Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Tesla peut détecter les piratages du marché des pièces de rechange pour déjouer le paywall des performances
    Tesla lutte contre le piratage des performances de ses voitures électriques,
    Une nouvelle mise à jour alerte sur un « risque potentiel de dommages ou d'arrêt » en cas d’utilisation de module tiers

    Tesla n’a pas l’intention de laisser les propriétaires continuer à utiliser les modules de fabricants tiers sur ses véhicules électriques. Pour cela, le constructeur américain a commencé à rendre la tâche difficile à certains de ses clients qui pourraient être tentés de recourir à des services moins chers de tiers pour améliorer les performances de leur véhicule, au lieu d'acheter des caractéristiques automobiles directement auprès du constructeur, a rapporté Electrek. Depuis quelques années déjà, Tesla a commencé à vendre des véhicules avec des capacités de mise à jour verrouillées par des logiciels afin d’amener les clients à recourir aux capacités supplémentaires vendues séparément.

    Certains propriétaires, qui utilisent le module Boost50, se sont déjà rendu compte lors de la dernière mise à jour logicielle de Tesla Model 3. Ces derniers ont en effet reçu un message d’avertissement qui affichait sur l’écran « modification incompatible du véhicule détectée », ainsi que « risque potentiel de dommages ou d'arrêt ». Produit par la société canadienne Ingenext, Boost50 est un module qui augmente les performances de la Tesla Model 3 Dual Motor.


    Branché sur le véhicule via la carte MCU, le dispositif réduit le temps d'accélération de 0 à 100 km/h à 3,8 secondes, contre 4,4 secondes auparavant. Depuis que Tesla a commencé à publier ces fonctionnalités payantes, les gens ont émis l'hypothèse que certains pirates pourraient les déverrouiller sans les payer. Maintenant, non seulement cela s'est produit, mais c'est devenu une véritable entreprise.

    Guillaume André, fondateur d'Ingenext, y est parvenu. Son équipe a pu débloquer les 50 ch que Tesla vend à 2 000 dollars dans sa fonctionnalité "Acceleration Boost" ou même transformer le véhicule en une Model 3 plus performant, selon un article publié par Electrek en juin dernier. Ingenext vend son module sur son site Web. Boost50 comprend également d'autres fonctions telles que le "mode Drift" - un mode de conduite spécial qui désactive le contrôle de la traction mais maintient l'ABS et la direction assistée.

    Après avoir mis à niveau leur véhicule vers la version 2020.32.2 du logiciel de Tesla, les acheteurs de Boost50 ont constaté le message d’avertissement et ont partagé l’écran sur un site Web communautaire d’actualités sociales pour signaler que le constructeur automobile contrecarrait la fonction Ingenext. Le message d’avertissement reste apparemment bloqué sur l'écran, cependant, ne semble pas entraver la conduite.

    Y a-t-il des acheteurs Boost50 ici ? J’ai juste mis à jour vers 2020.32.2 et j’ai vu ce message après la mise à jour. À part l'alerte qui n'a pas disparu, je n'ai pas eu de problèmes de conduite - mais je n'ai pas encore rendu visite à un Supercharger », lit-on dans le post d’un utilisateur de Boost50.


    La fonctionnalité "Acceleration Boost" officielle de 2 000 dollars de la Tesla Model 3 Dual a été lancée en décembre l’année dernière. Elle réduit le temps d'accélération de 0 à 100 km/h à 3,9 secondes (0,1 seconde de plus que la fonction Ingenext). Le module Boost50 proposé par Ingenext, en revanche, est proposé au prix de 1 433 dollars. Il est donc facile de comprendre pourquoi cette offre pourrait intéresser certains propriétaires de Tesla.

