Les États-Unis annoncent un milliard de dollars pour la recherche en intelligence artificielle et informatique quantique,
Afin de maintenir le leadership mondial du pays dans ces domaines

La Maison-Blanche a annoncé mercredi que les agences fédérales et leurs partenaires du secteur privé s'engagent à verser plus d'un milliard de dollars au cours des cinq prochaines années pour créer 12 nouveaux instituts de recherche axés sur l'intelligence artificielle et les sciences de l'information quantique. Chacun des instituts sera intégré dans différentes agences du gouvernement fédéral. Leurs travaux porteront sur un large éventail de sujets, allant de l'utilisation de l'apprentissage machine pour les sciences atmosphériques et océaniques à l'accélération des simulations de la physique des hautes énergies à l'aide de systèmes quantiques, ont déclaré des responsables de l'administration Trump.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, dit-on. Cet effort, qui vise à garantir que les États-Unis restent compétitifs au niveau mondial dans les domaines de l'intelligence artificielle et des technologies quantiques, arrive alors que de nombreux conseillers politiques s'inquiètent du retard pris par le pays en matière d'IA et de recherche quantique par rapport à ses rivaux comme la Chine. Alors que les États-Unis étaient jadis considérés comme le pays le plus avancé technologiquement, ils sont désormais à la traîne dans des domaines comme l’intelligence artificielle et l’informatique quantique.


De nombreux experts ont pourtant averti que ces technologies ne sont pas uniquement utiles au développement économique. Dans les années à venir, elles pourraient représenter un nouvel enjeu en matière de sécurité nationale. Bien que les domaines de l'intelligence artificielle, avec leurs liens manifestes avec les prouesses militaires et la géopolitique mondiale, ont vu leurs investissements augmenter de plus en plus, les budgets consacrés à la recherche fédérale, y compris pour les travaux sur des sujets urgents comme le changement climatique, ont connu une vaste réduction au cours de ces dernières.

Certes, à l’heure actuelle, les États-Unis surpassent toujours la Chine en termes de budget militaire, selon des rapports. De plus, les géants américains de la technologie comme Google et Microsoft demeurent les leaders mondiaux de l’IA. Néanmoins, la Chine s’est fixé pour objectif de devenir leader mondial de l’intelligence artificielle d’ici 2030 et semble en bonne voie pour toucher au but. C’est la raison pour laquelle les États-Unis se doivent de réagir promptement pour éviter de se faire détrôner.

En février 2018, une étude du cabinet CB Insight attirait l’attention sur les progrès réalisés par la Chine dans le domaine de l’intelligence artificielle. Elle suggérait qu’à l’échelle mondiale, la Chine est le pays qui, en 2017, a alloué le plus de fonds pour le financement des startups spécialisées d’IA. En septembre 2018, c’est un autre rapport du US House Oversight and Reform IT Subcommittee qui dans ses conclusions suggérait que la Chine est susceptible de dépasser les États-Unis en ce qui concerne les dépenses consacrées par chacun de ces deux pays en R&D sur l’IA jusqu’à la fin de l’année 2018. Elle a pointé du doigt l’insuffisance des investissements consentis dans ce domaine par l’administration Trump et exhorté la Maison-Blanche à mettre tout en œuvre afin de remédier à cette situation.

« Il est absolument impératif que les États-Unis continuent à être le leader mondial de l'intelligence artificielle et de l'informatique quantique », a déclaré Michael Kratsios, le directeur de la technologie des États-Unis, avant l'annonce du mercredi, a rapporté le Wall Street Journal. « L'avenir de la prospérité économique et de la sécurité nationale des États-Unis sera déterminé par la façon dont nous investissons, recherchons, développons et déployons ces technologies de pointe aujourd'hui ».

Sept instituts de recherche en IA pour se concentrer sur une gamme de domaines de R&D

Dorénavant, le gouvernement américain s’engage dans le financement de 12 hubs, dont sept dédiés à la recherche en IA et cinq à l’informatique quantique à hauteur d’un milliard de dollars. Cette nouvelle fait suite à la proposition faite par l'administration Trump en juillet de consentir une augmentation d'environ 30 % des dépenses du budget 2021 hors défense pour l'intelligence artificielle et les sciences de l'information quantique, selon le Wall Street Journal.

Dans un article publié mercredi, la Maison-Blanche a déclaré qu’au cours des cinq prochaines années, la National Science Foundation (NSF) s'associera à l'Institut national de l'alimentation et de l'agriculture du ministère américain de l'Agriculture (USDA), à la Direction des sciences et des technologies du ministère américain de la Sécurité intérieure et autres pour investir 100 millions de dollars dans cinq instituts d'IA. De son côté, l'USDA soutiendra deux de ses propres instituts par des subventions de 40 millions de dollars.

Ces instituts de recherche et d'enseignement collaboratifs se concentreront sur une gamme de domaines de R&D en IA, tels que l'apprentissage automatique, la fabrication synthétique, l'agriculture de précision et la prévision. La recherche aura lieu dans les universités du pays, notamment l'Université de l'Oklahoma à Norman, l'Université du Texas à Austin, l'Université du Colorado à Boulder, l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign, l'Université de Californie à Davis et le Massachusetts Institute of Technology. Les instituts seront dirigés par la NSF.

L'un des objectifs des instituts est de mener des recherches préliminaires dans des domaines dans lesquels le secteur privé est moins susceptible d'investir, mais que l'administration considère comme importants pour la position concurrentielle du pays, ont déclaré les responsables de l’administration. Par exemple, l'un des instituts d'IA travaillera au développement d'outils d'IA qui peuvent faire progresser la découverte et la fabrication de nouveaux composés bioactifs.

Un autre institut de recherche sur l'IA se concentrera sur la recherche sur « l'IA fiable » dans les domaines du temps, du climat et de l'océanographie côtière, dirigé par une équipe de l'Université de l'Oklahoma. Selon l'administration Trump, cet institut proposera des programmes de certificat en IA et recrutera des chercheurs en sciences atmosphériques, océanographiques et en communication des risques pour développer une « IA fiable axée sur l'utilisateur ».

Cinq centres de recherche pour la science de l'information quantique (QIS)

Au-delà des investissements de la NSF, le ministère américain de l'Energie (DOE) accordera 625 millions de dollars pour créer cinq centres de recherche en sciences de l'information quantique. Cet investissement sera complété par 300 millions de dollars de contributions privées, dont une partie sous la forme de dons de l’industrie technologique de la part d'International Business Machines Corp (IBM), de Microsoft Corp et d'autres entreprises.


Les instituts quantiques se concentreront sur une gamme de sujets de recherche clés en matière de QIS, notamment les réseaux quantiques, la détection, l'informatique et la fabrication de matériaux. « Grâce à cette R&D fondamentale et essentielle, notre nation aura une base solide pour l'avenir des technologies commerciales étayées par QIS ». Les travaux seront menés dans les laboratoires nationaux du ministère de l'Energie à Argonne, Brookhaven, Fermilab, Oak Ridge et Lawrence Berkeley. Chaque centre QIS intégrera une équipe de recherche collaborative couvrant plusieurs institutions ainsi que des disciplines scientifiques et d'ingénierie.

L’ensemble des instituts serviront également de terrain de formation pour la prochaine génération d'experts en IA. « La création de ces nouveaux instituts nationaux d'IA et de QIS accélérera non seulement la découverte et l'innovation, mais favorisera également la création d'emplois et le développement de la main-d'œuvre. Les instituts de recherche sur l'IA de la NSF et les centres de recherche QIS du DOE mettront l'accent sur la formation, l'éducation et la sensibilisation pour aider les Américains de tous horizons, âges et niveaux de compétences à participer à notre économie du 21e siècle », lit-on.

L’administration Trump n’oublie pas la minorité dans son programme. « Au moins six institutions au service des minorités, dont des collèges et des universités historiquement noirs comme l'Université de Tuskegee, figurent parmi les partenaires », a déclaré le directeur de la NSF, Sethuraman Panchanathan, selon le Wall Street Journal. « De cette façon, nous établissons un réseau qui, nous l'espérons, s'étendra pour impliquer non seulement chaque État, mais aussi chaque segment de notre société ».

Source : Maison-Blanche

Et vous ?

Que pensez-vous du plan sur cinq ans des États-Unis pour conduire la recherche en IA et informatique quantique ?
Pensez-vous que ce plan permettra aux USA de faire la course en tête dans ces deux domaines ?

Voir aussi :

La Maison-Blanche veut que le Congrès double le financement de l'intelligence artificielle, et de la recherche et développement en informatique quantique
La Chine veut devenir leader mondial de l'intelligence artificielle, avec un plan de développement national visant à augmenter son poids économique
Trump signe un décret exécutif pour stimuler les investissements américains dans l'IA, mais le décret ne réserve aucun nouveau fonds d'investissement
La Chine pourrait devenir le leadeur mondial de l'IA plus tôt que prévu, en dépensant plus que les États-Unis en R&D sur l'IA cette année