IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 848
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 848
    Points : 40 617
    Points
    40 617
    Par défaut Comment Apple a réussi à se jouer de Facebook ?
    L’iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook
    qui déclare que cela va décimer une partie de ses activités

    C’est en train de devenir presque une habitude maintenant, chaque mise à jour de l’iOS apporte son lot de contraintes, surtout aux entreprises de publicités en ligne comme Facebook et Google. L’iOS 14, qui est attendu pour très bientôt, ne dérobera pas à la tradition. En fait, les paramètres de confidentialité de l'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a compris et a déclaré cette semaine que cette mise à jour que la marque à la pomme se prépare à lancer nuira gravement à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs.

    Ce n’est plus un secret pour personne que Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces géants du Web de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas avec Apple avec l’iOS. L’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains.

    Dans l’état actuel de l’iOS, iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers - identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal crypté, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Ainsi, l'iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

    Nom : z1.png
Affichages : 11953
Taille : 241,6 Ko

    Dans un cas pareil, et si l'on veut bien croire à ce que Facebook prétend, cela risque de détruire son activité publicitaire sur l’iOS. La société a reconnu que l’iOS 14 d'Apple pourrait entraîner une baisse remarquable de plus de 50 % de son activité de publicité sur les réseaux d'audience. En effet, après la sortie de la première version bêta en juillet dernier, Facebook avait averti que l'iOS 14 pourrait avoir un impact sur ses activités publicitaires, mais le blogue de la société a souligné mercredi à quel point cet impact pourrait être spécifique, les publicités in-app pourraient disparaître sur l’iPhone.

    Selon Facebook, l’une des solutions qui seront les plus durement touchées par l’approche d’Apple est son outil publicitaire Audience Network. Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Ce réseau d'audience de l’entreprise aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si l’iOS 14 voyait le jour ainsi.

    « Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », a déclaré Facebook dans un billet de blogue. Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité du réseau d'audience chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

    « Bien qu'il soit difficile de quantifier l'impact pour les éditeurs et les développeurs à ce stade avec autant d'inconnues, nous avons relevé, lors des tests, une baisse de plus de 50 % des revenus des éditeurs d'Audience Network lorsque nous avions retiré la fonction de personnalisation des campagnes d'installation des publicités mobiles », a déclaré Facebook. « En réalité, l'impact pour Audience Network sur iOS 14 pourrait être bien plus important, c'est pourquoi nous travaillons sur des stratégies à court et long terme pour soutenir les éditeurs dans ces changements ».

    L'entreprise tire la quasi-totalité de ses revenus de la publicité, mais on ne connaît pas le pourcentage qui est attribuable à son réseau d'audience par rapport aux publicités sur Facebook, qui est la plateforme principale, et les autres propriétés. La date de sortie de l’IOS 14 est encore inconnue, mais cela devrait être pour cette année. Dans son billet, Facebook a également fait mention des mesures qu'il prendra afin de s'assurer que son activité publicitaire est conforme aux exigences d'Apple. Ces mesures limiteront l'efficacité avec laquelle Facebook et ses annonceurs peuvent cibler les publicités sur les utilisateurs d'iPhone et d'iPad.

    Ces mesures semblent placer la vie privée et la confidentialité des données des utilisateurs au-dessus des intérêts des annonceurs et de ceux des développeurs. Cependant, Apple est-il toujours le gentil de l’histoire ? Certains ont fait remarquer que non et donnent une idée de ce que cela peut représenter pour l’avenir. Selon ces critiques, ces mises à jour révèlent que la publicité en tant que modèle de monétisation des applications est en train d'être décimée. Dans ce cas, en tant qu'utilisateur, il faut se préparer à payer désormais pour ces applications qui étaient autrefois gratuites.

    À présent, les applications sont obligées d’explorer d'autres modèles de monétisation, notamment le fait de se faire payer ou de s'abonner. Mais là encore, Apple les attend. Il ne faut pas en effet oublier qu’Apple perçoit automatiquement 30 % de tous les paiements in-app. Pour ces derniers, si vous pensez qu’Apple est un sauveur bienveillant de la vie privée, vous avez absolument tort. Tout ce qu'ils font ici, c'est de nuire à la publicité pour que davantage d'applications passent à d'autres modèles, ce qui permet à Apple d'en tirer plus de valeur. Ont-ils raison de dire cela ?

    En mars, un rapport faisait état de ce que les activités de plusieurs startups sont menacées par les fonctionnalités de l’iOS 14. Une fuite de codes, interceptés par 9to5Mac, a révélé que les nouvelles fonctionnalités de cette mouture concurrenceront de manière frontale les prestations de plusieurs sociétés dont certaines se sont déjà positionnées plus ou moins confortablement sur le marché. Apple risquerait alors de compromettre des millions de dollars d’investissement. L’iOS 14 sera-t-il livré tel qu’il est actuellement présenté ou Apple accordera-t-il certains traitements de faveur ?

    Sources : Billet de blogue de Facebook, Reuters

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Des développeurs accusent Apple de se livrer à des pratiques anticoncurrentielles à cause des changements introduits dans la politique de confidentialité de iOS 13

    WWDC 2020 : iOS 14 vous permettra de changer vos applications de messagerie et de navigation Web par défaut, et vient avec plusieurs autres nouveautés telles que des widgets sur l'écran d'accueil

    Plusieurs startups sont menacées par certaines fonctionnalités d'iOS 14, selon des codes interceptés de la nouvelle version de la plateforme d'Apple

    Le code de l'iOS 14 révèle que l'Apple Watch pourra détecter le taux d'oxygène dans le sang et alerter l'utilisateur en cas d'hypoxie

    70 % des utilisateurs d'iOS et d'Android refuseront les demandes d'autorisations de suivi s'ils avaient le choix, selon une enquête. Comment cela affectera-t-il les revenus des développeurs ?
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 089
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 089
    Points : 148 544
    Points
    148 544
    Par défaut Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14
    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14,
    qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème

    Apple a reporté l'application complète d'une fonctionnalité d’iOS 14, la prochaine mise à jour de son système d’exploitation sur iPhone, qui obligerait les développeurs d'applications à demander l'autorisation des utilisateurs pour les suivre à des fins publicitaires. Cette annonce fait suite à une plainte de Facebook selon laquelle la politique de confidentialité pourrait avoir un impact négatif sur le marché publicitaire dans l'écosystème d'Apple.

    La fonctionnalité, annoncée lors de la conférence annuelle des développeurs d'Apple en juin, obligerait les développeurs d'applications à informer un utilisateur de l'intention d'une application de suivre l'IDFA (ID for Advertisers) de l'utilisateur. IDFA est utilisé pour suivre le comportement de l'utilisateur sur plusieurs applications et diffuser des publicités ciblées en fonction de ce comportement. Le changement obligerait également l'utilisateur à accepter ce suivi.

    Apple explique désormais que, bien que les développeurs puissent mettre en œuvre cette notification et cette demande d'autorisation, cela ne sera plus obligatoire lorsque iOS 14 sera lancé dans les deux prochains mois. Cependant, Apple a pris soin de préciser qu'il entend toujours établir l'exigence dans le futur, et qu'il ne s'agit que d'un délai « pour donner aux développeurs le temps d'apporter les modifications nécessaires » :

    « Chez Apple, nous pensons que la vie privée est un droit de l’homme fondamental. Comme annoncé lors de la WWDC20, les pages produits de l'App Store comporteront une nouvelle section d'informations sur la confidentialité pour aider les utilisateurs à comprendre les pratiques de confidentialité d'une application. Aujourd'hui, nous publions plus de détails pour les développeurs sur ce qui sera couvert dans cette nouvelle section de confidentialité. D'ici la fin du mois prochain, vous pourrez soumettre vos informations via App Store Connect pour préparer le déploiement de cette fonctionnalité aux utilisateurs d'ici la fin de l'année.

    « En outre, sur iOS 14, iPadOS 14 et tvOS 14, les applications devront recevoir l'autorisation de l'utilisateur pour suivre les utilisateurs sur des applications ou des sites Web appartenant à d'autres sociétés, ou pour accéder à l'identifiant publicitaire de l'appareil. Nous nous engageons à faire en sorte que les utilisateurs puissent choisir d'autoriser ou non une application à les suivre. Pour donner aux développeurs le temps d'apporter les modifications nécessaires, les applications devront obtenir l'autorisation de suivre les utilisateurs à partir du début de l'année prochaine. Plus d'informations, y compris une mise à jour des directives d'examen de l'App Store, suivront cet automne. »

    Nom : app.png
Affichages : 3151
Taille : 53,4 Ko

    Ce retard fait suite à un stratagème public de Facebook pour rallier les développeurs d'applications et les spécialistes du marketing contre Apple au sujet du changement prévu, car le changement menacerait fondamentalement la viabilité du modèle commercial de Facebook sur iOS. Le numéro un des médias sociaux a publié un mémo public avertissant que la nouvelle politique d'Apple ne menacerait pas seulement les perspectives des spécialistes du marketing et des annonceurs sur l'iPhone (Facebook lui-même inclus), mais cela remettrait en question son support du programme Audience Network (qui utilise les IDFA et est l'un des principaux services de Facebook pour les développeurs d'applications et les annonceurs).

    Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Ce réseau d'audience de l’entreprise aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si iOS 14 voyait le jour ainsi.

    « Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », a déclaré Facebook dans un billet de blogue.

    Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité du réseau d'audience chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

    Nom : data.png
Affichages : 2763
Taille : 33,9 Ko

    « Bien qu'il soit difficile de quantifier l'impact pour les éditeurs et les développeurs à ce stade avec autant d'inconnues, nous avons relevé, lors des tests, une baisse de plus de 50 % des revenus des éditeurs d'Audience Network lorsque nous avions retiré la fonction de personnalisation des campagnes d'installation des publicités mobiles », a déclaré Facebook. « En réalité, l'impact pour Audience Network sur iOS 14 pourrait être bien plus important, c'est pourquoi nous travaillons sur des stratégies à court et long terme pour soutenir les éditeurs dans ces changements ».

    Toutefois le réseau social précise « Nous prévoyons un impact moindre sur notre propre activité publicitaire et nous nous engageons à soutenir les annonceurs et les éditeurs grâce à ces mises à jour ».

    « Nous pensons que la consultation de l'industrie est essentielle pour modifier les politiques de la plateforme, car ces mises à jour ont un impact considérable sur l'écosystème des développeurs. Nous sommes encouragés par les conversations et les efforts déjà en cours dans le secteur, y compris au sein du World Wide Web Consortium (W3C) et du Partnership for Responsible Addressable Media (PRAM) récemment annoncé. Nous sommes impatients de continuer à collaborer avec ces groupes industriels pour que cela soit juste pour les particuliers et les petites entreprises ».

    Ces mesures semblent placer la vie privée et la confidentialité des données des utilisateurs au-dessus des intérêts des annonceurs et de ceux des développeurs. Cependant, certains ont donné une projection de ce que cela peut représenter pour l’avenir. Selon ces critiques, ces mises à jour révèlent que la publicité en tant que modèle de monétisation des applications est en train d'être décimée. Dans ce cas, en tant qu'utilisateur, il faut se préparer à payer désormais pour ces applications qui étaient autrefois gratuites. Il ne faut pas oublier qu’Apple perçoit une commission de 30 % de tous les paiements in-app.

    D'autres fonctionnalités de confidentialité d'iOS 14, telles que les nouvelles notifications qui indiqueront quelles applications ont récemment accédé à des fonctionnalités telles que la localisation GPS ou le microphone de l'appareil, restent sur la bonne voie.

    Source : Apple

    Et vous ?

    Partagez-vous le point de vue des critiques qui estiment qu'Apple ne le fait pas nécessairement pour les utilisateurs, mais qu'il pourrait cibler la commission de 30 % sur le modèle alternatif des achats in-app ?
    Que pensez-vous de la décision d'Apple de retarder cette application de sa politique de confidentialité sur iOS 14 ?
    Partagez-vous le point de vue de Facebook qui déclare que « la consultation de l'industrie est essentielle pour modifier les politiques de la plateforme, car ces mises à jour ont un impact considérable sur l'écosystème des développeurs » ? Dans quelle mesure ?

    Voir aussi :

    Apple affirme que l'écosystème iOS a généré environ 300 000 emplois rien qu'aux USA depuis avril 2019. Les développeurs se sont adaptés pendant la pandémie de coronavirus, selon l'éditeur
    La Russie pourrait forcer Apple à réduire sa taxe sur l'App Store à 20 %, mais le projet de loi ferait également perdre aux développeurs 30 % de plus sur chaque vente d'application
    Taxe GAFA : Apple indique aux développeurs iOS en France qu'ils vont devoir payer la taxe de 3 % en plus de la taxe sur la valeur ajoutée existante de 20 % et de la commission d'Apple de 30 %
    Apple lance officiellement son processus d'appel pour l'App Store, les développeurs peuvent désormais contester les règles de la boutique en ligne
    Apple propose aux développeurs un outil pour faciliter le portage d'extension Chrome et Firefox vers Safari 14, dans Xcode 12 bêta
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 478
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 478
    Points : 32 301
    Points
    32 301
    Par défaut Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS
    Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS,
    Mais la rhétorique de vie privée d’Apple est en réalité « une question de profit », selon Facebook

    Apple n’a plus lancé en septembre une fonctionnalité d’iOS 14, qui obligerait les développeurs d'applications à demander l'autorisation des utilisateurs pour les suivre à des fins publicitaires, suite aux protestations de développeurs comme Facebook et de réseaux publicitaires non préparés à ce changement. Huit organisations de la société civile ont récemment envoyé une lettre à Apple exprimant leur déception quant au retard de la fonctionnalité. Apple a rédigé une réponse ferme jeudi dernier confirmant son engagement en faveur de la transparence du suivi des applications.

    Dans sa lettre, le fabricant d’iPhone se dit préoccupé par le fait que les utilisateurs soient suivis sans leur consentement et que leurs données soient regroupées et revendues par des réseaux publicitaires. Le suivi des applications et des sites Web appartenant à plusieurs entreprises et des données vendues par des courtiers en données peut être « invasif, voire effrayant », d’après Apple.

    Nom : a01.jpg
Affichages : 7257
Taille : 13,5 Ko

    « Trop souvent, des informations vous concernant sont collectées sur une application ou un site Web appartenant à une société et combinées avec des informations collectées séparément par d'autres sociétés pour des publicités ciblées et des mesures publicitaires. Parfois, vos données sont même agrégées et revendues par des courtiers en données, qui sont des tiers que vous ne connaissez pas et avec lesquels vous n'interagissez pas », a écrit Apple.

    C’est en juin dernier qu’Apple a annoncé que la dernière version de son système d’exploitation pour iPhone, iOS 14, apporterait une modification obligeant les développeurs d'applications à informer les utilisateurs si leur application collecte un code unique, appelé IDFA (ID for Advertisers ou identifiant pour annonceurs), et à exiger que cette collecte soit un paramètre d'acceptation. Cependant, après la contestation de la modification de la part de Facebook et d'autres entreprises, Apple a retardé la mise en œuvre de la nouvelle politique et a lancé iOS 14 en septembre sans l'activer. La mise en œuvre de ce changement interviendrait plutôt « au début de l'année prochaine » pour donner aux développeurs plus de temps pour mettre à jour leurs applications en conséquence.

    Dans sa réponse aux groupes de défense des droits civils, humains et numériques, Apple soutient son plan de mise en œuvre de la nouvelle fonction de transparence du suivi des applications (ATT). Et Jane Horvath, directrice principale de la protection de la vie privée au niveau mondial chez Apple, promet aux huit organisations - dont Amnesty International, Human Rights Watch et l'Electronic Frontier Foundation - d'aller de l'avant avec la réforme.

    « Le suivi peut être invasif, voire effrayant, et le plus souvent il a lieu sans que l'utilisateur en soit réellement conscient ou sans son consentement », a écrit Horvath. « Ce que certaines entreprises appellent des "expériences personnalisées" est souvent des tentatives voilées de rassembler le plus de données possible sur des individus, de construire des profils complets sur eux, puis de monétiser ces profils ».

    « Nous ne sommes pas contre la publicité », a ajouté Horvath. « Nous pensons simplement que le suivi doit être transparent et sous le contrôle de l'utilisateur, ce qui engendrera une confiance des utilisateurs qui profitera à tous ». Apple évoque directement les pratiques publicitaires de Facebook plus loin dans la lettre après avoir mis en avant ses propres politiques axées sur la protection de la vie privée :

    « Les dirigeants de Facebook ont clairement indiqué leur intention de collecter le plus de données possible sur les produits de première et de seconde main afin de développer et de monétiser des profils détaillés de leurs utilisateurs, et ce mépris de la vie privée des utilisateurs continue de s'étendre pour inclure davantage de leurs produits ». « Nous considérons la mise à jour de l'iOS 14, qui met en œuvre la fonction ATT, comme une évolution naturelle, offrant à nos utilisateurs les mêmes choix explicites et respectueux de la vie privée en ce qui concerne le suivi par leurs applications que nous le faisons pour les autres fonctions clés de l'appareil ».

    Facebook accuse Apple de courir après le profit et d’essayer de distraire les clients

    La réaction à la lettre d’Apple ne s’est pas fait attendre. Dans une déclaration rapportée par The Independent, Facebook a déclaré que la lettre d'Apple est une « distraction » qui éloigne Apple de ses propres préoccupations de confidentialité. Facebook a également déclaré qu'Apple utilisait sa position dominante sur le marché pour collecter des données de manière autonome tout en rendant presque impossible pour ses concurrents d'utiliser les mêmes données.

    Nom : a02.jpg
Affichages : 3384
Taille : 19,1 Ko

    « Apple est accusé de surveiller et de suivre les données privées des gens à partir de leurs ordinateurs personnels à l'insu de leurs clients grâce à sa dernière mise à jour de macOS - et la lettre d'aujourd'hui est une distraction par rapport à cela. Ils ont une histoire de ce genre. La même chose s'est produite lorsqu'il a été révélé qu'Apple avait violé la vie privée des gens et avait permis l'accès à l'audio privé de millions de personnes à leur insu grâce à une vulnérabilité dans FaceTime. Dans ce cas, ils ont fait pression sur nos applications internes pour changer de sujet. Malheureusement, nous ne sommes pas parfaits et cela a fonctionné », a déclaré un représentant de Facebook.

    « La vérité est qu'Apple a étendu ses activités à la publicité et, par le biais des changements à venir dans iOS 14, il essaie de faire passer l'Internet gratuit dans des applications et services payants où ils en profitent », a-t-il dit, ajoutant :

    « En conséquence, ils utilisent leur position dominante sur le marché pour faire leur propre collecte de données tout en rendant presque impossible pour leurs concurrents d'utiliser les mêmes données. Ils prétendent que c'est une question de vie privée, mais c'est une question de profit. [...] Nous ne sommes pas dupes. Tout cela fait partie de la transformation des activités d'Apple, qui s'éloigne des produits matériels innovants pour se tourner vers les logiciels et les médias basés sur les données ».

    Facebook a clairement intérêt à pouvoir suivre les utilisateurs d'iOS de manière très granulaire et approfondie, et l'entreprise risque en effet de perdre sa position si les individus deviennent capables de se désengager. Après la sortie de la première version bêta d’iOS en juillet, Facebook a reconnu que le système d’exploitation pourrait entraîner une baisse remarquable de plus de 50 % de son activité de publicité sur les réseaux d'audience. Le géant des réseaux sociaux a souligné à quel point cet impact pourrait être spécifique, les publicités in-app pourraient disparaître sur l’iPhone.

    Facebook n’est pas le seul à se plaindre d’Apple d’utiliser l’argument de la vie privée pour évincer des entreprises tierces

    Un groupe de publicité et de plateformes de médias sociaux a déposé une plainte antitrust en France contre Apple fin octobre, selon le Fiancial Times, arguant qu'Apple utilisait le langage de la protection des consommateurs pour masquer une tentative délibérée d'étouffer la concurrence. « Alors que la vie privée est importante et doit être protégée, la rhétorique de la vie privée ne peut pas être utilisée comme une feuille de vigne pour justifier des pratiques anticoncurrentielles qui détruiront l'écosystème de la publicité mobile tout en profitant à Apple », a déclaré à l'époque un avocat représentant la coalition.

    Cette affirmation fait suite à toute une série de plaintes antitrust différentes qui ont été déposées contre Apple dans le monde entier. La Commission européenne a ouvert une enquête sur Apple Pay cet été à la suite d'une plainte de Spotify. L’application de messagerie Telegram a également déposé une plainte concernant l'App Store peu après que l'UE ait confirmé que son enquête était en cours.

    Aux États-Unis, Apple est impliqué dans un combat juridique de haut niveau avec Epic Games, qui a allégué dans un procès antitrust en août qu'Apple est « le mastodonte qui cherche à contrôler les marchés, à bloquer la concurrence et à étouffer l'innovation ». En septembre, Epic est devenu l'un des membres fondateurs d'un nouveau groupe commercial, la "Coalition for App Fairness", qui cherche à forcer Apple à changer ses pratiques « exploitantes » de l’App Store.


    Par ailleurs, NVIDIA a lancé son service de jeux GeForce Now sur iOS, en utilisant le navigateur Web Safari, et travaille avec Epic Games pour que Fortnite soit à nouveau disponible sur iOS, avec des contrôles tactiles. Ce jeu a été retiré de l'iOS en août, en raison de l'inclusion des méthodes de paiement d'Epic conçues pour contourner la réduction standard de 30 % d'Apple.

    Une enquête du Congrès qui s'est conclue en octobre a donné raison aux plaintes, concluant qu'Apple liait son système de commission sur les applications et son magasin d'applications de manière anticoncurrentielle et que la société utilisait aussi injustement son contrôle sur les API, les classements de recherche et les applications par défaut pour nuire aux concurrents tiers. Le ministère de la Justice aurait ouvert une enquête antitrust sur Apple.

    En début de semaine, Apple a semblé essayer d'apaiser les régulateurs en réduisant de moitié la part des ventes des petits développeurs, de 30 à 15 %. Cette réduction, cependant, ne concerne que les développeurs qui génèrent moins d'un million de dollars par an sur l'ensemble de leurs applications iOS - et il s'agit d'un programme opt-in auquel les développeurs doivent s'inscrire et être acceptés.

    Sources : Lettre d’Apple, The Independent

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Partagez-vous l’avis de ceux qui s’opposent à la fonctionnalité d’iOS 14 qui exigerait que la collecte d’informations utilisateur soit un paramètre d'acceptation ?
    Quel commentaire faites-vous de la réaction de Facebook à la lettre d’Apple ?

    Voir aussi :

    L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook, qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires
    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14, qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème
    Apple tacle Facebook en présentant de nouvelles mesures anti-traçage dans Safari, bientôt la fin du pistage des internautes ?
    Apple annonce le programme Small Business pour les développeurs, qui réduit la commission de l'App Store à 15 %, pour les petites entreprises gagnant jusqu'à 1 million de dollars par an
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 478
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 478
    Points : 32 301
    Points
    32 301
    Par défaut Mozilla exhorte les utilisateurs à soutenir les plans anti-traçage d'Apple pour l'iPhone
    Mozilla exhorte les utilisateurs à soutenir les plans anti-traçage d'Apple pour l'iPhone,
    Qualifiant l’initiative de la société comme « une grande victoire pour les consommateurs »

    Le système d’exploitation mobile iOS 14 d’Apple exigera des applications, à partir du début de l'année prochaine, qu'elles obtiennent l'autorisation des utilisateurs pour collecter leur identifiant publicitaire aléatoire, que les annonceurs utilisent pour diffuser des publicités personnalisées et suivre l'efficacité de leurs campagnes. Le fabricant d’iPhone a pris cette initiative en début de cette année. Dans un post publié récemment sur son site Web, le fabricant du navigateur Internet Firefox, Mozilla, a fait savoir qu'il soutenait pleinement les plans d'Apple visant à limiter le suivi de ses utilisateurs sur iOS. Il appelle les utilisateurs à signer le post en signe de leur soutien à l’initiative.

    Dans son message, la société a déclaré :

    « En 2019, Mozilla a demandé à Apple d'accroître la confidentialité des utilisateurs en réinitialisant automatiquement l'Identifiant pour les annonceurs (IDFA) sur les iPhone. L'IDFA permet aux annonceurs de suivre les actions des utilisateurs lorsqu'ils utilisent les applications - un peu comme un vendeur qui vous suit de magasin en magasin pendant que vous faites vos courses, enregistrant chaque article que vous regardez. C'est effrayant, non ?

    « Début 2020, Apple est allé encore plus loin que ce que les partisans de Mozilla avaient demandé lorsqu'il a annoncé qu'il donnerait aux consommateurs la possibilité de refuser le suivi dans chaque application, ce qui a essentiellement pour effet de désactiver l'IDFA et de donner à des millions de consommateurs plus de vie privée en ligne. L'annonce d'Apple a également fait une déclaration forte : la collecte massive de données et la publicité envahissante n'ont pas à être la norme en ligne », lit-on en début du message.

    Nom : a01.jpg
Affichages : 9480
Taille : 22,9 Ko

    Mozilla a félicité Apple pour ne pas avoir reculé face aux réactions des sociétés comme Facebook, mais a mis en garde contre le retard d'Apple dans la mise en place de cette fonctionnalité : « Mais Apple a bien retardé la mise en place de ses fonctionnalités de contrôle de la vie privée. Nous devons nous assurer que l'entreprise reste forte et qu'elle offre aux utilisateurs d'iPhone cette fonction améliorée de contrôle de la vie privée dès que possible ».

    En effet, cette nouvelle exigence devait en fait entrer en vigueur en septembre 2020 au lancement de l’iOS 14, mais Apple a reporté l'introduction de la nouvelle fonctionnalité au début de 2021 afin de donner aux développeurs plus de temps pour effectuer les changements nécessaires. De nombreux annonceurs, notamment Facebook, n'étaient pas satisfaits de l’initiative d'Apple. Facebook, qui utilise l'IDFA pour suivre l'activité des utilisateurs sur différentes applications et les faire correspondre à des profils publicitaires, affirme que ses partenaires publicitaires seront durement touchés par ce changement.

    Facebook a affirmé dans un rapport que cela pourrait entraîner une baisse des revenus publicitaires d'au moins 40 % et même de 50 %. Quoi qu'il en soit, certaines sociétés comme Facebook sont toujours mécontentes du changement lorsque cela touche leurs intérêts, la publicité en ligne. Un groupe représentant diverses organisations et intérêts publicitaires a également appelé à un "dialogue" sur la mise en œuvre de cette nouvelle fonctionnalité. Un autre groupe de sociétés de publicité et d'éditeurs en France est allé jusqu'à déposer une plainte antitrust à ce sujet.

    C’est cette pression de la part de certains annonceurs qui a conduit Mozilla à lancer une nouvelle page dans laquelle il invite les gens à montrer leur soutien à la décision d'Apple, afin qu'elle ne soit pas retardée davantage. « C'est là que vous intervenez : nous avons besoin d'un soutien massif à la décision d'Apple de renforcer sa détermination à protéger la vie privée des consommateurs », a écrit Mozilla.

    Les nouvelles mesures impliqueront que les utilisateurs devront choisir d’être suivis par les applications et les sites Web dans iOS 14 à partir de l'année prochaine, une mesure que Mozilla a qualifiée d'« énorme victoire pour les consommateurs », dont beaucoup « ne savaient même pas que l'IDFA et la collecte continue de données par les applications existaient ». Et « les consommateurs qui connaissaient son existence ne savaient toujours pas comment la réinitialiser », a déclaré Mozilla en citant un sondage qu’il a mené en 2019.

    Mozilla demande aux consommateurs de signer un message de remerciement à Apple, indiquant ainsi à la société que « les consommateurs attendent avec impatience la protection anti-traçage sur l'iPhone ». Le soutien de Mozilla arrive à un moment où l'App Store d’Apple permet désormais aux utilisateurs de mieux comprendre les pratiques de protection de la vie privée d'une application avant de la télécharger à partir d’une plateforme Apple.

    Détails sur la confidentialité des applications sur l'App Store

    Désormais, dans l’App Store, vous aurez droit à un petit rapport de confidentialité de chaque application afin que vous puissiez voir d’un coup d’œil à quelles données elles peuvent accéder. Nous savons tous que c’est une mesure que beaucoup de développeurs ne vont pas aimer, en particulier du côté de Facebook et ses autres services numériques, mais pour les utilisateurs, c’est une fonction très intéressante. Ces nouvelles étiquettes sont disponibles dans l’App Store pour iOS et macOS.

    Dans un post publié lundi sur son site Developer, Apple exige des développeurs qu’ils fournissent désormais des informations sur les pratiques de confidentialité de leurs applications, y compris les pratiques des partenaires tiers dont ils intègrent le code dans leurs applications, dans App Store Connect.

    « Sur la page produit de chaque application, les utilisateurs peuvent se renseigner sur certains types de données que l'application peut collecter, et savoir si ces données sont liées à ces dernières ou utilisées pour les suivre ». Pour les développeurs, Apple dit que « Ces informations sont nécessaires pour soumettre de nouvelles applications et des mises à jour d'applications à l'App Store ».

    Pour l’enregistrement des étiquettes de confidentialité dans App Store Connect, les développeurs ont le devoir d’identifier toutes les données qu’ils ou leurs partenaires tiers collectent, à moins que ces données ne répondent à tous les critères de divulgation facultative d’Apple dans App Store Connect.

    Nom : a02.png
Affichages : 3161
Taille : 181,4 Ko

    Les pratiques de confidentialité de leur application doivent respecter les directives d'examen de l'App Store et toutes les lois applicables. Apple dit que les développeurs sont responsables de l'exactitude et de la mise à jour de leurs réponses parmi les options qu’il présente. Si les pratiques relatives à une application changent, les développeurs doivent mettre à jour leurs réponses dans App Store Connect. « Vous pouvez mettre à jour vos réponses à tout moment, et vous n'avez pas besoin de soumettre une mise à jour de l'application pour modifier vos réponses », lit-on.

    Vous n’êtes pas obligés de divulguer sur l’étiquette de confidentialité d’une application les données qui répondent à tous les critères suivants :

    • Les données qui ne sont pas utilisées à des fins de suivi - ce qui signifie qu'elles ne sont pas liées à des données de tiers à des fins de publicité ou de mesure de la publicité - ni partagées avec un courtier en données.
    • Les données qui ne sont pas utilisées à des fins de publicité de tiers, à vos fins de publicité ou de marketing, ou à d'autres fins.
    • Si la collecte des données n'a lieu que dans des cas peu fréquents qui ne font pas partie de la fonctionnalité principale de votre application, et qui sont facultatifs pour l'utilisateur.
    • Les données qui sont fournies par l'utilisateur dans l'interface de votre application, ce qui veut dire qu’il est clair pour l'utilisateur quelles données sont collectées, le nom de l'utilisateur ou le nom de compte est affiché en évidence dans le formulaire de soumission à côté des autres éléments de données soumis, et l'utilisateur choisit positivement de fournir les données pour la collecte à chaque fois.

    Toutefois, si un type de données collectées par votre application répond à certains des critères ci-dessus, mais pas à tous, il doit être divulgué dans App Store Connect.

    Il est également facultatif de divulguer les types de données qui sont collectées par une application qui facilite les services financiers réglementés et où les données collectées répondent à tous les critères suivants :

    • La collecte des données réglementées se fait conformément à un avis de confidentialité légalement requis en vertu des lois ou réglementations applicables en matière de services financiers ou de protection des données (par exemple, GDPR ou GLBA).
    • La collecte de ces données par l'application n'a lieu que dans les cas qui ne font pas partie de la fonctionnalité principale de votre application, et qui sont facultatifs pour l'utilisateur.
    • De tel avis qui prévoit que les données ne sont pas partagées avec des tiers non affiliés pour commercialiser d'autres produits et services.
    • De telles données qui ne sont pas liées à des données de tiers à des fins publicitaires ni partagées avec un courtier en données, sauf à des fins de détection ou de prévention de la fraude ou à des fins de sécurité et uniquement au nom du développeur, ou avec une agence de renseignements sur les consommateurs pour le suivi du crédit.

    Comme la séquence précédente, si un type de données collectées par votre application répond à certains des critères ci-dessus, mais pas à tous, il doit être divulgué dans App Store Connect. Apple a rendu disponibles plusieurs autres détails sur la confidentialité des applications alors que la société continue ses efforts pour améliorer le respect de la vie privée des utilisateurs.

    Mozilla n’est pas le premier à encourager Apple à aller de l’avant avec sa fonctionnalité iOS 14 qui rend la vie difficile aux entreprises de publicité en ligne. Huit organisations de la société civile - dont Amnesty International, Human Rights Watch et l'Electronic Frontier Foundation – ont récemment envoyé une lettre à la société pour le soutenir dans ses efforts et lui demander de ne pas trop retarder la mise en œuvre de la réforme. Les critiques ne manquent pas aussi, qui accusent Apple de distraire les clients avec sa rhétorique de vie privée et d’agir dans ses propres intérêts.

    Sources : Mozilla, Apple

    Et vous ?

    Quel commentaire faites-vous de l’appel de Mozilla au soutien d’Apple dans la mise en œuvre de sa reforme de confidentialité ?
    Que pensez-vous de l’initiative d’Apple de rendre disponible une étiquette de confidentialité pour chaque application dans l'App Store ?

    Voir aussi :

    Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS, mais la rhétorique de vie privée d'Apple est en réalité « une question de profit », selon Facebook
    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14, qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème
    L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook, qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires
    Apple tacle Facebook en présentant de nouvelles mesures anti-traçage dans Safari, Bientôt la fin du pistage des internautes ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #5
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 089
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 089
    Points : 148 544
    Points
    148 544
    Par défaut Facebook : « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier »
    Facebook : « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier ».
    Le réseau social critique Apple pour des changements à venir sur iOS 14 qui vont porter préjudice à la publicité ciblée

    Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. L’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains.

    Avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers - identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

    En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a bien compris et a déclaré en août que cette mise à jour allait gravement nuire à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs. La société a précisé que ces paramètres d’iOS 14 d'Apple pouvaient entraîner une baisse remarquable de plus de 50 % de son activité de publicité sur son outil Audience Network.

    Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Audience Network aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si ces paramètres d’iOS 14 venaient à être déployés.

    « Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », a déclaré Facebook dans un billet de blog en août. Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité d’Audience Network chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

    Quoiqu’il en soit, Apple a voulu donner du temps aux enseignes numériques et a repoussé le déploiement de ces paramètres au début de l’année prochaine, accusant Facebook en novembre de « mépriser la vie privée des utilisateurs ».

    Facebook joue la carte du défenseur des PME

    Facebook Inc. a attaqué mercredi Apple Inc. dans une tribune publiée sur des journaux américains, affirmant que les changements prévus dans le système d’exploitation de l’iPhone concernant la collecte de données et la publicité ciblée sont mauvais pour les petites entreprises.

    La tribune, qui a été publiée dans le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post, porte le titre « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier ».

    Nom : book.png
Affichages : 4307
Taille : 273,5 Ko

    « Bien que la limitation de l'utilisation des publicités personnalisées ait un impact sur les grandes entreprises comme nous, ces changements seront dévastateurs pour les petites entreprises », affirme Facebook. Le numéro un des réseaux sociaux, citant ses propres données, affirme que les publicités qui ne tiennent pas compte du ciblage personnalisé génèrent 60% de ventes en moins que les publicités ciblant les consommateurs.

    L'entreprise a même donné la parole à des propriétaires de petites entreprises; une page spéciale où se multiplient les vidéos dans lesquelles les propriétaires dénoncent les répercussions potentielles de la mesure d'Apple. « Les petites entreprises méritent d'être entendues », indique Facebook. « Nous entendons vos préoccupations et nous sommes à vos côtés. »

    Facebook et Apple se livre à une véritable bataille médiatique depuis peu. Facebook a soutenu à plusieurs reprises que les frais de l'App Store d'Apple et les changements iOS à venir nuisent aux petites entreprises qui tentent de se remettre de la pandémie. L’entreprise a cherché à se positionner aux yeux du public comme le champion de ses utilisateurs, dont beaucoup comptent sur ses services publicitaires pour générer des ventes (notons que cette dépendance peut également mettre les petites entreprises dans une impasse).

    Nom : quinze.jpg
Affichages : 4278
Taille : 7,1 Ko

    Une initiative pour les petites entreprises sur l’App Store

    Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a également critiqué les frais d'Apple. Après que son entreprise se soit jointe à un lobby d’entreprise quant aux frais de 30% prélevés par Apple pour les achats intégrés pour certains services mis en ligne malgré le contexte de la pandémie, Apple a déclaré qu'il ne prendrait plus que la moitié de ces frais aux petites entreprises.

    Bien que cela ne s'applique pas aux applications Facebook, Apple réduira ses frais issus de l'App Store qui vont passer de 30% à 15% à partir de l'année prochaine pour les développeurs qui génèrent jusqu'à 1 million de dollars par an. La société a déclaré qu'elle mettait en œuvre le changement pour soutenir les petites entreprises, d’où le nom de son initiative Small Businness.

    Selon Apple, Small Business arrive à un moment important, alors que les petits développeurs indépendants continuent à travailler pour innover et prospérer pendant une période de défi économique mondial sans précédent. Les applications ont pris une nouvelle importance alors que les entreprises s'adaptent à un monde virtuel pendant la pandémie, et de nombreuses petites entreprises ont lancé ou considérablement accru leur présence numérique afin de continuer à atteindre leurs clients et leurs communautés.

    La commission réduite du programme signifie que les petits développeurs et les entrepreneurs en herbe disposeront de plus de ressources pour investir et développer leurs activités dans l'écosystème de l'App Store. Dans un billet de blog, la société a informé que Small Business entrera en vigueur le 1er janvier 2021. Les développeurs seront invités à poser leur candidature au programme, et Apple a indiqué qu'il publiera en décembre de plus amples informations sur ce processus ainsi que sur les autres conditions d'admissibilité et les dates limites.

    L'entreprise a tout de même précisé certaines des règles du programme. Apple a déclaré qu'il examinera les revenus des développeurs pour l'année 2020 afin de déterminer l'éligibilité à partir de janvier. Les nouveaux développeurs peuvent également se qualifier immédiatement. Les développeurs d'applications qui dépasseront le seuil d'un million de dollars en 2021 seront automatiquement retirés du programme et soumis aux frais standards de 30 %. Et que se passera-t-il lorsqu'un développeur retombe en dessous du seuil d'un million ?

    Apple a précisé que si un développeur repasse en dessous du seuil d'un million de dollars au cours d'une année civile ultérieure, il peut se qualifier à nouveau pour le programme et son taux de commission réduit. Le PDG d'Apple, Tim Cook, a décrit cette mesure comme un moyen de soutenir les petites entreprises, qu'il décrit dans une déclaration comme « la colonne vertébrale de l'économie mondiale et le cœur battant de l'innovation ». Il a déclaré que ce nouveau programme va permettre aux petites entreprises de disposer de plus de capital.

    « Les petites entreprises sont l'épine dorsale de notre économie mondiale et le cœur battant de l'innovation et des opportunités dans les communautés du monde entier. Nous lançons ce programme pour aider les propriétaires de petites entreprises à écrire le prochain chapitre de la créativité et de la prospérité sur l'App Store, et à créer le type d'applications de qualité que nos clients aiment. L'App Store a été un moteur de croissance économique sans égal, créant des millions de nouveaux emplois et un chemin vers l'entrepreneuriat accessible à toute personne ayant une grande idée », a déclaré Tim Cook.

    « Notre nouveau programme poursuit ces progrès en aidant les développeurs à financer leurs petites entreprises, à prendre des risques sur de nouvelles idées, à élargir leurs équipes et à continuer à créer des applications qui enrichissent la vie des gens », a-t-il ajouté.

    Sources : Facebook, propose tenus par Facebook

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ? Facebook défenseur des petites entreprises ou défenseur de ses propres intérêts sous couvert des petites entreprises ?
    Que pensez-vous de la décision d'Apple d'exiger que les applications demandent au préalable aux utilisateurs la possibilité de les suivre ?
    Que pensez-vous de l'initiative Small Business visant à prélever 15% des recettes d'achats intégrés au lieu de 30% pour les entreprises qui font moins d'un million de dollars sur une année ?

    Voir aussi :

    Mozilla exhorte les utilisateurs à soutenir les plans anti-traçage d'Apple pour l'iPhone, qualifiant l'initiative de la société comme « une grande victoire pour les consommateurs »
    Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS, mais la rhétorique de vie privée d'Apple est en réalité « une question de profit », selon Facebook
    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14, qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème
    L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #6
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Fondateur
    Inscrit en
    octobre 2002
    Messages
    379
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Fondateur
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2002
    Messages : 379
    Points : 285
    Points
    285
    Par défaut
    Facebook qui se battrait pour l'intérêt du plus grand nombre. Quelle bonne blague !
    Ca aurait été un premier Avril, on aurait presque pu y croire.
    Désolé Mark, c'est trop gros ça peut pas passer cette fois.
    Développeur Java / Android.
    Retrouvez mes Apps Android : https://play.google.com/store/apps/d...01024188312025
    Tout sur le Bitcoin, la Blockchain et les Altcoins : https://www.toutsurlebitcoin.fr
    Devenez une meilleure de vous-même jour après jour : https://www.jedeviensmeilleur.fr

  7. #7
    Membre averti Avatar de steel-finger
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    janvier 2013
    Messages
    143
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2013
    Messages : 143
    Points : 323
    Points
    323
    Par défaut
    On est Trolldi ?

    Facebook inquiet et défenseur des petites entreprises !!!

  8. #8
    Membre expérimenté
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    991
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 991
    Points : 1 447
    Points
    1 447
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Faut les comprendre ces grands humanistes. Ils préfèrent conserver cette niche pour eux seul. D'ailleurs comment Mozilla se finance-t-elle?

    Quand on vous offre un produit gratuit, vous êtes le produit!
    intel i7
    Mint 20
    Plasma et Cinnamon

  9. #9
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 089
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 089
    Points : 148 544
    Points
    148 544
    Par défaut Facebook alerte les utilisateurs pro de sa plateforme au sujet des fonctionnalités de confidentialité d'iOS 14
    Facebook alerte les utilisateurs professionnels de sa plateforme au sujet des fonctionnalités de confidentialité d'iOS 14,
    qui auront un impact sur le marketing

    Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. L’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains.

    En règle générale, grâce aux technologies utilisées, les annonceurs peuvent savoir qu'une personne qui achète un produit à un certain endroit en ligne y a été conduite par une publicité, par exemple dans un jeu. Avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers - identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

    Précisons que Facebook refuse d'utiliser le système IDFA d'Apple. Sur la base de ce qu'il collecte pour les données utilisateur avant le déploiement du système IDFA, la décision a probablement été prise, car son utilisation et le respect des conditions d'utilisation d'Apple empêcheraient Facebook de collecter autant de données sur ses utilisateurs qu'il le fait actuellement.

    En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a bien compris et a déclaré que cette mise à jour allait gravement nuire à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs.

    Le directeur financier de Facebook, Dave Wehner, a déclaré en juillet qu'il s'attendait à voir un impact dans les bénéfices suite à cette initiative. Plus précisément, Wehner a déclaré qu'iOS 14 allait « rendre plus difficile la croissance des développeurs d'applications et autres qui s’appuient sur des publicités sur Facebook et ailleurs ».

    La société s'attend maintenant à voir un impact de 60 % sur les revenus des annonceurs d'iOS 14, après avoir évoqué auparavant 50 %. Lors de ses tests, Facebook a déclaré que certains utilisateurs exécutant iOS 14 ne voyaient aucune publicité diffusée via son programme Audience Network, ou voyaient des publicités moins pertinentes.

    Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Audience Network aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si ces paramètres d’iOS 14 venaient à être déployés.

    « Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », a déclaré Facebook dans un billet de blog en août. Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité d’Audience Network chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

    Quoi qu’il en soit, Apple a voulu donner du temps aux enseignes numériques et a repoussé le déploiement de ces paramètres au début de l’année prochaine, accusant Facebook en novembre de « mépriser la vie privée des utilisateurs ».

    Le défenseur des petites entreprises

    Aussi, dans une tribune qui a été publiée dans le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post qui porte le titre « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier », Facebook a déclaré :

    « Chez Facebook, les petites entreprises sont au cœur de notre activité. Plus de 10 millions d'entreprises utilisent nos outils publicitaires chaque mois pour trouver de nouveaux clients, embaucher des employés et interagir avec leurs communautés.

    « De nombreux membres de la communauté des petites entreprises ont partagé leurs préoccupations concernant la mise à jour logicielle forcée d'Apple, qui limitera la capacité des entreprises à diffuser des publicités personnalisées et à atteindre efficacement leurs clients.

    « Selon une nouvelle étude de Deloitte, 44 % des petites et moyennes entreprises ont démarré ou augmenté leur utilisation de publicités personnalisées sur les réseaux sociaux pendant la pandémie. Sans publicités personnalisées, les données de Facebook montrent que l'annonceur moyen d'une petite entreprise verra une réduction de plus de 60 % de ses ventes pour chaque dollar dépensé.

    « Bien que la limitation de l'utilisation des publicités personnalisées ait un impact sur les grandes entreprises comme la nôtre, ces changements seront dévastateurs pour les petites entreprises, ajoutant une pierre à l’édifice des nombreux défis auxquels elles sont confrontées actuellement.

    « Les petites entreprises méritent d'être entendues. Nous entendons vos préoccupations et nous sommes avec vous ».

    Nom : propos.png
Affichages : 14594
Taille : 217,2 Ko

    Facebook alerte les professionnels pour leur parler de la fonctionnalité iOS 14

    Facebook a décidé d'alerter les utilisateurs professionnels de sa plateforme au sujet des nouvelles fonctionnalités de confidentialité d'iOS 14 qui pourraient « avoir un impact significatif » sur leurs efforts de marketing et de publicité.

    Dans un premier temps, la grande enseigne numérique a critiqué les changements à venir en matière de confidentialité, qui obligeront à activer explicitement une balise de suivi spécifique. Désormais, il semble que Facebook utilise des bannières dans Facebook Business Suite et Facebook Ad Manager sur iOS pour faire passer son message.

    Nom : app.png
Affichages : 3650
Taille : 84,9 Ko

    Les bannières des deux applications affirment désormais : « Apple a annoncé des changements de produits et de politiques susceptibles d'avoir un impact significatif sur la manière dont vous pouvez diffuser des annonces, mesurer les performances et engager les clients ».

    En appuyant sur le bouton En savoir plus, l'application ouvre un billet écrit par Facebook dans lequel la société affirme que les politiques d'Apple annoncées à la WWDC 2020 avec iOS 14 « nuiront à la croissance des entreprises et à l'Internet gratuit ». Facebook fait référence à la fois aux nouvelles étiquettes de confidentialité de l'App Store et à une option dans iOS 14 qui empêche les applications de suivre les utilisateurs.

    Initialement prévue pour entrer en vigueur lors du lancement d'iOS 14, Apple a retardé le déploiement des fonctionnalités anti-tracking jusqu'en 2021 pour donner aux développeurs plus de temps pour se préparer. La fonctionnalité de confidentialité affecte l'identifiant de l'annonceur (IDFA), qui permet aux annonceurs de collecter des données sur les applications et les plateformes. Lorsque les modifications feront leurs débuts, les utilisateurs devront explicitement accepter le suivi IDFA.

    Le fait que Facebook affiche maintenant ces messages dans ses applications iOS critiquant Apple démontre que la société tente d'obtenir un appel populaire pour faire changer d'avis Apple sur ses nouvelles règles de confidentialité de l'App Store. C’est parce que Facebook est l’une des entreprises qui seront les plus touchées par les nouvelles politiques de confidentialité d’Apple, car ses réseaux sociaux dépendent fortement des publicités et des données personnelles des utilisateurs.

    Apple a déclaré qu'il ne voulait pas forcer Facebook à changer son modèle commercial, mais la société s'attend à ce que Facebook soit plus transparent sur la façon dont il collecte les données des utilisateurs et leur laisse le choix d'offrir ou non ces données.

    Dans une note connexe, Facebook a également annoncé un webinaire public pour le 7 janvier 2021, qui expliquera pourquoi la société n'est pas d'accord avec l'approche d'Apple concernant les modifications de sa politique iOS 14 sous la bannière d'une confidentialité accrue pour les personnes. Le webinaire amènera les dirigeants de Facebook à discuter des nouvelles politiques de confidentialité d'iOS 14 et de l'impact qu'elles auront sur les utilisateurs et les professionnels travaillant avec Facebook.

    Nom : cook.png
Affichages : 3597
Taille : 57,4 Ko

    Vendredi, Tim Cook, le PDG d'Apple, a fait valoir sur Twitter que « Nous pensons que les utilisateurs doivent avoir le choix sur les données collectées à leur sujet et la manière dont elles sont utilisées. Facebook peut continuer à suivre les utilisateurs sur les applications et les sites Web comme auparavant, la transparence du suivi des applications dans iOS 14 exigera simplement qu'ils vous demandent d'abord votre autorisation » en guise de réponse directe à Facebook, suggérant que la bataille entre les deux sociétés ne fait que commencer.

    Source : Facebook, Tim Cook

    Et vous ?

    Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, justifier que Facebook déploie autant d'énergie pour alerter au maximum au sujet de cette fonctionnalité iOS 14 ?
    Êtes-vous pour ou contre l'approche d'Apple ?

    Voir aussi :

    Facebook : « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier ». L'entreprise critique Apple pour des changements à venir sur iOS 14 qui vont porter préjudice à la pub ciblée
    Mozilla exhorte les utilisateurs à soutenir les plans anti-traçage d'Apple pour l'iPhone, qualifiant l'initiative de la société comme « une grande victoire pour les consommateurs »
    Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS, mais la rhétorique de vie privée d'Apple est en réalité « une question de profit », selon Facebook
    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14, qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #10
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 848
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 848
    Points : 40 617
    Points
    40 617
    Par défaut Les développeurs examinent des techniques invasives de suivi des utilisateurs dans l'iOS 14
    Les développeurs examinent des techniques invasives de suivi des utilisateurs dans l'iOS 14
    pour contourner la prochaine mise à jour de la confidentialité d'Apple

    Tim Cook est connu pour être un ardent défenseur de la vie privée des consommateurs. En janvier 2019, le PDG d’Apple a appelé le gouvernement américain à introduire de nouveaux outils pour aider les utilisateurs à contrôler les données en ligne recueillies au sujet de leur vie. Selon Cook, les consommateurs devraient avoir le pouvoir de « supprimer leurs données à la demande, librement, facilement et en ligne, une fois pour toutes ». Dans sa tribune, Cook a évoqué ce qu'il a appelé « l'économie parallèle » des courtiers en données : des sociétés qui collectent et vendent des données personnelles générées par le suivi numérique.

    Le public a besoin de nouveaux droits pour gérer ses informations, disait-il. Selon Cook, les données personnelles doivent être réduites au minimum, et les utilisateurs doivent pouvoir y accéder et les supprimer à tout moment. Cette vision du patron de la marque à la pomme est mise en oeuvre dans la version 14 de l'iOS. Les paramètres de confidentialité de l'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a compris et a déclaré que cette mise à jour que la marque à la pomme se prépare à lancer nuira gravement à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs.

    Les développeurs d'applications quand eux explorent de nouvelles formes clandestines de suivi des utilisateurs pour échapper aux nouvelles règles de confidentialité d'Apple, qui menacent de bouleverser l'industrie de la publicité mobile dans les mois à venir. Au début de 2021, une mise à jour de l'iPhone empêchera les applications d'utiliser des identifiants publicitaires appelés IDFA sans obtenir le consentement explicite de chaque utilisateur pour le ciblage. Les développeurs s'attendent à ce que plus des deux tiers des utilisateurs bloquent le suivi lorsqu'ils voient une fenêtre contextuelle apparaître dans leurs applications.

    Nom : z1.png
Affichages : 5014
Taille : 304,5 Ko

    Pour rappel, l'IDFA est l’acronyme anglais de « Identifier for advertisers » (en français, Identifiant de publicité), il s’agit d’une série de lettres et de chiffres unique à chaque appareil iOS. L’IDFA est la norme adoptée par Apple permettant aux réseaux publicitaires mobiles de suivre des utilisateurs et de leur diffuser des publicités ciblées. Il en va de même pour les apps publicitaires, leurs partenaires publicitaires et leurs partenaires d’attribution. l’IDFA sera désormais une fonctionnalité exclusivement opt-in et les utilisateurs devraient donner leur consentement explicite à la fois à l’annonceur et aux apps de destination pour les autoriser à « les suivre sur Internet ».

    Pour contourner ce blocage, certains fabricants d'applications disent qu'ils prévoient d'utiliser des techniques de suivi invasives telles que « l'empreinte digitale de l'appareil » pour contourner les nouvelles restrictions - même si cela risque de les faire rejeter de l'App Store. Les militants de la protection de la vie privée ont bien accueilli les changements d'Apple, mais préviennent qu'il n'est jamais possible d'éliminer complètement le suivi. « Il y aura toujours un suivi. Nous verrons toujours des applications essayer de faire des choses néfastes. Peu importe ce que vous faites, vous aurez ces mauvais acteurs », a déclaré Andrés Arrieta, directeur de l'ingénierie de la protection de la vie privée des consommateurs chez Electronic Frontier Foundation, un militant pour les droits numériques.

    Peu de développeurs sont prêts à se battre publiquement avec Apple, dont l'App Store joue le rôle de gardien d'une économie de 500 milliards de dollars. Cependant, en privé, les créateurs de certaines des applications les plus populaires de l'App Store s'inquiètent, étant donné l'importance de la publicité en tant que moyen à la fois de revenus et de distribution. Les développeurs craignent que de nombreux acteurs de l'industrie de la publicité ne soient toujours pas conscients de l'ampleur des changements à venir. Sous une telle pression, certains développeurs envisagent désespérément d'utiliser des formes de suivi nouvelles et plus invasives, même si les utilisateurs refusent à leurs applications l'autorisation d'utiliser IDFA.

    La prise d'empreintes digitales de l'appareil peut être utilisée pour reconnaître les visites répétées à partir du même smartphone, même sur plusieurs applications. La technique, qui est interdite par les règles de l'App Store d'Apple et difficile à détecter, fonctionne en corrélant une combinaison des caractéristiques matérielles et logicielles d'un appareil, des configurations telles que les connexions Internet, les paramètres de batterie ou de langue, et les modèles d'utilisation. Une autre façon de suivre les utilisateurs entre les applications consiste à utiliser la même adresse e-mail pour s'inscrire à divers services et jeux. Les « e-mails hachés », par lesquels les adresses sont transformées en une chaîne de lettres et de chiffres, permettent aux entreprises de partager les détails des utilisateurs sans transmettre directement l'adresse e-mail d'un individu à leurs partenaires. Bien que ces techniques puissent être difficiles à détecter pour Apple, le coût d'être pris est de perdre l'accès à la vitrine mobile la plus lucrative du monde.

    Et vous ?

    Quelles sont pour vous les implications de cette fonctionnalité de l'iOS 14 ?
    Pensez-vous aussi pouvoir contourner ce blocage dans l'iOS 14 ? En quoi faisant ?

    Voir aussi

    Tim Cook déclare que la confidentialité numérique « est devenue une crise » et demeure favorable à une réglementation gouvernementale

    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14 qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème

    L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires

    Facebook : « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier ». L'entreprise critique Apple pour des changements à venir sur iOS 14 qui vont porter préjudice à la pub ciblée
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #11
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 848
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 848
    Points : 40 617
    Points
    40 617
    Par défaut Facebook se prépare à poursuivre Apple en justice pour "pratiques anticoncurrentielles" dans l'iOS 14
    Facebook se prépare à poursuivre Apple en justice pour "pratiques anticoncurrentielles"
    à propos des paramètres de confidentialité de l'iOS 14

    Avec l'aide d'un conseiller juridique externe, Facebook prépare depuis des mois un procès antitrust contre Apple qui alléguerait que le fabricant d'iPhone a abusé de son pouvoir sur le marché des smartphones en forçant les développeurs d'applications à respecter les règles de l'App Store que les propres applications d'Apple n'ont pas à suivre, selon des sources proches du dossier. Le ton monte donc entre Facebook et Apple et après des années de tension, la guerre entre les deux géants pourrait atteindre son apogée devant les tribunaux.

    Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. L’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains.

    Pour infos, avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers - identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

    Nom : z1.png
Affichages : 2714
Taille : 102,8 Ko

    En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a bien compris et a déclaré en août que cette mise à jour allait gravement nuire à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs. La société a précisé que ces paramètres d’iOS 14 d'Apple pouvaient entraîner une baisse remarquable de plus de 50 % de son activité de publicité sur son outil Audience Network.

    Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Audience Network aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si ces paramètres d’iOS 14 venaient à être déployés.

    Dans sa réponse aux groupes de défense des droits civils, humains et numériques, Apple soutient son plan de mise en œuvre de la nouvelle fonction de transparence du suivi des applications (ATT). Et Jane Horvath, directrice principale de la protection de la vie privée au niveau mondial chez Apple, promet aux huit organisations - dont Amnesty International, Human Rights Watch et l'Electronic Frontier Foundation - d'aller de l'avant avec la réforme.

    « Le suivi peut être invasif, voire effrayant, et le plus souvent il a lieu sans que l'utilisateur en soit réellement conscient ou sans son consentement », a écrit Jane Horvath, directrice principale de la protection de la vie privée au niveau mondial chez Apple. « Ce que certaines entreprises appellent des "expériences personnalisées" est souvent des tentatives voilées de rassembler le plus de données possible sur des individus, de construire des profils complets sur eux, puis de monétiser ces profils ».

    En fin de compte, Apple avait reporté l'application complète de la fonctionnalité d’iOS 14 pour début 2021. Ces mesures semblent placer la vie privée et la confidentialité des données des utilisateurs au-dessus des intérêts des annonceurs et de ceux des développeurs. Cependant, certains ont donné une projection de ce que cela peut représenter pour l’avenir. Selon ces critiques, ces mises à jour révèlent que la publicité en tant que modèle de monétisation des applications est en train d'être décimée. Dans ce cas, en tant qu'utilisateur, il faut se préparer à payer désormais pour ces applications qui étaient autrefois gratuites. Il ne faut pas oublier qu’Apple perçoit une commission de 30 % de tous les paiements in-app.

    En fin de compte, Facebook pourrait décider de ne pas porter plainte. Ses dirigeants sont confrontés à la résistance interne de certains employés en raison de sa campagne publique contre Apple.

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Apple va de l'avant avec son plan visant à limiter le suivi « effrayant » des utilisateurs sur iOS, mais la rhétorique de vie privée d'Apple est en réalité « une question de profit », selon Facebook

    Facebook alerte les utilisateurs professionnels de sa plateforme au sujet des fonctionnalités de confidentialité d'iOS 14 qui auront un impact sur le marketing

    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14 qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème

    Facebook : « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier ». L'entreprise critique Apple pour des changements à venir sur iOS 14 qui vont porter préjudice à la pub ciblée
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #12
    Membre expérimenté Avatar de denisys
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    mai 2002
    Messages
    993
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : mai 2002
    Messages : 993
    Points : 1 508
    Points
    1 508
    Par défaut
    Dans sa réponse aux groupes de défense des droits civils, humains et numériques,
    Apple soutient son plan de mise en œuvre de la nouvelle fonction de transparence du suivi des applications (ATT).
    Et Jane Horvath, directrice principale de la protection de la vie privée au niveau mondial chez Apple, promet aux huit organisations -
    dont
    Amnesty International, Human Rights Watch et l'Electronic Frontier Foundation
    - d'aller de l'avant avec la réforme.
    Une raison de plus pour ce séparer, des officines dictatrices des : GAFAM
    Une raison de plus pour ce séparer, des GAFAM
    Ne pas savoir n’est pas une faute si l’on cherche à combler ses lacunes.

    "Il n'y a pas d'obstacles infranchissables , il y a des volontés plus ou moins énergiques voilà tous" Jules Vernes

  13. #13
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 089
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 089
    Points : 148 544
    Points
    148 544
    Par défaut iOS 14 : Facebook incite les utilisateurs à ne pas refuser le pistage des données
    iOS 14 : Facebook incite les utilisateurs à ne pas refuser le pistage des données,
    assurant que le pistage permet d'aider les entreprises qui reposent sur la publicité

    Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. L’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains.

    En règle générale, grâce aux technologies utilisées, les annonceurs peuvent savoir qu'une personne qui achète un produit à un certain endroit en ligne y a été conduite par une publicité, par exemple dans un jeu. Avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers - identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

    Précisons que Facebook refuse d'utiliser le système IDFA d'Apple. La décision a probablement été prise sur la base de ce qu'il collectait pour les données utilisateur avant le déploiement du système IDFA, car son utilisation et le respect des conditions d'utilisation d'Apple empêcheraient Facebook de collecter autant de données sur ses utilisateurs qu'il le fait actuellement.

    En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a bien compris et a déclaré que cette mise à jour allait gravement nuire à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs.

    Le directeur financier de Facebook, Dave Wehner, a déclaré en juillet qu'il s'attendait à voir un impact dans les bénéfices suite à cette initiative. Plus précisément, Wehner a déclaré qu'iOS 14 allait « rendre plus difficile la croissance des développeurs d'applications et autres qui s’appuient sur des publicités sur Facebook et ailleurs ».

    Plus tard, la société a indiqué qu'elle s'attendait à voir un impact de 60 % sur les revenus des annonceurs d'iOS 14, après avoir évoqué auparavant 50 %. Lors de ses tests, Facebook a déclaré que certains utilisateurs exécutant iOS 14 ne voyaient aucune publicité diffusée via son programme Audience Network, ou voyaient des publicités moins pertinentes.

    Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Audience Network aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si ces paramètres d’iOS 14 venaient à être déployés.

    « Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », a déclaré Facebook dans un billet de blog en août. Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité d’Audience Network chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

    Quoi qu’il en soit, Apple a voulu donner du temps aux enseignes numériques et a repoussé le déploiement de ces paramètres au début 2021, accusant Facebook en novembre de « mépriser la vie privée des utilisateurs ».

    Le défenseur des petites entreprises

    Dans une tribune qui a été publiée dans le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post qui porte le titre « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier », Facebook a déclaré :

    « Chez Facebook, les petites entreprises sont au cœur de notre activité. Plus de 10 millions d'entreprises utilisent nos outils publicitaires chaque mois pour trouver de nouveaux clients, embaucher des employés et interagir avec leurs communautés.

    « De nombreux membres de la communauté des petites entreprises ont partagé leurs préoccupations concernant la mise à jour logicielle forcée d'Apple, qui limitera la capacité des entreprises à diffuser des publicités personnalisées et à atteindre efficacement leurs clients.

    « Selon une nouvelle étude de Deloitte, 44 % des petites et moyennes entreprises ont démarré ou augmenté leur utilisation de publicités personnalisées sur les réseaux sociaux pendant la pandémie. Sans publicités personnalisées, les données de Facebook montrent que l'annonceur moyen d'une petite entreprise verra une réduction de plus de 60 % de ses ventes pour chaque dollar dépensé.

    « Bien que la limitation de l'utilisation des publicités personnalisées ait un impact sur les grandes entreprises comme la nôtre, ces changements seront dévastateurs pour les petites entreprises, ajoutant une pierre à l’édifice des nombreux défis auxquels elles sont confrontées actuellement.

    « Les petites entreprises méritent d'être entendues. Nous entendons vos préoccupations et nous sommes avec vous ».

    L'opération séduction du public

    Facebook a également déposé une plainte contre Apple pour pratique anticoncurrentielle dans la mesure où l'éditeur d'iOS a abusé de son pouvoir sur le marché des smartphones en forçant les développeurs d'applications à respecter les règles de l'App Store que les propres applications d'Apple n'ont pas à suivre, selon des sources proches du dossier.

    Les équipes du réseau social Facebook et d’Instagram testent depuis quelques jours l’affichage de messages sur iOS 14 pour demander aux utilisateurs d’accepter l’utilisation de leurs données de navigation pour faciliter le ciblage publicitaire afin d’avoir des annonces plus pertinentes. Pour vous inciter à dire oui, le message en question explique qu’accepter cette requête permet de « supporter les commerces qui reposent sur la publicité pour toucher les clients ».

    Nom : facebook.png
Affichages : 2937
Taille : 207,8 Ko

    Selon Axios, les premières estimations laissent penser que seuls 10 à 30 % des utilisateurs autoriseraient cette collecte de données, même si Facebook précise qu’il ne récoltera pas plus de données qu’il ne le fait aujourd’hui.

    Source : Facebook
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #14
    Membre éclairé Avatar de scandinave
    Homme Profil pro
    Développeur Java, NodeJs/Angular
    Inscrit en
    mai 2009
    Messages
    272
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java, NodeJs/Angular

    Informations forums :
    Inscription : mai 2009
    Messages : 272
    Points : 876
    Points
    876
    Par défaut
    " On à mis en place depuis 10 ans un système tout pourri qui pompe les données des gens sans leur accords pour mieux les manipuler et leur faire acheter notre daube. Si vous nous empêchez de faire cela, plein d'entreprises basées sur ce business tout pourri vont faire faillite."
    J'en verserai presque une larme. Depuis le temps qu'on répète que baser sa stratégie de vente sur une plateforme comme Facebook est une mauvaise idée ... .

    Et je suis du genre à considérer que si ton produit apporte une réel plus valus, alors il se vendra. Tu mettra certes plus de temps qu'une boite lâchant des millions en publicité pour vendre la moindre merde mais au final ton produit se vendra par le bouche à oreille et tu ne sera pas obligé de flinguer la vie privée de tes utilisateurs.

    Et à tout ceux qui me répondrons qu'il faut bien faire connaître son produit pour qu'il se vende, je donnerai l'exemple des logiciels libre comme VLC, qui certes gratuits, mais qui sont devenus des leaders mondiaux non pas grâce à la pub ou parce qu'il sont gratuits mais bien grâce à la qualité du produit.

  15. #15
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 089
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 089
    Points : 148 544
    Points
    148 544
    Par défaut iOS 14, deux poids, deux mesures ? France Digitale attaque Apple devant la CNIL
    iOS 14, deux poids, deux mesures ? France Digitale attaque Apple devant la CNIL
    l'accusant d'afficher de la publicité ciblée au sein de ses propres applications sans le consentement explicite des utilisateurs

    Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. L’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains.

    En règle générale, grâce aux technologies utilisées, les annonceurs peuvent savoir qu'une personne qui achète un produit à un certain endroit en ligne y a été conduite par une publicité, par exemple dans un jeu. Avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers – identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

    Précisons que Facebook refuse d'utiliser le système IDFA d'Apple. Sur la base de ce qu'il collecte pour les données utilisateur avant le déploiement du système IDFA, la décision a probablement été prise, car son utilisation et le respect des conditions d'utilisation d'Apple empêcheraient Facebook de collecter autant de données sur ses utilisateurs qu'il le fait actuellement.

    En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Facebook l’a bien compris et a déclaré que cette mise à jour allait gravement nuire à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs.

    Le directeur financier de Facebook, Dave Wehner, a déclaré en juillet qu'il s'attendait à voir un impact dans les bénéfices suite à cette initiative. Plus précisément, Wehner a déclaré qu'iOS 14 allait « rendre plus difficile la croissance des développeurs d'applications et autres qui s’appuient sur des publicités sur Facebook et ailleurs ».

    En décembre, la société s'attendait à voir un impact de 60 % sur les revenus des annonceurs d'iOS 14, après avoir évoqué auparavant 50 %. Lors de ses tests, Facebook a déclaré que certains utilisateurs exécutant iOS 14 ne voyaient aucune publicité diffusée via son programme Audience Network, ou voyaient des publicités moins pertinentes.

    Ce dernier permet aux annonceurs d'étendre leurs campagnes Facebook et Instagram à l'ensemble d'Internet via des milliers d'applications de haute qualité. Audience Network aide les développeurs de logiciels pour les plateformes mobiles à fournir des publicités in-app ciblées aux utilisateurs en fonction des données de Facebook. Facebook prétend qu’il ne serait plus d’aucune utilité si ces paramètres d’iOS 14 venaient à être déployés.

    « Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », a déclaré Facebook dans un billet de blog en août. Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité d’Audience Network chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

    Quoi qu’il en soit, Apple a voulu donner du temps aux enseignes numériques et a repoussé le déploiement de ces paramètres au début de 2021, accusant Facebook en novembre de « mépriser la vie privée des utilisateurs ».

    Nom : cook.png
Affichages : 2077
Taille : 57,4 Ko

    Des start-ups françaises portent plainte contre Apple auprès de la CNIL

    France Digitale, qui représente 2000 start-ups françaises, a déposé plainte ce mardi matin auprès de la CNIL contre Apple, lui demandant de se pencher sur les pratiques de l'éditeur d'iOS concernant l'affichage de publicité ciblée au sein de ses propres services, qui ne seraient pas conformes aux lois européennes.

    Des iPhone tournant sur iOS14, Apple collecte diverses données sur l'utilisateur (géolocalisation, historique de recherche et de téléchargements...) afin d'afficher des publicités liées à ses goûts supposés dans l’App Store, Apple News et Bourse. Le hic ? L'utilisateur est considéré comme consentant par défaut. Il doit donc aller dans les paramètres de son téléphone pour désactiver ce ciblage activé par défaut.

    Sur une page d'aide, Apple indique : « Ces publicités peuvent apparaître dans l’App Store, Apple News et Bourse. Elles n’accèdent à aucune donnée d’apps tierces. Dans l’App Store et Apple News, votre historique de recherche et de téléchargement peut être utilisé pour vous proposer des publicités de recherche pertinentes. Dans Apple News et Bourse, les propositions de publicités sont en partie basées sur ce que vous lisez ou suivez. Cela inclut les éditeurs pour lesquels vous avez activé les notifications ainsi que le type d’abonnement aux publications dont vous disposez. Les articles que vous lisez ne sont pas utilisés pour proposer des publicités ciblées en dehors de ces apps. Les informations recueillies à propos du contenu que vous lisez sont associées à un identifiant aléatoire, et non à votre identifiant Apple ».

    « L'approbation par défaut et présumée par Apple du consentement de l'utilisateur ne saurait être déclarée conforme aux normes européennes en la matière », estime France Digitale dans sa plainte.

    Dans la plainte de sept pages, France Digitale fait valoir que si les propriétaires d'iPhone sont invités à indiquer qu’ils sont prêts à autoriser les applications mobiles installées à collecter un identifiant clé utilisé pour définir des publicités de campagne et envoyer des publicités ciblées, les paramètres par défaut permettent à Apple de diffuser ses propres campagnes de publicité ciblée sans demander clairement aux utilisateurs d'iPhone leur consentement préalable.

    En vertu des règles de l'UE sur la confidentialité des données, toutes les organisations doivent demander aux visiteurs en ligne s'ils acceptent que certaines de leurs données soient collectées via des traceurs ou d'autres outils. Les mêmes règles donnent également à toute personne le droit de demander des informations sur les finalités de cette collecte de données et sur la manière dont elles sont collectées.

    Le lobby allègue également que la fonctionnalité de suivi d'Apple lui permet de partager les données collectées avec des sociétés affiliées sans en informer les utilisateurs à l'avance.

    Dans sa plainte, l'organisation estime que les pratiques d'Apple causent « un préjudice significatif » envers les utilisateurs d'iPhone, mais aussi envers « les start-ups françaises qui respectent scrupuleusement les règles posées par le RGPD et craignent subir, pour une partie d'entre elles, un abus de position dominante ». France Digitale appelle la CNIL à « prendre toute mesure visant à faire cesser les pratiques ainsi dénoncées. »

    L’organisation note aussi que l’utilisateur n’est pas suffisamment informé du traitement appliqué à ses données personnelles. « Nous ne laisserons pas une insupportable situation de deux-poids deux-mesures s’installer sur le marché de la publicité en ligne! », a déclaré le directeur général de France Digitale, Nicolas Brien. « Si les faits sont avérés, cela voudrait dire qu’Apple se permet sur ses applications des choses qu’il n’autorise pas pour les développeurs d’applications tierces »

    « Les allégations de la plainte sont manifestement fausses et seront considérées pour ce qu'elles sont, une mauvaise tentative de ceux qui traquent les utilisateurs pour détourner l'attention de leurs propres actions et induire en erreur les régulateurs et les décideurs », a déclaré Apple dans un communiqué écrit. L’entreprise assure qu’elle ne piste pas ses utilisateurs et qu’elle s’applique à elle-même des règles identiques à celles appliquées aux autres développeurs.

    La plainte de France Digitale fait suite à un litige similaire contre Apple déposé par des lobbies publicitaires en ligne français auprès de l'autorité antitrust en octobre dernier. Ils ont saisi l'Autorité de la concurrence pour demander des mesures conservatoires contre l'App Tracking Transparency (ATT), une nouvelle fonctionnalité des iPhone prévue pour ce printemps. Avec l'ATT, les concepteurs d'applications devront demander à l'internaute l'autorisation de partager ses données personnelles avec des entreprises tierces. « Apple dessine l'Internet qu'il souhaite et impose ses règles à un écosystème sans discussion », déclarait le mois dernier Nicolas Rieul, président de l'Internet Advertising Bureau France (IAB).

    Sources : plainte, guide de l'utilisateur de l'iPhone
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #16
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 089
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 089
    Points : 148 544
    Points
    148 544
    Par défaut Apple est autorisé à déployer son système qui va réduire le ciblage publicitaire des Français sur iOS 14
    Apple est autorisé à déployer son système qui va réduire le ciblage publicitaire des Français sur iOS 14
    au grand regret des annonceurs. L'éditeur fait toujours face à une enquête antitrust

    Avec iOS 14, Apple a prévu un système qui va réduire le ciblage publicitaire des entreprises. Des annonceurs en France ont saisi l'Autorité antitrust pour lui demander de suspendre ladite fonctionnalité. Si Apple a obtenu gain de cause, l'éditeur fait toujours face à une enquête pour savoir s'il favorise injustement ses propres produits et services.

    En règle générale, grâce aux technologies utilisées, les annonceurs peuvent savoir qu'une personne qui achète un produit à un certain endroit en ligne y a été conduite par une publicité, par exemple dans un jeu. Avec iOS 13, les annonceurs peuvent utiliser un numéro d'identification unique appelé IDFA (Identifier For Advertisers – identifiant pour annonceurs) afin de mieux cibler les publicités et estimer leur efficacité. Pour rappel, il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal chiffré, qui est attribué par le système d’exploitation ; l’IDFA sur iOS et l’AAID sur Android. Mais iOS 14 prévoit que chaque application qui souhaite faire usage de ces identifiants demandera aux utilisateurs d'opter pour le suivi lors du premier lancement de l'application.

    En clair, les paramètres de confidentialité d'iOS 14 vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises : lors du lancement d'une application, une fenêtre sollicitant le consentement explicite de l’individu pour être pisté sur le net va apparaître. L'objectif est de s'assurer que le mobinaute est d’accord que l’on suive ses activités en ligne, ou s’il s’y oppose pour préserver la confidentialité de ses sessions de navigation et, donc, limiter la collecte de données à des fins publicitaires.

    Apple a voulu donner du temps aux enseignes numériques et a repoussé le déploiement de ces paramètres au début de 2021, insistant sur le fait que ses outils vont apporter « un bénéfice important en matière de protection de la vie privée des utilisateurs en obligeant les développeurs à demander la permission des utilisateurs avant de partager leurs données avec d’autres entreprises à des fins publicitaires, ou avec des courtiers en données ».

    En octobre, une coalition d’annonceurs (Interactive Advertising Bureau France (IAB France), Mobile Marketing Association France (MMA France), Union Des Entreprises de Conseil et Achat Media (UDECAM), et Syndicat des Régies Internet (SRI) ont saisi l’Autorité de la concurrence pour contrer les projets publicitaires d’Apple avec iOS 14 et son identifiant IDFA. Les annonceurs ont indiqué leur crainte d’assister à un refus généralisé du public à ce suivi, ce qui aurait alors une conséquence sur leur activité.

    Nom : fenetre.png
Affichages : 7272
Taille : 73,3 Ko

    Peu de temps avant, en juillet 2020, c'est dans une lettre ouverte adressée à Tim Cook qu'ils ont fait part de leur préoccupation :
    • Premièrement, il semble que la fenêtre contextuelle d'activation de l'IDFA présentée par Apple lors de sa conférence ne soit pas conforme aux exigences d'informations du RGPD concernant la collecte de consentement pour les publicités personnalisées. Une partie des informations demandées par Apple se trouve également dans les plateformes de gestion du consentement (CMP) qui sont déjà largement utilisées dans le monde des applications dans cette région. Il est donc au mieux redondant dans le contexte de l'UE et aura des conséquences fortes et négatives sur l'expérience globale des utilisateurs mobiles avec des présentations répétitives, mais non interopérables aux utilisateurs et la collecte du même consentement.
    • Deuxièmement, la fenêtre contextuelle proposée semble ne pas être largement personnalisable par le développeur de l'application et n'est pas interopérable avec les normes du marché de la publicité numérique, telles que le cadre de transparence et de consentement (TCF) de l'IAB Europe, qui, entre autres valeurs, normalise les utilisations des données et les fournisseurs présentés aux utilisateurs. La fonction « AppTrackingTransparency » n'a aucun concept d'utilisation de données standard ou de présentation du fournisseur. Par conséquent, le nouveau pop-up Apple ne peut pas être utilisé par le secteur de la publicité numérique pour se conformer aux exigences du RGPD applicables à la publicité en ligne.
    • Troisièmement, les paramètres de conception prédéfinis et non personnalisables de la fenêtre contextuelle à afficher présentent un risque élevé de refus de l'utilisateur en fonction de l'UX et du moment où il est présenté. L'éditeur n'a pas la possibilité de demander son consentement à l'avenir, même si l'utilisateur donne son consentement via son propre CMP à un stade ultérieur. De plus, les éditeurs n'ont pas la possibilité de mettre en évidence ou d'expliquer la valeur de cette demande, à savoir la monétisation du contenu qui peut être fourni gratuitement aux utilisateurs. Ces paramètres pourraient avoir un impact négatif important sur les revenus publicitaires des éditeurs d'applications iOS ainsi que sur les acteurs du marketing mobile.

    Les publicitaires ont d’ailleurs signalé qu’Apple ne semble pas appliquer cette règle du futur recueil du consentement à son propre outil publicitaire, Search Ads, ce qui ouvre des problèmes d’abus de position dominante et d’égalité concurrentielle : « L'initiative d'Apple soulève des problèmes de concurrence, en particulier pour les acteurs du secteur spécialisés dans la promotion et la mesure des applications mobiles. La capacité de ces entreprises à mener des activités commerciales et à fournir leurs services pourrait être sévèrement restreinte, tandis que les services d'Apple ne seraient pas dans le champ d'application de cette nouvelle fenêtre contextuelle concernant les données personnelles à des fins publicitaires. En conséquence, les services de publicité Apple tels que Apple Search Ads sur l'App Store renforceront leur avantage concurrentiel. Pour rappel, l'App Store est le seul App Store disponible via iOS, un environnement d'application clé qui représente 90 % du temps passé par les utilisateurs mobiles ».

    Mais l'Autorité de la concurrence ne l'a pas entendu de cette oreille.

    Isabelle de Silva, qui est à la tête de l'Autorité de la concurrence, a déclaré qu'elle avait travaillé en étroite collaboration avec le régulateur français de la confidentialité des données CNIL pour décider de rejeter la demande de suspension de la fonctionnalité. Elle a assuré que la CNIL a estimé que la boîte de dialogue pop-up mise en place par Apple pourrait bénéficier aux utilisateurs dans un environnement publicitaire en ligne de plus en plus complexe, et a été présentée de manière claire et impartiale, comme l'exigent les règles de protection des données RGPD de l'Union européenne.

    Ces règles ont pesé lourdement sur la décision de l'Autorité, a déclaré de Silva, alors que l'Autorité allait à l'encontre des recommandations de ses propres enquêteurs, qui étaient en faveur de la suspension des fonctionnalités de confidentialité d'Apple. L'enquêteur principal avait même évoqué le risque de « privacy washing », a déclaré de Silva, ou la possibilité que la défense de la vie privée d'Apple soit plus en apparence que sur le fond. Le privacy washing reviendrait à orienter sa communication externe ainsi que son marketing afin de transmettre des messages positifs auprès de ses clients autour de la protection de la vie privée alors même que les dispositifs en interne ne seraient pas ou peu abouti.

    « Il peut y avoir un privacy washing, nous ne sommes pas naïfs », a-t-elle déclaré. « Cependant, le RGPD nous lie et en tant que membre d'un système juridique européen, je pense que tout le monde doit en tenir compte. » Néanmoins, elle a déclaré que l'Autorité continuerait à rechercher si Apple favorisait ses propres services et produits, une décision étant attendue au plus tard au début de l'année prochaine.

    France Digitale attaque Apple devant la CNIL, évoquant le deux poids deux mesures d'iOS 14

    Plus tôt ce mois-ci, France Digitale, qui représente 2000 start-ups françaises, a déposé plainte auprès de la CNIL contre Apple, lui demandant de se pencher sur les pratiques de l'éditeur d'iOS concernant l'affichage de publicité ciblée au sein de ses propres services, qui ne seraient pas conformes aux lois européennes. Le lobby allègue que la fonctionnalité de suivi d'Apple lui permet de partager les données collectées avec des sociétés affiliées sans en informer les utilisateurs à l'avance.

    Dans sa plainte, l'organisation estime que les pratiques d'Apple causent « un préjudice significatif » envers les utilisateurs d'iPhone, mais aussi envers « les start-ups françaises qui respectent scrupuleusement les règles posées par le RGPD et craignent subir, pour une partie d'entre elles, un abus de position dominante ». France Digitale appelle la CNIL à « prendre toute mesure visant à faire cesser les pratiques ainsi dénoncées. »

    L’organisation note aussi que l’utilisateur n’est pas suffisamment informé du traitement appliqué à ses données personnelles. « Nous ne laisserons pas une insupportable situation de deux-poids deux-mesures s’installer sur le marché de la publicité en ligne! », a déclaré le directeur général de France Digitale, Nicolas Brien. « Si les faits sont avérés, cela voudrait dire qu’Apple se permet sur ses applications des choses qu’il n’autorise pas pour les développeurs d’applications tierces »

    Sources : décision de l'Autorité de la concurrence, lettre publique à Tim Cook

    Voir aussi :

    Google a décidé de réduire de 30 à 15 % la commission qu'il perçoit des achats in-app sur Android, proposant une approche légèrement différente de celle présentée par Apple l'année dernière
    Apple aurait verrouillé le compte iCloud d'un utilisateur dont le nom de famille contiendrait la valeur booléenne ''True'', généralement connu comme mot-clé dans des langages de programmation
    Marquée obsolète depuis 2016, l'API Applet sera bientôt définitivement supprimée de Java, y a-t-il des raisons de regretter les applets Java ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #17
    Expert éminent sénior

    Avatar de dragonjoker59
    Homme Profil pro
    Software Developer
    Inscrit en
    juin 2005
    Messages
    1 998
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Somme (Picardie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Software Developer
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : juin 2005
    Messages : 1 998
    Points : 10 605
    Points
    10 605
    Billets dans le blog
    6
    Par défaut
    Les pauvres petits annonceurs... :'(
    Si vous ne trouvez plus rien, cherchez autre chose...

    Vous trouverez ici des tutoriels OpenGL moderne.
    Mon moteur 3D: Castor 3D, presque utilisable (venez participer, il y a de la place)!
    Un projet qui ne sert à rien, mais qu'il est joli (des fois) : ProceduralGenerator (Génération procédurale d'images, et post-processing).

  18. #18
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    336
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 336
    Points : 5 305
    Points
    5 305
    Par défaut Apple pourrait commencer à appliquer les nouvelles règles de notification de confidentialité des applications
    Apple pourrait commencer à appliquer les nouvelles règles de notification de confidentialité des applications, dans les semaines à venir,
    malgré les démarches de Facebook contre la mesure

    Durant la conférence WWDC 2020 tenue le mois de juin de l’année dernière, Apple a annoncé que les développeurs iOS seront désormais tenus de fournir des informations sur la façon dont leurs applications collectent les données des utilisateurs et devront aussi demander explicitement leur autorisation avant de les suivre à travers les applications et les sites Web appartenant à d'autres sociétés. La société a déclaré hier que, dans les semaines à venir, elle commencerait à appliquer les nouvelles règles de notification de confidentialité qui vont permettre de réduire le ciblage publicitaire des entreprises.

    « Assurez-vous que vos applications sont prêtes pour iOS 14.5, iPadOS 14.5 et tvOS 14.5. Avec la prochaine version publique, toutes les apps doivent utiliser le framework AppTrackingTransparency pour demander à l'utilisateur l'autorisation de le suivre ou d'accéder à l'identifiant publicitaire de son appareil. Si vous ne recevez pas l'autorisation de l'utilisateur d'activer le suivi, la valeur de l'identifiant publicitaire de l'appareil sera égale à zéro et vous ne pourrez pas le suivre », a déclaré Apple sur son site web.

    Avec ces nouvelles règles, l’entreprise entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus fiable sur le marché pour ses utilisateurs. « Les applications sur l'App Store sont tenues à un niveau élevé de confidentialité, de sécurité et de contenu, car rien n'est plus important que de maintenir la confiance des utilisateurs. Plus tard dans l'année, vous, les développeurs, devrez fournir des informations sur certaines des pratiques de collecte de données de votre application sur votre page produit. Et avec iOS 14.5, iPadOS 14.5 et tvOS 14.5, vous devrez demander aux utilisateurs la permission de les suivre à travers des applications ainsi que des sites Web appartenant à d'autres sociétés », pouvait-on lire sur le site web d’Apple.

    Nom : 14.PNG
Affichages : 2231
Taille : 5,9 Ko

    Ce n’est plus un secret pour personne que Facebook et Google tirent une grande partie de leurs chiffres d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour ces géants du Web de s’assurer de la bonne santé de cette activité. Selon une analyse de John Koetsier du magazine Forbes, avec cette décision, Apple pourrait paralyser l'IDFA (Identifier For Advertisers, en français identifiant pour annonceurs) et mettre également en bouleversement une industrie d’environ 80 milliards de dollars. De même, PollFish, un cabinet de recherche en marketing, a estimé qu’en raison du paysage des applications mobiles qui devient de plus en plus unifié sur la façon de gérer la confidentialité, ces changements pourraient aussi très vite arriver sur Android. Les impacts pourraient être dévastateurs pour les développeurs et les annonceurs.

    Derrière cette annonce d’Apple, Facebook a réagi en déclarant que la mise à jour de la marque à la pomme nuira gravement à une partie de ses activités, dont le suivi des utilisateurs. « Les mises à jour prévues par Apple rendraient Audience Network tellement inefficace sur iOS 14 qu'il ne serait pas logique de le proposer sur iOS 14 », avait déclaré Facebook dans un billet. Facebook estime que plus d'un milliard de personnes regardent au moins une publicité du réseau d'audience chaque mois, bien que beaucoup d'entre elles utilisent probablement des téléphones Android et ne seront pas touchées par ce changement. Ainsi, la société craint que les utilisateurs n'optent pas pour le suivi lorsqu'ils en ont le choix.

    « Bien qu'il soit difficile de quantifier l'impact pour les éditeurs et les développeurs à ce stade avec autant d'inconnues, nous avons relevé, lors des tests, une baisse de plus de 50 % des revenus des éditeurs d'Audience Network lorsque nous avions retiré la fonction de personnalisation des campagnes d'installation des publicités mobiles », indique l’entreprise de Mark Zuckerberg. « En réalité, l'impact pour Audience Network sur iOS 14 pourrait être bien plus important, c'est pourquoi nous travaillons sur des stratégies à court et long terme pour soutenir les éditeurs dans ces changements ».

    Nom : AppF.PNG
Affichages : 1894
Taille : 35,6 Ko

    Dans une de ces déclarations, Facebook a indiqué qu'elle pense que la consultation de l'industrie est essentielle pour modifier les politiques de la plateforme : « nous pensons que la consultation de l'industrie est essentielle pour modifier les politiques de la plateforme, car ces mises à jour ont un impact considérable sur l'écosystème des développeurs. Nous sommes encouragés par les conversations et les efforts déjà en cours dans le secteur, y compris au sein du World Wide Web Consortium (W3C) et du Partnership for Responsible Addressable Media (PRAM) récemment annoncé. Nous sommes impatients de continuer à collaborer avec ces groupes industriels pour que cela soit juste pour les particuliers et les petites entreprises ».

    Bien que ces outils soient destinés à être utilisés par les développeurs de logiciels, Apple a ajouté mercredi des informations à leur sujet dans l'un de ses guides de confidentialité destinés aux consommateurs. L’entreprise indique que le suivi se fera via le framework AppTrackingTransparency. Voici, ci-dessous quelques exemples de suivi comme l’entend Apple :

    • l'affichage de publicités ciblées dans en fonction des données utilisateur collectées à partir d'apps et des sites Web appartenant à d'autres entreprises ;
    • le partage des données de localisation des appareils ou des listes d'e-mails avec un courtier en données ;
    • partager une liste d'e-mails, d'identifiants publicitaires ou d'autres identifiants avec un réseau publicitaire tiers qui utilise ces informations pour suivre ces utilisateurs dans les applications d'autres développeurs ou pour trouver des utilisateurs similaires ;
    • placer un SDK tiers dans son application qui combine les données utilisateur de son application avec celles des applications d'autres développeurs pour cibler la publicité ou mesurer l'efficacité de la publicité, même si le SDK n'est pas utilisé à ces fins.

    Les cas d'utilisation suivants ne sont pas considérés par Apple comme du suivi et ne nécessitent pas l'autorisation de l'utilisateur via AppTrackingTransparency:

    • lorsque les données de l'utilisateur sont liées à des données de tiers uniquement sur l'appareil de l'utilisateur et ne sont pas envoyées hors de l'appareil d'une manière qui peut identifier l'utilisateur ou l'appareil ;
    • lorsque le courtier en données avec lequel le développeur partage les données utilise les données uniquement à des fins de détection de la fraude, de prévention de la fraude ou de sécurité, et uniquement au nom du développeur. Par exemple, l'utilisation d'un courtier en données uniquement pour prévenir la fraude par carte de crédit.

    Les exigences s'appliquent à toutes les applications à partir de la version publique d'iOS 14.5, iPadOS 14.5 et tvOS 14.5. Pour rappel, la collecte de données relatives aux appareils et à l'utilisation dans le but d'obtenir une représentation unique d'un utilisateur, ou empreinte digitale, constitue une violation du programme de développement d'Apple.

    Suite aux différentes plaintes et à un stratagème public de Facebook pour rallier les développeurs d'applications et les spécialistes du marketing contre Apple au sujet du changement, Apple avait reporté l'application complète de la règle sur la prochaine mise à jour de son système d’exploitation. Avec son annonce d'hier qui indique que dans les semaines à venir, elle commencerait à appliquer les nouvelles règles de notification de confidentialité, la société à la pomme semble plus que jamais résolue à faire respecter ses mesures.

    Les notifications uniques obligeront les développeurs d'applications à demander la permission de l'utilisateur avant que l'application ne suive ses activités « sur les applications et les sites web d'autres entreprises ». Les experts du secteur de la publicité numérique ont déclaré que l'avertissement pourrait inciter de nombreux utilisateurs à refuser cette autorisation.

    Source : Apple

    Et vous ?

    Quels commentaires faites-vous de cette mesure d'Apple ?

    Quel est votre avis sur la réaction de Facebook ?

    Que pensez-vous de la décision d'Apple de faire appliquer sa politique de confidentialité ?

    Voir aussi :

    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14, qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème

    L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook, qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires

    70 % des utilisateurs d'iOS et d'Android refuseront les demandes d'autorisations de suivi s'ils avaient le choix, selon une enquête, comment cela affectera-t-il les revenus des développeurs ?

    WWDC 2020 : découvrez les principales annonces d'Apple durant l'édition 2020 de sa conférence dédiée aux développeurs, sur iOS, iPadOS, et bien d'autres
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #19
    Membre averti Avatar de Christian_B
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    octobre 2016
    Messages
    239
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2016
    Messages : 239
    Points : 445
    Points
    445
    Par défaut
    Aucun des deux protagonistes ne donne des arguments honnêtes. Ils ont seulement des fonds de commerce différents :
    - Apple qui vend des systèmes (matériel + logiciel) chers, veut donner l'impression à ses utilisateurs qu'ils sont des privilégiés.
    En même temps il veut prendre sa part de tout ce qui est fait sur sa plateforme et peut rapporter, applications et publicités.
    - Quand à Facebook, aucune ambiguïté : c'est le plus gros avatar privé de Big Brother avec Google.

    Le commerce sur internet souffre de la facilité malhonnête par son côté manipulatoire des techniques de publicité ciblée.
    On pourrait imaginer le développement à grande échelle :
    - De sites consacrés explicitement à de nombreuses offres de vente (éventuellement concurrentes).
    - De sites critiques indépendants.
    Si de tels sites se développaient suffisamment, cela favoriserait aussi bien les acheteurs que les vendeurs des produits les plus sérieux.

    Cela poserait le problème du contrôle de ses sites (dont la gestion devrait être collective) et de la vérification du sérieux et de l'objectivité de ces sites. Mais si suffisamment de monde soutenait ces initiatives, côté vendeurs pour les premiers et côté acheteurs pour les seconds, ils pourraient avoir une visibilité leur permettant de remplacer les quasi-monopoles actuels.

    Toutefois, en dehors de la difficulté d'accorder de nombreux intervenants, il me semble surtout que de nombreuses entreprises craignent notamment :
    - la diminution des prix s'il est facile de comparer, ce qui est déjà possible dans certains domaines spécifiques, mais pas forcément largement utilisé.
    - la diminution de l'achat d'impulsion de produits pas très utiles ou pas de bonne qualité.

    Je vais donc tout à fait dans le sens de la réponse de scandinave, et de réactions souvent vues à propos de questions voisines.
    Jusqu'où les GAFAM devront-ils aller trop loin pour que ça change éventuellement ?
    Linux Mint 20.1 Mate.
    Les armes nucléaires sont interdites depuis le 22 janvier. Y a plus qu'à ...

  20. #20
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 848
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 848
    Points : 40 617
    Points
    40 617
    Par défaut Facebook et Instagram menacent de faire payer l'accès sur iOS 14.5 si vous ne leur communiquez pas vos données
    Facebook et Instagram menacent de faire payer l'accès sur iOS 14.5 si vous ne leur communiquez pas vos données
    et espère contraindre Apple à alléger les règles de confidentialité ajoutées à l'iOS 14

    Facebook continue d'inciter les utilisateurs de Facebook et d'Instagram sur iOS à ne pas refuser le pistage publicitaire, une pratique dont dépend une grande partie du chiffre d'affaires de l'entreprise. Après avoir utilisé la manière douce depuis l'été dernier, Facebook sort désormais le grand jeu en menaçant subtilement les utilisateurs d'iPhone de rendre ses plateformes Facebook et Instagram payantes s'ils s'opposent au pistage publicitaire. Ce qui s'apparente à une menace est un message diffusé par Facebook aux utilisateurs utilisant l'iOS 14.5, publié à la fin du mois d'avril.

    Zuckerberg et les siens demandent de garder Facebook gratuit

    Si Google semble pour le moment muet concernant la situation, peut-être en raison de la domination de son propre système d'exploitation Android et de son moteur de recherche, Facebook multiplie les actions depuis l'annonce de l'iOS 14. Depuis le début de ce mois, Facebook et sa filiale Instagram menacent les utilisateurs de devoir payer pour leurs services, mais seulement si les utilisateurs n'autorisent pas la paire à les suivre d'une application à l'autre après avoir installé iOS 14.5. Le leader mondial des réseaux sociaux a expliqué dans un message le lien entre la gratuité de ces plateformes et la publicité ciblée.

    Nom : zuckerberg-facebook-hearing-e1523653772551.jpg
Affichages : 3702
Taille : 40,9 Ko

    « Cette version d’iOS nous impose de demander votre permission pour récolter des informations liées à cet appareil pour améliorer vos publicités. Nous utilisons les données liées à votre activité sur d’autres applications et sites Web afin de vous montrer des publicités plus personnalisées, garder Facebook gratuit, aider les entreprises qui comptent sur la publicité pour toucher leurs clients », explique le message que Facebook affiche à un utilisateur après qu'il a installé l'iOS 14.5. Selon des captures d'écran postées par les utilisateurs sur les réseaux sociaux, le message est répliqué à l’identique sur Instagram.

    Facebook n'a pas apporté des commentaires sur ce message, mais au regard de ses multiples actions depuis l'arrivée de l'iOS 14, il est possible de dire que la société change de tactique. En outre, cela ne signifie pas que la publicité ciblée a disparu pour autant, Apple y a juste imposé des limites. Même si un utilisateur refuse de se faire suivre d'un site Web ou d'une application à un autre par Facebook et Instagram, il verra toujours de la publicité lors de sa navigation, mais elles seront dorénavant moins ciblées. En cas de refus, Facebook s'appuiera uniquement sur les comportements de l'utilisateur sur ses propres plateformes.

    « Pour aider les gens à prendre une décision plus éclairée, nous montrons également notre propre écran, ainsi que celui d'Apple. Il fournira plus d'informations sur la façon dont nous utilisons les publicités personnalisées, qui soutiennent les petites entreprises et permettent aux applications de rester gratuites. Si vous acceptez les invites pour Facebook et Instagram, les publicités que vous voyez sur ces applications ne changeront pas. Si vous refusez, vous verrez toujours des publicités, mais elles seront moins pertinentes pour vous », avait déclaré Facebook au sujet de l'iOS 14 en février dernier.

    « Accepter ces invites n'entraîne pas la collecte de nouveaux types de données par Facebook. Cela signifie juste que nous pouvons continuer à offrir de meilleures expériences aux utilisateurs », avait rassuré l'entreprise. Il convient également de noter que les règles de l'App Store d'Apple interdisent aux applications de proposer des incitations aux utilisateurs pour qu'ils acceptent d'être suivis. Il n'est pas clair dans l'immédiat si Facebook et Instagram enfreignent ou non cette règle, mais il s'en faut de peu. Si cela s'avère être le cas, Apple pourrait bannir les deux applications comme cela a été le cas avec Fortnite d'Epic Games en 2020.

    Qui de Mark Zuckerberg ou de Tim Cook l'emportera ?

    En effet, avec la sortie de l'iOS 14, Apple a annoncé qu'à l'avenir les développeurs iOS seront tenus de fournir des informations sur la façon dont leurs applications collectent les données des utilisateurs et devront aussi demander explicitement leur autorisation avant de les suivre à travers les applications et les sites Web appartenant à d'autres sociétés. Autrement dit, sur iOS 14, iPadOS 14 et tvOS 14, les applications devront recevoir l'autorisation de l'utilisateur avant de le suivre sur des applications ou des sites Web tiers, ou pour accéder à l'identifiant publicitaire de l'appareil.

    S'affichant comme un fervent défenseur de la vie privée des consommateurs, Apple a fait de l'iOS 14 une étape importante pour redonner progressivement aux utilisateurs de l'iOS le contrôle sur leur vie privée. Elle a commencé par déployer ses fonctionnalités au cours des derniers mois et avec la sortie de l'iOS 14.5 fin avril. Google et Facebook quant à eux sont deux géants de la publicité ciblée, le premier étant le leader du marché, un marché qui représente plusieurs dizaines de millions par an. Il est donc primordial pour ces grandes enseignes de s’assurer de la bonne santé de cette activité.

    Si Google détient Android et que les règles de confidentialités ne sont pas aussi hostiles à la publicité, ce n’est pas le cas pour Apple et iOS. La société entend faire de sa plateforme le système d’exploitation le plus sûr sur le marché pour ses utilisateurs et cela met des bâtons dans les roues de certains. Le message de Facebook pourrait être considéré comme une façon pour lui de faire pression sur le fabricant de l'iPhone. Des rumeurs circulent que Facebook aurait demandé un traitement de faveur de la part d'Apple, mais que ce dernier s'y est opposé. En outre, Facebook s'est engagé dans une lutte contre ces nouvelles règles.

    « Nous tenons tête à Apple pour les petites entreprises du monde entier. De nombreux membres de la communauté des petites entreprises ont partagé leurs préoccupations concernant la mise à jour logicielle forcée d'Apple, qui limitera la capacité des entreprises à diffuser des publicités personnalisées et à atteindre efficacement leurs clients. Bien que la limitation de l'utilisation des publicités personnalisées ait un impact sur les grandes entreprises comme la nôtre, ces changements seront dévastateurs pour les petites entreprises, ajoutant une pierre à l’édifice des nombreux défis auxquels elles sont confrontées actuellement », avait déclaré Facebook en décembre dernier, s'affichant en défenseur des PME.

    En somme, les écrans d'avertissement de Facebook et d'Instagram suggèrent de manière flagrante que les utilisateurs peuvent « aider à garder les deux plateformes gratuites » en autorisant les publicités. Ce qui, à son tour, suggère que le déclin pourrait amener les entreprises à faire payer l'accès à l'avenir.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Payeriez-vous pour utiliser Facebook et Instagram ? Pourquoi ?
    Selon vous, Apple nuit-il aussi aux petites entreprises comme l'estime Facebook ?
    Pensez-vous que les entreprises devraient dépendre autant de la publicité personnalisée ?

    Voir aussi

    Apple pourrait commencer à appliquer les nouvelles règles de notification de confidentialité des applications dans les semaines à venir, malgré les démarches de Facebook contre la mesure

    Facebook publie un chiffre d'affaires de 26,1 milliards de dollars au premier trimestre, dépassant de loin les attentes de Wall Street et double quasiment son bénéfice net en un an

    iOS 14 : Facebook incite les utilisateurs à ne pas refuser le pistage publicitaire, assurant que le pistage permet d'aider les entreprises qui reposent sur la publicité

    Les développeurs examinent des techniques invasives de suivi des utilisateurs dans l'iOS 14 pour contourner la prochaine mise à jour de la confidentialité d'Apple

    Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14 qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 10/06/2020, 07h27
  2. Réponses: 2
    Dernier message: 08/02/2019, 09h16
  3. Réponses: 4
    Dernier message: 22/09/2018, 15h17
  4. Les utilisateurs d'iPhone ont une « loyauté aveugle » envers Apple
    Par Community Management dans le forum Développement iOS
    Réponses: 19
    Dernier message: 26/07/2014, 23h31
  5. Réponses: 1
    Dernier message: 27/11/2010, 15h22

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo