IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #141
    Membre expert
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    Novembre 2003
    Messages
    793
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2003
    Messages : 793
    Points : 3 413
    Points
    3 413
    Par défaut
    Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
    On vit quand-même dans un monde formidable où non seulement on ne taxe pas les entreprises qui font des milliards de bénéfices, mais en plus on les subventionne avec de l'argent public.
    Bah oui, c'est même pour ça que l'usine est chez eux et pas chez nous.

    Les Américains sont les champions pour expliquer la libre concurrence et le libéralisme.
    Nous en France, on a bien appris leurs leçon, on met nos entreprise en libre échange (et on les taxe à mort, parce que cette année, on est 1ers du monde des prélèvements obligatoires, devant les pays scandinaves, oui oui).

    Ensuite les Américains eux appliquent chez eux le protectionnisme aux frontières, la commande publique sans concurrence directement aux boîtes américaines, puis le dumping en subventionnant directement leurs entreprises, et pour finir le drtoit extra-territorial pour racketter les boîtes étrangères.

    Résultat, les entreprises sont chez eux. Logique, non ? En tous cas nos dirigeants en redemandent et se font réélire. "Nos amis américains" "libre concurrence bruxelloise, etc." "politique étrangère française made in USA"

  2. #142
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 647
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 647
    Points : 18 586
    Points
    18 586
    Par défaut
    Citation Envoyé par Fagus Voir le message
    Ensuite les Américains eux appliquent chez eux le protectionnisme aux frontières
    Il y a eu un changement assez récemment. (quand Trump était au pouvoir)

    Les USA ont cru au libre échange pendant des décennies, et un jour ils se sont rendu compte que si la Chine est devenue la première puissance économique mondiale c'est un peu grâce aux entreprises US.

    ===
    À Detroit, il y avait des usines automobiles (Ford, General Motors, Chrysler), puis il y a eu une désindustrialisation.
    Peut-être qu'aujourd'hui Biden se dit que ce serait cool de fabriquer aux USA au lieu de fabriquer au Mexique.

    L'effet spectaculaire de l'IRA sur la réindustrialisation aux Etats-Unis
    Voilà plus de quarante ans que l’Amérique maugréait sur son déclin industriel, sur les délocalisations en Asie et au Mexique, et sur la mort des bastions ouvriers. Mais les nouveaux chiffres publiés début juin par le Census Bureau, l’office des recensements, mettent un terme à la sinistrose. Ils révèlent que les investissements en nouveaux bâtiments et installations industrielles ont pratiquement doublé depuis un an aux Etats-Unis, atteignant 180 milliards de dollars.

    Sur cette somme, 70 milliards ont été engagés dans la construction de sites et d’usines depuis neuf mois, précisément depuis la promulgation, en aout 2022, du fameux Inflation Reduction Act (IRA), une loi qui offre plus de 391 milliards de dollars d’aide fiscales aux entreprises américaines ou étrangères liées aux énergies renouvelables désireuses d’augmenter leurs activités et leurs production en Amérique du Nord.
    Aux USA ils ont de l'énergie bon marché, ce qu'on a plus en Europe
    Il faut 25 ans pour construire une centrale nucléaire, donc les décennies à venir vont être compliqué.
    Keith Flint 1969 - 2019

  3. #143
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Avril 2021
    Messages
    245
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2021
    Messages : 245
    Points : 342
    Points
    342
    Par défaut
    Citation Envoyé par Fagus Voir le message
    Les Américains sont les champions pour expliquer la libre concurrence et le libéralisme.
    Nous en France, on a bien appris leurs leçon, on met nos entreprise en libre échange (et on les taxe à mort, parce que cette année, on est 1ers du monde des prélèvements obligatoires, devant les pays scandinaves, oui oui).
    En attendant, les services publics fonctionnent chez nous et pas chez eux

  4. #144
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 647
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 647
    Points : 18 586
    Points
    18 586
    Par défaut
    Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
    les services publics fonctionnent chez nous
    Ouais mais ça se dégrade.
    Les gouvernements successifs détruisent les services publics depuis des décennies.
    L'UMP, le PS et LREM ont fait beaucoup de dégâts.

    Il y a une histoire de dette public qui doit représenter moins de 3% du PIB, donc les gouvernements font des économies dans les écoles, les hôpitaux, etc.
    Les nations de l'UE tendent vers le modèle US.

    Dans le futur pour avoir une bonne éducation il faudra aller dans une école privée et pour avois accès à des soins de qualité il faudra aller dans un hôpital privé.
    Les gouvernements Français détruisent la SNCF également.
    Ils ont tout fait pour que les gens n'aient pas envie de prendre le train (déjà les tickets sont beaucoup beaucoup trop cher).
    Keith Flint 1969 - 2019

  5. #145
    Membre éclairé Avatar de seedbarrett
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2014
    Messages
    191
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 32
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2014
    Messages : 191
    Points : 793
    Points
    793
    Par défaut
    Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
    En attendant, les services publics fonctionnent chez nous et pas chez eux
    Ca marche chez nous ?? L'école est un désastre, les hôpitaux de même et malgré nos cotisations on va devoir payer nos médicament générique. L'autre jour j'ai fais une prise de sang sur ordonnance : 50€. Malgré toutes les cotisations tous les mois, je dois quand même payer. Imagine si j'étais au smic, et bien j'irais pas me soigner.

    Tu me diras que c'est mieux d'en avoir en ruine que pas du tout, c'est pas entièrement faux, mais là c'est juste un foutage de gueule. Et je parle même pas de la justice, du ferroviaire, de l'énergie, des routes, des retraites, du long terme ..

  6. #146
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 647
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 647
    Points : 18 586
    Points
    18 586
    Par défaut
    Citation Envoyé par seedbarrett Voir le message
    les hôpitaux de même
    C'est vrai qu'à la moindre petite épidémie de rien du tout les hôpitaux saturent. (grippe)
    C'est normal puisque les gouvernements ferment des lits.

    Hôpitaux : près de 7 000 lits d'hospitalisation ont été supprimés l'année dernière
    Rien qu’en 2022, 6 700 lits d'hospitalisation complète ont été fermés dans le pays, portant ce chiffre à près de 40 000 depuis dix ans, soit une baisse de 9,4%.
    Citation Envoyé par seedbarrett Voir le message
    Et je parle même pas de la justice, du ferroviaire, de l'énergie, des routes, des retraites, du long terme ..
    Dans ma région il y a plein de routes qui ont été refaite récemment.
    Par contre il y a des radars partout et des saloperies de ralentisseurs (qui ne respectent pas les normes) dans les zones 30.
    Keith Flint 1969 - 2019

  7. #147
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    978
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 978
    Points : 16 169
    Points
    16 169
    Par défaut Intel reçoit une aide de 3,5 Mds $ du gouvernement américain pour la fabrication de puces destinées à l'armée
    Intel reçoit une aide de 3,5 milliards de dollars du gouvernement américain pour la fabrication de puces destinées à l'armée, ce qui fera d'Intel un acteur de premier plan sur le marché de la défense

    Le gouvernement américain est sur le point d'investir 3,5 milliards de dollars dans Intel Corp. afin que le fabricant de puces puisse produire des semi-conducteurs avancés pour les programmes militaires et de renseignement, selon des collaborateurs du Congrès.

    Cette somme, intégrée dans un projet de loi de finances adopté le mercredi 6 mars par la Chambre des représentants, permettrait à Intel de devenir un acteur national dominant sur le marché lucratif de la défense.

    Le financement, qui s'étalerait sur trois ans, est destiné au programme "secure enclave". Il provient d'une enveloppe plus large de 39 milliards de dollars au titre du Chips and Science Act, qui vise à convaincre les fabricants de puces de produire des semi-conducteurs aux États-Unis. Plus de 600 entreprises ont manifesté leur intérêt pour ce financement.


    En novembre dernier, il a été rapporté qu'Intel était en pourparlers pour obtenir entre 3 et 4 milliards de dollars de subventions gouvernementales dans le cadre de ce programme.

    Selon Bloomberg, Intel devrait bénéficier d'un ensemble de mesures d'incitation au titre du Chips Act de plus de 10 milliards de dollars, comprenant à la fois des subventions et des prêts.

    "Nous sommes encore en train d'examiner l'effet du texte des crédits sur le programme", a déclaré le ministère du Commerce dans un communiqué. "Le ministère se réjouit de continuer à travailler avec le Congrès sur la mise en œuvre du Chips and Science Act de manière à promouvoir notre économie et notre sécurité nationale."

    Le Sénat devrait adopter la loi avant la date limite de samedi.

    Ce financement intervient alors que le département du commerce s'apprête à annoncer l'octroi de plusieurs milliards de dollars à des fabricants de puces de pointe tels qu'Intel et ses rivaux asiatiques Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. et Samsung Electronics Co. dans le but de renforcer les capacités de production nationales.

    L'agence a déjà annoncé trois subventions, dont une plus petite, axée sur la sécurité nationale, accordée à la filiale américaine de BAE Systems Plc et une subvention de 1,5 milliard de dollars à GlobalFoundries, qui produit des semi-conducteurs d'ancienne génération.

    Les sénateurs Maria Cantwell, qui préside la commission du commerce, ainsi que Roger Wicker et Jack Reed, les principaux républicains et démocrates de la commission des forces armées, ont fait part de leurs préoccupations l'année dernière concernant la décision d'attribuer à une entreprise la construction d'une enclave sécurisée à un coût supérieur à celui qui aurait été nécessaire pour sécuriser ces puces, ont déclaré les assistants.

    Cette initiative est distincte d'un programme existant du ministère de la Défense qui identifie des installations sécurisées pour la fourniture de puces militaires, notamment par des entreprises telles que GlobalFoundries et IBM. Le Pentagone a également accordé séparément 238 millions de dollars à huit centres technologiques régionaux axés sur les semi-conducteurs ayant des applications dans le domaine de la défense.

    Source : Bloomberg

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Joe Biden appelle le Congrès à adopter le CHIPS Act, une loi qui fournirait 52 milliards de dollars de subventions pour faire progresser la fabrication de semi-conducteurs aux Etats-Unis

    Les USA devraient accorder des milliards de dollars de subventions aux grandes entreprises de semi-conducteurs, dont Intel et TSMC, afin de les aider à construire de nouvelles usines

    L'administration Biden annonce un engagement de 5 milliards de dollars pour la recherche et le développement de puces électroniques, le NSTC est financé par le CHIPS and Science Act
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #148
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 647
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 647
    Points : 18 586
    Points
    18 586
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anthony Voir le message
    Le financement, qui s'étalerait sur trois ans, est destiné au programme "secure enclave". Il provient d'une enveloppe plus large de 39 milliards de dollars au titre du Chips and Science Act, qui vise à convaincre les fabricants de puces de produire des semi-conducteurs aux États-Unis. Plus de 600 entreprises ont manifesté leur intérêt pour ce financement.
    C'est chouette de produire dans son propre pays.

    Même les USA ont fini par comprendre que délocaliser la production c'était pas top.
    Keith Flint 1969 - 2019

  9. #149
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 063
    Points
    199 063
    Par défaut La Chine prépare un fonds de 27 Mds $ pour les puces afin de contrer les restrictions croissant des USA
    La Chine prépare un fonds de 27 milliards de dollars pour les puces afin de contrer les restrictions croissantes imposées par les États-Unis,
    Washington exhorte ses alliés à renforcer les contrôles des exportations chinoises

    Dans un contexte de tensions technologiques croissantes avec les États-Unis, la Chine a annoncé la création d’un fonds colossal de 27 milliards de dollars destiné à propulser son industrie des semi-conducteurs vers l’avant. Ce fonds, le plus important à ce jour pour la nation asiatique, vise à accélérer le développement de technologies de pointe en réponse à la campagne américaine visant à freiner son ascension.

    La Chine prépare son industrie des semi-conducteurs en mettant en place un fonds de 27 milliards de dollars pour les puces, le plus important du genre à ce jour, alors que les États-Unis et leurs alliés continuent d'intensifier leurs restrictions. Cette initiative vise à accélérer le développement de technologies de pointe et à contrer la campagne américaine visant à étouffer les efforts de la Chine pour développer la technologie des puces.

    Selon des sources de Bloomberg, la Chine mobilise des ressources provenant de gouvernements locaux ainsi que d’entreprises d’État pour alimenter ce fonds national dédié à l’industrie des circuits intégrés. Ce fond, géré par le National Integrated Circuit Industry Investment Fund, est déjà surnommé le "Big Fund". Cette initiative marque la troisième du genre dans le pays, soulignant l’importance stratégique que la Chine accorde à l’autonomie et à l’innovation technologique.

    Les entreprises bénéficiant de ce fonds sont perçues comme ayant l’aval des autorités chinoises. Le premier fonds détient des participations dans 74 entreprises, tandis que le second en détient dans 48. Ces investissements massifs pourraient booster les fortunes d’acteurs clés tels que Huawei, dans un marché mondial des semi-conducteurs de plus en plus compétitif.

    Nom : chine.png
Affichages : 15557
Taille : 533,0 Ko

    En parallèle, les États-Unis incitent leurs alliés à renforcer leurs restrictions technologiques vis-à-vis de la Chine.

    Le nouvel élan de Pékin en faveur de l'autosuffisance intervient alors que les États-Unis exhortent leurs alliés, notamment les Pays-Bas, l'Allemagne, la Corée du Sud et le Japon, à renforcer les restrictions sur l'accès de la Chine à la technologie des semi-conducteurs et à combler les lacunes dans les contrôles à l'exportation existants. Le "Big Fund" joue un rôle central dans les efforts déployés par la Chine.

    Les gouvernements de Shanghai et d'autres villes, China Chengtong Holdings Group et State Development and Investment Corp. font partie des investisseurs qui envisagent d'engager des milliards de yuans chacun dans la troisième phase du fonds, ont déclaré ces personnes, qui ont demandé à ne pas être identifiées pour discuter d'une affaire privée.

    Ce fonds contribuera à financer trois ou quatre pools de capitaux gérés par d'autres partenaires généraux dans le cadre d'une structure dite de "fonds de fonds", afin de diversifier les sources de transactions et les stratégies d'investissement. Le fonds III, comme il sera appelé, soutiendra aussi directement des entreprises locales, ont précisé les personnes interrogées. Les négociations relatives à la levée de fonds sont toujours en cours et pourraient prendre des mois avant d'être finalisées, ont ajouté ces personnes.

    Le Big Fund, un fonds secret, est le principal instrument dont dispose la Chine pour fournir une aide financière aux fabricants de puces locaux. Fondé en 2014, il a attiré environ 45 milliards de dollars de capitaux et soutenu de nombreuses entreprises, dont les champions locaux de la fabrication de puces SMIC et Yangtze Memory Technologies Co.

    SMIC, basé à Shanghai, est le principal fabricant de puces de Huawei. Il a réussi à fabriquer un processeur de 7 nanomètres pour le Mate 60 Pro en 2023, une prouesse que les États-Unis pensaient hors de portée de la Chine.

    La deuxième phase du fonds, créée en 2019, détient désormais des participations dans 48 entreprises locales de fabrication de puces. Le premier fonds, créé en 2014, est actionnaire de 74 entreprises et startups, selon la base de données des entreprises Tianyancha. Les entités qui reçoivent des capitaux du Big Fund sont considérées comme ayant reçu le soutien officiel de Pékin. Cela permet généralement d'ouvrir des portes à d'autres investisseurs potentiels et d'obtenir un soutien politique plus important.

    Pourtant, le fonds a opéré principalement en coulisses et a gardé les normes d'investissement à l'abri du regard du public, ce qui, selon certains critiques, a nui à la responsabilité.

    Elle a ralenti ses investissements à la suite d'une enquête anti-corruption en 2022, qui a entraîné la chute de son ancien chef et de plusieurs autres fonctionnaires. Les principaux dirigeants chinois ont ordonné des enquêtes après avoir été frustrés par l'absence de percées dans le développement de semi-conducteurs destinés à remplacer les importations étrangères, après des années d'investissements publics considérables.

    Le Big Fund est à nouveau entré en action vers la fin de l'année dernière, investissant plus de 10 milliards de yuans dans Changxin Xinqiao Memory Technologies Inc.

    Fondée en 2021, l'entreprise peu connue Changxin Xinqiao partage certains actionnaires et son directeur général avec le principal fabricant chinois de puces DRAM, Changxin Memory Technologies Inc, dont le siège se trouve également dans la ville de Hefei, dans l'est de la Chine, selon Tianyancha.

