Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Google affirme que son empreinte carbone est désormais nulle
    Google annonce son intention de gérer ses opérations uniquement avec une énergie sans carbone d'ici 2030
    et affirme que son empreinte carbone est désormais nulle

    En mai, suite à un rapport de Greenpeace intitulé Comment les entreprises technologiques aident les gros pétroliers à tirer parti de la destruction du climat, Google s’est engagé à ne plus créer d’outils des outils d'intelligence artificielle (IA) personnalisés qui aident les sociétés pétrolières et gazières à extraire des combustibles fossiles dans le monde entier. Cette décision a été saluée par Greenpeace au travers d'Elizabeth Jardim, militante principale pour Greenpeace USA, qui a déclaré : « Bien que Google ait encore quelques contrats avec des sociétés pétrolières et gazières, nous nous félicitons de cette indication de l'entreprise selon laquelle elle ne construira plus de solutions personnalisées pour l'extraction de pétrole et de gaz en amont ».

    Mais l'entreprise compte aller plus loin en matière d'écologie.

    Google vient de prendre un engagement environnemental ambitieux : l’entreprise va s'efforcer de gérer ses opérations uniquement avec une énergie sans carbone d'ici 2030. Sundar Pichai, le PDG de Google, a expliqué :

    « Depuis 2017, nous alignons l'ensemble de notre consommation annuelle d'électricité avec une énergie 100 % renouvelable. Maintenant, nous allons encore plus loin: d'ici 2030, Google vise à exploiter notre entreprise avec une énergie sans carbone partout et à tout moment.

    « Il s'agit de notre plus grande opportunité de développement durable à ce jour, avec une énorme complexité pratique et technique. Nous sommes la première grande entreprise à entreprendre cette tâche et nous souhaitons être les premiers à y parvenir.

    « Nous commencerons par travailler à une énergie sans carbone 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans tous nos centres de données et campus du monde entier. Nos centres de données alimentent les produits et services sur lesquels vous comptez chaque jour. Cela signifie [ndlr qu’une fois que les centres de données de Google sont entièrement alimentés par une énergie sans carbone], chaque e-mail que vous enverrez via Gmail, chaque question que vous poserez dans la recherche Google, chaque vidéo YouTube que vous regarderez et chaque itinéraire que vous emprunterez à l'aide de Google Maps, sera alimenté par une énergie propre chaque heure de chaque jour.

    « Il n'y a pas si longtemps, il était difficile d'imaginer une alimentation électrique sans carbone 24/7 - le vent ne souffle pas toujours et le soleil ne brille pas la nuit. Mais grâce aux tendances de la technologie et avec les bonnes politiques gouvernementales, la promesse d'une énergie propre 24/7 sera bientôt à portée de main. Pour y arriver, Google investira dans des approches qui nous permettront de nous approvisionner en énergie fiable et sans carbone dans tous les lieux, à tout moment de la journée. Nous ferons des choses comme associer des sources d'énergie éolienne et solaire, et augmenter notre utilisation du stockage sur batterie. Et nous travaillons sur des moyens d'appliquer l'IA pour optimiser notre demande d'électricité et nos prévisions. Ces efforts contribueront à créer 12 000 emplois d'ici 2025. Surtout, nous pensons que notre travail peut accélérer la disponibilité de l'énergie propre dans les communautés du monde entier et aider à résoudre les défis qui ont freiné sa capacité à devenir une source d'énergie permanente ».

    Le nouvel engagement de Google s'applique à sa consommation d'électricité. Elle continuera à compenser les émissions pour des choses comme les voyages des employés.


    Google indique avoir éliminé tout son héritage carbone

    L’entreprise a également annoncé avoir éliminé tout son héritage carbone (couvrant toutes ses émissions opérationnelles avant de devenir neutre en carbone en 2007) grâce à l'achat de « compensations carbone de haute qualité »  : « Cela signifie que l'empreinte carbone nette à vie de Google est désormais nulle. Nous sommes heureux d’être la première grande entreprise à y parvenir, aujourd’hui », commente Sundar Pichai.

    Google est neutre en carbone chaque année depuis 2007, ce qui signifie qu'il compense les émissions générées par la combustion de combustibles fossiles en investissant dans des projets d'énergie renouvelable ou d'autres initiatives qui viennent réduire le dioxyde de carbone de l'atmosphère. Mais s'appuyer sur des compensations ne signifie pas réellement que la société n’utilise plus vraiment sur des combustibles fossiles. Google a rejeté 4,9 millions de tonnes métriques de gaz à effet de serre rien qu'en 2018, soit à peu près le montant que plus d'un million de véhicules de tourisme pourraient produire en un an.

    Le nouvel engagement de Google intervient alors que la Californie, qui abrite le siège social de Google, continue de faire face aux incendies rendus plus dévastateurs par le changement climatique. « Nous avons jusqu'en 2030 pour définir une cause durable pour notre planète ou faire face aux pires conséquences du changement climatique », a déclaré le PDG de Google, Sundar Pichai, dans une vidéo. « Nous ressentons déjà ces impacts aujourd'hui des incendies de forêt historiques aux États-Unis aux inondations dévastatrices dans de nombreuses régions du monde. »


    Google ne tourne pas le dos à l’énergie nucléaire

    En septembre dernier, Google a annoncé ce qu'il disait être « le plus gros achat d'entreprise d'énergie renouvelable de l'histoire », ce qui a augmenté de 40 % les accords éoliens et solaires de l'entreprise. La société a déclaré qu'elle était devenue la plus grande entreprise acheteuse d'énergie renouvelable au monde en 2016.

    Avant que Google ne puisse compter entièrement sur une énergie sans carbone, il devra surmonter certains obstacles technologiques. Il aura besoin de batteries plus nombreuses et de meilleure qualité pour stocker et fournir de l’énergie lorsque le soleil ne brille pas et que les vents s’arrêtent. Il indique également comment utiliser l'IA pour prévoir la demande d'électricité de l'entreprise et devenir plus économe en énergie. Aux États-Unis, le réseau énergétique vieillissant du pays doit être mis à jour pour mieux accueillir également les énergies renouvelables. Les entreprises comme Google sont souvent limitées à se fier au mix énergétique disponible (qui comprend généralement des combustibles fossiles) où qu'elles opèrent. Google devra peut-être penser à travailler dans des endroits dotés de marchés d'énergie renouvelable sains et de politiques énergétiques favorables.

    Parce qu'il cherche à relever ces défis, Google affirme que son engagement à mettre fin à sa dépendance aux combustibles fossiles pourrait ouvrir la voie à d'autres entreprises pour faire de même. Il estime que ses efforts environnementaux créeront 12 000 emplois d'ici 2025.

    Google envisage également de se tourner vers l'énergie nucléaire, qui n'est pas considérée comme renouvelable, car elle implique l'extraction d'uranium et crée des déchets radioactifs. Mais l’énergie nucléaire avancée est soutenue par certains écologistes parce qu’elle ne crée pas d’émissions de dioxyde de carbone. « Nous pensons que toutes les technologies sans carbone ont un rôle à jouer dans les systèmes électriques à zéro émission de carbone et que, étant donné le défi urgent de décarboner les systèmes électriques le plus rapidement possible, aucune technologie de ce type ne devrait être retirée de la table », a indiqué un porte-parole de Google.

    Microsoft choisit également l'année 2030 comme butoir pour atteindre le zéro déchet

    En août, c'est Microsoft qui a indiqué qu'il se fixait pour objectif d'atteindre zéro déchet d'ici 2030 pour sa production directe de déchets. Pour faire face à sa création de déchets, Microsoft déclare qu'il prévoit de réduire presque autant de déchets qu'il en produit en réutilisant, en réorientant ou en recyclant ses solides, son compost, ses produits électroniques, ses produits de construction et de démolition et ses déchets dangereux.

    Selon un communiqué de presse de Microsoft, la société vise à réduire « au moins 90 % des déchets solides destinés aux décharges et à l'incinération de ses campus et centres de données » ainsi qu'à « fabriquer des appareils de surface 100 % recyclables, utiliser des emballages 100 % recyclables (dans les pays de l'Organisation de coopération et de développement économique) et parvenir à réaliser au moins 75 % de déviation des déchets de construction et de démolition pour tous les projets ».

    La société déclare : « ce travail s'appuie sur nos efforts continus de réduction des déchets qui ont débuté en 2008 et qui ont abouti à la certification "zéro déchet" de notre campus de Puget Sound et de nos centres de données de Boydton, en Virginie, et de Dublin ». Et cette initiative comprend des efforts sur plusieurs fronts.

    Source : Google

    Voir aussi :

    Réduire les émissions de carbone de 50 % d'ici 2030 et atteindre le niveau zéro d'ici 2050 en exploitant la technologie, par HPE et Tech for Good
    Capgemini s'engage à atteindre le « zéro émission nette » de carbone d'ici 2030, avec une réduction de 30 % par collaborateur déjà atteinte en janvier 2020
    Apple s'engage à atteindre la neutralité carbone sur l'ensemble de ses activités d'ici 2030, chaque produit vendu aura un impact climatique net nul, promet l'entreprise
    Un comité mandaté par le Sénat lance une campagne d'information relative à l'empreinte carbone du numérique et au projet de loi anti-gaspillage
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    Nous ferons des choses comme associer des sources d'énergie éolienne et solaire, et augmenter notre utilisation du stockage sur batterie.
    La fabrication d'éoliennes et de panneaux solaires produit beaucoup de CO2, donc l'expression "zero carbone" est un peu fourbe.
    Les éoliennes, les panneaux solaires, les batteries ne sont pas si propre que ça...
    Aujourd'hui la solution la plus propre serait d'utiliser 100% d'énergie nucléaire
    Keith Flint 1969 - 2019

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    La fabrication d'éoliennes et de panneaux solaires produit beaucoup de CO2, donc l'expression "zero carbone" est un peu fourbe.
    Les éoliennes, les panneaux solaires, les batteries ne sont pas si propre que ça...
    Aujourd'hui la solution la plus propre serait d'utiliser 100% d'énergie nucléaire
    Parce qu'extraire de l'uranium, ça ne produit pas de CO2 ?
    Parce que la construction d'une centrale nucléaire, ça ne produit pas de CO2 ?
    Parce que le transport des déchets nucléaires, ça ne produit pas de CO2 ?
    Parce que le traitement de ces déchets (enfouissement, immersion, envoie dans l'espace et que sais-je encore), ça ne produit pas de CO2 ?
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

  4. #4
    Membre extrêmement actif
    Le nucléaire produit du CO2 mais moins que le renouvelable.
    Si on prend en compte le cycle de vie complet, l'extraction, la fabrication, la maintenance, le traitement des déchets, le démontage, etc, le nucléaire produit moins de CO2.
    Il faut un paquet d'éoliennes pour produire autant qu'une centrale nucléaire, surtout quand le vent est faible...
    Keith Flint 1969 - 2019

  5. #5
    Membre averti
    Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
    Parce qu'extraire de l'uranium, ça ne produit pas de CO2 ?
    Parce que la construction d'une centrale nucléaire, ça ne produit pas de CO2 ?
    Parce que le transport des déchets nucléaires, ça ne produit pas de CO2 ?
    Parce que le traitement de ces déchets (enfouissement, immersion, envoie dans l'espace et que sais-je encore), ça ne produit pas de CO2 ?
    Parce que respirer, ça ne produit pas de CO2...

    <mode bourrin>Pour éliminer le problème, il faut éliminer la cause.
    Trop de CO2 à cause des êtres vivants. Élimination de la menace représenté par les êtres vivants. (Notez que j'y rentre aussi les animaux qui ont le culot de transformer de l’oxygène en CO2, quand ils ne fabriquent pas du méthane)
    Par conséquence : déploiement immédiats de la totalité des armes nucléaires afin de détruire tous les êtres vivants. </mode bourrin>

    Franchement, tout cette communication faite pour essayer de se donner une bonne image (et peut être aussi s'acheter une bonne conscience auprès de l'utilisateur).
    Le débat du bilan carbone est juste là pour occuper la population. Ni plus, ni moins... Il n'a aucun fondement scientifique, c'est juste une mauvaise bonne idée d'essayer de quantifier la quantité de CO2 nécessaire à la fabrication, à l'utilisation et à la destruction d'un objet. Cela aurait pu être un outils intéressant, si son utilisation était resté dans le technique, en gardant à l'esprit que c'est un ordre de grandeur, au lieu de passer dans le marketing et l'écologisme bien pensant.
    Débâcle amplifiée et déformée par la presse (grande productrice de CO2)à la recherche de scandales et de scoop vendeurs de papiers...

    Et si on applique la vielle maxime qui dit " Ceux qui en parlent le plus, sont ceux qui en font le moins."...
    Les communicants sont mal...
    "Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît." Michel Audiard - Les tontons flingueurs

  6. #6
    Nouveau membre du Club
    Écoblanchiment / Greenwashing
    L'achat de « compensations carbone de haute qualité » consiste en un marché globalisé d'arnaques financières pour s'acheter des "néo indulgences".
    Rien ni personne ne saurait remplacer les vraies forêts : « Ne prenons plus les plantations d’arbres pour des forêts »

    + Ces entreprises qui plantent des arbres : greenwashing ou véritable conscience écologique ?

###raw>template_hook.ano_emploi###