Avec 100 000 dollars de pots-de-vin versés à des employés Amazon, des vendeurs ont pu faire rétablir leurs comptes précédemment suspendus
faire suspendre les comptes des concurrents et générer plus de 100 millions de dollars

Six personnes ont été inculpées pour avoir versé plus de 100 000 dollars de pots-de-vin à des employés et des sous-traitants d'Amazon dans le cadre d'un stratagème visant à donner à des vendeurs tiers des avantages injustes sur le marché Amazon. Entre autres choses, l'acte d'accusation indique que les travailleurs d'Amazon qui ont accepté des pots-de-vin ont réintégré les vendeurs dont les comptes avaient été suspendus pour avoir offert des produits dangereux, et ces travailleurs ont suspendu les comptes vendeurs des concurrents de ces vendeurs frauduleux.

Le ministère américain de la Justice a présenté l'acte d'accusation prononcé par un grand jury dans le district ouest de Washington. « Les accusés ont versé des pots-de-vin à au moins dix employés et sous-traitants différents d'Amazon », a déclaré le DOJ. Dans un cas, un accusé de 31 ans nommé Nishad Kunju « a accepté des pots-de-vin en tant qu'associé de soutien aux vendeurs à Hyderabad, en Inde, avant de devenir un consultant extérieur qui a recruté et donné des pots-de-vin à ses anciens collègues », a déclaré le DOJ.

« Alors que le monde se dirige de plus en plus vers le commerce en ligne, nous devons nous assurer que le marché ne soit pas corrompu par des avantages injustes obtenus par des pots-de-vin », a déclaré le procureur américain Brian T. Moran. « La victime ultime de cette conduite criminelle est le public acheteur qui obtient des marchandises de qualité inférieure ou même dangereuses qui auraient dû être retirées du marché. Je félicite les enquêteurs et les experts en cybersécurité qui ont travaillé pour identifier et inculper les personnes impliquées dans ces stratagèmes illégaux ».

« Réalisant qu'ils ne pouvaient pas concurrencer sur un pied d'égalité, les sujets se sont tournés vers la corruption et la fraude afin de prendre le dessus. Non seulement ils ont tenté d'augmenter les ventes de leurs propres produits, mais en plus ils ont cherché à nuire et à discréditer leurs concurrents », a déclaré Raymond Duda, agent spécial en charge du FBI Seattle. « Cet acte d'accusation devrait envoyer un message selon lequel le FBI ne restera pas à l'écart pendant que les criminels essaient de tricher pour atteindre le sommet. »

Selon l'acte d'accusation, depuis au moins 2017, les défendeurs ont utilisé la corruption et la fraude au profit de comptes marchands sur Amazon Marketplace, ce qui s'est traduit par plus de 100 millions de dollars d'avantages concurrentiels pour ces comptes, des dommages aux concurrents et des dommages aux consommateurs. Plus précisément, l'acte d'accusation allègue que les défendeurs ont servi de consultants à des vendeurs dits tiers («3P») sur le marché Amazon. Ces vendeurs 3P étaient des particuliers et des entités qui vendaient une large gamme de produits, notamment des articles ménagers, des produits électroniques grand public et des compléments alimentaires sur la plateforme de commerce électronique d'Amazon de plusieurs milliards de dollars. En plus de fournir des services de conseil à ces vendeurs 3P, certains des défendeurs, dont NILSEN, LECCESE et NUHANOVIC, ont réalisé leurs propres ventes sur Amazon Marketplace via des comptes 3P qu'ils exploitaient.


Au cours du complot décrit dans l'acte d'accusation, les accusés ont versé des pots-de-vin à au moins dix employés et sous-traitants différents d'Amazon. En échange de ces pots-de-vin, les employés et sous-traitants corrompus ont pris les mesures illicites suivantes:
  • Rétablissement des comptes marchands suspendus et des listes de produits sur Amazon Marketplace: les employés et sous-traitants corrompus ont aidé à rétablir les produits et les comptes marchands qu'Amazon avait suspendus ou bloqués entièrement afin de les empêcher de faire des affaires sur Amazon Marketplace. Les produits frauduleusement rétablis comprenaient des compléments alimentaires qui avaient été suspendus en raison de plaintes relatives à la sécurité des clients, des appareils électroniques ménagers qui avaient été signalés comme inflammables, des biens de consommation signalés pour violation de la propriété intellectuelle et d'autres biens. Les comptes frauduleusement rétablis comprenaient des comptes qu'Amazon avait suspendus pour avoir manipulé des avis sur les produits afin de tromper les consommateurs, avoir pris des contacts inappropriés avec les consommateurs et d'autres violations des politiques et codes de conduite des vendeurs d'Amazon. L'Acte d'accusation décrit diverses façons dont les employés et sous-traitants corrompus ont abusé de leur poste pour rétablir ces comptes, notamment en rétablissant manuellement les listes de produits et en approuvant les appels de marchands sans fondement et frauduleux qu'ils ont eux-mêmes aidés à rédiger. Au total, après leur réintégration frauduleuse, les produits et les commerçants ont gagné plus de 100 millions de dollars de chiffre d'affaires.
  • Facilitation des attaques contre les concurrents : Les employés et sous-traitants corrompus ont facilité les attaques contre les comptes 3P et les listes de produits des concurrents, en :
    • partageant des renseignements concurrentiels sur les revenus, les clients, les campagnes publicitaires et les fournisseurs des concurrents;
    • utilisant leur accès interne au réseau d'Amazon pour suspendre les comptes 3P des concurrents;
    • et en fournissant aux consultants des informations sur les algorithmes internes d'Amazon, ce qui a permis aux consultants d'inonder les listes de produits des concurrents avec des critiques de produits négatives fictives.

  • Détournement des informations commerciales hautement confidentielles d'Amazon : les employés et sous-traitants corrompus ont également fourni aux consultants et aux vendeurs 3P un accès non autorisé aux procédures d'exploitation et aux algorithmes standard hautement confidentiels d'Amazon. Ces documents ont fourni un avantage concurrentiel évident, injuste aux vendeurs 3P, en leur donnant un aperçu convoité des systèmes qui alimentent le moteur de recherche d'Amazon, les critiques de produits d'Amazon et les processus d'application d'Amazon. Les données détournées comprenaient également les coordonnées des employés et des consommateurs d'Amazon, que les membres du complot ont abusé et largement partagées.
  • Contournement des limites internes d'Amazon sur les comptes 3P : les employés et sous-traitants corrompus offraient des avantages exclusifs qui contournaient les règles et réglementations d'Amazon. En échange de pots-de-vin, ils ont augmenté les limites de stockage des vendeurs 3P dans les entrepôts d'Amazon, facilité les demandes par ailleurs sans fondement des vendeurs 3P de vendre des produits dans des catégories restreintes et fourni aux vendeurs 3P des connaissances internes sur les campagnes publicitaires les plus réussies et les listes de produits les plus rentables.

Sur la période de juillet 2017 à septembre 2020, les marchands précédemment suspendus ont donc réalisé plus de 100 millions de dollars sur les ventes d'Amazon après leur « réintégration sans fondement et frauduleuse », selon l'acte d'accusation.

Outre Kunju, les personnes inculpées étaient Ephraim Rosenberg, 45 ans, de Brooklyn, New York; Joseph Nilsen, 31 ans, et Kristen Leccese, 32 ans, de New York; Hadis Nuhanovic, 30 ans, d'Acworth, Géorgie; et Rohit Kadimisetty, 27 ans, de Northridge, Californie. Les accusés qui ont soudoyé des travailleurs d'Amazon ont agi en tant que consultants auprès de vendeurs tiers, a déclaré le DOJ. Trois des défendeurs - Nilsen, Leccese et Nuhanovic - auraient également « réalisé leurs propres ventes sur le marché Amazon via des comptes [tiers] qu'ils exploitaient ».

Les six individus ont été accusés de complot en vue d'utiliser un moyen de communication pour procéder à des pots-de-vin commerciaux, de complot pour accéder à un ordinateur protégé sans autorisation, de complot en vue de commettre une fraude électronique et de fraude électronique. Les accusations de fraude électronique à elles seules « sont passibles de 20 ans de prison et d'une amende de 250 000 $ », tandis que les autres accusations sont « passibles de cinq ans de prison et d'une amende de 250 000 $ », a déclaré le DOJ.

Amazon a déclaré avoir licencié les travailleurs qui avaient accepté des pots-de-vin et aidé les enquêteurs fédéraux dans cette affaire. « Amazon a mis en place des systèmes pour détecter les comportements suspects des vendeurs ou des employés, et des équipes en place pour enquêter et arrêter les activités interdites », a déclaré la société. « Nous sommes particulièrement déçus par les actions de ce groupe limité d'anciens employés et apprécions la collaboration et le soutien des forces de l'ordre pour les traduire en justice, ainsi que les mauvais acteurs avec lesquels ils étaient liés. Il n'y a pas de place pour la fraude chez Amazon et nous continuerons à prendre toutes les mesures pour protéger notre magasin et tenir les mauvais acteurs responsables ».

Source : communiqué du ministère de la Justice, acte d'accusation

Et vous ?

Êtes-vous surpris ?
L'inconvénient de l'e-commerce en général ?
Cette situation est-elle susceptible de se reproduire indépendamment de la taille de l'entité ou bien est-elle plus prononcée au sein des grandes entreprises ?
Effectuez-vous beaucoup d'achats en ligne ? Pourquoi ?