IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 790
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 790
    Points : 40 470
    Points
    40 470
    Par défaut Le "craquage" de Sky ECC aurait permis à la police belge de saisir 20 tonnes de cocaïne
    Le piratage supposé du service de messagerie chiffrée Sky ECC a porté un coup majeur au crime organisé
    cela a permis à la police belge de procéder à plusieurs arrestations à l'échelle du pays

    Les services de messagerie chiffrée sont-ils un point de repère pour les acteurs du crime organisé ? Plusieurs services de police à travers le monde, comme le FBI, la police londonienne ou la police fédérale belge, le pensent toutefois. Vers la fin d'année 2020, cette dernière aurait réussi à pirater l'application de messagerie chiffrée de Sky ECC, ce qui lui a permis de surveiller le trafic pendant environ deux mois. Elle aurait découvert par cette occasion que l'application est utilisée par les barons de la drogue et a procédé mardi à des arrestations dans tout le pays. Des rapports sur le sujet estiment que 18 000 kilos de stupéfiants ont été saisis jusqu'à présent.

    À qui profitent réellement les applications de messagerie chiffrée ?

    Sky ECC est un fournisseur mondial de communications chiffrées via un réseau de "cryptophones". Les cryptophones sont des smartphones anti-interception, car ils utilisent des méthodes de chiffrement pour protéger tout leur système de communication. Les niveaux de chiffrement offerts par ces appareils particuliers sont sensiblement différents des smartphones classiques. Sky ECC se présente comme la "plateforme de messagerie la plus sûre que vous puissiez acheter" et est tellement convaincu de l'"imprenabilité" de ses systèmes qu'il offre une belle récompense à quiconque parvient à briser le chiffrement d'un de ses téléphones.

    Nom : e355ad06c5a89f911fbb0aff2de52435-1615279726.jpg
Affichages : 3190
Taille : 80,7 Ko

    Mais dans une réédition de l'opération française et néerlandaise de l'année dernière contre le réseau de téléphones chiffrés EncroChat, les polices belge et néerlandaise seraient parvenues à infiltrer la plateforme et à récolter des centaines de milliers de messages censés être inviolables. En effet, selon les informations, les enquêteurs ont réussi, à la fin de 2020, à pirater le système de Sky ECC. Cela leur a permis d'enregistrer pendant au moins deux mois des dizaines de milliers de messages en direct que les grands criminels échangeaient pour conclure leurs affaires. Ils auraient ensuite partagé les données avec d'autres services de police européens.

    Ces dernières semaines, des dizaines de kilos de cocaïne auraient été saisies dans et autour du port d'Anvers, grâce au piratage de Sky ECC. L'on ne sait pas encore à combien d'arrestations l'opération conduira dans les prochains jours. Selon des sources connaissant le dossier, un avocat pénal anversois et un avocat stagiaire ont déjà été arrêtés pour avoir utilisé Sky ECC dans leurs contacts avec certains clients. Les médias belges ont également rapporté mardi que le fournisseur lui-même, ainsi que les distributeurs d'applications pour la plateforme seraient visés par l'action.

    Certains médias du pays vont même jusqu'à qualifier Sky ECC du successeur d'Encrochat, qui a été piraté l'année dernière. Pour rappel, en juillet 2020, lors d'une grande enquête internationale menée par les polices criminelles française et néerlandaise, plus de 100 millions de messages envoyés via Encrochat ont été interceptés. Grâce à ce piratage, plus d'une centaine de suspects ont été arrêtés aux Pays-Bas. De même, un réseau de laboratoires produisant du "crystal meth" a été démantelé et 1200 kilos de cette drogue, qui crée une forte dépendance, ont été saisis.

    En outre, 8000 kilos de cocaïne et près de 20 millions d'euros en espèces ont été saisis, et deux des trafiquants de drogue les plus recherchés des Pays-Bas ont été arrêtés. Grâce à ce piratage, les autorités judiciaires néerlandaises ont même trouvé une véritable chambre de torture de la pègre. Un certain nombre d'enquêtes sont toujours menées en Belgique sur la base des données d'Encrochat. Après le "mort" de ce dernier, certains estiment que Sky ECC est actuellement l'un des outils de communication préférés des grands criminels (de la drogue) en Europe.