    Conclusion

    Cette initiative souligne la détermination de la Chine à renforcer ses capacités en matière de semi-conducteurs malgré les pressions extérieures. La dynamique illustre également la course mondiale pour la suprématie dans le domaine des technologies de pointe, où les semi-conducteurs jouent un rôle crucial dans divers secteurs, de l’informatique à la défense.

    La Chine, qui est le plus grand marché de semi-conducteurs au monde, pousse de plus en plus vers l’autosuffisance et l’utilisation de technologies développées localement. Cela se traduit par des mesures telles que l’encouragement des fonctionnaires à abandonner leurs iPhone au profit de téléphones chinois et le développement d’un système d’exploitation made in China.

    Cet ambitieux fonds de 27 milliards de dollars pourrait donc être un tournant décisif pour la Chine, lui permettant de réduire sa dépendance vis-à-vis des technologies étrangères et de renforcer sa position sur l’échiquier technologique mondial

    Dans un contexte d'escalade des restrictions technologiques américaines visant les secteurs chinois des puces et de l'intelligence artificielle, l'expansion du Big Fund est une manœuvre stratégique du ministère chinois des technologies pour affirmer sa domination sur le marché mondial des semi-conducteurs.

    Source : Bloomberg

    Et vous ?

    Quel impact pensez-vous que le fonds de 27 milliards de dollars aura sur l’industrie mondiale des semi-conducteurs ?
    Comment la course à l’autosuffisance technologique de la Chine pourrait-elle influencer les relations internationales ?
    Les mesures prises par les États-Unis pour restreindre l’accès de la Chine aux technologies avancées sont-elles justifiées ?
    Quelles pourraient être les conséquences à long terme de la dépendance mondiale vis-à-vis des semi-conducteurs chinois ?
    Comment les entreprises et les gouvernements devraient-ils réagir face à l’ambition croissante de la Chine dans le secteur technologique ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #150
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 647
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 647
    Points : 18 586
    Points
    18 586
    Par défaut
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Quelles pourraient être les conséquences à long terme de la dépendance mondiale vis-à-vis des semi-conducteurs chinois ?
    Il est toujours extremement dangereux de dépendre d'autre pays.
    Parce que peut-être qu'un jour ils ne te vendront plus ce dont tu as besoin. (ou ils ne t'achèteront plus ce que t'exportes, un peu comme au Venezuela)

    Par exemple:
    => l'Allemagne achetait du gaz Russe => l'UE a décidé de stopper l'achat de gaz Russe => l'industrie allemande s'effondre à cause de l'explosion du prix de l'énergie (l'industrie allemande va être contrainte de partir aux USA)
    Bon ça c'est parce que l'Allemagne n'aime pas le nucléaire, elle préfère le gaz et le charbon.

    Le même genre de scénario pourrait se produire :
    => des entreprises de l'UE achètent des semi-conducteurs chinois => l'UE met en place un blocus pour stopper les échanges entre la Chine et l'UE => des entreprises de l'UE manquent de semi-conducteurs
    L'UE a tendance à copier ce que font les USA, si les USA arrêtent de commercer avec la Chine alors l'UE arrêtera de commercer avec la Chine.
    Mais ça ne devrait pas arriver tout de suite pace que les USA dépendent encore trop de la Chine.

    Les USA finiront par faire quelque chose contre les BRICS.
    Keith Flint 1969 - 2019

  11. #151
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 280
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 280
    Points : 4 139
    Points
    4 139
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Il est toujours extremement dangereux de dépendre d'autre pays.
    Je suis complètement d'accord et aujourd'hui trop de choses partent à l'étranger (cerveaux, brevets, ...).
    Il ne faut pas se priver de tout en voulant internaliser mais aujourd'hui le constat est sans appel :
    - pénurie de médicaments car fabriqué majoritairement en Inde et en Chine et les brevets partent aux USA donc on ne pourra pas soigner car les coûts des médicaments sont prohibitifs (des centaines de milliers d'euros voir plusieurs millions)
    - manque de matière première (métaux)
    - agriculture française très malmenée car concurrence déloyale (les autres pays n'ont pas les même normes ou des salaires équivalents donc les producteurs français trinquent)
    - ...

  12. #152
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Ingénieur en génie logiciel
    Inscrit en
    Juin 2012
    Messages
    867
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en génie logiciel
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2012
    Messages : 867
    Points : 2 469
    Points
    2 469
    Par défaut
    huawei pourra avancer plus rapidement sa machine EUV de lithographie

    en retard... mais pour combien de temps... c'est l'occident qui perd des ventes...

  13. #153
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 647
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 647
    Points : 18 586
    Points
    18 586
    Par défaut
    Citation Envoyé par smarties Voir le message
    - pénurie de médicaments car fabriqué majoritairement en Inde et en Chine
    Ça me rappelle que des pays se battaient pour acheter des masques qui étaient destinés à un autre client.
    Bon là dans l'exemple ce sont les USA, mais parfois c'était d'autres pays membres de l'UE qui prenaient les masques destinés à la France.

    Coronavirus : des masques commandés par la France rachetés "sur le tarmac" par des Américains
    Le président de la région Sud, Renaud Muselier, a, le premier, révélé cette pratique, à l'antenne de la chaîne de télévision Russia Today. Lors d'une réunion entre les présidents de régions, l'un d'entre eux "nous a expliqué que sa commande de masques lui avait été piquée sur l'aéroport même, par les Américains, qui ont payé trois fois le prix, en liquide. Mais je ne vous donnerai ni le nom de la région ni le nombre de masques commandés", a expliqué Renaud Muselier.

    Le président de la région Grand Est, Jean Rottner, a confirmé les faits, au micro de RTL. "C'est compliqué, on se bat 24 heures sur 24" pour que les masques soient livrés, a-t-il confié. "Et effectivement, sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois les commandes que nous avons faites. Donc il faut vraiment se battre."
    La Chine recevait trop de commandes.
    Bon en même temps en Occident les gens n'utilisent pas de masque et d'un coup on était obligé d'en porter.
    Est-ce qu'avant 2020 quand vous aviez un rhume ou une grippe vous portiez un masque ?
    Dans les pays asiatiques les gens font attention de ne pas transmettre leurs maladies.

    ===
    Pénuries de médicaments : promesse de relocalisation de la production de paracétamol en France, où en est-on ?
    Mais ce nouveau site de production ne verra le jour qu'après le lancement d'une enquête publique – qui devrait avoir lieu dans le courant de l'année 2023 –, le feu vert de l'Agence du médicament et toute une série d'autres autorisations administratives. Autant dire, qu'il faudra encore attendre plusieurs mois avant d'y poser la première pierre. Le ministre délégué à l'Industrie, Roland Lescure, avait d'ailleurs déjà précisé, fin novembre à l'Assemblée nationale, que les premières livraisons n'auraient pas lieu avant 2025.
    C'est toujours cool de construire une usine.

    Citation Envoyé par smarties Voir le message
    - agriculture française très malmenée car concurrence déloyale (les autres pays n'ont pas les même normes ou des salaires équivalents donc les producteurs français trinquent)
    Ouais est à cause des règles de l'UE on ne peut rien faire.
    Si il y avait moyen de taxer à fonds l'importation d'articles qu'on produit en France (par exemple les fruits Espagnol), ce serait chouette.

    Ségolène Royal a dit un truc du genre "les tomates espagnoles sont dégueulasses" et j'adore ce type de discours populiste. (elle a dit "immangeables" ce qui est probablement pire que "dégueulasses")
    C'est rigolo ça me fait penser à ça :


    Citation Envoyé par smarties Voir le message
    trop de choses partent à l'étranger (cerveaux, brevets, ...).
    Ouais c'est vrai que les startups prometteuses Françaises ont tendance à se faire racheter par des groupes US.
    L'industrie part également aux USA, parce que l'énergie coute beaucoup trop cher en Europe.
    Il nous faut beaucoup plus de centrales nucléaires. (ou se remettre pote avec la Russie)

    Ou alors il faudrait qu'il soit possible de transporter de l'énergie de l'Algérie à l'Europe sans trop de perte.
    Il doit y avoir moyen de faire quelque chose avec des panneaux solaires dans le désert algérien.

    La Chine construit des centrales nucléaires :
    Liste des centrales nucléaires en Chine
    La liste des centrales nucléaires en République populaire de Chine compte début 2024 21 centrales électrogènes comprenant 55 réacteurs nucléaires opérationnels et 23 réacteurs nucléaires en construction. La Chine est au 3ème rang mondial pour le nombre de réacteurs opérationnels et au 1er rang mondial pour le nombre de réacteurs en construction.
    Keith Flint 1969 - 2019

  14. #154
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    583
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 583
    Points : 10 635
    Points
    10 635
    Par défaut Les États-Unis poursuivent leurs efforts visant à entraver la croissance de l'industrie technologique chinoise
    « Les États-Unis feront tout ce qu'il faut pour freiner l'industrie chinoise de la technologie », affirme la secrétaire américaine au Commerce
    mais Pékin pourrait riposter avec des restrictions

    Les États-Unis poursuivent leurs efforts visant à entraver la croissance de l'industrie chinoise de la technologie. La secrétaire américaine au Commerce, Gina Raimondo, a réaffirmé lundi que les États-Unis feront tout ce qui est en leur pouvoir pour atteindre cet objectif. Elle a ajouté que les États-Unis évaluent en permanence la nécessité d'étendre les contrôles à l'exportation pour empêcher la Chine d'acquérir des puces avancées nécessaires au développement de l'IA et aux applications militaires. Mais les analystes avertissent que la Chine pourrait riposter dans le secteur des terres rares, ce qui pourrait avoir un impact sur la chaîne d'approvisionnement mondiale des puces.

    Les déclarations de Raimondo sont intervenues dans le cadre d'un déplacement à Manille, en Philippines. Raimondo répondait à la question de savoir si les États-Unis envisageaient d'ajouter de nouvelles restrictions à la vente de semiconducteurs à la Chine. Ce à quoi elle répondu : « nous ne pouvons pas permettre à la Chine d'avoir accès à nos technologies les plus sophistiquées pour ses progrès militaires. Alors oui, nous ferons tout ce qu'il faut pour protéger notre peuple, y compris en renforçant nos contrôles ». Cette nouvelle déclaration suggère que les tensions entre les deux puissances économiques pourraient s'accentuer.

    Les contrôles américains à l'exportation ont été mis en place pour la première fois en 2022 afin de lutter contre l'utilisation de puces à des fins militaires, notamment pour le développement de missiles hypersoniques et de l'intelligence artificielle. L'année dernière, le ministère américain du Commerce a élargi les contrôles à l'exportation, ce qui a suscité les protestations du ministère chinois du Commerce, qui a déclaré que ces restrictions violaient les règles du commerce international et menaçaient gravement la stabilité des chaînes d'approvisionnement industrielles. Mais les États-Unis ont l'intention d'aller encore plus loin.


    L'administration Biden envisage de nouvelles sanctions à l'encontre de plusieurs entreprises technologiques chinoises, notamment le fabricant de puces mémoire ChangXin Memory Technologies (CXMT), tout en incitant ses alliés à faire davantage pour freiner l'exportation de technologies de pointe vers la Chine. Lors de sa conférence de presse de lundi à Manille, Raimondo a déclaré que la question était toujours à l'étude : « nous examinons cette question tous les jours. La technologie évolue plus rapidement que jamais, ce qui signifie que nous devons nous réveiller tous les jours et nous demander si nous en faisons assez ».

    « Mon travail consiste à protéger le peuple américain et à veiller à ce qu'il n'y ait aucune technologie sophistiquée, y compris la technologie des semiconducteurs, la technologie de l'IA que nous possédons, que la Chine ne possède pas, qu'elle ne puisse pas y accéder et l'utiliser pour permettre à l'armée chinoise d'agir », a-t-elle ajouté. Raimondo a indiqué qu'elle avait été envoyée par le président Joe Biden à Manille avec une délégation de dirigeants de 22 entreprises américaines qui, selon elle, prévoient d'investir environ un milliard de dollars aux Philippines, le plus ancien allié conventionnel de Washington dans la région.

    Elle a déclaré que ces efforts permettront aux États-Unis de réduire la concentration de la chaîne d'approvisionnement en puces, qui est actuellement largement dépendante de trois pays. « Les entreprises américaines se sont rendu compte que notre chaîne d'approvisionnement en puces était beaucoup trop concentrée dans quelques pays du monde. Oubliez donc la géopolitique. À ce niveau de concentration, vous connaissez le vieil adage : ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Pourquoi nous permettons-nous d'acheter autant de nos puces à un ou deux pays ? Nous devons nous diversifier », a-t-elle déclaré.

    La plupart des activités se déroulent à Taïwan, en Chine et en Corée du Sud. La Corée du Sud et Taïwan - une île autonome que la Chine revendique comme son territoire, et qui abrite le géant Taiwan Semiconductor Manufacturing Co (TSMC) - produisent la majeure partie des semiconducteurs les plus avancés au monde, tandis que la Chine continentale est un fournisseur important de puces plus matures, dites "anciennes". Les fabricants d'équipements électroniques et de puces électroniques, dont TSMC, ont cherché à diversifier leurs activités dans des régions telles que l'Amérique du Nord, l'Inde et l'Asie du Sud-Est.

    Les Philippines disposent de 13 installations d'assemblage, de test et d'emballage de semiconducteurs et Raimondo a déclaré : « doublons-les ». Elle n'a pas donné de précisions sur la manière dont les États-Unis pourraient y contribuer, si ce n'est qu'il s'agirait d'une destination attrayante pour les entreprises clientes américaines. Selon elle, le pays d'Asie du Sud-Est est riche en minéraux essentiels pour la fabrication de puces. « La chaîne d'approvisionnement de votre pays et de l'ensemble de la région se trouve à un moment crucial. Je pense que vous êtes en tête de liste », a-t-elle déclaré lors de sa conférence de presse.

    Ces investissements américains comprendraient la formation d'un grand nombre de Philippins pour qu'ils acquièrent des compétences de haute technologie qui pourraient les aider à obtenir des emplois bien rémunérés. « L'alliance américano-philippine est inébranlable. Elle dure depuis 72 ans et nous restons des amis inébranlables et des partenaires de plus en plus nombreux dans la prospérité », a-t-elle déclaré. En réaction aux déclarations de Raimondo, de nombreux critiques ont dénoncé les restrictions des États-Unis et affirment que l'approche de l'administration Biden risque de nuire aux chaînes d'approvisionnement.

    Washington s'en prend depuis des années à l'industrie chinoise des puces, en imposant des contrôles radicaux sur les exportations de machines de pointe pour la fabrication de semiconducteurs et de puces sophistiquées telles que celles utilisées pour développer l'IA. Le Japon et les Pays-Bas, les deux principaux pays où sont développés les équipements de fabrication de puces, se sont joints à l'effort américain l'année dernière. Cela dit, malgré les efforts de Washington et de ses alliés, des failles subsistent, notamment en ce qui concerne la capacité des ingénieurs japonais et néerlandais à continuer à réparer certains matériels.

    La Chine dénonce ces mesures unilatérales des États-Unis et a déclaré qu'elle prendrait "toutes les mesures nécessaires" pour sauvegarder ses droits et ses intérêts et a exhorté Washington à lever les contrôles à l'exportation dès que possible. En août de l'année dernière, en réponse aux restrictions de Washington et ses alliés, la Chine a brièvement cessé d'exporter deux minéraux rares, notamment le germanium et le gallium, dont les fabricants de microprocesseurs du monde entier ont besoin. La Chine est le leader mondial dans la production de ces deux minéraux. En outre, ces minéraux n'existent pas à l'état naturel.

    Ils sont des sous-produits du raffinage d'autres métaux. Le germanium est utilisé dans les produits solaires et les fibres optiques, mais peut être aussi employé dans des applications militaires telles que les lunettes de vision nocturne. Le gallium quant à lui est utilisé pour fabriquer le composé chimique "arséniure de gallium" (composé de gallium et d'arsenic). Ce dernier élément sert à fabriquer des puces à radiofréquence pour les téléphones portables et les communications par satellite, ainsi que des semiconducteurs et des lasers. Selon les analystes, les restrictions de la Chine pourraient poser des problèmes à long terme.

    Critical Raw Materials Alliance, une initiative de l'UE, estime que la Chine produit environ 80 % du gallium et 60 % du germanium dans le monde. Et bien que les analystes affirment qu'il existe d'autres producteurs, ils alertent sur le fait qu'à long terme, cette guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis pourrait avoir des conséquences dévastatrices sur l'industrie mondiale de la technologie. Cela pourrait affecter durablement la chaîne d'approvisionnement des semiconducteurs et accentuer la pénurie dans le secteur. Certains acteurs, dont le groupe RISC-V, invitent Washington et Pékin à mettre fin à cette guerre.

    Par ailleurs, malgré les nombreuses restrictions, plusieurs rapports soulignent que l'industrie chinoise des puces est en plein essor et qu'elle pourrait rattraper son retard sur les États-Unis dans un avenir proche. Huawei a présenté en août de l'année dernière le smartphone Mate 60 Pro, ce qui a provoqué une onde de choc dans le monde de la technologie. Ce modèle est équipé d'une puce avancée, créée malgré des sanctions américaines visant à empêcher le géant chinois de la technologie d'accéder à ce type de technologie. Cela a créé une pression politique pour que les États-Unis renforcent les sanctions contre Huawei.

    Dans le même temps, lors de sa conférence de presse à Manille lundi, Raimondo a déclaré que les États-Unis ne veulent pas rompre les liens de commerce avec la Chine et qu'ils continueront à vendre à la Chine des semiconducteurs d'une valeur de plusieurs milliards de dollars. « Je tiens à être claire : nous n'avons aucun intérêt à découpler nos économies », a-t-elle déclaré.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des déclarations de la secrétaire américaine au Commerce ?
    Pourquoi les États-Unis cherchent-ils tant à freiner l'industrie technologique chinoise ?
    Comment expliquez-vous la croissance de l'industrie chinoise des puces malgré les restrictions ?
    Les mesures restrictives prises par les États-Unis ont-elles réellement les effets escomptés sur la Chine ?
    Quelle leçon la France et l'Europe peuvent-elles tirer de cet affrontement ? Comment peuvent-elles tirer avantage ?

    Voir aussi

    La Chine cesse d'exporter deux minéraux rares dont les fabricants de microprocesseurs du monde entier ont besoin, elle a mis en place des restrictions pour des raisons de sécurité nationale

    Les États-Unis s'attaquent aux lacunes dans les restrictions sur les exportations de puces d'IA vers la Chine et prévoient d'introduire de nouvelles lignes directrices de restrictions

    Les États-Unis adressent un avertissement à NVIDIA, l'invitant à cesser de concevoir des puces pour la Chine

    Les États-Unis songeraient à restreindre l'accès de la Chine aux services américains de cloud computing pour l'empêcher de louer des GPU avancées afin de combler ses lacunes en matière de puces d'IA

  15. #155
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 050
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 050
    Points : 73 401
    Points
    73 401
    Par défaut Le président américain Joe Biden accorde 8,5 milliards de dollars à Intel
    Le président américain Joe Biden accorde 8,5 milliards de dollars à Intel dans le cadre du programme Build Chip Plants, qui vise à reconstruire l'industrie nationale des semi-conducteurs.

    Intel recevra 8,5 milliards de dollars au titre du CHIPS Act pour développer des usines dans quatre États. L'administration Biden a déclaré qu'Intel pouvait également bénéficier de prêts fédéraux à hauteur de 11 milliards de dollars dans le cadre de ses projets en Arizona, au Nouveau-Mexique, dans l'Ohio et dans l'Oregon.

    Le pionnier américain des semi-conducteurs Intel devrait recevoir jusqu'à 8,5 milliards de dollars de financement direct du gouvernement dans le cadre de la loi CHIPS et de la loi sur la science, dans le but de faire progresser la fabrication de puces aux États-Unis dans le contexte d'une industrie de l'IA en plein essor et de la concurrence avec la Chine.

    Le financement annoncé par le ministère américain du commerce soutiendra les plans du fabricant de puces visant à investir plus de 100 milliards de dollars aux États-Unis au cours des cinq prochaines années. L'entreprise prévoit d'étendre sa présence dans l'industrie américaine des semi-conducteurs avec des sites de fabrication de puces en Arizona, au Nouveau-Mexique, dans l'Ohio et dans l'Oregon.

    Intel est également éligible à des prêts fédéraux à hauteur de 11 milliards de dollars et a déclaré qu'elle prévoyait de bénéficier d'un crédit d'impôt à l'investissement par l'intermédiaire du département du Trésor des États-Unis à hauteur de 25 % sur plus de 100 milliards de dollars d'investissements qualifiés.

    "Aujourd'hui est un moment décisif pour les États-Unis et Intel alors que nous travaillons à alimenter le prochain grand chapitre de l'innovation américaine en matière de semi-conducteurs", a déclaré Pat Gelsinger, PDG d'Intel, dans un communiqué mercredi. "L'IA stimule la révolution numérique et tout ce qui est numérique a besoin de semi-conducteurs. Le soutien du CHIPS Act permettra à Intel et aux États-Unis de rester à l'avant-garde de l'ère de l'IA tout en construisant une chaîne d'approvisionnement en semi-conducteurs résiliente et durable pour alimenter l'avenir de notre pays".


    Le président Joe Biden se rendra sur le campus Ocotillo d'Intel à Chandler, en Arizona, pour annoncer l'accord préliminaire, a indiqué la Maison Blanche. La Maison Blanche a ajouté que si les semi-conducteurs ont été inventés aux États-Unis, le pays produit aujourd'hui moins de 10 % des puces au niveau mondial et n'a pas la main sur les semi-conducteurs les plus avancés qui alimentent les percées dans le domaine de l'intelligence artificielle. Microsoft a annoncé en février qu'elle collaborerait avec Intel dans le cadre de son ambition de fabriquer davantage de puces avec la technologie de fabrication 18A de l'entreprise, mais n'a pas précisé à quoi serviraient ces puces.

    Intel affirme que ses investissements dans les usines américaines de semi-conducteurs devraient créer plus de 10 000 emplois dans l'entreprise et environ 20 000 emplois dans le secteur de la construction. L'entreprise a ajouté que les usines soutiendraient également plus de 50 000 emplois indirects pour les fournisseurs et les industries adjacentes.

    Et vous ?

    Pensez-vous que ces investissements sont crédibles ou pertinents ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    L'administration Biden est en pourparlers pour accorder plus de 10 milliards de dollars de subventions à Intel, dans la production de puces, la chaîne d'approvisionnement et la construction d'usines

    L'administration Biden annonce un engagement de 5 milliards de dollars pour la recherche et le développement de puces électroniques. Le NSTC est financé par le CHIPS and Science Act

    Intel en pourparlers pour construire des installations de fabrication de puces à "enclave sécurisée" pour des applications de défense, visant à réduire la dépendance de l'armée aux puces importées
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #156
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 647
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 647
    Points : 18 586
    Points
    18 586
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
    Le financement annoncé par le ministère américain du commerce soutiendra les plans du fabricant de puces visant à investir plus de 100 milliards de dollars aux États-Unis au cours des cinq prochaines années. L'entreprise prévoit d'étendre sa présence dans l'industrie américaine des semi-conducteurs avec des sites de fabrication de puces en Arizona, au Nouveau-Mexique, dans l'Ohio et dans l'Oregon.
    Les USA ont compris qu'ils n'étaient plus la première puissance mondiale et donc ils réagissent. (c'est un peu grâce aux USA si la Chine est si puissante aujourd'hui )

    Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
    Intel affirme que ses investissements dans les usines américaines de semi-conducteurs devraient créer plus de 10 000 emplois dans l'entreprise et environ 20 000 emplois dans le secteur de la construction. L'entreprise a ajouté que les usines soutiendraient également plus de 50 000 emplois indirects pour les fournisseurs et les industries adjacentes.
    Ça c'est excellent.
    Il faut construire des usines dans son propre pays, c'est le plus important.
    Il faut produire le maximum de chose dans son pays. En plus c'est mieux pour l'écologie

    Le protectionnisme c'est le top !
    La mondialisation et la super spécialisation c'est nul.
    Sinon on va dire "la France ne produit plus d'œufs, à la place on va importer des œufs ukrainien" et les producteurs d'œufs Français n'auront plus qu'à se suicider, parce qu'ils sont endettés et ils ne pourront pas rembourser.

    ====
    Il me semble qu'il existe des règles de l'UE qui interdisent à un gouvernement d'investir dans des entreprises de son propre pays (enfin c'est pas exactement ça, mais de loin ça ressemble un peu).
    Keith Flint 1969 - 2019

  17. #157
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 063
    Points
    199 063
    Par défaut Intel rachète des actions de 152 Mds $, mais pourquoi a-t-elle besoin d'une subvention de 8 Mds de $ ?
    Intel a procédé aux rachats d’actions de 152 milliards de dollars, mais pourquoi a-t-elle besoin d'une subvention de 8 milliards de dollars ?
    Les Leopold tente d'expliquer ce paradoxe

    Intel, le plus grand fabricant de puces aux États-Unis, avec des revenus de 54 milliards de dollars en 2023, vient de recevoir une subvention de 8,5 milliards de dollars du CHIPS and Science Act du gouvernement fédéral, ainsi que 11 milliards de dollars de prêts favorables. Cependant, Intel a récemment annoncé avoir racheté des actions pour un montant total de 152,05 milliards de dollars depuis le début de son programme de rachat en 1990. Ce programme de rachat d’actions permet à Intel de racheter ses propres actions sur le marché ou via des transactions négociées. À la fin de 2023, Intel était autorisé à racheter jusqu’à 110 milliards de dollars supplémentaires, dont 7,24 milliards de dollars restent disponibles.

    La question qui se pose est la suivante : pourquoi une entreprise aussi prospère que Intel a-t-elle besoin d’une subvention de 8 milliards de dollars ? Cette subvention soulève des interrogations sur la nécessité d’un soutien financier supplémentaire pour une entreprise qui a déjà réalisé d’importants rachats d’actions.


    Le ministère américain du Commerce a annoncé le 20 mars l’attribution au champion américain des semi-conducteurs une subvention pouvant atteindre 8,5 milliards de dollars dans le cadre du plan «Chips and Science Act», plus connu sous le nom de «Chips for America».

    Le financement annoncé par le ministère américain du commerce soutiendra les plans du fabricant de puces visant à investir plus de 100 milliards de dollars aux États-Unis au cours des cinq prochaines années. L'entreprise prévoit d'étendre sa présence dans l'industrie américaine des semi-conducteurs avec des sites de fabrication de puces en Arizona, au Nouveau-Mexique, dans l'Ohio et dans l'Oregon.

    Aux 8,5 milliards de dollars de subvention s’ajoutent une aide de 50 millions de dollars au développement des compétences dans l’entreprise, des prêts de 11 milliards de dollars du ministère américain du Trésor et des crédits d’impôts atteignant 25% sur plus de 100 milliards de dollars d'investissements qualifiés. Au total, le soutien fédéral à Intel dépasserait les 20 milliards de dollars.

    « Aujourd'hui est un moment décisif pour les États-Unis et Intel alors que nous travaillons à alimenter le prochain grand chapitre de l'innovation américaine en matière de semi-conducteurs », a déclaré Pat Gelsinger, PDG d'Intel, dans un communiqué. « L'IA stimule la révolution numérique et tout ce qui est numérique a besoin de semi-conducteurs. Le soutien du CHIPS Act permettra à Intel et aux États-Unis de rester à l'avant-garde de l'ère de l'IA tout en construisant une chaîne d'approvisionnement en semi-conducteurs résiliente et durable pour alimenter l'avenir de notre pays ».


    Mais Intel a-t-il réellement besoin de ces 8 milliards de dollars de financement ?

    Intel a prélevé 152 milliards de dollars sur ses revenus, dont une partie aurait pu être utilisée pour la recherche et le développement, la construction de nouvelles installations de fabrication de puces électroniques aux États-Unis et l'augmentation des salaires, pour les transférer à ses plus gros actionnaires de Wall Street et aux dirigeants de l'entreprise, enrichissant ainsi la fraction la plus élevée du 1% le plus élevé.

    Une entreprise qui rachète ses propres actions voit son bénéfice par action augmenter parce qu'il y a moins d'actions en circulation. Le prix des actions augmente, bien que rien de nouveau ne soit créé, et les plus gros actionnaires, y compris les dirigeants d'Intel, encaissent des bénéfices faramineux. Le PDG d'Intel, Pat Gelsinger, a empoché 179 millions de dollars en 2021, dont la majeure partie provient de la rémunération liée aux actions.

    Les rachats d'actions sont une forme de manipulation des actions, c'est pourquoi ils ont été interdits par la Securities and Exchange Commission après la Grande Dépression, jusqu'à la déréglementation de 1982, qui limitait les rachats à 2 % des bénéfices. Aujourd'hui, c'est à volonté que les sociétés rachètent leurs actions, près de 70 % de leurs bénéfices étant consacrés à cette forme de manipulation des actions.

    Il est important de noter que les rachats d’actions peuvent être perçus de différentes manières. D’un côté, ils peuvent être considérés comme un moyen pour l’entreprise de récompenser ses actionnaires et d’augmenter la valeur de leurs actions. D’un autre côté, certains critiques estiment que ces rachats peuvent réduire les investissements dans la recherche et le développement, ainsi que dans d’autres domaines essentiels à la croissance à long terme de l’entreprise.

    Aussi, la question qui se pose est la suivante : pourquoi une entreprise aussi prospère que Intel a-t-elle besoin d’une subvention de 8 milliards de dollars ?

    Nom : intel.png
Affichages : 23464
Taille : 768,6 Ko

    L'analyse de Les Leopold sur cette subvention

    Les Leopold est le directeur exécutif du Labor Institute et l'auteur du nouveau livre Wall Street's War on Workers : Comment les licenciements massifs et la cupidité détruisent la classe ouvrière et ce qu'il faut faire pour y remédier (2024). Ci-dessous, il nous livre son analyse :

    La sécurité nationale est en danger, nous dit-on. Les semi-conducteurs sont bien trop importants pour notre défense et notre économie pour être produits à l'étranger, en particulier en Chine ou à proximité, notre ennemi communiste de jure. Si nous ne soudoyons pas Intel pour qu'elle construise ici, dit-on, elle risque d'aller ailleurs. Ils sont là pour faire des profits (et des rachats d'actions), pas pour assurer la sécurité nationale.

    Le principal argument de vente, comme toujours, de la part des politiciens des deux partis, c'est l'emploi. La Maison Blanche estime qu'Intel créera 20 000 emplois temporaires dans le secteur de la construction et 10 000 emplois permanents dans le secteur manufacturier grâce à cette subvention.

    Mais qu'est-ce qui empêche Intel de consacrer les subventions des contribuables à de nouveaux rachats d'actions ?

    Pas grand-chose. D'ailleurs, le sénateur Chris Van Hollen (D-Md.) écrit :

    Bien que la législation interdise spécifiquement l'utilisation des fonds CHIPS pour les rachats d'actions et les paiements de dividendes, ces restrictions n'interdisent pas explicitement aux bénéficiaires d'utiliser les fonds CHIPS pour libérer leurs propres fonds, qu'ils peuvent ensuite utiliser à ces fins.
    La sénatrice Elizabeth Warren (D-Mass.) s'inquiète déjà du fait que BAE Systems, un bénéficiaire beaucoup plus modeste du CHIPS, mais aussi un récidiviste du rachat d'actions, n'a pas déclaré qu'il s'abstiendrait de procéder à des rachats d'actions pendant toute la durée de son financement par le CHIPS. Intel n'a pas non plus pris cet engagement. En fait, le site web d'Intel indique que l'entreprise est toujours autorisée à procéder à des rachats d'actions pour un montant supplémentaire de 7,24 milliards de dollars.


    Comment savoir si une grande entreprise utilise l'argent du CHIPS ou d'autres fonds pour effectuer ses rachats ? C'est impossible.

    La loi CHIPS n'interdit-elle pas à Intel de procéder à des licenciements massifs ?

    Il n'en est rien.

    Intel pourrait très bien augmenter le nombre d'emplois dans certains sites tout en supprimant des emplois dans d'autres. Et il est prouvé que c'est ce qu'elle fait en ce moment même.

    Alors que la loi CHIPS était en cours d'examen par le Congrès en 2022 et qu'elle était fortement défendue par le PDG Gelsinger, Intel a licencié environ 2 000 employés en Californie. Aujourd'hui, l'entreprise déclare qu'elle « s'efforce d'accélérer sa stratégie tout en réduisant les coûts par le biais de multiples initiatives, y compris certaines réductions d'effectifs spécifiques à des activités et à des fonctions dans l'ensemble de l'entreprise ».

    Cette salade de mots signifie qu'au moment où Intel créera 10 000 nouveaux emplois dans l'industrie manufacturière, elle aura licencié plus de travailleurs que cela. Et ils savent que le gouvernement ne pourra rien y faire.

    Conclusion

    La subvention de 8 milliards de dollars pourrait être destinée à des projets spécifiques, tels que le développement de nouvelles technologies, la recherche sur les semi-conducteurs ou la construction d’infrastructures. Cependant, sans plus de détails, il est difficile de savoir exactement pourquoi Intel a besoin de cette subvention.

    En fin de compte, il est essentiel que les entreprises comme Intel soient transparentes quant à l’utilisation de leurs fonds, en particulier lorsqu’il s’agit de rachats d’actions et de subventions gouvernementales. Les investisseurs et le public ont le droit de comprendre comment ces décisions financières affectent l’entreprise et l’économie dans son ensemble.

    Sources : Intel, analyse de Les Leopold

    Et vous ?

    Pourquoi pensez-vous qu’Intel a besoin d’une subvention de 8 milliards de dollars malgré ses rachats d’actions massifs ?
    Quels avantages ou inconvénients voyez-vous dans les rachats d’actions par les grandes entreprises ?
    Pensez-vous que les subventions gouvernementales devraient être conditionnées à des investissements spécifiques, tels que la recherche et le développement ou la création d’emplois locaux ?
    Quelle est votre opinion sur l’utilisation des fonds publics pour les rachats d’actions ? Est-ce une pratique justifiable ou devrions-nous exiger plus de transparence et de responsabilité ?
    Comment pouvons-nous garantir que les entreprises bénéficient réellement à la société dans son ensemble plutôt qu’à une poignée de grands actionnaires ?
    Existe-t-il des alternatives aux rachats d’actions pour les entreprises qui souhaitent augmenter la valeur de leurs actions ?
    Quel rôle devrait jouer le gouvernement dans la régulation des pratiques financières des grandes entreprises ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #158
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 984
    Points
    36 984
    Par défaut Les États-Unis accordent 6,4 milliards de dollars à Samsung pour la construction de nouvelles usines de puces
    Les États-Unis accordent 6,4 milliards de dollars à Samsung pour la construction de nouvelles usines de fabrication de puces au Texas,
    la dépendance à l'égard de TSMC expose les États-Unis

    Les États-Unis ont alloué 6,4 milliards de dollars à Samsung pour la construction de nouvelles usines de puces au Texas, dans le cadre d'un projet de développement économique majeur. Ce partenariat, initié sous l'administration Biden, vise à stimuler la production nationale de semi-conducteurs, crucial pour la sécurité nationale et la compétitivité mondiale. Avec la création prévue de plus de 21 500 emplois dans la construction et la fabrication, le projet propulsera le Texas en tant que centre de pointe dans le domaine des semi-conducteurs.

    Samsung prévoit de débuter la production en 2026, contribuant ainsi à réduire la dépendance des États-Unis à l'égard des importations de puces, en particulier de Taïwan. Cette initiative s'inscrit dans une stratégie plus large visant à renforcer l'industrie des semi-conducteurs aux États-Unis et à sécuriser la chaîne d'approvisionnement technologique du pays.


    Nom : Taiw.jpg
Affichages : 6143
Taille : 30,5 Ko

    Samsung a annoncé pour la première fois son intention de construire une usine à Taylor, au Texas, en 2021. À l'époque, l'entreprise avait déclaré qu'elle réalisait un investissement de 17 milliards de dollars. Le projet comprend désormais également l'agrandissement d'une installation existante à Austin. Le financement annoncé lundi par le ministère du commerce porte l'investissement total à plus de 40 milliards de dollars.

    Renforcer la souveraineté technologique : les objectifs de la loi CHIPS

    L'aide gouvernementale provient de la loi CHIPS and Science Act, que le président Biden a promulguée en 2022 dans le but déclaré de relancer la production de puces informatiques de pointe sur le territoire national. La loi Creating Helpful Incentives to Produce Semiconductors and Science Act of 2022 (CHIPS Act), promulguée le 9 août 2022, vise à stimuler la compétitivité, l'innovation et la sécurité nationale des États-Unis. La loi vise à catalyser les investissements dans les capacités nationales de fabrication de semi-conducteurs. Elle vise également à stimuler la R&D et la commercialisation de technologies de pointe, telles que l'informatique quantique, l'IA, l'énergie propre et les nanotechnologies, et à créer de nouveaux pôles régionaux de haute technologie ainsi qu'une main-d'œuvre plus nombreuse et plus inclusive dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM). Voici un aperçu des principales dispositions de la loi.

    La loi CHIPS prévoit des dépenses de 280 milliards de dollars pour les dix prochaines années. La majeure partie de cette somme - 200 milliards de dollars - est destinée à la R&D scientifique et à la commercialisation. Quelque 52,7 milliards de dollars sont destinés à la fabrication de semi-conducteurs, à la R&D et au développement de la main-d'œuvre, auxquels s'ajoutent 24 milliards de dollars de crédits d'impôt pour la production de puces. Trois milliards de dollars sont prévus pour des programmes visant les technologies de pointe et les chaînes d'approvisionnement sans fil.

    En 2022, plusieurs entreprises américaines du secteur des semi-conducteurs examinaient les moyens de s'opposer à un ensemble de subventions destinées à l'industrie des puces si le texte final de la législation favorisait de manière disproportionnée des fabricants tels qu'Intel. Le projet de loi CHIPS Act vise à renforcer la compétitivité de l'industrie des puces aux États-Unis face à la montée en puissance de l'industrie chinoise des puces. Cette législation, qui prévoit 52 milliards de dollars de subventions, comprend une disposition interdisant aux entreprises bénéficiant d'une aide du gouvernement américain d'augmenter leur capacité de production en Chine.

    Malgré des préoccupations antérieures concernant une préférence excessive pour le géant Intel, les principales entreprises américaines de semi-conducteurs ont exprimé leur soutien à un ensemble de subventions pour l'industrie. Le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, a informé les législateurs lundi que le vote sur un ensemble réduit de projets de loi visant à soutenir l'industrie des semi-conducteurs américaine pourrait avoir lieu dès aujourd'hui, après que les démocrates ont dissocié ces projets de loi d'un projet de loi plus large et plus controversé.

    Ces projets de loi visent à accroître la compétitivité des États-Unis face à une Chine en pleine expansion, dont l'industrie des semi-conducteurs a connu une croissance rapide au cours des cinq dernières années, représentant près de 10 % des ventes mondiales. Les mesures proposées comprennent 52 milliards de dollars de subventions ainsi qu'un crédit d'impôt sur l'investissement pour stimuler l'industrie manufacturière américaine. Le sénateur républicain John Cornyn a annoncé sur Twitter que les travaux sur le projet de loi avaient reçu un « feu vert » après que les démocrates aient réduit leurs ambitions pour les projets de loi sur les dépenses non liées. En mars 2024, Intel a reçu une aide de 3,5 milliards de dollars du gouvernement américain pour la fabrication de puces destinées à l'armée, ce qui renforcera sa position de leader sur le marché de la défense.

    Selon les statistiques du gouvernement américain, les États-Unis produisent 12 % des semi-conducteurs dans le monde, contre 37 % dans les années 1990. De nombreuses entreprises américaines dépendent de puces fabriquées à l'étranger, et la fragilité de ces chaînes d'approvisionnement a été mise à nu au cours des 18 derniers mois. En outre, les recherches de McKinsey estiment que la demande mondiale va continuer à croître, les semi-conducteurs étant sur le point de devenir une industrie de 1 000 milliards de dollars d' ici la fin de la décennie.

    Le Texas se positionne en avant-garde de la production de puces

    Lors d'une conférence de presse, la secrétaire d'État au commerce, Gina Raimondo, a affirmé que le projet proposé propulserait le Texas dans un écosystème de semi-conducteurs de pointe, mettant ainsi l'État sur la voie pour atteindre l'objectif ambitieux de produire 20 % des puces de pointe aux États-Unis d'ici la fin de la décennie. Raimondo prévoit que le projet générera au moins 17 000 emplois dans le secteur de la construction et plus de 4 500 emplois dans le secteur manufacturier.

    Le sénateur texan John Cornyn, à l'origine de la loi CHIPS for America Act, a souligné l'importance de ces investissements dans la fabrication de semi-conducteurs de pointe pour renforcer la sécurité nationale, accroître la compétitivité mondiale et créer des opportunités d'emploi pour les Texans. La directrice du Conseil économique national de la Maison Blanche, Lael Brainard, a souligné que Samsung serait en mesure de produire des puces directement à Austin pour le ministère de la Défense, soulignant l'importance critique de l'accès aux technologies de pointe pour la sécurité nationale dans un contexte de rivalité avec la Chine.

    En plus des 6,4 milliards de dollars alloués à Samsung, l'entreprise a également prévu de demander un crédit d'impôt à l'investissement au département du Trésor américain. Le gouvernement a également annoncé son soutien à d'autres fabricants de puces tels que Intel et Taiwan Semiconductor Manufacturing, dans le cadre de projets répartis dans tout le pays. Samsung prévoit de commencer la production en 2026, avec des analystes estimant que l'entreprise débutera probablement par la fabrication de puces de 4 nanomètres sur sa ligne de production pilote avant de passer aux puces de 2 nanomètres.

    Cette annonce fait de Samsung le troisième bénéficiaire du Chips Act et représente la dernière initiative de l'administration Biden visant à développer l'industrie de la fabrication de puces aux États-Unis. »

    L'objectif est de réduire la dépendance à l'égard de la Chine et de Taïwan, étant donné que la part des États-Unis dans la capacité mondiale de fabrication de semi-conducteurs est passée de 37 % en 1990 à 12 % en 2020, selon l'Association de l'industrie des semi-conducteurs (SIA). Les législateurs ont averti que la dépendance des États-Unis à l'égard des puces fabriquées à Taïwan par TSMC, le premier fabricant mondial de puces sous contrat, est risquée, car la Chine revendique l'île autogouvernée comme son territoire et s'est réservé le droit d'utiliser la force pour la reprendre.

    L'allocation de 6,4 milliards de dollars à Samsung pour la construction d'usines de puces au Texas suscite à la fois des éloges et des interrogations légitimes. D'un côté, cette initiative pourrait indéniablement contribuer à renforcer l'indépendance des États-Unis dans le domaine des semi-conducteurs, réduisant ainsi la dépendance à l'égard des importations étrangères, notamment de Taïwan, tout en créant un nombre significatif d'emplois dans un secteur clé de l'économie. La perspective de voir le Texas émerger en tant que centre de pointe dans le domaine des semi-conducteurs est également prometteuse, tant sur le plan économique que sur celui de l'innovation technologique.

    Cependant, certaines préoccupations méritent d'être abordées. Tout d'abord, il est important de s'assurer que cet investissement massif dans une seule entreprise est équitablement réparti et bénéficie réellement à l'économie dans son ensemble, plutôt qu'à des intérêts particuliers. De plus, il est crucial de garantir que ces fonds publics sont utilisés de manière transparente et efficace, sans gaspillage ni abus.

    Par ailleurs, bien que la stimulation de la production nationale de semi-conducteurs soit une initiative louable, il est essentiel de ne pas perdre de vue les questions environnementales et sociales qui pourraient découler de la construction et de l'exploitation de ces usines. Des mesures robustes doivent être mises en place pour minimiser l'impact sur l'environnement local et garantir le respect des normes de travail équitables et sécuritaires pour les employés.

    Enfin, il convient d'examiner de près le rôle du gouvernement fédéral dans ces partenariats public-privé. Alors que le soutien financier peut être nécessaire pour stimuler l'innovation et renforcer la compétitivité économique, il est crucial de s'assurer que les intérêts publics sont protégés et que les décisions ne sont pas prises uniquement dans l'intérêt des grandes entreprises.

    La dépendance des États-Unis à l'égard des fabricants étrangers de puces, en particulier de Taïwan et de la Chine, est une préoccupation légitime qui soulève des questions importantes en matière de sécurité nationale et de compétitivité économique. Taïwan abrite notamment Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC), l'un des principaux fabricants mondiaux de semi-conducteurs. Cette dépendance à l'égard de TSMC pour une grande partie de la fabrication de puces stratégiques expose les États-Unis à des risques considérables en cas de perturbation de la chaîne d'approvisionnement, que ce soit en raison de tensions géopolitiques, de catastrophes naturelles ou d'autres événements imprévus.

    De même, la Chine occupe une position centrale dans la chaîne d'approvisionnement mondiale des semi-conducteurs, tant en tant que producteur majeur que comme marché de consommation important. Les tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine soulignent l'urgence de réduire cette dépendance et de renforcer la capacité nationale de production de puces pour garantir la sécurité technologique et économique à long terme.


    L'allocation de fonds pour la construction d'usines de puces aux États-Unis, comme celle accordée à Samsung pour le Texas, est une étape importante dans la réduction de cette dépendance. Cependant, il est également crucial d'investir dans la recherche et le développement pour promouvoir l'innovation et la fabrication avancée de semi-conducteurs sur le sol américain. De plus, des partenariats internationaux et des alliances stratégiques peuvent contribuer à diversifier les sources d'approvisionnement et à renforcer la résilience de la chaîne d'approvisionnement des semi-conducteurs.

    La réduction de la dépendance des États-Unis aux fabricants étrangers de puces, en particulier à Taïwan et à la Chine, est cruciale pour assurer la sécurité nationale, protéger les intérêts économiques et maintenir la compétitivité technologique mondiale. Cela demande des efforts conjoints dans l'investissement, la recherche et le développement, ainsi que des partenariats stratégiques avec d'autres acteurs clés de l'industrie des semi-conducteurs. Bien que la construction d'usines de puces au Texas offre des avantages économiques et sécuritaires significatifs, elle soulève également des questions sur la gouvernance, la durabilité et l'équité. Il est crucial d'aborder ces défis de manière proactive pour s'assurer que cette initiative contribue véritablement au bien-être de tous les citoyens et à la compétitivité à long terme des États-Unis sur la scène mondiale.

    Source : CNBC

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Quels sont les avantages et les inconvénients de concentrer une part importante de la production mondiale de semi-conducteurs dans une seule région, en l'occurrence le Texas ?

    Comment ce projet pourrait-il affecter les relations commerciales et politiques entre les États-Unis et Taïwan, un fournisseur majeur de puces électroniques ? Y a-t-il des préoccupations géopolitiques à prendre en compte ?

    Voir aussi :

    Intel reçoit une aide de 3,5 milliards de dollars du gouvernement américain pour la fabrication de puces destinées à l'armée, ce qui fera d'Intel un acteur de premier plan sur le marché de la défense

    L'industrie américaine des puces électroniques divisée sur les avantages que le projet de loi CHIPS Act pourrait accorder à Intel, certaines entreprises réclament un projet de loi plus équitable

    Les États-Unis veulent empêcher la Chine de bénéficier d'un financement de 52 milliards de dollars pour les puces électroniques, afin de maintenir une longueur d'avance sur ses concurrents
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #159
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Ingénieur en génie logiciel
    Inscrit en
    Juin 2012
    Messages
    867
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en génie logiciel
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2012
    Messages : 867
    Points : 2 469
    Points
    2 469
    Par défaut
    les usa ne font que financer encore une entreprise externe.

    et au final que tsmc, samsung et intel dépendant de machine externe qui utilise certain brevet américain

  20. #160
    Membre averti
    Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2011
    Messages
    118
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2011
    Messages : 118
    Points : 358
    Points
    358
    Par défaut
    Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
    les usa ne font que financer encore une entreprise externe.

    et au final que tsmc, samsung et intel dépendant de machine externe qui utilise certain brevet américain
    Si on pouvait au moins être dans une situation similaire où le top 3 des usines de semi-conducteurs seraient implantés chez nous, ce serait déjà très bien. Le but des usa c'est bien évidemment de ne pas mettre tout ses œufs dans le même panier jusqu'à ce que Intel permet de se passer des acteurs étrangers.

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 26/03/2020, 14h15
  2. Réponses: 9
    Dernier message: 24/09/2019, 16h19
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 20/09/2016, 20h33
  4. Réponses: 5
    Dernier message: 15/03/2015, 19h45
  5. Réponses: 2
    Dernier message: 23/07/2014, 21h17

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo