Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Pourquoi Elon Musk, le milliardaire de la Tech, ne peut pas juridiquement devenir le roi de Mars ?
    Selon les conditions d’utilisation du service Starlink, SpaceX va faire ses propres lois sur Mars,
    peut-être qu’Elon Musk sera président

    Après la bêta privée de Starlink, SpaceX a lancé la semaine dernière la bêta publique du réseau. Pour permettre aux participants de facilement gérer les paramètres du réseau, la société a publié une application mobile pour iOS et également pour Android. Cependant, SpaceX a inséré un détail dans les conditions d’utilisation du service qui a retenu l’attention de plus d’un et qui a donné lieu à plusieurs commentaires, les uns aussi captivants que les autres. SpaceX a annoncé que l’entreprise ne reconnaît aucune loi concernant l'exploration de l'espace, en particulier Mars, et que les règles seront fixées au moment de l'installation sur Mars.

    C’est depuis la décennie écoulée qu’Elon Musk a révélé son désir d’aller sur Mars et d'y installer une colonie. Disposant déjà de fusées pouvant réaliser ce type de voyage, il est, depuis l’année passée, en train de mettre en place un réseau satellitaire à basse altitude, appelé Starlink, devant lui permettre de fournir Internet à haut débit depuis l’espace à diverses régions du globe et à d’autres endroits dans l’espace. En mai 2019, en lançant les 60 premiers satellites de la constellation, Musk avait déclaré que les bénéfices tirés de l’exploitation de Starlink l’aideraient à financer son projet sur Mars.

    En effet, SpaceX a annoncé qu’il faudra environ 10 milliards de dollars ou plus pour construire la constellation, mais que Starlink pourrait rapporter jusqu'à 30 milliards de dollars par an, soit un peu plus de dix fois le chiffre d'affaires annuel de son activité de fusée. Actuellement, SpaceX en est à un peu plus de 800 satellites lancés en orbite terrestre basse, avec un faible taux d’échec (environ 3 % des satellites ne fonctionneraient pas, selon certains rapports), et a donc entamé une bêta publique la semaine dernière, mais le nombre d’invités est resté inconnu.


    Il a mis à la disposition des participants une application mobile à travers laquelle se fera le paramétrage des diverses options du réseau, mais avec des conditions d’utilisation quelque peu discutables. Les services Starlink fournis à la Terre ou à la Lune pourraient être régis par les lois de l'État de Californie, mais au-delà de notre planète et de son satellite, les lois et règlements auxquels SpaceX se conformera sont moins clairs. En effet, les conditions d’utilisation prétendent qu'il n'existe aucune loi régissant la vie sur Mars, ou juste en dehors de la Terre.

    Autrement dit, SpaceX ne reconnaît pas un droit international sur Mars, car selon l’entreprise, aucun gouvernement terrestre n'a d'autorité ou de souveraineté sur les activités martiennes. Au contraire, SpaceX adhérerait à un ensemble de “principes ou de règles d'autonomie” qui seront définis au moment de l'installation sur Mars. « Pour les services fournis sur Mars, ou en transit vers Mars via un vaisseau spatial ou un autre vaisseau de colonisation, les parties reconnaissent que Mars est une planète libre et qu'aucun gouvernement basé sur Terre n'a d'autorité ou de souveraineté sur les activités martiennes », indique la section sur le droit applicable.

    « Ainsi, les différends seront réglés par des principes d'autonomie, établis de bonne foi, au moment du règlement martien », précise la section sur le droit applicable. Notons qu’il y a deux semaines, Musk participait à la conférence annuelle Mars Society portant sur les. Au cours de l'événement, Musk a déclaré à nouveau qu’il comptait bâtir une civilisation sur Mars. L’on estime que toute future colonie créée par SpaceX utiliserait probablement des satellites Starlink en orbite autour de la planète concernée pour fournir une connexion Internet aux personnes et aux machines à la surface.

    Certains ont essayé de comprendre l’affirmation de SpaceX, mais d’autres l’ont catégoriquement refusée. Dans le premier lot, l’ingénieur en systèmes spatiaux Erwan Beauvois, travaillant au CNES (Centre national d’études spatiales) de Toulouse, a déclaré que la position de SpaceX rappelle une déclaration de la Fondation Earthlight, une organisation à but non lucratif qui s'est engagée à préparer l'expansion de l'humanité au-delà de la Terre. La Déclaration des droits et responsabilités de l'humanité dans l'univers stipule que « l'espace doit être considéré comme libre, par tous, pour tous et à tous ».

    En revanche, ceux du deuxième groupe avancent qu’il existe bel et bien des règles régissant l’exploration de l’espace. Ainsi, ils ont déclaré que SpaceX ignore, pour le moins, les lois internationales de l'espace établies il y a près de 60 ans. Les traités sur l'espace établissent des règles claires au sujet des armes et les ressources naturelles afin d'essayer de préserver au moins un semblant d'ordre pour quiconque souhaite explorer l'espace. Contrairement aux lois internationales de l'espace, la Fondation Earthlight ne date que de 2012.

    Ces derniers affirment que Musk a peut-être l’intention d’atteindre Mars en premier pour lutter contre les États ou d’autres entreprises afin d’avoir un droit de veto sur la planète. Musk prévoit en effet d'arriver le premier sur la planète Mars, ce qui signifie qu'il pourra rapidement établir un fief où il établira ses propres règles selon le principe du “premier arrivé, premier servi”.

    Source : Application Starlink (iOS, Android)

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Elon Musk déclare que Starlink, son projet de fournir d'Internet par satellites, financera sa vision de voyage sur Mars

    SpaceX accélère sa production et fabrique 120 satellites Internet Starlink par mois, un rythme sans précédent dans l'industrie spatiale

    La FCC approuve le routeur WiFi de Starlink pour le réseau Internet de SpaceX. Le routeur supportera les normes Wi-Fi 802.11b, 8.2.11a/g, 802.11n et 802.11ac et fonctionnera sur 2,4 GHz et 5 GHz

    SpaceX Starlink a maintenant son propre système autonome avec un numéro ASN (Autonomous System Number) et est présent au Seattle Internet Exchange
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Roi de Mars, voila son vrai projet



    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  3. #3
    Membre régulier
    La vraie question, c'est qui est prêt à aller sur Mars avec ce genre de psychopathe à la tête de la mission (suicide de ce fait).

  4. #4
    Membre averti
    ----------------------------------------
    Site perso Dergen.fr
    Cartographe officiel du JDR Polaris

  5. #5
    Expert éminent sénior
    Rien ne dit qu'il va vraiment finir par y aller en personne, par contre gagner des milliards pour livrer des contrats de transport vers mars c'est possible.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  6. #6
    Membre régulier
    Du déjà vu
    C'est marrant mais pour moi qui ai lu pas mal de SF, cette assertion n'est pas le moins du monde étonnante.
    Je pense que la réalité reprendra le dessus, dès que les colons auront pris suffisamment d'autonomie.

  7. #7
    Rédacteur/Modérateur

    Bref, vers un remake live de Total Recall avec une multinationale qui gère tout y compris le droit des habitants a recevoir de l’oxygène ?
    Merci de penser au tag quand une réponse a été apportée à votre question. Aucune réponse ne sera donnée à des messages privés portant sur des questions d'ordre technique. Les forums sont là pour que vous y postiez publiquement vos problèmes.

    suivez mon blog sur Développez.

    Programming today is a race between software engineers striving to build bigger and better idiot-proof programs, and the universe trying to produce bigger and better idiots. So far, the universe is winning. ~ Rich Cook

  8. #8
    Membre émérite
    Ou un truc à la Alpha Centauri. Un mix entre Morgan Industries et Sheng-Ji Yang ?

  9. #9
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par xapon Voir le message
    Je pense que la réalité reprendra le dessus, dès que les colons auront pris suffisamment d'autonomie.
    Mars autonome ? Ah oui peut être en l'an 5000...
    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  10. #10
    Membre habitué
    Haa ! Les mecs ! A peine dans l'espace, c'est au premier qui va foutre sa merde ! Comme quoi il n'y a pas que le covid comme virus !

  11. #11
    Membre à l'essai
    C'est le nouveau Farwest... On cherche encore un sherif. L'avantage c'est qu'il n'y a pas d'indiens à massacrer.

  12. #12
    Membre actif
    Rien de bien original. Dans le passé de nombreuses compagnies ont eu à gérer des "territoires". Voir les compagnies des indes orientales par exemple.

    Au départ, cela va plus ressembler à un équipage de navire avec un commandant désigné par "l'armateur", puis d'une base comme il y en a en Antartique. Pour l'instant, il n'y a pas de président élu en Antartique et personne ne crie au scandale démocratique.

  13. #13
    Membre éprouvé
    Les projets de missions habités sur Mars existent depuis... 1952
    Des projets de missions habités sur Mars existent depuis... 1952, et aujourd'hui aucun vol habité n'est allé sur Mars.

    L'entreprise SpaceX est une des sociétés d'Elon Musk, qui fabrique et commercialise des lanceurs, une technique qui est maîtrisée depuis cinquante ans. Envoyer des hommes sur Mars est un autre défi technique.

    Le don d'Elon Musk est juste la capacité à attirer des investisseurs en déclarant des propos les plus farfelus. Donc de mon côté j'attends de voir, car il est facile de prétendre vouloir aller sur la planète Mars, mais beaucoup plus difficile de le faire.

  14. #14
    Expert confirmé
    Bonjour

    Plus ça va, plus Elon Musk a tout ce qu'il faut pour incarner le méchant du prochain James Bond.
    Plus sérieusement, nous ne sommes pas à la conquête de l'Ouest avec les cowboys, les gentils pionniers, les méchants indiens (sur Mars? A part une bactérie ou un éventuel virus encore plus méchant que le Coronavirus ou Ebola, je vois pas).
    D'ailleurs, l'on rappelera le traité des Nations Unis pour l'espace et l'article II:
    L’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, ne
    peut faire l’objet d’appropriation nationale par proclamation de souveraineté, ni par
    voie d’utilisation ou d’occupation, ni par aucun autre moyen.
    En fait, plutôt que de méchant à la James Bond, je vois de plus en plus cette volonté de coloniser d'autres mondes à la fameuse Weyland Yutani des films Alien. Une société qui ne recherche que le profit aux dépend de colons ou d'explorateurs de l'espace.

    Oui, la colonisation de l'espace sera une étape de notre évolution. Pour autant, doit-on privatiser l'espace? Absolument pas, tout comme la vie ne doit être soumis à quelconque brevet.

    @++
    GLDavid
    Consultez la FAQ Perl ainsi que mes cours de Perl.
    N'oubliez pas les balises code ni le tag

    Je ne répond à aucune question technique par MP.

  15. #15
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    Ces derniers affirment que Musk a peut-être l’intention d’atteindre Mars en premier pour lutter contre les États ou d’autres entreprises afin d’avoir un droit de veto sur la planète. Musk prévoit en effet d'arriver le premier sur la planète Mars, ce qui signifie qu'il pourra rapidement établir un fief où il établira ses propres règles selon le principe du “premier arrivé, premier servi”.
    Ce serait marrant que quelqu'un commence à coloniser Mars avant lui

    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    En revanche, ceux du deuxième groupe avancent qu’il existe bel et bien des règles régissant l’exploration de l’espace. Ainsi, ils ont déclaré que SpaceX ignore, pour le moins, les lois internationales de l'espace établies il y a près de 60 ans. Les traités sur l'espace établissent des règles claires au sujet des armes et les ressources naturelles afin d'essayer de préserver au moins un semblant d'ordre pour quiconque souhaite explorer l'espace. Contrairement aux lois internationales de l'espace, la Fondation Earthlight ne date que de 2012.
    Pour l'instant ce n'est pas très important puisque la colonisation massive d'une autre planète est très loin d'être une réalité (et elle ne le sera peut-être jamais).
    Keith Flint 1969 - 2019

  16. #16
    Membre averti
    "Selon les conditions d'utilisation du service Starlink, SpaceX pourrait faire ses propres lois sur Mars,
    Peut-être qu'Elon Musk, le milliardaire de la tech, sera président"

    Ceux qui imposent leurs propres lois aux autres sont des dictateurs...

  17. #17
    Membre expérimenté
    Ca promet pour la lune...

  18. #18
    Candidat au Club
    et alors...
    Et alors,...

    Au vu de ce qui se passe sur terre... Ne vaut-il pas mieux d'avoir un "dictateur" éclairé, qu'une pseudo démocratie rampante, plombée par des lobbies aux intérêts spéculatifs et qui ne font rien pour améliorer ce qui se passe ici bas, sans parler des multiples fonctionnaires inutiles, grattes-papiers qui ne servent qu'à justifier leur propre existence et à emm... nuyer celle des autres, ceux qui bossent et ceux qui produisent autre chose que du vent ?

    Entre ce que brassent les politiciens et les administrations, il suffirait de mettre des éoliennes dans les bureaux pour résoudre la crise énergétique mondiale...

    Au moins Elon essaye de faire quelque chose, il a déjà fait avancer la voiture électrique (personne n'y croyait et tout le monde l'imite aujourd'hui), il veut donner accès à Internet à tous sur toute la planète, donc accès à la culture , à la science, c'est mieux que ce que personne n'a fait depuis Gutenberg. Bien sûr il y a des intérêts financiers... Mais Elon réinvesti dans de nouveaux projets pour faire avancer l'humanité... Vous croyez que ce sont des administrations Trump, Poutine et Xi Jang qui cherchent à faire avancer la Terre ? Eux s'en foutent tant qu'ils sont au chaud et que la masse ne râle pas trop... (On peut la mater, voir diminuer le cheptel... rien de tel qu'un petit virus... mais je m'égare...)

    Prenez du recul, regardez depuis disons une altitude de 1000km notre planète.. Regardez ce qui s'y passe où sont les intérêts... Perso, je commence à penser que Mars devrait être un nouveau labo pour autre chose... N’oubliez pas que la démocratie est une très vieille invention et qu'il serait peut-être temps d'aller vers qqch de nouveau...

  19. #19
    Nouveau Candidat au Club
    le dangereux clown musk
    En tenant ces propos, musk doit être le premier à embarquer vers Mars
    Bon débarras !!!!!!

  20. #20
    Chroniqueur Actualités

    Pourquoi Elon Musk, le milliardaire de la Tech, ne peut pas juridiquement devenir le roi de Mars ?
    Pourquoi Elon Musk, le milliardaire de la Tech, ne peut pas juridiquement devenir le roi de Mars ?
    Le "traité sur l'espace extra-atmosphérique" l'en empêcherait

    Le marathon pour atteindre la planète Mars se joue entre les gouvernements et certaines grandes entreprises privées de la Tech. Parmi ces dernières, il y a SpaceX qui dispose d'une longueur d'avance sur les autres, car la société possède de grandes ressources, à la fois logicielles et matérielles, qui pourraient lui permettre de réaliser ce voyage d'ici les cinq prochaines années. Si SpaceX semble conscient de son avance, il a d'ores et déjà commencé par déclarer qu'il ne reconnaît aucune loi régissant l'espace et qu'il définira ses propres lois lorsqu'il atterrira sur Mars.

    Starlink, le réseau satellitaire de SpaceX conçu pour offrir une connexion Internet à haut débit depuis l'espace au monde entier, est actuellement en bêta publique, après une bêta privée plus tôt cet été. Toutefois, il est à noter que Starlink n'est pas destiné seulement à offrir une connexion Internet à la Terre. SpaceX l'a conçu pour qu'il desserve également d'autres entités dans l'espace, en particulier Mars. Pour ce faire, l'entreprise a mis à la disposition des participants au bêta test une application mobile devant les aider à configurer facilement les paramètres du réseau.

    Pour beaucoup, le projet d'Elon Musk est ambitieux et "admirable". Mais une chose qui anime le débat depuis le 28 octobre, jour où l'application a été publiée, est un paragraphe des conditions d'utilisation du service Starlink. Dedans, SpaceX informe les utilisateurs du service que les services Starlink fournis à la Terre ou à la Lune pourraient être régis par les lois de l'État de Californie, mais au-delà de notre planète et de son satellite, en particulier sur Mars, les lois et règlements auxquels SpaceX se conformera n'existent pas encore. La société se chargera de les définir une fois qu'elle sera arrivée sur la planète rouge.

    « Les services fournis à, sur, ou en orbite autour de la planète Terre ou de la Lune [...] seront régis et interprétés conformément aux lois de l'État de Californie aux États-Unis. Pour les services fournis sur Mars, ou en transit vers Mars via un vaisseau spatial ou tout autre vaisseau spatial de colonisation, les parties reconnaissent que Mars est une planète libre et qu'aucun gouvernement basé sur la Terre n'a d'autorité ou de souveraineté sur les activités martiennes. En conséquence, les différends seront réglés par des principes d'autonomie, établis de bonne foi, au moment du règlement martien », a écrit SpaceX.




    En effet, le paragraphe stipule clairement que l'entreprise ne reconnaît aucune loi régissant la vie sur Mars, ou juste en dehors de la Terre. Ainsi, elle se réserve le droit de les définir si elle arrive en premier sur la planète. Autrement dit, SpaceX a l'intention d'appliquer le principe du “premier arrivé, premier servi”. Alors, cela est-il réellement possible ? Beaucoup estiment que non.

    Elon Musk et les siens devraient réétudier les lois sur l'espace

    De nombreuses critiques s'accordent à dire qu'Elon Musk ne peut pas devenir le "président de Mars" pour la simple et bonne raison qu'il existe déjà des lois, dont certains sont plus vielles que lui, régissant l'espace et la colonisation spatiale que le milliardaire et SpaceX n'ont pas pris la peine de bien étudier. Cristian van Eijk, étudiant en dernière année de licence de droit à l'université de Cambridge, s'est, de son côté, basé sur le "traité sur l'espace extra-atmosphérique" (Outer Space Treaty - OST) pour démontrer que SpaceX n'est pas en mesure de faire ses propres lois sur Mars.

    D'après lui, l'espace est déjà soumis à un système de droit international, et même Elon Musk ne peut en colombiner un nouveau. Pour comprendre cela, Eijk affirme qu'il faut avant tout chercher à savoir qui est responsable d'Elon Musk. Deux dispositions du traité sur l'espace extra-atmosphérique, toutes deux également coutumières, sont particulièrement pertinentes ici :

    • Article II de l'OST : « l'espace extra-atmosphérique, y compris la lune et les autres corps célestes, ne fait l'objet d'aucune appropriation nationale par revendication de souveraineté, par voie d'utilisation ou d'occupation, ou par tout autre moyen » ;
    • Article III de l'OST : « les États [...] mènent des activités d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris [...] les corps célestes, conformément au droit international ».

    SpaceX est une entité privée, et n'est pas liée par l'OST, mais cela ne signifie pas qu'elle peut s'en retirer. Ses actions dans l'espace pourraient avoir des conséquences pour les États-Unis de trois façons. Premièrement, les États-Unis, en tant qu'État de lancement de SpaceX, assument une responsabilité fondée sur la faute pour les blessures ou les dommages que les objets spatiaux de SpaceX causent aux personnes ou aux biens d'autres États. Deuxièmement, les États-Unis, en tant qu'État d'immatriculation de SpaceX, sont le seul État qui conserve sa juridiction et son contrôle sur les objets de SpaceX.

    Toutefois, selon Eijk, ces deux articles font référence aux objets dans l'espace et ne sont pas pertinents. Selon l'article VI de l'OST, les États "assument la responsabilité internationale des activités nationales menées dans l'espace extra-atmosphérique", y compris sur Mars, y compris celles menées par des "entités non gouvernementales". Les États-Unis, en tant qu'État d'incorporation de SpaceX, doivent autoriser et superviser en permanence les actions de SpaceX dans l'espace afin de garantir la conformité avec l'OST et le droit international.

    En pratique, cette tâche est effectuée par la Commission fédérale américaine des communications, qui délivre les licences et réglemente SpaceX. L'article VI de l'OST établit une règle d'attribution spécifique, qui complète les règles coutumières de la responsabilité des États. SpaceX agit avec l'autorisation des États-Unis, et son comportement dans l'espace dans le cadre et au-delà de cette autorisation est attribuable aux États-Unis. En l'absence de circonstances excluant l'illicéité, le résultat est simple. Si SpaceX viole une obligation américaine en vertu du droit international, les États-Unis sont responsables d'un acte internationalement illicite.

    Le principe de non-appropriation introduit par l'OST

    Selon Eijk, en déclarant qu'il établira ses propres lois sur Mars, SpaceX risque de violer l'article II de l'OST, la "règle cardinale" du droit spatial. Ce principe est une norme de jus cogens établissant que Mars est une res communis (une chose qui ne peut pas être appropriée), plutôt qu'une terra nullius (un territoire sans maître). Selon l'étudiant en droit, SpaceX a, en partie, raison lorsqu'il affirme que les États n'ont aucune souveraineté sur Mars. Cependant, cela ne fait pas de Mars une "planète libre" à saisir, et SpaceX n'a pas de souveraineté non plus.

    Par conséquent, une tentative de SpaceX de prescrire sa propre juridiction sur Mars constituerait une revendication souveraine en violation de l'article II de l'OST, et entraînerait la responsabilité des États-Unis pour un fait internationalement illicite. Eijk estime que même si SpaceX n'a pas encore atteint Mars, il y a tout de même lieu de s'inquiéter par rapport à ce qui suivra. Pour cause, la Commission fédérale des communications (FCC) se serait toujours montrée accommodante envers les acteurs commerciaux de l'espace, SpaceX en particulier, préférant laisser la réglementation aux marchés plutôt qu'aux organismes de réglementation.




    C'est peut-être également le cas de la FAA (US Federal Aviation Administration), car rappelons-le, l'année dernière, des rapports ont fait état de ce que la FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017. Deux avions, munis du MCAS, se sont par la suite crashés en octobre 2018 (Vol 610 Lion Air) et en mars 2019 (Vol 302 Ethiopian Airlines). Aucun survivant n'a été retrouvé dans chacun de ces deux cas et les informations recueillies lors des enquêtes ont révélé que le système MCAS était à l'origine des deux accidents.

    « Il n'est pas imprévisible que la FCC donne la priorité aux objectifs de l'entreprise plutôt qu'aux principes, et sous une administration de plus en plus méprisante de l'état de droit international, pourrait ne pas réglementer SpaceX en cas de violation. Tant les actions de SpaceX que l'inaction de la FCC risquent de violer l'article II de l'OST, et pourraient laisser les États-Unis confrontés à des demandes de réparation de la part du ou des États lésés », a déclaré Eijk.

    À quoi pourrions-nous nous attendre dans les décennies à venir ?

    Selon Eijk, le droit de l'espace est un ensemble de règles bien établies susceptibles de connaître de fortes modifications dans les décennies à venir. Et bien qu'Elon Musk soit le bienvenu à la table des négociations, il ne peut pas continuer à vouloir "régner en maître sur Mars". Il est essentiel de noter que SpaceX n'est pas un acteur international. C'est une société américaine soumise au droit américain et à la surveillance permanente des États-Unis. En outre, Eijk a déclaré que trois préoccupations principales ressortent de son analyse.

    Premièrement, la non-appropriation est cardinale pour une raison : si elle est violée, la paix et la sécurité internationales dans l'espace sont en jeu. Deuxièmement, le simple fait de signaler sans censure la mise en œuvre d'une disposition si contraire aux obligations des États-Unis risque de mettre en péril l'État de droit international. Enfin, la préoccupation la plus pragmatique selon Eijk, la vulnérabilité des États-Unis face aux futures demandes d'autres États devrait concerner les citoyens américains ; c'est leur argent, leur réputation nationale qui est en jeu.

    Pour lui, les acteurs commerciaux dans le domaine spatial présentent un grand potentiel d'innovation et de développement pour l'humanité tout entière, mais leur rôle dit "d'autorégulation" ou administratif doit être pris avec un sain scepticisme. « Nous savons déjà comment cette histoire se termine. Comme l'a dit Bleddyn Bowen, "[l]a poursuite du terme "colonies" dans la description de l'avenir potentiel de l'humanité dans l'espace devrait immédiatement tirer la sonnette d'alarme politique et morale étant donné les 500 dernières années de relations internationales », a-t-il déclaré.

    Laisserions-nous les milliardaires diriger leurs "colonies" comme ils dirigent leurs usines et traiter leurs citoyens comme ils traitent leurs employés les moins bien payés ? Cela n'est pas souhaitable. Ainsi, Eijk estime que, à mesure que l'humanité s'étend dans l'espace, l'on a besoin de nouvelles règles juridiques et de nouvelles conceptions de la souveraineté pour régir le processus. L'ordre juridique actuel est un cadre critique qui, sans supplément, s'avérera un jour incomplet. La gouvernance juridique de Mars en est un excellent exemple.

    Il continue en disant que ces nouvelles lois doivent s'inscrire dans ce contexte ; elles ne peuvent pas rester suspendues dans le vide. « Nous avons vu précédemment les dangers d'une gouvernance imprudente du patrimoine mondial basée sur l'aspiration et la faim de ressources. Le sol martien ne peut pas devenir les nodules de manganèse de ce siècle. Au contraire, il est impératif que nous reconnaissions et corrigions les inégalités que les règles actuelles ont créées avant d'en proposer de nouvelles », a-t-il conclu.

    Source : Cristian van Eijk

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    Selon les conditions d'utilisation du service Starlink, SpaceX pourrait faire ses propres lois sur Mars. Peut-être qu'Elon Musk, le milliardaire de la Tech, sera président

    La FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017, selon les résultats d'une enquête

    La FCC approuve le routeur WiFi de Starlink pour le réseau Internet de SpaceX. Le routeur supportera les normes Wi-Fi 802.11b, 8.2.11a/g, 802.11n et 802.11ac et fonctionnera sur 2,4 GHz et 5 GHz

    Le vaisseau cargo spatial Crew Dragon de SpaceX s'est amaré avec succès sur l'ISS, ses ordinateurs tournent sur Linux et les commandes sont gérées par écrans tactiles
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

###raw>template_hook.ano_emploi###