Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    L'UE vise les grandes technologies avec une liste cible et des règles plus strictes
    L'UE cherche à obtenir de nouveaux pouvoirs pour pénaliser les géants de la technologie,
    Les entreprises pourraient être démantelées ou forcées de vendre leurs activités européennes

    L'Union européenne veut s'armer de nouveaux pouvoirs pour pénaliser les grandes entreprises technologiques, a rapporté dimanche le quotidien économique Financial Times. Le plan proposé prévoit de forcer les géants de la technologie à démanteler ou à vendre certaines de leurs opérations européennes si leur domination du marché est jugée menacer les intérêts des clients et des petits rivaux, lit-on dans le quotidien.

    La pression s’accroît sur les activités européennes des géants de la technologie, qui sont composés essentiellement des entreprises américaines comme Facebook, Google et Twitter. L’Union européenne serait en train de renforcer ses pouvoirs afin de les réglementer. Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, a déclaré dans un entretien avec le Financial Times que les solutions proposées, qui ne seraient utilisées que dans des circonstances extrêmes, comprennent également la possibilité d'exclure totalement les grands groupes technologiques du marché unique.


    Un nouveau système de notation, dans lequel la note des entreprises serait mesurée par leur comportement dans des domaines tels que le respect des obligations fiscales et la rapidité avec laquelle elles suppriment les contenus illégaux, est envisagé par Bruxelles. Ce système de notation permettra au public et aux parties prenantes d’évaluer ces entreprises.

    « Les utilisateurs finaux de ces plateformes ont le sentiment qu'ils sont trop gros pour s'en soucier », a déclaré M. Breton, qui dirige la révision des règles numériques dans l'Union. "[Dans] certaines conditions, nous pouvons également avoir le pouvoir d'imposer une séparation structurelle », a-t-il ajouté.

    La question des contenus illégaux et de la désinformation en ligne a suscité des inquiétudes au sein de l'opinion publique dans un certain nombre de pays, et les grandes entreprises technologiques sont soumises à la pression des régulateurs. Aux États-Unis, Facebook et Twitter ont dû retirer les messages qu'ils jugeaient compromettants et ne respectant pas la politique de leurs plateformes. Et les patrons de la big tech, dont Jeff Bezos d'Amazon et Mark Zuckerberg de Facebook, ont eu du mal à convaincre les membres du Congrès qu'ils avaient été poussés par plus que leur propre intérêt lorsqu'ils ont construit leurs empires numériques.

    Au Royaume-Uni, un nouvel organisme de surveillance aura la possibilité d'imposer des amendes sans devoir passer par les tribunaux. Le nouveau régulateur technologique, qui sera créé après l’achèvement du Brexit, contrôlera des sociétés comme Facebook et Google et aura le pouvoir d'appliquer de nouvelles règles visant à limiter les problèmes anticoncurrentiels et à protéger les données des consommateurs contre l'utilisation et la vente sans autorisation. L’organisme devrait également permettre une plus grande accessibilité des données aux consommateurs.

    Les nouveaux commentaires de M. Breton arrivent alors que l'UE a lancé au début de l'année une consultation publique sur une nouvelle loi sur les services numériques, qui vise à offrir un cadre juridique moderne qui réglementera les contenus en ligne. Une fois promulguée, Bruxelles se verra attribuer davantage de pouvoirs pour examiner la manière dont les entreprises technologiques recueillent des informations sur les utilisateurs.

    La DSA, l’initiative de loi sur les services numériques, actualisera la directive sur le commerce électronique, adoptée en 2000 lorsque la plupart des acteurs dominants du secteur en étaient à leurs débuts ou n'existaient pas encore, d’après le journal économique.

    Les entreprises qui empêchent les utilisateurs de changer de plateforme seront les plus sévèrement sanctionnées

    Selon le quotidien économique, la nouvelle législation européenne augmenterait les pouvoirs de Bruxelles pour examiner la façon dont les entreprises technologiques recueillent des informations sur les utilisateurs, suite aux inquiétudes soulevées par des chercheurs indépendants que les groupes de divulgation volontaire font sont souvent trompeurs ou partiels.

    Le commissaire européen au marché intérieur a confirmé que l'UE ne supprimerait pas la responsabilité limitée que les entreprises ont pour le contenu publié sur leurs plateformes. « La sphère de sécurité de l'exemption de responsabilité sera maintenue », a déclaré M. Breton. « C'est quelque chose qui est accepté par tout le monde ».

    En avril 2019, le Parlement européen a approuvé le projet de loi pour obliger les entreprises du numérique à supprimer les contenus terroristes dans un délai d’une l'heure sous peine de lourdes sanctions financières pouvant aller jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial en cas de « manquement systématique » à leurs obligations. L’UE a décidé de réglementer parce qu'elle a estimé que les entreprises du numérique n'en faisaient pas assez dans le cadre de mesures volontaires, même si la première heure est la plus importante pour endiguer la propagation virale du contenu en ligne.

    Maintenant, les régulateurs de Bruxelles établissent une liste noire des activités que les entreprises technologiques seraient tenues d'éliminer. Ils proposent une échelle mobile de sanctions en cas de non-conformité, pouvant aller jusqu'à la séparation de certaines opérations. M. Breton a déclaré que le projet de législation sera prêt avant la fin de cette année.

    Les activités qui pourraient entraîner des sanctions plus sévères comprennent les entreprises qui empêchent les utilisateurs de changer de plateforme ou qui forcent les clients à n'utiliser qu'un seul service, a-t-il ajouté.

    Thierry Breton a également comparé le pouvoir des grandes plateformes avec celui des banques avant la crise financière, en disant que les régulateurs doivent prendre des mesures similaires aujourd'hui pour les contenir. « C'est comme si les petites et les grandes banques n'avaient pas les mêmes règles : vous avez plus de flexibilité pour les petits acteurs et, bien sûr, lorsque vous devenez une [banque] systémique, vous avez un ensemble de règles [différent] », a-t-il déclaré.

    M. Breton a déclaré que le nouveau système de surveillance sera basé sur un effort collectif entre les gouvernements nationaux et l'UE. « Nous avons besoin d'une meilleure supervision pour ces grandes plateformes, comme nous l'avons fait pour le système bancaire [après la crise financière] », a-t-il déclaré. Les propositions sont en cours de finalisation, et une fois qu'elles auront été approuvées, elles passeront par le Parlement européen et le Conseil européen.

    Selon le Financial Times, un fonctionnaire européen a averti que Bruxelles devra trouver le bon équilibre pour ne pas se faire prendre par son propre piège. « Aller trop loin peut aussi se retourner contre vous et vous faire marquer un but personnel », a déclaré le fonctionnaire. « D'un autre côté, une ambition trop faible ne répondra pas aux préoccupations [concernant les grandes technologies] », a-t-il ajouté.

    Source : Financial Times

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    L’UE envisage de forcer les géants du numérique à vendre leurs activités européennes s’ils sont jugés trop dominants. Quel commentaire en faites-vous ?

    Voir aussi :

    Le Royaume-Uni veut créer un organisme de réglementation pour contrôler les grandes entreprises de technologie, comme Facebook et Google
    Le Parlement de l'UE vote en faveur d'une amende pour les entreprises du numérique, afin de les obliger à supprimer rapidement le contenu extrémiste
    L'Europe prépare son projet de loi pour obliger les médias sociaux à supprimer les contenus terroristes dans l'heure, sous peine d'une lourde amende
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre régulier
    C'est bien Trump à donné des idées

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Thierry Breton a également comparé le pouvoir des grandes plateformes avec celui des banques avant la crise financière, en disant que les régulateurs doivent prendre des mesures similaires aujourd'hui pour les contenir. « C'est comme si les petites et les grandes banques n'avaient pas les mêmes règles : vous avez plus de flexibilité pour les petits acteurs et, bien sûr, lorsque vous devenez une [banque] systémique, vous avez un ensemble de règles [différent] », a-t-il déclaré.
    Je ne suis pas convaincu que les régulateurs des banques sont un bon exemple…
    Je n'ai pas l'impression que les grosses banques magouillent moins depuis 2008.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #4
    Rédacteur

    Sur la régulation des banques, Ô que si, cela a bien changé depuis quelques années, même parfois trop.... Par exemple aujourd'hui impossible d'obtenir un crédit immobilier sur plus de 20 ans sans une garantie financière équivalente.... En gros pour obtenir un crédit sur 30 ans de 1 000 000 € tu dois déposer 1 200 000 € sur un compte bloqué 32 ans !

    A +
    Cette signature n'a pas pu être affichée car elle comporte des erreurs.

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par SQLpro Voir le message
    Ô que si
    Bon alors ça a peut-être changé sous certains aspects, mais elles font toujours de la merde.
    12 ans après 2008 :
    Dix des plus grandes banques au monde accusées de manipuler le marché des obligations
    Credit Suisse, JPMorgan Chase, Bank of America, Barclays, Citigroup, Deutsche Bank, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Royal Bank of Scotland et Wells Fargo se retrouvent sur la sellette. En surfacturant les transactions, les banques ont violé la loi antitrust et causé des préjudices financiers aux investisseurs, accusent les plaignants, selon des documents publiés par le tribunal. La plupart des banques ont refusé de commenter.
    Les grosses banques ont toujours des pratiques dangereuses et illégales.
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #6
    Membre expérimenté
    J'ai l'impression que ce projet de loi n'aurait jamais vu le jour si les GAFA n'avait pas fait de l'optimisation fiscale à outrance et que les Etats Unis n'avaient pas torpillé le projet de taxation globale.

  7. #7
    Membre extrêmement actif
    Qu’en pensez-vous ?

    L'UE est bien trop lente et lourde à manœuvrer pour arriver à taper juste.
    Ce n'est pas pour rien que les Etats membre reste "libre" d'adapter les "directives" Européenne à leurs "cas particuliers".
    La seule chose que l'Europe est faites de bien c'est d'harmoniser la monnaie et les échanges financier.
    Depuis ça création, il n'y à pas vraiment eu d'autres sujets, Brexit à part, sur lesquelles les pays de l'UE arrivent à être d'accord.

    Mais bon, quand on sait que nos dirigeant sont aller à l'encontre de l'avis des Français, deux Référendum contre la Constitution Européenne quand même, lors de la signature des traités fondateurs de l'UE, tout est dit.

    L’UE envisage de forcer les géants du numérique à vendre leurs activités européennes s’ils sont jugés trop dominants.
    Quel commentaire en faites-vous ?


    Ils veulent des tunes, ils vont les prendre là où elles sont.
    Pas chez nous quoi .

    Concernant "les réformes subit" par les banque depuis 2008, je vous signale qu'il ne s'agit que de réformes à la marge concernant les banques de prêt et dépôt (celles du péquin moyen quoi).
    Or ce sont les banques d'investissement qui nous font payer leurs risques et qui peuvent nous remettre dedans à n'importe quelle moment, mais là rien n'as changé.
    Enfin si, maintenant ont est certains que les banques sont toujours gagnante même si elles font n'importe quoi .

  8. #8
    Membre éprouvé
    Le souci est que l'inflation réglementaire entrave le dynamisme créatif. A l'origine, Facebook n'est que l'émanation des rêves mouillés d'un universitaire sociopathe. Il a manifestement trouvé un public. Google est l'émanation du "et si on faisait comme ça ?"
    Si les petits hommes gris étaient passés par là, nul doute qu'aucune de ces deux compagnies n'existerait aujourd'hui.
    Il est important de se souvenir que la bureaucratie n'a qu'un seul but, justifier son existence et croître. Comme les entreprises productives, en somme, mais en les parasitant.

  9. #9
    Membre régulier
    Une fois de plus, lels politicien européens montrent toute l'étendue de leur bêtise et de leur ignorance...

  10. #10
    Chroniqueuse Actualités

    L'UE vise les grandes technologies avec une liste cible et des règles plus strictes
    L'UE vise les grandes technologies avec une liste cible et des règles plus strictes,
    Bruxelles élargit la recherche de pouvoirs supplémentaires pour limiter la puissance des plateformes numériques

    Une nouvelle suggérant de nouvelles difficultés pour les grandes entreprises technologiques comme Facebook et Apple a été publiée hier par le Financial Times, un quotidien économique et financier britannique. Les plans, qui peuvent inclure 20 grandes sociétés Internet, forceront les géants technologiques à partager des données avec leurs rivaux et à être plus transparents sur la façon dont ils recueillent des informations, a déclaré la nouvelle. La mise à jour apporte également un soulagement aux petites entreprises technologiques. Les critères pour la liste comprennent la part de marché des revenus et le nombre d'utilisateurs.

    Les régulateurs de l'UE établissent actuellement une "liste cible" de 20 grandes sociétés Internet, dont les géants de la Silicon Valley tels que Facebook et Apple, qui seront soumises à de nouvelles règles beaucoup plus strictes visant à réduire leur pouvoir de marché. Les grandes plateformes qui se retrouveront sur la liste devront se conformer à une réglementation plus stricte que leurs concurrents plus petits. Elles devront notamment s’accommoder à de nouvelles règles qui les obligeront à partager des données avec leurs rivaux et à être plus transparentes sur la manière dont elles recueillent des informations.


    La liste sera établie sur la base d'un certain nombre de critères, principalement la part de marché des revenus et le nombre d'utilisateurs. Ce qui signifie que des sites comme Facebook et Google seront probablement inclus. Ceux qui sont considérés comme suffisamment puissants pour que leurs rivaux ne puissent pas commercer sans utiliser leurs plateformes pourraient également être ajoutés.

    La volonté d'acquérir de nouveaux pouvoirs s'inscrit dans le cadre d'un effort croissant à Bruxelles pour forcer les grandes entreprises technologiques à modifier leurs pratiques commerciales sans enquête approfondie ni constatation d'infraction aux lois en vigueur. Cette volonté fait suite à des plaintes selon lesquelles le régime réglementaire actuel a donné lieu à des actions faibles et tardives, ce qui n'a guère favorisé la concurrence.

    Le nombre d'entreprises et les critères précis de la liste sont toujours en cours de discussion, mais c'est la dernière indication du caractère sérieux de la volonté de l'UE de se doter de pouvoirs pour limiter le pouvoir des plateformes considérées comme "trop grandes pour s'en soucier". « L'immense pouvoir de marché de ces plateformes n'est pas bon pour la concurrence », a déclaré une personne ayant une connaissance approfondie des discussions.

    Les propositions, qui sont toujours en cours de discussion parmi les hauts fonctionnaires de l'UE, pourraient finir par faire partie d'une nouvelle réglementation visant à diminuer le pouvoir des plateformes qui sont perçues comme agissant comme des contrôleurs. Dans le cadre de ces pouvoirs, l'UE cherche à aller au-delà des simples amendes, qui sont souvent perçues comme le simple coût des affaires. Au lieu de cela, Bruxelles veut pouvoir agir rapidement pour obliger des entreprises comme Amazon et Apple à garantir l'accès à leurs concurrents et à partager leurs données avec leurs rivaux.

    Dans des circonstances extrêmes, l'UE cherchera à résoudre les problèmes structurels, en démantelant les grandes entreprises technologiques ou en forçant les entreprises à vendre des unités s'il s'avère qu'elles se comportent au détriment de leurs rivales. La liste sera fortement biaisée en faveur de la Big Tech aux États-Unis, une démarche qui sera considérée comme controversée et qui risque d'ajouter aux frictions entre Washington et Bruxelles.

    Autre signe de l'aggravation des tensions commerciales, Valdis Dombrovskis, le nouveau chef de file de l'UE en matière de commerce, a déclaré aux États-Unis de se préparer à des prélèvements supplémentaires sur les exportations vers l'Europe, à moins qu'ils ne suppriment les droits de douane punitifs sur plus de 7 milliards de dollars de produits européens. La pression en faveur de nouvelles règles et de nouveaux pouvoirs à Bruxelles devrait se heurter à une opposition farouche de la part des grandes plateformes dominantes, mais l'élan politique en faveur d'une réglementation européenne des grandes technologies se renforce.

    L'UE prépare également des projets de propositions pour une refonte des règles de l'internet de l'Union, la première fois qu'un tel exercice est réalisé depuis deux décennies. Les propositions relatives à la nouvelle loi sur les services numériques sont attendues début décembre et viseront à accroître la responsabilité des plateformes en matière de contrôle des contenus ou produits illégaux vendus en ligne. « L'internet tel que nous le connaissons est en train d'être détruit. Les grandes plateformes sont envahissantes, elles paient peu de taxes et elles détruisent la concurrence. Ce n'est pas l'Internet que nous voulions », a déclaré une autre source ayant une connaissance directe des plans de Bruxelles.

    La volonté de limiter le pouvoir des grandes technologies ne se limite pas à Bruxelles. L'autorité britannique de la concurrence et des marchés veut avoir le pouvoir d'examiner les fusions numériques qui se situent souvent en dessous des seuils requis pour l'examen. Un rapport du Congrès américain a déclaré que les grandes technologies ont abusé de leurs pouvoirs de marché, suggérant que les grandes plateformes devraient restructurer entièrement leurs activités.

    Source : Financial Times

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Et vous ?

    L'UE cherche à obtenir de nouveaux pouvoirs pour pénaliser les géants de la technologie. Les entreprises pourraient être démantelées ou forcées de vendre leurs activités européennes

    Le Royaume-Uni veut créer un organisme de réglementation pour contrôler les grandes entreprises de technologie, comme Facebook et Google

    Le Parlement de l'UE vote en faveur d'une amende pour les entreprises du numérique, afin de les obliger à supprimer rapidement le contenu extrémiste

    L'Europe prépare son projet de loi pour obliger les médias sociaux à supprimer les contenus terroristes dans l'heure, sous peine d'une lourde amende
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

###raw>template_hook.ano_emploi###