IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Ubuntu Discussion :

Corellium effectue un portage du système d'exploitation Ubuntu sur le Mac M1


Sujet :

Ubuntu

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    402
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 402
    Points : 7 777
    Points
    7 777
    Par défaut Corellium effectue un portage du système d'exploitation Ubuntu sur le Mac M1
    Corellium effectue un portage du système d'exploitation Ubuntu sur le Mac M1,
    le démarrage est possible via une clé USB

    Les ordinateurs Mac fonctionnant sur des processeurs M1 comme le MacBook Pro, le Mac mini et le MacBook Air d'entrée de gamme peuvent maintenant être démarrés sur Linux. La semaine dernière, Corellium, une entreprise spécialisée dans la virtualisation, basée en Floride aux États-Unis, a annoncé un portage du système d’exploitation Ubuntu sur Mac M1.

    La société qui dit suivre l’évolution de l’écosystème mobile d’Apple depuis la sortie de l’iPhone 6 déclare : « Notre plateforme de virtualisation Corellium a fourni aux chercheurs en sécurité une vision sans précédente du fonctionnement des systèmes d'exploitation et des programmes sur les processeurs ARM d'Apple ». « Quand Apple a décidé d'autoriser l'installation des noyaux personnalisés sur les Mac équipés de la puce M1, nous avons été très heureux d’effectuer un portage de Linux sur cette puce pour approfondir notre compréhension de la plateforme matérielle », ajoute-t-elle.

    Nom : corellium.PNG
Affichages : 14853
Taille : 356,2 Ko

    Étant la première puce créée spécialement pour les Mac, la puce M1 offre une grande puissance et possède également des qualités pour une efficacité énergétique accrue. Sur un Mac Mini par exemple, Apple indique que la puce M1 offre des performances jusqu’à trois fois plus élevées, des performances graphiques jusqu’à six fois plus rapides et une vitesse d’apprentissage automatique jusqu’à 15 fois supérieure à ce qui se faisait. Ci-dessous, quelques-unes des caractéristiques du Mac M1.

    • CPU 8 cœurs : quatre cœurs haute performance et quatre cœurs haute efficacité énergétique ;
    • GPU 8 cœurs : la puce M1 atteint les pics de performances en consommant trois fois moins d’énergie ;
    • un système à puce unique : jusqu’à présent, un Mac avait besoin de plusieurs puces pour déployer pleinement ses capacités. Avec la puce M1, ces technologies (processeur, E/S, sécurité, mémoire…) sont réunies en un unique système sur une puce ;
    • une mémoire unifiée : grâce à l’architecture de mémoire unifiée (UMA), la puce M1 centralise sa mémoire à faible latence et large bande passante dans un pool unique ;
    • apprentissage automatique : avec ses 16 cœurs, la puce M1 est capable d’exécuter onze mille milliards d’opérations à la seconde. Elle est entièrement conçue pour exceller dans l’apprentissage automatique ;
    • 16 milliards de transistors : la puce M1 est dotée de transistors incroyablement petits qui se mesurent en atomes.

    Motivés par Linus Torvalds, les développeurs semblent être séduits par la possibilité d'exécuter Linux sur une machine basée sur l'architecture ARM et également les performances offertes par les puces M1 d'Apple. Hector Martin, un développeur qui fait régulièrement fonctionner Linux sur diverses architectures, avait également effectué un portage du système Linux sur les Mac M1.

    À la question de savoir ce qu’il pensait des nouveaux laptops d’Apple, Linus Torvald répond : « Apple fait peut-être tourner Linux dans son cloud, mais pas sur ses ordinateurs portables. J'attends depuis longtemps un ordinateur portable ARM qui peut faire tourner Linux. Je n'ai pas le temps de le bricoler ni l'envie de me battre contre des entreprises qui ne veulent pas m'aider », a déclaré le concepteur du noyau Linux.

    En août 2019, Apple a intenté une action en justice contre Corellium, la société cofondée en 2017 par Amanda Gorton et Chris Wade. Dans sa plainte, Apple avait allégué que la société de logiciels a copié le système d'exploitation, l'interface utilisateur graphique et d'autres aspects des appareils sans autorisation. L’entreprise à la pomme accuse Corellium d'avoir agi sous prétexte d'aider à découvrir des bogues dans le système d'exploitation de l'iPhone, mais de vendre ensuite l'information « sur le marché libre au plus offrant ».

    En réponse à la plainte d’Apple, Corellium avait à son tour accusé Apple d’utiliser des « pratiques commerciales déloyales auxquelles le tribunal doit mettre fin ». Selon Corellium, Apple connaissait et encourageait son activité jusqu'à ce qu'elle décide de proposer son propre produit concurrent. Plus tôt cette année, un juge fédéral de Floride a rejeté les accusations d'Apple selon lesquelles Corellium aurait violé la loi sur les droits d'auteur avec son logiciel qui aide les chercheurs en sécurité à trouver des bogues et des failles de sécurité sur les produits Apple.

    Rappelons qu'Ubuntu est un système d’exploitation GNU/Linux basé sur la distribution Linux Debian. Il est développé pour les ordinateurs personnels, les serveurs et les objets connectés par la société Canonical. Il se divise en deux versions :

    • la version principale stable dite LTS, donc la dernière version 20.04 « Focal Fossa », est sortie le 23 avril 2020 est la version recommandée par de Canonical pour le grand public ;
    • la version secondaire. Une nouvelle mise à jour sort tous les six mois et le support de sécurité et de mises à jour est assuré pendant 9 mois. C'est la version recommandée par Canonical pour ceux qui veulent bénéficier des dernières nouveautés.

    L'équipe de Corellium a expliqué en détail comment elle est parvenue à faire fonctionner Ubuntu sur Mac M1. L’article comprend un tutoriel pour installer Ubuntu sur les Mac M1. En suivant les étapes, on finit par faire un démarrage direct à partir d’un port USB.

    Sources : Apple, Corellium

    Et vous ?

    Quelle est votre expérience avec les systèmes macOS et Ubuntu ?

    Préféreriez-vous un système Linux à un macOS sur votre MacBook ?

    Voir aussi :

    Apple recherche des ingénieurs logiciels afin de convertir une base de code établie en C vers Rust

    D'anciens employés d'Apple affirment que l'entreprise a ignoré les violations du droit du travail en Chine, craignant que la législation n'augmente les coûts et ne retarde le lancement des produits

    Apple perd son procès contre Corellium, une société qui propose la virtualisation d'iOS utilisée par les chercheurs en sécurité. Le fabricant d'iPhone l'a accusé d'avoir violé son droit d'auteur

    Et si Apple avait créé Windows 10, cela aurait-il été mieux ou pire ? Voici un aperçu de Windows 10 s'il avait été conçu par Apple
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éprouvé Avatar de scandinave
    Homme Profil pro
    Développeur Java, NodeJs/Angular
    Inscrit en
    mai 2009
    Messages
    277
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java, NodeJs/Angular

    Informations forums :
    Inscription : mai 2009
    Messages : 277
    Points : 912
    Points
    912
    Par défaut
    J'avoue que je suis septique par ce que je comprends de cette annonce. J'ai l'impression que c'est bon, on peut faire tourner linux sur un Apple M1. Sauf que cela est en contradiction total avec les annonces de grands développeurs Linux précédemment. Eux annonçaient entre 3 à 5 ans de reverse engineering pour avoir un Linux fonctionnel sur ce SOC. Les plus avancés arrivent à peine à dessiner des triangles sur le GPU du M1 en étant sur MacOS et sans passer par l'API d'Apple..

    Cette société à une avance de folie du à l'expérience sur les processeurs ARM des iphone, mac mini ... qui leur permet de sortir un portage aussi vite? Ou c'est un effet d'annonce avec un système qui boot mais qui est inutilisable?

    [edit] Ok il parle du M1 sur le MacMini par sur le Macbook Pro. Peut être que cela est plus simple. En tout cas la news laisse entre que l'ensemble des matériels avec processeurs M1 peuvent démarrer sur Ubuntu. Dans la source, ils ne parlent que du Mac Mini.

  3. #3
    Membre émérite
    Profil pro
    undef
    Inscrit en
    février 2013
    Messages
    764
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : undef

    Informations forums :
    Inscription : février 2013
    Messages : 764
    Points : 2 633
    Points
    2 633
    Par défaut
    Des multiplicatifs ne se référant à rien ; dans ma logique à moi, ça fait zéro.

  4. #4
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Technicien maintenance
    Inscrit en
    août 2011
    Messages
    14 609
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien maintenance
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : août 2011
    Messages : 14 609
    Points : 33 749
    Points
    33 749
    Par défaut
    J'ai lu le truc. Ca reste expérimental. La boite a du créer des pilotes pour tout, car rien n'est standard. Affichage en framebuffer, donc ne pas compter sur des fonctions d'affichage avancées, mais pour bureautique ou la consultation web ça suffit. En gros ils se basent sur une image Ubuntu pour RaspBerry Pi dans lequel ils ont intégrés leurs pilotes. Pour créer leur pilote USB pour le clavier.

    Rien n'est indiqué concernant le réseau, fort probable que ça reste des composants standards donc reconnus.

    Le boot des macs M1 ressemble à celui des Iphones. Le firmware vérifie la signature du boot loader, qui vérifie la signature du noyau.

    Il y a un autre projet intéressant : ACVM, une version modifiée de Qemu pour la puce M1. Cela ouvrira la porte à la virtualisation de ce que l'on veut : Windows, Linux...
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  5. #5
    Nouveau membre du Club
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mai 2012
    Messages
    28
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : mai 2012
    Messages : 28
    Points : 37
    Points
    37
    Par défaut Moi je préférerais de loin Linux...
    C'est un progrès, petit, mais un progrès. Le hardware est neuf, en partie inconnu, la performance est très réelle, mais une fois qu'un système open source sera disponible pour cette puce, système qui saura exploiter tous les atouts, ce sera beaucoup mieux.
    On arrive déjà, avec Rosetta 2 + PlayOnMac, à rouler de façon très satisfaisante beaucoup de programmes Windows - ceux qu'on arrive à faire tourner sur Linux avec Wine - avec une performance similaire aux platformes Intel natives. Par exemple, on arrive à rouler un EDI comme Code::Blocks pour Windows, avec un compilateur Microsoft (32 bits) ou GCC (32 et 64 bits). J'arrive à programmer pour Windows et rouler mes exécutables sur cette machine.
    Malheureusement, VirtualBox, bien qu'il s'installe et qu'il roule sous Rosetta 2, ne reconnaît apparemment pas les capabilités de virtualisation du processeur (au moins sur mon Macbook Air - si elles existent) et ne peut démarrer aucune machine virtuelle.

    Le système macos est très contraignant et limitatif, difficile à se faire supporter pour les gens habitués au Windows et Linux, conçu surtout avec un but commercial, exploitant ses utilisateurs au maximum tout en les tenant au plus loin des aspects techniques, qui semblent conçus pour dissuader l'utilisateur de s'attaquer au développement (c'est sans doute juste mon impression biaisée...)
    Un fois que Linux sera disponible cet aspect "exploitation de l'utilisateur" disparaîtra, au moins pour moi. Mais ce n'est pas pour tout de suite...

  6. #6
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Technicien maintenance
    Inscrit en
    août 2011
    Messages
    14 609
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien maintenance
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : août 2011
    Messages : 14 609
    Points : 33 749
    Points
    33 749
    Par défaut
    La puce M1 est une puce ARM. ARM permet la virtualisation mais encore faut il qu'Apple l'ai implémenté dedans.

    Actuellement aucune info là-dessus donc soit pas de virtualisation dedans, soit non documenté.

    Si la puce est aussi puissante qu'il parait, il resterait possible de faire de l'émulation. Le soucis c'est qu'aucune doc n'est fourni, rien n'est standard au niveau des composants, il faut donc développer les drivers en rétro-ingénierie.

    Le système macos est très contraignant et limitatif,
    Non. Mac OS est basé sur BSD, qui est très proche de Linux sur le principe de fonctionnement, tu va retrouver quasiment les mêmes commandes en terminal. Et si tu y ajoutes Homebrew : tu as accès à pas mal de paquets connus du monde Linux (certains doivent cependant poser encore problème avec la puce M1).

    Par exemple, on arrive à rouler un EDI comme Code::Blocks pour Windows
    Si tu développes pour Windows, quel est l’intérêt d'utiliser un Mac ? c'est ce compliquer la vie. Après si tu fais du multiplateforme c'est autre chose.

    exploitant ses utilisateurs au maximum tout en les tenant au plus loin des aspects techniques
    ça a toujours été la politique d'Apple : un système simple à utiliser. Cela ne veut pas forcément dire que les utilisateurs seront bridés, mais que ce soit sur Mac ou PC, pour faire des choses avancées, il faut au moins des compétences d'utilisateur avancé : logique.

    Edit :
    Il y a bien le support de la virtualisation dans les puces M1 :
    The Virtualization framework provides high-level APIs for creating and managing virtual machines on Apple silicon and Intel-based Mac computers.
    https://developer.apple.com/document...virtualization

    Le problème est qu'une puce Silicon virtualisera des OS ARM, pas x86. Pour Linux, il faudra donc utiliser des distros ARM, pour Wndows, aucune licence ARM n'est distribuée, dispo uniquement en préinstallé sur les machines de type Surface ou produit concurrent.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

Discussions similaires

  1. Réponses: 4
    Dernier message: 11/10/2009, 11h28
  2. Réponses: 5
    Dernier message: 24/09/2008, 00h59
  3. probleme d'instalation de paquetsous ubuntu qui tape sur les nerfs
    Par amazinggaijin dans le forum Administration système
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/12/2007, 19h54
  4. Réponses: 4
    Dernier message: 03/04/2006, 08h50

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo