Google voudrait que les 3 % des développeurs qui ne paient pas la commission de 30 % sur Play Store s'y plient
et montre davantage de souplesse pour l'installation de magasins d'apps alternatifs sur Android

Sous la menace d'une plainte pour abus de position dominante, Google a annoncé qu'il mettait à jour ses règles de facturation Google Play afin de mieux préciser quels types de transactions seront soumises aux commissions de Google sur les achats via l'application. Bien que le libellé plus détaillé ne modifie pas réellement l'intention de la politique antérieure, il aura un impact sur un pourcentage de développeurs qui n'utilisent actuellement pas le système de facturation de Google Play pour vendre des produits numériques dans leur application. En outre, la société a annoncé qu'elle apporterait des modifications à Android 12 qui faciliteront l'installation et l'utilisation de boutiques d'applications tierces comme alternative à Google Play.

La société affirme que ses politiques de facturation actuelles ne s'appliquent qu'à moins de 3 % des applications sur Google Play. Parmi ces applications, 97 % utilisent déjà la bibliothèque de facturation de Google Play. Cela signifie qu'il n'y a qu'un faible pourcentage d'applications qui devront être conformes aux conditions clarifiées.

Pour faciliter la transition, les développeurs d'applications bénéficieront d'une période de grâce prolongée d'un an pour introduire la bibliothèque de facturation de Google Play dans leurs applications, s'ils avaient auparavant contourné les politiques de Google concernant les achats numériques.

Google donnera également à certaines entreprises touchées par la pandémie la possibilité de se désinscrire de ses politiques de paiement pour les 12 prochains mois. Cela pourrait s'appliquer aux entreprises qui devaient déplacer leurs services auparavant physiques en ligne, comme les événements en direct. Apple a récemment fait de même pour l'activité d'événements payants de Facebook sur l'App Store iOS.


Sameer Samat, Vice President, Product Management Android a déclaré :

« Comme nous l'avons mentionné, chaque magasin d'applications Android est en mesure de décider de son propre modèle commercial et de ses fonctionnalités grand public. Pour Google Play, les utilisateurs s'attendent à une expérience sûre, sécurisée et transparente, et les développeurs viennent sur Play pour obtenir des outils et des services puissants qui les aident à développer leur entreprise. Nos règles pour les développeurs sont conçues pour nous aider à répondre à ces attentes et le système de facturation de Google Play est la pierre angulaire de notre engagement continu. Les consommateurs bénéficient d'un système fiable qui leur permet d'acheter en toute sécurité et en toute transparence auprès de développeurs du monde entier. Google protège les informations de paiement des consommateurs avec plusieurs niveaux de sécurité, en utilisant l'une des infrastructures de sécurité les plus avancées au monde. Pour les développeurs, le système de facturation de Google Play permet à des milliards d'utilisateurs d'Android d'effectuer facilement des transactions avec eux en utilisant leur mode de paiement local préféré.

« Nous avons toujours exigé que les développeurs qui distribuent leurs applications sur Play utilisent le système de facturation de Google Play s'ils proposent des achats intégrés de produits numériques et paient des frais de service à partir d'un pourcentage de l'achat. Pour être clair, cette politique ne s'applique qu'à moins de 3 % des développeurs disposant d'applications sur Google Play. Nous ne percevons des frais de service que si le développeur facture aux utilisateurs le téléchargement de leur application ou s'ils vendent des articles numériques intégrés à l'application, et nous pensons que c'est juste. Non seulement cette approche nous permet de réinvestir continuellement dans la plateforme, mais ce modèle économique aligne notre succès directement sur le succès des développeurs.

« Mais nous avons entendu des commentaires selon lesquels le libellé de notre politique pourrait être plus clair concernant les types de transactions nécessitant l'utilisation du système de facturation de Google Play et que le langage actuel était source de confusion. Nous voulons nous assurer que nos politiques sont claires et à jour afin qu'elles puissent être appliquées de manière cohérente et équitable à tous les développeurs, et nous avons donc clarifié le langage de notre politique de paiement pour être plus explicite que tous les développeurs vendant des produits numériques dans leurs applications le sont. requis pour utiliser le système de facturation de Google Play.

« Encore une fois, ce n’est pas nouveau. Cela a toujours été l'intention de cette politique de longue date et cette clarification n'affectera pas la grande majorité des développeurs ayant des applications sur Google Play. Moins de 3% des développeurs ayant des applications sur Play ont vendu des produits numériques au cours des 12 derniers mois, et sur ces 3 %, la grande majorité (près de 97 %) utilise déjà la facturation de Google Play. Mais pour ceux qui ont déjà une application sur Google Play qui nécessite un travail technique pour intégrer notre système de facturation, nous ne voulons pas perturber indûment leurs feuilles de route et donnons un an (jusqu'au 30 septembre 2021) pour effectuer les mises à jour nécessaires. Et bien sûr, nous demanderons aux applications de Google qui n'utilisent pas encore le système de facturation de Google Play d'effectuer également les mises à jour nécessaires ».


Règlement du programme pour les développeurs : paiements

Date d'entrée en vigueur : 20 janvier 2021
  • Les développeurs qui facturent des applications et des téléchargements sur Google Play sont tenus d'utiliser le système de facturation de Google Play comme mode de paiement.
  • Les applications diffusées sur Google Play doivent utiliser le système de facturation de Google Play comme mode de paiement dans le cas où un paiement est nécessaire ou accepté pour accéder à des fonctionnalités ou services, y compris des fonctionnalités de l'application, des contenus numériques ou des articles.
    • Les fonctionnalités ou services nécessitant l'utilisation du système de facturation de Google Play incluent, sans s'y limiter, les achats via l'application des éléments suivants :
      • Articles (par exemple, devises virtuelles, vies supplémentaires, durée de jeu supplémentaire, articles complémentaires, personnages, avatars)
      • Services d'abonnement (par exemple, remise en forme, jeux, rencontres, enseignement, musique, vidéo et autres services d'abonnement à un contenu)
      • Fonctionnalité ou contenu d'application (par exemple, version sans publicité d'une application ou nouvelles fonctionnalités non disponibles dans la version gratuite)
      • Logiciels et services dans le cloud (par exemple, services de stockage de données, logiciels de productivité pour les entreprises et logiciels de gestion financière)

    • Le système de facturation de Google Play ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
      • L'objet principal du paiement est l'un des suivants :
        • Achat ou location de biens matériels (produits alimentaires, vêtements, articles ménagers, appareils électroniques, par exemple)
        • Achat de services physiques (services de transport, services de nettoyage, billets d'avion, abonnements à des salles de sport, livraison de repas, billets pour des événements en direct, par exemple)
        • Règlement d'une facture de carte de crédit ou d'énergie (par exemple, services de câble et de télécommunications)
        • Les paiements incluent les transactions entre particuliers, les enchères en ligne et les dons exonérés d'impôts.
        • Le paiement concerne des contenus ou des services qui facilitent les jeux d'argent et de hasard en ligne, comme décrit dans la section Applications de jeux d'argent et de hasard du règlement Jeux d'argent et de hasard utilisant de l'argent réel, jeux et concours.
        • Le paiement concerne toute catégorie de produits considérée comme non autorisée par le Règlement relatif au contenu du Centre de paiement de Google.





Choix des vitrines de téléchargement

Concernant le choix des vitrines de téléchargement, Sameer Samat a indiqué :

« Nous pensons que les développeurs doivent avoir le choix quant à la manière dont ils distribuent leurs applications et que les magasins doivent être en concurrence pour les activités des consommateurs et des développeurs. Le choix a toujours été un principe fondamental d'Android, et c'est pourquoi les consommateurs ont toujours eu le contrôle sur les applications qu'ils utilisent, que ce soit leur clavier, leur application de messagerie, leur numéroteur téléphonique ou leur boutique d'applications.

« Android a toujours permis aux gens d'obtenir des applications à partir de plusieurs magasins d'applications. En fait, la plupart des appareils Android sont livrés avec au moins deux magasins d'applications préinstallés et les consommateurs peuvent installer des magasins d'applications supplémentaires. Chaque magasin est en mesure de décider de son propre modèle commercial et de ses propres fonctionnalités. Cette ouverture signifie que même si un développeur et Google ne s'entendent pas sur les conditions commerciales, le développeur peut toujours distribuer sur la plateforme Android. C'est pourquoi Fortnite, par exemple, est disponible directement dans la boutique d'Epic ou dans d'autres magasins d'applications, y compris la boutique d'applications Galaxy de Samsung.

« Cela dit, certains développeurs nous ont fait part de leurs commentaires sur la façon dont nous pouvons améliorer encore davantage l'expérience utilisateur pour l'installation d'un autre magasin d'applications sur leur appareil. En réponse à ces commentaires, nous apporterons des modifications à Android 12 (la version Android de l'année prochaine) pour permettre aux utilisateurs d'utiliser encore plus facilement d'autres boutiques d'applications sur leurs appareils, tout en veillant à ne pas compromettre les mesures de sécurité mises en place par Android. Nous concevons tout cela maintenant et avons hâte de partager davantage à l'avenir ! »

Comme Apple, Google perçoit une commission de 30 % sur les achats intégrés.

Ce changement de Google fait suite à des poursuites intentées par l'éditeur du jeu Fortnite (Epic Games) le mois dernier, qui a accusé Google et Apple de comportement anticoncurrentiel. Les applications vendues dans les magasins des leaders technologiques doivent utiliser leurs systèmes de paiement afin de pouvoir collecter une partie des ventes, ce que les développeurs décrivent comme une taxe. Les entreprises se défendent face à ces allégations.

L'activité de l'App Store de Google n'a pas reçu le même niveau d'attention que celui d'Apple, car Android propose déjà aux utilisateurs la possibilité de télécharger des applications depuis une vitrine de tierce de téléchargement. Cela signifie que les utilisateurs peuvent activer un paramètre pour installer des applications hébergées en dehors du Google Play Store.

Source : Google, aperçu du règlement du programme pour les développeurs