Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Obama : les médias sociaux « font des choix éditoriaux, qu'ils les aient ou non enfouis dans des algorithmes »
    Barack Obama : les sociétés de médias sociaux « font des choix éditoriaux, qu'elles les aient ou non enfouis dans des algorithmes »,
    Elles devraient être réglementées d'une certaine manière

    L'ancien président des États-Unis Barack Obama a déclaré que les entreprises de médias sociaux devraient être réglementées d'une certaine manière, car les entreprises technologiques continuent de soutenir qu'elles ne devraient pas être traitées comme des éditeurs. Dans une interview accordée à The Atlantic, l'ancien président a déclaré que les entreprises technologiques « font toujours des choix éditoriaux », bien qu'elles insistent sur le fait qu'elles ne fonctionnent pas comme les journaux et les autres organes d'information, que ces décisions éditoriales soient prises à l'aide d'algorithmes ou autrement.

    Bien qu'Obama ne mette pas les problèmes du paysage informationnel fragmenté aux seuls comptes de Facebook, Twitter ou de toute autre société technologique particulière, l'ancien président a déclaré que la mesure dans laquelle les entreprises de médias sociaux prétendent « ressembler davantage à une compagnie de téléphone qu'à The Atlantic » n'est pas "défendable", a-t-il déclaré lors de l’interview publiée lundi.


    « Ils font des choix éditoriaux, qu'ils les aient enfouis dans des algorithmes ou non », a déclaré l'ancien président dans l'interview. « Le premier amendement n'exige pas des entreprises privées qu'elles fournissent une plateforme pour tout point de vue qui existe. Au bout du compte, nous allons devoir trouver une combinaison de réglementations gouvernementales et de pratiques d'entreprises qui répondent à cette situation, parce que cela va empirer ».

    Il a également fait allusion au danger des vidéos deepfake, qui utilisent l'intelligence artificielle pour changer le visage d'une personne dans une vidéo en celui d'une autre, montrant effectivement quelque chose qui ne s'est pas produit. L'ancien président lui-même est apparu dans une de ces vidéos en 2018, lorsqu'il a été montré comme s’en prenant au président Donald Trump dans ses propos.

    « Si vous pouvez perpétrer des mensonges fous et des théories de conspiration juste avec des textes, imaginez ce que vous pouvez faire quand vous pouvez faire croire que vous ou moi disons n'importe quoi dans une vidéo. Nous sommes assez proches de cela maintenant », a dit Obama.

    La déclaration d'Obama selon laquelle les plateformes de médias sociaux devraient être considérées davantage comme des éditeurs que comme des services publics aurait des conséquences importantes sur la manière dont les entreprises sont réglementées.

    Facebook et ses pairs sont protégés par l’article 230, qui les empêche d'être responsables du contenu que les gens publient sur leurs plateformes. Dans la pratique, cet article de la loi appelée Communications Decency Act protège tout site Web ou service qui héberge du contenu – comme les sections de commentaires des médias, les services vidéo comme YouTube et les services de médias sociaux comme Facebook et Twitter – des poursuites concernant le contenu publié par les utilisateurs.

    Des entreprises comme Facebook insistent souvent sur le fait qu'elles sont des facilitateurs d'information et préfèrent ne pas être trop impliquées dans les décisions relatives au contenu. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré depuis longtemps qu'il ne souhaitait pas que l'entreprise soit « l'arbitre de la vérité ». Lui et les dirigeants d'autres entreprises technologiques soutiennent que l'article 230 protège la liberté d'expression sur l'Internet ouvert.

    Mais ces dernières années, les plateformes de médias sociaux ont subi des pressions pour jouer un rôle plus proactif dans la modération des messages sur leurs services. Cette pratique est protégée par l'article 230, qui permet aux entreprises de modérer les informations sur leurs services en toute bonne foi. C'est ce qui permet à des entreprises telles que Facebook et Twitter de retirer rapidement les messages promouvant le terrorisme ou l'automutilation sans craindre qu'un faux pas ne leur cause des ennuis juridiques.

    Si le président élu Joe Biden n’a pas beaucoup parlé des problèmes des médias sociaux lors de la campagne, il a sévèrement critiqué l'article 230 et Facebook lui-même dans une interview avec le comité de rédaction du New York Times publiée plus tôt cette année. « L'article 230 devrait être révoqué, devrait être immédiatement révoqué, numéro un. Pour Zuckerberg et d'autres plateformes », a déclaré Joe Biden à l'époque, faisant référence au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, qui a adopté une position plus extrême que celle de nombreux démocrates et républicains qui cherchent actuellement à modifier les protections par cette loi.

    Obama ne « tient pas les entreprises technologiques entièrement responsables » de la désinformation

    Facebook n’a pas encore commenté les récentes déclarations de l’ancien président sur les médias sociaux, selon CNBC. Mais le réseau social et d'autres entreprises technologiques ont souligné à plusieurs reprises que l'article 230 est une nécessité pour eux et pour les petites startups qui, selon eux, s'enliseraient autrement dans des procès mesquins. Cela s’est vu lors d’une audition virtuelle des PDG de Facebook, Twitter et Google par le Sénat fin octobre pour discuter des protections de l'article 230.

    Jack Dorsey, le PDG de Twitter, a averti les législateurs que la suppression de l'article 230 pourrait « faire s'effondrer la façon dont nous communiquons sur Internet » et Zuckerberg a déclaré que « sans l'article 230, les plateformes pourraient être tenues responsables de tout ce que les gens disent » et pourraient « être tenues responsables de faire ne serait-ce qu'une modération de base, comme supprimer les discours de haine et le harcèlement qui ont un impact sur la sécurité de leurs communautés ».

    L'introduction de révisions à la loi a été en grande partie une question bipartite, les législateurs républicains et démocrates s'accordant sur le fait que les entreprises technologiques ne devraient plus être protégées par l'article 230. Mais, les partisans de la réforme de la réglementation des technologies considèrent l'administration Obama comme une période de sous-réglementation et de familiarité avec le secteur qui a peut-être exacerbé la concentration du marché qu'ils constatent aujourd'hui dans l'industrie, a rapporté CNBC.

    Le président Trump a alimenté la croisade pour la révision de l'article 230 depuis que Twitter a commencé à vérifier les faits de ses posts en mai. De nombreuses branches du gouvernement américain se concentrent maintenant sur la modification de la loi sur Internet.

    Cependant, l'ancien président Obama a clairement indiqué lors de l’interview qu'il ne « tient pas les entreprises technologiques entièrement responsables » de la désinformation, ce qui rend plus difficile de mettre les Américains sur la même longueur d'onde et d'écouter les faits pendant la pandémie. Il a déclaré que le problème « est antérieur aux médias sociaux. Il était déjà là. Mais les médias sociaux l'ont fait exploser ».

    Il a également déclaré à NPR que les consommateurs doivent également prendre leurs responsabilités en réfléchissant de manière critique à ce qu'ils voient sur Internet.

    Quand « vous regardez ces silos d'information sur Facebook et d'autres médias sociaux et les terriers que les gens suivent, la négation des faits, la croyance dans des théories de conspiration sauvage comme QAnon qui prennent de l'ampleur, chacun d'entre nous a une certaine responsabilité pour commencer à réfléchir soigneusement à ne pas être aussi crédule et à accepter tout ce que nous voyons apparaître sur nos téléphones », a-t-il déclaré dans une interview publiée lundi.

    Il a néanmoins fait référence aux médias sociaux pour expliquer les raisons de la division politique qui existe en 2020.

    « Mais maintenant, en partie grâce aux médias sociaux et à une sorte de chambre d'écho, beaucoup de gens qui ont voté pour Donald Trump ne croient pas qu'en fait le covid a été mal géré, contrairement aux faits que maintenant vous ou moi pourrions affirmer, ce ne sont pas les faits qu'ils acceptent », a-t-il dit à NPR. « Et je pense que tant que nous ne pourrons pas commencer à avoir une base commune de faits à partir de laquelle nous pourrons discuter de l'orientation du pays, nous allons continuer à avoir certains de ces problèmes ».

    Par ailleurs, si les législateurs républicains et démocrates s'accordant sur le fait que les entreprises technologiques ne devraient plus être protégées par l'article 230, leurs motivations diffèrent légèrement. Les démocrates souhaitent des changements pour limiter la diffusion de la désinformation et des discours de haine, et les républicains font pression pour des changements visant à réduire la discrimination présumée contre les contenus conservateurs, une théorie soutenue par peu de preuves jusqu’à présent.

    Source : Barack Obama

    Et vous ?

    Que pensez-vous des déclarations de l’ancien président américain ?
    Êtes-vous pour un affaiblissement du bouclier juridique des médias sociaux ? Pourquoi ?
    Quelles seront les conséquences de ce changement, selon vous ?

    Voir aussi :

    Une action en justice contre un décret de Trump insinue qu'il viole le droit des sociétés à la liberté d'expression, par sa répression des médias sociaux
    Twitter bloque 5000 bots pro-Trump qui retweetent des invectives contre le rapport Mueller, et Donald Trump s'inquiète de la perte de ses abonnés
    Trump vs Twitter : le Président américain signe son décret contre les réseaux sociaux Qu'il accuse de censure et biais politiques
    USA : la FCC va passer à l'action pour affaiblir le bouclier juridique des médias sociaux. Ils n'ont pas droit « à une immunité spéciale refusée aux autres médias »
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre régulier
    Pas de avis péjoratif ?
    Quand Trump dit la même chose, on l'accuse de "viole[r] le droit des sociétés à la liberté d'expression" ...



    "Parce qu'après tout, il a peut-être fait 8 ans de guerre, il l'a toujours fait en étant cool et avec le sourire, un président simple qui aimait jouer au basket avec les animateurs télé et ..."

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    « Mais maintenant, en partie grâce aux médias sociaux et à une sorte de chambre d'écho, beaucoup de gens qui ont voté pour Donald Trump ne croient pas qu'en fait le covid a été mal géré, contrairement aux faits que maintenant vous ou moi pourrions affirmer, ce ne sont pas les faits qu'ils acceptent », a-t-il dit à NPR. « Et je pense que tant que nous ne pourrons pas commencer à avoir une base commune de faits à partir de laquelle nous pourrons discuter de l'orientation du pays, nous allons continuer à avoir certains de ces problèmes ».
    Effectivement beaucoup de gens ayant voté pour DJT ne pensent pas que le covid ait été plus géré que d'autres pays , mais blâmer la forte mortalité du New Jersey sur la Maison Blanche alors que c'est le gouverneur qui a renvoyé les retraités contaminés en maison de retraite relève de la mauvaise foi. Tout comme le bannissement d'un médicament bien connu dans cet état alors que celle-ci était tout à fait autorisée en Californie, autre état démocrate et au Texas.

    Résultat, une véritable hécatombe et on enterrait les morts dans des fosses communes. L'armée avait même mobilisé ses 3 navires hôpitaux pour l'épidémie, mais ils n'ont pas servit. Que demander de plus ? des tests fiables et pas chers.

    Mais peut-être cela fut-il une stratégie volontaire de la part de l'appareil politique démocrate. Après tout, on accusait la maison blanche de xénophobie lorsqu'il fut question de bannir les vols originaires de Chine. Ils n'ont pas été jusqu'à l'accuser d'être contre la liberté du commerce quand il menaça General Motors de nationalisation s'ils ne livrait pas leur respirateurs à prix coûtant.

    Je ne doute que ce dont parle monsieur Obama soit une censure à grande échelle digne du bolchévisme, dont on voit déjà les contours. Aussi lors de la prochaine grande épidémie de sars-cov-3, vous ne pourrez même plus vous plaindre des tests si l'administration est démocrate.

    Et je pense que les violations repetés de Twitter et des grands médias à son encontre sont une atteinte au premier amendement, et si l'on peut censurer le président des USAs, on peut censurer n'importe qui.
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  4. #4
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par tom_45 Voir le message
    Pas de avis péjoratif ?
    Quand Trump dit la même chose, on l'accuse de "viole[r] le droit des sociétés à la liberté d'expression" ...



    "Parce qu'après tout, il a peut-être fait 8 ans de guerre, il l'a toujours fait en étant cool et avec le sourire, un président simple qui aimait jouer au basket avec les animateurs télé et ..."
    Au moins Trump est consistant. La dernière foisd qu'il a fait les nouvelles étaient pour dire que "internet était la plus grande menace de la démocratie". Cela ne manque pas d'ironie puisque c'est sans doute le policien qui a le plus bénéficié de la censure. Ce type a été un des pire président des États-Unis. Et la majorité de la population américaine en a aucune idée.
    intel i7
    Mint 20
    Plasma et Cinnamon

###raw>template_hook.ano_emploi###