La transformation numérique place les données à l'épicentre de la souveraineté et de l'économie numériques, selon un rapport d'IDC et Scality


  • 80 % de l'univers numérique est composé de données non structurées et les dispositifs IoT totaliseront 80 000 milliards d’appareils d’ici 2025
  • Le marché français du Cloud augmentera de 22 % par an au cours des 4 prochaines années
  • La croissance du marché mondial du stockage fichiers et objets représentera 7,7 % d’ici 2024



Les données sont à l'épicentre de l'économie numérique et constituent incontestablement un atout stratégique pour toute organisation. En 2020 seulement, plus de 59 zettaoctets de données ont été créées, capturées, copiées et consommées dans le monde.

Un chiffre qui augmentera considérablement en 2021 en raison du télétravail, de la consommation massive de téléchargements et de la diffusion vidéo en continu. Selon le rapport "Souveraineté et économie des données : épicentre de la transformation numérique", publié par IDC, 80% de l'univers numérique est constitué de données non structurées, ce qui stimulera certainement le marché des solutions de stockage fichiers et objets (FOBS).

La flexibilité du software-defined storage (SDS), associée à la capacité d'utiliser des architectures Cloud, permet de libérer les données des silos physiques, ce qui en fait un atout stratégique. "Dans cette course, la notion de "souveraineté des données", un concept qui lie l'emplacement des données en fonction de leur importance, devient alors particulièrement importante", explique Ignacio Cobisa, analyste sénior chez IDC.

L’univers numérique est manifestement en expansion, et selon les prévisions du cabinet de conseil, en 2024, 143 Zo de données seront créées, capturées, copiées et consommées dans le monde, ce qui équivaut à 19 To pour chaque être humain. En outre, la quantité de données créées au cours des trois prochaines années sera supérieure à celles créées au cours des 30 dernières. En ce sens, IDC prévoit que les dispositifs IoT atteindront 80 000 milliards en 2025 (contre 11 milliards actuellement). La datasphère des entreprises européennes représente à elle seule une croissance de plus de 25 % par an, atteignant 3,7 Zo.

Nom : IDC_Logo.png
Affichages : 724
Taille : 20,8 Ko

Nom : scality logo.png
Affichages : 644
Taille : 3,5 Ko

Le rapport d'IDC et Scality révèle que 40 % des entreprises s'attendent à ce que le stockage de données non structurées augmente de 30 à 49 % par an. "Cela signifie que les organisations doivent optimiser leurs ressources de stockage et, en même temps, acquérir des connaissances critiques sur l'infrastructure et l'utilisation des données pour générer davantage de valeur", commente Ignacio Cobisa.

Eric Leblanc, VP EMEAR et APAC chez Scality, déclare "la croissance annuelle de plus de 30 % de notre entreprise, au vu de cette année 2020, très impactée par la pandémie, est due à la demande croissante des clients pour des solutions de gestion de données à grande échelle dans des environnements hybrides et multi-clouds et à la pertinence de notre technologie pour les accompagner. Nous sommes fiers de pouvoir apporter de la valeur aux entreprises de toutes les industries et au secteur public à travers le monde et qui reconnaissent les données comme un élément fondamental de leur stratégie".


Le marché français du cloud augmentera à un taux annuel de 22 % malgré la crise de la Covid-19

Selon les prévisions d'IDC, le marché français du cloud devrait croître de près de 22 % par an au cours des prochaines années, en phase avec les tendances des autres pays de l'Europe occidentale. Cette croissance se produit malgré le ralentissement causé par la crise de la Covid-19. IDC estime notamment que les marchés de l’infrastructure et de la plateforme as a service (IaaS et PaaS) atteindront des taux de croissance plus élevés, proches de 30 %.

IDC affirme que fin 2020, plus de 90 % des entreprises européennes utilisaient des services et des plateformes multicloud, dont 40 % ont mis en place leurs propres mécanismes de gestion des environnements multicloud.


Le secteur du stockage d'entreprise à l'ère post-covidienne

Les données non structurées créées et conservées par les utilisateurs font naître dans tous les secteurs industriels le besoin de solutions de stockage fichiers et objets pour toutes les charges de travail. En effet, IDC estime que le marché mondial des FOBS, également ralenti par la pandémie, connaîtra un taux de croissance annuel composé de 7,7 % d'ici 2024.

Selon le rapport, les solutions de scale-up et de scale-out, deux segments du marché FOBS, subiront deux phénomènes contradictoires. Alors que le segment du marché du Scale-up diminuera à un taux de croissance annuel moyen de 7,0 % entre 2019 et 2024 en raison de la baisse de l'utilisation des systèmes de stockage monolithiques traditionnels, le segment du marché du Scale-out, lui, augmentera à un taux de croissance annuel moyen de 10,8 % entre 2019 et 2024. "Une grande partie de cette croissance est due aux ventes de logiciels FOBS commerciaux et de matériel standard, ainsi qu'aux services de stockage dans le Cloud", conclut Ignacio Cobisa.

Dans l'ensemble, les fournisseurs FOBS, en particulier ceux qui proposent des solutions logicielles commerciales, prendront en charge la fonctionnalité de gestion des données sur tous les lieux de stockage.

Source : Scality

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de ce rapport ?
Le stockage et la gestion de données à grande échelle dans le cloud connaîtront-ils le succès qu'on leur veut ?

Voir aussi

Nextcloud Hub 21 est arrivé avec des performances dix fois supérieures, plus de rapidité et de nouveaux outils de collaboration

La plateforme de Software Intelligence de Dynatrace s'enrichit d'un module Cloud Automation, les équipes de développement, DevOps et SRE peuvent ainsi améliorer les applications cloud native

Capgemini et OVHcloud signent un partenariat mondial pour permettre aux organisations de mener leur transformation dans le cloud de manière sécurisée et apporter des solutions cloud robustes