    Sky ECC dément le piratage et déclare que son application a été clonée

    Sky ECC se présente comme "l'application de messagerie la plus sécurisée au monde". Il avait précédemment déclaré que "le piratage de son système est impossible". Il propose une application, qui, une fois installée sur les téléphones, désactive la caméra, le GPS et le microphone pour empêcher les écoutes. Les messages sont automatiquement supprimés après trente secondes. Mieux, un utilisateur a la possibilité de saisir un mot de passe d'urgence, lui permettant de supprimer instantanément tout le contenu de l'appareil. L'application elle-même est également cachée sur l'écran de l'appareil, de sorte qu'elle n'est pas immédiatement visible par les autres.

    Sky ECC a défendu ses services en déclarant qu'elle "croit fermement que la vie privée est un droit humain fondamental". Cependant, ses détracteurs affirment que plus de 90 % de ses clients sont des criminels. Sur son site Web, Sky ECC a promis un prix de 5 millions de dollars (4,2 millions d'euros) à quiconque parviendrait à déchiffrer son système de chiffrement. L'on ne sait pas encore si les autorités belges prévoient de réclamer la récompense. Elle ne pourra toutefois pas, car Sky ECC a déclaré que toutes les allégations concernant le piratage ou le craquage de son service sont fausses.

    Au lieu de cela, la société a expliqué que la police ou quelqu'un d'autre a créé une fausse version de son application de communication, l'a chargée sur des téléphones, puis a vendu ces téléphones par des "canaux non autorisés". « Les distributeurs agréés de SKY ECC en Belgique et aux Pays-Bas ont attiré notre attention sur le fait qu'une fausse application de phishing, faussement appelée SKY ECC, a été illégalement créée, modifiée et chargée sur des appareils non sécurisés. Les fonctions de sécurité des téléphones SKY ECC autorisés ont été éliminées dans ces faux appareils qui ont ensuite été vendus par des canaux non autorisés », a déclaré l'entreprise.

    Ensuite, apparemment, les forces de l'ordre ont été en mesure d'observer une activité criminelle sur ces appareils compromis, ce qui leur a permis de procéder aux arrestations annoncées mardi. Dans un communiqué publié sur son site Web, Sky ECC a déclaré qu'il n'a pas été contacté par les autorités chargées de l'enquête et n'a pas collaboré avec elles. « Sky ECC n'a été contacté par aucune autorité d'investigation. SKY ECC n'a ni autorisé ni coopéré avec les autorités d'investigation ou les personnes impliquées dans la distribution de la fausse application de phishing », a-t-il déclaré.

    « Ces actions sont malveillantes et Sky ECC enquête activement et poursuit les individus incriminés pour usurpation d'identité, contrefaçon, mensonge préjudiciable, violation de marque, diffamation et fraude », a-t-elle ajouté. La société a également rappelé que Sky ECC est construit sur des principes de sécurité "zero-trust" qui considère chaque requête comme une violation et la vérifie en employant des couches de sécurité pour protéger les messages de ses utilisateurs. « Toutes les communications de Sky ECC sont chiffrées par des tunnels privés via des réseaux distribués privés », a assuré Sky ECC.

    L'incident remet sur la table la question du chiffrement de bout de bout

    Sky ECC fait partie de l'industrie turbulente des téléphones chiffrés, où des entreprises vendent des téléphones personnalisés, parfois dépourvus de microphone ou de fonction GPS, sur lesquels sont installées leurs propres applications pour envoyer des messages chiffrés. Les appareils sont généralement chers, coûtant des milliers de dollars pour un abonnement annuel, et sont souvent distribués par des revendeurs basés dans différents pays. Mais malheureusement, le marché serait très utilisé par les membres du crime organisé, notamment les tueurs à gages, les trafiquants de drogue et les trafiquants d'armes.

    En réponse, les organismes d'application de la loi ont régulièrement augmenté la fréquence et la sophistication des opérations contre ces entreprises. En 2016, les autorités néerlandaises ont exploité une faille dans la mise en œuvre de la messagerie chiffrée d'une entreprise appelée Ennetcom pour obtenir le contenu des messages des utilisateurs. Le FBI et ses partenaires internationaux ont ciblé la société canadienne Phantom Secure et arrêté son créateur, Vincent Ramos, en 2018. Et l'année dernière, les forces de l'ordre françaises ont réussi à compromettre de manière "spectaculaire" Encrochat.

    Cela leur a permis de pousser des logiciels malveillants sur les téléphones des clients eux-mêmes et de siphonner le contenu des messages échangés par les utilisateurs. Les analystes ont expliqué que, souvent, lorsque les autorités suppriment une de ces plateformes, les utilisateurs criminels migrent vers une autre. Dans sa déclaration, Sky ECC a ajouté qu'elle dément « fermement toute allégation selon laquelle elle serait la "plateforme de prédilection des criminels" ». En outre, dans une déclaration mardi, le PDG de la société, Jean-François Eap, a positionné Sky ECC comme étant une entreprise légitime.

    « La plateforme existe pour la prévention de l'usurpation d'identité et du piratage, la protection des droits à la vie privée et le fonctionnement sécurisé des affaires personnelles et commerciales légitimes. Avec la montée mondiale de l'espionnage d'entreprise, de la cybercriminalité et des violations de données malveillantes, la vie privée et la protection des informations sont le fondement du fonctionnement efficace pour de nombreuses industries, y compris les secteurs juridique et de la santé publique, les chaînes d'approvisionnement en vaccins, les fabricants, les célébrités et bien d'autres », a-t-il déclaré.

    Source : Sky ECC

    Et vous ?

    Que pensez-vous des allégations sur le piratage de Sky ECC ?
    Selon vous, le chiffrement permet-il aux criminels d'œuvrer en toute impunité ?

    Voir aussi

    Les autorités ont piraté les téléphones d'EncroChat, un réseau téléphonique chiffré utilisé par les criminels, pour accéder aux données chiffrées et procéder à des arrestations à travers l'Europe

    Un logiciel malveillant de la police française permet de récolter des messages, des mots de passe, des GPS et bien plus sur les dispositifs du service de télécommunication chiffré Encrochat

    Zoom aurait menti aux utilisateurs sur le chiffrement de bout en bout pendant des années, selon une plainte de la FTC

    USA : les forces de l'ordre ont fait appel à Google plusieurs fois pour identifier les personnes qui étaient proches d'une scène de crime à une période donnée
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti
    Inscrit en
    juin 2005
    Messages
    179
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juin 2005
    Messages : 179
    Points : 308
    Points
    308
    Par défaut
    Au lieu de cela, la société a expliqué que la police ou quelqu'un d'autre a créé une fausse version de son application de communication, l'a chargée sur des téléphones, puis a vendu ces téléphones par des "canaux non autorisés". .... Les fonctions de sécurité des téléphones SKY ECC autorisés ont été éliminées dans ces faux appareils qui ont ensuite été vendus par des canaux non autorisés », a déclaré l'entreprise.
    Oui donc, ces fausse application ont pu discuter avec les vraies sans se faire repérer ?

    Cette explication ne tient pas debout, car je doute que les gros barons se soient fournis au coin de la rue, ils avaient largement de quoi se payer l'abonnement à 2200€/mois. En plus, le procureur fédéral parle quand même de milliards de messages capturés (Emission CQFD du 10 mars sur la première) dont de nombreux qui impliquent de gros barons. Celà ne peut vouloir dire que soit l'application originale a communiqué avec les copies, soit les téléphones "originaux" ont installé la copie. Dans les deux cas, il y a une grosse faille.

    D'autant qu'ils disent bien avoir piraté le réseau même !

    Bref, une entreprise de plus qui mettra la clé, toute aussi sécurisée soit-elle, sous le paillasson.

  3. #3
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Webdesigner
    Inscrit en
    juin 2014
    Messages
    310
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 61
    Localisation : France, Hautes Pyrénées (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Webdesigner
    Secteur : Associations - ONG

    Informations forums :
    Inscription : juin 2014
    Messages : 310
    Points : 588
    Points
    588
    Par défaut
    « plus d'une centaine de suspects ont été arrêtés aux Pays-Bas. »
    Cela signifie que des centaines de russes sont envoyés par Poutine commettre leur méfaits au Pays-Bas, vu qu'on le sait, tous les pirates sont affiliés au kremlin ;-)

  4. #4
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 790
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 790
    Points : 40 470
    Points
    40 470
    Par défaut Le "craquage" de Sky ECC aurait permis à la police belge de saisir 20 tonnes de cocaïne
    Le "craquage" supposé de l'application de messagerie chiffrée Sky ECC aurait permis à la police belge de saisir 20 tonnes de cocaïne
    Sky ECC dément un quelconque craquage de son application chiffrée

    Le mois dernier, la police belge annonçait qu'elle avait réussi à déjouer le chiffrement de l'application de messagerie Sky ECC, ce qui lui a permis de mener un raid sans précédent dans le pays. Même si l'entreprise propriétaire de l'application n'a pas tardé à nier cela et a déclaré qu'il ne s'agissait pas de son application originale, la police belge a annoncé cette semaine que cet exploit lui a permis de saisir plus de 20 tonnes de cocaïne lors de ces six dernières semaines. Cependant, qui dit vrai entre la police belge et Sky ECC ? Le chiffrement de bout en bout est devenu ces dernières années un sujet conflictuel entre les forces de l'ordre et les entreprises.

    Doit-on craindre les capacités de la police à craquer un chiffrement ?

    Vers mi-février, Europol, une agence européenne de police criminelle qui facilite l'échange de renseignements entre polices nationales en matière de crime organisé et de stupéfiants, a déclaré avoir réussi à casser le chiffrement de l'application de messagerie Sky ECC, conçue et développée par l'entreprise du même nom. « Dans le cadre d'une enquête judiciaire sur une potentielle organisation criminelle de service soupçonnée de fournir sciemment des téléphones chiffrés au milieu criminel, les experts de la police ont réussi à craquer les messages chiffrés de Sky ECC », a indiqué un communiqué de l'agence.

    Nom : argus-liggend.jpg
Affichages : 3657
Taille : 56,8 Ko

    « Ces données fournissent des éléments dans les dossiers en cours, mais ont également ouvert de nouvelles infractions pénales. La contrebande internationale de lots de cocaïne occupe une place prépondérante dans les rapports interceptés ». Pour mémoire, Sky ECC est une application de messagerie chiffrée de bout en bout par abonnement, créée par Sky ECC et intégrée à des téléphones Google, Apple, Nokia et BlackBerry dépourvus de GPS, de caméras et de microphones. L'idée est de pouvoir discuter par texte avec d'autres utilisateurs sans craindre d'être espionné.

    Quelques jours plus tard, la police belge a déclaré séparément qu'elle a envahi 200 sites et arrêté 48 personnes. Deux de ces personnes sont soupçonnées d'être des policiers corrompus de la police d'Anvers. Elle n'a pas manqué d'ajouter que ce sont les informations issues du piratage de Sky ECC qui lui ont permis de procéder à ces arrestations. Alors, Sky Global s'est-il rendu coupable d'un crime ? L'on pourrait être amené à le penser en lisant le communiqué d'Europol et les États-Unis sont du même avis. En effet, en mars, le gouvernement américain a inculpé le PDG de Sky ECC, Jean-François Eap, ainsi qu'un distributeur.

    Les États-Unis l'accusent « d'avoir sciemment et intentionnellement participé à une entreprise criminelle qui a facilité l'importation et la distribution transnationales de stupéfiants par la vente et le service de dispositifs de communication chiffrés ». Cela sous-entend-il que vendre des appareils permettant une communication chiffrée est désormais considéré comme un crime ? En sus, l'Oncle Sam prétend que Sky ECC savait exactement à quoi servait son logiciel : organiser le trafic de stupéfiants à l'abri des regards des autorités. Notons aussi que le pays s'est déjà "révolté" à plusieurs reprises contre le chiffrement de bout en bout.

    Sky Global dément le piratage et dit que son application a été clonée

    Sky Global se présente comme la « plateforme de messagerie la plus sécurisée que vous puissiez acheter » et compte environ 170 000 utilisateurs dans le monde. En réponse à des articles publiés dans la presse néerlandaise et belge, il a fait savoir au public que toutes les allégations selon lesquelles les autorités policières ont réussi à craquer ou pirater le logiciel de communication chiffré SKY ECC sont fausses. « SKY ECC est construit sur des principes de sécurité zero-trust qui considère chaque demande comme une violation et la vérifie en employant des couches de sécurité pour protéger les messages de ses utilisateurs », a déclaré l'entreprise.

    Nom : 1.png
Affichages : 1636
Taille : 104,8 Ko

    Au lieu de cela, la société a expliqué que la police ou quelqu'un d'autre a créé une fausse version de son application de communication, l'a chargée sur des téléphones, puis a vendu ces téléphones par des "canaux non autorisés". « Les distributeurs agréés de SKY ECC en Belgique et aux Pays-Bas ont attiré notre attention sur le fait qu'une fausse application de phishing, faussement appelée SKY ECC, a été illégalement créée, modifiée et chargée sur des appareils non sécurisés. Les fonctions de sécurité des téléphones SKY ECC autorisés ont été éliminées dans ces faux appareils qui ont ensuite été vendus par des canaux non autorisés ».

    Ensuite, apparemment, les forces de l'ordre ont été en mesure d'observer une activité criminelle sur ces appareils compromis, ce qui leur a permis de procéder aux arrestations annoncées mardi. Dans un communiqué publié sur son site Web, Sky Global a déclaré qu'il n'a pas été contacté par les autorités chargées de l'enquête et n'a pas collaboré avec elles. « Sky ECC n'a été contacté par aucune autorité d'investigation. SKY ECC n'a ni autorisé ni coopéré avec les autorités d'investigation ou les personnes impliquées dans la distribution de la fausse application de phishing », a-t-il déclaré.

    « Ces actions sont malveillantes et Sky ECC enquête activement et poursuit les individus incriminés pour usurpation d'identité, contrefaçon, mensonge préjudiciable, violation de marque, diffamation et fraude », a-t-elle ajouté.

    Qui dit la vérité entre les deux acteurs ? Voici l'analyse d'un expert

    Chiffrement brisé ? Selon un expert en cybersécurité, si l'on y réfléchit bien, il existe des scénarios dans lesquels les deux affirmations (celle de Sky ECC et de la police belge) pourraient être vraies. « Peut-être que la police parle d'analyser des métadonnées non chiffrées, ou qu'elle avait accès à un nombre limité de clés de déchiffrement. Ou peut-être que quelqu'un de l'intérieur leur a fourni des informations », a-t-il déclaré. Cependant, il estime que ces hypothèses disparaissent lorsqu’on lit la déclaration d'Europol en se focalisant sur la portion de phrase « En réussissant à briser le chiffrement de Sky ECC ».

    Alors, à qui peut-on faire confiance ? Selon lui, c'est une question importante dans de nombreux domaines liés à la sécurité et à la vie privée, mais à laquelle il faut toujours répondre en se mettant du côté de la police. « C'est peut-être la façon dont j'ai été élevé, mais j'ai tendance à faire confiance à la police dans ces genres de situations ou domaines, même si toutes les forces de police ne sont pas équipées pour faire face aux cybercrimes modernes », a-t-il déclaré. Il a jouté que, bien sûr, il est possible que le rédacteur de la déclaration d'Europol ait commis une erreur.

    Il estime également qu'il est possible que le "brisement du chiffrement de Sky ECC" soit une fausse piste délibérée pour protéger une autre source. Toutefois, il a déclaré qu'en raison du fait que la police n'en est pas à sa première réussite (le cas d'Encrochat, par exemple), il serait mieux d'accorder du crédit au fait qu'elle a pu déjouer le chiffrement de l'application de messagerie chiffrée Sky ECC. « Mais je ne peux ignorer qu'Europol et Eurojust (Agence de l'Union européenne pour la coopération en matière de justice pénale) ont d'excellents antécédents dans ce domaine », a-t-il déclaré.

    « SKY ECC, quant à elle, a toutes les raisons de nier avoir été victime d'une violation. La preuve qu'elle l'a été pourrait s'avérer destructrice pour une entreprise dont les clients font confiance à ses équipements et services », a-t-il fait remarquer. Par ailleurs, il continue en disant qu'il existe une troisième possibilité, notamment celle évoquée dans la déclaration de SKY ECC : la copie de l'application Sky ECC pour servir de leurre et piéger les criminels.

    « Si la police a piraté, ou même créé, un faux appareil non sécurisé qu'elle peut surveiller, un appareil qui fait croire aux criminels potentiels qu'ils ont le vrai appareil, alors il est possible que les deux parties disent au moins une partie de la vérité », a-t-il conclu.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Selon vous, la police a-t-elle réussi à craquer Sky ECC ?
    Pensez-vous qu'offrir ce genre de service soit un crime ?

    Voir aussi

    Le piratage supposé du service de messagerie chiffrée Sky ECC a porté un coup majeur au crime organisé, cela a permis à la police belge de procéder à plusieurs arrestations à l'échelle du pays

    Les autorités ont piraté les téléphones d'EncroChat, un réseau téléphonique chiffré utilisé par les criminels, pour accéder aux données chiffrées, et procéder à des arrestations à travers l'Europe

    Un logiciel malveillant de la police française permet de récolter des messages, des mots de passe, des GPS et bien plus sur les dispositifs du service de télécommunication chiffré Encrochat

    USA : les forces de l'ordre ont fait appel à Google plusieurs fois pour identifier les personnes qui étaient proches d'une scène de crime à une période donnée
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #5
    Membre averti
    Inscrit en
    juin 2005
    Messages
    179
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juin 2005
    Messages : 179
    Points : 308
    Points
    308
    Par défaut
    Déjà, le fait que des applications originelles, sois-disant très sécurisées, aient pu converser naturellement avec des copies, des leurres, témoignent d'une sérieuse faille dans le système original. Comment se fait-il que la simple certification d'identité de l'expéditeur du message n'ai pas fonctionné ? Ca me paraît la base de l'échange sécurisé.

    Si tel est le cas, on peut donc suposser que le chiffrement de SKY ECC fut plus bancale qu'ils ne le prétendent !

    Et puis, ça n'enlève rien au mérite, quelque soit la méthode utilisée, le but fut atteint et mis à mal le réseau. Beau travail !

  6. #6
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    965
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 965
    Points : 3 406
    Points
    3 406
    Par défaut
    Doit-on craindre les capacités de la police à craquer un chiffrement ?
    Est-ce qu'il y a beaucoup de trafiquants de drogue, de terroristes, de boss de la mafia ou d'opposants de Xi, de Poutine ou de l'armée Birmane sur ce site?

    Pour eux, la réponse est oui! Pour tous les autres, non!

Discussions similaires

  1. Réponses: 11
    Dernier message: 08/12/2020, 18h24
  2. Réponses: 26
    Dernier message: 14/08/2019, 09h53
  3. Réponses: 18
    Dernier message: 23/02/2019, 09h40
  4. Service de messagerie professionnelle
    Par larissa1 dans le forum Windows
    Réponses: 1
    Dernier message: 31/07/2009, 18h29
  5. configuration des service de messagerie
    Par danacool dans le forum SharePoint
    Réponses: 1
    Dernier message: 03/06/2009, 14h42

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo