Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueuse Actualités

    La Chine interdit le langage de programmation pour enfants Scratch en raison de son contenu anti chinois
    La Chine interdit Scratch le langage de programmation graphique pour enfants
    et qualifie son contenu d'anti chinois

    Selon greatfire.org, un site qui surveille la censure d'Internet en Chine, les internautes chinois ne peuvent plus accéder au site de Scratch. Le site a été bloqué à 100 % dès le 20 août dernier, alors qu’un utilisateur avait signalé l'interdiction de Scratch le 14 août. L'enthousiasme de la Chine pour l'enseignement du codage aux enfants se heurte à un nouvel obstacle, car les organisations et les étudiants perdent un outil essentiel : le langage de programmation Scratch. Le langage de programmation Scratch a été développé par le Lifelong Kindergarten Group au Media Lab du MIT.


    Près de 60 millions d'enfants dans le monde entier ont utilisé le langage de programmation visuel de Scratch pour créer des jeux, des animations, des histoires et autres. Cela inclut les étudiants en Chine. La Chine qui connaît une ruée vers l'or en matière de codage précoce, alors que le pays tente de transformer ses 200 millions d'enfants en talents technologiques de classe mondiale. Au dernier décompte, 5,65 % des utilisateurs enregistrés de Scratch, soit 3 millions, sont basés en Chine, bien que sa portée soit plus grande que ce que le chiffre laisse entendre, car de nombreux développeurs chinois ont construit des dérivés basés sur Scratch, un logiciel à code source ouvert. Et ce n'est que le nombre enregistré, le chiffre réel pourrait être encore plus élevé.

    Pourquoi la Chine a-t-elle interdit le langage de programmation Scratch ?

    Même si aucune déclaration officielle n’a encore été faite ni de la part des autorités chinoises ni de l'organisation Scratch, les indices suggèrent que l'interdiction de Scratch a été imposée en raison du contenu anti chinois croissant sur la plateforme open-source.

    En effet le 21 août dernier, china.com.cn un organe d'information géré par l'État chinois, a publié un article sur les projets de Scratch. Il a affirmé que la plateforme hébergeait « beaucoup de contenu humiliant, faux et diffamatoire sur la Chine », qui incluait le placement de Hong Kong, Macao et Taiwan dans une liste déroulante de « pays » indépendants. Le papier indique que « tout service distribuant des informations en Chine » doit se conformer à la réglementation locale. Il suggère également que le site web et le forum d'utilisateurs de Scratch ont été interdits dans le pays.

    L'éditeur Scratch, qui revendique des codeurs dans tous les pays du monde et est disponible dans plus de 50 langues, est téléchargeable et utilisable hors ligne. Cela signifie que les utilisateurs chinois qui ont installé le logiciel peuvent continuer à l'utiliser pour l'instant. Il n'est pas certain que cette restriction s'étende aux futures mises à jour du logiciel et qu'elle les entrave.

    « Scratch est très largement utilisé en Chine par les étudiants utilisateurs. Dans les écoles, il est utilisé dans de nombreux manuels officiels de technologie de l'information pour les élèves du primaire. Il existe de nombreux concours de codage pour les enfants qui utilisent Scratch », a déclaré Anqi Zhou, directeur général de Dream Codes True, une start-up de codage basée à Shenzhen et visant les élèves du primaire et du secondaire.

    En effet, l'infiltration de Scratch dans le système scolaire public est ce qui avait initialement alarmé l'autorité chinoise. Un autre article publié le 11 août 2020 par un organisme d'État axé sur les jeunes sur une entreprise publique axée sur les jeunes a fait exploser une bombe : « Des plateformes comme Scratch ont un grand nombre de jeunes utilisateurs chinois. C'est exactement pour cette raison que la plate-forme doit faire preuve d'autodiscipline. Permettre la libre circulation du discours anti Chinois et séparatiste causera du tort aux sentiments des Chinois, franchira la ligne rouge de la Chine, et empoisonnera la génération future de la Chine ».

    Le titre de l'article a rendu compte de l'attitude de Pékin à l'égard des technologies importées, y compris celles qui sont censées être éducatives et inoffensives : « Une Chine ouverte n'est pas "xénophobe", mais doit être "désintoxiquée" ».

    Que se passera-t-il ensuite ?

    Indépendamment du contenu problématique généré par les utilisateurs sur Scratch, la Chine encouragera probablement la croissance d'un plus grand nombre d'acteurs technologiques locaux. En dehors des manuels scolaires, Scratch a trouvé sa voie dans des centres de loisirs coûteux à travers la Chine. Certaines entreprises attribuent publiquement les codes open-source de Scratch comme leur fondement, tandis que d'autres construisent des sosies qui prétendent être faits en interne.

    « Scratch est comme la référence en matière de logiciels de programmation pour enfants. La plupart des parents apprennent l'existence de Scratch grâce à des programmes extrascolaires, qui ont tendance à garder tout le trafic web pour eux plutôt que de diriger les utilisateurs vers Scratch », a déclaré Yi Zhang, fondateur de Tangiplay, une start-up basée à Shenzhen qui enseigne aux enfants à coder.

    Malgré la popularité de Scratch en Chine, des concurrents de toutes tailles sont apparus. Parmi eux, Code Mao, une jeune entreprise de Shenzhen de cinq ans, qui est un des premiers acteurs majeurs dans le domaine et qui est bien financée par des sociétés de capital-risque. Avec son propre langage de programmation qu'elle décrit comme « plus robuste que celui de Scratch », la startup est présente dans 21 pays, compte plus de 30 millions d'utilisateurs et environ 11 000 clients institutionnels. Les opérateurs historiques de l'Internet, NetEase et Tencent, ont également conçu leurs propres produits pour les jeunes codeurs.

    « Si c'est quelque chose de permanent et si les compétitions et les écoles traditionnelles cessent de l'utiliser, nous envisagerons nous aussi de cesser de l'utiliser », a déclaré Zhou, dont la start-up est également basée à Shenzhen, qui a développé une communauté de jeunes entreprises de codage grâce à des entreprises locales comme Code Mao et Makeblock.

    Sources : China.com.cn, k618.cn

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Index TIOBE : Scratch devient le 20e langage le plus populaire, Python propulse C++ du top 3, tandis que C# est passé à la 5e position, dépassant Visual Basic

    Les motifs avancés par Trump pour justifier l'embargo contre Huawei sont inacceptables, les USA auraient-ils bluffé depuis le début ?

    Les USA accusent des entreprises chinoise et taïwanaise de vol de secrets industriels à Micron Technology Inc., un fabricant US de micropuces

    Les États-Unis tentent de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de puces, alors que la Chine envisage des représailles
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Rédacteur

    Scratch s'appuie sur Blockly qui est OpenSource et est souvent utilisée dans l'IOT d'ailleurs, notamment M5Stack qui propose de programmer sur leurs devices qui sont des surcouches d'esp32 en Blockly en plus de Python & cie.

    Si ce n'est pas déjà fait, ils vont surement sortir des plateformes équivalentes pour l'apprentissage pédagogique qui comply un peu plus avec leurs règles.

  3. #3
    Membre averti
    Mouarf, le langage de programmation Scratch n'est que la victime de la guerre entre les Etats-Unis et la Chine. Le reste de l'article n'est que du blahblah sinon il l'aurait interdit dès le départ dans les écoles.
    Ce qu'il faut surtout attendre c'est quant vas s’arrêter la surenchère quasi hebdomadaire que se livrent la Chine et les Etats-Unis dans leur conflit commercial ?

  4. #4
    Membre averti
    Citation Envoyé par Refuznik Voir le message
    quant vas s’arrêter la surenchère quasi hebdomadaire que se livrent la Chine et les Etats-Unis dans leur conflit commercial ?
    Peut-être quand les États-Unis n'auront plus un président borné qui se sent obligé de flatter chaque semaine la xénophobie de sa base en provoquant bêtement la Chine sans vouloir comprendre qu'il n'est pas forcément le plus fort, pour essayer de gagner des voix ?

  5. #5
    Membre actif
    Bontampi
    Sinon il y a le LOGO

###raw>template_hook.ano_emploi###