    André a déclaré à Electrek qu'ils ont envoyé une notification aux clients les avertissant de ne pas mettre à jour, et que seuls trois clients ont mis à jour leurs voitures avant de voir la mise à jour. Son équipe serait en train de travailler sur leur propre correctif pour permettre à leurs clients de mettre à jour sans problème. Selon André, il faudrait « une ou deux semaines » pour obtenir le patch, a rapporté Electrek. Par ailleurs, Ingenext a une page dédiée pour faire savoir aux clients si l'utilisation de Boost50 est sûre sur les différentes mises à jour de Tesla. La page recommande actuellement d'attendre la confirmation que la mise à jour 2020.32.2 est sûre avant d'installer le module.


    Revenir aux fonctionnalités officielles ou opter pour des modules moins chers des tiers

    Ceux qui continueront avec le module "non officiel" le feront à leurs propres risques. Il est probable qu'à chaque mise à jour du logiciel, Tesla tentera de corriger le piratage et de désactiver les fonctionnalités de tiers, afin d'inciter les propriétaires à adopter les produits du constructeur automobile. Toutefois, ce n'est qu'une question de temps avant que les techniciens d'Ingenext ne trouvent comment contrer la mise à jour avec leur propre patch.

    Il reste à voir si les clients continueront à opter pour des modules moins chers, mais légèrement moins fiables, fournis par des tiers, ou s'ils choisiront d'acheter les fonctionnalités plus coûteuses officiellement proposées par Tesla à chaque mise à jour du logiciel.

    L'accélération n'est pas le seul service que Tesla propose comme option payante. La société propose également la fonction d'auto-conduite complète (FSD), dont le prix est passé de 7 000 dollars à 8 000 dollars en juillet dernier, prix qui, selon Elon Musk, PDG de Tesla, devrait continuer à augmenter à mesure que le logiciel se rapproche de la capacité d'auto-conduite complète. Tesla a également récemment proposé une mise à jour du logiciel qui aide à franchir les panneaux d'arrêt et les feux de circulation.

    Tesla n'est pas le seul constructeur automobile à envisager d'ajouter des fonctionnalités supplémentaires aux véhicules sous la forme de services logiciels que les clients pourraient payer pour les activer. BMW a récemment annoncé une offre similaire, avec des options telles que le régulateur de vitesse, les phares automatiques et même des sièges chauffants à payer comme des fonctionnalités séparées, en plus de la voiture elle-même.

    Le système de BMW est basé sur un abonnement, c’est-à-dire, les clients paieront un abonnement pour différentes options - ainsi, par exemple, leur voiture pourrait être équipée de sièges chauffants uniquement lorsque cela est nécessaire pendant les mois d'hiver, a rapporté Auto Blog dans un billet en juillet. Dans le même ordre d'idées, Musk a récemment confirmé que l’Autopilot sera finalement proposé sous forme d'abonnement.

    Ce concept de "véhicule en tant que plateforme" a été accueilli avec des sentiments mitigés, les clients se plaignant qu'ils doivent désormais payer pour des services de base qui devraient être activés par défaut. L'année dernière, par exemple, BMW a commencé à faire payer l'accès limité dans le temps au CarPlay d'Apple. Après 12 mois de gratuité, la société a introduit un abonnement annuel de 100 dollars pour permettre aux clients de synchroniser leur iPhone avec CarPlay, avant d'abandonner rapidement le programme face à une réaction négative des clients.

    Selon un commentateur, quiconque paie ces types de modules tiers devrait sérieusement reconsidérer sa décision, car « même s'ils trouvent un autre "hack", il est évident que Tesla peut détecter ce "mod" (pour module) ». Selon lui, Tesla a un autre point fort pour ramener les utilisateurs de modules tiers à ses fonctionnalités maison. « Tesla aurait un argument très fort pour refuser la garantie à quiconque utilise l'un d'entre eux », a-t-il écrit. « Vous voulez vraiment risquer la garantie qui couvre vos moteurs et votre batterie pour économiser quelques milliers de dollars ? », a-t-il questionné. Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Sources : Electrek, Ingenext

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’utilisation de module tiers pour booster les performances des véhicules Tesla ?
    Acheteriez-vous un Boost50 en lieu et place d’un "Acceleration Boost" ?
    Quel issue envisagez-vous au jeu de cache-cache qui se joue actuellement entre Tesla et Ingenext ?

    Voir aussi :

    La nouvelle mise à jour de l'Autopilot de Tesla gère désormais les feux de circulation et les panneaux d'arrêt, l'entreprise rappelle néanmoins que cela n'empêche pas de rester attentif
    Les commandes d'essuie-glace de l'écran tactile des véhicules Tesla déclarées illégales en Allemagne, créant ainsi un précédent pour les conducteurs de Tesla dans le pays
    Tesla devient le constructeur automobile avec la plus grande capitalisation boursière et atteint 1000 dollars par action, mais ne doit pas seulement sa réussite à la construction des voitures
    Tesla va limiter les capacités du logiciel de la Tesla Model 3 d'entrée de gamme, dans une mise à jour prochaine
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éprouvé
    Ils ont raison vis à vis de la garantie, logique.

    Par contre, c'est clair qu'ils vont faire payer lentement mais surement toutes ces mises à jour. Pour l'auto-pilot c'est pour ça qu'on achète une tesla, s'il faut payer 8000 euros, puis 10000 euros...en plus pour avoir un truc de plus en plus performant cela va faire cher la voiture.

  3. #3
    Membre éclairé
    Tesla à le droit de ce protégé , donc oui c 'est très bien

  4. #4
    Membre actif
    Bonjour,

    Le principe de l'option payante est assez logique. Un développement ou un service a bien un coût. Que Tesla cherche à protéger son travail à l'encontre des contrefacteurs ou pirates est compréhensible.

    Celui de l'abonnement est plus discutable car elle risque de transformer les usagers en otages, à plus forte raison si le prix augmente avec le temps. Une fois que le véhicule est acheté, il devient la propriété de l'acheteur, avec ses options.
    Il me semble avoir déjà lu un article qui relatait, chez Tesla, la "disparition" de certaines options ou fonctionnalités, "réservées" au premier acheteur, lors de la revente.

    Si le principe est d'étaler le coût dans le temps, la location est une solution parfaitement encadrée par les lois...
    Windows 7 / Delphi Tokyo
    "Les choses ne changent pas. Change ta façon de les voir, cela suffit" Lao Tseu

  5. #5
    Chroniqueur Actualités

    Tesla peut détecter les piratages du marché des pièces de rechange pour déjouer le paywall des performances
    Tesla peut détecter les piratages du marché des pièces de rechange pour déjouer le paywall des performances de ses véhicules,
    Mais un nouveau dispositif permet de combattre la détection

    Les constructeurs de véhicules électriques comme Tesla ont ouvert un nouveau chapitre dans l’industrie du développement des voitures qui leur permet désormais de créer des versions plus ou moins performantes d'une même voiture en n'utilisant que des logiciels. Mais comme on pouvait s'y attendre, le marché des pièces de rechange s'efforce de vaincre leurs "pare-feu" pour permettre à chacun de profiter pleinement du potentiel d'un véhicule à moindre coût. Toutefois, comme un propriétaire de Tesla l’a expérimenté récemment, la société n’a pas l’intention de laisser les propriétaires continuer à utiliser les modules de fabricants tiers sur ses véhicules électriques. Cependant, selon une vidéo partagée par Ingenext, un nouveau dispositif pour combattre la détection des modules tiers pourrait leur faire gagner un peu de temps avant que Tesla ne trouve une solution.

    Tesla et les fabricants de modules alternatives du marché secondaires sont lancés dans une course dont l’issue est encore incertaine. Nous avons appris qu’un module tiers baptisé Boost50, branché sur la Tesla Model 3 Dual via la carte MCU, réduit le temps d'accélération de 0 à 100 km/h à 3,8 secondes, contre 4,4 secondes auparavant, et offre bien d’autres avantages. Mais ce nouveau domaine de la modification s'accompagne d'un risque tout aussi nouveau, récemment mis en évidence par un propriétaire de Tesla Model 3. Risque qui suggère que votre voiture connectée sait quand vous l'avez piratée, et elle pourrait enregistrer ces données pour les utiliser contre vous lors d'une future réclamation au titre de la garantie.


    En effet, un propriétaire de Tesla Model 3 a publié le mois dernier un message d'avertissement qui est apparu sur l'écran de son véhicule. Le message signalait : « modification incompatible du véhicule détectée », qui pourrait conduire à un « risque potentiel de dommages ou d'arrêt », après que le propriétaire ait installé la dernière mise à jour du système d'exploitation en direct de Tesla. Avant la mise à jour, il avait également ajouté un module tiers qui permet au modèle 3 Dual d'atteindre son temps de passage de 0 à 60 MPH le plus rapide sans l'option "Acceleration Boost" de Tesla, qui coûte 2 000 dollars. Sa présence n'a pas déclenché d'avertissement avant la mise à jour du logiciel, et bien que la voiture ait continué à rouler normalement, le propriétaire n'a pas pu faire disparaître l'affichage.

    La société canadienne Ingenext se concentre sur l'activation des caractéristiques de performances et de confort latentes intégrées aux véhicules Tesla. Son module Boost 50 est une modification à 1 458 dollars qui fait faire aux propriétaires une économie de 500 dollars. Même si ce n'est qu’une faible marge compte tenu des problèmes de garantie que cela pourrait entraîner, le minuscule module comprend également l'accès à d'autres fonctions intéressantes comme le mode Drift (qui désactive le contrôle de la traction), l'éclairage ambiant, les sièges arrière chauffants, le chauffage personnalisé de la batterie et la possibilité d'ouvrir la porte du conducteur lorsque le propriétaire s'approche de la voiture.

    En plus, si vous ne cherchez pas à dépenser la totalité du montant de la mise à niveau, ou si vous ne possédez pas de Model 3 avec une configuration à double moteur compatible, Ingenext propose un "module bonus" moins cher qui active simplement les fonctions de confort.


    Selon Ingenext, son module est une modification transparente et indétectable qu'un conducteur peut installer en quelques minutes pour une fraction du prix (avec plus de fonctionnalités) que l'offre officielle de Tesla. « Le module Boost 50 est indétectable à distance », a écrit Ingenext sur la page produit de Boost 50, « Cependant, lors d'une visite dans un centre de service ou lorsqu'un technicien se rend à votre domicile, il est recommandé de retirer l'appareil au préalable », lit-on. Ingénext a même publié une page sur son site Web pour dire aux propriétaires si une mise à jour du logiciel d'un véhicule était sûre être installée sans pouvoir détecter la modification.

    Mais il s’est avéré que le propriétaire mentionné précédemment était l'un des nombreux propriétaires qui ont installé une nouvelle mise à jour OTA de Tesla sans se référer d'abord à la page de "mises à jour sûres". Heureusement, la mise à jour n'a pas désactivé la modification, mais les choses auraient pu être pires. Même si le véhicule n’a pas enregistré de dommages, on ne peut pas savoir exactement ce qui se passe lorsque la voiture détecte une modification et affiche cet avertissement au conducteur. Peut-être qu’une information est enregistrée dans l'historique du véhicule ou qu’elle est envoyée en tant qu'alerte au constructeur du véhicule. Personne d'autre que Tesla ne connaît vraiment la réponse à cette question pour l'instant.

    Un nouveau module d’Ingenext, "Nice Try Module", permet d’empêcher la détection

    Tesla a fini par détecter Boost 50 avec sa mise à jour. Mais, selon The Drive, une solution simple aurait pu être de ne pas mettre à niveau le logiciel du véhicule. Cela fonctionnerait, mais ce n'est certainement pas une solution à long terme non plus. Tesla a l'habitude de forcer les mises à jour logicielles pour réparer les fonctionnalités obsolètes de ses véhicules, ce qui signifie qu'un jour, ceux qui repoussent les mises à jour ne pourront pas se cacher indéfiniment. Faut-il prendre le risque d’installer cette modification ?

    Guillaume André, le fondateur d'Ingenext, a déclaré à The Drive qu'il craignait que Tesla n'utilise la détection des pièces de rechange pour justifier le blocage des véhicules lors de l'utilisation du réseau de Superchargers et faire des clients « un prisonnier du système Tesla ». On ne sait pas encore ce qui se passe lorsque les propriétaires qui ont reçu l’avertissement de Tesla utilisent les Superchagers.

    Cependant, Ingenext a toujours soupçonné que Tesla chercherait à contourner les pièces de rechange des fabricants tiers. La société s'est donc mise au travail pour trouver comment Tesla a détecté son module, qui était censé être "indétectable". Après quelques recherches, a rapporté The Drive, la société a déterminé que le véhicule avait utilisé un réseau de communication séparé pour détecter la présence du module et a finalement déterminé qu'un second petit module matériel pouvait être installé pour combattre la détection. Ingenext a baptisé sa solution "Nice Try Module" et a déjà commencé à l'expédier à ses clients, selon The Drive. Le dispositif supprime le message d’avertissement de Tesla, selon la vidéo d’Ingenext.


    La communauté Tesla est déchirée sur cette question, selon The Drive. Certains affirment que les propriétaires qui ont acheté le module connaissaient le risque de ne pas passer par les canaux officiels. D'autres évoquent le point très valable du droit de réparation. La question est de savoir si ce droit inclut aussi le droit de modification pour profiter des options payantes embarquées, mais non encore activées.

    Tesla n’est pas le seul constructeur concerné par les modifications pour avoir plus de performance ou de confort à moindre coût. Les propriétaires de certaines BMW modernes, par exemple, peuvent lancer une application sur leur téléphone et flasher l'unité de commande du moteur (ECU) de leur voiture pour débloquer des chevaux supplémentaires, ou une autre application leur permettra même de réduire la puissance de la transmission intégrale aux seules roues arrière, a rapport The Drive. Après tout, ils sont propriétaires des véhicules pour lesquels ils ont dépensé plus de 40 000 dollars.

    Selon Ingenext, ce n'est que le début d'un combat qui, selon lui, sera plus difficile, pour toutes les entreprises de pièces de rechange qui développent des modifications de performance pour Tesla. « Nous prévoyons que Tesla continuera à essayer de nous bloquer, car je crois qu'ils veulent prouver qu'ils ont le contrôle et qu'ils ont le dernier mot », a déclaré André à The Drive. « Comme le disent certains clients, vous ne possédez pas vraiment de Tesla, car [l'entreprise] la contrôle à distance et peut faire ce qu'elle veut », a-t-il ajouté.

    « S'ils ont la capacité et la volonté de désactiver les fonctions à distance, la voiture ne vous appartient pas », a écrit un commentateur. Pour un autre, les propriétaires qui optent pour les modules tiers pourraient se voir retirer leur garantie. « Modifiez la voiture autant que vous voulez, mais ne vous attendez pas à ce que Tesla répare votre voiture une fois que vous l'avez abîmée vous-même. Et ne vous attendez pas à les poursuivre en justice lorsque le pilote automatique vous tue, car ce n'est plus de leur ressort ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Sources : Ingenext, Vidéo YouTube

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’utilisation de module tiers pour booster les performances des véhicules Tesla ?
    Utiliseriez-vous volontiers "Nice Try Module" pour cacher les modules tiers de Tesla ?
    Selon vous, quelles sont les conséquences, pour les propriétaires, de l’utilisation des modifications sur les véhicules électriques ?

    Voir aussi :

    Tesla lutte contre le piratage des performances de ses voitures électriques, une nouvelle mise à jour alerte sur un « risque potentiel de dommages ou d'arrêt » en cas d'utilisation de module tiers
    Tesla devient le constructeur automobile avec la plus grande capitalisation boursière et atteint 1000 dollars par action, mais ne doit pas seulement sa réussite à la construction des voitures
    Les commandes d'essuie-glace de l'écran tactile des véhicules Tesla déclarées illégales en Allemagne, créant ainsi un précédent pour les conducteurs de Tesla dans le pays
    La nouvelle mise à jour de l'Autopilot de Tesla gère désormais les feux de circulation et les panneaux d'arrêt, l'entreprise rappelle néanmoins que cela n'empêche pas de rester attentif
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #6
    Membre expérimenté
    Ce système de DRM est absurde. On se rapproche même du modèle de DLC du monde du jeu vidéo.

    Ca veut dire que la plupart des conducteurs ne pourront pas utiliser toutes les fonctionnalités et la puissance de leur voiture. C'est catastrophique à la fois d'un point de vue économique (on paye pour fabriquer un moteur plus cher pour rien) et écologique (un moteur plus puissant est plus cher à produire).

    Autant je trouve ça normal qu'on puisse choisir un moteur plus ou moins puissant selon son envie ou son budget, autant si j'ai des composants, il me semble normal que je puisse en profiter à 100%

  7. #7
    Expert éminent
    Citation Envoyé par emixam16 Voir le message
    Ce système de DRM est absurde. On se rapproche même du modèle de DLC du monde du jeu vidéo.
    Uniquement des DLCs qu'on nous force à télécharger dans les mises à jour mais qui ne sont pas activés tant qu'on est pas passé à la caisse.
    C'est généralement le cas uniquement sur les MMORPG ce genre de raisonnement.

    Citation Envoyé par emixam16 Voir le message
    Ca veut dire que la plupart des conducteurs ne pourront pas utiliser toutes les fonctionnalités et la puissance de leur voiture. C'est catastrophique à la fois d'un point de vue économique (on paye pour fabriquer un moteur plus cher pour rien) et écologique (un moteur plus puissant est plus cher à produire).
    Au contraire, le constructeur paie moins cher la production que si il devait avoir plusieurs chaîne de prod, ou enchaîner avec plusieurs produits en reconfigurant la chaîne à chaque fois.
    Les coûts de changement de chaîne de production sont tellement énorme que pouvoir la faire tourner en permanence sans se poser de question du type de moteur c'est une économie non négligeable. Il n'y a qu'à voir ce que coûte un arrêt de production d'un weekend dans certaines industries pour comprendre, cela se chiffre avec plusieurs zéros.

    « Toujours se souvenir que la majorité des ennuis viennent de l'espace occupé entre la chaise et l'écran de l'ordinateur. »
    « Le watchdog aboie, les tests passent »

  8. #8
    Membre du Club
    Ca s'adresse au public des bmw ou des tesla...

    De base ce sont des véhicules peu rentables pour l'utilisateur qui paie une image de marque, un standing, pas des fonctionnalités.

    Du coup est ce immoral de les faire raquer jusqu'au bout pour des options?
    Est ce immoral que certains veuillent avoir l'air plus riches qu'ils ne sont?

    On arrive à des niveaux absurdes de questionnements je trouve sur ces sujets.

    Ce qui est moral c'est de produire des biens non privatifs et d'en faire un usage raisonnable côté consommateur.
    Le reste tient du pinaillage dans un monde de crapules (consommateurs pirates comme constructeurs privatifs) je trouve.

  9. #9
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par transgohan Voir le message
    Au contraire, le constructeur paie moins cher la production que si il devait avoir plusieurs chaîne de prod, ou enchaîner avec plusieurs produits en reconfigurant la chaîne à chaque fois.
    Les coûts de changement de chaîne de production sont tellement énorme que pouvoir la faire tourner en permanence sans se poser de question du type de moteur c'est une économie non négligeable. Il n'y a qu'à voir ce que coûte un arrêt de production d'un weekend dans certaines industries pour comprendre, cela se chiffre avec plusieurs zéros.
    Il me semble que ce genre de procédé est aussi appliqué sur la production de moteurs thermiques de même "catégorie" (pour les mêmes raisons de cout)... un moteur 105 et un de 120 n'ont pas de différences majeures, il suffit de brider le 105 (pur exemple inventé, je n'ai pas le détail des marques). Du coup, il est possible de débrider le moteur, mais c'est à ses risques et périls : pas de garantie, et des problèmes lors des éventuelles interventions sur le moteur, des gros problèmes avec l'assurance si c'est découvert, et je ne sais pas si le controle technique ne peut pas invalider le véhicule pour la conduite sur route (mais j'imagine que oui).

    Par contre, la différence de prix entre le moteur bridé et la version non bridée n'est pas aussi énorme que chez Tesla...

  10. #10
    Membre chevronné
    Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
    Il me semble que ce genre de procédé est aussi appliqué sur la production de moteurs thermiques de même "catégorie" (pour les mêmes raisons de cout)... un moteur 105 et un de 120 n'ont pas de différences majeures, il suffit de brider le 105 (pur exemple inventé, je n'ai pas le détail des marques). Du coup, il est possible de débrider le moteur, mais c'est à ses risques et périls : pas de garantie, et des problèmes lors des éventuelles interventions sur le moteur, des gros problèmes avec l'assurance si c'est découvert, et je ne sais pas si le controle technique ne peut pas invalider le véhicule pour la conduite sur route (mais j'imagine que oui).

    Par contre, la différence de prix entre le moteur bridé et la version non bridée n'est pas aussi énorme que chez Tesla...
    C'est effectivement le cas, c'est pourquoi avec la "reprogrammation" de l'injection c'est souvent possible de libérer des chevaux MAIS il y a souvent d'autres pièces qui sont elles sont physiquement différentes et inférieur (les freins et les suspensions par exemple) ce qui fait la différence par rapport à l'article en question qui parle d'un bridage électronique à 100%.

  11. #11
    Membre éprouvé
    Je me permet d'apporter quelques précision sur la reprogramation ayant moi même une auto reprogrammée.

    Ce n'est pas l'injection que l'on « reprogramme » sur un moteur thermique… On reprogramme l'ECU (l'ordinateur de l'auto), pour envoyer plus d'air / d'essence et de pression de turbo si il s'agit d'un moteur suralimenté (e.g. turbo). Je sais que c'est un peu sémantique mais vu qu'on est sur un forum d'informatique…
    L'injection s'adaptera à ces réglages, sauf si on dépasse de très loin les possibilités de débit des injecteurs.

    Ce qui est dit sur les difficulté des interventions moteur est à modérer : En somme la garantie part en fumée, mais tant que le moteur n'a pas de panne liée aux modifications alors la marque n'aura pas de soucis à effectuer la maintenance. Ex : Tu fait reprog une BM, tu peut aller faire tes entretiens chez BM…

    Oui ton assurance dénoncera le véhicule avec une expertise qui sera réalisée si tu fait une blessure corporelle (c'est que en cas de blessure corporelle qu'on voit ses expertises se faire).

    Cela ne pose aucun problème au CT. On peut même le passer avec un moteur swapé (tant qu'on passe pas d'un atmo à un suralimenté etc). Le CT vérifie cependant la pollution, si la cartographie est trop éloignée de l'originale et que l'auto dépasse les seuils de pollution, ou que la cartographie a nécessité de dé-catalyser, alors le CT sera refusé.

    Le seul moyen de reprogrammer et de rouler entièrement en règle avec une voiture modifiée de la sorte, c'est à dire être assuré grâce à une carte grise complètement en accord avec ce qu'est réellement la voiture est de passer devant la Dreal et c'est très difficile (ou impossible quand il s'agit de gagner de la puissance).

###raw>template_hook.ano_emploi###