IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 039
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 039
    Points : 148 258
    Points
    148 258
    Par défaut L'open source contribue à hauteur de 95 milliards d'euros à la puissance économique de l'UE
    L'open source contribue à hauteur de 95 milliards d'euros à la puissance économique de l'UE,
    selon une étude de l'OpenForum Europe qui estime que l'UE « tire un bénéfice considérable » de sa participation au développement de l'open source

    Selon une nouvelle étude menée par le groupe de réflexion à but non lucratif OpenForum Europe (OFE), l'open source pourrait coûter à l'UE des centaines de milliards d'euros chaque année. Les résultats de l'étude, commandée par la Commission européenne, montrent qu'il existe un manque généralisé de compréhension des avantages qui peuvent être tirés de l'écosystème open source en Europe. Bien que les entrepreneurs européens disposent d'une mine de logiciels open source devant eux, rares sont ceux qui utilisent la technologie pour atteindre leurs objectifs commerciaux.

    La grande majorité des avantages de l'open source ne sont pas liés aux coûts; en tant que tels, ils sont beaucoup plus difficiles à quantifier. L'idée derrière la technologie est de permettre aux développeurs de s'appuyer sur les innovations de chacun en créant un écosystème dans lequel le code source est gratuit et disponible pour être partagé et modifié.

    « Il y a quelque chose d'un peu contre-intuitif à propos de l'open source », Sachiko Muto, le PDG de l'OFE. « On ne comprend guère comment vous pouvez utiliser quelque chose de gratuit pour construire un modèle commercial viable et gagner de l'argent. »

    Pour essayer d'attirer plus d'attention sur l'impact tangible de la technologie, le rapport de l'OFE a fait appel à des économistes de haut niveau pour essayer de représenter l'open source avec des statistiques économiques – un défi académique, étant donné la nature de la technologie et la difficulté de mesurer l’étendue de sa portée. Les données proviennent de l'étude sur « les effets des logiciels et matériels open source sur l'indépendance technologique, la compétitivité et l'innovation dans l'UE », que l'Institut Fraunhofer pour la recherche sur les systèmes et l'innovation (ISI) et OpenForum Europe ont menée à la demande de la direction générale de Réseaux de communication, contenu et technologies de la Commission européenne. Les représentants des deux institutions ont présenté les principaux résultats vendredi lors du sommet virtuel de l' UE sur les politiques open source.

    Le chef de projet, Knut Blind, a été appelé en tant qu'expert en économie de l'innovation; il a été rejoint par des scientifiques tels que Frank Nagle de la Harvard Business School, qui a précédemment mené des études similaires sur les conséquences des logiciels libres sur la productivité des entreprises et la compétitivité nationale.

    D'une part, les chercheurs ont examiné le nombre de contributeurs individuels dans l'UE, ainsi que le total de leurs commits d'autre part, l'étude a conduit un modèle de croissance en agrégeant un certain nombre de facteurs économiques connexes qui reflètent le progrès technologique, dont la croissance du PIB, mais aussi le nombre de nouvelles startups ou d'individus employés dans des emplois liés aux TIC.

    La conclusion ? L'économie bénéficie de manière significative de l'open source. En 2018, estime l'étude, il y avait au moins 260 000 contributeurs dans l'UE, représentant 8 % des employés du secteur de la programmation informatique. Ils ont fait un total de 30 millions de contributions et produit un volume de code équivalent au travail à plein temps de 16 000 développeurs. Cette même année, ont conclu les analystes, l'impact économique des logiciels open source se situe entre 65 milliards d'euros et 95 milliards d'euros.


    C'est un bon début, mais même une augmentation marginale de l'activité open source dans l'UE pourrait ajouter des milliards d'euros de richesse supplémentaire chaque année à travers le bloc. L'OFE a déclaré que l'augmentation du nombre de contributeurs open source de seulement 10 % a le potentiel d'augmenter le PIB de l'UE de près de 100 milliards d'euros par an, et pourrait conduire à la création de 1000 nouvelles startups technologiques chaque année dans le continent.

    Le chercheur de l'ISI Knut Blind a souligné qu'il s'agissait d'une estimation prudente. L'équipe est toujours restée à la « limite inférieure de l'importance économique» des facteurs liés aux logiciels et matériels libres. La plupart des contributions dans l'UE provenaient de l'Allemagne et du Royaume-Uni, qui faisait encore partie de l'UE en 2018. Dans ce pays, la contribution économique de l'open source est estimée sous des paramètres légèrement différents à 15 milliards d'euros par an. À titre de comparaison: le produit intérieur brut européen s'élevait à environ 15,9 billions d'euros en 2018.

    Nom : github.png
Affichages : 113336
Taille : 123,4 Ko
    En 2018, les contributeurs de l'UE ont apporté un total de 30 millions de contributions et produit un volume de code équivalent au travail à plein temps de 16000 développeurs

    « Un avantage significatif »

    Dans l'ensemble, l'analyse des séries chronologiques économiques montre que l'UE « tire un bénéfice considérable » de sa participation au développement de l'open source, selon le résumé de l'étude. Cela explique comment les sommes ont été créées: le nombre de contributeurs individuels aux logiciels et matériels libres s'élève à au moins 260 000, ce qui correspond à huit pour cent des près de 3,1 millions d'employés de l'UE dans le domaine de la programmation informatique. L'expérience montre qu'un tiers des contributions sont faites par des universitaires. Au total, il faudrait 16000 développeurs à plein temps pour fournir le même volume de code source.

    En moyenne, un contributeur consacre dix pour cent de son temps de travail au développement open source, poursuit l'analyse. Cela signifie qu'un total de 0,5 pour cent de tous les employés de l'UE dans la zone de programmation sont utilisés pour créer et contribuer à du matériel et des logiciels libres. Les frais de personnel pour cela se sont élevés à près de 15 milliards d'euros dans les États membres en 2018. Au total, leurs plus de 30 millions d'engagements représentent un investissement en personnel basé sur des équivalents temps plein de près d'un milliard d'euros, cette somme est mise à disposition du grand public, ce qui élimine la nécessité d'un nouveau développement.

    Selon les scientifiques, les données montrent également que les investissements relatifs dans l'open source « sont plus importants, plus l'entreprise est petite ». Dans l'ensemble, les entreprises de 50 salariés ou moins ont fourni près de la moitié des contributions de l'échantillon examiné des entreprises les plus actives, alors que la situation aux États-Unis est très différente. Le niveau d'engagement varie selon l'industrie et la taille. Plus de 50 pour cent des contributeurs proviennent de l'industrie informatique, dans laquelle huit pour cent de tous les employés de l'UE étaient impliqués dans le développement open source. Il existe également un engagement fort des entreprises qui exercent des activités professionnelles, scientifiques et techniques.

    Les chercheurs ont approfondi leur connaissance de la scène grâce à une enquête auprès d'environ 900 participants. Selon Blind, le principal attrait de l'open source est de trouver des solutions techniques et de faire progresser l'état de l'art en général. Pour beaucoup, il s'agit également d'éviter la dépendance vis-à-vis des éditeurs individuels et de construire et partager des connaissances.

    Les personnes impliquées citent comme avantages les normes ouvertes et l'interopérabilité ainsi que l'amélioration de l'accès au code. Les économies financières ne sont pas si pertinentes, l'objectif est de travailler sur des logiciels avec moins d'erreurs. Blind a néanmoins évoqué le grand potentiel de l'open source pour réduire les coûts globaux, par exemple dans le secteur public, et en même temps pour renforcer l'autonomie numérique. Les logiciels ouverts peuvent également apporter une contribution majeure à la protection du climat, par exemple. Le potentiel de valeur ajoutée est loin d'être épuisé et est fondamentalement facile à obtenir.

    Nom : rejoindrr.png
Affichages : 2644
Taille : 157,0 Ko

    Coordination, intégration et sécurité juridique

    Les auteurs de l'étude, qui doit être publiée prochainement, donnent également aux politiciens plus de 30 recommandations. La commission devrait assumer un rôle de coordination plus fort, construire son propre réseau et ainsi renforcer l'écosystème en développement, a expliqué le patron d'OpenForum, Sachiko Muto. Les communautés open source devraient être plus étroitement intégrées dans les lignes directrices européennes en matière de recherche et d'innovation, par exemple pour le Green Deal ou le programme-cadre Horizon Europe, et les dispositions de financement devraient être mieux adaptées aux petites entreprises et aux startups.

    Muto a conseillé d'accroître la sécurité juridique, par exemple en réduisant les risques de responsabilité pour les développeurs et en protégeant mieux les utilisateurs. La sécurité informatique des composants individuels devrait être renforcée par des audits, en particulier dans le domaine des infrastructures critiques. Compte tenu de la taille du secteur, le secteur public doit aligner plus étroitement les directives de passation de marchés sur l'open source. Compte tenu de la pénurie de main-d'œuvre qualifiée, il ne suffit pas d'apporter des tablettes en classe, les étudiants doivent également apprendre la programmation.

    Selon Muto, bien que l'open source ait déjà des bases solides dans l'UE, la technologie peine encore largement à atteindre les résultats qu'elle pourrait avoir. « La valeur est là, mais elle est sous-reconnue », estime-t-elle. « Il y a un manque de compréhension, au niveau de la direction, de la façon dont vous pouvez utiliser cette technologie comme modèle commercial viable ».

    « Nous ne profitons pas pleinement de cette valeur pour voir les startups s'épanouir et se développer. Cela doit être lié à l'entrepreneuriat, et c'est là que nous pensons qu'il faut un changement culturel », poursuit-elle.

    La Commission européenne, pour sa part, a mis en place une stratégie logicielle open source depuis plusieurs années maintenant, dont la dernière version a été publiée en 2020, et s'est engagée à mieux utiliser la technologie en interne pour améliorer la fourniture de services publics aux citoyens européens. Muto, cependant, a souligné la portée « disproportionnée » de l'engagement de la Commission, par rapport à l'énorme potentiel de la technologie.

    « La Commission joue un rôle actif dans l'open source, mais nous pensons que cela doit être intensifié et approfondi », estime Muto. « Si vous regardez la valeur de l'open source par rapport au PIB européen, nous pensons qu'elle ne correspond pas à l'intérêt institutionnel ».

    Il ne s'agit pas uniquement de paramètres économiques. En fait, la recherche de l'OFE comprend une longue enquête qui tente de mesurer l'étendue des avantages invisibles des logiciels libres. Dans l'ensemble, la réduction des coûts a été considérée comme l'un des avantages les moins pertinents de la technologie parmi les réponses les plus populaires, les entreprises ont plutôt indiqué avoir trouvé des solutions techniques, recherché et créé des connaissances et « fait progresser l'état de l'art de la technologie ».


    « David est devenu Goliath »

    Le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, avait précédemment identifié une « longue liste de réussites » pour le logiciel libre. « Les meilleurs supercalculateurs fonctionnent en open source », a déclaré le Français, Linux dynamise Internet. De nombreuses entreprises ont investi dans du code open source « pour créer de la valeur pour leurs actionnaires ». Les avantages pour les citoyens, la société et l'administration publique devraient être encore plus mis en avant en termes de souveraineté technologique . L'approche de développement pourrait également être utilisée pour mettre l'intelligence artificielle à l'épreuve.

    Une étude précédente de 2006 de l'Université de Maastricht estimait la valeur totale de toutes les solutions open source matures à près de 12 milliards d'euros. Le responsable de la recherche de l'époque, Luc Soete, a rappelé qu'à l'époque il s'agissait encore de « David contre Goliath » à une époque où Microsoft dénigrait Linux, le décrivant comme une « tumeur cancéreuse » . En attendant, l'entreprise est « tombée amoureuse de l'open source » et le David d'hier « est devenu un Goliath » aujourd'hui. La dépendance vis-à-vis de Microsoft reste un gros problème dans certains domaines du programme. Pour l'avenir, Soete espère qu'un développement ouvert s'étendra également au domaine médical et notamment aux vaccins, où la distribution est encore actuellement « un fiasco ».

    Source : OpenForum Europe

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l'open source ?
    Quels avantages y voyez-vous ? Quels inconvénients ?
    Avez-vous déjà proposé du code en open source ? Utilisé du code disponible en open source ?
    Que pensez-vous des recommandations de l'OpenForum Europe qui recommande à l'Union de s'investir davantage dans l'open source ?
    Que pensez-vous des chiffres présentés dans l'étude ?

    Voir aussi :

    La Linux Foundation prend le contrôle de Magma, un kit logiciel open source pour les réseaux mobiles, pour soutenir la tech open source 5G et incuber les futurs cas d'utilisation de réseaux mobiles
    La filière open source souffre-t-elle du problème du travail gratuit ? Les développeurs estiment qu'ils doivent percevoir une rémunération pour leurs contributions, d'après un sondage de Digital Ocean
    Google propose l'établissement de nouvelles règles pour améliorer la sécurité des logiciels open source et donne des pistes de réflexion dans ce sens
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Profil pro
    Consultant en technologies
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    519
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Seine et Marne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en technologies
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 519
    Points : 823
    Points
    823
    Par défaut
    Que pensez-vous de l'open source ?

    J ' en est une très bonne image, comme toutes personne travaillant dans le milieu du logiciel
    Quels avantages y voyez-vous ? Quels inconvénients ?

    L ' accès aux technologies pour tous , sans boursedéliée, , en contrepartie d ' un parta, , de fork sans limite
    Avez-vous déjà proposé du code en open source ? Utilisé du code disponible en open source ?

    En cours
    Que pensez-vous des recommandations Opensource Forum Europe qui recommande à l'Union de s'investir davantage dans l'open source ?


    J ' attend de voir

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    976
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 976
    Points : 3 450
    Points
    3 450
    Par défaut
    « Il y a quelque chose d'un peu contre-intuitif à propos de l'open source », Sachiko Muto, le PDG de l'OFE. « On ne comprend guère comment vous pouvez utiliser quelque chose de gratuit pour construire un modèle commercial viable et gagner de l'argent. »
    Quand le dirigeant de l'entité qui fait l'étude considère que "open source = gratuité", on peut franchement se demander quelle valeur peut être donnée à l'étude en question.

    Pour rappel... "Open source" veut dire que l'on a accès au code... Cela ne dit pas s'il faut payer ou non pour y avoir accès!

Discussions similaires

  1. La société de l'open source SUSE rachetée à 2,5 milliards USD
    Par Stan Adkens dans le forum Actualités
    Réponses: 1
    Dernier message: 18/03/2019, 05h27
  2. L'open source représente 5 milliards de dollars pour la Linux Foundation
    Par zoom61 dans le forum Logiciels Libres & Open Source
    Réponses: 4
    Dernier message: 06/10/2015, 15h22
  3. Contribuer/ proposer des idées de projet open source
    Par oswalidos dans le forum Projets
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/12/2014, 17h44
  4. Qu'est-ce qui vous motive à contribuer à un projet open-source ?
    Par Katleen Erna dans le forum Actualités
    Réponses: 41
    Dernier message: 28/08/2010, 01h52
  5. Comment contribuer à un projet open source C# ?
    Par Cooky dans le forum Projets
    Réponses: 12
    Dernier message: 31/12/2008, 15h20

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo