IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #101
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 082
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 082
    Points : 75 629
    Points
    75 629
    Par défaut Le groupe RISC-V estime que les restrictions imposées à l'open source ralentiront le développement
    Le groupe RISC-V estime que les restrictions imposées à la technologie open source ralentiront le développement de puces nouvelles et plus performantes, freinant ainsi l'industrie technologique mondiale.

    Le groupe RISC-V estime que les restrictions imposées à la technologie open source ralentiraient l'innovation. Le directeur général de RISC-V International a déclaré lundi que d'éventuelles restrictions gouvernementales sur la technologie open source ralentiraient le développement de puces nouvelles et plus performantes, ce qui freinerait l'industrie technologique mondiale.

    Ces commentaires font suite à l'article publié la semaine dernière, selon lequel un groupe croissant de législateurs américains demande à l'administration Biden d'imposer des restrictions au contrôle des exportations de RISC-V, la technologie open source supervisée par la fondation à but non lucratif RISC-V International. La technologie RISC-V peut être utilisée comme ingrédient pour créer des puces pour les smartphones ou l'intelligence artificielle.

    De grandes entreprises américaines telles que Qualcomm et Alphabet Google ont adopté RISC-V, mais il en va de même pour des entreprises chinoises telles que Huawei Technologies Co, ce qui, selon les législateurs américains, constitue un problème de sécurité nationale.


    Dans un billet de blog, Calista Redmond, directrice de RISC-V International, qui coordonne les travaux des entreprises sur cette technologie, a déclaré que RISC-V n'était pas différent d'autres normes technologiques ouvertes telles qu'Ethernet, qui permet aux ordinateurs connectés à l'internet de communiquer entre eux.

    "Les actions envisagées par les gouvernements en vue d'une restriction sans précédent des normes ouvertes auront pour conséquence de réduire l'accès au marché mondial des produits, des solutions et des talents", a écrit Redmond. "La bifurcation au niveau des normes conduirait à un monde de solutions incompatibles qui dupliquent les efforts et ferment les marchés."

    Redmond précise que le RISC-V a bénéficié de contributions à parts égales de l'Amérique du Nord, de l'Europe et de l'Asie. Les normes publiées par la fondation ne constituent pas un plan complet d'une puce et ne donnent à aucune partie plus d'informations sur la manière de fabriquer une puce que celles qui sont disponibles auprès d'entreprises propriétaires de technologies de puces telles que Arm Holdings.

    "La seule différence est que le marché est autorisé à utiliser ces normes sans licence propriétaire d'une société de contrôle", a écrit Redmond. "L'accès à des normes ouvertes permet aux entreprises d'innover plus rapidement et de consacrer leur temps à la création de produits différenciés, plutôt que d'essayer de réinventer la roue."

    RISC-V : Une norme ouverte – soutenue par une communauté mondiale – pour permettre l'informatique ouverte pour tous

    L'ensemble de l'écosystème technologique bénéficie de l'ouverture des normes, qu'il s'agisse de RISC-V ou d'autres normes populaires telles que Ethernet, HTTPS, JPEG ou USB.

    Trois raisons essentielles pour lesquelles RISC-V est stratégiquement important

    1. Les normes ouvertes sont essentielles à l'innovation technologique, à l'adoption et à la croissance depuis des décennies.
    2. Les normes ouvertes créent des opportunités et stimulent la croissance pour un large éventail de parties prenantes (emplois, consommateurs, recherche, universités, industrie, etc.)
    3. RISC-V est l'architecture d'instruction standard ouverte définie pour l'informatique.

    Les normes ouvertes sont essentielles à l'innovation technologique, à l'adoption et à la croissance depuis des décennies.

    Tout au long de l'histoire, les normes interopérables ont incité un plus grand nombre de clients à acheter de nouveaux types de produits, créant ainsi des opportunités supplémentaires pour un plus grand nombre de vendeurs de les fournir, en se faisant concurrence sur les caractéristiques et les services à valeur ajoutée. La compatibilité basée sur de telles normes est essentielle pour l'innovation à l'échelle mondiale au sein de l'écosystème technologique élargi. La concurrence ne repose pas sur des normes partagées, mais plutôt sur la valeur unique que chaque fournisseur ajoute à la couche normalisée.

    La participation à l'élaboration de normes mondiales est depuis longtemps une caractéristique des leaders techniques aux États-Unis et dans le monde entier, qui ont non seulement participé à l'ensemble des organisations de normalisation traditionnelles, mais ont également ouvert la voie à la création de plus d'un millier de consortiums, d'alliances et de forums qui ont mis sur le marché certaines des normes les plus importantes en matière de technologies de l'information et de la communication.

    Les normes ouvertes ouvrent des perspectives et stimulent la croissance pour un large éventail de parties prenantes (emplois, consommateurs, recherche, universités, industrie, etc.)

    L'engagement dans les normes ouvertes a ouvert et créé de nouvelles opportunités pour s'engager dans des chaînes d'approvisionnement mondiales, des partenariats de développement et des marchés pour toutes sortes de produits et de services. L'engagement et le leadership dans les normes mondiales est un modèle éprouvé, réussi et nécessaire pour les entreprises du monde entier afin de prospérer sur les marchés mondiaux.

    La capacité à participer et à tirer profit des normes ouvertes est beaucoup plus large, car les diverses communautés peuvent être composées de tout, des grandes entreprises multinationales aux jeunes pousses, en passant par les étudiants et les universités, les gouvernements, les chercheurs et même les particuliers.

    Les mesures envisagées par les gouvernements en vue d'une restriction sans précédent des normes ouvertes auront pour conséquence de réduire l'accès au marché mondial des produits, des solutions et des talents. Une bifurcation au niveau des normes conduirait à un monde de solutions incompatibles qui dupliquent les efforts et ferment les marchés.

    RISC-V est l'architecture d'instruction standard ouverte définie pour l'informatique.

    RISC-V est là pour rester. Son adoption et son influence en tant que norme ouverte pour l'informatique ont déjà connu une croissance considérable au niveau mondial. RISC-V est une norme ouverte qui a intégré des contributions significatives du monde entier. En tant que norme mondiale, RISC-V n'est pas contrôlé par une seule entreprise ou un seul pays.

    Le développement des spécifications RISC-V est basé sur des contributions qui ont été mises à disposition sur une base non propriétaire ou cultivées de manière ouverte par les membres du RISC-V répartis uniformément en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. RISC-V International ne fournit pas de conception de puces, de noyaux à source ouverte, de propriété intellectuelle ou d'implémentations, mais publie plutôt un ensemble de normes ouvertes mondiales couramment utilisées. Ces normes publiées ne contiennent pas plus d'informations que celles déjà publiées par les architectures propriétaires. La seule différence est que le marché est autorisé à utiliser ces normes sans licence propriétaire d'une société de contrôle. La concurrence ne s'exerce pas au niveau des normes, mais plutôt au niveau de la mise en œuvre.

    RISC-V a ouvert la voie à un potentiel énorme pour les entreprises du monde entier qui souhaitent participer à l'espace des semi-conducteurs en pleine croissance. Freiner l'adoption de RISC-V par les entreprises, les fonderies, les gouvernements et les instituts de recherche les priverait de la possibilité de bénéficier de normes ouvertes qu'ils ont contribué à financer et à créer, tout en permettant aux concurrents mondiaux de prendre de l'avance avec leurs propres implémentations.

    L'accès aux normes ouvertes permet aux entreprises d'innover plus rapidement et de consacrer leur temps à la création de produits différenciés, plutôt que d'essayer de réinventer la roue. Tout comme les entreprises ont adopté les normes Ethernet, HTTPS, JPEG et USB, nous observons une tendance similaire pour RISC-V en tant que norme ouverte. La flexibilité, l'extensibilité et l'évolutivité de RISC-V offrent aux développeurs une liberté de conception inégalée.
    Source : Calista Redmond, directrice de RISC-V International

    Et vous ?

    Pensez-vous que les restrictions gouvernementales imposées nuiront-elles à l'industrie technologique mondiale ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Les États-Unis étendent les restrictions à l'exportation de puces d'IA aux pays du Moyen-Orient

    La Chine cesse d'exporter deux minéraux rares dont les fabricants de microprocesseurs du monde entier ont besoin, elle a mis en place des restrictions pour des raisons de sécurité nationale

    L'usine de fabrication de puces de TSMC en Arizona sera un "Presse-papier", selon un analyste. Les puces devant être renvoyées à Taïwan pour l'emballage
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #102
    Expert éminent sénior
    Avatar de Kannagi
    Homme Profil pro
    cyber-paléontologue
    Inscrit en
    Mai 2010
    Messages
    3 220
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : cyber-paléontologue

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2010
    Messages : 3 220
    Points : 10 156
    Points
    10 156
    Par défaut
    Le groupe RISC-V estime que les restrictions imposées à la technologie open source ralentiraient l'innovation. Le directeur général de RISC-V International a déclaré lundi que d'éventuelles restrictions gouvernementales sur la technologie open source ralentiraient le développement de puces nouvelles et plus performantes, ce qui freinerait l'industrie technologique mondiale.
    Je pense surtout qu'ils veulent se donner beaucoup trop d'importance , RISC-V est clairement pas l'architecture faite pour de la haute performance , et c'est clairement pas l'architecture qui pousse les haute perf actuellement (c'est plus le x86 ou ARM).
    Et justement RISC-V sont plus gros défaut c'est qu'il veut tout faire de l'embarqué à de la haute perf ,et du coup il est moyen sur tout ce qu'il aborde , pour les haute perf , ARM est bien plus pragmatique , certain décisions de RISC-V sont clairement mauvais.

    Et pour la restriction du RISC-V, ça se voit que personne ne connaît cette techno , c'est une copie du MIPS quasiment qui lui aussi est open source maintenant donc bloquer RISC-V meme si c'était possible ne changerai pas grand chose.
    Le truc c'est que RISC-V n'est pas totalement "libre" seul son ISA l'est mais les boites qui vont de l'argent dessus ne partage jamais leur implémentation (et du coup n'en profite ni à la chine , ni a personne d'autre).

  3. #103
    Membre actif
    Profil pro
    Ingenieur
    Inscrit en
    Décembre 2003
    Messages
    138
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingenieur

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2003
    Messages : 138
    Points : 280
    Points
    280
    Par défaut
    la fondation RISC-V etant domiciliee en Suisse je ne vois pas quelles restrictions les US pourraient imposer concretement ?

  4. #104
    Membre actif Avatar de Trehinos
    Homme Profil pro
    Analyste développeur PHP
    Inscrit en
    Novembre 2012
    Messages
    100
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste développeur PHP
    Secteur : Distribution

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2012
    Messages : 100
    Points : 232
    Points
    232
    Par défaut
    Bah c'est toujours un peu pareil... des législateurs qui ne comprennent rien aux normes technologiques, qu'ils confondent avec des technologies en soit, qui légifèrent sur des sujets qui ne sont finalement que politiques (et mal, donc).
    Et le résultat c'est toujours un peu moins de liberté, un peu moins de logique, et une technologie moins fiable.

  5. #105
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 082
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 082
    Points : 75 629
    Points
    75 629
    Par défaut Les États-Unis s'attaquent aux lacunes dans les restrictions sur les exportations de puces d'IA vers la Chine
    Les États-Unis s'attaquent aux lacunes dans les restrictions sur les exportations de puces d'IA vers la Chine et prévoient d'introduire de nouvelles lignes directrices de restrictions.

    Les États-Unis prendront des mesures pour empêcher les fabricants de puces américains de vendre à la Chine des semi-conducteurs qui contournent les restrictions gouvernementales, a déclaré un responsable américain, dans le cadre des actions à venir de l'administration Biden pour bloquer davantage d'exportations de puces d'intelligence artificielle. Les nouvelles règles viendront s'ajouter aux vastes restrictions américaines sur les livraisons de puces avancées et d'équipements de fabrication de puces vers la Chine, dévoilées en octobre dernier. Les mises à jour sont attendues cette semaine, selon d'autres personnes au fait du dossier, bien que de tels calendriers ne soient pas toujours respectés.

    Les nouvelles règles bloqueront certaines puces d'intelligence artificielle qui se situent juste en dessous des paramètres techniques actuels, tout en exigeant des entreprises qu'elles signalent les livraisons d'autres puces, a déclaré le fonctionnaire, qui a fourni des informations sous le couvert de l'anonymat. Les dernières mesures de répression des exportations de technologies vers la Chine coïncident avec les efforts déployés par les États-Unis pour dégeler les relations difficiles entre les deux plus grandes économies du monde. Plusieurs hauts responsables de l'administration Biden ont rencontré leurs homologues chinois au cours des derniers mois, et la dernière série de règles risque de compliquer les efforts diplomatiques.

    L'administration Biden a déclaré qu'elle avait conçu les restrictions à l'exportation pour empêcher les puces et les équipements américains de renforcer l'armée chinoise. Pékin a accusé les États-Unis d'abuser des contrôles à l'exportation pour supprimer des entreprises chinoises. Ces restrictions marquent un tournant historique dans la politique technologique des États-Unis et de la Chine. L'année dernière, les restrictions gouvernementales ont empêché Nvidia, le fabricant de puces le plus précieux au monde, d'expédier deux de ses puces d'IA les plus avancées à des clients chinois, des puces qui sont devenues la norme de l'industrie pour le développement de chatbots et d'autres systèmes d'IA.

    Mais Nvidia a rapidement mis sur le marché chinois de nouvelles variantes moins sophistiquées qui contournaient les contrôles américains à l'exportation. L'une d'entre elles, baptisée H800, offre autant de puissance de calcul à certains paramètres utilisés dans les travaux d'IA que la puce H100 de l'entreprise, plus puissante mais bloquée. Toutefois, certains aspects clés des performances sont limités.


    Les États-Unis prévoient maintenant d'introduire de nouvelles lignes directrices pour les puces d'IA qui restreindront certaines puces d'IA avancées pour les centres de données qui ne sont pas actuellement prises en compte, a déclaré le fonctionnaire américain. Bien que le fonctionnaire ait refusé d'identifier les puces supplémentaires qui seront effectivement interdites, le H800 de Nvidia est un semi-conducteur dont des sources ont suggéré que l'administration souhaitait le bloquer.

    En juin, le directeur financier de l'entreprise a déclaré que si le H800 et une puce apparentée appelée A800 faisaient l'objet d'une restriction, ils ne pensaient pas que cela aurait un impact matériel immédiat sur leurs résultats financiers. Les puces destinées aux produits de consommation tels que les ordinateurs portables seront exemptées des nouvelles restrictions, a déclaré le fonctionnaire. Toutefois, les entreprises devront informer le ministère du commerce lorsqu'elles passeront des commandes pour les puces grand public les plus puissantes, afin de s'assurer qu'elles ne sont pas utilisées de manière à menacer la sécurité nationale, selon le fonctionnaire.

    Afin d'empêcher la Chine d'exporter des puces d'IA que les États-Unis considèrent comme trop puissantes, le fonctionnaire a déclaré que les États-Unis prévoyaient de supprimer l'un des paramètres (le "paramètre de la bande passante") qu'ils ont utilisé pour restreindre les exportations de certaines puces d'IA destinées aux centres de données. En supprimant ce paramètre, une autre ligne directrice entre en vigueur, élargissant le champ des puces couvertes. Cela signifierait probablement que la vitesse à laquelle les puces d'IA communiquent entre elles serait réduite. Ce point est important car l'entraînement des plus grands modèles d'IA est impossible sur une seule puce et nécessite de nombreuses puces reliées entre elles. Si l'on ralentit la vitesse à laquelle elles communiquent, le développement de l'IA devient plus difficile et plus coûteux.

    Les États-Unis prévoient également d'introduire un paramètre de "densité de performance" afin d'empêcher les contournements futurs, a déclaré le fonctionnaire.

    Une technologie en constante évolution

    Les règles actualisées visent également à couvrir les puces d'IA au fur et à mesure de l'évolution de la technologie. Les États-Unis exigeront des entreprises qu'elles informent le gouvernement des semi-conducteurs dont les performances sont légèrement inférieures aux lignes directrices avant de les expédier en Chine, a indiqué le fonctionnaire. Le gouvernement décidera au cas par cas si ces semi-conducteurs présentent un risque pour la sécurité nationale, mais ils pourront être expédiés à moins que le fabricant de puces ne soit informé du contraire.

    Les mises à jour des règles d'octobre 2022 pourraient également combler une lacune qui permet aux entreprises chinoises d'accéder aux puces d'intelligence artificielle américaines par l'intermédiaire d'unités chinoises situées à l'étranger. Les règles ne devraient pas inclure de restrictions sur l'accès aux services américains d'informatique dématérialisée ou à ceux des alliés, mais les États-Unis solliciteront des commentaires sur les risques d'un tel accès et sur la manière dont ils pourraient être traités, a déclaré le fonctionnaire.

    L'administration Biden a fait part à Pékin de son intention de mettre à jour les règles controversées ce mois-ci dans le cadre d'une politique visant à stabiliser les relations entre les deux superpuissances.

    Source : L'administration Biden aux États-Unis

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur ces nouvelles restrictions ?
    Selon vous, ces nouvelles mesures offriraient-elles aux États-Unis un meilleur contrôle sur ces puces d'IA ?

    Voir aussi :

    Les États-Unis étendent les restrictions à l'exportation de puces d'IA aux pays du Moyen-Orient

    La technologie des puces RISC-V devient un nouveau champ de bataille dans la guerre technologique qui oppose les États-Unis à la Chine

    Les États-Unis veulent entraver l'industrie chinoise des puces électroniques en adoptant de nouvelles règles d'exportation radicales, mais la Chine dénonce ces règles et exige qu'elles soient levées
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #106
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 082
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 082
    Points : 75 629
    Points
    75 629
    Par défaut Joe Biden envisage d'interdire à la Chine l'accès aux puces Nvidia et d'étendre les restrictions à d'autres
    Joe Biden envisage d'interdire à la Chine l'accès aux puces Nvidia et d'étendre les restrictions à d'autres pays

    L'administration Biden a déclaré mardi qu'elle envisageait d'interrompre les livraisons à la Chine de puces d'intelligence artificielle plus avancées conçues par Nvidia et d'autres, dans le cadre d'une série de mesures visant à empêcher Pékin d'obtenir des technologies américaines de pointe pour renforcer son armée.

    Les règles, décrites par les hauts fonctionnaires de l'administration lors d'une conférence de presse lundi soir, restreignent un plus large éventail de puces avancées et d'outils de fabrication de puces à un plus grand nombre de pays, dont l'Iran et la Russie, et placent les concepteurs de puces chinois Moore Thread et Biren sur une liste noire.

    Les nouvelles mesures visent à entraver le développement militaire de la Chine en comblant les lacunes des règlements publiés en octobre dernier et seront probablement mises à jour "au moins une fois par an", selon la secrétaire du département du commerce, Gina Raimondo.

    L'objectif est de limiter l'accès de la Chine aux "semi-conducteurs avancés qui pourraient alimenter des percées dans le domaine de l'intelligence artificielle et des ordinateurs sophistiqués qui sont essentiels pour les applications militaires (chinoises)", a-t-elle déclaré, soulignant que l'administration ne cherchait pas à nuire à Pékin sur le plan économique.


    Source : L'administration Biden

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Les États-Unis s'attaquent aux lacunes dans les restrictions sur les exportations de puces d'IA vers la Chine et prévoient d'introduire de nouvelles lignes directrices de restrictions

    Les États-Unis veulent entraver l'industrie chinoise des puces électroniques en adoptant de nouvelles règles d'exportation radicales, mais la Chine dénonce ces règles et exige qu'elles soient levées

    Les États-Unis étendent les restrictions à l'exportation de puces d'IA aux pays du Moyen-Orient
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #107
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Ingénieur en génie logiciel
    Inscrit en
    Juin 2012
    Messages
    871
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en génie logiciel
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2012
    Messages : 871
    Points : 2 478
    Points
    2 478
    Par défaut
    technique pour ralentir la chine....

    ce qui fera en sorte que les entreprises américaines et autre perdront le marché de la chine... et que la chine investira des milliards pour ratrapper leur retard... et finira pas vendre cela à tous...

  8. #108
    Membre expert
    Avatar de e-ric
    Homme Profil pro
    Apprenti chat, bienfaiteur de tritons et autres bestioles
    Inscrit en
    Mars 2002
    Messages
    1 559
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 55
    Localisation : France, Bas Rhin (Alsace)

    Informations professionnelles :
    Activité : Apprenti chat, bienfaiteur de tritons et autres bestioles

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2002
    Messages : 1 559
    Points : 3 946
    Points
    3 946
    Par défaut
    Joe Biden est tellement gâteux qu'il va bien mettre les US dans la liste ;-).

    M E N S . A G I T A T . M O L E M
    Debian 64bit, Lazarus + FPC -> n'oubliez pas de consulter les FAQ Delphi et Pascal ainsi que les cours et tutoriels Delphi et Pascal

    "La théorie, c'est quand on sait tout, mais que rien ne marche. La pratique, c'est quand tout marche, mais qu'on ne sait pas pourquoi. En informatique, la théorie et la pratique sont réunies: rien ne marche et on ne sait pas pourquoi!".
    Mais Emmanuel Kant disait aussi : "La théorie sans la pratique est inutile, la pratique sans la théorie est aveugle."

  9. #109
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 651
    Points : 18 596
    Points
    18 596
    Par défaut
    Citation Envoyé par e-ric Voir le message
    gâteux
    Ça ne doit pas être lui dirige réellement, dans son état il est impossible de contrôler quoi que ce soit.
    Il essaie de répéter les discours qu'on lui a écrit, mais il a bien du mal.

    Normalement le parti démocrate devrait présenter un meilleur candidat en 2024.
    Ce serait abusé de renvoyer ce vieux sénile qui ne sait plus où il est.

    Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
    L'objectif est de limiter l'accès de la Chine aux "semi-conducteurs avancés qui pourraient alimenter des percées dans le domaine de l'intelligence artificielle et des ordinateurs sophistiqués qui sont essentiels pour les applications militaires (chinoises)", a-t-elle déclaré, soulignant que l'administration ne cherchait pas à nuire à Pékin sur le plan économique.
    Les USA se préparent pour la troisième guerre mondiale.
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #110
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 082
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 082
    Points : 75 629
    Points
    75 629
    Par défaut RISC-V : toute restriction contre la Chine ne servirait qu'à réduire la participation américaine
    RISC-V : toute restriction contre la Chine ne servirait qu'à réduire la participation américaine à une technologie émergente importante, tout en renforçant la position dominante d'ARM.

    Récemment, une demande a été adressée à la Maison Blanche et au secrétaire au commerce visant à imposer des restrictions aux Américains travaillant avec RISC-V afin d'empêcher la Chine d'acquérir une position dominante dans la technologie des unités centrales de traitement. Andrew ‘bunnie’ Huang, un Hacker, fabricant et auteur américain, a adressé une lettre au Président américain Joe Biden pour qu'il n'impose "aucune restriction au partage de la technologie RISC-V".

    RISC-V est une architecture de jeu d'instructions (instruction set architecture ou ISA) RISC ouverte et libre, disponible en versions 32, 64 et 128 bits. Le but de ce projet est de faire un standard ouvert de jeu d'instructions pour microprocesseur, à l'image du standard TCP/IP pour les réseaux ou d'UNIX pour les systèmes d'exploitations, l'architecture des processeurs étant pour le moment toujours fermée, restreignant les progrès, les implémentations ou le support dans les systèmes d'exploitation.

    D'aprés Andrew ‘bunnie’ Huang, les restrictions américaines proposées sur RISC-V contre la Chine ne servirait qu'à réduire la participation américaine à une technologie émergente importante, tout en renforçant la position d'ARM en tant qu'opérateur historique. Il demande au Président Biden de "n'imposer aucune restriction au partage de la technologie RISC-V." Selon lui, il est possible de "travailler ensemble pour multiplier les réussites des fabricants de puces américains, tout en respectant la valeur américaine de la liberté d'expression.


    Voici son avis concernant les propositions de restrictions américaines sur le RISC-V et sa lettre adressée au Président Biden :

    Un groupe bipartisan de 18 législateurs du Congrès américain a récemment amplifié une demande adressée à la Maison Blanche et au secrétaire au commerce visant à imposer des restrictions aux Américains travaillant avec RISC-V afin d'empêcher la Chine d'acquérir une position dominante dans la technologie des unités centrales de traitement.

    La demande est manifestement malavisée ; toute restriction ne servirait qu'à réduire la participation américaine à une technologie émergente importante, tout en renforçant la position d'ARM en tant que fournisseur historique en situation de quasi-monopole dans le domaine des processeurs intégrés.

    Lorsque le premier rapport a été publié, j'ai espéré qu'il s'agissait d'un simple incident qui disparaîtrait, mais comme un groupe bipartisan plus large demandait des restrictions, j'ai estimé que je ne pouvais plus me contenter de rester les bras croisés : Je participe activement à l'écosystème RISC-V. Je suis également soumis à la législation américaine.

    J'ai fait ce que tout Américain peut faire, c'est-à-dire écrire une lettre résumant mes idées sur la question et l'envoyer à la Maison Blanche, au ministère du commerce et aux membres du Congrès concernés. Malheureusement, je n'ai pas de PAC, de lobbyistes ou de relations de haut niveau avec les politiciens américains, donc je n'ai pas beaucoup d'espoir que la lettre soit reçue à temps.

    Cependant, j'ai un blog. Je publie ici une copie de la lettre que j'ai envoyée à la Maison Blanche, dans l'espoir que quelqu'un ayant plus de relations politiques que moi puisse la prendre et l'envoyer.

    Enfin, si vous n'êtes pas d'accord avec ma position ou si vous avez un point de vue différent, je vous encourage également à envoyer une lettre exprimant vos idées à divers représentants du gouvernement. Il n'est pas nécessaire que ce soit "à ma façon", mais une manifestation de l'intérêt du grand public pour le sujet peut au moins encourager les décideurs politiques à réfléchir un peu plus attentivement à la question et à écouter d'autres points de vue.

    La lettre

    Au président Biden et au personnel de la Maison Blanche :

    Récemment, 18 législateurs ont envoyé une lettre à la Maison Blanche et au secrétaire au commerce pour demander comment les États-Unis comptaient empêcher la Chine "de dominer la technologie RISC-V et de tirer parti de cette domination au détriment de la sécurité nationale et économique des États-Unis".

    Je suis un Américain né dans le Michigan, titulaire d'un doctorat du MIT en génie électrique. Je suis également propriétaire d'une petite entreprise qui conçoit et fabrique des produits électroniques. Je vous écris pour vous demander de ne pas imposer de restrictions au partage de la technologie RISC-V.

    Les processeurs de mes produits sont basés sur la norme RISC-V à source ouverte. L'ouverture de RISC-V profite spécifiquement aux petites entreprises comme la mienne. J'obtiens des outils et des conceptions de la part de la communauté open source, et j'apporte mes améliorations à la communauté. La participation sans entrave à cet écosystème open source dynamique maintient les frais généraux à un niveau bas, ce qui me permet d'être compétitif dans le secteur très concurrentiel du matériel informatique.

    Comme Internet, RISC-V est déjà un phénomène mondial. L'Union européenne, l'Inde, la Chine et d'autres pays ont déjà apporté des contributions prolifiques ; les États-Unis ne sont pas les seuls à posséder des implémentations RISC-V. J'utilise une implémentation de RISC-V appelée VexRiscv, qui est développée dans l'UE. Tout obstacle à la participation des Américains ne fera que ralentir les progrès américains dans le développement et l'adoption de cette technologie. Elle aura un effet contraire à celui recherché par le législateur.

    Une autre subtilité est que RISC-V est simplement une norme. Elle définit un ensemble de mots utilisés pour dire à une puce de faire quelque chose, de la même manière que nous nous appuyons sur un dictionnaire pour définir la signification des mots anglais. Tout comme on peut écrire des documents secrets en utilisant des mots définis ouvertement, les conceptions utilisant la norme RISC-V peuvent être propriétaires, même si la norme est ouverte. Les avantages des normes ouvertes sont si bien établis que les États-Unis disposent d'une agence entière - le NIST - chargée de promouvoir l'innovation et la compétitivité industrielle américaines en publiant des normes ouvertes.

    En outre, il n'est pas pratique de contrôler l'utilisation d'une norme établie : une fois qu'un livre est publié, il n'est pas pratique de s'assurer qu'aucun des ennemis de l'Amérique n'en obtienne une copie. Il s'agit là d'un compromis de longue date de la philosophie américaine en matière d'innovation : nous pouvons librement exercer nos droits au titre du premier amendement pour partager des idées, créant ainsi un échange intellectuel dynamique, même au risque que d'autres profitent de la lecture de nos manuels, revues et brevets.

    Je pense que ce compromis nous a été favorable. Chaque échange, même avec des concurrents potentiels, nous permet d'en apprendre davantage. Réprimer notre liberté d'expression pour obtenir des résultats administratifs est une page tirée du manuel d'autres régimes plus oppressifs : il est fondamentalement anti-américain de restreindre le flux d'idées.

    En résumé, toute restriction imposée aux personnes américaines partageant la technologie RISC-V ne servirait qu'à diminuer le rôle de l'Amérique en tant que leader technologique. Des restrictions trop larges pourraient priver les éducateurs d'un outil populaire utilisé pour enseigner l'informatique aux étudiants sur les campus américains, par crainte d'enseigner accidentellement à une entité soumise à l'embargo. Et même des restrictions étroites sur RISC-V pourraient priver les entreprises technologiques américaines ayant une exposition potentielle au marché chinois de l'accès à une technologie d'unité centrale rentable et très performante, les obligeant à payer des redevances au fournisseur en place en situation de quasi-monopole, ARM Holdings plc - une entreprise qui n'est pas américaine. Cela affaiblit la compétitivité américaine et nuit en fin de compte aux intérêts des États-Unis.

    Si l'administration reconnaît que le RISC-V est une technologie si essentielle aux intérêts économiques et militaires des États-Unis qu'elle mérite une attention particulière, au lieu d'essayer d'en restreindre l'expression par un régime de licence imposé par le gouvernement fédéral, elle devrait investir dans des programmes visant à développer davantage d'exemples de réussite de fabricants américains de puces RISC-V. Cette technologie se trouve déjà dans les quatre coins du monde. Le cadre juridique américain existant et le cadre contractuel RISC-V permettent déjà aux entreprises de choisir de développer des implémentations propriétaires de processeurs RISC-V. Les États-Unis disposent de précédents solides permettant aux entreprises de développer des implémentations propriétaires de processeurs RISC-V. Il existe aux États-Unis de solides précédents d'entreprises qui naviguent dans les limites des normes ouvertes et qui réussissent sans avoir besoin d'une orientation fédérale : Intel et AMD sont des géants industriels américains qui se sont construits autour d'implémentations propriétaires d'une norme informatique "x86" par ailleurs ouvertement documentée. Ce dont les États-Unis ont besoin, c'est d'une réponse américaine au monopole d'ARM Holdings plc, et cette réponse passe par l'investissement dans des entreprises américaines qui adoptent le RISC-V.

    Président Biden, je vous le demande instamment : ayez foi en l'innovation américaine. Ayez foi dans les valeurs américaines. N'imposez aucune restriction au partage de la technologie RISC-V. Nous pouvons travailler ensemble pour multiplier les réussites des fabricants de puces américains, tout en respectant la valeur américaine de la liberté d'expression !

    Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées,

    Andrew "bunnie" Huang
    Hacker, fabricant et auteur américain
    Source : Andrew "bunnie" Huang

    Et vous ?

    Pensez-vous que cet lettre est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur les restrictions que les américains veulent imposer au RISC-V ?

    Voir aussi :

    Le groupe RISC-V estime que les restrictions imposées à la technologie open source ralentiront le développement de puces nouvelles et plus performantes freinant ainsi l'industrie mondiale

    La technologie des puces RISC-V devient un nouveau champ de bataille dans la guerre technologique qui oppose les États-Unis à la Chine

    « Les États-Unis détruiraient les usines de semiconducteurs de Taïwan plutôt que de les laisser tomber entre les mains de la Chine », affirme un ex-conseiller à la sécurité nationale des États-Unis
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #111
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    998
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 998
    Points : 16 509
    Points
    16 509
    Par défaut La Chine reçoit des équipements américains pour fabriquer des puces avancées en dépit des nouvelles règles
    La Chine reçoit des équipements américains pour fabriquer des puces avancées en dépit des nouvelles règles, selon un récent rapport

    Les entreprises chinoises achètent des équipements américains de fabrication de puces pour produire des semi-conducteurs avancés, en dépit d'une série de nouvelles restrictions à l'exportation visant à contrecarrer les progrès de l'industrie des semi-conducteurs du pays, selon un rapport publié mardi 14 novembre.

    Le rapport annuel de 741 pages, publié par la Commission d'examen de l'économie et de la sécurité entre les États-Unis et la Chine, s'en prend aux restrictions à l'exportation décidées par l'administration Biden le 20 octobre 2022, qui visent à empêcher les fabricants chinois de puces d'obtenir des outils de fabrication américains s'ils sont utilisés pour fabriquer des puces avancées au niveau du nœud de 14 nanomètres ou en dessous.


    Le département du commerce utilisant la limite de 14 nanomètres, "les importateurs sont souvent en mesure d'acheter l'équipement s'ils affirment qu'il est utilisé sur une ligne de production plus ancienne, et avec une capacité limitée d'inspection de l'utilisation finale, il est difficile de vérifier que l'équipement n'est pas utilisé pour produire des puces plus avancées", indique le rapport.

    Ce constat intervient alors que les États-Unis s'efforcent de comprendre comment le géant chinois des télécommunications Huawei a pu produire une puce avancée de 7 nanomètres pour son smartphone Mate 60 Pro chez le principal fabricant chinois de puces SMIC, malgré les restrictions à l'exportation annoncées l'année dernière.

    Huawei et SMIC ont également été ajoutés à une liste de restrictions commerciales en 2019 et 2020, ce qui, en théorie, interdit aux fournisseurs américains d'expédier certaines technologies à ces entreprises.

    Les observateurs chinois avaient émis l'hypothèse que SMIC aurait pu fabriquer la puce avec du matériel obtenu avant l'entrée en vigueur des règles d'octobre 2022, mais il disposait d'autres options pour se procurer le matériel à l'étranger, comme le montre le rapport.

    Les États-Unis ont réussi à combler une lacune importante dans leurs efforts pour empêcher la Chine d'accéder à des outils de fabrication de puces avancés en convainquant leurs alliés, le Japon et les Pays-Bas, dont les industries de fabrication de puces sont tout aussi robustes, d'annoncer leurs propres restrictions sur les exportations de la technologie convoitée.

    Mais la Chine a stocké des équipements en profitant du décalage entre les règles américaines d'octobre 2022 et les mesures similaires prises par le Japon et les Pays-Bas en juillet et septembre 2023 respectivement, précise le rapport.

    Selon le document, entre janvier et août 2023, la Chine a importé pour 3,2 milliards de dollars (23,5 milliards de RMB) de machines de fabrication de semi-conducteurs en provenance des Pays-Bas, soit une augmentation de 96,1 % par rapport aux 1,7 milliard de dollars (12 milliards de RMB) enregistrés au cours de la même période en 2022. Les importations chinoises d'équipements de semi-conducteurs en provenance de tous les pays ont totalisé 13,8 milliards de dollars (100 milliards de RMB) au cours des huit premiers mois de 2023, ajoute le rapport.

    Le rapport ne formule pas de recommandation spécifique pour combler les lacunes des règles américaines, mais invite le Congrès à demander une évaluation annuelle de l'efficacité des contrôles des exportations d'équipements de fabrication de puces vers la Chine, qui devra être réalisée dans les six mois par le General Accountability Office et rendue publique par la suite.

    La commission d'examen économique et de sécurité États-Unis-Chine a été créée en 2000 pour présenter au Congrès un rapport annuel sur les implications des liens économiques entre les États-Unis et la Chine en matière de sécurité nationale et pour formuler des recommandations sur les mesures à prendre par le gouvernement.

    Source : Rapport annuel de 741 pages, publié par le comité restreint bipartisan de la Chambre des représentants sur la Chine

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Quel est votre point de vue sur l'efficacité des restrictions imposées par l'administration Biden pour empêcher le développement de l'industrie chinoise des semi-conducteurs ?

    Voir aussi

    Les États-Unis s'attaquent aux lacunes dans les restrictions sur les exportations de puces d'IA vers la Chine, et prévoient d'introduire de nouvelles lignes directrices de restrictions

    Les États-Unis étendent les restrictions à l'exportation de puces d'IA aux pays du Moyen-Orient

    Les États-Unis veulent entraver l'industrie chinoise des puces électroniques en adoptant de nouvelles règles d'exportation radicales, mais la Chine dénonce ces règles et exige qu'elles soient levées

    La technologie des puces RISC-V devient un nouveau champ de bataille dans la guerre technologique qui oppose les États-Unis à la Chine
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #112
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 082
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 082
    Points : 75 629
    Points
    75 629
    Par défaut Les États-Unis adressent un avertissement à NVIDIA, l'invitant à cesser de concevoir des puces pour la Chine
    Les États-Unis adressent un avertissement à NVIDIA, l'invitant à cesser de concevoir des puces pour la Chine

    Nvidia reçoit un avertissement du secrétaire d'État américain à l'économie, Gina Raimondo. Elle a averti que tout nouveau produit représentant une refonte d'un processeur précédemment interdit serait rapidement soumis à des restrictions supplémentaires.

    Nvidia ne cesse d'explorer les moyens de contourner les récentes restrictions imposées par le gouvernement américain en matière d'exportation de puces avancées. La société a régulièrement introduit du nouveau matériel conçu pour contourner les nouvelles limitations, qu'elles soient liées aux complexités des fonctionnalités multi-puces ou aux performances de calcul globales. Actuellement, NVIDIA préparerait une nouvelle série de GPU pour le HPC et les jeux, comme le HGX H20 ou la carte graphique GeForce RTX 4090D, visant à surmonter ces défis réglementaires.

    Dans une récente interview accordée à Fortune, la secrétaire d'État américaine à la concurrence, Gina Raimondo, a adressé une mise en garde à Nvidia. Elle a averti que tout nouveau produit représentant une refonte d'un processeur précédemment interdit serait rapidement soumis à des restrictions supplémentaires. Bien que Mme Raimondo n'ait pas explicitement identifié le produit particulier en question, il convient de noter que tous les appareils NVIDIA RTX series sont équipés de cœurs tenseurs qui, d'un point de vue technique, permettent une certaine accélération des charges de travail d'intelligence artificielle.

    Si vous concevez une puce autour d'une ligne de coupe particulière qui leur permet de faire de l'IA, je la contrôlerai dès le lendemain.
    Gina Raimondo, secrétaire d'État américaine au commerce

    Suite à la première vague de sanctions en 2022, Nvidia doit faire face à des restrictions sur l'expédition de ses accélérateurs HPC H100/A100 vers certains pays, dont la Chine. S'adaptant rapidement à cette limitation d'exportation, la société a introduit les puces H800/A800 comme alternative, bien que ces puces aient finalement été soumises à une interdiction également. NVIDIA a réagi en orientant les livraisons de ces produits vers les pays occidentaux. Parallèlement, la société dévoile ses puces HGX H20, L20 et L2, conçues pour s'aligner sur l'évolution des restrictions.

    Même le GPU de jeu RTX 4090 s'est retrouvé dans la liste des accélérateurs de haute performance générant plus de 4800 TOPS de puissance de calcul. En conséquence, NVIDIA est en train de développer le RTX 4090D, spécialement conçu pour se conformer aux dernières réglementations et destiné exclusivement au marché chinois.

    Source : Fortune

    Et vous ?

    Pensez-vous que ces restrictions sont crédibles ou pertinentes ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Joe Biden envisage d'interdire à la Chine l'accès aux puces Nvidia et d'étendre les restrictions à d'autres pays

    Les fabricants de puces américains ne seront pas indépendants de la chaîne d'approvisionnement de la Chine avant au moins dix ans, selon le PDG de NVIDIA

    Le chiffre d'affaires de NVIDIA a triplé au cours du troisième trimestre, pour atteindre un niveau record de 18,1 milliards de dollars. La société ayant réalisé un bénéfice net de 9,2 milliards de $
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #113
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Ingénieur en génie logiciel
    Inscrit en
    Juin 2012
    Messages
    871
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en génie logiciel
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2012
    Messages : 871
    Points : 2 478
    Points
    2 478
    Par défaut
    les usa ne font que ralentir temporairement la chine, c'est les entreprises américaines et occidentale qui en souffre au niveau des ventes...

  14. #114
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    Août 2018
    Messages
    365
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 55
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux

    Informations forums :
    Inscription : Août 2018
    Messages : 365
    Points : 1 099
    Points
    1 099
    Par défaut
    On peut se demander en vers qui Jensen Huang est réellement loyal, les USA où il vit ou à la Chine dont il est originaire !?

    Il joue clairement sur les deux tableaux, préférant contourner les sanctions de Washington pour contenter Pékin ;-(

    En ce sens l’administration US a du pain sur la planche avec lui…

  15. #115
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Gestion de parcs informatique
    Inscrit en
    Août 2011
    Messages
    17 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Gestion de parcs informatique
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : Août 2011
    Messages : 17 540
    Points : 43 416
    Points
    43 416
    Par défaut
    Et qui fabrique les puces Nvidia? La chine, enfin Taiwan.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  16. #116
    Membre extrêmement actif Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    Avril 2011
    Messages
    4 399
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 60
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2011
    Messages : 4 399
    Points : 9 847
    Points
    9 847
    Par défaut
    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    Et qui fabrique les puces Nvidia? La chine, enfin Taiwan.
    Taïwan c'est vraiment pas la Chine !
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

  17. #117
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Gestion de parcs informatique
    Inscrit en
    Août 2011
    Messages
    17 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Gestion de parcs informatique
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : Août 2011
    Messages : 17 540
    Points : 43 416
    Points
    43 416
    Par défaut
    oui, c'est pour que j'ai changé chine en Taiwan. Après on peut pas dire qu'ils sont complètement indépendants vis à vis de la chine vu le contexte géo-politique, mais c'est un autre sujet.

    Nvidia ne fabrique pas, ils conçoivent et la fabrication est effectuée aux portes de la chine, facilitant pour elle l'espionnage industriel et d'éventuelles mesures plus graves si les choses s'aggravent du point de vue géo-politique. La chine est certainement capable de produire les propres puces, surtout qu'ils débauchent des ingénieurs de TSMC. Pas aujourdui, mais demain ou après-demain.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  18. #118
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Juin 2008
    Messages
    73
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2008
    Messages : 73
    Points : 264
    Points
    264
    Par défaut
    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Les chinois vont rattraper leurs éventuels retards, et les USA se feront rudement concurrencer. Rien de mieux qu'une bonne motivation pour progresser.
    Et APPLE, ça ne les dérange pas de continuer à travailler avec la Chine ?
    Et votez "bien" aux prochaines élections, sinon les mises à jour de Windows pourraient être bloquées en France.
    J'aimerais "votez bien" pour que Windows soit bloqué en France. Alors, voter comment ?

    Au surplus, sur le problème des puces NVIDIA, je pense que les USA veulent se tirer une balle dans le pied. Parce que les Chinois ont sans aucun doute les moyens de développer leurs propres puces, s'ils ne le font pas, c'est que les puces achetées chez NVIDIA leur coûtent moins cher.
    S'ils développent leurs propres puces, c'est, AMHA, une question d'au plus 1 à 2 années, et une fois ces puces produites en grandes série, les parts de marché de NVIDIA risquent de chuter considérablement.

  19. #119
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 888
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 888
    Points : 36 940
    Points
    36 940
    Par défaut Les USA veulent contrôler l'industrie chinoise des puces, SEIDA, startup chinoise, défie les restrictions
    Les États-Unis veulent contrôler l'industrie chinoise des puces, SEIDA, startup chinoise, défie les restrictions
    en offrant un logiciel de conception hautement spécialisé appelé OPC

    La startup chinoise SEIDA, dirigée par d'anciens employés de Siemens EDA, vise à briser le monopole étranger dans la conception de microprocesseurs en offrant un logiciel de conception hautement spécialisé appelé OPC. Le logiciel est couramment utilisé pour la conception de nombreuses puces électroniques et fait partie d'un ensemble plus large de technologies connues sous le nom d'automatisation de la conception électronique, ou EDA. Ce logiciel est crucial pour la conception de puces avancées, une technologie au cœur de la rivalité économique et militaire entre les États-Unis et la Chine.

    SEIDA, fondée en 2021, a attiré des investisseurs chinois, dont une branche de Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC). La startup cherche à contrecarrer les efforts américains visant à limiter l'accès de la Chine aux outils de conception de puces électroniques. Bien que SEIDA nie toute violation de propriété intellectuelle et affirme respecter les règles américaines et chinoises, son émergence souligne les défis auxquels l'Occident est confronté pour contrôler le développement chinois dans le domaine des microprocesseurs.

    Nom : MicroProcesseurs.jpg
Affichages : 3017
Taille : 46,7 Ko

    La Chine, de son côté, intensifie ses efforts pour atteindre l'autosuffisance en matière de fabrication de puces, malgré les restrictions américaines. La production de puces avancées est l'une des luttes technologiques les plus controversées qui divisent actuellement les États-Unis et la Chine dans leur lutte pour la suprématie économique et militaire.

    D’une part, la Chine lance d'ambitieux projets, préparant le terrain pour le lancement d'un nouveau fonds d'investissement étatique visant à mobiliser environ 40 milliards de dollars pour son secteur des semi-conducteurs, selon deux sources informées. Ces initiatives marquent les efforts redoublés du pays pour rattraper les États-Unis et d'autres concurrents. Il s'agit probablement du plus important des trois fonds inaugurés par le China Integrated Circuit Industry Investment Fund, également connu sous le nom de Big Fund. L'un des principaux domaines d'investissement de ce fonds sera l'équipement de fabrication de puces, comme l'ont indiqué l'une des deux sources et une troisième personne bien informée.

    Par ailleurs, une équipe de chercheurs de l'université de Tsinghua en Chine a développé une puce hybride nommée ACCEL, intégrant à la fois l'électronique et l'informatique photonique. Cette puce est présentée comme plus performante que la puce A100 de NVIDIA, qui est largement utilisée dans le domaine de l'intelligence artificielle. La puce ACCEL, entièrement analogique, combine la lumière et l'électricité pour l'informatique, exploitant à la fois la photonique (informatique avec des photons) et l'électronique (informatique avec des électrons). Les chercheurs affirment que la puce peut effectuer 74,8 milliards de milliards d'opérations par seconde en consommant seulement un watt d'énergie.

    Selon les chercheurs de l'université de Tsinghua, cette technologie novatrice pourrait trouver des applications étendues dans divers secteurs tels que les gadgets portables, les voitures sans conducteur et les contrôles industriels. Ces domaines bénéficieraient particulièrement d'un traitement visuel rapide et économe en énergie. La photonique permet un traitement plus rapide des données visuelles avec une consommation d'énergie réduite. Malgré les défis liés à la non-linéarité, à la consommation d'énergie et à la fiabilité des systèmes basés sur cette technologie, les chercheurs ont réussi à créer une puce ACCEL fusionnant la photonique et l'électricité pour une informatique entièrement analogique.

    D’autre part, les États-Unis ont instauré de nouvelles restrictions à l'exportation afin de freiner les avancées de l'industrie des semi-conducteurs en Chine. L'administration Biden envisage également de suspendre les livraisons de puces d'intelligence artificielle avancées de Nvidia et d'autres entreprises à la Chine, dans le but de bloquer l'accès de Pékin à des technologies américaines de pointe pour renforcer son armée.

    Ces règles restreignent un éventail élargi de puces avancées et d'outils de fabrication de puces à plusieurs pays, dont l'Iran et la Russie, et placent les concepteurs chinois de puces, Moore Thread et Biren, sur une liste noire. Huawei et SMIC ont également été ajoutés à la liste des restrictions commerciales, interdisant théoriquement aux fournisseurs américains d'expédier certaines technologies à ces entreprises. Les États-Unis ont réussi à persuader leurs alliés, le Japon et les Pays-Bas, de mettre en place leurs propres restrictions sur l'exportation de la technologie des puces, comblant ainsi une lacune importante dans leurs efforts visant à empêcher la Chine d'acquérir des outils de fabrication de puces avancés.

    Nvidia, de son côté, explore des moyens de contourner les récentes restrictions en introduisant régulièrement de nouveaux matériels conçus pour surmonter ces limitations, que ce soit en raison de la complexité des fonctionnalités multi-puces ou des performances de calcul globales. La secrétaire d'État américaine à la concurrence, Gina Raimondo, a averti Nvidia que tout nouveau produit représentant une refonte d'un processeur précédemment interdit serait rapidement soumis à des restrictions supplémentaires, bien que le produit spécifique en question n'ait pas été identifié de manière explicite.

    La startup chinoise SEIDA montre que ce les ambitions des États-Unis de contenir l'industrie chinoise ne sera pas facile. L'outil logiciel convoité et hautement spécialisé, connu sous ses initiales OPC, est utilisé dans la conception de nombreuses puces et est crucial pour la conception de puces avancées. Dans une présentation du plan d'affaires 2022 préparée pour les investisseurs, SEIDA a qualifié l'OPC de « technologie indispensable » et a déclaré qu'elle offrirait l'outil au début de l'année 2024. Selon la SEIDA, une version chinoise du produit « briserait le monopole étranger » et aiderait la Chine à devenir autonome dans le domaine de la technologie des puces. L'objectif ultime de la SEIDA, selon une diapositive : « Devenir le leader mondial de l'OPC ».

    Cette présentation aurait attiré de puissants investisseurs chinois. L'un d'entre eux serait une branche d'investissement de Semiconductor Manufacturing International Corp, ou SMIC. Cette société, soutenue par l'État et basée à Shanghai, est le principal fabricant chinois de microprocesseurs. Washington interdit aux entreprises américaines de fournir des technologies à SMIC sans licence spéciale, car son travail présumé avec l'armée chinoise est considéré comme une menace pour la sécurité nationale américaine.

    L'histoire inédite de SEIDA : un défi pour l'occident dans la course aux micropuces

    Depuis le lancement du SEIDA en octobre 2021, le gouvernement américain a redoublé d'efforts pour limiter l'accès de la Chine aux outils EDA, développés et vendus principalement par des entreprises américaines. SEIDA respecte les règles américaines et chinoises, a indiqué Chang. Ni la SEIDA ni ses dirigeants n'auraient été accusés d'actes répréhensibles. Chang a déclaré que SEIDA disposait d'un « processus de contrôle rigoureux... garantissant qu'il n'y a pas d'infraction à la propriété intellectuelle d'autrui ».

    Les experts du secteur et les personnes au fait des efforts déployés par Pékin pour contourner les restrictions américaines en matière de transfert de technologie affirment que le lancement de SEIDA s'inscrit dans la lignée des entreprises chinoises qui s'appuient sur le savoir-faire étranger. Même si les dirigeants de SEIDA n'ont pas pris la propriété de leur ancien employeur, les technologies concernées sont si complexes que seules des années d'expérience avec les fournisseurs existants leur permettraient d'offrir des produits similaires.

    « Le moins que l'on puisse dire, c'est que le développement d'OPC à partir de zéro, sans accès à la propriété intellectuelle existante, serait un défi dans ce laps de temps », a déclaré Jan-Peter Kleinhans, directeur de la technologie et de la géopolitique à la Stiftung Neue Verantwortung, un groupe de réflexion berlinois qui a étudié le marché chinois des outils d'EDA.

    L'histoire de SEIDA, qui n'a pas été rapportée précédemment, illustre les défis auxquels l'Occident est confronté pour contrecarrer le développement chinois de la technologie avancée des micropuces. Malgré les efforts de Washington pour ralentir l'acquisition par la Chine de la technologie des puces, Pékin s'empresse d'encourager le développement national, d'attirer des experts expatriés et de combler son retard dans le secteur.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Quels sont les défis auxquels l'Occident est confronté pour contrer le développement chinois de la technologie avancée des micropuces, comme illustré par l'histoire de SEIDA ?

    Quels sont les risques potentiels de la rivalité entre la Chine et les États-Unis pour la stabilité géopolitique mondiale, en particulier compte tenu des liens économiques étroits entre ces deux puissances ?

    Voir aussi :

    La Chine affirme avoir mis au point une puce d'IA plus puissante que celle de l'américain Nvidia, l'ACCEL chinois serait 3000 fois plus efficace que la Nvidia A100

    Joe Biden envisage d'interdire à la Chine l'accès aux puces Nvidia et d'étendre les restrictions à d'autres pays

    Les États-Unis adressent un avertissement à NVIDIA, l'invitant à cesser de concevoir des puces pour la Chine

    La Chine va lancer un fonds public de 40 milliards de dollars pour stimuler l'industrie des puces, alors que le pays redouble d'efforts pour rattraper les États-Unis et d'autres rivaux
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #120
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2018
    Messages
    2 135
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2018
    Messages : 2 135
    Points : 158 409
    Points
    158 409
    Par défaut L'armée et le gouvernement chinois achètent des puces Nvidia malgré l'interdiction américaine
    La Chine acquiert des puces Nvidia malgré l'interdiction des États-Unis, notamment la puce A100 et la puce plus puissante H100, dont les exportations vers la Chine et Hong Kong ont été interdites

    L'armée et le gouvernement chinois acquièrent des puces Nvidia malgré l'interdiction des États-Unis, notamment la puce A100 et la puce plus puissante H100, dont les exportations vers la Chine et Hong Kong ont été interdites en septembre 2022.

    Des organismes militaires chinois, des instituts de recherche sur l'intelligence artificielle gérés par l'État et des universités ont acheté l'année dernière de petits lots de semi-conducteurs Nvidia dont l'exportation vers la Chine est interdite par les États-Unis.

    Des organismes militaires chinois, des instituts de recherche sur l'intelligence artificielle gérés par l'État et des universités ont acheté l'année dernière de petits lots de semi-conducteurs Nvidia (NVDA.O) dont l'exportation vers la Chine est interdite par les États-Unis, selon un examen de documents d'appel d'offres réalisé par Reuters.

    Les ventes réalisées par des fournisseurs chinois largement inconnus mettent en évidence les difficultés rencontrées par Washington, malgré ses interdictions, pour couper complètement l'accès de la Chine aux puces américaines de pointe qui pourraient alimenter les percées dans le domaine de l'intelligence artificielle et les ordinateurs sophistiqués destinés à l'armée.

    L'achat ou la vente de puces américaines haut de gamme n'est pas illégal en Chine et les documents d'appel d'offres accessibles au public montrent que des dizaines d'entités chinoises ont acheté et réceptionné des semi-conducteurs Nvidia depuis que les restrictions ont été imposées.

    Il s'agit notamment des puces A100 et H100, plus puissantes, dont les exportations vers la Chine et Hong Kong ont été interdites en septembre 2022, ainsi que des puces A800 et H800, plus lentes, que Nvidia avait alors développées pour le marché chinois, mais qui ont également été interdites en octobre dernier.

    Les unités de traitement graphique - un type de puce - construites par Nvidia sont largement considérées comme bien supérieures aux produits concurrents pour les travaux d'intelligence artificielle, car elles peuvent traiter plus efficacement les énormes quantités de données nécessaires aux tâches d'apprentissage automatique.

    Le maintien de la demande et de l'accès aux puces Nvidia interdites souligne également l'absence de bonnes alternatives pour les entreprises chinoises, malgré le développement naissant de produits rivaux de Huawei (HWT.UL) et d'autres. Avant les interdictions, Nvidia détenait 90 % des parts du marché chinois des puces d'IA.

    Parmi les acheteurs figuraient des universités d'élite ainsi que deux entités soumises à des restrictions américaines sur les exportations : l'Institut de technologie de Harbin et l'Université des sciences et technologies électroniques de Chine, qui ont été accusées d'être impliquées dans des affaires militaires ou d'être affiliées à un organisme militaire contraire à l'intérêt national des États-Unis.

    Le premier a acheté six puces Nvidia A100 en mai pour entraîner un modèle d'apprentissage profond. Le second a acheté une puce A100 en décembre 2022. Son objectif n'a pas été identifié.


    Et vous ?

    Que pensez-vous de la situation ?
    A votre avis, quelles pourraient être les conséquences de la Chine ayant à nouveau accès aux puces Nvidia ?

    Voir aussi :

    Les États-Unis adressent un avertissement à NVIDIA, l'invitant à cesser de concevoir des puces pour la Chine

    Les États-Unis étendent les restrictions à l'exportation de puces d'IA aux pays du Moyen-Orient

    Les États-Unis veulent contrôler l'industrie chinoise des puces, SEIDA, startup chinoise, défie les restrictions, en offrant un logiciel de conception hautement spécialisé appelé OPC

    La technologie des puces RISC-V devient un nouveau champ de bataille dans la guerre technologique qui oppose les États-Unis à la Chine
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 26/03/2020, 14h15
  2. Réponses: 9
    Dernier message: 24/09/2019, 16h19
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 20/09/2016, 20h33
  4. Réponses: 5
    Dernier message: 15/03/2015, 19h45
  5. Réponses: 2
    Dernier message: 23/07/2014, 21h17

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo