Tesla poursuit l'administration Trump en justice pour l'empêcher de recueillir les droits de douane sur des composants informatiques,
qu'il importe de Chine

Le lundi 21 septembre 2020, une plainte a été déposée par Tesla à la Cour américaine du commerce international à New York. En effet, le constructeur de voitures électriques basé à Palo Alto, en Californie, a décidé de poursuivre l'administration Trump en justice pour l'empêcher de percevoir des droits de douane sur les pièces automobiles qu’il a importées de Chine.


Tesla poursuit en justice l’administration Trump

Outre les nombreux procès similaires intentés par certaines marques contre l'administration Trump, comme les constructeurs automobiles Ford, Mercedes-Benz et Volvo, Tesla a également ajouté les siens à la liste. Ce dernier a d'ailleurs fait une demande au tribunal pour obtenir une ordonnance déclarant les tarifs illégaux et le remboursement des montants déjà payés avec intérêts.

La poursuite concerne deux types de tarifs tels qu’un droit de douane de 25 % adopté en 2018 et un droit de douane de 7,5 % sur des centaines d'autres produits qui sont entrés en vigueur l'année dernière. Toutefois, cette poursuite implique non seulement l'administration Trump, mais aussi Robert Lighthizer, le représentant américain au commerce (USTR), qui est également cité en tant que défendeur dans cette affaire.

Des demandes rejetées

En 2019, Tesla a fait une offre d'exemption de droits de douane de 25 % pour les ordinateurs et les écrans de visualisation fabriqués en Chine qu'il utilise dans la Model 3, mais que le bureau de Robert Lighthizer a rejetée. Cette même année, le constructeur automobile s'est également plaint de l'augmentation des coûts imposée par les tarifs, qui, selon lui, aurait un impact négatif sur son plan économique.

Mais l'année dernière, une demande de Tesla sur une nouvelle puce personnalisée fabriquée en Chine a également été rejetée par Robert Lighthizer. Il s'agit de la puce personnalisée figurant sur le matériel avancé Autopilot 3.0 de l'entreprise. Elle a pour but de rendre possible ce que l'entreprise décrit comme un fonctionnement entièrement automatique (FSD) pour tous ses nouveaux véhicules. Cette technologie de pointe est devenue standard pour tous les nouvelles Tesla Model 3, S et X.

Ce « cerveau du véhicule », comme le qualifie le constructeur, se trouve dans l'ECU (unité de commande du moteur) du pilote automatique. Elle a été fabriquée en Chine et assemblée dans une société appelée Quanta Computer à Shanghai et est importée aux États-Unis avec des droits de douane punitifs de 25 %.


La puce FSD que Tesla importe de Chine

Dans sa demande adressée au bureau du représentant américain au commerce, Tesla a déclaré qu'il n'était pas en mesure de trouver un fabricant expert pour produire le pilote automatique ECU 3.0 selon les spécifications requises, dans le volume demandé et dans les délais nécessaires à la poursuite de la croissance aux États-Unis.

Comme ce module est considéré comme le « cerveau du véhicule » et que le pilote automatique est un élément de sécurité complexe et essentiel de l'expérience de Tesla, une des plus petites imperfections peut avoir des conséquences majeures. Ainsi, le constructeur automobile doit être particulièrement attentif à toutes les décisions qu'il prend afin que celles-ci visent à réduire les risques.

La décision de l'administration Trump d'augmenter les droits de douane sur les importations en provenance de Chine, en vertu de l'article 301 de la loi commerciale de 1974, a donné lieu à des centaines de procès devant le Tribunal du commerce international. Dans cette affaire, Tesla n’est donc pas le premier à porter plainte. De son côté, le bureau du représentant américain au commerce (USTR) ne s'est pas encore exprimé sur le sujet.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Que pensez-vous de cette affaire ?

Voir aussi :

Trump et la Chine signent un nouvel accord commercial pour éviter les droits de douane imminents sur les technologies, la propriété intellectuelle et le transfert de technologie sont pris en compte
Tesla poursuivi en justice dans le cadre d'une poursuite pour mort injustifiée, qui allègue que le pilote automatique a causé l'accident
Tesla réclame 167 millions de dollars à un ancien employé accusé de sabotage, dans le cadre d'une action en justice
Une agence fédérale de sécurité blâme Tesla et les autorités de régulation pour utilisation abusive de sa technologie Autopilot, lors d'une audience sur l'accident impliquant un ingénieur d'Apple
TikTok va poursuivre l'administration Trump et se prépare à contester dès lundi le décret du président Donald Trump, qui interdit ses transactions avec les États-Unis