La Maison Blanche annonce une action antitrust à venir avec la nomination de Tim Wu
cela indiquerait que la nouvelle administration n'a pas l'intention d'y aller mollo avec la Big Tech

L'administration Biden a annoncé vendredi l'arrivée de nouvelles personnalités au sein de l'équipe pour occuper certaines chaises encore vides jusque-là. Une nomination qui pourrait faire grincer des dents la Big Tech ou d'autres géants de la Silicon Valley est celui de Tim Wu, professeur de droit à l'université de Columbia et un critique éminent des grandes entreprises technologiques. Il rejoint le Conseil économique national en tant qu'assistant spécial du président pour la technologie et la politique de la concurrence. Sa nomination montre que l’administration Biden prend au sérieux la politique de la concurrence.

Biden espère-t-il apprivoiser les entreprises les plus précieuses des États-Unis ?

Timothy Shiou-Ming Wu (dit Tim Wu) est un avocat américain, un juriste, une personnalité politique et un fonctionnaire du gouvernement qui est professeur de droit à l'université de Columbia. Il est connu sur le plan juridique et académique pour son travail intitulé "Wireless Carterfone" et d'autres contributions importantes à la politique antitrust et aux communications sans fil. Il est surtout connu pour avoir inventé l'expression "neutralité du réseau" (Network Neutrality) en 2002. Ces dernières années, Wu a été l'un des principaux défenseurs d'actions en justice visant à démanteler Facebook.

Nom : 640px-Wu_COB_Event.jpg
Affichages : 957
Taille : 82,9 Ko

Tim Wu

En outre, Wu est l'auteur d'une maxime souvent cité qui décrit le compromis que les utilisateurs des moteurs de recherche et des réseaux sociaux font avec leurs données personnelles : "Quand un service en ligne est gratuit, vous n'êtes pas le client. Vous êtes le produit". Il a décrit la richesse et la puissance des entreprises de la Big Tech comme créant un "nouvel âge d'or" semblable à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Il s'agit de l'époque de la construction des chemins de fer américains et des "barons du vol". Il a déclaré que sa "mission de vie" est de "combattre les tyrans".

« L'extrême concentration économique engendre des inégalités flagrantes et des souffrances matérielles, ce qui alimente l'appétit pour un leadership nationaliste et extrémiste », a écrit Wu dans son livre de 2018, "La malédiction de la grandeur" : L'antitrust dans le nouvel âge d'or". Wu a travaillé auparavant pour le procureur général de New York, la Federal Trade Commission (FTC) et comme assistant juridique d'un juge de la Cour suprême. Il a aussi travaillé avec le Conseil économique national sur la politique de la concurrence sous l'administration Obama.

Obama était connu pour son traitement de faveur des entreprises technologiques comme Facebook, Google et Amazon. Depuis, Wu a exprimé certains regrets. « J'ai travaillé dans l'administration Obama, et j'ai travaillé dans le domaine de l'antitrust, donc je vais prendre un blâme personnel ici, mais nous n'avons pas assuré la surveillance des fusions que nous aurions due », a déclaré Wu dans une interview au festival Aspen Ideas en 2019. « Peut-être que nous avions parfois une vision trop optimiste du secteur technologique », a-t-il ajouté. Il va désormais occuper le poste d'assistant spécial de Biden pour la technologie et la politique de la concurrence.

Biden mettrait ainsi en garde de la Silicon Valley contre le fait que de grandes acquisitions telles que les achats d'Instagram et de WhatsApp par Facebook pourraient encore être dénouées.*De même, la nomination de Wu, 48 ans, est largement soutenue par les démocrates progressistes et les groupes antimonopole. Selon les analystes, cette nomination suggère que l'administration Biden prévoit de reprendre le contrôle sur la taille et l'influence d'entreprises comme Amazon, Facebook, Apple et Google, principalement en travaillant avec le Congrès sur la législation visant à renforcer les lois antitrust.

Notons que pendant sa campagne, Biden a déclaré qu'il serait ouvert à l'idée de démanteler des entreprises technologiques. Cette approche conflictuelle envers le secteur IT serait la continuation de celle adoptée par l'administration Trump. Biden a aussi exprimé son scepticisme à l'égard des sociétés de médias sociaux et du bouclier juridique connu sous le nom de "section 230" de la Communications Decency Act. Biden a déclaré en janvier 2020 que la section 230 "devrait être révoquée, immédiatement". Rappelons que la section 230 est une partie de la loi qui prévoit généralement l'immunité des plateformes de sites Web contre le contenu de tiers.

Les idées de Wu sont soutenues par les démocrates et les groupes antimonopole ?

Le rôle de Wu, axé sur la politique de la concurrence, sera nouveau au sein du Conseil économique national. Il se concentrera aussi sur la concurrence dans la politique du travail, comme les clauses de non-concurrence appliquées par les entreprises, et la concentration du pouvoir dans l'industrie pharmaceutique et dans l'agriculture. À noter que Biden n'a pas encore désigné les personnes qui dirigeront officiellement la division antitrust du ministère de la Justice et la FTC, les principales agences chargées de surveiller la concurrencent dans le commerce.

Les progressistes se sont battus avec véhémence pour la nomination d'avocats de gauche comme Wu, au détriment de personnes ayant travaillé pour des entreprises technologiques et des cabinets d'avocats qui les représentent. Par exemple, les arguments de Wu sur les dommages causés à la concurrence en ligne et au discours en ligne par la domination d'une poignée de sociétés de la Big Tech ont éclairé l'axe antitrust de la campagne électorale américaine de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren. « Tim est un défenseur de longue date de l'antitrust, et il a poussé les responsables publics à se séparer et à freiner la Big Tech », a-t-elle déclaré vendredi.

« Je suis heureuse de le voir dans ce rôle », a-t-elle ajouté. « Cette nomination donne le ton d'une nouvelle ère dans l'application de la législation antitrust », a déclaré la sénatrice Amy Klobuchar du Minnesota, présidente démocrate de la sous-commission judiciaire du Sénat sur les questions antitrust. Klobuchar a présenté un vaste projet de loi visant à renforcer les lois antitrust. Beaucoup espèrent que Wu aidera Biden à mieux faire et à permettre un meilleur encadrement des entreprises technologiques que lors de son précédent passage au Conseil économique national sous l'administration Obama.

En effet, relativement libres de toute réglementation, ces entreprises se sont beaucoup développées par le biais de fusions et d'acquisitions durant les deux mandats du président Barack Obama. Wu a parlé du pivot de nombreux démocrates depuis cette époque, en constatant que les géants de la technologie n'ont pas tenu leurs promesses de protéger les données des utilisateurs, de traiter équitablement les petits concurrents et d'éliminer la désinformation de leurs plateformes. « Les lois n'ont pas changé, donc l'application et les nouvelles idées sont essentielles. C'est le coup de pouce dont la politique de la concurrence a besoin », a déclaré Klobuchar.

Lorsque le ministère américain de la Justice et 11 procureurs généraux d'État ont poursuivi Google pour sa domination dans le domaine de la recherche vers fin 2020, Wu a déclaré que : « Cette affaire signale que l'hiver antitrust est terminé ». En décembre, la FTC et 46 États ont annoncé qu'ils engageaient une procédure antitrust contre Facebook, réclamant des sanctions pouvant aller jusqu'à une rupture forcée. Wu a soutenu cette idée et a aussi rejeté l'argument de Facebook selon lequel une action antitrust pourrait ouvrir la voie à une domination technologique chinoise tout en nuisant aux entreprises américaines.

« Les États-Unis ont un problème majeur de monopole qui doit être traité de toute urgence. Avec le choix de Tim Wu comme assistant spécial du président pour la technologie et la concurrence, il est clair que cette administration est sérieuse dans sa volonté de promouvoir la concurrence aux États-Unis », a déclaré Klobuchar. Le porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré lors d'une conférence de presse vendredi que Biden a été clair sur son point de vue : « il s'oppose à l'abus de pouvoir et cela inclut l'abus de pouvoir des grandes entreprises technologiques et de leurs dirigeants ».

« Tim aidera à faire avancer le programme du président qui comprend la résolution des défis économiques et sociaux posés par la puissance croissante des plateformes technologiques, la promotion de la concurrence et la résolution des problèmes de monopole et de pouvoir de marché, l'élargissement de l'accès à la large bande pour les communautés rurales et à faibles revenus dans tout le pays », a déclaré Psaki.

Source : Communiqué de la Maison Blanche

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Dans un message caché sur le site de la Maison Blanche, Biden invite les codeurs à rejoindre son administration, il semble vouloir collaborer étroitement avec le monde numérique pendant son mandat

L'équipe de transition de Biden compte plus de cadres IT que de critiques technologiques. Le climat sous Biden sera-t-il moins hostile que sous Trump pour les entreprises IT ?

Parler affirme qu'il est de retour sans la "Big Tech" après avoir été viré d'Amazon Web Services et avoir passé plus d'un mois hors service

Donald Trump affirme que les entreprises de la Big Tech divisent et sèment la discorde dans le pays, après que les partisans de celui-ci ont attaqué le Congrès