Uber fait retirer l'application UberCheats qui disait aux conducteurs si Uber les sous-payait,
Prétendant qu’elle portait atteinte à sa marque déposée sur le mot "Uber"

Uber a déjà admis avoir sous-payé des chauffeurs dans la région de New York et pour aider à responsabiliser l'entreprise, Armin Samii, qui était lui-même chauffeur pour Uber Eats, a eu l’idée d’une extension Chrome qu’il a baptisée UberCheats. L'application permet aux conducteurs de déterminer s'ils ont été sous-payés en suivant les kilomètres parcourus, mais Uber a forcé Google à la supprimer de l’app store de Chrome.

Ce retrait intervient après que le service de covoiturage a revendiqué une violation de la marque. Le créateur de l'extension Chrome UberCheats, Armin Samii, a déclaré mardi qu'Uber avait prétendu que l'application violait sa marque. "Uber a déposé une fausse demande de marque contre UberCheats, elle a donc été retirée de l'app store de Chrome », a-t-il déclaré sur Twitter. « Ils prétendent que les gens pourraient le confondre avec un vrai produit Uber ».

Nom : u01.png
Affichages : 17478
Taille : 63,0 Ko

Les conducteurs peuvent parfois ne pas être payés pour leurs trajets travaillés, et Uber a admis avoir sous-payé accidentellement des conducteurs de dizaines de millions de dollars dans la région de New York en 2017 pendant plus de deux ans. L'entreprise a remboursé les conducteurs concernés à hauteur d'environ 900 dollars chacun pour remédier à la situation. Samii était lui-même chauffeur pour UberEats et a déclaré avoir eu l'idée après avoir rencontré le problème exact qu'UberCheats a abordé lors d'une livraison.

Dans un commentaire à Daily Mail, il a dit avoir travaillé une heure et demie dans la journée et a remarqué qu'Uber le payait 16 dollars. « Je faisais des livraisons UberEats à vélo et j'ai découvert qu'ils m'avaient sous-payé. J'ai enquêté et j'ai découvert qu'ils me payaient pour 1 mile (environ 1,6 km), alors que la distance à parcourir était d'environ 4 miles », a-t-il dit.

« Ils m'ont fait mariner au téléphone et par e-mail pendant des heures, jusqu'à ce qu'ils admettent finalement qu'il y avait un problème et qu'ils le résolvent en me payant la différence ». Il a ajouté que « Je savais que beaucoup d'autres personnes étaient probablement touchées par le même bug, alors j'ai créé une application pour le détecter pour les autres ».

Dans un courriel adressé à un média, le créateur de UberCheats a dit qu'il supposait qu’Uber « calcule mal la distance entre un point A et un point B ». « Je pense qu'ils utilisent la distance "en ligne droite" plutôt que la distance réellement parcourue ». « Dans ma région, cela a conduit à un "voyage de 6 minutes" qui a pris 50 minutes, depuis qu'ils ont pensé que je pouvais... voler, je suppose ? », a-t-il expliqué.

Samii a lancé son extension Chrome en août 2020, qui se contente d'examiner les kilomètres réels calculés pendant un trajet. Techniquement, l'application est assez simple, d’après le créateur. Elle examine le début et la fin du voyage, le connecte à Google Maps et vérifie si la distance pour laquelle vous avez été payé correspond à celle indiquée par Google.

Peu après la mise en service de l'extension Chrome, un grand nombre de chauffeurs d'Uber Eats ont vécu des expériences similaires : environ 30 % des trajets étaient sous-payés d'environ 2,5 miles en moyenne. Cependant, UberCheats a été de courte durée après avoir été repéré par Uber.

Samii n'a eu aucun problème pour maintenir en ligne l’application depuis son lancement jusqu'à la mi-février lorsqu’elle a été retirée par Google de la boutique d’applications. Dans une communication de Google datée du 15 février 2021 qu'il a partagée dans son courriel, Google a déclaré qu'il retirait UberCheats de son magasin parce qu'il « violait prétendument les marques déposées d'autrui ».

Nom : u02.png
Affichages : 1548
Taille : 96,8 Ko

Dans la plainte originale d’Uber transmise à Samii par Google, la société de covoiturage disait : « L’application utilise, sans autorisation, la marque Uber, une marque commerciale détenue et contrôlée par Uber Technologies, Inc. Toute utilisation par l'application des marques contrefaites constitue une violation de la marque en vertu de la section 32 de la loi Lanham », a informé Uber. « Nous demandons que l'application cesse immédiatement d'utiliser toute marque Uber ou tout autre nom ou marque susceptible de faire croire aux consommateurs, à tort, que ses produits ou services sont associés à Uber ou autorisés par Uber ».

Après son expérience de chauffeur avec Uber, Samii dit qu’il était tellement frustré – non pas pour les quelques dollars qu’il a manqués à cause des mauvais calculs de l’application d’Uber, mais « parce que je savais qu'Uber s'en sortait en sous-payant sournoisement des milliers de chauffeurs et de livreurs partout ».

UberCheats pourrait être relancé avec un nouveau nom et continuer à fonctionner parfaitement, mais Samii a dit qu'il ne le ferait pas. « J'ai l'intention de lutter contre cela », a-t-il dit. « Je ne me laisserai pas intimider par les avocats d'entreprise qui essaient d'effrayer le petit gars. Je suis dans mon droit, et ils le savent. J'ai fait appel auprès de Google et Uber ».

Uber est impliqué dans d’autres problèmes dans une autre partie des États-Unis, en Californie. L’État de Californie a fait valoir, en mai dernier, qu'en classant leurs chauffeurs comme entrepreneurs indépendants, Uber et Lyft privent ces travailleurs des avantages auxquels ils ont droit en vertu d'une loi qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2020. Cette loi, connue sous le nom de Assembly Bill 5, ou AB-5, stipule que les entreprises ne peuvent traiter leurs travailleurs comme des entrepreneurs indépendants que si ces personnes sont libres du contrôle de l'entreprise et effectuent un travail en dehors de l'activité principale de l'entreprise.

Mais l’adopte en novembre dernier de la Proposition 22, un compromis des deux entreprises qui les met à l’abri du paiement de toute une panoplie de droits et de prestations aux conducteurs en vertu du droit du travail (salaire minimum, congés maladie, chômage, paiement des heures supplémentaires…), leur a permis de retrouver le calme après une tempête judiciaire. Si les sociétés ont remporté une manche décisive, la Proposition 22 garantit la flexibilité des horaires de travail, ainsi que certains avantages aux travailleurs indépendants, comme le salaire minimum.

Source : Tweet

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Uber défend-elle réellement sa marque ou c’est parce qu’elle a découvert qu’UberCheats révélait ses plans sournois aux chauffeurs ?
Le créateur d’UberCheats peut-il faire revenir son application dans le magasin de Google sans changement de nom ?

Voir aussi :

Le PDG d'Uber déclare que son service va probablement fermer temporairement en Californie, Lyft menace aussi de quitter l'État si l'Assembly Bill 5 (AB5) devait être maintenu
Les régulateurs californiens affirment que les chauffeurs d'Uber et de Lyft sont des employés, en vertu d'une nouvelle loi californienne en faveur des travailleurs indépendants
Uber poursuivi en justice pour invasion illégale de la vie privée des chauffeurs de Lyft, avec son programme de surveillance Hell
La CJUE atteste que les États de l'UE peuvent interdire les services de VTC sans prévenir Bruxelles : Uber perd encore contre la France