Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Communiqués de presse

    Airbus choisit GNAT Pro Ada pour le développement d'un système aérien sans pilote
    Airbus choisit GNAT Pro Ada pour le développement d'un système aérien sans pilote

    Airbus Helicopters a sélectionné le GNAT Pro Ada d'AdaCore pour PowerPC VxWorks 6.x/Cert sur la base de plusieurs critères, dont la facilité d'intégration dans l'infrastructure de développement existante.

    AdaCore, un fournisseur de confiance d'outils de développement et de vérification de logiciels, a annoncé qu'Airbus Helicopters (France) a sélectionné la suite d'outils GNAT Pro et le langage de programmation Ada pour développer de nouveaux composants logiciels pour le projet de prototype VSR700. Le VSR700 est le système aérien tactique sans pilote (UAS) d'Airbus Helicopters, conçu pour répondre aux exigences des marines et des armées du monde entier au XXIe siècle.

    Airbus Helicopters a sélectionné le GNAT Pro Ada d'AdaCore pour PowerPC VxWorks 6.x/Cert sur la base de plusieurs critères, notamment la facilité d'intégration dans l'infrastructure de développement existante, la capacité de développer des algorithmes de surveillance et la capacité d'aider à certifier le logiciel jusqu'au niveau B de l'assurance de conception DO-178C.


    "Nous avons choisi AdaCore et le langage Ada parce que nous pensons que cette technologie et les outils associés augmenteront la maintenabilité et la qualité de nos logiciels et faciliteront l'apport de preuves pour certains objectifs de certification des logiciels", a déclaré Matthieu Vatinet, responsable des produits logiciels embarqués chez Airbus Helicopters. "La qualité du support d'AdaCore a été un avantage important, et un autre avantage attendu a été la facilité de développer un code mature".

    "Sachant que l'équipe d'Airbus Helicopters devait développer un code hautement fiable et sûr pour leur projet de prototype VSR700, nous étions extrêmement heureux qu'ils aient choisi Ada et AdaCore", a déclaré Jamie Ayre, directeur commercial d'AdaCore. "La suite d'outils GNAT Pro Ada offre des capacités de vérification exceptionnelles qui aideront Airbus à détecter les problèmes au début de leur processus de développement, au moment où ils sont les plus faciles et les moins coûteux à corriger. Et nos services d'assistance répondront à toutes les questions ou problèmes qui pourraient se poser".


    Le langage ADA

    Ada est un langage de programmation orienté objet dont les premières versions remontent au début des années 1980. Le nom « Ada » a été choisi en l’honneur d’Ada Lovelace, sans doute la première informaticienne de l’histoire. Voici quelques particularités d’Ada :

    • Typage statique ;
    • Module par les paquetages et contrôle fin de la visibilité ;
    • Syntaxe claire et non ambiguë (inspirée de celle du langage Pascal) ;
    • Généricité ;
    • Programmation par contrat ;
    • Multi-tâche ;
    • Traits temps réel intégrés au langage (tâches, objets protégés, interruptions) ;
    • Bibliothèques normalisées ;


    A propos d'Adacore

    Fondée en 1994, AdaCore fournit des outils de développement et de vérification de logiciels pour les systèmes essentiels à la mission, à la sûreté et à la sécurité. Au fil des ans, les clients ont utilisé les produits AdaCore pour mettre en œuvre et maintenir une large gamme d'applications critiques dans des domaines tels que l'avionique commerciale et militaire, l'automobile, le ferroviaire, l'espace, les systèmes de défense, la gestion/contrôle du trafic aérien, les dispositifs médicaux et les services financiers.

    Source : Adacore

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette collaboration d'Airbus avec Adacore ?
    Le langage ADA a-t-il encore un avenir ?
    Que pensez-vous des qualités intrinsèques du langage ADA ?

    Voir aussi

    Cours et tutoriels ADA
    Le forum d'entraide sur le langage de programmation ADA
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre expérimenté
    A l'heure où les articles se multiplient, même ici, sur "le langage X va écraser tous les autres dans les 5 ans à venir", voila une nouvelle plutôt réjouissante, certains n'oublient pas les fondamentaux.

    Airbus Helicopters a sélectionné le GNAT Pro Ada d'AdaCore
    Rappelons quand même que GNAT, à la base, c'est le module Ada pour le compilateur GCC (non, GCC n'est pas un compilateur C mais un compilateur générique avec des modules pour C, C++, Ada, ... et même Java avec CGJ) du projet Gnu. AdaCore ne fait que le commercialiser avec des services d'entreprise mais tout ce que vous écrirez avec GNAT pro devrait tourner avec le compilateur GNU.

    • Typage statique ;
    Moi j'aurais dit typage fort, dans la mesure où Ada fait des contrôles bien plus stricts que la majorité des autres langages. Pas question d'écrite b := a; si b est de type float et a de type integer sans une conversion explicite par exemple. On peut même créer un type descendant de integer ou de float sans être implicitement compatible avec lui, histoire de ne pas additionner les pommes et les poires. Dans un programme de dessins de plans que j’avais écrit, ce contrôle m'a évité plein d'oublis de conversion entre les mètres réels et les centimètres sur le dessin.
    Ada, c'est le langage avec lequel pendant le développement tu pleures en voyant s'accumuler les messages d'erreur du compilateur. Mais à la fin quand il n'en reste plus tu peux être certain que ton programme n'a plus de bugs!

    Ada a eu notamment une gestion d'exceptions bien avant C++. Le seul inconvénient c'est que du coup les exceptions ne sont pas forcément des objets et n'ont pas de lien hiérarchique (mais ça a probablement évolué depuis les anciennes versions!). Encore faut-il s'en servir... pas comme dans le cas d'Ariane 5 qui a explosé suite à un cas qui aurait dû déclencher une exception (provoquant la coupure du circuit en erreur donc impossibilité de lire la valeur) au lieu de quoi faute de contrôle le système a lu une valeur qui lui semblait correcte mais trop élevée, et boum...


    • Syntaxe claire et non ambiguë (inspirée de celle du langage Pascal) ;;
    D'accord également, je dirais même qu'elle est sensiblement meilleure que celle de Pascal. À force, ras le bol de lire du code en C ou en Java avec 15 lignes qui se suivent contenant juste une accolade fermante... En Ada, c'est "end if", "end loop" et pour clôturer une fonction, on rappelle son nom. Du coup quand tu oublies de fermer un des blocs, Ada peut te dire lequel, pas comme en C où l'erreur est souvent signalée à la fin du fichier... Au fond c'est un peu comme XML, correctement structuré donc on sait ce qu'on ouvre et on ferme.
    Le seul point où j'aurais aimé qu'Ada s'inspire un peu du C, c'est la possibilité d'avoir des variables dont la portée se limite à un bloc. Là ada permet de le faire avec un bloc declare ... begin ... end mais ça reste bien plus lourd que la structure implicite induite par les blocs. Dommage mais on peut vivre avec.

  3. #3
    Expert éminent sénior
    J'avais fait du ADA pendant mes études et j'avais trouvé le concept assez génial, entre autres sur la modularité, la lisibilité, la fiabilité du code, et aussi très bien adapté pour les gros projets et le travail en équipe.

    Ce langage n'est pas mort, mais c'est clairement un marché de niche : aérospatiale, quelques applications médicales, un peu dans l’industrie, les transports ferroviaires, et surtout les applications militaires.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  4. #4
    Expert éminent sénior
    En dehors du choix de langage, j'espère qu'ils ont tiré les leçons du fiasco du Boeing MAX...dont l'ambition était bien moindre.
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  5. #5
    Expert éminent sénior
    Le Boeing 777 est programmé en ADA, pour le Boeing 737 max je ne suis pas sur mais il semblerais que c'est du code C (illisible) ce qui serait un choix hérité du vieux 737 du coup.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...

  6. #6
    Membre éclairé
    Choix réfléchi
    Beaucoup de choix en informatique sont liés au marketing très important de multinationale très puissante.

    Je trouve ce choix plutôt intéressant car ADA n'est pas populaire. C'est un langage plutôt verbeux (on écrit beaucoup) mais quand la compilation réussit : on est déjà bien parti.

###raw>template_hook.ano_emploi###