Huawei va commencer à réclamer des royalties 5G à Apple et Samsung,
La société s'attend à percevoir entre 1,2 et 1,3 milliard de dollars en frais de brevets

Huawei Technologies Co. – qui a subi des pertes énormes à la suite des mesures prises par le gouvernement américain pour sanctionner l'entreprise et limiter sa capacité à vendre des produits sur le marché américain – prévoit d’ouvrir une nouvelle source de revenus. L’entreprise chinoise de télécommunications commencera à faire payer aux fabricants de smartphones une redevance pour utiliser sa technologie 5G brevetée. Elle facturera un montant avec un "plafond de redevance par unité" à 2,50 dollars pour les smartphones capables de se connecter à la 5G et aux générations précédentes de réseaux mobiles.

Huawei va commencer à faire payer aux géants de la téléphonie mobile comme Apple Inc. une redevance "raisonnable" pour l'accès à son trésor de brevets 5G, créant potentiellement une source de revenus lucrative en mettant en avant son avance mondiale dans les réseaux de nouvelle génération, a rapporté CNBC. Le géant chinois négociera les tarifs et les éventuelles licences croisées avec le fabricant de l'iPhone et Samsung Electronics Co., a déclaré mardi le directeur juridique Song Liuping.

Nom : h01.jpg
Affichages : 1218
Taille : 37,0 Ko

Huawei entend être payé malgré les efforts déployés par les États-Unis pour bloquer son matériel de réseau et l'exclure de la chaîne d'approvisionnement, mais a promis de pratiquer des tarifs inférieurs à ceux de ses rivaux comme Qualcomm Inc, Ericsson AB et Nokia Oyj. La société a déclaré qu'elle facturera « un taux de redevance raisonnable en pourcentage du prix de vente du combiné, et un plafond de redevance par unité » à 2,50 dollars pour les smartphones capables de se connecter à la 5G et aux générations précédentes de réseaux mobiles.

La plus grande entreprise technologique chinoise en termes de chiffre d'affaires veut s'asseoir à la table des géants de la technologie qui se battent pour définir le domaine en évolution rapide des voitures connectées, des maisons intelligentes et de la chirurgie robotique. La facturation de redevances sur des brevets clés liés à la technologie cellulaire pourrait aider Huawei à compenser, au moins en partie, le coup porté aux revenus d'autres parties de son activité, comme les smartphones, en raison des sanctions américaines. Par le passé, Huawei a facturé des redevances à des entreprises telles qu'Apple.

Les brevets sur les normes de technologie cellulaire et leur fonctionnement

Lorsqu'une nouvelle génération de technologie cellulaire est développée, des normes dites mondiales doivent être créées. Il s'agit de protocoles, de spécifications techniques et de conception qui permettent l'interopérabilité entre les réseaux 5G au niveau mondial et permettent aux smartphones de communiquer avec ces réseaux. Les organismes de normalisation sont chargés de les créer. Des entreprises telles que Huawei, Nokia, le géant suédois des équipements de télécommunications Ericsson, le fabricant de puces américain Qualcomm et bien d'autres contribuent au processus d'élaboration des normes.

Ce faisant, ces entreprises conçoivent des technologies qu'elles font ensuite breveter. Ces brevets, qui sont essentiels aux normes de la 4G ou de la 5G, seront considérés comme des "standard essential patent" ou SEP (brevets essentiels à la norme), selon l'organisme de recherche sur la propriété intellectuelle GreyB. Si, par exemple, un fabricant de smartphones souhaite lancer un téléphone 5G, il devra probablement utiliser les SEP d'une ou plusieurs de ces entreprises. En retour, ces entreprises peuvent demander une redevance. C'est une pratique qui existe depuis longtemps.

Les entreprises comme Qualcomm prospèrent en prélevant des redevances sur les technologies qu'elles fournissent à des clients comme Apple. Les deux géants de la téléphonie mobile se sont violemment affrontés au sujet de ce qu'Apple a appelé une redevance injuste de 7,50 dollars sur chaque iPhone, que Qualcomm a défendue comme un petit prix à payer pour une technologie fondamentale.

Les litiges concernant les brevets risquent toutefois de s'intensifier à mesure que la 5G se généralisera, permettant une multitude d'applications futures, des voitures autonomes à l'internet des objets. Car décider ce qui est et ce qui n'est pas un SEP peut être délicat et peut conduire à des litiges très médiatisés entre deux parties. Les régulateurs et les tribunaux du monde entier continuent de s'interroger sur la manière d'évaluer les brevets relatifs à des technologies essentielles et sur le fait de savoir si leurs propriétaires ont le droit de limiter l'utilisation de ces inventions. Les dirigeants de Huawei n'ont pas dit comment ils feraient respecter leurs brevets en cas de litige.

Huawei recevra environ 1,2 à 1,3 milliard de dollars de revenus de ses brevets 5G

Selon la société de recherche GreyB, qui effectue des analyses personnalisées sur les brevets, Huawei possède 3007 familles de brevets 5G déclarées, soit le nombre le plus élevé de toutes les entreprises du monde. Les familles de brevets sont un groupe de brevets identiques ou similaires déposés dans différents pays. GreyB estime qu'environ 18,3 % de ces familles de brevets 5G de Huawei sont des SEP en cours d'utilisation, soit plus que toute autre entreprise.

Nom : h02.png
Affichages : 1263
Taille : 115,2 Ko

Les autres principaux détenteurs de brevets sont les entreprises sud-coréennes Samsung et LG Electronics, Nokia, Ericsson et Qualcomm. Le plafond de 2,50 dollars de Huawei sur les redevances pour les fabricants de smartphones est à l'extrémité inférieure par rapport à ses rivaux. Par exemple, Nokia a plafonné son taux de licence à environ 3,58 dollars par appareil. Ericsson a déclaré qu'il facturera 2,50 à 5 dollars par appareil.

Huawei a fait payer des redevances aux entreprises pour ses brevets 4G. L'entreprise chinoise estime qu'elle recevra environ 1,2 à 1,3 milliard de dollars de revenus provenant des licences de brevets entre 2019 et 2021. Par le passé, Huawei n'a pas été très agressif sur les redevances ou les litiges. Mais cela pourrait désormais changer.

« La raison en est tout d'abord la position de Huawei dans le monde, dans de nombreux pays, Huawei a été confronté à des défis difficiles pour vendre ses produits », a déclaré Muzammil Hassan, chef du département des licences et de la commercialisation de la propriété intellectuelle chez GreyB.

Huawei a fait l'objet d'un certain nombre de sanctions de la part des États-Unis, qui ont accusé la société de constituer une menace pour la sécurité nationale. Huawei a démenti à plusieurs reprises cette affirmation. Mais en 2019, le fabricant de téléphones chinois a été placé sur la liste noire américaine. Ce qui a empêché les entreprises américaines de vendre certaines technologies à Huawei.

L'année dernière, Washington a pris des mesures pour couper Huawei de ses principaux approvisionnements en puces. Ces actions ont fait chuter les livraisons de smartphones de Huawei. Dans le même temps, un certain nombre de pays, tels que les États-Unis et l'Australie, ont effectivement empêché les équipements de Huawei de faire partie de leurs réseaux 5G respectifs. Il faut noter qu’avant les sanctions américaines et d'autres développements, Huawei était en deuxième position derrière Samsung sur le marché des smartphones. Mais à la fin de 2020, Huawei est tombé à la troisième place, et Apple a pris sa place.

Il y a maintenant des signes que Huawei est devenu plus agressif sur les litiges de propriété intellectuelle. L'année dernière, Huawei a intenté deux procès contre Verizon, alléguant que l'opérateur américain avait violé des brevets détenus par le géant chinois des télécommunications.

Mardi, les dirigeants de Huawei ont souligné que les sanctions américaines ne devraient pas affecter sa capacité à conclure des licences croisées avec des entreprises américaines, car ces brevets sont accessibles au public. La société a l'intention de réinvestir les droits de brevet dans la recherche afin de maintenir sa position dans les réseaux sans fil face à Ericsson et Nokia.

Le déploiement de la 5G est encore naissant dans une grande partie du monde, et les smartphones 5G actuels présentent des limites, comme une autonomie relativement faible. Mais les analystes du secteur s'accordent à dire que la 5G sera l'une des principales technologies à l'origine des ventes, des revenus et de l'adoption de la technologie dans les années à venir. C'est pourquoi les brevets relatifs à la 5G devraient avoir une grande valeur à l'avenir.

Apple et Samsung utilisent actuellement des modems 5G fabriqués par Qualcomm, mais les brevets de Huawei sont toujours en jeu. Apple prévoit de développer ses propres modems pour remplacer ceux de Qualcomm dans les futurs iPhone, mais il est probable qu'elle dépende encore des brevets d'entreprises comme Huawei et Qualcomm pour assurer la connectivité 5G.

Sources : Huawei, GreyB

Et vous ?

Le géant chinois Huawei commence à s'intéresser à l'application des droits de propriété intellectuelle. Quels commentaires en faites-vous ?
Huawei a le nombre le plus élevé de familles de brevets 5G déclarés de toutes les entreprises du monde, selon GreyB. Qu’en pensez-vous ?
Comment la société chinoise Huawei compte percevoir les frais de ces brevets 5G si les entreprises américaines n'ont pas le droit de faire des affaires avec elle ?

Voir aussi :

Huawei aurait arrêté sa production de smartphones après son ajout sur la liste noire des Etats-Unis, en pleine guerre commerciale avec la Chine
Les États-Unis tentent de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de puces, alors que la Chine envisage des représailles
Trump signe un décret pavant le chemin vers le blocage d'Huawei aux USA, la France assure qu'elle n'a pas l'intention de faire la même chose
La Chine pourrait placer Apple et autres entreprises US sur une « liste d'entités non fiables », comme une contre-mesure au blocage de Huawei aux USA