Cisco doit payer une amende de 2 milliards de dollars plus les royalties,
Pour violation « délibérée et flagrante » de quatre brevets appartenant à Centripetal Networks

Un juge américain a ordonné lundi à Cisco Systems Inc. de payer 1,9 milliard de dollars à une société de Virginie qui l'accusait de copier ses brevets de cybersécurité. Le juge américain Henry Morgan, du compté de Norfolk en Virginie, a conclu après un mois de procès sans jury, en raison du covid-19, que Cisco avait enfreint quatre brevets appartenant à Centripetal Networks Inc, basé à Herndon en Virginie. Le juge a rejeté l’accusation concernant la violation d'un cinquième brevet.

Dans une décision de 167 pages rendue le lundi, Cisco est sommé de payer cette amende pour avoir arnaqué Centripetal Networks sur sa technologie de cybersécurité et avoir ainsi évincé la société de contrats gouvernementaux lucratifs. Le fabricant de commutateurs réseau a enfreint quatre brevets, a décidé lundi un tribunal de Virginie, mais comme l'infraction était « délibérée et flagrante », le juge a multiplié les 756 millions de dollars dus par 2,5 pour obtenir une amende totale de 1 889 521 362,50 dollars. Avec les intérêts, Cisco fait face à une lourde facture de 1.903.239.287,50 dollars « payable en une somme forfaitaire due à la date du jugement », a déclaré le tribunal.


En plus de ce paiement, le tribunal a également imposé une redevance de 10 % sur certains produits de Cisco pour les trois prochaines années, et 5 % pour les trois années suivantes. Cette redevance doit être au moins de 168 millions de dollars et pas plus de 300 millions de dollars pour les trois premières années, et entre 84 et 150 millions de dollars pour les trois années suivantes, a déclaré le juge.

Centripetal Networks, fondé en 2009 et basé en Virginie, se concentre sur l'utilisation de logiciels de renseignements sur les menaces et de matériel de pare-feu pour protéger les cyber-réseaux. La technologie copiée par Cisco est un système de protection du réseau qui a été en partie financé par le gouvernement américain. Les parties brevetées de ce système traitent des questions de vitesse et d'évolutivité, et permettent des mises à jour en direct et des flux de travail automatisés. Centripetal a présenté la technologie à Cisco après que la société ait signé un accord de non-divulgation. Mais ensuite, Cisco a simplement volé la fonctionnalité et l'a incorporée dans ses propres produits en 2017, selon le procès intenté par Centripetal Networks l'année suivante.

« Le fait que Cisco ait lancé des produits dotés des fonctionnalités de Centripetal dans l'année qui a suivi ces réunions va au-delà d'une simple coïncidence », a déclaré le juge Henry Morgan dans son jugement. Il a noté que Cisco avait « continuellement recueilli des informations auprès de Centripetal comme si la société avait l'intention d'acheter la technologie de Centripetal », mais qu'elle s'était ensuite « approprié les informations obtenues lors de ces réunions pour connaître les fonctionnalités brevetées de Centripetal et les avait intégrées dans ses propres produits ».

Le juge Morgan a aussi déclaré dans sa décision que l'affaire n'était « pas passée inaperçue », en citant des incohérences dans les preuves de Cisco et que ses propres documents techniques, dont beaucoup ont été présentés par Centripetal lui-même au procès, « prouvaient le bien-fondé de l'affaire Centripetal ».

« Cisco n'a avancé aucune défense objectivement raisonnable au procès » en ce qui concerne les quatre brevets, a écrit le juge. « La fonctionnalité contrefaisante a été ajoutée aux produits accusés après le 20 juin 2017, et a entraîné une augmentation spectaculaire des ventes que Cisco a vantée dans ses documents techniques et marketing », a-t-il ajouté.

« Avec ce jugement, la Cour a rejeté la doctrine primitive qui pourrait faire droit », a déclaré Paul Andre, un avocat de Centripetal, dans un communiqué. « C'est une victoire significative pour toutes les petites entreprises innovantes ».

Cisco, basée à San Jose, en Californie, a enregistré 11,2 milliards de dollars de revenus nets sur 49,3 milliards de dollars de recettes au cours de sa dernière année fiscale, selon Reuters. Même si le montant de l’amende est important, il est loin de pouvoir ruiner la société.

Les fonctions de cybersécurité en question avaient été développées avant la création de Centripetal, selon Cisco

Le juge a noté que Cisco a empêché ses ingénieurs de répondre aux questions concernant leurs propres déclarations et documents dans lesquels ils ont fait l'éloge du travail de Centripetal Networks pour avoir « résolu des problèmes auparavant considérés comme insolubles ».

Il a également exprimé une nouvelle fois son irritation à l'égard de Cisco pour ses efforts visant à forcer la Cour à utiliser son propre système de vidéoconférence Webex plutôt que le logiciel Zoom sur lequel la Cour avait formé son personnel : « Alors que Cisco s'est opposé à ce que l'affaire soit jugée sur une plateforme vidéo/audio, et plus particulièrement la plateforme sur laquelle le personnel de la Cour a été formé… » L'affaire était inhabituelle en ce sens qu'elle s'est déroulée de manière entièrement virtuelle à cause de la pandémie du covid-19.

Cela dit, le juge a donné le feu vert aux avocats de Cisco pour qu'ils se joignent enfin à l'affaire et contribuent au bon déroulement du procès. Cette collaboration a peut-être permis à Cisco d'économiser une petite fortune, car le juge a noté que les « dommages-intérêts majorés » qu'il a décidé d'infliger au fabricant avaient été « atténués par les performances professionnelles de ses avocats ».

Pour sa part, Cisco a prétendu que ses fonctions de cybersécurité avaient été développées avant même la création de Centripetal Network, et a nié avoir sapé les efforts de la société pour obtenir des contrats gouvernementaux, affirmant que personne ne voulait de Centripetal parce que son approche était « trop compliquée ». Cisco est sur le point d'interjeter appel auprès de la Cour d'appel du Circuit fédéral américain. La société prétend avoir fourni « des preuves substantielles de non-contrefaçon, de nullité et que les innovations de Cisco sont antérieures de plusieurs années aux brevets ».

Le juge n’a pas cependant cru aux arguments avancés par Cisco : « Les preuves d'invalidité de Cisco contredisaient souvent ses preuves de non-contrefaçon et ne reconnaissaient pas les nouvelles fonctionnalités qu’elle avait copiées de Centripetal pendant et après l'accord de non-divulgation ».

Source : Décision du juge

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que pensez-vous du montant de l’amende infligée à Cisco ?

Voir aussi :

Guerre des brevets : le juge ordonne l'ouverture d'un nouveau procès dans l'affaire opposant Apple à Samsung, au lieu d'une réévaluation du montant
Google, Microsoft et Cisco facilitent aux utilisateurs l'accès à leurs applications de visioconférence pour travailler de chez eux, à cause du coronavirus
Un ex-ingénieur de Cisco admet avoir supprimé 456 VM utilisées pour exécuter l'application WebEx Teams, Cisco a dépensé 1,4 million de dollars en temps d'employés pour restaurer les dommages causés