Alibaba effectue le portage d’Android 10 sur l'architecture RISC-V,
l’entreprise souligne une dynamique accrue du RISC-V par rapport aux alternatives propriétaires

Développé par Google et basé sur le noyau Linux, Android est le système d'exploitation mobile le plus utilisé dans le monde. Il est "open source", gratuit et flexible. Pouvant s'adapter à des structures différentes, il peut être modifié par les constructeurs. Ce 21 janvier, la société T-Head, entreprise chinoise de semi-conducteurs, filiale d'Alibaba, affirme avoir effectué un portage du système d’exploitation mobile Android 10 sur ses puces RISC-V. L’annonce a été effectuée par Yunhai Shang, Vice-président du groupe de travail sur les logiciels chez Alibaba.

Nom : tewttRISC-VB.png
Affichages : 7643
Taille : 149,0 Ko

RISC-V est une architecture de jeu d'instruction gratuite et ouverte. Elle est constituée d’un noyau RISC de base et d’un certain nombre d’extensions standardisées, permettant de concevoir des projets aussi bien pour l’Internet des objets que pour le marché des mobiles, PC et serveurs. Après avoir rappelé l’objectif principal d’Android, T-Head a présenté l’environnement nécessaire pour le portage de la version 10 d’Android sur RISC-V 64 (XuanTie C910).

« Nous avons effectué un portage d’Android 10 sur l'architecture RISC-V », indique T-Head. « L'objectif principal d'Android est de créer une plateforme logicielle ouverte, disponible pour les opérateurs, les constructeurs et les développeurs, afin de concrétiser leurs idées innovantes et de présenter un produit réussi, adapté au monde réel, qui améliore l'expérience mobile des utilisateurs », a rappelé l'entreprise. La configuration se compose de trois cœurs RISC-V XuanTie C910. Le T-Head C910 est un processeur 64 bits compatible RISC-V. Il offre des performances de pointe en matière de flux de contrôle, de calcul et de fréquence. Il est basé sur le jeu d'instructions RV64GCV et implémente la technologie TIE (T-Head instruction extension).

La puce peut fournir une capacité de décodage 4K@60 HEVC/AVC/JPEG, ainsi qu'une variété d'interfaces et d'éléments à haute vitesse pour le contrôle et l'échange de données ; elle convient aux cartes graphiques 3D, à l'Intelligence artificielle et au traitement multimédia.

Nom : puceThead.PNG
Affichages : 1382
Taille : 114,5 Ko

Au regard des dernières avancées technologiques en matière d’architecture des Microcontrôleurs, on pourrait penser que les entreprises commencent à réaliser les inconvénients d'une approche monolithique de la conception des processeurs. RISC-V offre la possibilité d'ajouter des fonctionnalités aux jeux d'instructions selon les besoins.

En fin novembre 2018, Linux et RISC-V sont entrés en collaboration pour promouvoir le développement à l’aide des technologies "open source" et l’adoption commerciale de l’architecture RISC-V. Rick O’Connor, directeur exécutif de la Fondation RISC-V avait alors indiqué que ce partenariat avec la Fondation Linux devait leur permettre d’offrir des outils éducatifs et d’accompagnements plus solides à la communauté RISC-V et d’accélérer également l’adoption des systèmes d’exploitation et des outils de développement.

Contrairement à l'approche monolithique de la conception des architectures propriétaires, l'approche RISC-V prend le même élan que les logiciels "open source" il y a une décennie. Le projet RISC-V est aujourd’hui entretenu par RISC-V International, une association mondiale à but non lucratif basée en Suisse. Fondée en 2015 sous le nom de Fondation RISC-V avec 29 membres, elle compte aujourd’hui environ 750 membres dans plus de 50 pays.


Source : T-Head

Et vous ?

Avez-vous une autre préférence que le système d'exploitation mobile Android ?

Selon vous, les sociétés traditionnelles d'architecture propriétaire comme Intel et ARM, présentent-elles des limites ?

Voir aussi :

L'architecture RISC-V est sur le point d'être largement adoptée par la communauté industrielle, surtout pour sa nature open source

SiFive annonce le premier processeur RISC-V à exécution dans le désordre, la gamme U8 devrait entrer en concurrence avec les ARM de milieu de gamme

« Il faut sauver ARM » : le cofondateur de l'entreprise refuse le rachat par NVIDIA, ce serait un "désastre" pour l'industrie

Le premier processeur graphique d'Intel, construit pour les développeurs, est conçu sous sa nouvelle architecture Xe