IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

Les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump suspendus jusqu'au 7 janvier 2023

  1. #21
    Responsable
    Office & Excel


    Homme Profil pro
    Formateur et développeur chez EXCELLEZ.net
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    18 311
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 54
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Formateur et développeur chez EXCELLEZ.net
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 18 311
    Points : 53 210
    Points
    53 210
    Billets dans le blog
    128
    Par défaut
    Pour moi, les réseaux sociaux, et particulièrement Twitter, ne devraient pas être utilisés par les représentants d'un pays. Une communication articulée, argumentée et construite est impossible par ces canaux qui demandent, voire exigent, de la spontanéité et de la réactivité à chaud.

    Les exemples de réactions balancées à chaud par les responsables politiques sur des infos qui se sont révélées fausses par la suite pleuvent de partout. Ca permet à macron de "recadrer sèchement" un(e) ministre qui a tweeté sans en référer au Maître, ou chez moi en Belgique à un Ministre-Président (Tadâââm) de tancer une de "ses" ministres qui a imprudemment envoyé un tweet sans l'imprimatur du Grraaand Chef, mais au delà de ces bassesses de bac à sable, ça fait rarement avancer le schmilblick dans le bon sens. On devrait attendre mieux de la part de celles et ceux qui se targuent de gérer le monde que ces petits gazouillis qui se veulent assassins.

    Et s'ils n'utilisaient pas Tweeter, il n'y aurait pas besoin de réguler leurs logorrhées.


    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    J'espère quand même qu'il va y avoir une législation clair pour définir concrètement ce que les réseau sociaux ont le droit de faire ou non concernant les représentant d'un pays[...]
    Pour le reste, un appel à la haine reste un appel à la haine, qu'il vienne d'un simple quidam ou du Président des Etats-Unis. Il n'y a pas besoin de légiférer plus, il suffit, déjà et d'en un premier temps, d'appliquer les lois qui existent déjà.
    "Plus les hommes seront éclairés, plus ils seront libres" (Voltaire)
    ---------------
    Mes billets de blog sur DVP
    Mes remarques et critiques sont purement techniques. Ne les prenez jamais pour des attaques personnelles...
    Pensez à utiliser les tableaux structurés. Ils vous simplifieront la vie, tant en Excel qu'en VBA ==> mon tuto
    Le VBA ne palliera jamais une mauvaise conception de classeur ou un manque de connaissances des outils natifs d'Excel...
    Ce ne sont pas des bonnes pratiques parce que ce sont les miennes, ce sont les miennes parce que ce sont des bonnes pratiques
    VBA pour Excel? Pensez D'ABORD en EXCEL avant de penser en VBA...
    ---------------

  2. #22
    Membre extrêmement actif Avatar de ddoumeche
    Homme Profil pro
    Ingénieur recherche et développement
    Inscrit en
    octobre 2007
    Messages
    1 513
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Singapour

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur recherche et développement

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2007
    Messages : 1 513
    Points : 2 199
    Points
    2 199
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Fraudes ou pas fraudes... En quoi cela va changer ta vie?

    Ben en rien mon bon monsieur...
    Qu'un candidat ayant soutenu des longues émeutes raciales se vante d'avoir organisé le plus grand système de fraude de l'histoire politique américaine, voila qui mérite investigation. Soit il n'a pas toute sa tête, soit il ne sait pas mentir par ommission, soit il est sérieux.. et dans tous les cas on peut se poser la question du caractère et des motivations de ce monsieur.
    Et quand ce même monsieur et la presse parle d'insurrection quand la police tue 4 manifestants désarmés au Sénat (après les avoir intentionnellement laissé entrer) mais de manifestations pacifiques quand des émeutiers brûlent Portland, cela m'interpelle.

    Surtout quand les gens ne se préoccupent pas de savoir s'il y a eu fraudes ou pas fraudes, et certains émules des gardes rouges prennent ce prétexte pour annoncer le retour du Nouvel Ordre Nouveau. Voila en quoi cela peut changer ma vie, quoi que le NON soit aussi bien avancé en France.
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  3. #23
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    juillet 2020
    Messages
    39
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2020
    Messages : 39
    Points : 85
    Points
    85
    Par défaut
    N'en déplaise aux commissaires politiques virtuels, et je n'y suis pour rien, mais le 1er amendement de la Constitution des États-Unis pose que la liberté d’expression n’a aucune limite.
    Il est important de comprendre que la crise courante a des racines profondes. Elle oppose le camp puritain aux partisans d'un rêve américain. Ces 2 groupes ont toujours joué un rôle dans l'histoire américaine.

  4. #24
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 548
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 548
    Points : 124 987
    Points
    124 987
    Par défaut L'émeute du Capitole est un cauchemar en matière de cybersécurité
    L'émeute du Capitole est un cauchemar en matière de cybersécurité,
    Le « pire des scénarios » pour la cybersécurité du gouvernement américain, selon un expert en sécurité

    La violente prise d'assaut du US Capitole mercredi par les partisans de Donald Trump, encouragés par les fausses déclarations du président selon lesquelles l'élection était frauduleuse, a été un événement inédit et macabre à Washington. Quatre personnes sont mortes alors que la foule se déchaînait dans les bureaux du Congrès tandis que les politiciens portaient des masques à gaz et se faufilaient dans des couloirs secrets pour se mettre à l'abri. Mais au-delà des pertes en vies humaines, faut-il craindre les répercussions de l'émeute sur la cybersécurité du gouvernement américain ?

    Des hordes d'émeutiers sont entrées dans le bâtiment en présence de la police du Capitole mercredi pour tenter de perturber la confirmation du démocrate Joe Biden comme 46e président des États-Unis. Les membres du Congrès fuyant une foule pro-Trump ont quitté leurs bureaux si rapidement qu'au moins un membre du personnel a laissé son ordinateur allumé et connecté à son e-mail officiel, selon une capture d'écran publiée par un journaliste conservateur. Elijah Schaffer, un journaliste de la publication The Blaze, a écrit qu'il était « dans le bureau de Nancy Pelosi » avec ce qu'il a appelé des « révolutionnaires » qui ont « pris d'assaut le bâtiment ».

    Nom : c01.jpg
Affichages : 19958
Taille : 35,1 Ko

    Elijah Schaffer, un émeutier pro-Trump, a tweeté une photo de lui assis devant un ordinateur dans le bureau de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, l'ordinateur étant toujours connecté, un message d'avertissement sur l'insurrection s'affichant à l'écran. Le message de sécurité serait apparu sur un client de messagerie non protégé, avec des courriels remontant au moins jusqu'en 2019, a rapporté The Independent.

    « Pour mettre en perspective la rapidité avec laquelle le personnel a été évacué, des e-mails sont toujours à l'écran, ainsi qu'une alerte fédérale avertissant les membres de la révolution actuelle », a écrit Schaffer dans un tweet posté mercredi et qui a été supprimé par l’utilisateur lui-même.

    Nom : c02.jpg
Affichages : 4636
Taille : 69,3 Ko

    Lorsque les fonctionnaires quittent leur poste de travail, de nombreux autres appareils, tels que les ordinateurs portables et les téléphones, peuvent être laissés accessibles. Il aurait été donc trivial pour un adepte de QAnon ou un agent d'une organisation criminelle ou d'un gouvernement étranger, qui avaient prévu de venir à bout des forces de sécurité du bâtiment du Capitole, de s'enfuir avec un ordinateur du gouvernement ou de laisser derrière lui un petit dispositif d'écoute.

    Le sénateur de l'Oregon Jeff Merkley a publié une vidéo d'un de ses bureaux qui avait été saccagé, et il a déclaré qu'un ordinateur portable avait été volé.

    Dans le sillage du récent piratage de SolarWinds, qui a compromis les systèmes du gouvernement fédéral, ainsi que les préoccupations de l'administration en matière de sécurité nationale, la défense des dispositifs gouvernementaux est impérative. « C'est le pire des scénarios », a déclaré Victor Gevers, un expert en cybersécurité qui a prétendu avoir piraté le compte Twitter du président Trump l’année dernière.

    « Lorsqu'un groupe aussi important de personnes non identifiées a un accès physique à vos systèmes et connexions réseau déverrouillés, cela signifie que vous ne pouvez plus leur faire confiance. Vous devez tout redéployer, changer vos identifiants et enquêter sur chaque [personne] qui se trouvait dans ce bâtiment », a-t-il confié à The Independent. « Cela montre également que le département informatique n'applique pas un verrouillage automatique des écrans après un court moment d'inactivité, ce qui n'est pas une chose à conseiller ».

    Il est possible que des personnes qui avaient planifié l'événement aient téléchargé des logiciels malveillants sur les machines, soit par Internet, soit en utilisant une clé USB, a déclaré Peter Yapp, ancien directeur adjoint du Centre national de sécurité cybernétique (NCSC) du Royaume-Uni et partenaire de Schillings.

    Inspecter tous les ordinateurs et le réseau électrique du Congrès, même si cela « coûterait beaucoup de ressources et de temps »

    Il y a toutefois une lueur d’espoir pour ceux qui craignent la divulgation de secrets gouvernementaux ou qui se demandent si des émeutiers n'auraient pas installé des logiciels malveillants sur les réseaux gouvernementaux. D’abord, il semble peu probable, a déclaré Yapp, que les personnes s'attendaient à entrer dans le bâtiment du Capitole, estimant qu'il s'agissait « juste d'une opportunité qui s'ouvrait à eux ». Ainsi, la probabilité que les émeutiers aient cherché à accéder à long terme à des informations sensibles est réduite, mais les fonctionnaires devraient quand même s'inquiéter de cette possibilité.

    Ensuite, les ordinateurs du Capitole ont généralement besoin d'une carte physique pour pouvoir installer des logiciels ; les ports USB auraient été désactivés depuis les révélations de Snowden sur un vaste programme américain de surveillance intérieure et extérieure - une décision qui a un effet délétère sur la capacité des fuyards et des dénonciateurs potentiels à extraire des informations du gouvernement.

    « Vous aurez besoin d'une carte CAC pour installer quoi que ce soit sur un réseau gouvernemental. C'est une véritable carte d'identité physique que vous devez introduire dans l'ordinateur », a déclaré Vinny Troia, un ancien entrepreneur de longue date du ministère de la Défense en matière de cybersécurité.

    Mais cela ne signifie pas que des acteurs plus sophistiqués parmi les émeutiers n'auraient pas pu laisser derrière eux des outils d'espionnage électronique, enfouis dans les fichiers des ordinateurs restés connectés, ou simplement s'enfuir avec les ordinateurs eux-mêmes, comme l'a fait quelqu'un dans le bureau de Merkley. Il y a aussi la question de savoir si des téléphones portables ou d'autres appareils délivrés par le gouvernement ont été perdus lors de l’insurrection.

    « Les implications natsec/infosec de la tentative de coup d'Etat sont stupéfiantes - et pas seulement dans le bureau de Pelosi. Ils devront supposer que tous les systèmes et les fichiers physiques ont été compromis, et cataloguer ce qui a été volé, modifié ou détruit », a tweeté un expert en Cybersécurité.

    Nom : c04.png
Affichages : 4524
Taille : 38,8 Ko

    Nous ne connaîtrons tout simplement pas l'ampleur des dégâts à moins que, ou jusqu'à ce que, des fuites commencent à apparaître. « Je serais certainement en train de chercher des micros. Il est probable que, si quelque chose a été laissé derrière, cela déclenchera un signal et vous pourrez le trouver », a déclaré Yapp, ajoutant que les équipes d'experts devraient chercher des micros physiques dans les recoins du plafond, les interrupteurs et les prises de courant, surveiller les fréquences radio entrantes et sortantes.

    Gevers s'est fait l'écho de sentiments similaires, même si un tel acte « coûterait beaucoup de ressources et de temps ». « Nous avons vu des tentatives où les attaquants laissent des boîtiers d'extension de courant dans les bâtiments pour garder un accès à distance. J'avais l'habitude de les construire moi-même il y a presque dix ans lors d'exercices de la Red Team. Aujourd'hui, vous pouvez acheter une solution sur étagère qui est facile à déployer », a déclaré Gevers, émettant des hypothèses sur les prochaines étapes pour les équipes de sécurité du gouvernement.

    « Retirer tout le courant électrique semble être une solution très radicale, mais ce n'est pas exagéré. Je ne peux pas imaginer pourquoi ils ne feraient pas une telle chose. Ou au moins tout inspecter. C'est un travail qui prend du temps. Mais il faut le faire. Et espérons qu'ils ne trouveront rien », a ajouté Gevers.

    Quoi que quelques émeutiers puissent plus tard déverser sur Internet pour marquer leur passage au Capitole, il est probable que cela devienne plus important pour la désinformation et la manipulation qui a justement amené les émeutiers au Capitole. La foule de mercredi a apparemment envahi le Capitole parce qu'elle pense que la vérité sur les élections lui a été cachée, et elle se demande sans doute maintenant si la vérité pourrait être trouvée sur un ordinateur pris au hasard dans un bureau du Congrès.

    « Connaissant l'informatique du Congrès, je ne pense pas que je dormirais bien tant que les réseaux n'auront pas été reconstruits à partir de zéro, que chaque ordinateur n'aura pas été effacé et que les internes n'auront pas été inspectés visuellement avant d'être remis en service », a tweeté un utilisateur qui se présente comme un ancien administrateur système au Congrès, parti il y a quelques années pour la Silicon Valley. « C'est un effort herculéen, mais ce n'est pas non plus sans précédent - il y a un effort informatique herculéen au Congrès tous les deux ans lors du renouvellement des bureaux.

    Sources : Tweets (1, 2, 3 & 4)

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Pensez-vous que les émeutiers se seraient intéressés aux informations sur les ordinateurs du Congrès ?
    Pensez-vous que la cybersécurité du gouvernement américain est en danger après l’émeute ?

    Voir aussi :

    Le président Trump suspendu « indéfiniment » sur Facebook et Instagram, du moins jusqu'à la fin de son mandat, Twitch, le service de streaming vidéo en direct, fait de même
    Le patron de la FTC a annoncé qu'il est prêt à un démantèlement des grandes entreprises technologiques, si cela s'avère nécessaire
    Twitter verrouille le compte du président Trump pendant 12 heures et l'avertit d'une suspension permanente, Facebook retire ses publications incriminées et déclare une « situation d'urgence »
    Les pirates informatiques ont ciblé l'Agence américaine des armes nucléaires dans une violation massive de la cybersécurité, dans le cadre d'un assaut plus large contre les agences fédérales
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #25
    Expert éminent sénior
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    6 664
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 6 664
    Points : 30 892
    Points
    30 892
    Par défaut
    Les émeutiers avaient autre chose à foutre (genre faire un coup d'état, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour autre chose, d'ailleurs, même à 100%, ils ont échoué). Mais clairement, ça a permis de montrer des failles.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  6. #26
    Membre confirmé

    Profil pro
    Inscrit en
    mai 2003
    Messages
    260
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : mai 2003
    Messages : 260
    Points : 573
    Points
    573
    Billets dans le blog
    1
    Par défaut
    Cet article est la réponse classique de l'informaticien qui dit que tout est pourri, qu'il faut tout changer, et sans plus de preuve que ça.

    Le risque de personnel malicieux (ou négligeant) existe en permanence... Heureusement qu'il ne suffit pas d'accéder à un PC allumé pour pouvoir détruire un S.I. La probabilité est très faible.

  7. #27
    Membre chevronné
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    706
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 706
    Points : 1 851
    Points
    1 851
    Par défaut
    Citation Envoyé par Pierre Fauconnier Voir le message
    Pour moi, les réseaux sociaux, et particulièrement Twitter, ne devraient pas être utilisés par les représentants d'un pays. Une communication articulée, argumentée et construite est impossible par ces canaux qui demandent, voire exigent, de la spontanéité et de la réactivité à chaud.
    Je suis tout a fait d'accord avec vous, le debat politique ne devrait pas se faire a chaud et encore moins sur des réseaux ou on ne sait pas qui fait quoi. J'entends par la que des entreprises se sont spécialisé dans la communication sur ces réseaux et à ce titre fausse le débat.

    Pour le reste, un appel à la haine reste un appel à la haine, qu'il vienne d'un simple quidam ou du Président des Etats-Unis. Il n'y a pas besoin de légiférer plus, il suffit, déjà et d'en un premier temps, d'appliquer les lois qui existent déjà
    Ca pourrait être vrai si twitter n'avais pas l'esprit large la dessus quand ça l'arrange. L'appel à la haine non mais ça dépend pour qui. Il y a une vidéo de Psyhodelik : "7 JOURS DE BAN TWITTER POUR AVOIR DIT ELLEN PAGE". La on voit quand même qu'l y a un deux poids, deux mesures. Il se prend des menaces de mort et autre joyeuseté, le signal et twitter lui répond que c'est conforme à la charte ( 1:44) ... D'ailleurs il faut voir pourquoi il c'est prit un ban de 4 jours aussi (2:34).

    Donc twitter (et les autre aussi comme facebook, etdc) gardien de la morale, non certainement pas. Ces reseaux ont un partie prient quoi qu'on en dise et le favorise.

    Le problème ici c'est quand même qu'un réseau social dont on ne sait absolument pas qui est derrière se permet de censurer un représentant d'un pays même si il est président. je rappel que la censure ne c'est pas fait que pour l'envahissement du capitole mais aussi sur d'autre déclaration qu'il a fait ainsi que pour des personne proche de lui. Personnellement je trouve ça tres dangereux et anti démocratique. La ça va juste aboutir à la création d'un reseau social parallèle a twitter, facebook, etc au final.

  8. #28
    Membre extrêmement actif
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2010
    Messages
    764
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2010
    Messages : 764
    Points : 895
    Points
    895
    Par défaut
    Elijah Schaffer, est un journaliste

  9. #29
    Membre extrêmement actif
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2010
    Messages
    764
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2010
    Messages : 764
    Points : 895
    Points
    895
    Par défaut
    Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
    Je suis tout a fait d'accord avec vous, le debat politique ne devrait pas se faire a chaud et encore moins sur des réseaux ou on ne sait pas qui fait quoi. J'entends par la que des entreprises se sont spécialisé dans la communication sur ces réseaux et à ce titre fausse le débat.



    Ca pourrait être vrai si twitter n'avais pas l'esprit large la dessus quand ça l'arrange. L'appel à la haine non mais ça dépend pour qui. Il y a une vidéo de Psyhodelik : "7 JOURS DE BAN TWITTER POUR AVOIR DIT ELLEN PAGE". La on voit quand même qu'l y a un deux poids, deux mesures. Il se prend des menaces de mort et autre joyeuseté, le signal et twitter lui répond que c'est conforme à la charte ( 1:44) ... D'ailleurs il faut voir pourquoi il c'est prit un ban de 4 jours aussi (2:34).

    Donc twitter (et les autre aussi comme facebook, etdc) gardien de la morale, non certainement pas. Ces reseaux ont un partie prient quoi qu'on en dise et le favorise.

    Le problème ici c'est quand même qu'un réseau social dont on ne sait absolument pas qui est derrière se permet de censurer un représentant d'un pays même si il est président. je rappel que la censure ne c'est pas fait que pour l'envahissement du capitole mais aussi sur d'autre déclaration qu'il a fait ainsi que pour des personne proche de lui. Personnellement je trouve ça tres dangereux et anti démocratique. La ça va juste aboutir à la création d'un reseau social parallèle a twitter, facebook, etc au final.
    Oui nous travaillons sur la mise en place d'un web alternatif en effet

  10. #30
    Membre extrêmement actif
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2010
    Messages
    764
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2010
    Messages : 764
    Points : 895
    Points
    895
    Par défaut
    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    Qu'un candidat ayant soutenu des longues émeutes raciales se vante d'avoir organisé le plus grand système de fraude de l'histoire politique américaine, voila qui mérite investigation. Soit il n'a pas toute sa tête, soit il ne sait pas mentir par ommission, soit il est sérieux.. et dans tous les cas on peut se poser la question du caractère et des motivations de ce monsieur.
    Et quand ce même monsieur et la presse parle d'insurrection quand la police tue 4 manifestants désarmés au Sénat (après les avoir intentionnellement laissé entrer) mais de manifestations pacifiques quand des émeutiers brûlent Portland, cela m'interpelle.

    Surtout quand les gens ne se préoccupent pas de savoir s'il y a eu fraudes ou pas fraudes, et certains émules des gardes rouges prennent ce prétexte pour annoncer le retour du Nouvel Ordre Nouveau. Voila en quoi cela peut changer ma vie, quoi que le NON soit aussi bien avancé en France.
    C'est clair Biden a déclaré lui même avoir fraudé mais pas un mot la dessus dans la presse main stream.

  11. #31
    Membre chevronné
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    706
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 706
    Points : 1 851
    Points
    1 851
    Par défaut
    Citation Envoyé par redcurve Voir le message
    C'est clair Biden a déclaré lui même avoir fraudé mais pas un mot la dessus dans la presse main stream.
    A oui, sur le coup je croyais a de l'intox pour être honnête. C'est hallucinant.

    foxnews : "Biden says in video he has created 'voter fraud organization'"

  12. #32
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 548
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 548
    Points : 124 987
    Points
    124 987
    Par défaut La présence des insurgés sur les médias sociaux permet au gouvernement fédéral de les identifier facilement
    La présence des insurgés du Capitole sur les médias sociaux permet au gouvernement fédéral de les identifier facilement,
    Alors que la police locale et le FBI recherchent des informations sur eux

    La police du Capitole a peut-être permis à presque tous les membres d'une foule d'émeutiers pro-Trump d'entrer, de vandaliser et de quitter le bâtiment du Capitole sans être inquiétés, mais les détectives sur Internet et les enquêteurs officiels sont déterminés à les tenir pour responsables. Les forces de l'ordre qui tentent de traquer les insurgés qui ont participé à l’insurrection disposent d'un large éventail d'outils grâce à l'omniprésence des caméras et des médias sociaux. Le FBI et la police métropolitaine (MPD) de Washington, DC ont lancé un appel à l'aide à la foule pour identifier les émeutiers.

    Si depuis des années, la police met en garde contre les dangers du travail de détective effectué par la foule, c’est ce que la MPD a exactement décidé de faire. À la suite d'une attaque collective sans précédent contre le Capitole, la MPD a lancé un appel à l'aide à toute personne qui pourrait identifier les participants à l’assaut. Le département a fait circuler une brochure numérique de 27 pages de photos de visages, avec un numéro de téléphone d'urgence pour toute personne pouvant aider à les identifier. Le FBI a fait une demande similaire.

    Nom : c01.png
Affichages : 3097
Taille : 186,9 Ko

    Si les médias ont capturé des milliers de photos et vidéos que les forces de l’ordre peuvent utiliser, ils disposent également de technologies plus avancées pour identifier les participants, à l'instar de ce que plusieurs autres agences ont fait ces derniers mois. En effet, plusieurs services de police, comme ceux de Miami, Philadelphie et New York, se sont tournés vers les plateformes de reconnaissance faciale - dont la très controversée Clearview AI - lors des manifestations de l'été 2020 contre la brutalité policière et en faveur des communautés noires.

    À Philadelphie, par exemple, la police a utilisé un logiciel permettant de comparer les images des manifestations avec les photos d'Instagram pour identifier et arrêter un manifestant, selon des médias. En novembre, le Washington Post a rapporté que les enquêteurs de 14 agences locales et fédérales de la région de Washington ont utilisé un puissant système de reconnaissance faciale plus de 12 000 fois depuis 2019.

    Une agence gouvernementale n'aurait pas non plus besoin d'images réelles pour retrouver un participant à l’insurrection qui transportait un téléphone portable. Ces dernières années, les forces de l'ordre ont également pris l'habitude d'utiliser des mandats dits de géorepérage pour obliger des sociétés telles que Google à fournir des listes de tous les appareils mobiles apparus dans une certaine zone géographique au cours d'une période donnée. Google a fait état d'une croissance massive de l'utilisation de ces recherches "géofence" par les forces de l'ordre. Selon la société, il y a eu une augmentation de 1500 % entre 2017 et 2018 et un autre bond de 600 % entre 2018 et 2019.

    Outre les forces de l'ordre, d'autres groupes auraient également acquis des données de localisation lors de manifestations pour cibler les participants à ces événements. Un groupe d'action politique qui acquiert et utilise de telles données a déclaré au Wall Street Journal en juin dernier que ces informations étaient « profondément effrayantes, mais extrêmement utiles » pour diffuser ultérieurement des publicités ciblées aux personnes se trouvant à proximité d'événements politiques.

    La MPD et le FBI n'auront probablement donc pas besoin de chercher plus loin qu'une recherche rapide sur Google pour identifier un grand nombre des leaders de l'insurrection de mercredi, car beaucoup d'entre eux ont utilisé les médias sociaux avant et après l'événement pour, entre autres, marquer leur passage au Capitole. Aucun besoin d'outils de reconnaissance faciale sophistiqués pour identifier les personnes qui diffusent leurs propres crimes.

    Une planification publique de l’assaut et des visages familiers facilitent l’enquête de la police

    Après que les insurgés ont franchi les barrières entourant le Capitole après que la police a été débordée, et qu'ils ont saccagé le bâtiment du Capitole et ont fait des dizaines de blessés et cinq morts, il y a eu relativement peu d'arrestations, et beaucoup de personnes ont été autorisées à sortir tout simplement. Mais cela va très probablement changer dans les jours et les semaines à venir.

    Le 22 décembre dernier, le Washington Post rapportait que les organisateurs qui prévoyaient de se rassembler le 6 janvier discutaient ouvertement des risques de violence ce jour-là sur de multiples plateformes de médias sociaux, dont Parler, Gab et Telegram. Plusieurs autres médias, dont Bloomberg et BuzzFeed, ont également rapporté que les extrémistes qui ont pris d'assaut le Capitole avaient planifié bien à l'avance, non seulement sur des sites marginaux ou explicitement de droite, mais aussi dans des groupes Facebook.

    Malgré la rapidité avec laquelle la situation a dégénéré – ce qui a fait ressembler l’accès aux bureaux du Capitole à une opportunité –, ce n'était pas inattendu. Arieh Kovler, consultant en communication et affaires publiques, a souligné en décembre que de nombreux partisans du président allaient assister à une manifestation le 6 janvier – des messages se répandant sur des sites communautaires d’actualités sociales les encourageant à être lourdement armés et à tirer sur les contre-manifestants.

    Nom : c2.png
Affichages : 3055
Taille : 115,2 Ko

    Des visages familiers faciliteront aussi la tâche des enquêteurs, tels que l’émeutier à torse nu avec le casque à cornes et à poils, par exemple. Des médias américains l’ont identifié comme étant Jake Angeli, un homme extrêmement connu de l'Arizona qui a donné de multiples interviews aux médias sur ses opinions pro-Trump. Un autre homme vu près d'Angeli sur plusieurs photos portait son badge de travail lorsqu'il a pénétré par effraction dans le Capitole. Ce dernier aurait été licencié par son employeur suite aux événements, d’après le Baltimore Sun.

    Les médias ont facilement identifié plusieurs autres participants, dont Adam Christian Johnson, l'homme de Floride qui a souri et fait signe à la caméra après avoir volé un pupitre du Parlement. Le résident de l'Arkansas Richard Barnett, l'homme qui a posé pour une photo sur le bureau de la présidente de la Chambre Nancy Pelosi aurait donné une interview à la filiale locale de CBS sur sa participation à la mafia. Selon une mise à jour de 5News, Richard Barnett a été arrêté à Gravette en Arkansas.

    Derrick Evans, qui a prêté serment à la Chambre des délégués de Virginie occidentale le mois dernier a utilisé Facebook pour marquer sa participation à l'assaut du Capitole en tant qu’émeutier. Selon BuzzFeed News, Evans a crié « les patriotes à l'intérieur, bébé ! » Bien que Derrick Evans ait ensuite supprimé la vidéo, cela ne l'aidera pas. En effet, Facebook et d'autres plateformes font l'objet d'assignations à comparaître et de mandats de perquisition, et des individus et des groupes ont fait de nombreuses copies et sauvegardes pour préserver les preuves. La célèbre personnalité du nationalisme blanc Tim Gionet, également connu sous le nom de Baked Alaska, a également été reconnu sur les réseaux sociaux comme ayant participé à l’émeute.

    « Recueillir suffisamment d'informations » pour « examiner qui a mené cette attaque »

    Une autre source d’information que les forces de l’ordre utilisent, c’est Bellingcat, un service Web open source de journalisme d'investigation spécialisé dans la vérification des faits et le renseignement. Depuis le début de l'attaque, Bellingcat a recueilli des informations de première main sur l'attaque, un processus qu'il a ouvert aux volontaires sous forme de Google Sheet lorsque l'ampleur de l'attaque est devenue évidente. Il y aurait maintenant plus de 100 vidéos et une douzaine de flux en direct dans le tableur, tous impitoyablement surveillés pour détecter les doublons et les visages identifiables.

    « Notre objectif est de recueillir suffisamment d'informations pour comprendre ce qui s'est passé », a expliqué Nick Waters, chercheur à Bellingcat, qui dirige le projet. « Une grande partie de cela consistera à examiner qui a mené cette attaque contre le Capitole. Nous avons déjà vu plusieurs membres notables de l'extrême droite qui y ont participé ».

    L'identification est importante non seulement comme une piste potentielle pour la police, mais aussi pour établir un dossier clair de l'attaque. Plusieurs entreprises ont coupé publiquement les liens avec les employés repérés lors du raid, mais elles prennent soin d'éviter de nommer l'employé dans les déclarations publiques, soucieuses de ne pas susciter d'inquiétudes.

    Nom : c03.png
Affichages : 3043
Taille : 48,3 Ko

    Facebook s'est engagé à supprimer activement les vidéos prises par les participants à l’émeute, considérant qu'il s'agit d'une incitation à la violence. Mais cette politique de la plateforme a fait qu'une grande partie du contenu utilisé pour identifier la foule est déjà en train de disparaître, malgré les meilleurs efforts des nombreux archivistes sur les médias sociaux.

    Les sociétés de médias sociaux ont été violemment critiquées et accusées d’être responsables de l’émeute du Capitole et d’avoir « du sang sur les mains ». Facebook, Twitch et d’autres réseaux sociaux ont décidé de suspendre le compte du président Trump sur leur plateforme jusqu’à la son départ de la maison. Trump, lui-même, dans une vidéo publiée jeudi sur Twitter, a appelé à la réconciliation et blâmé ses partisans émeutiers, après avoir la veille dit à ces derniers « Nous vous aimons ; vous êtes très spéciaux ».

    Le FBI travaille à maîtriser la situation. « Je tiens à assurer au peuple américain que le FBI a déployé toutes ses ressources d'enquête et travaille en étroite collaboration avec ses partenaires fédéraux, étatiques et locaux pour poursuivre avec détermination les personnes impliquées dans des activités criminelles lors des événements du 6 janvier. Nos agents et analystes ont travaillé dur toute la nuit pour rassembler des preuves, partager des renseignements et travailler avec les procureurs fédéraux pour porter des accusations ».

    Un commentateur a écrit : « Je suis généralement opposé aux mandats de "géofence", car ils semblent être un moyen d'entraîner une population presque entièrement innocente dans une enquête, mais dans ce cas, je pense qu'un tel mandat serait approprié. Je ne pense pas que le fait de jeter un coup d'œil rapide sur tous ceux qui se trouvaient sur le sol du Capitole pendant l'insurrection soit une approche excessive ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Sources : FBI (1 & 2), MPD, Google Sheet, Images des insurgés

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Trouvez-vous approprié que la police utilise des mandats de géofence et la reconnaisse faciale dans cette enquête, étant donné l’importance de la situation ?
    Que pensez-vous de l’émeutier qui a posé au Capitole avec son badge de travail ?

    Voir aussi :

    Twitter verrouille le compte du président Trump pendant 12 heures et l'avertit d'une suspension permanente, Facebook retire ses publications incriminées et déclare une « situation d'urgence »
    Le président Trump suspendu « indéfiniment » sur Facebook et Instagram, du moins jusqu'à la fin de son mandat, Twitch, le service de streaming vidéo en direct, fait de même
    IA : une application aide les forces de l'ordre à identifier toute personne à partir de ses images en ligne, le système utilise une base de 3 milliards d'images récupérées sur Internet
    Des agents de la police de New York utilisent l'application de reconnaissance faciale de Clearview AI, Twitter a demandé à la société de cesser d'utiliser des photos de son site, d'après un rapport
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #33
    Expert confirmé Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    1 351
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 1 351
    Points : 5 129
    Points
    5 129
    Par défaut
    Même si je ne cautionne pas les actes du Capitol, néanmoins on peut s'interroger sur l'espionnage de masse.

    Que pensez-vous de l’émeutier qui a posé au Capitole avec son badge de travail ?
    Ils sont trop débiles.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  14. #34
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 453
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 453
    Points : 155 264
    Points
    155 264
    Par défaut Twitter suspend définitivement le compte de Donald Trump
    Twitter suspend définitivement le compte de Donald Trump,
    le réseau social estime que les messages qu'il a publiés récemment représentent un risque d'incitation à la violence

    Ces derniers mois, Twitter est intervenu graduellement sur le compte du président américain en exercice, Donald Trump, d’abord en apposant des labels pour nuancer ses allégations, parfois en masquant par défaut certains de ses messages. À la suite des évènements du 6 janvier, quand des émeutiers ont pris d’assaut le Capitole des États-Unis, encouragés par les propos de Donald Trump, Twitter a franchi une nouvelle étape en bloquant le compte de Donald Trump pendant 12 heures, le temps pour lui de supprimer trois tweets que le réseau social a considérés comme étant dangereux.

    Cette fois-ci, Twitter a décidé de suspendre définitivement le compte de Donald Trump. Dans un billet, le réseau social indique :

    « Après un examen attentif des récents Tweets du compte @realDonaldTrump et du contexte qui les entoure – en particulier la manière dont ils sont reçus et interprétés sur et hors de Twitter – nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque d'incitation à la violence.

    « Dans le contexte des évènements horribles de cette semaine, nous avons clairement indiqué mercredi que des violations supplémentaires des règles de Twitter entraîneraient potentiellement cette ligne de conduite. Notre cadre d’intérêt public existe pour permettre au public d’entendre directement les représentants élus et les dirigeants mondiaux. Il repose sur le principe que le peuple a le droit de demander des comptes au pouvoir.

    « Cependant, nous avons clairement indiqué il y a des années que ces comptes ne sont pas entièrement au-dessus de nos règles et ne peuvent pas utiliser Twitter pour inciter à la violence, entre autres. Nous continuerons de faire preuve de transparence concernant nos politiques et leur application ».

    Le 8 janvier 2021, le président Donald J.Trump a tweeté : « les 75 000 000 grands patriotes américains qui ont voté pour moi, AMERICA FIRST, et Make AMERICA GREAT AGAIN, auront une voix géante qui va retentir longtemps dans le futur. Ils ne seront ni méprisés ni traités injustement de quelque manière ». Peu de temps après, le président a tweeté : « À tous ceux qui ont demandé, je n'irai pas à l'inauguration le 20 janvier. »

    En raison des tensions persistantes aux États-Unis et de la reprise de la conversation mondiale concernant les personnes qui ont violemment pris d'assaut le Capitole le 6 janvier 2021, Twitter a estimé que ces deux Tweets doivent être lus dans le contexte d'évènements plus larges dans le pays et prendre en considération le fait que les déclarations du président peuvent servir à mobiliser différents publics, y compris pour inciter à la violence « comme cela a été le cas ces dernières semaines ».

    « Après avoir évalué le langage de ces Tweets par rapport à notre politique de Glorification de la Violence, nous avons déterminé que ces Tweets sont en violation de la Politique de Glorification de la Violence et que l'utilisateur @realDonaldTrump doit être immédiatement suspendu définitivement du service ».

    Comment Twitter en est parvenu à cette conclusion ? Le réseau social explique :

    « Nous avons évalué les deux Tweets mentionnés ci-dessus dans le cadre de notre politique de glorification de la violence, qui vise à empêcher la glorification de la violence qui pourrait inspirer d'autres personnes à reproduire des actes de violence et avons déterminé qu'ils étaient très susceptibles d'encourager et d'inspirer les gens à reproduire les actes criminels qui ont eu lieu au Capitole américain le 6 janvier 2021.

    « Cette détermination repose sur un certain nombre de facteurs, notamment :
    • La déclaration du président Trump selon laquelle il ne participera pas à l'inauguration est reçue par un certain nombre de ses partisans comme une confirmation supplémentaire que l'élection n'était pas légitime et est considérée comme un refus de sa revendication précédente faite via deux tweets par son chef de cabinet adjoint, Dan Scavino, qu'il y aurait une « transition ordonnée » le 20 janvier.
    • Le deuxième Tweet peut également servir d'encouragement à ceux qui considèrent potentiellement des actes de violence à l'inauguration seraient « sûrs » dans la mesure où Donald Trump ne sera pas présent.

      Nom : dan.png
Affichages : 6411
Taille : 26,1 Ko
    • L'utilisation des mots « American Patriots » pour décrire certains de ses partisans est également interprétée comme un soutien à ceux qui commettent des actes de violence au Capitole américain.
    • La mention de ses partisans ayant une « voix géante qui va retentir longtemps dans le futur » et « qu'ils ne seront ni méprisés ni traités injustement de quelque manière ! » est interprété comme une indication supplémentaire que le président Trump ne prévoit pas de faciliter une « transition ordonnée » et qu'il envisage plutôt de continuer à soutenir, autonomiser et protéger ceux qui croient qu'il a remporté l'élection.
    • Les plans de futures manifestations armées ont déjà commencé à proliférer sur et hors de Twitter, y compris une proposition d'attaque secondaire contre le Capitole américain et les bâtiments du Capitole de l'État le 17 janvier 2021.

    « En tant que tel, notre détermination est que les deux Tweets ci-dessus sont susceptibles d'inspirer d'autres personnes à reproduire les actes de violence qui ont eu lieu le 6 janvier 2021, et qu'il existe de nombreux indicateurs indiquant qu'ils sont reçus et compris comme un encouragement à le faire ».

    Des suppressions de comptes de Donald Trump en cascade

    Facebook et Instagram ferment le compte de Donald Trump au moins jusqu'à la prise de pouvoir de Joe Biden

    Facebook a suivi Twitter mercredi, après avoir initialement retiré une vidéo du président, en disant que la société avait évalué quelques violations de la politique, « ce qui entraînera un blocage des fonctionnalités pendant 24 heures, ce qui signifie qu'il perdra la possibilité de poster sur la plateforme pendant cette période ». Par la suite, Facebook a estimé que le blocage de Trump allait s'étendre au moins sur deux semaines, jusqu’à la fin de son mandat.

    Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé via son compte Facebook que Donald Trump ne pourra plus utiliser Facebook et Instagram « pendant au moins les deux prochaines semaines, jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée ». La société a bloqué temporairement ses comptes mercredi suite à la publication par Trump de contenu incitant ses adeptes à la violence. Cela n'a pas empêché Zuckerberg de déclarer par la suite que le bannissement serait prolongé « indéfiniment », au moins jusqu'à ce que Biden prenne le pouvoir.

    Zuckerberg a reconnu jeudi qu’au fil des années Facebook a parfois retiré le contenu de Trump ou étiqueté ses publications lorsqu'elles violaient ses politiques, mais que Trump avait été autorisé jusqu'à présent à « utiliser notre plateforme conformément à nos propres règles ». « Nous avons fait cela parce que nous pensons que le public a le droit d'avoir le plus large accès possible au discours politique, même controversé », a écrit Zuckerberg. « Mais le contexte actuel est maintenant fondamentalement différent, impliquant l'utilisation de notre plateforme pour inciter à une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu ».

    « La haine, la division et le sectarisme que Trump et son administration ont enflammés ne se dissiperont pas immédiatement avec le prochain changement de pouvoir », selon la déclaration. « Facebook doit bannir définitivement Trump et prendre des mesures contre ses facilitateurs et alliés qui continuent à utiliser la plateforme pour inciter à la violence et diffuser des informations dangereuses ».

    Nom : trump.png
Affichages : 4067
Taille : 104,0 Ko

    Twitch désactive également "indéfiniment" la chaîne de Trump

    Twitch s'est joint au vaste mouvement pour mettre Donald Trump hors des services internet, suite aux émeutes et à la violence d'une horde pro-Trump mercredi à Washington, D.C. Trump a lancé un compte sur Twitch, la plateforme de streaming en direct centrée sur les jeux et appartenant à Amazon, à l'automne 2019, dans le cadre de l'expansion de ses messages de campagne de réélection.

    « À la lumière de l'attaque choquante d'hier au Capitole, nous avons désactivé la chaîne Twitch du président Trump », a déclaré un porte-parole de Twitch dans un communiqué. « Compte tenu des circonstances extraordinaires actuelles et de la rhétorique incendiaire du président, nous pensons que c'est une mesure nécessaire pour protéger notre communauté et empêcher que Twitch ne soit utilisé pour inciter à de nouvelles violences ».

    Le compte de Trump reste en ligne, donc les vidéos archivées et son profil sont toujours disponibles. Mais tant que le compte sera désactivé, il ne pourra pas continuer à diffuser en continu. La société a déclaré qu'elle réévaluerait le compte après son départ de la Maison-Blanche.

    En juin, Twitch a temporairement interdit le compte de Trump pour « conduite haineuse » diffusée sur son flux. L'interdiction a été levée au bout de deux semaines. Mercredi soir, Twitch a supprimé l'emote PogChamp bien connue des utilisateurs parce que la personne dont le visage figurait dessus avait fait des déclarations « encourageant la violence après ce qui s'est passé au Capitole aujourd'hui », selon Twitch. La plateforme de streaming prévoit de travailler avec la communauté pour concevoir une nouvelle emote.

    Nom : twitch.png
Affichages : 4063
Taille : 17,9 Ko

    D'autres réseaux sociaux suivent la tendance

    Reddit a banni le forum r/donaldtrump pour avoir encouragé et glorifié la violence après l'attaque de mercredi perpétrée contre le Capitole américain.

    « Les politiques de Reddit à l’échelle du site interdisent les contenus qui incitent à la haine, ou encouragent, glorifient, incitent ou appellent à la violence contre des groupes de personnes ou d’individus. En conséquence, nous avons contacté de manière proactive les modérateurs pour leur rappeler nos politiques et pour offrir un soutien ou des ressources selon les besoins », a déclaré un porte-parole. « Nous avons également pris des mesures pour bannir la communauté r/donaldtrump compte tenu des violations répétées de la politique ces derniers jours concernant les violences au Capitole américain. »

    Parmi les autres réseaux sociaux qui ont pris des mesures similaires, nous pouvons citer :
    • Twitch et Snapchat, qui ont désactivé les comptes de Trump.
    • Shopify qui a supprimé deux magasins en ligne affiliés au président.
    • YouTube, qui a déclaré qu'il accélère ses actions pour endiguer des allégations de fraude électorale contre le président Trump et d'autres sur la base des évènements de mercredi.
    • TikTok a supprimé les contenus violant ses politiques d'utilisation et a redirigé les hashtags tels que #stormthecapitol et #patriotparty vers ses règles de la communauté.

    Les principales plateformes Web ont supprimé le contenu qui glorifiait l'attaque (qui visait à renverser l'élection présidentielle américaine et a fait au moins cinq morts, dont un policier).

    Twitter, Facebook, et d'autres réseaux sociaux accusés d’être responsables des émeutes du Capitole et d’avoir « du sang sur les mains »

    Depuis cet épisode, un débat fait rage sur les pouvoirs importants qu’ont désormais les réseaux sociaux et sur l’interprétation à donner à la liberté d’expression, d’aucuns faisant remarquer par exemple que le premier amendement de la Constitution des États-Unis ne garantit pas le droit à s’exprimer sur une plateforme privée, car celle-ci n’est pas un service public.

    Les réseaux sociaux ont finalement pris des mesures de blocage, pour certains jusqu’à ce que Trump parte de la Maison-Blanche. Mais de nombreux experts ont demandé pourquoi une telle censure n'était pas arrivée avant, étant donné que Trump a enfreint à plusieurs reprises les règles de leurs sites tout au long de sa présidence. Notamment en publiant de nombreux messages dans lesquels il semblait encourager ceux qui envisageaient de recourir à la violence au Capitole. En effet, le 19 décembre, par exemple, il a demandé à ses disciples d’« être là, sera sauvage ». Ce post reste en ligne sur Twitter, et a été partagé 75 000 fois, selon The Independent.

    Chris Sacca, un investisseur en capital-risque célèbre qui a été l'un des premiers à investir dans Twitter, fait partie de ceux qui ont personnellement accusé les personnes travaillant dans les entreprises de médias sociaux d'avoir encouragé la violence.

    « Vous avez du sang sur les mains », a-t-il écrit sur Twitter, désignant le directeur général de Twitter Jack Dorsey et Mark Zuckerberg de Facebook. « Pendant quatre ans, vous avez rationalisé cette terreur. L'incitation à la trahison violente n'est pas un exercice de liberté d'expression », a-t-il dit avant d’ajouter : « Si vous travaillez dans ces entreprises, c'est vous qui en êtes responsable. Arrêtez tout ».

    Nom : lucie.png
Affichages : 4025
Taille : 26,8 Ko

    « Et si le problème n’était pas qu’une entreprise privée fasse le choix de supprimer un contenu ou un utilisateur qui a enfreint ses règles, mais que des entreprises privées entretiennent des plateformes si grandes qu’on a la sensation qu’elles sont un service public ? », se demande la journaliste Lucie Ronfaut.

    Enikao estime que le bannissement de Donald Trump soulève un certain nombre de questions :

    « Les questions connexes sont un peu plus délicates :
    • Couper le sifflet à un chef d’État ? Qui plus est, du territoire sur lequel on est établi ?
    • Pourquoi si tard ? (Art. 230, en fait)
    • Modération et ligne rouge : où met-on le curseur ? Comment interpréter ?  »


    Nom : enikao.png
Affichages : 4045
Taille : 25,3 Ko

    Son tweet vient en réponse à celui du journaliste Jérôme Godefroy qui a souligné que Twitter n’est ni un service public ni bénéficiaire d’un monopole dans le domaine de la communication.

    Nom : jerome.png
Affichages : 4030
Taille : 24,9 Ko

    Source : Twitter

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision de Twitter de suspendre définitivement le compte de Donald Trump ?
    Si vous êtes d'accord, le réseau social aurait-il dû le faire avant ? Dans quelle mesure ?
    Que pensez-vous de la décision de Facebook de suspendre le compte de Donald Trump jusqu'à la prise de pouvoir de Joe Biden ?

    Voir aussi :

    « Ici ce n'est pas la Chine », des experts indiquent que Trump n'a aucune autorité légale pour fermer Twitter. « Il est clair qu'il est en train d'intimider Twitter pour diffuser ce qu'il veut »
    Un ingénieur de Facebook décide de démissionner en guise de protestation. Il accuse la société de « profiter de la haine aux États-Unis et dans le monde » et indique ne plus vouloir y contribuer
    Le compte Twitter de Donald Trump piraté ! Victor Gevers, un chercheur néerlandais, affirme avoir eu accès au compte du président américain, mais Twitter et la Maison Blanche nient ces allégations
    Le président US a menacé de « réglementer » ou de « fermer » des plateformes de réseaux sociaux, après que ses tweets ont été marqués comme véhiculant des informations non vérifiées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #35
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Ingénieur avant-vente
    Inscrit en
    septembre 2020
    Messages
    287
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur avant-vente

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2020
    Messages : 287
    Points : 1 175
    Points
    1 175
    Par défaut
    Cette bande de faux-culs a attendu jusqu'au dernier moment, que Trump soit totalement à terre, pour le rendre muet.

    Espérons que l'ère Trump ne soit pas trop rapidement oubliée en Europe. J'en doute hélas, les Européens sont des veaux.

  16. #36
    Membre averti
    Profil pro
    DIRLO
    Inscrit en
    juillet 2009
    Messages
    182
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : DIRLO

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2009
    Messages : 182
    Points : 439
    Points
    439
    Par défaut
    heureusement que les vidéos de Coluche sont toujours sur Youtube.

    faudrait pas museler tous les comiques à la fois

  17. #37
    Rédacteur/Modérateur

    Avatar de yahiko
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    juillet 2013
    Messages
    1 322
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Alpes Maritimes (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2013
    Messages : 1 322
    Points : 8 275
    Points
    8 275
    Billets dans le blog
    43
    Par défaut
    Avant de crier à la censure par les milliardaires de la Silicon Valley, j'invite tout un chacun à lire attentivement la justification argumentée de Twitter.
    Il ne s'agit pas ici de liberté d'expression. Mais d'empêcher la poursuite de la violence qui a déjà causé des morts. Le sang a coulé, il ne faudrait pas l'oublier.
    On a beau être un Président des Etats-Unis, il existe des lois qui justement condamne les incitations à la violence. Twitter en continuant à autoriser les tweets dangereux de Trump s'expose pénalement à des poursuites.
    Et j'ai presque envie de dire, que cette fermeture permanente de compte protège Trump de tout dérapage supplémentaire. Même si dans son cas, la messe est déjà dite.
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  18. #38
    Expert éminent sénior

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 548
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 548
    Points : 124 987
    Points
    124 987
    Par défaut Le vol de deux ordinateurs lors de l'attaque du Capitole soulève des inquiétudes sur la cybersécurité
    Le vol de deux ordinateurs lors de l'attaque du Capitole soulève des inquiétudes quant à la sécurité des informations,
    « L'ordinateur portable doit avoir au moins un accès qui pourrait être exploité »

    L’émeute au Capitole des États-Unis mercredi dernier a pris fin et la certification de l’élection du président élu Joe Biden a pu avoir lieu le même jour, mais il est probable que certaines conséquences de l’insurrection ne seront pas connues avant des mois – ou peut-être jamais. En effet, une violente foule de partisans du président Donald Trump, qui a pris d'assaut le bâtiment, a emporté au moins deux ordinateurs, dont un du bureau de la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi. Ce qui a soulevé de graves préoccupations en matière de la sécurité des informations du gouvernement américain.

    Le vol d'appareils électroniques dans les bureaux du Congrès a été une préoccupation constante après l'invasion des partisans de Trump qui, à l'instigation du président, sont entrés dans le Capitole pour tenter de renverser la certification de la victoire électorale de Joe Biden. Les membres du Congrès ont rapidement été contraints de s'abriter sur place, laissant de nombreux appareils vulnérables aux agresseurs. Les photos postées par les émeutiers depuis l'intérieur du Capitole montrent des ordinateurs exposés, dont un dans le bureau de Pelosi avec une boîte de réception de courrier électronique bien en vue.

    Nom : n01.jpg
Affichages : 34496
Taille : 34,0 Ko

    Drew Hammill, un assistant de la démocrate Pelosi, a confirmé sur Twitter vendredi qu'un ordinateur portable avait été volé dans le bureau de la présidente de la Chambre, affirmant qu'il appartenait « à une salle de conférence et était utilisé pour des présentations », mais n'a pas donné plus de détails sur les informations qu'il pourrait contenir.

    Au moins un autre ordinateur a été volé, un portable appartenant au bureau du sénateur démocrate Jeff Merkley, de l'Oregon. Il a déclaré sur Twitter qu'un ordinateur portable avait été pris dans son bureau. Jeudi, le procureur américain par intérim, Michael Sherwin, a déclaré que certains des vols pourraient avoir potentiellement mis en danger ce qu'il a décrit comme des « actions de sécurité nationale ». « Nous ne connaissons pas l'étendue des dégâts à ce stade », a-t-il déclaré.

    Les manifestants qui se sont introduits dans le Capitole ont publié plusieurs photos d'eux-mêmes posant devant des appareils du Congrès. Un journaliste de l'organisation de droite Blaze a affiché une photo de ce qui était censé être un ordinateur du bureau de Pelosi avec des e-mails « toujours à l'écran ». « Pour mettre en perspective la rapidité avec laquelle le personnel a été évacué, des e-mails sont toujours à l'écran, ainsi qu'une alerte fédérale avertissant les membres de la révolution actuelle », a écrit Elijah Schaffer dans un tweet posté mercredi et qu’il a ensuite supprimé.

    L'impact d'un tel dispositif pourrait être grave, a déclaré Brandon Hoffman, le responsable de la sécurité informatique chez Netenrich, en parlant de l’ordinateur dédié aux présentations volé au Bureau de Pelosi. « Peu importe à quel point ils veulent minimiser cela, l'ordinateur portable doit avoir au moins un accès qui pourrait être exploité », a-t-il dit. « Il est très peu probable que cet ordinateur portable soit resté là sans fichiers, ou sans accès à des fichiers, ou toute autre information utile à quelqu'un qui chercherait à exercer un effet de levier ou à se venger ».

    Nom : s01.png
Affichages : 6900
Taille : 51,6 Ko

    La sécurité de l'information du gouvernement mise à rude épreuve

    On ne sait pas encore ce qui a pu être pris d'autre pendant le chaos. Plusieurs experts en cybersécurité ont tiré la sonnette d'alarme contre la cybersécurité du gouvernement américain, car le vol d'équipement pourrait présenter le pire scénario pour l'infrastructure numérique du gouvernement.

    « C'est le pire des scénarios », a déclaré Victor Gevers, un expert en cybersécurité. « Lorsqu'un groupe aussi important de personnes non identifiées a un accès physique à vos systèmes et connexions réseau déverrouillés, cela signifie que vous ne pouvez plus leur faire confiance. Vous devez tout redéployer, changer vos identifiants et enquêter sur chaque [personne] qui se trouvait dans ce bâtiment », a-t-il confié à The Independent. « Cela montre également que le département informatique n'applique pas un verrouillage automatique des écrans après un court moment d'inactivité, ce qui n'est pas une chose à conseiller ».

    Un ingénieur en sécurité et ancien administrateur système du Congrès américain Ian a écrit sur Twitter que le personnel informatique actuel du Capitole a une tâche « herculéenne » pour remettre en service les installations en toute sécurité après une intrusion de la foule qui a compromis la sécurité des informations du Capitole.

    « Sachant tout ce qui concerne l'informatique du Capitole, je ne pense pas que je dormirais bien tant que les réseaux n'auront pas été reconstruits à partir de zéro, que chaque ordinateur n'aura pas été effacé et que les internes n'auront pas été inspectés visuellement avant d'être remis en service. Chaque imprimante, chaque photocopieuse. Chaque recoin », dit-il. « C'est un effort herculéen, mais ce n'est pas non plus sans précédent - il y a un effort informatique herculéen à la Chambre tous les deux ans lors du renouvellement des bureaux ».

    Theresa Payton, directeur de l’information de la Maison-Blanche et PDG de Fortalice Solutions, a déclaré aux chaînes de télévision américaines que tous les dispositifs du bâtiment du Capitole devaient faire l'objet d'un examen médico-légal, car ces dispositifs constituent désormais une menace pour la sécurité opérationnelle du gouvernement.

    Ces dernières inquiétudes liées au vol d’appareils du Congrès surviennent alors que les États-Unis sont aux prises avec les conséquences du plus grand piratage de l'histoire du gouvernement sanctionné par l'État, après que SolarWinds ait été piraté et que le courrier électronique du gouvernement ait été consulté. Les responsables travaillent toujours pour déterminer dans quelle mesure les dispositifs gouvernementaux ont été infectés lors de cette brèche, qui est maintenant attribuée à la Russie. Selon le FBI et les autres agences de sécurité nationale, moins de 10 agences ont été touchées, dont le Trésor américain et le Département du Commerce. Microsoft et FireEye sont les sociétés privées de premier plan qui ont vu leurs réseaux informatiques piratés.

    Le FBI enquête également sur l’insurrection du Capitole. « Je tiens à assurer au peuple américain que le FBI a déployé toutes ses ressources d'enquête et travaille en étroite collaboration avec ses partenaires fédéraux, étatiques et locaux pour poursuivre avec détermination les personnes impliquées dans des activités criminelles lors des événements du 6 janvier. Nos agents et analystes ont travaillé dur toute la nuit pour rassembler des preuves, partager des renseignements et travailler avec les procureurs fédéraux pour porter des accusations ».

    La police métropolitaine (MPD) de Washington, DC a lancé un appel à l'aide à toute personne qui pourrait identifier les participants à l’assaut. Le département a fait circuler une brochure numérique de 27 pages de photos de visages, avec un numéro de téléphone d'urgence pour toute personne pouvant aider à les identifier. Le FBI a fait une demande similaire.

    Espérons qu’il y a des caméras de surveillance dans les couloirs et les bureaux des membres du Congrès pour permettre au FBI de mettre la main sur les voleurs des deux ordinateurs et d’autres matériels électroniques non encore déterminés.

    Sources : Assistant de Nancy Pelosi, Sénateur Jeff Merkley, Tweet

    Et vous ?

    Que pensez-vous du vol d’au moins deux ordinateurs lors de l’émeute au Capitole ?
    On ne sait pas jusqu’à présent si d’autres matériels informatiques ont été volés au Congrès américain ? Quel commentaire en faites-vous ?
    Quels pourraient être les conséquences du vol des ordinateurs, selon vous ?

    Voir aussi :

    Le piratage de SolarWinds pourrait être bien pire que ce que l'on craignait au départ, les fédéraux essayant toujours de savoir si ce n'était que de l'espionnage ou quelque chose de plus sinistre
    La présence des insurgés du Capitole sur les médias sociaux permet au gouvernement fédéral de les identifier facilement, alors que la police locale et le FBI recherchent des informations sur eux
    L'émeute du Capitole est un cauchemar en matière de cybersécurité, le « pire des scénarios » pour la cybersécurité du gouvernement américain, selon un expert en sécurité
    Twitter verrouille le compte du président Trump pendant 12 heures et l'avertit d'une suspension permanente, Facebook retire ses publications incriminées et déclare une « situation d'urgence »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #39
    Membre émérite
    Profil pro
    undef
    Inscrit en
    février 2013
    Messages
    772
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : undef

    Informations forums :
    Inscription : février 2013
    Messages : 772
    Points : 2 678
    Points
    2 678
    Par défaut
    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    Avant de crier à la censure par les milliardaires de la Silicon Valley, j'invite tout un chacun à lire attentivement la justification argumentée de Twitter.
    Il ne s'agit pas ici de liberté d'expression. Mais d'empêcher la poursuite de la violence qui a déjà causé des morts. Le sang a coulé, il ne faudrait pas l'oublier.
    On a beau être un Président des Etats-Unis, il existe des lois qui justement condamne les incitations à la violence. Twitter en continuant à autoriser les tweets dangereux de Trump s'expose pénalement à des poursuites.
    Et j'ai presque envie de dire, que cette fermeture permanente de compte protège Trump de tout dérapage supplémentaire. Même si dans son cas, la messe est déjà dite.
    Si c'était vrai, le mouvement BLM aurait été traité pareillement or : il n'en a rien été.

  20. #40
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Dans la foulée, je propose de fermer tous les comptes Twitter de nos hommes politiques français pour incitation à dire des conneries et dégradation volontaire de l'état du pays... Bon c'est vrai, c'est Giscard qui a commencé avec sa loi Giscard/Rotschild en 1975 mais il n'y en pas un derrière qui a eu les "corones" de cesser le pillage du pays...

Discussions similaires

  1. L'ennemi juré du programmeur est de retour!
    Par oldfox dans le forum C++
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/03/2006, 15h04

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo