IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #281
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    septembre 2014
    Messages
    454
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2014
    Messages : 454
    Points : 1 098
    Points
    1 098
    Par défaut
    Mais Twitter préfère les Talibans à l'ex-Président des USA :
    https://www.franceinter.fr/monde/afg...core-la-parole

  2. #282
    Inactif  

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    3 064
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 3 064
    Points : 4 561
    Points
    4 561
    Par défaut
    Bonsoir,

    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Mais Twitter préfère les Talibans à l'ex-Président des USA :
    https://www.franceinter.fr/monde/afg...core-la-parole
    Mon commentaire en fera bondir plus d'un au plafond ...

    Tant que des organisations politico-religieuses, comme les talibans, n'ont pas de discours de haine et j'en passe , bah on est bien emmerdé pour les jarter des Twitter et consort.

    Que de dire Kim Jong Un ou du président iranien ...

    Avec Trump , c'est l’hôpital que se fout de la charité ma parole.

    Les agissements idéologique ne se voient pas ...

  3. #283
    Chroniqueuse Actualités

    Femme Profil pro
    Rédacteur Web
    Inscrit en
    mars 2020
    Messages
    453
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur Web

    Informations forums :
    Inscription : mars 2020
    Messages : 453
    Points : 6 108
    Points
    6 108
    Par défaut Une enquête révèle comment Facebook a joué un rôle capital et a été un vecteur clé dans l'émeute du 6 janvier.
    Une enquête révèle comment Facebook a joué un rôle capital et a été un "vecteur clé" dans l'émeute du 6 janvier
    au Capitole

    Une enquête du Washington Post et de ProPublica a révélé comment les groupes Facebook ont pris de l’ampleur entre le jour du scrutin de la présidentielle américaine et l'émeute du 6 janvier au Capitole, avec des centaines de milliers de posts parfois violents attaquant l'élection de 2020 et la victoire du président Joe Biden. L'enquête de ProPublica/Post, qui a analysé des millions de publications entre le jour de l'élection et le 6 janvier et s'est appuyée sur des documents internes de l'entreprise et des entretiens avec d'anciens employés, fournit les preuves les plus claires à ce jour que Facebook a joué un rôle essentiel dans la diffusion de faux récits qui ont fomenté la violence du 6 janvier. L'enquête a également révélé que les efforts déployés par Facebook pour contrôler ce type de contenu ont été inefficaces et ont commencé trop tard pour mettre un terme à la vague de désinformation haineuse et colérique qui circulait dans les groupes Facebook - certains d'entre eux appelant explicitement à une confrontation violente avec les représentants du gouvernement, un thème qui préfigurait la prise d'assaut du Capitole ce jour-là, au cours d'affrontements qui ont fait cinq morts.

    Nom : Screenshot_2022-01-05 facebook jan 6 – Recherche Google.png
Affichages : 2861
Taille : 454,8 Ko

    Les dirigeants de Facebook ont minimisé le rôle de l'entreprise dans l'attaque du 6 janvier et ont résisté aux appels, y compris de son propre conseil de surveillance, pour une enquête interne complète. La société doit également fournir toutes les informations demandées par la commission du Congrès qui étudie l'attaque du 6 janvier. Facebook a déclaré qu'il continuait à négocier avec la commission.

    Drew Pusateri, un porte-parole de Meta, la société mère nouvellement renommée de Facebook, a déclaré qu'elle n'était pas responsable de la violence du 6 janvier. Il a plutôt pointé du doigt Trump et d'autres personnes qui ont exprimé les mensonges qui ont déclenché le siège du Capitole. « L'idée que l'insurrection du 6 janvier n'aurait pas eu lieu sans Facebook est absurde. L'ancien président des États-Unis a poussé un récit selon lequel l'élection a été volée, notamment en personne à une courte distance du Capitole ce jour-là. La responsabilité de la violence qui s'est produite le 6 janvier incombe à ceux qui ont attaqué notre Capitole et à ceux qui les ont encouragés », a déclaré Pusateri.

    Pour déterminer l'ampleur des messages attaquant la victoire de Biden, le Washington Post et ProPublica ont obtenu un ensemble de données unique de 100 000 groupes et leurs messages, ainsi que des informations et des images, compilées par CounterAction, une société qui étudie la désinformation en ligne. Le Post et ProPublica ont utilisé l'apprentissage automatique pour réduire cette liste à 27 000 groupes publics qui présentaient des signes évidents d'intérêt pour la politique américaine. Sur les plus de 18 millions de messages postés dans ces groupes entre le jour du scrutin et le 6 janvier, l'analyse a recherché des mots et des phrases permettant d'identifier les attaques contre l'intégrité de l'élection.

    Le chiffre de plus de 650 000 messages attaquant l'élection et la moyenne de 10 000 par jour est presque certainement un sous-dénombrement. L'analyse de ProPublica/Washington Post n'a examiné que les messages d'une partie de tous les groupes publics et n'a pas pris en compte les commentaires, les messages des groupes privés ou les messages des profils individuels. Seul Facebook a accès à toutes les données pour calculer le véritable total et il ne l'a pas fait publiquement.

    Facebook a fortement encouragé les groupes depuis que le PDG Mark Zuckerberg en a fait une priorité stratégique en 2017. Mais ceux qui sont axés sur la politique américaine sont devenus si toxiques, affirment d'anciens employés de Facebook, que l'entreprise a créé un groupe de travail, dont l'existence n'a pas été signalée précédemment, spécifiquement pour les surveiller avant le jour de l'élection 2020. Le groupe de travail a supprimé des centaines de groupes au contenu violent ou haineux dans les mois précédant le 3 novembre 2020, selon l'enquête de ProPublica/Post.

    Pourtant, peu après le vote, Facebook a dissous le groupe de travail et a supprimé d'autres mesures d'application intensive. Les résultats de cette décision sont apparus clairement dans les données examinées par ProPublica et The Post : au cours des neuf semaines de plus en plus tendues qui ont précédé le 6 janvier, les groupes ont été inondés de messages attaquant la légitimité de l'élection de Biden, tandis que le rythme des suppressions a sensiblement ralenti. Les suppressions n'ont pas repris avant la semaine du 6 janvier, mais même à ce moment-là, de nombreux groupes et leurs messages sont restés sur le site pendant des mois, alors que les partisans de Trump continuaient à dénoncer des fraudes électorales et à faire pression sur les États pour qu'ils effectuent des audits du vote ou imposent de nouvelles restrictions au vote.

    Moins de groupes politiques ont été retirés de Facebook entre le jour du scrutin et le 6 janvier

    Dates de retrait d'environ 2 000 groupes politiques publics américains entre août 2020 et mars 2021
    Nom : Screenshot_2022-01-05 Facebook Hosted Surge of Misinformation and Insurrection Threats in Months.png
Affichages : 2826
Taille : 176,9 Ko

    « Facebook a perdu de vue son objectif dans l'intervalle entre le jour du scrutin et le 6 janvier. De nombreux contenus contraires à la loi sont apparus sur la plateforme alors qu'ils ne l'auraient pas été autrement », a déclaré un ancien employé de l'équipe chargée de l'intégrité qui a travaillé au sein du groupe de travail et qui, comme d'autres, s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat pour discuter de questions internes sensibles.

    Pusateri a nié que l'entreprise ait relâché ses efforts pour combattre les affichages violents et faux sur l'élection après le vote. Il n'a pas fait de commentaires sur les résultats quantitatifs de l'enquête de ProPublica/Post. « L'idée que nous ayons privé de priorité notre travail d'intégrité civique de quelque manière que ce soit est tout simplement fausse. Nous l'avons intégré dans une équipe d'intégrité centrale plus importante afin de nous permettre d'appliquer le travail que cette équipe a initié pour les élections à d'autres défis comme les questions liées à la santé par exemple. Leur travail se poursuit à ce jour », a-t-il déclaré.

    L'enquête révèle également un problème dans la façon dont Facebook gère ses groupes. D'anciens employés disent que les groupes sont essentiels à la capacité de l'entreprise à maintenir une base d'utilisateurs américains stagnante aussi engagée que possible et à stimuler ses revenus, qui ont atteint près de 86 milliards de dollars en 2020. Mais ils disent qu'à mesure que les groupes sont devenus plus centraux pour les résultats de Meta, les efforts d'application de la société ont été faibles, incohérents et fortement dépendants du travail des administrateurs de groupe non rémunérés pour faire le travail intensif de révision des messages et de suppression de ceux qui violent les politiques de l'entreprise. De nombreux groupes comptent des centaines de milliers, voire des millions de membres, ce qui accroît considérablement la difficulté de contrôler les messages.

    Les administrateurs étant eux-mêmes imprégnés de théories conspirationnistes sur les élections ou, par exemple, sur la sécurité des vaccins COVID-19, il est rare qu'une mise en application fiable ait lieu, affirment les anciens employés. Ils affirment que les outils automatisés, qui recherchent des termes particuliers indiquant des violations de la politique, sont inefficaces et facilement contournés par les utilisateurs qui orthographient simplement mal les mots clés. « Les groupes sont un désastre », a déclaré Frances Haugen, une ancienne membre de l'équipe chargée de l'intégrité civique de Facebook qui a déposé une plainte pour dénonciation contre l'entreprise et a témoigné devant le Congrès en mettant en garde contre les effets néfastes de l'entreprise sur la démocratie dans le monde, ainsi que d'autres problèmes.

    Un grand nombre des messages de groupe identifiés dans l'analyse relevaient de ce qu'un rapport interne de Facebook datant de mars définissait comme des « récits non violents nuisibles ». Il s'agit de contenus qui n'enfreignent pas les règles de Facebook, mais dont la prévalence peut amener les gens à « agir de manière nuisible pour eux-mêmes, pour les autres ou pour la société en général ». Le rapport avertit que ces récits nuisibles auraient pu avoir « des impacts négatifs substantiels, y compris contribuer matériellement à l'émeute du Capitole et potentiellement réduire l'engagement civique collectif et la cohésion sociale dans les années à venir ».

    Pusateri a refusé de commenter des messages spécifiques, mais a déclaré que la société n'avait pas de politique interdisant les messages ou les commentaires qui attaquent la légitimité de l'élection. Il a ajouté que l'entreprise dispose d'une équipe dédiée à l'intégrité des groupes et d'une initiative permanente visant à protéger les personnes qui utilisent les groupes.

    Les responsables de Facebook ont noté que des contenus plus extrêmes ont afflué sur les petites plateformes de médias sociaux au cours de la période précédant l'attaque du Capitole, y compris des plans détaillés pour apporter des armes ou construire des potences ce jour-là. Mais Trump a également utilisé Facebook comme une plateforme clé pour ses mensonges sur l'élection jusqu'à ce qu'il soit banni. Et la dépendance de Facebook à l'égard des groupes pour stimuler l'engagement a donné à ces mensonges une portée inégalée. Ce phénomène, combiné à l'affaiblissement de l'application de la loi après l'élection, a fait de Facebook un vecteur essentiel de diffusion des idées qui ont alimenté la violence le 6 janvier.

    Les critiques et les anciens employés disent que cela souligne également un problème récurrent de la plateforme depuis sa création 2004 : l'entreprise ne reconnaît la nécessité de faire respecter la loi qu'après qu'un problème a causé de graves dommages, souvent sous la forme d'un chaos et d'une violence dans le monde réel.

    La réponse aux attaques contre la légitimité de l'élection présidentielle américaine de 2020 a été lente, les responsables de l'entreprise débattant entre eux de l'opportunité et de la manière de bloquer les mensonges sur l'élection qui se métastasaient rapidement. Les données montrent qu'ils n'ont agi de manière agressive et complète qu'après que les partisans de Trump se sont frayé un chemin dans le Capitole, envoyant les législateurs fuir pour sauver leur vie.

    L'enquête de ProPublica/Post « est une nouvelle et très importante illustration de la tendance malheureuse de l'entreprise à traiter les problèmes de sécurité sur sa plateforme de manière réactive. Et cela signifie presque par définition que l'entreprise sera moins efficace, car elle ne pourra pas se projeter dans l'avenir et prévenir les problèmes avant qu'ils ne se produisent », a déclaré Paul Barrett, directeur adjoint du Center for Business and Human Rights de la Stern School of Business de l'université de New York.

    Sources : Craig Silverman et Jeff Kao de ProPublica, Craig Timberg et Jeremy B. Merrill de The Washington Post

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    La COO de Facebook a tenté de minimiser le rôle joué par son entreprise dans la préparation des violences du Capitole, mais des rapports indiquent que l'entreprise était au courant

    Facebook va mettre fin au traitement spécial réservé aux hommes politiques après l'interdiction de Trump, à l'avenir les politiciens seront traités comme tout le monde

    Facebook empêche à ses employés de lire un rapport interne qui examine le rôle et les manquements du réseau social ayant conduit à l'émeute du Capitole. Vous pouvez le lire ici
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #284
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Mon avis c'est que si ils n'avaient pas utilisé Facebook ils auraient utilisé une autre plate-forme.

    Le problème ce n'est pas Facebook ou un autre, le problème c'est le système politique américain qui est en train de se tirer une balle dans le pied en voulant imposer les idées wokes de tarés à l'ensemble de sa population.

    Certains ne veulent pas et ce sont rebéllés. Ils ont perdu malheur aux vaincus, c'est pas nouveau.

    Bref les golems wokes doivent être contents.

  5. #285
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    1 308
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 1 308
    Points : 4 977
    Points
    4 977
    Par défaut
    Citation Envoyé par ChemOuRoussOuJadot Voir le message
    Mon avis c'est que si ils n'avaient pas utilisé Facebook ils auraient utilisé une autre plate-forme.
    Justement non, avant ça passait par les médias et il y a un minimum de vérifications faites, la avec les réseaux sociaux plus c'est débile plus c'est relayé et plus l'algo met en avant les pires désinformations inimaginable, au point que c'est devenu un business, certains escrocs ont créé des usines à fake news et gagnent des fortunes avec ca.

    S'il y avait pas les réseaux sociaux on aurais pas en France :
    - les antivax
    - les climatosceptiques
    - les gilets jaunes, avoir sur un barrage un rsa qui veux plus de rsa et un petit commerçant qui veux moins de charges donc des choses opposées, ca prouve que ce mouvement est débile, puisqu'en vrai le petits commerçant devrait voter pour un parti libéral anti impôts et anti charges, et le rsa pour un parti ultra socialiste qui paye les gens à ne rien faire, donc avec plus d'impôts et de charges.
    - Les partis communistes avec Poutou et FI, car il ne font que diffuser des fakes news, tout est faux et stupide. En fait ces deux partis devraient être constitutionnellement interdits, vu que c'est basé sur le vol, le sabotage et les destructions, donc illégal.
    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  6. #286
    Membre confirmé Avatar de seedbarrett
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2014
    Messages
    139
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 30
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2014
    Messages : 139
    Points : 579
    Points
    579
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
    S'il y avait pas les réseaux sociaux on aurais pas en France :
    - les antivax
    - les climatosceptiques
    - les gilets jaunes, avoir sur un barrage un rsa qui veux plus de rsa et un petit commerçant qui veux moins de charges donc des choses opposées, ca prouve que ce mouvement est débile, puisqu'en vrai le petits commerçant devrait voter pour un parti libéral anti impôts et anti charges, et le rsa pour un parti ultra socialiste qui paye les gens à ne rien faire, donc avec plus d'impôts et de charges.
    - Les partis communistes avec Poutou et FI, car il ne font que diffuser des fakes news, tout est faux et stupide. En fait ces deux partis devraient être constitutionnellement interdits, vu que c'est basé sur le vol, le sabotage et les destructions, donc illégal.


    Les antivax c'est aussi vieux que les vaccins, se sont des gens qui ne comprennent pas comment ça marche. Déjà à l'époque de pasteur on disait que c'était contre lé volonté de dieux, ou que les vrai mecs tombaient malade plutôt que de se prendre une piqure
    Les climatoseptiques ça date des années 90, bien avant les réseau sociaux. J'ai particulièrement en tête les chemtrail, qui est une théorie du complot débile partagée à travers le monde depuis près de 30 ans. Sur le web certes, mais pas de facebook.
    Les gilets jaunes voulaient tous la même chose : une meilleurs qualité de vie. Tu n'est pas sans savoir que les riches deviennent de plus en plus riche, creusant un écart avec la population. Ecart si grand qu'au bout d'un moment ça pète. Mais c'est un sujet compliqué, qui va être étudiés encore longtemps je pense. Parce qu'ils ont réussi a s'unir malgré des ambitions différentes.
    Les parti de gauche ne font pas plus de fake news que les autres. Je te rappelle toutes les merdes que notre gouvernement adoré à pu raconter ? A droite, tu crois qu'ils ne partagent que la vérité ? Et niveau sabotage du pays, on a pas besoin de la gauche pour que l'UMP vende notre or, nos turbines nucléaires, ou même notre patrimoine. C'est pas du sabotage, destruction et vol ?

  7. #287
    Membre extrêmement actif

    Homme Profil pro
    Ingénieur test de performance
    Inscrit en
    décembre 2003
    Messages
    1 952
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 48
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur test de performance
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2003
    Messages : 1 952
    Points : 2 637
    Points
    2 637
    Par défaut
    Bonjour.

    Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
    Justement non, avant ça passait par les médias et il y a un minimum de vérifications faites, la avec les réseaux sociaux plus c'est débile plus c'est relayé et plus l'algo met en avant les pires désinformations inimaginable, au point que c'est devenu un business, certains escrocs ont créé des usines à fake news et gagnent des fortunes avec ca.

    S'il y avait pas les réseaux sociaux on aurais pas en France :
    - les antivax
    - les climatosceptiques
    - les gilets jaunes, avoir sur un barrage un rsa qui veux plus de rsa et un petit commerçant qui veux moins de charges donc des choses opposées, ca prouve que ce mouvement est débile, puisqu'en vrai le petits commerçant devrait voter pour un parti libéral anti impôts et anti charges, et le rsa pour un parti ultra socialiste qui paye les gens à ne rien faire, donc avec plus d'impôts et de charges.
    - Les partis communistes avec Poutou et FI, car il ne font que diffuser des fakes news, tout est faux et stupide. En fait ces deux partis devraient être constitutionnellement interdits, vu que c'est basé sur le vol, le sabotage et les destructions, donc illégal.
    Lors de l'épisode H1N1, il n'y avait pas les "réso socio" comme aujourd'hui. Juste les médias. Et personne ne voulait se faire vacciner à cette époque, car pas d'intérêt dans la balance bénéfice/risque. De mes souvenirs, une dépense énorme pour des vaccins jamais inoculés. Le bon toutou de l'époque qui a dépensé l'argent des français inutilement est ministre de la culture maintenant. Je ne me souviens pas, si à l'époque, on a acheté des vaccins américains. Ce serait intéressant de voir.

  8. #288
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 946
    Points : 158 417
    Points
    158 417
    Par défaut Clearview AI vise à mettre presque tous les humains dans sa base de données de reconnaissance faciale
    Clearview AI vise à mettre presque tous les humains dans sa base de données de reconnaissance faciale,
    dans son discours aux investisseurs, l'entreprise a déclaré que 100 milliards de photos rendraient presque tout le monde « identifiable »

    Clearview AI est une start-up qui a mis au point Clearview, une application de reconnaissance faciale. Sur son site, l'entreprise indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les organismes judiciaires pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. « La technologie de Clearview a aidé les forces de l'ordre à traquer des centaines de criminels en général, notamment des pédophiles, des terroristes et des trafiquants sexuels ».

    Son fonctionnement est simple : vous prenez une photo d'une personne, la téléchargez et voyez des photos publiques de cette personne, ainsi que des liens vers l'endroit où ces photos sont apparues. Le système s'appuie sur une base de données de plus de trois milliards d'images que Clearview prétend avoir récupérées sur Facebook, YouTube, Venmo et des millions d'autres sites Web.

    Chose légale ou pas, plusieurs rapports publiés en 2020 ont montré que de nombreuses autorités américaines s’en sont servis dans le cadre d’une enquête ou même à des fins personnelles. De même, pendant plus d'un an avant que la société ne fasse l'objet d'un examen public, l'application avait été librement utilisée par les investisseurs, les clients et les amis de la société. Des personnes proches de Clearview ont utilisé leur technologie de reconnaissance faciale lors de fêtes, de réunions d'affaires, etc. faisant des démonstrations de son potentiel pour le plaisir ou l'utilisant pour identifier des personnes dont elles ignoraient ou ne se souvenaient pas des noms.

    Pour sa défense, Hoan Ton-That, cofondateur de l'entreprise, a expliqué que des comptes d'essai ont été fournis à des investisseurs potentiels et actuels, ainsi qu'à d'autres partenaires stratégiques, afin qu'ils puissent tester l'application.

    Clearview était inconnu du grand public jusqu'en janvier dernier 2020, lorsqu'il a été rapporté que la start-up avait développé un système de reconnaissance faciale révolutionnaire qui était utilisé par des centaines d'agences d'application de la loi.

    Cette fois-ci, la société controversée de reconnaissance faciale Clearview AI aurait déclaré aux investisseurs qu'elle visait à collecter 100 milliards de photos, ce qui serait soi-disant suffisant pour garantir que presque tous les humains figureront dans sa base de données.

    « Clearview AI a dit aux investisseurs qu'il est sur la bonne voie pour avoir 100 milliards de photos faciales dans sa base de données d'ici un an, suffisamment pour garantir que "presque toutes les personnes dans le monde soient identifiables", selon une présentation aux investisseurs datant de décembre obtenue par le Washington Post », a rapporté le quotidien Washington Post. Il y a environ 7,9 milliards de personnes sur la planète.

    La présentation de décembre faisait partie d'un effort visant à obtenir de nouveaux financements auprès d'investisseurs, donc 100 milliards d'images faciales sont plus un objectif qu'un plan ferme. Cependant, la présentation indique que Clearview a déjà accumulé 10 milliards d'images et ajoute 1,5 milliard d'images par mois, écrit le Post. Clearview a déclaré aux investisseurs qu'il avait besoin de 50 millions de dollars supplémentaires pour atteindre son objectif de 100 milliards de photos, a rapporté le Post :

    Citation Envoyé par Washington Post
    La société a déclaré que son « index de visages » est passé de 3 milliards d'images à plus de 10 milliards depuis début 2020 et que son système de collecte de données ingère désormais 1,5 milliard d'images par mois.

    Avec 50 millions de dollars injectés par les investisseurs, a déclaré la société, elle pourrait augmenter ses pouvoirs de collecte de données à 100 milliards de photos, créer de nouveaux produits, élargir son équipe de vente internationale et payer davantage pour faire pression sur les décideurs gouvernementaux pour « élaborer une réglementation favorable ».
    Nom : clear.jpg
Affichages : 4087
Taille : 30,8 Ko

    Clearview collecte des photos sur Internet

    Comme l'a noté le Post, « Clearview a construit sa base de données en prenant des images à partir de réseaux sociaux et d'autres sources en ligne sans le consentement des sites Web ou des personnes photographiées. Facebook, Google, Twitter et YouTube ont exigé que l'entreprise cesse de prendre des photos de leurs sites et supprime celles qui ont été précédemment prises. Clearview a fait valoir que sa collecte de données est protégée par le premier amendement ».

    L'augmentation du nombre de photos pourrait être associée à un modèle commercial élargi. Clearview « veut s'étendre au-delà de la numérisation des visages pour la police », affirmant dans la présentation qu'elle pourrait surveiller les travailleurs de « l'économie du concert » et étudie un certain nombre de nouvelles technologies qui pourraient identifier quelqu'un en fonction de sa façon de marcher, détecter sa position à partir d'une photo ou scanner leurs empreintes digitales de loin ».

    Clearview a été contacté à propos de la présentation et a publié en retour une courte déclaration du fondateur et PDG de Clearview, Hoan Ton-That : « La base de données d'images accessibles au public de Clearview AI est collectée légalement, comme tout autre moteur de recherche, y compris Google. Elle est utilisée par les forces de l'ordre pour les enquêtes après le crime afin d'aider à identifier les auteurs de crimes », a-t-il déclaré.

    Ton-That a indiqué au Washington Post que la société avait collecté des photos de « millions de sites Web différents » sur l'Internet public. Ton-That a déclaré que la société n'avait pas décidé de vendre son service de reconnaissance faciale à des organisations non gouvernementales.

    Clearview assure que « les principes seront mis à jour, au besoin »

    Le site Web de Clearview comprend une déclaration de principes. « Clearview AI propose actuellement ses solutions à une seule catégorie de clients : les agences gouvernementales et leurs agents », indique le communiqué. « Il limite les utilisations de son système aux agences engagées dans des processus légaux d'enquêtes visant une conduite criminelle ou visant à prévenir des menaces spécifiques, substantielles et imminentes pour la vie ou la sécurité physique des personnes ».

    Dans sa déclaration au Post, Ton-That a fait valoir que « chaque photo de l'ensemble de données est un indice potentiel qui pourrait sauver une vie, rendre justice à une victime innocente, empêcher une identification erronée ou disculper une personne innocente ». Cependant, l'approche de l'entreprise pourrait changer en même temps que son modèle économique. « Nos principes reflètent les utilisations actuelles de notre technologie. Si ces utilisations changent, les principes seront mis à jour, si nécessaire », a déclaré Ton-That.

    Twitter, Facebook et YouTube ont ordonné à Clearview AI de cesser de faire du web scrapping sur leurs sites au début de 2020. La police a utilisé la technologie Clearview pour identifier et arrêter les personnes accusées de violence ou de destruction de biens lors des manifestations de Black Lives Matter plus tard cette année-là. Après l'attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole des États-Unis, Ton-That a déclaré : « il est gratifiant que Clearview AI ait été utilisée pour identifier les émeutiers du Capitole qui ont attaqué notre grand symbole de démocratie ».

    Clearview a perdu au tribunal

    Clearview fait face à diverses poursuites en matière de confidentialité et a perdu une manche lundi pour une affaire importante dans laquelle il était question de déterminer si la société avait violé la loi sur la confidentialité des informations biométriques de l'Illinois en collectant et en utilisant des images faciales sans le consentement des personnes. Un juge fédéral « a rejeté la défense du premier amendement invoqué par Clearview, a rejeté la requête en rejet de la société et a autorisé les poursuites à aller de l'avant », a noté l'Electronic Frontier Foundation. « C'est une victoire importante pour notre vie privée sur les profits de Clearview ».

    Sources : principes de Clearview , EFF (1, 2), Washington Post
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #289
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    décembre 2019
    Messages
    187
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2019
    Messages : 187
    Points : 760
    Points
    760
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Clearview AI est une start-up qui a mis au point Clearview, une application de reconnaissance faciale. Sur son site, l'entreprise indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les organismes judiciaires pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. « La technologie de Clearview a aidé les forces de l'ordre à traquer des centaines de criminels en général, notamment des pédophiles, des terroristes et des trafiquants sexuels ».
    je me suis arrêté la. Quand on vous explique qu'il faut dix milliards de tronche pour coincer des "centaines de criminels" il faut fuir en courant. Mention spéciale pour les pédophiles et les trafiquants sexuels, qui sont pour certains tous notoirement connus. Quelle arnaque. Le truc ne va servir qu'a arrêter des écologistes et des activistes, et a des choses bien pire dans les pays moins démocratiques que les notres.

    La belle affaire.

    Comme l'a noté le Post, « Clearview a construit sa base de données en prenant des images à partir de réseaux sociaux et d'autres sources en ligne sans le consentement des sites Web ou des personnes photographiées. Facebook, Google, Twitter et YouTube ont exigé que l'entreprise cesse de prendre des photos de leurs sites et supprime celles qui ont été précédemment prises. Clearview a fait valoir que sa collecte de données est protégée par le premier amendement ».
    C'est incroyable ce qu'il se passe dans notre dos...

  10. #290
    Membre averti
    Homme Profil pro
    nope
    Inscrit en
    décembre 2012
    Messages
    116
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loiret (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : nope

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2012
    Messages : 116
    Points : 446
    Points
    446
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
    je me suis arrêté la. Quand on vous explique qu'il faut dix milliards de tronche pour coincer des "centaines de criminels" il faut fuir en courant. Mention spéciale pour les pédophiles et les trafiquants sexuels, qui sont pour certains tous notoirement connus. Quelle arnaque. Le truc ne va servir qu'a arrêter des écologistes et des activistes, et a des choses bien pire dans les pays moins démocratiques que les notres.
    oui mais là en plus y a pas moyen de fuir, les gars ils construisent leur base de données à partir de tout ce qu'ils trouvent en ignorant totalement le droit à l'image, t'ira leur faire une demande de droit à l'oubli à ceux-là ...

  11. #291
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    retraité
    Inscrit en
    mai 2014
    Messages
    35
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Haute Vienne (Limousin)

    Informations professionnelles :
    Activité : retraité

    Informations forums :
    Inscription : mai 2014
    Messages : 35
    Points : 125
    Points
    125
    Par défaut Passer sous les radars
    Je me demande comment ils feraient pour cadrer disons... des gars vivant en plein désert (montagneux de préférence), dans la brousse, dans la forêt amazonienne. Avec des drones ? Un coup de 12 et fini l'engin !
    En fait, ils piochent tranquillement dans les bases de données des services officiels (identité, cartes de santé), et surtout dans l'immense stock des "réseaux sociaux" où les imprudents affichent non seulement leur mégalomanie égocentrique, mais encore publient leur(s) photo(s) ou vidéos à l'appui.
    La première mesure est de ne jamais publier sa photo.
    Personnellement (vous allez dire que c'est de la paranoïa !) j'ai collé une pastille sur la caméra de mon PC

  12. #292
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 946
    Points : 158 417
    Points
    158 417
    Par défaut Clearview AI prévoit d'employer plus de personnel afin de conclure de gros contrats avec le gouvernement US
    Clearview AI prévoit d'employer plus de personnel afin de conclure de gros contrats avec le gouvernement US,
    la start-up controversée de reconnaissance faciale voudrait également proposer de nouvelles fonctionnalités

    La start-up controversée de reconnaissance faciale Clearview AI prévoit d'employer plus de personnel afin de conclure de gros contrats lucratifs avec le gouvernement américain d'une valeur de plusieurs millions de dollars. Le PDG Hoan Thon-That a déclaré que les contrats annuels actuels de Clearview avec ses 3 100 clients sont relativement petits : « Nous savons que certaines de ces agences connaissent un grand succès, mais il n'y a que quelques commandes facturées à cinq ou six chiffres. Et donc, la question est "Pouvons-nous faire quelques ventes à sept chiffres, voire à huit ?" »

    Pour poursuivre des projets plus importants, Clearview AI envisage d'augmenter sa taille d'un tiers et de développer de nouvelles capacités telles que l'appariement de photographies de personnes jeunes et âgées pour améliorer l'identification.

    Clearview est surtout connu pour récupérer des images personnelles de personnes sur des plateformes de médias sociaux comme Facebook ou Instagram, ainsi que des sites de partage d'images comme Flickr ou Getty Images. Cette pratique a valu à l'entreprise des problèmes juridiques aux États-Unis et au Canada.


    Clearview AI est une start-up qui a mis au point Clearview, une application de reconnaissance faciale. Sur son site, l'entreprise indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les organismes judiciaires pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. « La technologie de Clearview a aidé les forces de l'ordre à traquer des centaines de criminels en général, notamment des pédophiles, des terroristes et des trafiquants sexuels ».

    Son fonctionnement est simple : vous prenez une photo d'une personne, la téléchargez et voyez des photos publiques de cette personne, ainsi que des liens vers l'endroit où ces photos sont apparues. Le système s'appuie sur une base de données de plus de trois milliards d'images que Clearview prétend avoir récupérées sur Facebook, YouTube, Venmo et des millions d'autres sites Web.

    Chose légale ou pas, plusieurs rapports publiés en 2020 ont montré que de nombreuses autorités américaines s’en sont servis dans le cadre d’une enquête ou même à des fins personnelles. De même, pendant plus d'un an avant que la société ne fasse l'objet d'un examen public, l'application avait été librement utilisée par les investisseurs, les clients et les amis de la société. Des personnes proches de Clearview ont utilisé leur technologie de reconnaissance faciale lors de fêtes, de réunions d'affaires, etc. faisant des démonstrations de son potentiel pour le plaisir ou l'utilisant pour identifier des personnes dont elles ignoraient ou ne se souvenaient pas des noms.

    Pour sa défense, Hoan Ton-That, cofondateur de l'entreprise, a expliqué que des comptes d'essai ont été fournis à des investisseurs potentiels et actuels, ainsi qu'à d'autres partenaires stratégiques, afin qu'ils puissent tester l'application.

    Clearview était inconnu du grand public jusqu'en janvier dernier 2020, lorsqu'il a été rapporté que la start-up avait développé un système de reconnaissance faciale révolutionnaire qui était utilisé par des centaines d'agences d'application de la loi.

    Nom : clear.jpg
Affichages : 980
Taille : 30,8 Ko

    De plus gros revenus

    Clearview AI, dont le moteur de recherche de visages est devenu un outil de police inégalé, vise cette année à remporter ses premiers gros contrats avec le gouvernement américain et à agrandir son équipe d'un tiers alors même que la start-up se bat devant les tribunaux et le Congrès, a déclaré son directeur général.

    Dans une interview exclusive, le PDG Hoan Ton-That a déclaré qu'il se concentrerait sur la conclusion d'accords avec des agences fédérales. Bon nombre des 3 100 clients de la société new-yorkaise de cinq ans sont dans la phase d'essai, a-t-il déclaré, ce qui explique que seul un petit nombre effectue des achats à hauteur de « cinq ou six chiffres ». Mais le PDG espère voir des commandes facturées à sept ou huit chiffres par an.

    Durant l'entretien, il a également dévoilé pour la première fois le nom d'un membre de l'équipe technologique de Clearview. Alors que ses rivaux ont promu leurs bancs de scientifiques ou publié des articles sur des percées, Clearview est resté silencieux, se limitant à indiquer qu'il était « Made in USA » mais n'offrant pas de détails.

    Cette fois-ci, Ton-That a déclaré que Terence Liu est le physicien informatique basé en Pennsylvanie derrière certains des algorithmes de Clearview et son vice-président de la recherche.

    Dans l'ensemble, l'entreprise de près de 50 personnes, pour la plupart éloignées, vise à en embaucher 18 autres cette année, notamment en ajoutant cinq ingénieurs à une équipe de 12, a déclaré Ton-That.

    Parmi ses plans cette année, Clearview ajoutera des outils d'amélioration pour nettoyer les photos de recherche et potentiellement une IA pour générer des représentations plus jeunes et plus âgées afin qu'un jour les personnes âgées puissent être associées à des photos d'enfance.

    Clearview est devenu l'un des développeurs de reconnaissance faciale les plus en vue au cours des deux dernières années, car il envoie des correspondances aux autorités à partir d'une base de données sans cesse croissante de plus de 10 milliards de photos qu'il trouve publiées publiquement sur Internet. Les résultats renvoient à des sites Web tels que Flickr, Instagram et Getty Images, où des légendes ou d'autres détails en révèlent davantage sur les sujets.

    Les correspondances des outils de reconnaissance faciale utilisés par les forces de l'ordre en Chine, en Inde et dans de nombreux autres pays proviennent généralement de bases de données d'arrestation ou d'identification gouvernementales plus limitées. La police affirme que l'outil de recherche Web de Clearview les aide à trouver des personnes en dehors de ces ensembles de données.

    Bien que Clearview se compare à la recherche Google Images, ses détracteurs disent qu'il viole les normes de confidentialité et laisse présager une surveillance plus flagrante. Certains législateurs veulent l'interdire.

    Les autorités de protection des données d'au moins quatre pays, dont le Canada et la France, ont déclaré que la collection de photos enfreignait les lois sur la protection de la vie privée, et Clearview se bat contre des poursuites aux États-Unis qui pourraient l'obliger à changer de stratégie.

    De grandes entreprises comme Google d'Alphabet et Facebook de Meta Platform, avec les données nécessaires pour développer des outils concurrents, se sont retirées de la reconnaissance faciale, invoquant des préoccupations sociétales et le besoin de clarté des régulateurs. Aucune start-up connue ne s'est aventurée dans la même zone grise que Clearview, qui a levé environ 37 millions de dollars auprès d'investisseurs et en veut plus maintenant.

    Le Federal Bureau of Investigation, l'Immigration and Customs Enforcement et le Fish and Wildlife Service font partie de la douzaine d'agences américaines qui ont utilisé Clearview, selon les révélations en août dernier d'un audit gouvernemental. Clearview a également gagné environ 50 000 $ pour de la recherche sur des lunettes de réalité augmentée avec reconnaissance faciale pour sécuriser les points de contrôle de la base de l'Air Force.

    Les critiques réagissent tandis que Clearview envisage d'entrer dans de nouvelles industries : « Clearview AI a un schéma de tromperie : la société a publiquement défendu sa surveillance de masse en affirmant qu'elle ne vendra qu'aux forces de l'ordre tout en proposant en privé une expansion dans la finance, la vente au détail et le divertissement », a déclaré Jack Poulson, directeur exécutif du groupe de responsabilité technologique Tech Inquiry.

    Réduction des coûts

    Ton-That a commencé à développer la reconnaissance faciale vers 2015 après avoir lu des articles tels que "DeepFace" et "FaceNet" publiés par des scientifiques de Google, Facebook et les meilleures universités montrant des progrès spectaculaires dans la technologie. Il a reproduit les résultats, rassemblé des photos en ligne et amélioré la précision à 99 % contre 70 %.

    Un dépôt de brevet qu'il a déposé mardi dernier couvre le processus de Clearview pour une formation rapide et à moindre coût à la reconnaissance faciale. Clearview apprend à partir de 70 millions de photos en ligne de tous types de personnes, tandis que les systèmes rivaux sont alimentés par de plus petites bases de données de photos de célébrités, selon les déclarations de Ton-That.

    Clearview utilise l'IA pour appliquer des masques, des lunettes et d'autres distorsions aux images d'entraînement, ce qui lui permet de reconnaître les visages lorsqu'ils sont masqués, de profil, en arrière-plan ou 20 ans plus jeunes. Selon une évaluation du gouvernement américain l'année dernière, Clearview avait une plus grande précision que les outils concurrents.

    Le responsable de la recherche, Liu, a officiellement rejoint Clearview l'année dernière après avoir travaillé comme ingénieur logiciel senior chez Bloomberg LP depuis 2017, a-t-il déclaré. Il s'était auparavant associé à Ton-That pour faire avancer le prototype de Clearview. « C'était juste quelque chose de difficile à transmettre à nouveau », a déclaré Liu.

    Les autres membres du personnel technique comprennent un ancien employé de Coinbase qui gère la cybersécurité et un entrepreneur qui a vendu son moteur de recherche à Clearview en 2019 et supervise la collecte de données. Ton-That a refusé de les nommer.

    Les efforts de l'équipe pour retravailler le code original de Ton-That, notamment en créant deux technologies de base de données personnalisées, ont réduit les coûts de traitement par image de visage dans le système de Clearview de 95 % depuis 2018, a déclaré Ton-That.

    Source : interview PDG Clearview
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #293
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    370
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 370
    Points : 943
    Points
    943
    Par défaut
    Les critiques réagissent tandis que Clearview envisage d'entrer dans de nouvelles industries : « Clearview AI a un schéma de tromperie*: la société a publiquement défendu sa surveillance de masse en affirmant qu'elle ne vendra qu'aux forces de l'ordre tout en proposant en privé une expansion dans la finance, la vente au détail et le divertissement », a déclaré Jack Poulson, directeur exécutif du groupe de responsabilité technologique Tech Inquiry.
    Rien que de vendre des données biométrique aux forces de l'ordre s'apparente pour moi à de la surveillance de masse.

  14. #294
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 946
    Points : 158 417
    Points
    158 417
    Par défaut L'Italie inflige une amende de 20 millions d'euros à la société de reconnaissance faciale Clearview AI
    L'Italie inflige une amende de 20 millions d'euros à la société de reconnaissance faciale Clearview AI,
    il est également interdit à l'entreprise d'utiliser des images d'Italiens dans sa base de données

    Un autre gendarme européen de la vie privée a sanctionné la société controversée de reconnaissance faciale, Clearview AI, qui récupère les photos sur Internet dans l'optique de se constituer une base de données de quelque 10 milliards de visages pour alimenter un service de correspondance d'identité qu'elle vend aux forces de l'ordre. L'agence italienne de protection des données a annoncé une amende de 20 millions d'euros pour violation du droit de l'UE. Elle a également ordonné à l'entreprise controversée de supprimer toutes les données sur les Italiens qu'elle détient et elle interdit tout traitement ultérieur de la biométrie faciale de ses citoyens. Son enquête a été ouverte à la suite de « plaintes et rapports », a-t-elle déclaré, notant qu'en plus des violations de la loi sur la confidentialité, elle a découvert que l'entreprise suivait des citoyens italiens et des personnes situées en Italie.

    Clearview AI est une start-up qui a mis au point Clearview, une application de reconnaissance faciale. Sur son site, l'entreprise indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les organismes judiciaires pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. « La technologie de Clearview a aidé les forces de l'ordre à traquer des centaines de criminels en général, notamment des pédophiles, des terroristes et des trafiquants sexuels ».

    Son fonctionnement est simple : vous prenez une photo d'une personne, la téléchargez et voyez des photos publiques de cette personne, ainsi que des liens vers l'endroit où ces photos sont apparues. Le système s'appuie sur une base de données de plus de trois milliards d'images que Clearview prétend avoir récupérées sur Facebook, YouTube, Venmo et des millions d'autres sites Web.

    Chose légale ou pas, plusieurs rapports publiés en 2020 ont montré que de nombreuses autorités américaines s’en sont servis dans le cadre d’une enquête ou même à des fins personnelles. De même, pendant plus d'un an avant que la société ne fasse l'objet d'un examen public, l'application avait été librement utilisée par les investisseurs, les clients et les amis de la société. Des personnes proches de Clearview ont utilisé leur technologie de reconnaissance faciale lors de fêtes, de réunions d'affaires, etc. faisant des démonstrations de son potentiel pour le plaisir ou l'utilisant pour identifier des personnes dont elles ignoraient ou ne se souvenaient pas des noms.

    Pour sa défense, Hoan Ton-That, cofondateur de l'entreprise, a expliqué que des comptes d'essai ont été fournis à des investisseurs potentiels et actuels, ainsi qu'à d'autres partenaires stratégiques, afin qu'ils puissent tester l'application.

    Clearview était inconnu du grand public jusqu'en janvier dernier 2020, lorsqu'il a été rapporté que la start-up avait développé un système de reconnaissance faciale révolutionnaire qui était utilisé par des centaines d'agences d'application de la loi.

    Nom : police.png
Affichages : 22241
Taille : 348,7 Ko

    L'autorité italienne de protection des données tape du poing sur la table

    Une enquête de Garante per la Protezione dei Dati Personali, l'autorité italienne de protection des données, a révélé que la base de données de 10 milliards d'images de visages de l'entreprise comprend celles d'Italiens et de résidents en Italie. La société basée à New York est condamnée à une amende de 20 millions d'euros et devra également supprimer toute biométrie faciale qu'elle détient sur les ressortissants italiens.

    « Les conclusions ont révélé que les données personnelles détenues par l'entreprise, y compris les données biométriques et de géolocalisation, sont traitées illégalement, sans base légale adéquate, ce qui ne peut certainement pas être l'intérêt légitime de l'entreprise américaine », a déclaré le Garante dans un communiqué.

    Parmi les autres violations du règlement général sur la protection des données (RGPD) qu'il a identifiées, citons les obligations de transparence (du fait que Clearview n'a pas suffisamment informé les utilisateurs de ce qu'il faisait avec leurs selfies) ; la violation de la limitation des finalités et utilisation des données des utilisateurs à des fins autres que celles pour lesquelles elles ont été publiées en ligne ; ainsi que des violations des règles de conservation des données sans limites de stockage.

    « L'activité de Clearview AI viole donc les libertés des personnes concernées, y compris la protection de la confidentialité et le droit de ne pas être discriminé », a également déclaré l'autorité.

    Dans le communiqué de presse annonçant la sanction, le Garante a également noté qu'il avait ordonné à Clearview de désigner un représentant dans l'UE « afin de faciliter l'exercice des droits des personnes concernées » - une autre exigence légale en vertu du droit de l'UE qu'il a constaté que l'entreprise n'avait pas remplie. Mais l'absence d'une entité Clearview basée dans l'UE rend beaucoup plus difficile pour l'Italie de percevoir une amende.

    Bien que le RGPD ait, sur le papier, une portée extraterritoriale (ce qui signifie qu'il s'applique en dehors du bloc à toute personne traitant les données des citoyens de l'UE), l'application contre des entités étrangères qui n'ont pas d'établissements ou de dirigeants locaux à qui infliger des sanctions peut constituer des limites pratiques strictes sur la portée de la loi.

    Cela dit, les autorités de protection des données peuvent toujours s'en prendre à toute entité locale cliente de l'entité sanctionnée (comme l'a fait le gendarme suédois l'année dernière, infligeant une amende à une force de police locale pour ce qu'elle a qualifié d'utilisation illégale du logiciel de reconnaissance faciale de Clearview).

    Les conséquences juridiques se multiplient

    Ce n'est donc pas la première fois que la société de technologie de reconnaissance faciale fait face à des conséquences juridiques. En novembre dernier, l'autorité britannique de protection des données a infligé une amende de 17 millions de livres sterling à l'entreprise après avoir constaté que ses pratiques, notamment la collecte de selfies de personnes sans leur consentement à partir de séquences de caméras de sécurité ou de photos, enfreignaient les lois nationales sur la protection des données. La société a également été interdite en Suède, en France et en Australie.

    Les amendes accumulées seront un coup dur pour l'entreprise maintenant âgée de cinq ans, siphonnant les 30 millions de dollars qu'elle a levés lors de son dernier cycle de financement. Mais l'aventure de Clearview AI semble ne faire que commencer. La société est sur la bonne voie pour breveter sa base de données biométrique, qui scanne les visages à travers les données Internet publiques et a été utilisée par les forces de l'ordre du monde entier, y compris les services de police aux États-Unis et un certain nombre d'agences fédérales. Un certain nombre de démocrates ont exhorté les agences fédérales à abandonner leurs contrats avec Clearview AI, affirmant que l'outil constituait une grave menace pour la vie privée des citoyens ordinaires. Dans une lettre adressée au Département de la sécurité intérieure, les sénateurs Ed Markey et Jeff Merkley et les représentants Pramila Jayapal et Ayanna Pressley ont exhorté les régulateurs à cesser d'utiliser l'outil.

    « Clearview AI aurait récupéré des milliards de photos sur des sites de médias sociaux sans l'autorisation ni l'avis des personnes photographiées. En conjonction avec les capacités de reconnaissance faciale de l'entreprise, cette mine d'informations personnelles est capable de démanteler fondamentalement l'attente des Américains selon laquelle ils peuvent se déplacer, se rassembler ou simplement apparaître en public sans être identifiés », ont écrit les auteurs de la lettre.

    La réaction de l'entreprise

    Dans une déclaration attribuée au PDG, Hoan Ton-That, Clearview a déclaré :

    « Clearview AI n'a pas d'établissement en Italie ou dans l'UE, n'a pas de clients en Italie ou dans l'UE et n'entreprend aucune activité qui la soumettrait autrement au RGPD ».

    Et de continuer en disant :

    « Nous recueillons uniquement des données publiques sur Internet et respectons toutes les normes de confidentialité et de droit. Je suis navré par la mauvaise interprétation par certains en Italie, où nous ne faisons pas d'affaires, de la technologie de Clearview AI pour la société. Mes intentions et celles de mon entreprise ont toujours été d'aider les communautés et leurs habitants à vivre une vie meilleure et plus sûre ».

    Malgré la perte de données de reconnaissance faciale de pays entiers, Clearview AI prévoit de se développer rapidement cette année. La société a déclaré aux investisseurs qu'elle était sur la bonne voie pour avoir 100 milliards de photos de visages dans sa base de données d'ici un an, ce qui serait soi-disant suffisant pour garantir que presque tous les humains figureront dans sa base de données.

    « Clearview AI a dit aux investisseurs qu'il est sur la bonne voie pour avoir 100 milliards de photos faciales dans sa base de données d'ici un an, suffisamment pour garantir que "presque toutes les personnes dans le monde soient identifiables », selon une présentation aux investisseurs datant de décembre obtenue par le Washington Post, a rapporté le quotidien Washington Post. Il y a environ 7,9 milliards de personnes sur la planète.

    La présentation de décembre faisait partie d'un effort visant à obtenir de nouveaux financements auprès d'investisseurs, donc 100 milliards d'images faciales sont plus un objectif qu'un plan ferme. Cependant, la présentation indique que Clearview a déjà accumulé 10 milliards d'images et ajoute 1,5 milliard d'images par mois, écrit le Post. Clearview a déclaré aux investisseurs qu'il avait besoin de 50 millions de dollars supplémentaires pour atteindre son objectif de 100 milliards de photos, a rapporté le Post :

    Citation Envoyé par Washington Post
    La société a déclaré que son « index de visages » est passé de 3 milliards d'images à plus de 10 milliards depuis début 2020 et que son système de collecte de données ingère désormais 1,5 milliard d'images par mois.

    Avec 50 millions de dollars injectés par les investisseurs, a déclaré la société, elle pourrait augmenter ses pouvoirs de collecte de données à 100 milliards de photos, créer de nouveaux produits, élargir son équipe de vente internationale et payer davantage pour faire pression sur les décideurs gouvernementaux pour « élaborer une réglementation favorable ».
    Source : communiqué de l'autorité italienne de protection des données
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #295
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 946
    Points : 158 417
    Points
    158 417
    Par défaut Clearview AI condamné à payer une amende de 7,5 Ms £ au Royaume-Uni pour avoir collecté des photos
    Clearview AI condamné à payer une amende de 7,5 Ms £ en UK pour avoir alimenté son IA de reconnaissance faciale
    avec des photos collectées sans autorisation

    L'organisme de protection des données du Royaume-Uni a condamné à payer une amende la société controversée de reconnaissance faciale Clearview AI, lui ordonnant de cesser de collecter les données personnelles des Britanniques, de supprimer celles qu'elle possède déjà et de payer une amende de 7,5 millions de livres sterling (environ 8,84 millions d'euros).

    La décision de l'ICO intervient après une enquête lancée en 2020 en collaboration avec le commissaire à l'information australien pour voir si Clearview avait enfreint l'Australian Privacy Act ou le UK Data Protection Act 2018.

    L'ICO, qui lui a infligé une amende inférieure à la moitié des 17 millions de livres sterling initialement envisagés, a regretté le fait que la société n'avait pas « de processus en place pour empêcher la conservation indéfinie des données ». En plus de l'amende, il a été ordonné à Clearview de cesser de rassembler les données et de supprimer toutes les informations des résidents britanniques de ses systèmes.


    Clearview AI est une start-up qui a mis au point Clearview, une application de reconnaissance faciale. Sur son site, l'entreprise indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les organismes judiciaires pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. « La technologie de Clearview a aidé les forces de l'ordre à traquer des centaines de criminels en général, notamment des pédophiles, des terroristes et des trafiquants sexuels ».

    Son fonctionnement est simple : vous prenez une photo d'une personne, la téléchargez et voyez des photos publiques de cette personne, ainsi que des liens vers l'endroit où ces photos sont apparues. Le système s'appuie sur une base de données de plus de 10 milliards d'images que Clearview prétend avoir récupérées sur Facebook, YouTube, Venmo et des millions d'autres sites Web.

    Chose légale ou pas, plusieurs rapports publiés en 2020 ont montré que de nombreuses autorités américaines s’en sont servis dans le cadre d’une enquête ou même à des fins personnelles. De même, pendant plus d'un an avant que la société ne fasse l'objet d'un examen public, l'application avait été librement utilisée par les investisseurs, les clients et les amis de la société. Des personnes proches de Clearview ont utilisé leur technologie de reconnaissance faciale lors de fêtes, de réunions d'affaires, etc. faisant des démonstrations de son potentiel pour le plaisir ou l'utilisant pour identifier des personnes dont elles ignoraient ou ne se souvenaient pas des noms.

    Pour sa défense, Hoan Ton-That, cofondateur de l'entreprise, a expliqué que des comptes d'essai ont été fournis à des investisseurs potentiels et actuels, ainsi qu'à d'autres partenaires stratégiques, afin qu'ils puissent tester l'application.

    Clearview était inconnu du grand public jusqu'en janvier dernier 2020, lorsqu'il a été rapporté que la start-up avait développé un système de reconnaissance faciale révolutionnaire qui était utilisé par des centaines d'agences d'application de la loi.

    Nom : ico.png
Affichages : 759
Taille : 7,6 Ko

    La situation au Royaume-Uni

    Fin novembre 2021, le gendarme britannique du numérique a publiquement envisagé de punir Clearview à la suite d'une enquête lancée l'année d'avant avec le commissaire à l'information australien. L'ICO (Information Commissioner’s Office) pense que l'entreprise américaine a enfreint les règles britanniques de protection des données, entre autres, en n'ayant pas de « raison légitime » pour collecter les photos et informations personnelles des personnes, et en n'étant pas transparente sur la manière dont les données ont été utilisées et stockées pour ses applications de reconnaissance faciale.

    Comme l'a dit le régulateur :

    « Les images de la base de données de Clearview AI Inc sont susceptibles d'inclure les données d'un nombre important de personnes du Royaume-Uni et peuvent avoir été recueillies à l'insu des personnes à partir d'informations accessibles au public en ligne, y compris les plateformes de médias sociaux. L'ICO comprend également que le service fourni par Clearview AI Inc a été utilisé à titre d'essai gratuit par un certain nombre d'organismes d'application de la loi britanniques, mais que cet essai a été interrompu et que les services de Clearview AI Inc ne sont plus proposés au Royaume-Uni ».

    « Je suis très préoccupé par le fait que les données personnelles ont été traitées d'une manière à laquelle personne au Royaume-Uni ne s'attendait », a ajouté Elizabeth Denham, commissaire à l'information de Blighty, dans un communiqué. « Il est donc normal que l'ICO alerte les gens sur l'ampleur de cette violation potentielle et sur les mesures proposées que nous prenons ».

    Nom : zab.png
Affichages : 776
Taille : 19,6 Ko

    Selon des documents divulgués, le logiciel de Clearview a été testé au Royaume-Uni par la police métropolitaine, le ministère de la Défense et la National Crime Agency, ainsi que par la police du North Yorkshire, du Northamptonshire, du Suffolk et du Surrey. L'Université de Birmingham a également testé la technologie. Bien que ses algorithmes ne soient plus utilisés au Royaume-Uni, Denham a averti que le parvenu téléchargeait peut-être encore des images à partir des pages de médias sociaux des gens.

    « Les preuves que nous avons rassemblées et analysées suggèrent que Clearview AI Inc était et pourrait continuer à traiter des volumes importants d'informations sur les Britanniques à leur insu », a-t-elle déclaré. « Nous voulons donc assurer au public britannique que nous examinons ces violations présumées et que nous les prenons très au sérieux ».

    L'amende de plusieurs millions de livres n'était encore qu'au stade de la proposition. Clearview avait le temps de discuter de ce problème avec le gendarme. Bien entendu, le montant pouvait varier et une décision finale devait être prise au plus tard en mi-2022. C'est désormais chose faite.

    Une amende de 7,5 millions de livres

    L'organisme de protection des données du Royaume-Uni a condamné à payer une amende la société controversée de reconnaissance faciale Clearview AI, lui ordonnant de cesser de collecter les données personnelles des Britanniques, de supprimer celles qu'elle possède déjà et de payer une amende de 7,5 millions de livres sterling (environ 8,84 millions d'euros).

    Pour défendre son modèle commercial, le patron de Clearview AI a précédemment déclaré que les images, principalement téléchargées par les personnes concernées elles-mêmes, étaient accessibles au public, et qu'il ne voyait pas pourquoi il ne pouvait pas les rassembler et les rechercher, comparant ses actions à celui du géant de la recherche sur le Web Google. Le PDG Hoan Ton-That a fait remarquer à l'époque : « Si c'est public, cela pourrait être à l'intérieur du moteur de recherche de Google, je ne comprends pas pourquoi cela ne pourrait pas également être à l'intérieur du nôtre ».

    John Edwards, commissaire à l'information du Royaume-Uni, a déclaré à propos de l'action :

    « Clearview AI Inc a collecté plusieurs images de personnes dans le monde entier, y compris au Royaume-Uni, à partir de divers sites Web et plateformes de médias sociaux, créant une base de données contenant plus de 20 milliards d'images. L'entreprise permet non seulement d'identifier ces personnes, mais surveille efficacement leur comportement et le propose comme un service commercial. C'est inacceptable. C'est pourquoi nous avons agi pour protéger les personnes au Royaume-Uni en infligeant une amende à l'entreprise et en émettant un avis d'exécution ».

    L'ICO a constaté qu'il avait enfreint le RGPD du Royaume-Uni en « ne respectant pas les normes de protection des données plus élevées requises pour les données biométriques » (classées comme « données de catégorie spéciale » en vertu du RGPD et du RGPD du Royaume-Uni) ; ne pas utiliser les informations d'une manière « équitable et transparente » ; ne pas avoir de motif légitime pour le collecter ; et ne pas avoir mis en place de processus pour empêcher que les données soient conservées « indéfiniment ».

    Enfin, l'ICO a déclaré que la société avait illégalement demandé « des informations personnelles supplémentaires » (y compris des photos), lorsque des membres du public l'ont approchée pour lui demander si elles figuraient dans leurs livres - probablement pour vérifier les images dont elle dispose déjà. « Cela a peut-être eu un effet dissuasif sur les personnes qui souhaitent s'opposer à la collecte et à l'utilisation de leurs données », a noté le régulateur.

    James Castro-Edwards, avocat spécialiste de la protection de la vie privée et du cyberespace, du cabinet d'avocats Arnold & Porter, a déclaré à propos de l'action :

    « Le RGPD (et le RGPD britannique), qui aura quatre ans cette semaine, comprend un certain nombre d'exigences spécifiques concernant les nouvelles des technologies telles que l'IA, qui traitent des données personnelles. Comme pour toute autre activité de traitement, les entreprises doivent s'assurer que ces systèmes respectent les principes, tels que la légalité, l'équité et la transparence, ainsi que ceux de la vie privée dès la conception et par défaut ».

    La réaction de Clearview

    Clearview AI a fourni une déclaration de Lee Wolosky, un partenaire de Jenner and Block, qui a déclaré : « Bien que nous apprécions le désir de l'ICO de réduire sa sanction pécuniaire sur Clearview AI, nous maintenons néanmoins notre position selon laquelle la décision d'imposer une amende est incorrecte du point de vue du droit ».

    « Clearview AI n'est pas soumis à la juridiction de l'ICO, et Clearview AI ne fait pas affaire au Royaume-Uni pour le moment ».

    Le PDG de la société, Hoan Ton-That, a également déclaré qu'il était « profondément déçu que le commissaire à l'information du Royaume-Uni ait mal interprété ma technologie et mes intentions. J'ai créé la technologie de reconnaissance faciale consécutive connue dans le monde entier. Mon entreprise et moi avons agi dans le meilleur intérêt du Royaume-Uni et de son peuple en aidant les forces de l'ordre à résoudre des crimes odieux contre des enfants, des personnes âgées et d'autres victimes d'actes sans scrupules ».

    Une société qui n'est pas autorisée à déployer son activité dans plusieurs pays

    En France, la CNIL a ordonné le 21 décembre 2021 à Clearview de cesser toute activité de scraping sur le territoire français36 en raison de diverses infractions au RGPD. En novembre dernier, l'autorité britannique de protection des données a infligé une amende de 17 millions de livres sterling à l'entreprise après avoir constaté que ses pratiques, notamment la collecte de selfies de personnes sans leur consentement à partir de séquences de caméras de sécurité ou de photos, enfreignaient les lois nationales sur la protection des données.

    L'agence italienne de protection des données a annoncé une amende de 20 millions d'euros pour violation du droit de l'UE. Elle a également ordonné à l'entreprise controversée de supprimer toutes les données sur les Italiens qu'elle détient et elle interdit tout traitement ultérieur de la biométrie faciale de ses citoyens.

    « Les conclusions ont révélé que les données personnelles détenues par l'entreprise, y compris les données biométriques et de géolocalisation, sont traitées illégalement, sans base légale adéquate, ce qui ne peut certainement pas être l'intérêt légitime de l'entreprise américaine », a déclaré le Garante dans un communiqué.

    Parmi les autres violations du règlement général sur la protection des données (RGPD) qu'il a identifiées, citons les obligations de transparence (du fait que Clearview n'a pas suffisamment informé les utilisateurs de ce qu'il faisait avec leurs selfies) ; la violation de la limitation des finalités et utilisation des données des utilisateurs à des fins autres que celles pour lesquelles elles ont été publiées en ligne ; ainsi que des violations des règles de conservation des données sans limites de stockage.

    « L'activité de Clearview AI viole donc les libertés des personnes concernées, y compris la protection de la confidentialité et le droit de ne pas être discriminé », a également déclaré l'autorité.

    La société a également été interdite en Suède et en Australie.

    Source : ICO (1, 2)

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la sanction infligée par l'ICO ? Vous semble-t-elle légitime ? Dans quelle mesure ? Vous semble-t-elle proportionnée ? Pourquoi ?
    Que pensez-vous de la posture de Clearview AI qui estime que si les informations sont publiques, alors l'entreprise peut s'en servir au même titre que le moteur de recherche de Google ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. L'ennemi juré du programmeur est de retour!
    Par oldfox dans le forum C++
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/03/2006, 14h04

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo