promis de dépenser un total de 4,7 milliards de dollars pour cette initiative. Certains projets sont directement liés à la production d'énergie pour ses propres centres de données, tandis que d'autres visent à apporter de l'énergie propre aux communautés locales tout en réduisant les émissions de carbone.

    Les obligations vertes, parfois appelées obligations environnementales, constituent un emprunt obligataire (non bancaire) émis sur les marchés financiers, par une entreprise ou une entité publique (collectivité, agence internationale, etc.) pour financer des projets contribuant à la transition écologique. Cette démarche permettra à Apple d’apporter son soutien financier à des programmes œuvrant pour la transition vers une économie à faible émission de carbone. Cette démarche est représentative de l’intérêt accordé par les dirigeants d’Apple à la lutte contre le réchauffement climatique et la protection de l’environnement.

    Nom : a01.jpg
Affichages : 2716
Taille : 33,1 Ko

    Apple a commencé à financer des projets d'énergie propre en 2016 grâce à son obligation verte, qui était la plus importante de ce type jamais proposé. La société a promis une dépense totale de 4,7 milliards de dollars. Mercredi, la société a publié une mise à jour par le biais de son rapport annuel sur l'impact des obligations vertes. Voici un extrait du rapport :

    « Depuis l'accord historique sur le changement climatique conclu lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP21) de 2015 à Paris, Apple a investi le produit de trois émissions d'obligations vertes pour soutenir les efforts mondiaux de réduction des émissions de carbone.

    En février 2016, l'entreprise a émis sa première obligation verte d'un montant de 1,5 milliard de dollars, suivie d'une deuxième émission d'un milliard de dollars en juin 2017 après l'annonce par l'ancienne administration américaine de son intention de se retirer de l'accord conclu lors de la COP21. En novembre 2019, Apple a émis sa troisième série d'obligations vertes et sa première en Europe, avec deux obligations de 1 milliard d'euros chacune (pour un total d'environ 2,2 milliards de dollars américains) ».

    « Les projets renouvelables nouvellement achevés d'Apple, qui font partie des dépenses prévues de 4,7 milliards de dollars en obligations vertes de l'entreprise, apportent de l'énergie propre aux communautés locales tout en réduisant les émissions de carbone. En 2020, Apple a financé 17 projets d'obligations vertes qui permettront d'éviter en moyenne 921 000 tonnes métriques d'émissions de carbone par an, ce qui équivaut à retirer près de 200 000 voitures de la circulation. Ces projets généreront 1,2 gigawatt d'énergie renouvelable à l'échelle mondiale, Apple ayant ajouté plus de 350 mégawatts d'énergie renouvelable nouvellement installée au cours de l'année dernière au Nevada, en Illinois, en Virginie et au Danemark ».

    Les émissions d'obligations vertes d'Apple sont parmi les plus importantes du secteur privé. Apple dit avoir alloué plus de la moitié de ses dépenses totales en obligations vertes – 2,8 milliards de dollars – et continuera à investir dans des projets qui s'attaquent aux émissions de carbone. Lisa Jackson, vice-présidente d'Apple chargée de l'environnement, des politiques et des initiatives sociales, a déclaré :

    « Apple s'engage à protéger la planète que nous partageons tous avec des solutions qui soutiennent les communautés où nous travaillons ». « Nous avons tous la responsabilité de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour lutter contre les effets du changement climatique, et l'investissement de 4,7 milliards de dollars du produit de la vente de nos obligations vertes est un moteur important de nos efforts. En fin de compte, l'énergie propre est une bonne affaire ».

    Quelques-uns des investissements récents d'Apple dans les énergies renouvelables

    Un projet solaire sur site à l'extérieur de Reno, dans le Nevada : un site de 180 acres (soit environ 73 hectares) situé dans le parc technologique de Reno fournit désormais de l'énergie au centre de données d'Apple dans le Nevada.

    Parc éolien à l'extérieur de Chicago : un contrat d'achat d'électricité virtuelle de 112 mégawatts conclu avec ce parc éolien de l'Illinois couvre la consommation d'électricité d'Apple dans la région de Chicago.

    Projet solaire à Fredericksburg, en Virginie : Dans le cadre d'un accord innovant, Apple a collaboré avec Etsy, Akamai et SwissRE pour soutenir le développement de 165 mégawatts d'énergie renouvelable par le biais d'un projet solaire photovoltaïque à proximité de Fredericksburg, en Virginie, qui fournit désormais de l'énergie au réseau électrique de la région.

    Les plus grandes turbines éoliennes offshore du Danemark : Apple a achevé la construction de deux des plus grandes turbines éoliennes offshore du monde, une source d'énergie propre et renouvelable qui est désormais opérationnelle. Situées près de la ville danoise d'Esbjerg, les turbines de 200 mètres de haut devraient produire 62 gigawattheures par an, soit assez pour alimenter près de 20 000 foyers, et servir de site d'essai pour de puissantes turbines éoliennes offshore, lit-on dans le rapport. L'énergie produite à Esbjerg alimentera le centre de données d'Apple à Viborg, l'excédent d'énergie étant injecté dans le réseau danois.

    L'entreprise a également déclaré qu'elle progressait dans sa promesse de devenir neutre en carbone dans l'ensemble de ses activités, de sa chaîne d'approvisionnement de fabrication et du cycle de vie de ses produits d'ici 2030. Apple s'est engagé en juillet 2020 à être neutre en carbone à cette date. Apple avait déjà annoncé que tous ses data centers et bureaux à l'échelle mondiale étaient déjà neutres en carbone, mais Apple souhaite que chaque appareil vendu ait un impact net nul sur le climat.

    En 2018, le fabricant d’iPhone a déclaré que les magasins, les bureaux, les centres de données, ainsi que les sites en colocation dans 43 pays, y compris les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine et l’Inde d’Apple étaient désormais alimentés à 100 % par de l’énergie propre. « Nous allons continuer de repousser les limites du possible lorsqu'il s'agit des matériaux contenus dans nos produits, de la façon dont nous les recyclons, de nos sites et de notre travail avec nos fournisseurs afin de mettre au point des sources créatives et avant-gardistes d’énergie renouvelable. Nous savons que notre avenir en dépend », avait déclaré Tim Cook, CEO d’Apple, à l’époque.

    Le rapport d’activité « 2018 Solar Means Business Report » de l'Association des industries de l'énergie solaire (SEIA) a constaté en 2019 qu’Apple avait à l’époque la capacité solaire installée la plus importante de toutes les entreprises américaines, suivie d'Amazon, alors que les deux sociétés avaient fini par surclasser les précédents leaders de l'industrie, Target et Walmart. L'organisation prenant en compte dans ses calculs les installations solaires sur site et hors site pour la première fois en 2018.

    Apple n’est pas le seul à déployer des efforts pour un environnement propre et sain. En avril 2018, Google a affirmé avoir acheté et même dépassé la quantité d’énergie nécessaire pour alimenter ses 70 bureaux et 15 data center à travers le monde. « Il y a un peu plus d'un an, nous avons annoncé que nous étions sur la bonne voie pour acheter suffisamment d'énergie renouvelable pour couvrir toute l'électricité que nous consommons au cours de la prochaine année. Nous venons de terminer la comptabilisation de la consommation d'énergie de Google en 2017, et c'est officiel : nous avons atteint notre objectif », avait déclaré son premier vice-président, Urs Hölzle.

    Dans la poursuite de son objectif de gérer son entreprise avec des énergies sans carbone tout au long de l'année, d'ici 2030, Google a décidé de publier sa progression d'utilisation des énergies renouvelables auprès de tous ses clients. Ainsi, les entreprises pourront se connecter à des centres de données Google Cloud en fonction de l'énergie sans carbone qui les alimente. Pour cela, Google Cloud a présenté, mercredi, un nouvel indice, accessible au public, qui donne une indication de l'approvisionnement en énergie sans émission de carbone de ses régions Cloud à travers le monde.

    Source : Apple

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Apple émet des obligations vertes d'une valeur de 1 milliard USD, pour la seconde année consécutive
    Apple et Amazon deviennent les principaux utilisateurs de l'énergie solaire aux États-Unis, surclassant Target et Walmart, selon SEIA
    Tous les datacenters et bureaux d'Apple dans le monde sont alimentés à 100 % en énergies renouvelables, pour lutter contre le changement climatique
    Google Cloud propose à ses clients de choisir un data center "sans émission de carbone", un nouvel indice leur donne un meilleur aperçu de la manière dont ils atteignent leurs objectifs
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éclairé
    Profil pro
    curiosité
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    216
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : curiosité

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 216
    Points : 685
    Points
    685
    Par défaut
    Si quelqu'un connait la situation aux USA ça m'intéresse.

    La situation en Europe se résume à du greenwashing.
    En résumé, Me Michu achetait avant de l'électricité (disons en France un mix 85% décarboné) en 2000. Si Me Michu est à côté de la centrale nucléaire, son électricité est physiquement décarbonée autant qu'on puisse. Si Me Michu habite à côté d'une centrale à charbon, son électricité est assez carbonée...

    En 2020, EDF vend des certificats d'origine "verte" de l'électricité. Ex : Si google construit un datacenter en Pologne pour bénéficier de coûts faibles, ce datacenter aura de l'énergie carbonée à 80%, mais, en achetant les certificats d'EDF, sur le papier ce sera 0%.
    Me Michu qui habite toujours en France, sera physiquement dans la même situation qu'avant, mais sur le papier son mix sera plus carboné (puisque google aura "acheté sa non-pollution").

    Or, Me Michu sait très bien que dans le monde réel, son électricité pollue peu et n'a donc aucun motif d'acheter des certificats verts ou de réduire sa consommation.

    Google peut se vanter d'être non polluant.

    Aucune énergie verte n'a vraiment été financée dans l'affaire (le marché des certificats verts est conçu pour être très bon marché et n'avoir que peu d'incidence).

    Les financiers qui commercialisent le produit "électricité verte" rapportent pleins de petits pains et sont très content de leur montage instillé dans le droit européen.

    Me Michu, à qui on ne la fait pas, se dit que plutôt que créer un produit financier bidon qui enrichit des intermédiaires tout en ne changeant rien dans le monde physique, l'état aurait peut être pu se retrousser les manches au lieu de laisser les financiers en auto-pilote au pouvoir, et aurait pu utiliser un mélange de mesures réglementaires (fermeture réglementaire des centrales polluantes) et fiscales (sorte de TVA proportionnelle aux bilan carbone cycle en cycle complet des produits, importés ou non) beaucoup plus efficaces.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 15/06/2017, 04h17
  2. Apple en tête du classement des entreprises IT les plus vertes
    Par Siguillaume dans le forum Écologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 18/05/2015, 16h36
  3. "L'App Store a dépassé nos rêves les plus fous" déclare Apple
    Par Katleen Erna dans le forum Actualités
    Réponses: 46
    Dernier message: 15/02/2011, 14h14
  4. Qui clône le mieux les enfants, Microsoft ou Apple ? Réponse en image
    Par Katleen Erna dans le forum Humour Informatique
    Réponses: 15
    Dernier message: 20/11/2009, 16h36
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 02/11/2009, 03h10

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo