IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 292
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 292
    Points : 31 186
    Points
    31 186
    Par défaut Pour la majorité des chefs d'entreprise, le télétravail va continuer pendant longtemps ou pour toujours
    Télétravail : seulement une entreprise sur dix s'attend à ce que tous ses employés retournent au bureau,
    Alors que les entreprises envisagent un avenir post-covid avec beaucoup plus de flexibilité

    La pandémie du covid-19 a déclenché l’année dernière la plus grande expérience de télétravail jamais observée. Travailler depuis chez soi a bénéficié aux employeurs et aux employés dans la mesure où il a permis aux entreprises de continuer leur activité pendant la crise sanitaire et aux travailleurs de respecter les mesures barrière pour éviter la maladie à coronavirus. Mais alors que les restrictions sont en train d’être progressivement levées, plus de personnes souhaitent continuer à exercer en télétravail, même après le passage du covid-19. Selon une nouvelle enquête, seule une entreprise sur dix s'attend à ce que tous les employés reprennent leurs conditions de travail d'avant la pandémie.

    L'enquête sur les conditions de travail menée par la National Association for Business Economics (NABE) au cours de ce mois a révélé que 11 % des responsables d’entreprises s'attendent à ce que l'ensemble de leur personnel finisse par retourner au bureau. Selon la NABE, les entreprises du secteur des services sont les plus susceptibles de s'attendre à ce que l'ensemble de leur personnel revienne sur leur lieu de travail.

    Nom : t01.jpg
Affichages : 1604
Taille : 28,4 Ko

    Environ 65 % des membres ont laissé tous ou la plupart de leurs employés travailler à domicile pendant la pandémie de coronavirus. Maintenant, environ la moitié des panélistes interrogés – 51 % – ont déclaré qu'ils prévoyaient de suspendre leur politique de travail à domicile au cours du second semestre 2021.

    La National Association for Business Economics est la plus grande association internationale d'économistes appliqués, de stratèges, d'universitaires et de décideurs politiques engagés dans l'application de l'économie. Le rapport de janvier 2021 intitulé "NABE Business Conditions Survey" présente les réponses de 97 membres de la NABE à une enquête menée du 4 au 12 janvier 2021 sur les conditions des activités dans leurs entreprises ou industries, et reflète les résultats du quatrième trimestre et les perspectives à court terme.

    « Dans la plupart des cas, les entreprises qui sont en mesure d'offrir du travail à domicile le font et continuent de le faire », a déclaré Andrew Challenger, vice-président de la société de reclassement externe et de coaching de cadres Challenger, Gray & Christmas.

    Challenger a déclaré que ses conversations avec les responsables des ressources humaines ont révélé une réticence à exiger un retour au bureau alors que le virus est toujours en circulation et que certaines régions du pays sont confrontées à de nouvelles poussées importantes. Dans certains cas, les fermetures locales ou nationales, les fermetures d'écoles et de garderies ou les restrictions sur les capacités de construction limitent également les options des employeurs.

    Les experts du monde du travail répondent aux questions des responsables des ressources humaines inquiets qui tentent de trouver une solution dans un environnement de travail sans précédent. « Beaucoup de gens essaient de trouver le meilleur équilibre. Cela dure depuis bien plus longtemps que ce que l'on avait prévu », a déclaré Melissa White, conseillère en ressources humaines à la Society for Human Resource Management.

    Près d'un an après le début de la pandémie, la longue durée des perturbations sur le lieu de travail a incité certaines personnes à s'adapter et à préférer la nouvelle normalité, a déclaré White. « Maintenant, les employés peuvent être très à l'aise là où ils se trouvent, ou ils peuvent en avoir fini et être prêts à retourner au bureau ».

    Toutefois, l’enquête de la NABE a montré une augmentation du nombre d’entreprises qui prévoient de suspendre leur politique de travail à domicile (22 % par rapport à une enquête réalisée en octobre), selon le rapport.

    « Les résultats de l'enquête de janvier de la NABE sur les conditions des entreprises montrent que les conditions ont continué à s'améliorer au cours du dernier trimestre de 2020 après l'effondrement constaté au cours du premier semestre de l'année dernière », a déclaré le président de la NABE, Manuel Balmaseda, dans le rapport. « La dynamique a continué à s'intensifier, et les personnes interrogées dans le cadre de l'enquête semblent beaucoup plus positives quant à l'avenir aujourd'hui qu'en octobre ».

    Les entreprises envisagent un avenir avec beaucoup plus de flexibilité après la pandémie

    Une nouvelle enquête de la société de conseil PwC est arrivée à une conclusion similaire. « Les cadres et les employés convergent vers un avenir post-pandémique avec beaucoup plus de flexibilité, mais peu sont prêts à abandonner complètement leurs bureaux », a déclaré PwC dans un rapport publié ce mois. La majorité des entreprises, dit-elle, développent des offres hybrides dans lesquelles les gens travaillent à domicile certains jours et au bureau d'autres jours.

    Nom : t02.jpg
Affichages : 1600
Taille : 47,6 Ko

    Selon cette enquête, les employés veulent retourner au bureau plus lentement que ce que les employeurs attendent. D'ici juillet 2021, 75 % des cadres prévoient qu'au moins la moitié des employés travailleront au bureau, selon le rapport. En comparaison, 61 % des employés s'attendent à passer la moitié de leur temps au bureau d'ici juillet.

    Dans une autre conclusion, PwC a dit que le bureau ne disparaîtra pas, mais son rôle est appelé à changer. Moins d'un cadre sur cinq déclare vouloir retourner au bureau comme c'était le cas avant la pandémie, selon le rapport. Les autres se demandent dans quelle mesure il est possible d'étendre les possibilités de travail à distance, puisque 13 % seulement des cadres sont prêts à quitter définitivement le bureau. Par ailleurs, 87 % des employés affirment que le bureau est important pour collaborer avec les membres de l'équipe et établir des relations - leurs besoins les plus importants pour le bureau.

    Certaines grandes entreprises, en particulier dans le secteur technologique, avaient déjà prévu la perspective que les employés seraient réticents à retourner au bureau : Twitter a annoncé qu'il laisserait les travailleurs travailler à domicile indéfiniment. Chez Facebook, les employés pourront travailler depuis chez eux jusqu’en 2021. American Express, Airbnb et Uber ont également étendu leurs politiques pour le personnel travaillant à domicile.

    Microsoft a déclaré en octobre que ses employés peuvent travailler à domicile moins de 50 % du temps sans autorisation. La société mère de Google, Alphabet, a annoncé qu'elle laisserait la majorité des employés de Google rester travailler à domicile jusqu'en 2021, puis qu'elle passerait à un modèle hybride. Mais ce à quoi ces semaines de travail hybrides ressembleront en fin de compte est en train de se dessiner.

    « Nous sommes toujours en pleine crise, et les entreprises continuent d'expérimenter », a déclaré Andrew Chamberlain, économiste en chef chez le site d'analyse des entreprises Glassdoor. « Je pense qu'à terme, la plupart des travailleurs retrouveront un emploi en présentiel, du moins pour la grande majorité de l'économie ».

    La base d'employés de Glassdoor est un bon exemple, a déclaré Chamberlain. Lorsque l'entreprise a interrogé ses employés, elle a constaté que 70 % d'entre eux préféraient un mélange de travail à domicile et de travail au bureau. « La plupart des gens regrettent les interactions en personne, et je pense que c'est un sentiment commun », a-t-il déclaré.

    Selon Chamberlain, en plus de passer à côté de la camaraderie et de la communication du travail en face à face, certains employés s'inquiètent de ne pas progresser dans leur domaine si leurs collègues les connaissent principalement sous forme d'avatars de vignettes ou de voix au téléphone. « On a l'impression que si vous n'êtes pas là en personne, vous n'aurez pas les douces occasions d'exercer une influence, comme la conversation au cours d'un déjeuner avec un cadre. C'est certainement une préoccupation, en particulier pour les employés de plus haut niveau », a déclaré Chamberlain.

    Le fait de se sentir désengagé de ses collègues peut également avoir un effet néfaste au niveau institutionnel. Les entreprises peuvent être confrontées à des problèmes de motivation, d'engagement et de rétention lorsque les collègues sont relégués à la communication à distance. « Une grande partie des préoccupations des employeurs est de savoir comment gérer les problèmes de performance s'ils doivent faire appel à une main-d'œuvre éloignée », a déclaré White. « C'est quelque chose avec laquelle beaucoup d'employeurs se débattent ».

    Par ailleurs, Satya Nadella, le PDG de Microsoft, a mis en garde contre le travail permanent à domicile en mai dernier. Pour lui, le télétravail permanent pourrait entraîner plusieurs conséquences négatives pour la santé mentale et l'interaction sociale. Lorsque les employés travaillent au bureau, « quand vous entrez dans une réunion physique, vous parlez à la personne qui est à côté de vous, vous êtes capable de vous connecter avec elle pendant les deux minutes qui précèdent et qui suivent ». C'est difficile que l’on reproduise virtuellement cela, tout comme d'autres compétences non techniques essentielles à la gestion et au mentorat, a-t-il dit.

    Source : NABE

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette enquête ?
    11 % des responsables d’entreprises s'attendent à ce que l'ensemble de leur personnel finisse par retourner au bureau. Qu’en pensez-vous ?
    Les employeurs ont-ils raison d’être préoccupés par les problèmes de performance à cause du travail à distance  ?
    Êtes-vous prêt à retourner définitivement au bureau après le covid-19 ou préférez-vous une option hybride ?

    Voir aussi :

    Covid-19 : Facebook permet à ses employés de travailler depuis leur domicile jusqu'en 2021, et leur alloue 1000 $ pour la couverture des besoins liés au bureau à domicile
    Google entend maintenir la majorité de ses employés en télétravail jusqu'en 2021 et n'est pas seul dans ce cas, mais Elon Musk semble pour un retour sur le lieu de service
    Twitter va permettre à ceux de ses employés dont les postes le permettent de rester en télétravail de façon permanente, ce, même après la levée des restrictions en lien avec la pandémie de coronavirus
    Trois travailleurs sur quatre ne veulent pas retourner au bureau à plein temps, d'après une enquête qui note qu'un mode hybride entre télétravail et présentiel serait salutaire pour les entreprises
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 658
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 658
    Points : 39 683
    Points
    39 683
    Par défaut Les chefs d'entreprise disent que le travail à distance est là pour rester
    Pour la majorité des chefs d'entreprise, le télétravail va continuer pendant longtemps ou pour toujours dans certains cas,
    selon un rapport de Motus

    Le taux de travailleurs à distance dans le monde a considérablement augmenté en 2020 lorsque la lutte contre la propagation du Covid-19 a nécessité des mesures de distanciation sociale. Plusieurs rapports traitant du sujet ont montré qu'il a permis à de nombreuses entreprises de minimiser les impacts de la pandémie et désormais, certaines d'entre elles souhaitent modifier leur culture pour permettre à certains de leurs employés de travailler à domicile de façon permanente. Selon un nouveau rapport publié par Motus, plusieurs chefs d'entreprise (67 %) semblent maintenant convaincus que le télétravail ne sera pas supprimé juste après la pandémie, mais qu'il va rester pendant un long moment ou pour toujours dans certains cas.

    Nouvelle norme : le travail à distance est là pour "rester"

    Motus, le leader mondial des solutions pour les entreprises dont la main-d'œuvre est mobile, a publié jeudi un nouveau rapport intitulé "A New Normal: Remote Work is Here to Stay". Le rapport examine les tendances qui influenceront le travail à distance en 2021 et au-delà. Ainsi, alors que les organisations ont rapidement mis en place des politiques temporaires de travail à distance l'année dernière en raison de la pandémie, le rapport a révélé que 67 % des entreprises s'attendent à ce que les politiques de travail à domicile restent en place à long terme ou de manière permanente.

    Nom : l1.png
Affichages : 1105
Taille : 20,2 Ko

    En effet, lorsque les employés ont installé leurs bureaux chez eux au début de 2020, personne ne s'attendait à ce que le travail à distance devienne une solution à long terme. De nombreux employeurs se sont opposés au travail à distance dans les années qui ont précédé la pandémie du Covid-19, en invoquant des problèmes de sécurité et le manque de productivité perçu. Cependant, Motus estime que la pandémie a façonné nos vies de manière permanente. Le bureau d'hier au centre-ville a cédé la place au bureau de demain (la maison). Selon l'entreprise, cela a encore l'air plus sûr et plus productif que nous n'aurions pu l'imaginer il y a tout juste deux ans.

    « Bien que de nombreux employeurs se soient prononcés contre le travail à distance avant la pandémie, le travail à distance doit devenir une solution à long terme. Le bureau en centre-ville d'hier a cédé la place au bureau à domicile de demain, et ce, de manière plus sûre et plus productive que nous n'aurions pu l'imaginer dans un passé récent », a déclaré Motus. Selon Ken Robinson, responsable des études de marché chez Motus, aujourd'hui, près de 56 % des employés américains ont un emploi compatible avec le travail à distance, ce qui ouvre la voie à une main-d'œuvre à distance durable.

    Le rapport a aussi révélé que les entreprises prospèrent dans les environnements éloignés. Environ 83 % des chefs d'entreprise ayant participé à l'étude ont déclaré que le passage au travail à distance a été une réussite pour leur organisation. Ce pourcentage représente une augmentation de 14 % par rapport à l'année dernière. En effet, en juin 2020, une étude réalisée par Motus a révélé qu'environ 68 % des responsables de l'embauche voient que le travail à distance devient plus facile avec le temps. En outre, alors que le télétravail était synonyme de baisse de productivité avant la pandémie, le rapport publié jeudi a constaté le contraire.

    Nom : l2.png
Affichages : 1081
Taille : 57,2 Ko

    En fait, les travailleurs à distance interrogés par Motus ont indiqué qu'ils subissent jusqu'à 45 % d'interruptions en moins lorsqu'ils travaillent à domicile. Selon l'auteur du rapport, il en résulte neuf jours supplémentaires de travail par an pour chaque employé ayant travaillé à mi-temps à distance. Outre cela, les employeurs bénéficient aussi d'une meilleure continuité des activités, d'un accès à une réserve de talents élargie et de plus grandes économies. D'après Motus, l'absence de coûts fixes liés à l'immobilier et aux voyages d'affaires, par exemple, permet aux employeurs qui adoptent au moins le travail à distance à mi-temps d'économiser 11 000 dollars par employé et par an.

    Un avenir post-Covid avec beaucoup plus de flexibilité

    Selon le nouveau rapport, 87 % des chefs d'entreprise prévoient de réévaluer leur stratégie immobilière au cours des 12 prochains mois. Cela inclut la consolidation de l'espace et/ou l'ouverture de sites satellites pour favoriser des environnements de travail flexibles. Selon Robinson, malgré les avantages du télétravail, l'interaction en face à face reste importante pour les employeurs lorsqu'il s'agit de maintenir leur culture organisationnelle. Il estime donc que l'utilisation d'une politique hybride garantit que les équipes peuvent bénéficier à la fois de l'amélioration de la concentration dans un environnement distant et de la collaboration en personne.

    Nom : l3.png
Affichages : 1079
Taille : 55,7 Ko

    « D'un point de vue financier, la décentralisation du bureau offrira également aux employeurs la possibilité de réaffecter leurs dépenses aux avantages sociaux des employés, aux ressources pour les employés qui ont besoin d'aide pour s'adapter à un horaire de travail hybride et au remboursement des dépenses liées à l'activité professionnelle comme le téléphone, les bureaux à domicile et l'Internet », a-t-il ajouté. Les conclusions du rapport de Motus font écho à d'autres rapports précédemment publiés sur la façon dont les entreprises envisagent le travail après le passage de la pandémie.

    Un rapport publié en janvier dernier par la "National Association for Business Economics" (NABE) a révélé que la grande majorité des organisations envisagent un avenir post-Covid avec beaucoup plus de flexibilité. La NABE est la plus grande association internationale d'économistes appliqués, de stratèges, d'universitaires et de décideurs politiques engagés dans l'application de l'économie. Le rapport intitulé "NABE Business Conditions Survey" présente les réponses de 97 membres de la NABE à une enquête menée du 4 au 12 janvier 2021 sur les conditions des activités dans leurs entreprises ou industries.

    Il reflète également les résultats du quatrième trimestre de 2020 et les perspectives à court terme. Selon le rapport, seulement une entreprise sur dix s'attend à ce que tous ses employés retournent au bureau. Autrement dit, seulement 11 % des chefs d’entreprises s'attendent à ce que l'ensemble de leur personnel finisse par retourner au bureau. La NABE estime que ce sont les entreprises du secteur des services qui sont les plus susceptibles de rappeler l'ensemble de leur personnel sur leur lieu de travail. Toutefois, environ 65 % des membres de la NABE avaient laissé tout ou la plupart de leurs employés travailler à domicile pendant la pandémie.

    Maintenant, 51 % d'entre eux ont déclaré qu'ils prévoyaient de suspendre leur politique de travail à domicile au cours du second semestre 2021. « Dans la plupart des cas, les entreprises qui sont en mesure d'offrir du travail à domicile le font et continuent de le faire », a déclaré Andrew Challenger, vice-président de la société de reclassement externe et de coaching de cadres Challenger, Gray & Christmas. Challenger a déclaré que ses conversations avec les responsables RH ont révélé une réticence à exiger un retour au bureau, alors que le virus circule toujours et que certaines régions sont confrontées à de nouvelles poussées importantes.

    Source : Motus

    Et vous ?

    Que pensez-vous des conclusions du rapport de Motus ?
    Êtes-vous en télétravail actuellement ? Si oui, souhaitez-vous le rester même après le passage de la pandémie ?

    Voir aussi

    Êtes-vous pour rester en télétravail de façon permanente après la crise du coronavirus ? La majorité des travailleurs de divers pays exprime sa faveur à l'approche, dans le cadre de sondages

    Télétravail : seulement une entreprise sur dix s'attend à ce que tous ses employés retournent au bureau, alors que les entreprises envisagent un avenir post-covid avec beaucoup plus de flexibilité

    Google entend maintenir la majorité de ses employés en télétravail jusqu'en 2021 et n'est pas seul dans ce cas, mais Elon Musk semble pour un retour sur le lieu de service

    Télétravail : Le travail à distance double pour atteindre 34,4 % de la main-d'œuvre contre 16,4 % avant l'épidémie de coronavirus, d'après une enquête d'ETR

    Télétravail : des employés prêts à abandonner leurs postes si le retour sur site leur est imposé après la pandémie, la majorité des travailleurs de divers pays exprime sa faveur au travail à distance
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Membre expert Avatar de air-dex
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    août 2010
    Messages
    1 582
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : août 2010
    Messages : 1 582
    Points : 3 519
    Points
    3 519
    Par défaut
    La Covid force actuellement les entreprises au télétravail. Après ce sera plus du ressort des mentalités. La Covid a-t-elle signé la fin des profondes mentalités présentielles d'avant ? Je demande à voir, tout comme pour les masques et le gel hydroalcoolique sitôt la pandémie passée. Je rappelle que le gel hydroalcoolique n'avait pas beaucoup survécu à la grippe A il y a une douzaine d'années, du moins dans nos contrées occidentales.
    "Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait." Mark Twain

    Mon client Twitter Qt cross-platform Windows et Linux. (en cours de développement).

  4. #4
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    899
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 899
    Points : 3 243
    Points
    3 243
    Par défaut
    Il serait tout de même étonnant que "le leader mondial des solutions pour les entreprises dont la main-d'œuvre est mobile" tienne un discours différent... Il ne va tout de même pas scier la branche sur lequel il est assis

    Personnellement, je me crois "le leader mondial de l'élevage de lombrics" et mon étude me dit que l'avenir est à la pêche à la truite!

    Dans la réalité, depuis le début de la pandémie, de nombreux pays ont mesuré la mobilité des salariés (via la localisation des smartphones) et quel est le résultat dans l'ensemble des pays? Par rapport au confinement de mars 2020, même en imposant le télétravail, la mobilité ne diminue que faiblement, les gens continuent à se déplacer pour aller au travail...

    Et les patrons ne sont pas les seuls responsables de cette situation, ce sont les salariés eux-mêmes qui ne supportent plus de travailler à la maison!

    https://www.francetvinfo.fr/sante/ma...s_4179825.html

    https://www.20min.ch/fr/story/malgre...e-657420470263

    https://www.lemonde.fr/planete/artic...0089_3244.html

Discussions similaires

  1. Récupérer seulement des caractères sur le port serie
    Par yann87 dans le forum API, COM et SDKs
    Réponses: 2
    Dernier message: 25/02/2009, 12h26
  2. Comment stopper seulement une base sur un serveur multibase?
    Par korntex5 dans le forum Administration
    Réponses: 3
    Dernier message: 26/01/2009, 18h14
  3. Réponses: 5
    Dernier message: 25/11/2008, 11h41
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 10/06/2008, 12h32
  5. Entreprises sur Perpignan et ses alentours
    Par gabule dans le forum Emploi
    Réponses: 3
    Dernier message: 09/03/2007, 13h04

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo