Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Gitlab bloque l’accès à leurs comptes aux utilisateurs d’Iran en raison des sanctions américaines
    Gitlab bloque l’accès à leurs comptes aux utilisateurs d’Iran en raison des sanctions américaines
    L’open source doit-il pâtir de la politique du gouvernement Trump ?

    83 % des utilisateurs de l’application TikTok ne sont pas préoccupés par la potentielle collecte de leurs données par la Chine. Néanmoins, l’application est désormais sous le coup de deux décrets l’interdisant aux USA. Après TikTok, Donald Trump envisage même de faire pression sur d’autres entreprises chinoises comme Alibaba. C’est une liste non exhaustive d’exemples pour illustrer le fait que le monde est politique et que nous sommes affectés par les décisions de cette sphère. Une nouvelle dont on ne doute pas qu’elle soit de cet ordre vient de tomber : les USA empêchent l’accès à leurs comptes Gitlab aux utilisateurs d’Iran.

    L’un des signalements est de Ahmad Haghighi – utilisateur, contributeur et administrateur d’instances Gitlab. « Le 3 octobre 2020, GitLab a bloqué l'accès des Iraniens (sur la base de leur IP) sans aucun préavis ! et cinq jours plus tard (8 octobre), le compte de mon ami a été bloqué et il n'a toujours pas accès à ses projets ! même après avoir créé un ticket et demandé un accès temporaire pour exporter ses projets uniquement ! GitLab a refusé de le débloquer ! Mon ami n'est pas le seul à avoir été bloqué par GitLab. Avec une simple recherche sur le web vous pouvez trouver une liste croissante de comptes bloqués. J'ai donc décidé de quitter GitLab et TOUS les logiciels libres basés, hébergés ou gérés aux États-Unis », indique-t-il.


    Cette sortie fait suite à une autre alerte (qui a fait surface en juillet 2019) d’un utilisateur du service web d’hébergement et de gestion de logiciels – GitHub. Elle touchait en premier à ceux qui font usage de GameHub sous Linux. L’application sert à centraliser dans une bibliothèque tous les jeux en provenance de Steam, GoG, Humble Bundle, Humble Trove ainsi que les jeux installés de manière indépendante en local. Grâce à GameHub, il est possible de voir d’un seul coup d’œil, mais aussi de télécharger, installer, désinstaller et lancer ses jeux, mais aussi les bonus ou les DLC en provenance de GoG.

    « Mon compte a été bloqué en raison des sanctions américaines car je vis en Crimée. Je pourrais ne plus être capable de maintenir GameHub dans le futur », rapportait-il dans un ticket ouvert sur la plateforme.


    Le cas GameHub s’inscrivait dans la même vague que celui d’Ahmed Saeedi Fard – un développeur iranien présent sur la plateforme depuis 2012. Ce dernier avait reçu un courriel des gestionnaires de la plateforme pour lui notifier un blocage de son compte en raison des sanctions américaines.




    Ces différentes plaintes faisaient suite à une annonce de GitHub relative à la possibilité de créer un nombre illimité de référentiels privés (des projets logiciels non visibles par le grand public, mais seulement par une poignée de collaborateurs prédéfinis) sur GitHub et l’offre est gratuite. Cet état de choses avait suscité un grand intérêt dans la communauté des développeurs et poussé certains à migrer de façon totale sur la plateforme, voyant ainsi certains de leurs référentiels privés verrouillés.

    « GitHub était une plateforme libre pour tous depuis de nombreuses années, mais elle a décidé de bloquer les comptes iraniens. Je pense qu'être d'un pays donné n'est pas un choix qu'on fait, mais être un développeur et contribuer à la communauté open source l'est. GitHub nous interdit notre liberté de contribuer et de faire partie de l'écosystème open source parce que nous vivons en Iran.

    GitHub a bloqué nos dépôts privés sans aucune notification préalable et maintenant nous n'avons pas accès aux codes. Vous ne devriez pas juger les gens en fonction de leur pays d'origine. Vous pouvez restreindre un gouvernement, mais vous ne devriez pas interdire vos utilisateurs actifs et loyaux sans aucun avertissement.

    Je pense qu'avoir une simple page GitHub est un droit fondamental pour les utilisateurs. Ne nous mettez pas en dehors de la communauté open source », avait-t-il lancé.

    Ces mesures peuvent à juste titre être perçues comme une extension de celles qui découlent de la guerre commerciale entre les USA et la Chine. En effet, à mi-parcours du mois de mai de l’année précédente, le président Donald Trump a signé un décret qui établit les bases pour empêcher des entreprises de télécommunications chinoises telles que Huawei de vendre du matériel aux États-Unis. La mesure vise à neutraliser la capacité de la Chine à compromettre les réseaux sans fil et les systèmes informatiques américains de la prochaine génération. L’ordonnance interdit l’achat ou l’utilisation de toute technologie de communication produite par des entités contrôlées par « un adversaire étranger » susceptible de saboter des systèmes de communication américains ou de créer des « effets catastrophiques » sur l’infrastructure américaine.

    Y faisant suite, le ministère américain du Commerce avait pris une mesure connexe qui interdit aux entreprises américaines de vendre des composants et des logiciels à Huawei et à 70 de ses affiliés (désormais inscrits sur la liste américaine d’entités à bannir) sans autorisation. Avec le verrouillage des comptes d’utilisateurs de Crimée et d’Iran, on en découvre une nouvelle facette.

    GitHub est, il ne faut pas l’oublier, une plateforme soumise aux lois américaines. En vertu de celle qui régit les exportations de technologies, la plateforme ne peut être utilisée pour le développement d’armes nucléaires, biologiques ou chimiques ; de missiles longue portée ou de véhicules aériens téléguidés. C’est probablement la raison pour laquelle les référentiels privés d’Ahmed Saeedi Fard avaient été verrouillés. En tout cas, il était convaincu que les USA lui attribuent de telles activités pour justifier leur sanction. Pour ce qui est de GameHub, aucune raison autre que la nationalité n’avait filtré.

    C’est en raison de ce positionnement des USA que la Chine a dû procéder à l’officialisation de Gitee – une alternative à GitHub destinée à s’affranchir des technologies US. Une sortie d’un responsable de Huawei en lien avec ce développement en dit long sur l’objectif : « Si la Chine ne dispose pas de sa propre communauté open source pour maintenir et gérer les projets, notre industrie nationale du logiciel sera très vulnérable à des facteurs incontrôlables. »

    L’officialisation de Gitee a un bon côté : elle vient créer de la concurrence dans un secteur des services en ligne dominé par les plateformes US. Elle n’échappe cependant pas à la dualité, la Chine étant connue comme le pays où la fiction Big Brother de 1984 tend à devenir réalité. Avec ses 10 millions de dépôts, les autorités chinoises positionnent déjà Gitee comme deuxième plus grosse plateforme d’hébergement et de gestion de projets logiciels open source. Les murs ne cessent de s’élever de part et d’autre et avec eux le risque que l’on s’achemine de plus en plus vers la fin du rêve d’Internet : communication sans frontières et connaissance pour tous, mise à mal de l’open source due aux politiques implémentées par les pays.

    Source : Signalement

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    L'open source doit-il souffrir de la politique de Trump ou de celle des responsables d’un pays quelconque ?

    Voir aussi :

    La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché comme l'ont fait les USA avec Huawei

    Voici 6 raisons pour lesquelles Huawei donne aux États-Unis et à ses alliés des cauchemars en matière de sécurité informatique

    Google met en garde la Maison Blanche contre le bannissement de Huawei : un fork d'Android est un risque de sécurité pour les USA

    Des preuves indirectes culpabiliseraient Huawei dans le bras de fer qui l'oppose aux USA, le géant chinois mériterait-il de perdre son empire ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti
    "L'open source doit-il pâtir de la politique du gouvernement Trump ?"

    Si l'Open Source est détourné à de mauvaises fins, alors oui ceux qui cherchent à le détourner de sa noble cause doivent êtres empêchés dans la mesure du possible de pouvoir l’utiliser, ce comme pour toutes autres technologies...

  3. #3
    Membre éprouvé
    Les 2 derniers paragraphes résument tout: ça va juste pousser les pays sanctionnés à développer leurs propres solutions. Quelque pas pour accroître la décentralisation d'Internet, plutôt que tout soit hébergé chez une poignée de géants, dans le fond c'est toujours une bonne chose. Même si le modèle "plusieurs forteresses" est moins bien que le modèle "tout décentralisé et accessible de partout", mais moins pire que le "une seule forteresse qui impose sa loi au reste du monde".

  4. #4
    Membre actif
    L'open source doit-il souffrir de la politique de Trump ou de celle des responsables d’un pays quelconque ?
    Adresses de GitLab:

    GitLab Inc, 268 Bush Street # 350, San Francisco, CA 94104, États-Unis d'Amérique
    GitLab BV, Herengracht 466, 1017 CA, Amsterdam, Pays-Bas
    GitLab Ltd, Highlands House, Basingstoke Road Spencers Wood, Reading, Berkshire RG7 1NT, Royaume-Uni
    GitLab GmbH, Elsenheimerstraße 7, München 80687, Allemagne
    GitLab PTY Ltd, Level 3, 1049 Victoria Road, West Ryde, NSW, 2114 , Australie
    GitLab Canada Corp., 2900 - 595 Burrard Street, Vancouver BC V7X 1J5, Canada
    GitLab GK, Oak Minami Azabu Building 2F, 3-19-23 Minami Azabu, Minato-ku, Tokyo, 106-0047, Japon
    GitLab Korea Limited, Room 502, 5TH Foor, Yongsan Building, 273, Hangang-daero, Yongsan-ku, Seoul, Korea
    GitLab Ireland Limited, Unit 13 Classon House Dundrum Business Park, Dundrum, Dublin 14, Irlande

    Hébergé par:

    Google Compute Engine

    GitLab a beau être "100%" télétravail etc... Ils dépendent d'une filliale Américaine et donc doit se conformer aux lois Américaine et ça malgré leur nombreuses boites postale, partout dans le monde, avec Zero siège Social. 'On est totalement libre, youhouu', faux...

    Je dis pas qu'il n'est pas impossible de se soustraire de tout les pays et devenir totalement indépendant. Mais du coup tu perds en crédibilité, tu perds en confiance client, tu perds, tu perds, tu perds,... Si tu veux être dans le game, il faut être acteur de celui-ci et donc en subir le climat. Si tes pas content tu peux toujours jouer à la gameboy. Ou devenir un électron libre avec tout ce que cela implique. Dans le cas de GitLab, la fin de GitLab.

  5. #5
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par MRSizok Voir le message
    Adresses de GitLab:

    GitLab Inc, 268 Bush Street # 350, San Francisco, CA 94104, États-Unis d'Amérique
    GitLab BV, Herengracht 466, 1017 CA, Amsterdam, Pays-Bas
    GitLab Ltd, Highlands House, Basingstoke Road Spencers Wood, Reading, Berkshire RG7 1NT, Royaume-Uni
    GitLab GmbH, Elsenheimerstraße 7, München 80687, Allemagne
    GitLab PTY Ltd, Level 3, 1049 Victoria Road, West Ryde, NSW, 2114 , Australie
    GitLab Canada Corp., 2900 - 595 Burrard Street, Vancouver BC V7X 1J5, Canada
    GitLab GK, Oak Minami Azabu Building 2F, 3-19-23 Minami Azabu, Minato-ku, Tokyo, 106-0047, Japon
    GitLab Korea Limited, Room 502, 5TH Foor, Yongsan Building, 273, Hangang-daero, Yongsan-ku, Seoul, Korea
    GitLab Ireland Limited, Unit 13 Classon House Dundrum Business Park, Dundrum, Dublin 14, Irlande

    Hébergé par:

    Google Compute Engine

    GitLab a beau être "100%" télétravail etc... Ils dépendent d'une filliale Américaine et donc doit se conformer aux lois Américaine et ça malgré leur nombreuses boites postale, partout dans le monde, avec Zero siège Social. 'On est totalement libre, youhouu', faux...

    Je dis pas qu'il n'est pas impossible de se soustraire de tout les pays et devenir totalement indépendant. Mais du coup tu perds en crédibilité, tu perds en confiance client, tu perds, tu perds, tu perds,... Si tu veux être dans le game, il faut être acteur de celui-ci et donc en subir le climat. Si tes pas content tu peux toujours jouer à la gameboy. Ou devenir un électron libre avec tout ce que cela implique. Dans le cas de GitLab, la fin de GitLab.
    Tout est relatif, en terme de confiance client pas sur que dire oui à tout la renforce.

  6. #6
    Membre à l'essai
    Le blocage sans préavis à cause d'une décision politique c'est moche... Très moche.
    Ça serait pas plus simple d'utiliser un VPN à l'étranger que de contacter gitlab si vraiment ils souhaitaient juste récupérer leur travail ?
    De plus il est possible d'héberger gitlab sur un serveur dédié il me semble

  7. #7
    Membre éprouvé
    Je me rappelle avoir des commentaire sur Gitlab et des alternatives possible. Ce qui est dommage c'est qu'ils devront utiliser des subterfuges pour pouvoir utiliser une telle plateforme. Le code source CE est accessible. J’espère que les features de bases leur conviendrons.

  8. #8
    Membre actif
    Tout est relatif, en terme de confiance client pas sur que dire oui à tout la renforce.
    Oui, tout à fait. Mais se pencher réellement sur tout les fondements du oui/non demanderai une étude. Des arguments fiables etc... Demain, on y est encore xD. Surtout de donner peut être des outils à certain pour nuire encore plus.

  9. #9
    Membre expert
    Ça devrait inquiéter tous ceux utilisent du Saas et/ou des plateformes Cloud...

    Demain une décision de l'administration américaine peut vous priver de vos outils en rétorsion de tout et de n'importe quoi...

  10. #10
    Membre éprouvé
    rien à voir avec open source ou pas
    Ne pas obéir aux sanctions américaines revient tout simplement à voir toute transaction électronique en USD bloquée au niveau mondial.
    Une petite société basée en Europe et n'utilisant pas le USD du tout peut se permettre de commercer en EUR avec des pays sanctionnés par les USA.
    C'est juste impossible pour GitLab, indépendamment du caractère open source.

  11. #11
    Membre éprouvé
    et
    Citation Envoyé par frfancha Voir le message
    Ne pas obéir aux sanctions américaines revient tout simplement à voir toute transaction électronique en USD bloquée au niveau mondial.
    Une petite société basée en Europe et n'utilisant pas le USD du tout peut se permettre de commercer en EUR avec des pays sanctionnés par les USA.
    C'est juste impossible pour GitLab, indépendamment du caractère open source.
    Du coup un bien ou un mal cette soumission inévitable au bon vouloir des USA?
    C'est juste la conséquence directe de notre utilisation du USD comme monnaie d'échange internationale.
    Si vous voulez sortir de cette dépendance, c'est cela qu'il faut changer.

  12. #12
    Modérateur

    Ca montre surtout le gros problème du cloud.
    Quand on dépend d'un tiers pour son infrastructure , si ce tiers vient à ne plus être disponible pour quelques raison que ce soit c'est la merde. Et ca on à de plus en plus tendance à l'oublier.

    Notre instance gitlab est hébergée en interne , au pire du pire on perdrait la possibilité de faire les mises à jour mais on se retrouve pas sans rien du jour au lendemain.
    Pry Framework php5 | N'oubliez pas de consulter les FAQ Java et les cours et tutoriels Java

  13. #13
    Membre extrêmement actif
    Ca va faire réfléchir nos élites (de bierre !?) ? pas sur.

    dans le même genre tout ce qui est américains peut être bloqué, gmail et toute la suite google aussi.

  14. #14
    Membre averti
    C'est bien pour ca que j'essaie de limiter au maximum l'utilisateur de service US.

  15. #15
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    "L'open source doit-il pâtir de la politique du gouvernement Trump ?"

    Si l'Open Source est détourné à de mauvaises fins, alors oui ceux qui cherchent à le détourner de sa noble cause doivent êtres empêchés dans la mesure du possible de pouvoir l’utiliser, ce comme pour toutes autres technologies...
    Ni l'utilisation en Iran ni l'utilisation à des fins militaires ne figurent parmi les mauvaises fins définies dans les licences GPL ou BSD. C'est à l'auteur d'un logiciel de définir ce qu'on a le droit ou pas de faire avec et c'est bien pour ça que les licences GPL, Apache, BSD... définissent des règles.

    Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
    Ça devrait inquiéter tous ceux utilisent du Saas et/ou des plateformes Cloud...

    Demain une décision de l'administration américaine peut vous priver de vos outils en rétorsion de tout et de n'importe quoi...
    Non, pas forcément: seulement si vous faites le choix d'un hébergeur américain. Et comme tout le monde pense que le choix se limite à GitLab ou GitHub...

    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    Ca va faire réfléchir nos élites (de bierre !?) ? pas sur.

    dans le même genre tout ce qui est américains peut être bloqué, gmail et toute la suite google aussi.
    Bah non pas sûr, parce qu'il paraît que seules les "dictatures" font ça (cf. cas de la Russie qui a bloqué une journée l'accès à tous les serveurs étrangers juste pour vérifier que FB et autres respectaient bien leur législation imposant une copie en Russie...)

  16. #16
    Membre éprouvé
    il devient de plus en plus dangereux de faire affaire avec les américains....

    pour l'iran c'est bien peugeot qui avait quitté le marché sous la pression américain.. et qui a commencé à vendre du gm.....

  17. #17
    Membre expert
    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    L'open source doit-il souffrir de la politique de Trump ou de celle des responsables d’un pays quelconque ?
    L'open source est avant tout une philosophie, un état d'esprit.

    Le hic est son implémentation dans la loi et quels services on utilise pour gérer notre code ouvert. Un code sous licence *GPL sera sous législation américaine. Si vous voulez qu'il soit protégé par les lois françaises alors mettez-lui des licences CeCILL. De même faite attention à la nationalité des services utilisés, qui obéissent aux lois de leurs pays et non à l'internationale ONU. Rien n'est international en informatique et "international" est souvent une couverture pour dire "américain".

    Quant à GitLab, l'entreprise "GitLab Inc." qui le gère semble avoir son siège social à San Fransisco, donc aux USA.
    "Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait." Mark Twain

    Mon client Twitter Qt cross-platform Windows et Linux. (en cours de développement).

  18. #18
    Membre à l'essai
    Non mais depuis le temps, les gens ont toujours pas compris qu'il faut arrêter d'utiliser des plateformes ou du matériel américain et chinois ?
    Faut pas se plaindre après qu'ils soient bloqués.

###raw>template_hook.ano_emploi###