IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #61
    Membre du Club
    Profil pro
    Inscrit en
    février 2011
    Messages
    40
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : février 2011
    Messages : 40
    Points : 52
    Points
    52
    Par défaut
    Un président qui "dégage" le 20 janvier soit-disant (ce jour restera historique j'ai hâte d'y être), et toute cette énergie à le destituer, à le censurer sur tous les réseaux, ... Quand allez-vous ouvrir les yeux sur la gravité de ce qui se déroule devant vos yeux pour nos libertés ? En fait c'est tellement énorme que vous ne voyez même plus l'avenir qu'on vous dessine. Focalisé sur ce que les médias pendant ces 4 années ont réussi à graver dans vos têtes. R E V E I L L E Z - V O U S !

    Un aperçu de seulement la partie immergée de l'iceberg des "autres" avant Trump. Accrochez-vous...

    https://aktifanonymous.wordpress.com...mpression=true

  2. #62
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 287
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 287
    Points : 31 050
    Points
    31 050
    Par défaut Amazon, Apple et Google coupent l'accès au réseau social Parler
    Amazon, Apple et Google coupent l'accès au réseau social Parler,
    L’application sera mise hors ligne, à moins qu'elle ait trouvé un autre hébergeur jusqu’à dimanche

    Apple et Amazon ont suspendu Parler de leur App Store et service d'hébergement Web respectif, affirmant que le service de réseau social populaire auprès de nombreux utilisateurs de médias sociaux de droite n'a pas pris les mesures adéquates pour empêcher la diffusion de messages incitant à la violence. Ce changement a fait suite à une mesure similaire prise vendredi par Google pour les mêmes raisons. Parler a les faveurs de nombreux partisans du président américain Donald Trump, qui a été définitivement suspendu de Twitter vendredi.

    Parler a été lancé en 2018 comme une alternative "libre expression" à Twitter et Facebook. En 2019 et 2020, il a attiré un certain nombre d'utilisateurs conservateurs, de droite et d'extrême droite. L'utilisation a considérablement augmenté ces derniers jours à la suite des événements de mercredi au Capitole américain et de l'interdiction permanente imposée par les médias sociaux Facebook, Twitter et d'autres plateformes comme Twitch et Snap au président Donald Trump.

    Nom : P01.jpg
Affichages : 2059
Taille : 18,9 Ko

    Parler est devenu un refuge pour les personnes interdites par ces sites populaires. L'entreprise basée à Henderson, au Nevada, s'est présentée comme une alternative à la liberté d'expression sur les réseaux sociaux traditionnels et a adopté une approche plus détendue de la modération de contenu, attirant les théoriciens du complot et les membres de groupes haineux qui ont ouvertement incité à la violence.

    Les internautes de Parler ont utilisé le réseau social pour alimenter la peur, répandre la haine et coordonner l'insurrection au Capitole mercredi. L'application a récemment été envahie par des menaces de mort, des célébrations de violence et des messages encourageant les "Patriots" à marcher sur Washington, DC, avec des armes, le 19 janvier, la veille de l'inauguration du Président élu Joe Biden, a rapporté BuzzFeed News, l’un des premiers médias à rapporter les changements chez le réseau social Parler.

    Par exemple, L. Lin Wood, un avocat qui avait intenté un procès pour faire annuler la défaite électorale de Trump, a posté sur Parler jeudi matin : « Préparez le peloton d'exécution. Pence passe en PREMIER », a rapporté USToday. Le post aurait été consulté au moins 788 000 fois, selon une capture d'écran sur Internet Archive. Samedi matin, le post de Wood a été supprimé parce qu’il violait les conditions de services de Parler. Mais Parler n’a pas fait assez pour éviter le courroux des propriétaires des app stores et de son hébergeur Web.

    Parler interdit des app stores et des services de son hébergeur Web

    Tout d'abord, Apple et Google ont retiré l'application de leur boutique parce qu'ils estimaient qu'elle n'avait pas suffisamment surveillé les messages de ses utilisateurs, en autorisant trop de messages qui encourageaient la violence et la criminalité. La suspension par Google est intervenue vendredi lorsque l’entreprise a confirmé que l'application n'est plus sur le Play Store.

    « Afin de protéger la sécurité des utilisateurs sur Google Play, nos politiques de longue date exigent que les applications affichant du contenu généré par les utilisateurs aient des politiques de modération et une application qui supprime les contenus flagrants comme les messages qui incitent à la violence. Tous les développeurs acceptent ces conditions et nous avons rappelé à Parler cette politique claire au cours des derniers mois », a dit la société dans une déclaration envoyée à plusieurs médias.

    « Nous sommes conscients de la poursuite de la publication dans l'application Parler qui cherche à inciter à la violence aux États-Unis. Nous reconnaissons qu'il peut y avoir un débat raisonnable sur les politiques de contenu et qu'il peut être difficile pour les applications de supprimer immédiatement tout contenu violent, mais pour que nous puissions distribuer une application par le biais de Google Play, nous exigeons que les applications mettent en œuvre une modération robuste pour les contenus flagrants ».

    Vendredi, Apple a donné à Parler 24 heures pour débarrasser son application des messages incitant à la haine des partisans de Trump ou la retirer de son App Store. Parler a semblé retirer certains postes pendant cette période, mais samedi, Apple a déclaré à la société que ses mesures étaient inadéquates. « Nous avons toujours soutenu la représentation de divers points de vue sur l'App Store, mais il n'y a pas de place sur notre plateforme pour les menaces de violence et les activités illégales », a déclaré Apple dans un communiqué.

    « C'est très énorme », a dit Amy Peikoff, chef de la politique de Parler, dans une déclaration après qu'Apple ait donné son avertissement vendredi. Sans accès à l'App Store, a-t-elle dit, « nous sommes grillés ».

    Plusieurs dirigeants de Parler, y compris John Matze, le directeur général de Parler, ont accusé les actions des entreprises technologiques d'être politiquement motivées et anticoncurrentielles. Matze a souligné le fait que Twitter avait récemment promu la phrase "Pendre Mike Pence" comme un sujet de tendance. La majorité des discussions sur Twitter portait sur des émeutiers scandant la phrase sur le vice-président mercredi, selon lui. « Je n'ai vu aucune preuve qu'Apple les poursuit », a déclaré Matze. « Cela semble être un double standard injuste, car tous les autres sites de médias sociaux ont les mêmes problèmes, sans doute à une échelle pire ».

    Puis vint le tour d’Amazon, plus tard samedi, d’annoncer qu’il virera Parler de son service d'hébergement Web dimanche soir en raison de violations répétées des règles d'Amazon. La décision d'Amazon signifiait que la plateforme entière de Parler serait mise hors ligne, à moins qu'elle ne trouve un nouveau service d'hébergement dimanche.

    « Il est clair que Parler ne dispose pas d'un processus efficace pour se conformer aux conditions de service de l'AWS. Il semble également que Parler essaie toujours de déterminer sa position sur la modération du contenu. Vous supprimez certains contenus violents lorsque nous ou d'autres personnes vous contactent, mais pas toujours de manière urgente. Votre PDG a récemment déclaré publiquement qu'il ne "se sent pas responsable de tout cela, et la plateforme ne devrait pas non plus se sentir responsable" », lit-on dans le courriel adressé à Parler.

    « Ce matin, vous nous avez fait part de votre intention de modérer de manière plus proactive les contenus violents, mais vous prévoyez de le faire manuellement avec des volontaires. Nous pensons que ce plan naissant qui consiste à utiliser des volontaires pour identifier et supprimer rapidement les contenus dangereux ne fonctionnera pas, compte tenu du nombre croissant de messages violents ». En raison du « risque très réel pour la sécurité publique » que représente Parler, AWS prévoit de suspendre le compte de Parler à compter de dimanche, à 23h59 (Heure du Pacifique).

    Les employés d'Amazon avaient publiquement demandé l'interdiction de Parler sur les services Web, et une pétition de Change.org réclamant la même chose avait recueilli des milliers de signatures cette semaine. Des officiels Américains ont mis la pression sur Google et Apple. Sur Twitter, la représentante Alexandria Ocasio-Cortez a appelé les deux sociétés à prendre des mesures contre les applications.

    Nom : p02.PNG
Affichages : 2117
Taille : 50,2 Ko

    Réactions à l’interdiction de Parler

    Le directeur général de Parler s'en est pris à Amazon, Google et Apple, déclarant qu'il s'agissait d'un effort coordonné sachant que les options de Parler seraient limitées et que cela causerait le plus de dommages, car Trump a été banni des autres plateformes de médias sociaux.

    « Il est possible que Parler ne soit pas disponible sur Internet pendant une semaine, car nous devons tout reconstruire à partir de zéro », a-t-il déclaré dans une publication sur Parler. « C'était une attaque coordonnée par les géants de la technologie pour tuer la concurrence sur le marché... Vous pouvez vous attendre à ce que la guerre contre la concurrence et la liberté d'expression continuent, mais ne nous excluez pas ».

    Après qu'Apple ait interdit Parler, devenu le lieu de refuge d'un nombre croissant de voix conservatrices et de droite, pour ne pas avoir supprimé les contenus encourageant la violence, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a publié une photo des Top Charts sur l'App Store. Avant l'interdiction, Parler était l'application la plus téléchargée. Le samedi soir, elle avait disparu. Dorsey a ajouté un émoji en forme de cœur.

    Sur Parler, le PDG John Matze a répondu en publiant une capture d'écran du tweet de Dorsey et en ajoutant son propre commentaire : « Oui, nous étions numéro un jusqu'à ce que la fausse bande en colère de Twitter et vos amis anticoncurrentiels s'en prennent à nous », a écrit Matze. Il a ajouté : « C'est vraiment mignon ».

    Plus tôt samedi, Matze avait fait une publication sur l'interdiction d'Apple, disant qu'Apple voulait qu'il mette en place des politiques de « surveillance ». « Ils prétendent que c'est dû à la violence sur la plateforme. La communauté n'est pas d'accord, car nous avons atteint le numéro 1 sur leur magasin aujourd'hui », a-t-il écrit.

    Parler a été abandonné par pratiquement toutes ses alliances commerciales après qu'Amazon, Apple et Google aient mis fin à leurs accords avec le service de médias sociaux, a dit John Matze dimanche sur Fox News. « Tous les fournisseurs, des services de messagerie texte aux fournisseurs d'e-mail en passant par nos avocats, nous ont également abandonnés le même jour », a-t-il dit.

    Les réactions se sont étendues aux utilisateurs de l’application. Sur Parler, certains discutaient de la violence contre Amazon. « Il serait dommage que quelqu'un ayant une formation en explosifs se rende dans certains centres de données d’AWS », a écrit une personne.

    Nom : P03.png
Affichages : 2008
Taille : 142,1 Ko

    D'éminents utilisateurs ont déclaré sur la plateforme que l'interdire était une forme de censure. « Apple et Google ont maintenant supprimé l'application Parler. Bienvenue à la censure politique ! Faites passer le mot pour que vos concitoyens américains soient au courant », a écrit le député Devin Nunes samedi soir. Le député Ken Buck a écrit que le Congrès devait prendre des mesures contre Google, Facebook, Twitter et Apple. « La Big Tech a abusé de son pouvoir monopolistique et s'est engagée dans la censure », a-t-il écrit.

    L’application des mesures fermes contre les messages haineux pourrait renforcer la primauté des médias sociaux traditionnels, à savoir Facebook, Twitter et Instagram. Cela donne également plus de poids aux décisions de ces entreprises. Si elles interdisent un critique pour avoir enfreint leurs règles, celui-ci n'aura pas d'alternative solide. Mais Matze a promis que Parler reviendra très rapidement en ligne.

    « Nous allons faire de notre mieux pour nous remettre en ligne le plus rapidement possible. Mais nous avons beaucoup de difficultés parce que tous les fournisseurs avec lesquels nous parlons disent qu'ils ne travailleront pas avec nous. Parce que si Apple n'approuve pas et Google n'approuve pas, ils ne le feront pas ».

    Sources : Tweets (1, 2 & 3), Parler

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’interdiction de Parler par Google, Apple et Amazon ?
    Parler trouvera-t-il un hébergeur Web dans ce contexte de crise ?
    Une interdiction permanente par Apple, Google et Amazon est-elle une faillite programmée pour Parler ?

    Voir aussi :

    Le défenseur des droits numériques EFF estime que les décisions de Twitter, Facebook de bloquer ou suspendre les communications de Trump, constituent un simple exercice de leurs droits
    Le président US a menacé de « réglementer » ou de « fermer » des plateformes de réseaux sociaux, après que ses tweets ont été marqués comme véhiculant des informations non vérifiées
    Le compte Twitter de Donald Trump piraté ! Victor Gevers, un chercheur néerlandais, affirme avoir eu accès au compte du président américain, mais Twitter et la Maison Blanche nient ces allégations
    Le président Trump suspendu « indéfiniment » sur Facebook et Instagram, du moins jusqu'à la fin de son mandat, Twitch, le service de streaming vidéo en direct, fait de même
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #63
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    7 845
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 32
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 7 845
    Points : 13 741
    Points
    13 741
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Parler trouvera-t-il un hébergeur Web dans ce contexte de crise ?
    À leur place j'essaierai d'aller en Chine, juste pour la blague "au moins là-bas ils respectent la liberté d'expression"
    Mais la Chine ne souhaite peut-être pas prendre le risque.

    Sinon il y a l'Iran, le Venezuela, la Syrie, etc, dans le monde il y a quelque pays qui ont des problèmes avec les USA, donc ils devraient être en mesure d'héberger une application comme "Parler".
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #64
    Membre à l'essai
    Homme Profil pro
    Formateur en informatique
    Inscrit en
    juin 2011
    Messages
    4
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Finistère (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Formateur en informatique

    Informations forums :
    Inscription : juin 2011
    Messages : 4
    Points : 16
    Points
    16
    Par défaut Les masques tombent...
    Cachés derrière des concepts de "village mondial", de droit d'expression généralisé, d'information libre et autres attrape-gogos, les nouveaux maîtres du monde tombent le masque et montrent leur visage hideux.

  5. #65
    Futur Membre du Club
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    15
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 15
    Points : 5
    Points
    5
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    [...]
    J'ai quand même trouver un site politique anti macron pas trop extrême et sans enfants et ça c'est bien, des gens peuvent s'exprimer contre le gouvernement sans risque, et rien que pour ça les effets négatifs (pédophilie, terrorisme... le blabla habituel des députées qui font des lois liberticide) doivent être accepté.[...]
    Jusqu'à ce que tu y trouves la photo d'un petit garçon ou d'une petite fille de tes connaissances ... ?

  6. #66
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    346
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 38
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 346
    Points : 1 308
    Points
    1 308
    Par défaut
    Citation Envoyé par didier_ber Voir le message
    Jusqu'à ce que tu y trouves la photo d'un petit garçon ou d'une petite fille de tes connaissances ... ?
    oui c'est un problème regrettable... mais je n'arrive pas à m'imaginer une plateforme modéré sans arriver à des dérives de censures.
    mème un système ou c'est les membres qui vote pour du bon ou du mauvais contenue est problématique, les minorités en serons fatalement impacté.

  7. #67
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    7 845
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 32
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 7 845
    Points : 13 741
    Points
    13 741
    Par défaut
    Citation Envoyé par didier_ber Voir le message
    la photo d'un petit garçon ou d'une petite fille de tes connaissances
    Il y a un problème plus grave que le fait que la photo circule, c'est que la photo existe.
    Là du coup il y a peut-être moyen d'aider la victime, peut-être qu'elle n'a jamais parlé à personne de ce qui lui est arrivé et peut-être qu'elle pourrait aider à trouver le coupable et à l'emmener devant les tribunaux.
    Cela dit ce serait compliqué d'en parler avec les parents et l'enfant, parce que dire "je suis tombé accidentellement sur du contenu pédopornographique" c'est un peu louche.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    J'ai été assez surpris d'ailleurs étant donné que la pédophilie c'est censé être le truc le plus combattue sur terre.
    Peut-être dans certains discours mais dans la pratique c'est clairement pas ça.
    Il n'y a qu'à voir la liste des personnalités qui allaient coucher avec des mineurs chez Epstein.
    Il y a aussi des histoires d'un ministre français qui faisait du tourisme pédophile à Marrakech.
    Il y a l'affaire du Coral, l'affaire d'Outreau, etc.
    Récemment il y a eu l'affaire Nordahl Lelandais (défendu par Alain Jakubowicz), il parait que le type était un rabatteur, il capturait des enfants pour les vendre à un réseau pédophile.
    Une partie des enfants qui disparaissent en France doivent atterrir dans des réseaux pédophiles.
    10 000 enfants migrants disparus en Europe : des ONG alertent
    Si un enfant se retrouve seule à devoir survire dans le rue, il peut se faire capturer.

    Ça ne me dérange pas qu'on censure les discours pédophile. Depuis l'origine du mouvement LGBT il y a des gens qui essaient de faire passer la pédophilie pour une pratique normale et je trouve ça scandaleux.
    Mais je crois qu'il y a des discours qui ne passeraient plus aujourd'hui.


    ====
    Bref, pour en revenir au vrai sujet, en principe on devrait être libre d'exprimer toutes les idées sauf les appelles à la haine et la violence.
    Plus les réseaux sociaux attaqueront des gens «d'extrême droite», plus ces gens seront motivés.
    Keith Flint 1969 - 2019

  8. #68
    Membre expert

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    2 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 2 540
    Points : 3 534
    Points
    3 534
    Par défaut
    Bonjour,

    Twitter verrouille le compte du président Trump pendant 12 heures et l'avertit d'une suspension permanente, Facebook retire ses publications incriminées et déclare une « situation d’urgence ».

    Qu’en pensez-vous ?
    C'est légitime d'avoir agit de la sorte. Trump est certes président, cela ne le dédouane pas d'être un justiciable comme tout le monde. Pire encore ici , je dirais qu'il a eu un moment d'enfant pourri gatté à faire des caprices ... Sauf que ces "caprices" ont fini par mal tourner ... Des émeutes dans batiment officiel , 1 manifestant abattu par la police, 3 "dommages collatéraux" et 1 policier mort après une agression. A avoir franchi la ligne rouge, cela necessite une condamnation . Pas que simple censure de messages.

    Pour le coup les decisions de Facebook et Twitter de couper les vannes de "comm" sont pas inutiles. Par contre dès le début une autorité judiciaire devait un ordre au quart de tour et sans attendre .

    Les actions de Twitter et Facebook sont-elles suffisantes pour empêcher cette violence de se reproduire et arrêter les activités de « Stop the steal » ?
    Absolument pas ... Si il y a des sites dédiers ou sur le dark web ... Aucun pouvoir pour réguler la chose. C'est comme une hydre , on coupe une tête , il en repousse 3 ...

    Que pensez-vous de l’avenir de Donald Trump sur les médias sociaux après son retour à la vie civile ?
    Qu'il va se faire lyncher et qu'il va avoir des procès aux fesses .

    Le président Trump suspendu « indéfiniment » sur Facebook et Instagram, du moins jusqu'à la fin de son mandat, Twitch, le service de streaming vidéo en direct, fait de même.

    Que pensez-vous de la décision de Facebook et Twitch de bloquer Trump sur leurs plateformes jusqu’à la fin de son mandat ?
    C'est comprehensible ... par contre la decision n'est pas de leur ressort . C'est à la justice de trancher. Ici une boite de pandore a été ouverte.

    La décision de ces réseaux sociaux est-elle motivée par la gravité de l’émeute au Capitole ou parce que Trump part bientôt de la Maison-Blanche ?
    Motivé par 2 choses :

    > l'opinion publique est contre les violences et manifestation venant de personne appartenant à un courant politique, qui plus est au pouvoir

    > "ou comment" des querelles d'hommes d'affaires qui ont des moyens de communiquer sur plusieurs milliards de personnes virent à l'affrontement réel ...

    C'est grave très grave.

    Pensez-vous que c’est ce que les entreprises de médias sociaux devaient faire depuis longtemps ?
    Depuis longtemps les thematiques politiques et religieuses auraient du être interdites sur les réseaux tel que Facebook et Twitter ... Parler politique est un jeu de dangereux.

    Quels commentaires faites-vous du ton modéré dans la dernière vidéo de Trump publiée sur Twitter ?
    C'est une vaste blague ,ouvertement scandaleuse ! A cause de ces caprises strictement personnel , cela a eu un impact sur des decisions politiques ayant entrainées la mort.

    La boite de pandore a été ouverte.

    ---

    Citation Envoyé par Pierre Fauconnier Voir le message
    Twitter et Facebook sont des boites à fric privées et ne dépendent pas plus du législateur que n'importe quelle autre boite privée. Elles n'appartiennent pas à la communauté et leurs dirigeants font ce qu'ils veulent dans le respect des lois. Libre à elles d'accepter des membres, d'en refuser d'autres, de bloquer, supprimer, mettre en avant ou sous le boisseau ce qui convient à leurs intérêts.
    Le problème de fond, c'est que les grands patrons de ces boites ayant une influence telle en matière de communication sur les sujets des utilisateurs, d'un point de strictement "légal" ils peuvent à loisir laisser les thématiques qui leur chantent personnel

    A titre de comparaison , c'est comme si, dans une association on interdisait les roux de parler, les bruns de chanter et les blonds n'auraient pas restriction, car les dirigeants de l'asso sont blonds …

    On ne peut pas émettre de jugement personnel et priver une personne de comm' par la même occasion. Par contre de Twitter et FB déposent plaintes et coupent le robinet la okay.

    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Encore une fois, ça ne devrait pas être a twitter ou a facebook de décider de ça mais aux législateurs.
    Exactement, c'est à la justice d'agir. Les sociétés en questions ayant des poids tellement colossaux en matière de maitrise de comm' … de simple modérateur n'ont pas à avoir de pouvoir juridique la dessus.

    Sinon c'est la boite de pandore et celui qui a du fric peut raconter ou censurer ce qu'il veut. Et le pékin moyen doit se la fermer et gober se qu'on veut lui montrer … Bah désolé messieurs se temps la et révolu ! Encore heureux qu'il existe des esprits critiques !

    Citation Envoyé par SQLpro Voir le message
    Le législateur non. La justice éventuellement oui... Mais en attendant il y a les mesures d'urgence. C'est la police ou l'entreprise qui applique son règlement. Imaginez que sur twitter ou facebook quelques personnes relayent une information dangereuse comme celles diffusées lors de l'attaque terroriste de l'hyper casher par Koulibali disant qu'il y avait des otages cachées dans la réserve.... Le terroriste lit cette information et peut aller tuer encore plus de personnes. La responsabilité du réseau serait engagée et de nombreuses personnes tuées....

    Voudriez vous faire paries des personnes stupidement abattues par le fait d'attendre qu'un procès se déroule pour savoir s'il était opportun de censurer ?
    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Si ca n'est pas au législateur de décider alors a qui d'autre?

    Et la je ne parle pas ici de terrorisme, ne confondez pas tout, ni du fait d'ailleurs que les propos de trump ne doivent pas être condamner. Je dis simplement que quand il s'agit de représentant d'un pays il devrait y avoir un encadrement juridique qui ne laisse pas décisionnaire le réseau social à ces bonnes envies tout comme les médias en général d'ailleurs.
    Il y a modération et modération. Entre un site web qui voit passer 10 000 membres de 4 pays, et un site qui en passer 1 milliards de membre de 200 pays … il y a 2 poids 2 mesures … Dans le second cas on ne peut pas avoir des simples modérateurs d'une boite privée …

    Cela supposerait d'avoir une police et une justice international … qui n'existe pas …

    Citation Envoyé par micka132 Voir le message
    Pour moi ils peuvent bien bannir qui ils veulent.

    Le seul problème éventuel, c'est qu'ils censurent énormément de vidéo de tous les genres, et parfois plus d'un certain genre. C'est de la manipulation idéologique, mais ainsi va le monde depuis la nuit des temps.

    La roue tourne, ce sera d'autres moyens et d'autre idées qui seront mise en avant dans quelques temps.
    Exactement, un patron de boite ne peut pas museler utilisateurs et clients de sa boite au motif que, ce que pensent les clients le dérangent ou ne pensent pas comme lui ou l'opinion publique .

    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    DISCLAIMER : Ce qui suit va piquer pour certains... Mais il y a des moments où il faut dire certaines choses.

    Les complotistes, les conspirationistes et autres protestataires pathologiques subvertissent la liberté d'expression pour diffuser leur obscurantisme, leur négation de la raison, des faits et de la réalité.

    Ils piratent la liberté d'expression pour promouvoir l'autoritarisme et le sectarisme.

    Ca suffit.

    On peut toujours disserter sur l'importance trop grande des Facebook, Twitter ou YouTube qui sont certes des entreprises commerciales, mais ont aussi une responsabilité citoyenne.

    Qu'elles censurent Trump aujourd'hui est la moindre des choses. Cela aurait dû être fait bien plus tôt.

    Ces attaques incessantes contre la démocratie en niant sans preuve le résultat des élections, juste parce qu'il les a perdu, est de fait un acte criminel, mais inattaquable tant qu'il est Président des Etats-Unis.

    Et de fait, Donald Trump, n'en déplaise, a désormais du sang, bien réel, sur les mains.

    Donc oui, donner une tribune, tout Président qu'il est encore, à ce genre d'individu c'est se rendre complice.

    Une fois son mandat terminé, j'espère personnellement que Trump ira en prison et servira d'exemple à ne surtout pas suivre et dont il faudra se prémunir dans nos démocraties.
    Ou comment un caprice personnel se transforme en désastre … Plus idiots il y a pas … forcement des manifestants ecervelés … et la c'est le drame.

    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    J'espère quand même qu'il va y avoir une législation clair pour définir concrètement ce que les réseau sociaux ont le droit de faire ou non concernant les représentant d'un pays. Je n'excuse pas Trump pour autant, mais cette affaire montre a quel point les systèmes médiatique et sociaux ont trop de liberté la dessus.
    Le problème de fond c'est que la on parle politique et / ou religieux. A mon sens ces 2 thématiques n'ont rien à faire sur des sites à la base à vocation "amicale" ou orienté "loisirs".

    Politique et religion ne sont pas des loisirs, c'est des croyances personnelles. D’où le problème de juger ici, problème moraux et éthique relèves de la justice et non de décisions de modérateurs ...

    Citation Envoyé par Pierre Fauconnier Voir le message
    Pour moi, les réseaux sociaux, et particulièrement Twitter, ne devraient pas être utilisés par les représentants d'un pays. Une communication articulée, argumentée et construite est impossible par ces canaux qui demandent, voire exigent, de la spontanéité et de la réactivité à chaud.

    Les exemples de réactions balancées à chaud par les responsables politiques sur des infos qui se sont révélées fausses par la suite pleuvent de partout. Ca permet à macron de "recadrer sèchement" un(e) ministre qui a tweeté sans en référer au Maître, ou chez moi en Belgique à un Ministre-Président (Tadâââm) de tancer une de "ses" ministres qui a imprudemment envoyé un tweet sans l'imprimatur du Grraaand Chef, mais au delà de ces bassesses de bac à sable, ça fait rarement avancer le schmilblick dans le bon sens. On devrait attendre mieux de la part de celles et ceux qui se targuent de gérer le monde que ces petits gazouillis qui se veulent assassins.

    Et s'ils n'utilisaient pas Tweeter, il n'y aurait pas besoin de réguler leurs logorrhées.

    Pour le reste, un appel à la haine reste un appel à la haine, qu'il vienne d'un simple quidam ou du Président des Etats-Unis. Il n'y a pas besoin de légiférer plus, il suffit, déjà et d'en un premier temps, d'appliquer les lois qui existent déjà.
    Exactement politiques et religieux sont à bannir de Twitter et FB.

    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Je suis tout a fait d'accord avec vous, le debat politique ne devrait pas se faire a chaud et encore moins sur des réseaux ou on ne sait pas qui fait quoi. J'entends par la que des entreprises se sont spécialisé dans la communication sur ces réseaux et à ce titre fausse le débat.
    Enfin un peu de bon sens !

  9. #69
    Membre averti
    Profil pro
    Inscrit en
    septembre 2007
    Messages
    319
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2007
    Messages : 319
    Points : 323
    Points
    323
    Par défaut
    Ma foi ils ont bien raison

    Après tout ce sont des sociétés privées pas des nounours ni des services publics et donc ils font ce qu'ils veulent chez eux

    Et puis au moins comme cela c'est plus clair pour tout le monde

    On sait désormais à quoi s'en tenir avec ces groupes là

  10. #70
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    1 144
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 1 144
    Points : 36 010
    Points
    36 010
    Par défaut La France et l'Allemagne s'opposent à la suspension du compte Twitter de Donald Trump
    La suspension définitive du compte de Donald Trump par Twitter oppose la France et l’Allemagne à la plateforme
    Qui se justifie par la nécessité de lutter contre l’incitation à la violence

    Le compte Twitter de Donald Trump fait l’objet de suspension définitive suite à des émeutes au Capitole. Liberté d’expression du Président américain sortant mise à mal ? Le réseau social justifie la manœuvre par la nécessité de lutter contre l’incitation à la violence véhiculée par ses publications. Déjà des voix s’élèvent pour poser la question de savoir sur quelle base juridique un Président élu de façon démocratique et encore en exercice se trouve ainsi sevré de parole. Bruno le Maire dénonce une oligarchie digitale qui menace les démocraties.

    « Ce qui me choque dans la fermeture du compte Twitter de Donald Trump est que ce soit Twitter qui ferme. La régulation des gens du numérique ne peut pas se faire par l'oligarchie numérique elle-même. L'oligarchie digitale est une des menaces qui pèsent sur les États et sur les démocraties. La régulation est nécessaire, mais doit se faire par le peuple souverain, par les États et par la justice », déclare le ministre français de l'Économie et des Finances au micro de France Inter.

    Même son de cloche en Allemagne avec la sortie du porte-parole d’Angela Merkel : « La chancelière considère la suspension définitive du compte d’un président en fonction comme problématique. Des droits tels que la liberté d’expression peuvent faire l’objet d’entraves, mais par la loi et dans le cadre défini par le législateur et non sur la décision d’une entreprise. »

    Nom : 215.png
Affichages : 3474
Taille : 382,9 Ko

    La situation met en lumière un point de désaccord majeur entre les États-Unis et l'Europe sur la manière de réglementer les plateformes de médias sociaux. L'UE veut donner aux régulateurs plus de pouvoirs pour obliger les plateformes Internet telles que Facebook ou Twitter à supprimer les contenus illégaux. Aux États-Unis par contre la surveillance des contenus publiés sur leurs plateformes relève jusqu’ici des fournisseurs de services en ligne, ce, bien que des mesures politiques visant à restreindre leurs libertés réglementaires soient de plus en plus fréquentes. Plusieurs membres du Congrès travaillent sur des projets de loi qui limiteraient les protections juridiques dont disposent les entreprises de médias sociaux pour être poursuivies en justice pour des contenus tiers publiés sur leurs sites. D'autres font pression en faveur d'un nouveau projet de loi fédéral sur la protection des données, qui pourrait refléter le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) de l’Union européenne.

    Les débats en lien aux pouvoirs des réseaux sociaux et à l’interprétation à donner à la liberté d’expression font rage. Les intervenants se regroupent en plusieurs factions dont : celles qui pensent que les réseaux sociaux ne sont ni des services publics, ni bénéficiaires d’un monopole en matière de communication et celles qui pensent que ces plateformes peuvent être considérées comme des services publics si on les considère sous l’angle de leur expansion.

    Nom : 218.jpg
Affichages : 3391
Taille : 75,3 Ko

    Les réseaux sociaux ont longtemps évité de tels débats en se positionnant en neutres quant au contenu. Mais depuis la prise d'assaut du Capitole, il est devenu de plus en plus évident qu'elles ont un pouvoir et une responsabilité sur le débat public.

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Par quel bout Twitter aurait-il dû tenir les tweets de Donald Trump ?
    Quelle place accordez-vous aux réseaux sociaux dans le débat public ?

    Voir aussi :

    « Ici ce n'est pas la Chine », des experts indiquent que Trump n'a aucune autorité légale pour fermer Twitter. « Il est clair qu'il est en train d'intimider Twitter pour diffuser ce qu'il veut »
    Un ingénieur de Facebook décide de démissionner en guise de protestation. Il accuse la société de « profiter de la haine aux États-Unis et dans le monde » et indique ne plus vouloir y contribuer
    Le compte Twitter de Donald Trump piraté ! Victor Gevers, un chercheur néerlandais, affirme avoir eu accès au compte du président américain, mais Twitter et la Maison Blanche nient ces allégations
    Le président US a menacé de « réglementer » ou de « fermer » des plateformes de réseaux sociaux, après que ses tweets ont été marqués comme véhiculant des informations non vérifiées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #71
    Membre chevronné
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    666
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 666
    Points : 1 750
    Points
    1 750
    Par défaut
    Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message

    Il y a modération et modération. Entre un site web qui voit passer 10 000 membres de 4 pays, et un site qui en passer 1 milliards de membre de 200 pays … il y a 2 poids 2 mesures … Dans le second cas on ne peut pas avoir des simples modérateurs d'une boite privée …

    Cela supposerait d'avoir une police et une justice international … qui n'existe pas …


    Enfin un peu de bon sens !
    Ca c'est complétement faux. D'une part parce que les algorithme employé ne sont pas neutre et ne s'applique pas a tout le monde de la même manière (et ça je ne suis pas le seul à la dire Obama notamment le souligne). Comme le montre un lien que j'ai posté certaines insultes et menaces passe sans aucun soucis sur twitter du moment qu'ils sont d'accord avec ça. Deuxièmement pour Trump la modération a été forcement faite manuellement donc l'algorithme a bon dos dans cette affaire.

    Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message

    Enfin un peu de bon sens !
    Si vous êtes d'accord avec moi sur le coté faussé du débat dans les réseaux sociaux, je vois mal comment vous pouvez être en désaccord quand je dis justement que les réseaux ne sont pas neutre...

    Et encore une fois ça n'est pas a la justice d'agir mais au législateur. La justice vient apres un préjudice alors que ce type de cas devrait être géré bien avant justement.

  12. #72
    Membre habitué
    Inscrit en
    janvier 2009
    Messages
    51
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : janvier 2009
    Messages : 51
    Points : 136
    Points
    136
    Par défaut
    La micronie n'a vraiment peur de rien : faites ce que je dis, pas ce que je fais.
    Ou alors ils ont peur que cela leur arrive également.
    Ou bien les 2.
    Bref...

  13. #73
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    5 898
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 5 898
    Points : 147 288
    Points
    147 288
    Par défaut AWS déconnecte les serveurs de Parler, le réseau social utilisé par les partisans de Trump
    AWS déconnecte les serveurs de Parler suite à son implication supposée dans l'organisation des émeutes du Capitole.
    Le réseau social utilisé par les partisans de Trump n'est plus accessible

    Parler ne reviendra probablement pas de si tôt. Le réseau social qui soutient toujours Donald Trump et ses abonnés, l'un des rares à le faire actuellement, a été fermé après qu'Amazon l'ait suspendu de ses services d'hébergement Web lundi. Google et Apple ont déjà supprimé Parler de leurs magasins d'applications respectifs et le service est complètement inaccessible au moment de l'écriture de ces lignes.

    Amazon a annoncé dimanche son intention de rompre ses liens avec Parler, affirmant qu'il « ne peut pas fournir de services à un client qui est incapable d'identifier et de supprimer efficacement le contenu qui encourage ou incite à la violence contre les autres ». « Parce que Parler ne peut pas se conformer à nos conditions d'utilisation et présente un risque très réel pour la sécurité publique, nous prévoyons de suspendre le compte de Parler à compter du dimanche 10 janvier à 23 h 59 PST », a déclaré un porte-parole.

    Parler a été lancé en 2018 comme une alternative « libre expression » à Twitter et Facebook. En 2019 et 2020, il a attiré un certain nombre d'utilisateurs conservateurs, de droite et d'extrême droite. L'utilisation a considérablement augmenté ces derniers jours à la suite des événements de mercredi au Capitole américain ainsi qu'à la suspension des comptes de Donald Trump sur les médias sociaux comme Facebook et Twitter ou d'autres plateformes comme Twitch et Snap.

    Parler est devenu un refuge pour les personnes bannies de ces sites populaires. L'entreprise basée à Henderson, au Nevada, s'est présentée comme une alternative à la liberté d'expression sur les réseaux sociaux traditionnels et a adopté une approche plus détendue de la modération de contenu, attirant les théoriciens du complot et les membres de groupes haineux qui ont ouvertement incité à la violence.

    Des portes qui se ferment

    Tout d'abord, Apple et Google ont retiré l'application de leur boutique parce qu'ils estimaient qu'elle n'avait pas suffisamment surveillé les messages de ses utilisateurs, en autorisant trop de messages qui encourageaient la violence et la criminalité. La suspension par Google est intervenue vendredi lorsque l’entreprise a confirmé que l'application n'est plus sur le Play Store.

    « Afin de protéger la sécurité des utilisateurs sur Google Play, nos politiques de longue date exigent que les applications affichant du contenu généré par les utilisateurs aient des politiques de modération et une application qui supprime les contenus flagrants comme les messages qui incitent à la violence. Tous les développeurs acceptent ces conditions et nous avons rappelé à Parler cette politique claire au cours des derniers mois », a dit la société dans une déclaration envoyée à plusieurs médias.

    « Nous sommes conscients de la poursuite de la publication dans l'application Parler qui cherche à inciter à la violence aux États-Unis. Nous reconnaissons qu'il peut y avoir un débat raisonnable sur les politiques de contenu et qu'il peut être difficile pour les applications de supprimer immédiatement tout contenu violent, mais pour que nous puissions distribuer une application par le biais de Google Play, nous exigeons que les applications mettent en œuvre une modération robuste pour les contenus flagrants ».

    Vendredi, Apple a donné à Parler 24 heures pour débarrasser son application des messages incitant à la haine des partisans de Trump ou la retirer de son App Store. Parler a semblé retirer certains postes pendant cette période, mais samedi, Apple a déclaré à la société que ses mesures étaient inadéquates. « Nous avons toujours soutenu la représentation de divers points de vue sur l'App Store, mais il n'y a pas de place sur notre plateforme pour les menaces de violence et les activités illégales », a déclaré Apple dans un communiqué.

    « C'est très énorme », a dit Amy Peikoff, chef de la politique de Parler, dans une déclaration après qu'Apple ait donné son avertissement vendredi. Sans accès à l'App Store, a-t-elle dit, « nous sommes grillés ».

    Plusieurs dirigeants de Parler, y compris John Matze, le directeur général de Parler, ont accusé les actions des entreprises technologiques d'être politiquement motivées et anticoncurrentielles. Matze a souligné le fait que Twitter avait récemment promu la phrase "Pendre Mike Pence" comme un sujet de tendance. La majorité des discussions sur Twitter portait sur des émeutiers scandant la phrase sur le vice-président mercredi, selon lui. « Je n'ai vu aucune preuve qu'Apple les poursuit », a déclaré Matze. « Cela semble être un double standard injuste, car tous les autres sites de médias sociaux ont les mêmes problèmes, sans doute à une échelle pire ».

    Puis vint le tour d’Amazon, plus tard samedi, d’annoncer qu’il virera Parler de son service d'hébergement Web dimanche soir en raison de violations répétées des règles d'Amazon. La décision d'Amazon signifiait que la plateforme entière de Parler serait mise hors ligne, à moins qu'elle ne trouve un nouveau service d'hébergement dimanche.

    « Il est clair que Parler ne dispose pas d'un processus efficace pour se conformer aux conditions de service de l'AWS. Il semble également que Parler essaie toujours de déterminer sa position sur la modération du contenu. Vous supprimez certains contenus violents lorsque nous ou d'autres personnes vous contactent, mais pas toujours de manière urgente. Votre PDG a récemment déclaré publiquement qu'il ne "se sent pas responsable de tout cela, et la plateforme ne devrait pas non plus se sentir responsable" », lit-on dans le courriel adressé à Parler.

    « Ce matin, vous nous avez fait part de votre intention de modérer de manière plus proactive les contenus violents, mais vous prévoyez de le faire manuellement avec des volontaires. Nous pensons que ce plan naissant qui consiste à utiliser des volontaires pour identifier et supprimer rapidement les contenus dangereux ne fonctionnera pas, compte tenu du nombre croissant de messages violents ». En raison du « risque très réel pour la sécurité publique » que représente Parler, AWS prévoit de suspendre le compte de Parler à compter de dimanche, à 23h59 (Heure du Pacifique).

    Les employés d'Amazon avaient publiquement demandé le bannissement de Parler, et une pétition de Change.org réclamant la même chose avait recueilli des milliers de signatures cette semaine. Des officiels Américains ont mis la pression sur Google et Apple. Sur Twitter, la représentante Alexandria Ocasio-Cortez a appelé les deux sociétés à prendre des mesures contre les applications.

    Nom : parler.png
Affichages : 1580
Taille : 202,1 Ko

    Le PDG de Parler s'exprime sur le sujet

    Le PDG de Parler, John Matze, a déclaré dimanche à Fox News que la plateforme « se remettrait en ligne le plus rapidement possible » et que le site pourrait être indisponible pendant une semaine. Dans un billet ultérieur publié sur Parler, Matze a déclaré que le site « serait probablement indisponible plus longtemps que prévu ».

    John Matze n'a pas manqué de tacler au passage Amazon, Google et Apple, déclarant qu'il s'agissait d'un effort coordonné sachant que les options de Parler seraient limitées : « Dimanche à minuit, Amazon fermera tous nos serveurs dans une tentative de supprimer complètement la liberté d'expression sur internet. Il est possible que Parler ne soit pas disponible sur internet pendant une semaine, car nous devons tout reconstruire à partir de zéro. Nous nous sommes préparés à de tels événements en ne nous appuyant jamais sur l'infrastructure propriétaire d'Amazon et en construisant des produits en métal nu. Nous ferons de notre mieux pour passer à un nouveau fournisseur dès maintenant, car nous avons beaucoup de concurrents pour notre activité, cependant Amazon, Google et Apple ont délibérément coordonné leurs efforts sachant que nos options seraient limitées... »

    Parler a été abandonné par pratiquement toutes ses alliances commerciales après qu'Amazon, Apple et Google aient mis fin à leurs accords avec le service de médias sociaux, a indiqué John Matze dimanche sur Fox News :

    « Nous avons nos logiciels et les données de tout le monde sont prêtes à l'emploi. Ce sont plutôt les déclarations d'Amazon, de Google et d'Apple à la presse concernant l'abandon de notre accès qui ont amené la plupart de nos autres fournisseurs à ne plus nous apporter leur assistance et nous fermer leurs portes », a regretté Matze. Et de continuer en disant « Tous les fournisseurs, des services de messagerie texte aux fournisseurs d'e-mail en passant par nos avocats, nous ont également abandonnés le même jour ».

    Les réactions se sont étendues aux utilisateurs de l’application. Sur Parler, certains suggéraient d'infliger à Amazon des dommages physiques. « Il serait dommage que quelqu'un ayant une formation en explosifs se rende dans certains centres de données d’AWS », a écrit une personne.

    Source : BBC
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #74
    Membre expert

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    2 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 2 540
    Points : 3 534
    Points
    3 534
    Par défaut
    Bonsoir,

    Je vais affiner mon raisonnement.

    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Ca c'est complétement faux. D'une part parce que les algorithme employé ne sont pas neutre et ne s'applique pas a tout le monde de la même manière (et ça je ne suis pas le seul à la dire Obama notamment le souligne).
    Vous avez entièrement raison.

    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Comme le montre un lien que j'ai posté certaines insultes et menaces passe sans aucun soucis sur twitter du moment qu'ils sont d'accord avec ça. Deuxièmement pour Trump la modération a été forcement faite manuellement donc l'algorithme a bon dos dans cette affaire.
    On a ouvert la boite de pandore . Explication .

    Exemple , au départ caradisiac , developpez.com, autotitre, 60 millions de consommateurs ... sont des sites d'échanges ,d'informations, de débat . Le partie "site" + "forum". Au final la thématique de la partie "forum" peut être culturel, politique, centre d’intérêt, religions, sport, associations à thème . Le but du forum est toujours identifié.

    Facebook était au départ une pale copie des forums et blogs , ils ont décidé de fusionner les deux concept. On a donc retrouvé les profils et groupes sur des thématiques culturelles et sportifs. On a commencé à parler de "réseau social virtuel". En gros ce que vous faites/dites dans une asso ... bah il est aussi possible d'avoir les mêmes discussions via Facebook ou un forum .

    Puis politique et religion sont venues se greffer dessus ... et c'est la que c'est devenu dangereux.

    Les pensées politiques et religieuses n'étant pas forcement du gout des dirigeants des entreprises susse nommées , ainsi que des politiques. La modération (plutôt un censure moral et éthique) a fait son apparition .

    Au final celui qui n'est pas d'accord ou contestataire = un récalcitrant (qu'il est raison ou non) > on le mets sur un siège éjectable > on le lourde, au passage on prendre soin de lui pomper ces infos perso (oui histoire qu'il soit un minimum rentable). Au final on le lourde comme un vulgaire détritus.

    Facebook et Twitter viennent d'inventer la mercantilisation de la "pensée humaine" .

    Celui qui n'entre pas dans le moule = un vulgaire déchet, on se fout pas mal de savoir que c'est un humain doté d'une conscience . Pour facebook et / ou twitter le but est de le faire rentrer dans le moule pour qu'il soit rentable !

    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Si vous êtes d'accord avec moi sur le coté faussé du débat dans les réseaux sociaux, je vois mal comment vous pouvez être en désaccord quand je dis justement que les réseaux ne sont pas neutre...
    Et la c'est plus clair ?

    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Et encore une fois ça n'est pas a la justice d'agir mais au législateur. La justice vient apres un préjudice alors que ce type de cas devrait être géré bien avant justement.
    Vu la taille de facebook et twitter , je ne suis pas d'accord avec vous. On parle de problématique religieuse et politique qui ont une influence aussi mondiale. Ce n'est pas à des modérateurs de décider, c'est à des pros de la justice (juge, police, justice,fdo, avocat ... ) .

    Un modérateur est en quelques sorte un vigile. Il est la pour cadrer et garder le calme , pour que la boite puisse faire du chiffre. Il n'a absolument pas à juger de ce que pense un individu. Si c'est éthiquement ou moralement dérangeant , c'est à un juge de trancher ...

    J'ajouterai pour conclure que Facebook vient d'inventer la "justice arbitraire à la tête du client" ... Vous pouvez poster un contenu légitime ... Pourtant pour facebook et / ou sa modération c'est potentiellement "nocif" . On se fout pas mal de savoir si c'est légitime ...


    Je ferai un peu un parallèle avec l'automatisation des contrôles radars et des péages . En cas de fraude ou d'usurpation d'identité , c'est à vous de prouver votre bonne foi. Le système étant automatique on se fout pas mal de savoir si c'était bien vous ... Tant que vous ne pouvez pas prouver le contraire on vous mets dans une case = récalcitrant ou mauvais payeur .

    En gros "l’algorithme a dit que alors fermez la".

    ----

    3 cas concrets dont un vécu par ma propre entreprise :

    > 1 restaurateur dont le compte a été bloqué car le logo de son resto comporte une colombe = braconnage et maltraitance animal selon facebook
    > 1 vendeur de drone et d'avion RC qui a reçu la visite du FBI car une publication sur sa page vitrine FB comportait les mots "bomb" et "make" ...
    > mon entreprise a reçu des menaces de clôtures de comptes de la part de FB car nous vendons des produits ménagers, et les visuels produits comportent des animaux > pour Facebook c'est antiécologique, du braconnage, du trafic d'animal et la de la maltraitance d'animal ...

  15. #75
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    salarié
    Inscrit en
    septembre 2014
    Messages
    78
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : salarié

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2014
    Messages : 78
    Points : 196
    Points
    196
    Par défaut
    Je serai bien curieux de lire ici des réactions suite à la fermeture de comptes de femmes / d'hommes politiques français...

    Twitter bloque le compte d'Emmanuelle Ménard @emenard34 Député de l'Hérault pendant 18 mois pour s'être moquée de Greta Thunberg en suggérant de lui mettre une fessée.
    https://twitter.com/emenard34?lang=fr

    Twitter ne bloque pas le compte de l'ayatollah Khamenei.ir @khamenei_ir qui avait souhaité la destruction d'Israël
    https://twitter.com/DamienRieu/statu...06369341550592

    Twitter laisse le compte d'Arnold Schwarzenegger diffuser des bobards en liant l'attaque du Capitole et la Nuit de Cristal en 1938; il assimile les Proud Boys à des NAZI.
    https://twitter.com/Schwarzenegger/s...49481284874240

    Le magazine Forbes lance une chasse à l'homme contre les gens qui ont travaillé dans l'administration sous Trump. Bientôt des lynchages et des camps d'extermination ?
    https://www.bvoltaire.fr/une-chape-m...e-sur-les-usa/

    Twitter bloque l'Observatoire du Journalisme mais est contraint par la Justice de rétablir le compte
    https://www.ojim.fr/twitter-censure-...ontre-attaque/
    https://twitter.com/ojim_france

    Facebook bloque à répétition le compte de Jean-Marie Bigard
    https://twitter.com/JM_Bigard/status...86976604196866

    Tout cela est pitoyable, pour les deux camps. Je plains le duo Joe Biden et Kamala Harris :
    tout commence dans un chaos invraisemblable, après le chaos des émeutes du mouvement racialiste BLM (et ils n'avaient pas tort non plus).

    Cette Amérique est fracturée, sur le déclin.

  16. #76
    Expert confirmé

    Profil pro
    Inscrit en
    février 2006
    Messages
    2 254
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : février 2006
    Messages : 2 254
    Points : 4 176
    Points
    4 176
    Par défaut
    on en revient toujours au même point, les réseaux dit "sociaux" sont un "cancer", et il y a un moyen simple de résoudre ça : interdire la publication et la possibilité de commenter des postes publics.
    en attendant, ce n'est pas à ces entreprises de faire la police au delà de ce qui est inscrit dans la loi (genre terrorisme, pédophilie, etc.) mais à la justice (même si elle n'est pas parfaite).
    c'est inadmissible que des gens se croient être de meilleures consciences que les autres alors que ces derniers mois/dernières années on voit que ces personnes sont au contraire les pires raclures de l'humanité. et je pèse chacun de mes mots.

    on ne peut pas se déclarer défendre la liberté d'expression en ne se la donnant qu'à soi même.
    on ne peut pas dire faire la justice en ne laissant aucune chance à la partie adverse de se défendre.

    mais bon, je ne me fais pas d'illusion, je suis en train de pi**er dans un violon...

  17. #77
    Membre expert

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    2 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 2 540
    Points : 3 534
    Points
    3 534
    Par défaut
    Bonsoir,

    Quitte à avoir un brèche autant s'y engouffrer. Allons y avec les cliches

    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Twitter bloque le compte d'Emmanuelle Ménard @emenard34 Député de l'Hérault pendant 18 mois pour s'être moquée de Greta Thunberg en suggérant de lui mettre une fessée.
    https://twitter.com/emenard34?lang=fr
    Emmanuelle Ménard = RN (ex FN) donc " à torpiller " car politiquement incorrect de soutenir un parti "jugé d’extrême doite" et "prônant la haine" . Puis Greta Thunberg représente 2/3 choses "noble" (ado moins de 18 ans donc mineur, asperger autiste, l'écologie ... ) . En gros Ménard est vu comme un "pollueur" de "droite" , "anti écologiste" , "qui méprise les minorités" (comme les handicapés ) , un "boomer" des années 46 - 66 "donneur de leçon

    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Twitter ne bloque pas le compte de l'ayatollah Khamenei.ir @khamenei_ir qui avait souhaité la destruction d'Israël
    https://twitter.com/DamienRieu/statu...06369341550592
    Critiquer un ayatollah c'est du racisme anti musulman.

    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Twitter laisse le compte d'Arnold Schwarzenegger diffuser des bobards en liant l'attaque du Capitole et la Nuit de Cristal en 1938; il assimile les Proud Boys à des NAZI.
    https://twitter.com/Schwarzenegger/s...49481284874240
    Arnold Schwarzenegger = governator > c'est un ex embassadeur de la Californie donc pourquoi torpiller politiquement un adversaire qui peut retourner sa veste pour défendre les GAFAM ?

    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Le magazine Forbes lance une chasse à l'homme contre les gens qui ont travaillé dans l'administration sous Trump. Bientôt des lynchages et des camps d'extermination ?
    https://www.bvoltaire.fr/une-chape-m...e-sur-les-usa/
    Comme avec le New York times qui appartient à Jeff Bezos ... C'est une vengeance politicienne.

    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Twitter bloque l'Observatoire du Journalisme mais est contraint par la Justice de rétablir le compte
    https://www.ojim.fr/twitter-censure-...ontre-attaque/
    https://twitter.com/ojim_france
    Une critique anti Twitter émisse par ce même organisme ^^

    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Facebook bloque à répétition le compte de Jean-Marie Bigard
    https://twitter.com/JM_Bigard/status...86976604196866
    Les pro macron sont sur Twitter, Bigard a soutenu les Gilets Jaunes ... C'est bien de dégager des "intrus"

  18. #78
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 287
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 287
    Points : 31 050
    Points
    31 050
    Par défaut Parler poursuit Amazon, alléguant des violations de la législation antitrust
    Parler poursuit Amazon, alléguant des violations de la législation antitrust,
    Après que le géant du e-commerce a interdit l'application de médias sociaux d'extrême droite d'AWS

    Comme on pouvait s’y attendre, AWS a déconnecté les serveurs de Parler, une plateforme de médias sociaux populaire auprès de l'extrême droite, de son service d’hébergement après lui avoir donné jusqu’à dimanche pour modérer efficacement les commentaires violents des partisans pro-Trump ou trouver un autre hébergeur Web. Amazon fait maintenant face à une action en justice suite à sa décision d'interdire à Parler d'utiliser l'infrastructure Cloud d'AWS. Le procès déposé lundi devant le tribunal de District américain de Seattle allègue que la suspension de Parler des services AWS violait la loi antitrust et enfreignait un accord contractuel.

    Après avoir gagné en popularité et s’être hissé au premier rang sur l'App Store d'Apple au cours du week-end dernier, en faveur de la ruée des utilisateurs de la droite suite aux interdictions des médias sociaux traditionnels, le service de réseautage social Parler n’est plus accessible en ligne après quelque trois jours. En réponse, l'entreprise poursuit maintenant son ancien hébergeur, Amazon, en alléguant que le géant de l'hébergement s'est intentionnellement associé au service social rival Twitter pour éliminer un concurrent du marché.

    Nom : p01.jpg
Affichages : 1248
Taille : 21,3 Ko

    Amazon a fait tomber Parler de son service d'hébergement en Cloud, affirmant que Parler n'avait pas réussi à modérer les menaces de violence après le siège meurtrier du Capitole américain la semaine dernière. Mais selon le procès Parler, la décision d'Amazon Web Services de couper les vivres à Parler « est apparemment motivée par une animosité politique ». « Elle est aussi apparemment destinée à réduire la concurrence sur le marché des services de microblogage au profit de Twitter ».

    Mercredi dernier, des émeutiers pro-Trump ont pris d'assaut le Capitole pendant que les législateurs certifiaient le résultat de l'élection présidentielle. Le Congrès a ensuite confirmé la victoire du président élu Joe Biden. Les tweets du président Donald Trump pendant et après le siège, au cours duquel il a continué à diffuser de nouvelles informations erronées sur les élections, ont incité Twitter à le suspendre définitivement et Facebook à le suspendre au moins jusqu'à son départ de la Maison-Blanche.

    La droite a longtemps accusé les sociétés de médias sociaux comme Twitter de discriminer les conservateurs en ajoutant des étiquettes d'avertissement et des vérifications de faits aux messages. Depuis l’interdiction de Trump, les petits réseaux sociaux d'extrême droite comme Parler et Gab ont gagné en popularité. Parler, qui se vante d'être attaché à la liberté d'expression et qui a peu de politiques de modération, a passé un bref moment en tête de liste des Top Charts sur l'App Store d'Apple. Gab a déclaré samedi, dans un tweet qui n’est plus disponible, qu'il gagnait 10 000 nouveaux utilisateurs chaque heure.

    Selon son procès, Parler demande au tribunal d'accorder une ordonnance de restriction temporaire contre Amazon et « d'ordonner à AWS de maintenir le compte de Parler jusqu'à nouvel ordre ». L'entreprise demande également des dommages et intérêts « d'un montant à déterminer lors du procès ».

    L'accusation de Parler selon laquelle Amazon a enfreint la loi antitrust attire certainement l'attention, d'autant plus qu'Amazon fait l'objet d'une enquête pour de multiples violations potentielles du droit de la concurrence. Mais malgré toutes les failles antitrust alléguées d'Amazon, la concurrence n'a apparemment pas grand-chose à voir avec la réalité de l’abandon de Parler par les géants de la technologie qui subissent une pression énorme, eux aussi, de la part des officiels Américains et autres pour interdire les plateformes qui favorisent les messages de haine suite à l’insurrection du Capitole.

    Les choses vont mal pour Parler : « Nous serons probablement hors service plus longtemps que prévu »

    Alors que de nombreux utilisateurs de Parler étaient issus de la droite "dominante", au cours des derniers mois, la plateforme a également attiré un nombre croissant d'utilisateurs d'extrême droite, marginaux et extrémistes qui ont explicitement appelé à la violence. Parler a également attiré davantage d'utilisateurs extrémistes à la suite des interdictions permanentes du président Donald Trump par Twitter, Facebook et de plusieurs autres plateformes sociales.

    Les messages sur Parler appelant à une augmentation de la violence à la suite de l'émeute au Capitole - y compris en vue de la prochaine inauguration du président élu Joe Biden - n'ont pas été difficiles à trouver. Plusieurs comptes Twitter consacrés à l'agrégation de ce type de messages ont débordé d'exemples au cours du week-end. Suite aux événements insurrectionnels de mercredi dernier, ces messages sont désormais pris très au sérieux. Face aux critiques, le PDG de Parler, John Matze, au lieu d'accepter d'introduire une modération efficace du contenu, a continué de vanter la "libre expression" sur le réseau social. Mais les choses n’ont pas tardé à tourner court.

    Google a été le premier à agir vendredi en retirant Parler de son app store Android. « Nous sommes au courant de la poursuite de la publication dans l'application Parler qui cherche à inciter à la violence continue aux États-Unis », a déclaré un porte-parole de la société. « À la lumière de cette menace urgente et continue pour la sécurité publique, nous suspendons les annonces de l'application du Play Store jusqu'à ce qu'elle traite ces questions ».

    Apple a suivi le mouvement au cours du week-end, en déclarant samedi dernier : « Nous avons toujours soutenu la représentation de divers points de vue sur l'App Store, mais il n'y a pas de place sur notre plateforme pour les menaces de violence et d'activités illégales. Parler n'a pas pris les mesures adéquates pour faire face à la prolifération de ces menaces à la sécurité des personnes. Nous avons suspendu Parler de l'App Store jusqu'à ce qu'ils résolvent ces problèmes ».

    Si les actions de Google et d'Apple ont retiré Parler des app tores mobiles, elles n'ont pas réellement empêché Parler de fournir des services par l'intermédiaire de son site Web ou aux personnes qui avaient déjà installé l'application. Amazon l'a fait, cependant, lorsqu'il a annoncé samedi soir qu'il allait mettre fin aux services d'hébergement AWS de Parler à partir de minuit le dimanche 10 janvier. C’est ce qu’Amazon a fait lundi.

    Par la suite, presque tous ceux dont Parler avait obtenu des services ont pris leur distance du réseau social. « Tous les fournisseurs, des services de messagerie textuelle aux fournisseurs de courrier électronique, en passant par nos avocats, nous ont également abandonnés le même jour », s'est plaint John Matze, PDG de Parler, dans une interview accordée dimanche à Fox News.

    C’est le cas avec la plateforme d'authentification des utilisateurs Okta qui a confirmé dans la nuit de samedi à dimanche que Parler utilisait un "essai gratuit" de son produit et que le compte de Parler a été résilié dès qu'Okta l'a découvert. « Bien que nous soutenions des organisations de tout le spectre politique », a déclaré l'entreprise dans un tweet, « notre plateforme ne sera pas utilisée pour des menaces de violence et d'activités illégales ».

    Nom : P03.png
Affichages : 1238
Taille : 66,4 Ko

    « Nous serons probablement hors service plus longtemps que prévu », a écrit Matze dans l'un de ses derniers messages sur Parler avant que la plateforme ne soit hors ligne. « Cela n'est pas dû à des restrictions logicielles - nous avons nos logiciels et les données de tout le monde prêts à être utilisés. C'est plutôt que les déclarations d'Amazon, de Google et d'Apple à la presse sur la suppression de notre accès [ont] amené la plupart de nos autres fournisseurs à supprimer leur soutien à notre égard également. Et la plupart des gens qui ont suffisamment de serveurs pour nous héberger nous ont fermé leurs portes. Nous mettrons tout le monde au courant et nous informerons la presse lorsque nous serons de nouveau en ligne ».

    Le procès pourrait-il ramener Parler rapidement en ligne ?

    Parler demande à la Cour d'émettre une ordonnance de restriction temporaire qui obligerait AWS à rétablir le compte de Parler et à « s'abstenir de suspendre, de résilier ou de ne pas fournir les services » prévus dans son accord avec AWS. Cependant, les conditions de service d'Amazon, pour l'ensemble de ses services AWS, sont assez explicites sur le fait qu'elle peut interdire les clients qui autorisent certains types de contenus sur leurs sites :

    Si nous pensons raisonnablement que l'un de vos contenus viole la loi, enfreint ou détourne les droits d'un tiers, ou viole d'une autre manière une condition matérielle de l'accord (y compris la documentation, les conditions de service ou la politique d'utilisation acceptable) ("Contenu interdit"), nous vous informerons du contenu interdit et pourrons demander que ce contenu soit retiré des services ou que l'accès à celui-ci soit désactivé. Si vous ne supprimez pas ou ne désactivez pas l'accès au contenu interdit dans les 2 jours ouvrables suivant notre notification, nous pouvons supprimer ou désactiver l'accès au contenu interdit ou suspendre les services dans la mesure où nous ne sommes pas en mesure de supprimer ou de désactiver l'accès au contenu interdit.

    Nonobstant ce qui précède, nous pouvons supprimer ou désactiver l'accès à tout contenu interdit sans préavis en rapport avec un contenu illégal, lorsque le contenu peut perturber ou menacer les services ou conformément à la loi applicable ou à toute ordonnance ou demande judiciaire, réglementaire ou autre ordonnance gouvernementale. Dans le cas où nous retirerions votre contenu sans préavis, nous vous en informerons rapidement, sauf si la loi l'interdit. Nous résilions les comptes des contrevenants récidivistes dans des circonstances appropriées.


    En outre, le retrait de Parler des plateformes ne semble pas avoir été un acte concerté de collusion de la part d'autres sociétés de médias sociaux ou, en fait, de n'importe quelle plateforme. Il est bien plus probable que toutes les entreprises impliquées dans l'affaire Parler aient examiné la façon dont les choses se déroulent à la suite d'une attaque réelle, littérale et violente contre le Capitole américain qui a fait cinq morts et aient décidé d'éviter tout lien supplémentaire.

    « Il n'y a aucun mérite à ces revendications », a déclaré un porte-parole d'Amazon à propos de ce procès. « Il est clair qu'il y a un contenu important sur Parler qui encourage et incite à la violence contre les autres et que Parler ne peut ou ne veut pas identifier et retirer rapidement ce contenu ».

    Bien que Parler soit maintenant hors ligne – vraisemblablement pour longtemps -, les données pourront être facilement accessibles aux forces de l'ordre, qui n'ont pas eu à chercher bien loin pour trouver et identifier les nombreux auteurs de l'attaque de mercredi sur le Capitole.

    En effet, un effort d'archivage pour préserver autant de contenu de Parler que possible a été lancé samedi, selon un fil de discussion sur Twitter. L’effort a commencé avec le contenu du 6 janvier, mais a pu rapidement élargir son champ d'action. Et depuis dimanche, 99,9 % de tout le contenu publiquement disponible sur Parler a été capturé. @Donk_enby a même démenti les rapports sur un "hack" de Parler qui ont circulé sur certains réseaux sociaux.

    « Seules les choses qui étaient accessibles au public via le Web ont été archivées », a-t-elle précisé dans un tweet. « Je n'ai pas votre adresse e-mail, votre numéro de téléphone ou de carte de crédit, sauf si vous l'avez vous-même publié sur Parler ».

    Nom : P04.png
Affichages : 1133
Taille : 42,2 Ko

    Source : Parler LLC vs AWS Inc

    Et vous ?

    Que pensez-vous des arguments de Parler pour forcer le retour de ses services en ligne ?
    Quelle suite prévoyez-vous pour ce procès ?

    Voir aussi :

    AWS déconnecte les serveurs de Parler suite à son implication supposée dans l'organisation des émeutes du Capitole. Le réseau social utilisé par les partisans de Trump n'est plus accessible
    AWS lance CloudShell, un Shell basé sur le Web pour l'accès en ligne de commande à AWS, qui peut être lancé directement à partir de l'AWS Management Console
    Stripe s'ajoute à la liste des plateformes technologiques qui ont décidé de priver Donald Trump de leurs services, suite aux actions violentes menées au Capitole
    La suspension définitive du compte de Donald Trump par Twitter oppose la France et l'Allemagne à la plateforme, qui se justifie par la nécessité de lutter contre l'incitation à la violence
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #79
    Membre extrêmement actif Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    avril 2011
    Messages
    3 600
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 57
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : avril 2011
    Messages : 3 600
    Points : 7 057
    Points
    7 057
    Par défaut
    Ce que j'aime dans le discours de B. LE MAIRE, c'est cette phrase
    L'oligarchie digitale est une des menaces qui pèsent sur les États et sur les démocraties.
    Par contre, l'oligarchie des plus riches pour asservir le plus grand nombre, ça ne le gêne pas, visiblement...
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

  20. #80
    Membre chevronné
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    666
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 666
    Points : 1 750
    Points
    1 750
    Par défaut
    Je suis bien d'accord avec vous sur les premier points.

    Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
    Vu la taille de facebook et twitter , je ne suis pas d'accord avec vous. On parle de problématique religieuse et politique qui ont une influence aussi mondiale. Ce n'est pas à des modérateurs de décider, c'est à des pros de la justice (juge, police, justice,fdo, avocat ... ) .
    Je parle bien de législateur, pas de modérateur car oui effectivement ça n'est pas du tout a un modérateur de décider qui doit faire quoi, la dessus je suis totalement d'accord.

Discussions similaires

  1. L'ennemi juré du programmeur est de retour!
    Par oldfox dans le forum C++
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/03/2006, 15h04

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo