Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #161
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par stardeath Voir le message
    j'ajouterai à ça (avec l'exp que j'ai) que même si tu sais pertinemment que 100% des utilisateurs finaux de ton app seront des téléphones android (genre flotte d'entreprise), si les gens à qui tu présentes ton app sont sous ios (commerciaux, directions, autres), tu seras obligé d'avoir une version ios.
    Oui enfin là c'est un cas particulier de direction constitué d'imbéciles finis, ce n'est clairement pas généralisable. En général quand tu leur présente la facture de la version iOS inutile, même les plus bornés comprennent qu'il pourront utiliser un autre téléphone le temps de la présentation.

    Dans tous les cas que je connais, les application déployés sur des parcs sont développées sur un seul OS.

  2. #162
    Membre régulier
    Citation Envoyé par Sodium Voir le message
    Mais est-ce que ça n'est pas normal qu'un développeur qui publie une application soit payé pour son travail ? Ensuite, les applications gratuites sont généralement bardées de pubs et de microtransaction. Personnellement, je préfère payer un prix juste et ne pas me farcir des pubs et des incitations à la dépense en permanence, et je filtre généralement les applications gratuites quand j'ai besoin de quelque chose.
    Bien évidemment que oui, surtout quand on paye aussi cher le droit d'accès en tant que DEV sur le store ;-)
    C'est d'ailleurs pour ça qu'il y a beaucoup plus d'applications foutoirs sur Android-PlayStore que sur Apple (après je ne connais que iOS, je ne sais même pas si il y a d'autre store sur les autres OS MAC).

    Citation Envoyé par forthx Voir le message
    Je met car oui, c'est vrai !
    Après il y a probablement de bonnes raison d'y être entré et d'y rester dans notre petite bulle douillette !
    J’espère qu'elle le restera longtemps ...


    Je me disais que si l'utilisateur met 1000€ dans son pc et 800€ dans son smartphone est potentiellement meilleur candidat pour faire des achats sur le store.
    ce que @Nicolas___ semble confirmer.

    PS : Chez moi les pommes on en fait du cidre aurais-je un biais culturelle ?
    Je pense que c'est une réalité.


    En conclusion des deux remarques, ce qui est dommage avec tout ceci c'est que à terme, je me demande s'il y existera encore des applications gratuites sans pub.
    C'est peut-être un non sens pour un gars qui veut se faire de l'argent mais je trouve (de moins en moins) que l'informatique, et spécialement la branche de la programmation, est une histoire de passionnés.
    Et comme n'importe qu'elle passion, on peut soit en vivre, soit simplement la partager (faites l'analogie avec des petits groupes de musique qui se donnent gratos dans la rue).
    Mais avec un système où l'on doit payer pour déposer son archive ... ben oui, on entre dans le monde merveilleux des pubs et autres.

  3. #163
    Membre extrêmement actif
    Ce n'est pas que les développeurs qui étaient passionnés avant ne le sont pas aujourd'hui, c'est juste qu'ils ont découvert qu'ils ont un droit de reconnaissance de leur travail.

    Autrefois, quand un développeur "amateur" (on va dire aujourd'hui indépendant) créait un jeu vidéo, il pouvait le mettre sur son ftp (avec une visibilité quasi nulle), sur diverses plateformes foure-tout (avec une visibilité aussi nulle) ou encore sur des sites gratuits comme Newgrounds. Aujourd'hui, il peut le mettre sur des plateformes spécialisées et centralisées comme Steam ou Itch.io, gratuitement ou pour quelques euros. S'il ne dispose pas forcément d'une très grande visibilité, son jeu devient au moins facile d'accès pour les personnes intéressées. Si il parvient à en tirer un revenu, ça diminue son besoin d'un travail alimentaire, ce qui lui laisse plus de temps pour se consacrer à sa véritable passion, donc produire plus de choses, de meilleure qualité.

    Quand j'étais jeune, je faisais pas mal de jeu vidéo amateur. C'est une carrière qui m'aurait intéressée, mais à l'époque pouvoir le publier à grande échelle et en tirer un revenu était de la science fiction, je me suis donc dirigée vers une carrière alimentaire où je fais des choses nettement moins intéressantes et qui globalement servent à faire gagner de l'argent à mon entreprise.
    Citation Envoyé par Un expert en programmation
    D'ailleurs il croit toujours que le JS c'est de la POO

  4. #164
    Chroniqueur Actualités

    Epic, Spotify et Tinder coalisent pour défendre la liberté de choix et la concurrence loyale sur l'App store
    Epic, Spotify et Tinder forment une coalition pour défendre la liberté de choix et la concurrence loyale sur l’App Store
    Et l’écosystème des applications en général

    Le pouvoir exact que les propriétaires de magasins d'applications devraient avoir sur les développeurs est une question controversée ces derniers temps. Le cas de la bataille juridique entre Apple et Epic Games en est une illustration. À la réalité la liste de tels affrontements est plus longue. Désormais, tous les développeurs d’applications qui ont fait face à Apple dans les derniers mois coalisent. À date, ils sont une dizaine réunis dans le cadre d’une organisation à but non lucratif dont le but est de défendre la liberté de choix et la concurrence loyale sur l’App Store et l’écosystème des applications en général.

    À côté d’Epic Games qui a fait interdire son jeu à succès Fortnite sur l'App Store pour avoir mis en place son propre système de paiement intégré à l'application, on retrouve : Spotify qui a déposé une plainte antitrust contre Apple dans l'UE ; ProtonMail dont le PDG a déclaré qu'Apple tenait les développeurs en otage avec les 30 % de frais ; Basecamp qui a qualifié les politiques d'Apple d'exploitation après que des mises à jour de son application de messagerie Hey ont fait l’objet de blocage pour avoir utilisé la même technique de facturation que Netflix.


    Les griefs contre Apple

    « Apple utilise son contrôle du système d'exploitation iOS pour s'attribuer des faveurs en contrôlant les produits et les fonctionnalités qui sont à la disposition des consommateurs. Apple exige des fabricants d'équipements qu'ils limitent les options, oblige les développeurs à vendre par l'intermédiaire de son App Store et va même jusqu'à voler les idées des concurrents », indique la coalition à propos du positionnement de monopole d’Apple.

    « Pour la plupart des achats effectués dans son App Store, Apple prélève 30 % du prix d'achat. Aucun autre frais de transaction - quel que soit le secteur d'activité - ne s'en approche.

    Cette taxe sur les applications réduit considérablement le pouvoir d'achat des consommateurs et étouffe les revenus des développeurs. C'est particulièrement injuste lorsque cette taxe est imposée à des applications qui sont en concurrence directe avec des applications similaires vendues par Apple. Cela place les entreprises dans une position concurrentielle nettement désavantageuse et fait donc augmenter les prix pour les consommateurs.

    Les développeurs constatent qu'une taxe de 15 à 30 % sur l'App Store d'Apple représente une part énorme de leurs revenus et ne peuvent souvent s'y opposer. Ils font valoir que lorsqu'ils sont en concurrence avec l'une des applications d'Applela situation devient encore plus difficile.

    Apple a introduit pour la première fois la redevance de 30 % sur les applications en 2011, ce qui a obligé de nombreuses applications à cesser complètement leurs activités. Treehouse, une plateforme de formation en ligne, a développé une application basée sur la lecture, iFlow Reader, qui a été l'une des nombreuses victimes de la nouvelle taxe imposée. "Apple vient de larguer une bombe nucléaire sur nous tous", a déclaré publiquement Treehouse, précisant que les "nouvelles règles draconiennes" avaient rendu "impossible pour quiconque, sauf Apple, de vendre des livres à profit sur iOS".

    Le cofondateur d'Apple, Steve Jobs, dans un courriel interne, a montré peu de sympathie pour le petit développeur. Il l'a dit à d'autres dirigeants d'Apple : "Nous n'avions pas de politique et maintenant nous en avons une et il y aura des morts sur la route à cause de cela. Je ne me sens pas coupable".

    Les développeurs et les créateurs veulent qu'Apple ouvre sa plateforme App Store afin que toute entreprise puisse construire des logiciels à ses propres conditions et les diffuser librement. Les utilisateurs devraient également avoir la possibilité d'installer des logiciels, gratuitement, de n'importe où, afin que les règles du jeu soient les mêmes pour tous et qu'il y ait une véritable concurrence dans le domaine du développement et de la distribution de logiciels.

    Un marché équitable et équilibré signifierait que chaque fournisseur de logiciel et chaque fournisseur de composants peuvent se faire concurrence sur iOS sans être contraints par des conditions et des limitations qui ont été élaborées par la société qui vient de programmer le système d'exploitation de l'appareil d'un utilisateur. Tout comme chaque partie de l'économie du web est ouverte à la concurrence, chaque partie de l'économie des applications doit être ouverte à la concurrence », indique la coalition pour ce qui est des frais en vigueur sur l’App Store.


    « À l'aube de la révolution des ordinateurs personnels, les logiciels étaient quelque chose que l'on achetait dans un magasin, et tant que le système d'exploitation correspondait, ils fonctionnaient sur n'importe quel ordinateur.

    C'est pourquoi aujourd'hui, les logiciels pour ordinateurs personnels sont largement disponibles sur le web pour chaque système d'exploitation. L'idée qu'un consommateur ne puisse utiliser que des logiciels vendus par le même fabricant que son ordinateur portable semble ridicule. Sauf que c'est exactement la règle qu'Apple a imposée aux appareils personnels dans des milliards de poches.

    Les applications iPhone ne sont disponibles que via l'App Store d'Apple. Si les consommateurs veulent qu'une application fonctionne sur leur appareil mobile, le développeur de l'application doit suivre les règles, les taxes et les exigences d'Apple. Mais si les consommateurs veulent utiliser cette même application depuis leur ordinateur, les règles, les taxes et les exigences ne s'appliquent pas. C'est un château de cartes.

    Voici un exemple de la façon dont ce problème se manifeste : Epic produit l'un des jeux vidéo les plus populaires de tous les temps, Fortnite. Si un joueur de Fortnite achetait une mise à jour sur l'App Store, il pourrait se voir facturer 9,99 $. Cependant, cette même mise à jour ne coûte que 7,99 $ lorsqu'elle est achetée directement par l'intermédiaire d'Epic.

    Alors pourquoi est-il plus cher pour les joueurs d'acheter une mise à jour de Fortnite sur l'App Store ? Une raison : la taxe sur les applications. Lorsqu'un consommateur paie une mise à niveau Fortnite via son appareil mobile, Apple perçoit sa taxe arbitraire sur l'application. En revanche, lorsque le service est payé directement par Epic, ce dernier peut répercuter les économies réalisées sur les clients - mais voici le hic : Apple indique expressément aux développeurs qu'ils ne sont pas autorisés à informer leurs clients sur les options moins coûteuses, sous peine d'être bannis de l'App Store.

    Pensez à cela un peu différemment : une boîte de Cheerios coûte environ 3 $ chez Kroger, mais il arrive que Cheerios offre un coupon qui ramène le prix à 2,50 $ dans tous les magasins qui proposent des Cheerios. Ce que fait Apple, c'est un peu comme si Kroger disait aux Cheerios qu'elles n'ont pas le droit d'offrir des coupons, et que si elles le font, les Cheerios risquent d'être expulsées de l'allée des céréales. Les consommateurs ne toléreraient pas ce type de comportement monopolistique sur leurs céréales, alors pourquoi devraient-ils l'autoriser pour les applications utilisées sur leurs appareils mobiles ?

    Qu'il s'agisse de leur ordinateur personnel ou de leur appareil mobile, les consommateurs méritent et doivent s'attendre à un choix illimité en ce qui concerne le lieu, le moment et la manière dont ils achètent les applications ou les logiciels », ajoute la coalition pour ce qui est de la limitation des libertés des utilisateurs.

    La vision de la coalition

    Les plateformes en ligne les plus populaires au monde et les app stores qui en régissent l'accès sont devenus une passerelle essentielle pour les consommateurs de produits et services numériques du monde entier. Si elles peuvent être bénéfiques lorsqu'elles sont exploitées de manière équitable, elles peuvent également être utilisées par les propriétaires de plateformes pour nuire aux développeurs et aux consommateurs. Alors que les responsables de l'application des lois, les régulateurs et les législateurs du monde entier cherchent à résoudre ces questions importantes, nous les invitons à reconnaître que chaque développeur d'applications, quelle que soit sa taille ou la nature de son activité, a droit à un traitement équitable de la part de ces app stores et des propriétaires de plateformes qui les exploitent, et devrait se voir accorder les droits suivants :

    #1 Aucun développeur ne devrait être tenu d'utiliser exclusivement un app store ni de recourir aux services auxiliaires du propriétaire de l'app store y compris les systèmes de paiement ou d'accepter d'autres obligations supplémentaires pour avoir accès à l'App Store.

    #2 Aucun développeur ne doit être banni de la plateforme ou faire l'objet d'une discrimination fondée sur le modèle commercial d'un développeur, la manière dont il fournit le contenu et les services, ou s'il est en concurrence d'une quelconque manière avec le propriétaire de l'App Store.

    #3 Chaque développeur devrait disposer en temps utile des mêmes interfaces d'interopérabilité et informations techniques que le propriétaire de l'App Store met à la disposition de ses propres développeurs.

    #4 Chaque développeur devrait toujours avoir accès aux magasins d'applications tant que son application répond à des normes équitables, objectives et non discriminatoires en matière de sécurité, de confidentialité, de qualité, de contenu et de sécurité numérique.

    #5 Les données d'un développeur ne doivent pas être utilisées pour le concurrencer.

    #6 Tout développeur devrait toujours avoir le droit de communiquer directement avec ses utilisateurs par le biais de son application à des fins commerciales légitimes.

    #7 Aucun propriétaire d'App Store ne doit s'engager dans la publicité de ses propres applications ou services, ou interférer avec le choix des préférences ou des défauts des utilisateurs.

    #8 Aucun développeur ne devrait être tenu de payer des frais ou des parts de revenus injustes, déraisonnables ou discriminatoires, ni de vendre au sein de son application ce qu'il ne souhaite pas vendre, comme condition d'accès à l'App Store.

    #9 Aucun propriétaire d'App Store ne doit interdire à des tiers de proposer des boutiques 'applications concurrentes sur sa plateforme, ni décourager les développeurs ou les consommateurs de les utiliser.

    #10 Tous les App Stores seront transparents en ce qui concerne leurs règles et politiques et leurs possibilités de promotion et de commercialisation, les appliqueront de manière cohérente et objective, notifieront les changements et mettront à disposition une procédure rapide, simple et équitable pour résoudre les litiges.


    Source : Coalition for App fairness

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette initiative ? L’industrie du développement informatique en avait-elle besoin ?
    Quel commentaire faites-vous des dix exigences formulées par la coalition ? Quelles sont celles qui ne vous paraissent pas équitables pour chacune des parties (propriétaires de boutiques d’applications et développeurs) ?

    Voir aussi :

    Face au Congrès américain, Jeff Bezos déclare qu'il ne peut pas garantir que les employés d'Amazon n'ont pas accès aux données des vendeurs tiers pour favoriser les produits de son entreprise
    Fortnite aurait fait exploser les bénéfices d'Epic Game en 2018 jusqu'à 3 milliards de dollars grâce notamment à la vente de contenus additionnels
    Après un bras de fer qui aura duré près de deux ans, Epic abandonne le combat et publie Fortnite sur PlayStore, regrettant que Google rende extrêmement mince la possibilité d'éviter le Play Store
    Google assure que Fortnite ne bénéficiera d'aucun traitement de faveur sur le Play Store s'il veut revenir et que sa taxe de 30 % est valable pour tous, Epic dénonce un abus de position dominante
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  5. #165
    Membre éprouvé
    la solution serait de forcer Apple a autoriser l'installation d'un store alternatif et même d'autoriser l'installation d'un autre os sur ces machines.
    j'irais même plus loin en étendant cela sur tous les "ordinateurs" (pc, pc portable, tablette, smartphone et consoles de jeux). Et ainsi promouvoir le vrai capitalisme ainsi qu'une concurrence saine.

    sous windows, je n'aime pas steam j'ai gog, epic gamez store, windows store...
    sur android, je n'ai aucun soft google, j'ai fdroid, osmand, firefox par choix en tant que consommateur, heureusement que je n'ai pas l'obligation d'avoir google chrome ou le play store sur mon smartphone

  6. #166
    Responsable Systèmes

    la solution serait de forcer Apple a autoriser l'installation d'un store alternatif et même d'autoriser l'installation d'un autre os sur ces machines.
    Ca me parait légalement difficile : liberté de commerce et d'industrie, tout comme la liberté d'acheter un produit concurrent pour le consommateur.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur la création d'un système : http://chrtophe.developpez.com/tutor...s/minisysteme/
    Mon article sur le P2V : http://chrtophe.developpez.com/tutoriels/p2v/
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  7. #167
    Expert éminent sénior
    La liberté de commerce n'est pas supérieure à la loi. Il y a plein de régulations dans tous les domaines qui obligent les fabricants de certains types de matériels de respecter certaines règles. Je ne vois pas du tout pourquoi ça ne serait pas possible dans ce cas précis.

  8. #168
    Responsable Systèmes

    La liberté de commerce n'est pas supérieure à la loi. Il y a plein de régulations dans tous les domaines qui obligent les fabricants de certains types de matériels de respecter certaines règles.
    oui, mais je ne vois pas quelle règle pourrait être utilisé, mais je ne suis pas juriste.

    Pour moi :

    Si on regarde du coté du monopole : en recherchant les parts de marchés IOS Android, j'ai trouvé pour la France 75/25 en faveur d'Android, et à l'échelle mondiale 85/15 toujours en faveur d'Android. Je ne connais pas la fiabilité de ces chiffres, mais dans ce cas on ne peut pas parler de monopole. Sur le terrain par contre, en entreprise, je vois plus d'IPhone que d'Android

    du coté de la vente liée : On peut acheter/installer une appli de n'importe quel développeur, sous réserve bien-sûr que celui-ci (le développeur) respecte les conditions imposés par Apple en mettant de coté un jugement de valeur sur celles-ci. Du point de vue consommateur, pour moi, ce n'est pas illégal.

    Abus de position dominante : Si les chiffres indiqués sont justes, Apple n'est pas en position dominante.

    Concurrence déloyale : Apple ne vend pas d'applis et n'est donc pas en concurrence sur cet aspect avec les développeurs

    clauses abusives : là ça va être des avocats qui vont donner les réponses.

    L'aboutissement de l’affaire fortnite nous apportera les réponses.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur la création d'un système : http://chrtophe.developpez.com/tutor...s/minisysteme/
    Mon article sur le P2V : http://chrtophe.developpez.com/tutoriels/p2v/
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  9. #169
    Membre habitué
    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    Si on regarde du coté du monopole : en recherchant les parts de marchés IOS Android, j'ai trouvé pour la France 75/25 en faveur d'Android, et à l'échelle mondiale 85/15 toujours en faveur d'Android. Je ne connais pas la fiabilité de ces chiffres, mais dans ce cas on ne peut pas parler de monopole. Sur le terrain par contre, en entreprise, je vois plus d'IPhone que d'Android
    Ici, le monopole mis en cause est celui de l'AppStore, pas de l'iphone. C'est deux marches différents.

    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    du coté de la vente liée : On peut acheter/installer une appli de n'importe quel développeur, sous réserve bien-sûr que celui-ci (le développeur) respecte les conditions imposés par Apple en mettant de coté un jugement de valeur sur celles-ci. Du point de vue consommateur, pour moi, ce n'est pas illégal.
    Apple t'oblige a utiliser son AppStore, donc vente liée.

    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    Abus de position dominante : Si les chiffres indiqués sont justes, Apple n'est pas en position dominante.
    Apple est en position dominante sur son AppStore vu qu'il le detient.

    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    Concurrence déloyale : Apple ne vend pas d'applis et n'est donc pas en concurrence sur cet aspect avec les développeurs
    Apple Music
    Apple TV+
    Apple Arcade
    Apple Books
    iCloud

  10. #170
    Responsable Systèmes

    Ici, le monopole mis en cause est celui de l'AppStore, pas de l'iphone. C'est deux marches différents.
    J'ai trouvé sur le net une décision de la cour suprême des états-unis, décision datant de 2018 et engagé depuis dix ans j' ai cru comprendre. Cette décision valide la procédure d'ouverture d'une class action, mais n'évalue pas le bien fondé de la demande. Ca va donc être long pour avoir une décision.

    Apple t'oblige a utiliser son AppStore, donc vente liée.
    Sur le plan juridique ça ne tient pas sur ce point je pense, une vente liée impliquant la possibilité d'achat des deux produits séparément.

    Pour les applis cités (Apple Music, etc.), elles sont gratuites, c'est le contenu, non produit par Apple qui est payant. Sauf pour icloud qui est payant, mais utilisable sous Windows si tu as un appareil Apple, et on peut utiliser un autre drive sur IOS comme google. Quant à la plateforme VOD Apple TV+, elle est utilisable sur Android et PC.

    Mes remarques ne sont pas une approbation des stores. Je suis contre ce système de store, ou du moins de l'obligation de passer par cela, et je n'achèterais jamais un IPhone.
    Par contre je me pose la question sur le fait que la pratique soit juridiquement condamnable.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur la création d'un système : http://chrtophe.developpez.com/tutor...s/minisysteme/
    Mon article sur le P2V : http://chrtophe.developpez.com/tutoriels/p2v/
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  11. #171
    Membre habitué
    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    J'ai trouvé sur le net une décision de la cour suprême des états-unis, décision datant de 2018 et engagé depuis dix ans j' ai cru comprendre. Cette décision valide la procédure d'ouverture d'une class action, mais n'évalue pas le bien fondé de la demande. Ca va donc être long pour avoir une décision.
    En effet, ça va donc être long .


    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    Sur le plan juridique ça ne tient pas sur ce point je pense, une vente liée impliquant la possibilité d'achat des deux produits séparément.

    En france, "Il est interdit de refuser à un consommateur la vente d'un produit ou la prestation d'un service, sauf motif légitime, et de subordonner la vente d'un produit à l'achat d'une quantité imposée ou à l'achat concomitant d'un autre produit ou d'un autre service ainsi que de subordonner la prestation d'un service à celle d'un autre service ou à l'achat d'un produit dès lors que cette subordination constitue une pratique commerciale déloyale" (www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArt...TI000006292153) L'AppStore peut se comme une prestation de service.


    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    Pour les applis cités (Apple Music, etc.), elles sont gratuites, c'est le contenu, non produit par Apple qui est payant. Sauf pour icloud qui est payant, mais utilisable sous Windows si tu as un appareil Apple, et on peut utiliser un autre drive sur IOS comme google. Quant à la plateforme VOD Apple TV+, elle est utilisable sur Android et PC.
    Justement, Apple s’immisce non pas juste dans le prix de l'app, mais aussi dans son contenu. Par exemple, Apple qui interdit le cloud gaming . Donc Apple est attaquable.
    Apple peut par exemple favoriser Apple Music et défavoriser Spotify. Ce qui est fait qqch d’illégal.

  12. #172
    Responsable Systèmes

    Par exemple, Apple qui interdit le cloud gaming . Donc Apple est attaquable.
    Le problème c’est que le cloud gaming enfreint les règles de l'AppleStore. On en revient au même problème, les clauses de l'AppleStore sont elles abusives ? Il faut qu'un tribunal tranche cet aspect. Et en plus ça peut changer d'un pays à l'autre selon les législations.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur la création d'un système : http://chrtophe.developpez.com/tutor...s/minisysteme/
    Mon article sur le P2V : http://chrtophe.developpez.com/tutoriels/p2v/
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  13. #173
    Expert éminent sénior
    Ce message n'a pas pu être affiché car il comporte des erreurs.

  14. #174
    Chroniqueur Actualités

    La décision d'Epic de contourner les politiques de l'App Store d'Apple était malhonnête selon un juge US
    La décision d'Epic de contourner les politiques de l'App Store d'Apple était malhonnête,
    selon un juge américain

    La tournure des événements montre que le bras de fer en Apple et Epic annonce un long et difficile procès à venir, une bataille judiciaire qui pourrait remodeler le modèle économique des boutiques d’applications mobiles. Au cours de l’audience de ce lundi, la juge Yvonne Gonzalez Rogers a entendu les arguments sur la demande d'Epic pour une injonction temporaire dans son affaire contre Apple. Elle a critiqué la décision d’Epic de rompre son contrat avec le fabricant d’iPhone, avant d’inviter les deux parties à porter leur différend antitrust devant un jury.

    Le 13 août dernier, Epic publiait une mise à jour de Fortnite sur iOS et sur Android intégrant un système de paiement in-app qu’il a conçu lui-même pour outrepasser le système de paiement d’Apple et de Google qui prélève instantanément 30 % de commissions sur tout achat dans les applications. Résultat, Apple a immédiatement retiré Fortnite de l’App Store et a ensuite porté d’autres menaces contre le créateur de jeux. Ces agissements d’Epic et d’Apple ont entraîné ces deux géants dans une bataille juridique depuis le mois d’août, et l’affaire pourrait durer longtemps.

    En effet, Epic cherche à obtenir une ordonnance judiciaire temporaire qui obligerait Apple à débloquer Fortnite sur l’App Store, le point principal de l'audience du lundi. Mais après qu’Epic a fait part de ses arguments au juge Rogers, celle-ci a exprimé son scepticisme quant à ces derniers, et en particulier son affirmation selon laquelle il ne constituait pas une menace pour la sécurité d'Apple, car il s'agit d'une société et d'un partenaire bien établi. Il semblerait qu’elle considère qu’Epic a rompu son contrat en tout état de cause et donc qu’il est normal qu’il en subisse les conséquences.

    « Epic savait qu'il violait son contrat avec Apple lorsqu'il a publié la mise à jour, mais il l'a quand même fait », a déclaré Rogers, accusant la société de malhonnêteté. « Vous avez fait une chose, vous avez menti par omission, par manque de franchise. C'est la question de sécurité. C'est la question de sécurité ! », a lancé Rogers à Epic, selon un rapport de CNN Business. « Il y a beaucoup de gens dans le public qui vous considèrent comme des héros pour ce que vous avez fait, mais ce n'est toujours pas honnête », a ajouté Rogers. Selon le rapport publié par CNN Business, l’audience s’est déroulée sur Zoom et aura duré environ trois heures.


    Mais pendant cette période, il s’avère qu’aucune des questions en suspens dans le procès antitrust en cours d’Epic Games contre Apple n’a été réglée, y compris celle du retour de Fortnite sur l’App Store. À ce propos, le New York Times a rapporté qu’une décision sur ce sujet était attendue dans les prochains jours. De son côté, Apple a justifié les politiques de l'App Store en partie comme un moyen de protéger les utilisateurs contre les risques de sécurité et les logiciels malveillants. Cela dit, l’on a un peu de mal à lier les 30 % de commissions à une initiative de protection de la vie privée.

    Les avocats d'Epic ont tous reconnu que la société a violé son accord avec Apple, mais ont affirmé qu'Epic refusait tout simplement de se conformer à un contrat anticoncurrentiel, et que forcer une bataille juridique faisait partie du plan d'Epic. « Quand vous vous attaquez à la plus grande société du monde, et que vous l'attaquez là où vous savez qu'elle va riposter, vous n’allez pas vous allonger dans la rue pour mourir. Vous planifiez très soigneusement la façon dont vous allez réagir », a déclaré lundi Katherine Forrest, l’un des avocats d’Epic Games.

    Epic est ferme sur sa position depuis le début de l’affaire, alléguant que le fabricant d’iPhone, par le biais de ses règles de développement, abuse de son emprise sur l'App Store pour nuire à l'innovation, à la concurrence et aux consommateurs sur le marché des ventes d'applications iOS. Selon lui, des dizaines d’utilisateurs de l’iOS ont été lésés par ce qu’il a décrit comme une décision de représailles d'Apple visant à retirer Fortnite de l'App Store. « La décision démontre le contrôle à toute épreuve d'Apple et le maintien d'un monopole illégal », a soutenu Epic.

    Epic voit également le système propriétaire de paiement in-app d’Apple tel un système de vente liée illégale. Mais d’après le juge Rogers, il n’y a pas de vente liée avec le système de paiement intégré de la marque à la pomme. « Je ne suis pas particulièrement convaincue », a-t-elle déclaré à propos du mécanisme de paiement au moyen du système proposé par Apple. « Je ne vois simplement pas cela comme un produit séparé et distinct ». Rogers n’a pas non plus retenu l'argument d'Epic disant qu’Apple a porté préjudice à la distribution de Fortnite en raison du contrôle exclusif d'Apple sur son magasin d’applications.

    Elle a brandi l’argument selon lequel les joueurs de Fortnite sur iOS ont une variété de choix afin d’accéder au jeu même s'il n'est plus disponible l’App Store. « Les jardins clos existent depuis des décennies », a -t-elle déclaré. « Nintendo a eu un jardin clos. Sony a eu un jardin clos. Microsoft a eu un jardin clos. Ce qu’Apple fait n'est pas très différent. Il est difficile d'ignorer l'économie de l'industrie, et c'est ce que vous me demandez de faire », a ajouté Rogers. Pour sa part, Apple a allégué qu’Epic a de grandes ambitions et qu’il veut inciter les gens à voir Apple différemment.

    Les avocats du fabricant d’iPhone ont en effet allégué que Tim Sweeney, PDG d’Epic Games, tente de mener une révolte de développeurs qui coupe au cœur du modèle économique d'Apple. « Sweeney essaie d'être le joueur de flûte des autres développeurs », a déclaré Ted Boutrous, un des avocats d’Apple. Il a ajouté qu'Epic veut que les autres aussi « trichent, violent leur accord et introduisent en douce des logiciels pour contourner l'examen de l'application ». « Une conclusion en faveur d'Epic serait un feu vert pour d'autres entreprises et ce serait très dangereux », a-t-il soutenu.

    L'affaire entre Epic et Apple est considérée comme un procès qui pourrait faire date, un procès qui teste les frontières du droit antitrust, a déclaré la juge Rogers. Elle n'a pas donné de délai pour une décision sur l'injonction. Elle a également déclaré qu'étant donné son calendrier, l'affaire ne devrait pas être jugée avant juillet 2021. Enfin, elle a déclaré qu’elle préférerait que l'affaire soit jugée devant un jury. « Je sais que je ne suis qu'un tremplin pour vous tous », a-t-elle déclaré lundi.

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Apple retire Fortnite de l'App Store après qu'Epic ait tenté de contourner les frais de commissions lors de paiements in-app, Epic traduit Apple en justice pour pratiques anticoncurrentielles

    Fortnite se divise en « deux jeux différents » en raison de la bataille légale entre Epic et Apple. La saison 4 du chapitre 2 sur Android, Xbox, PC et la précédente sur iPhone, iPad et Mac

    Apple indique à la Cour qu'Epic met en danger tout le modèle économique de l'App Store avec sa demande d'injonction dans laquelle l'éditeur sollicite le retour de Fortnite sur la vitrine iOS

    Epic demande à la Cour d'obliger Apple à rétablir Fortnite sur l'App Store. Notant une diminution de 60 % des joueurs sur iOS, l'éditeur se dit prêt à lancer une vitrine de téléchargement concurrente

    Apple menace de révoquer l'accès aux outils de développement iOS et macOS d'Epic, en représailles pour avoir introduit une nouvelle option de paiement dans Fortnite
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #175
    Membre chevronné
    Il faudrait probablement que les juges déclarent le type de smartphone qu'ils utilisent et leur connaissance sur les modèles concurrents ; les aficionados de l'un ayant généralement, sinon du mépris, peu d'intérêt pour l'autre.

  16. #176
    Membre extrêmement actif
    Qu'en pensez-vous ?

    Que la juge, au vu de ses déclarations, estime le principe de monopole comme normale puisque généralisé.
    Partant de là, ont peut en déduire qu'Apple sera victorieux.

    Dans un pays de droit, comment une juge peut elle ignorer la loi même de son pays au motif que ce sont des pratiques usuelles ?
    Ne devrait elle pas plutôt demander une enquête au sénat ou bien à la cour suprême ?

    P.S. : Voler un voleur peut-il réellement être considéré comme du vole ?

  17. #177
    Responsable Systèmes

    P.S. : Voler un voleur peut-il réellement être considéré comme du vole ?
    Aux yeux de la loi, oui.

    Epic voit également le système propriétaire de paiement in-app d’Apple tel un système de vente liée illégale. Mais d’après le juge Rogers, il n’y a pas de vente liée avec le système de paiement intégré de la marque à la pomme.
    c.f. mon post précédent, c'est comme ça que j’interprétai la loi. Après c'est une première instance et je suppose que c'est une procédure équivalente à un référé, donc pas vraiment un jugement de fond pour le moment.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur la création d'un système : http://chrtophe.developpez.com/tutor...s/minisysteme/
    Mon article sur le P2V : http://chrtophe.developpez.com/tutoriels/p2v/
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  18. #178
    Membre habitué
    image
    Apple est notoirement fier de son image et son ego s'est encore amplifié avec Tim Cook à sa tête, c'est contre une politique de surfacturation stigmatique que les éditeurs protestent.
    Ce n'est qu'une étape de plus vers davantage de sériosité de la marque (je m'essaye à l'analyse) qui n'aura bientôt plus besoin du contrôle parental dans un univers paradisiaque rendu, quand bien même la pomme aurait été mordue. Après tout le logo de Windows ne prend il pas racine dans la figure du jardin représentation des quatre points cardinaux, hétérotopie tirée de Michel Foucault et de ses tapis volants.
    Chacun veut sa part: à Apple l'orthodoxie et à Microsoft ne reste que le stupre et le lucre, espèce de reproche pour son côté ludique mal accommodé d'une console.

    World of Warships est en constante évolution, et de nouveaux navires ainsi que de nouvelles cartes font régulièrement leur apparition dans le jeu. Nous introduisons également un tas d'autre contenu, notamment de nouvelles technologies destinées à améliorer les performances ainsi que la qualité de l'audio et des graphismes.
    Dans le but de maintenir ce niveau de productivité, nous sommes malheureusement contraints de mettre fin à la prise en charge de macOS.

    La popularité de ce système d'exploitation (OS) est assez faible parmi nos joueurs. Par ailleurs, ce système d'exploitation dispose de plusieurs spécificités dont la gestion demande beaucoup de temps et d'efforts à notre équipe de développement. Cela a un impact négatif sur le développement du jeu et sur notre capacité à introduire du nouveau contenu et des améliorations. Après avoir pris en compte tous ces facteurs, nous avons décidé de mettre fin à la prise en charge de macOS.
    : Tanatoy WG Staff Administrator Community WG Team. 29/9

  19. #179
    Membre extrêmement actif
    Le boulot d'un juge n'est pas de décider de ce qui est bien ou mal en fonction de ses opinions personnelles, c'est de juger ce qui est en dedans ou en dehors de la loi. Epic a violé les conditions d'utilisation signées sur la plateforme, c'est une rupture de contrat et donc illégal. Si ils jugeaient les clauses du contrat abusives, c'était à eux de poursuivre Apple plutôt que de violer les conditions afin de se faire bannir pour passer martyr.

    Mais tout cela ne répond toujours pas à la question la plus importante : pourquoi jouer à Fortnite, qui plus est sur mobile ? Il s'agit de l'un des plus mauvais jeux que j'ai essayé de toute ma vie et il y en a a eu beaucoup
    Citation Envoyé par Un expert en programmation
    D'ailleurs il croit toujours que le JS c'est de la POO

  20. #180
    Chroniqueur Actualités

    Un juge empêche définitivement Apple de bloquer Unreal Engine
    Un juge empêche définitivement Apple de bloquer Unreal Engine,
    cependant, Apple ne sera pas obligé à rétablir Fornite sur l’App Store

    La bataille entre Apple et Epic continue et selon les déclarations du juge ce vendredi, Fortnite ne reviendra pas sur l’App Store d’Apple de sitôt. La juge en charge de l’affaire, Yvonne Gonzales Rogers, a statué sur la demande d’injonction faite par Epic. Celui-ci n’a pas obtenu le maintien temporaire de Fortinite sur l’App Store jusqu’à la fin du procès. Cependant, Apple a reçu l'ordre de ne pas nuire à l'activité du développeur et éditeur de jeu en matière d'outils de développement, qui comprend le moteur de jeu vidéo Unreal qui est utilisé par des centaines d'autres jeux vidéo.

    Apple n’est pas tenu de rétablir Fortnite sur l’App Store

    La juge Gonzales Rogers a refusé d'accorder à Epic Games une injonction préliminaire contre Apple qui obligerait le développeur du jeu à réintégrer Fortnite sur l'App Store. « La Cour maintient les conclusions de la mesure de restriction temporaire et, par la présente, accorde en partie et rejette en partie la demande d'injonction préliminaire d'Epic Games », a déclaré la juge Rogers. Rappelons qu’Apple a retiré Fortnite de l’App Store depuis le 13 août dernier après qu’Epic a poussé une mise à jour du jeu comportant son propre système de paiement in-app.

    Le système propriétaire d’Epic lui permet en effet d’éviter de payer les 30 % de commissions exigées par Apple lors des achats dans les applications. Il a alors requis une ordonnance devant obliger Apple à remettre le jeu dans sa boutique jusqu’à un verdict final lors d’un procès. La décision de la juge ce vendredi n’est pas une surprise lorsqu’on se réfère à ce qu’elle avait dit à propos du comportement d’Epic la semaine dernière. Celle-ci a déclaré que le développeur de jeu a rompu son contrat en tout état de cause et est donc en train d’en subir les conséquences.


    « Epic savait qu'il violait son contrat avec Apple lorsqu'il a publié la mise à jour, mais il l'a quand même fait », a déclaré Rogers, accusant la société de malhonnêteté. « Vous avez fait une chose, vous avez menti par omission, par manque de franchise. C'est la question de sécurité. C'est la question de sécurité ! », a lancé Rogers à Epic, selon un rapport de CNN Business. « Il y a beaucoup de gens dans le public qui vous considèrent comme des héros pour ce que vous avez fait, mais ce n'est toujours pas honnête », a ajouté la juge Rogers en charge de l’affaire.

    Ainsi, le refus d’accorder l'ordonnance à Epic signifie que la situation dans laquelle Epic est interdit de publier de nouveaux jeux sur iOS et ne peut pas distribuer Fortnite sur l'App Store sous sa forme actuelle restera en place pendant la durée du procès, à moins qu'Epic ne décide de supprimer son propre système de paiement in-app qui a déclenché l'amère querelle juridique en août. À part ces faits, Rogers avait également suggéré à Apple et Epic d’apporter leur différend antitrust devant un jury. D’après elle, c’est le moyen le plus approprié pour en découdre de l’affaire.

    Mais avant la décision de ce vendredi, les deux parties ont déclaré qu'elles préféreraient que l'affaire soit tranchée par un juge. Ajoutons que, depuis août, Epic utilise comme principal argument pour se défendre le fait que la commission de 30 % sur les achats dans les applications, combinée au contrôle de la marque à la pomme sur les applications que les utilisateurs peuvent télécharger sur leurs appareils iOS, constitue un comportement anticoncurrentiel et monopoliste. L'autre avantage d'un procès devant un jury est qu'il peut aboutir à une décision plus ferme et plus définitive.

    La probabilité que cette affaire fasse l'objet de nombreux appels est élevée, et les cours d'appel sont plus susceptibles de confirmer une décision du jury lorsqu'elles font appel. Cela pourrait éviter que l'affaire ne rebondisse entre les tribunaux pendant des années. « Je suis consciente que je ne suis qu'un tremplin pour vous tous », a ajouté la Rogers lors de l’audience de la semaine dernière.

    Apple reçoit l’ordre de ne pas nuire au moteur de jeu Unreal

    « Epic Games et Apple sont libres de porter cette action en justice pour l'avenir de la frontière numérique, mais leur différend ne devrait pas créer de ravages pour les spectateurs. Ainsi, l'intérêt public pèse lourdement en faveur d'Unreal Engine et des affiliés d'Epic », a déclaré le juge, empêchant que l'activité d'Unreal Engine d'Epic ne soit mise à mal. Sur tous les volets portés devant la juge Rogers, Epic semble n’avoir obtenu gain de cause que pour celui-ci. Il a déclaré qu’il est reconnaissant pour cela, mais qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir pour mettre fin aux agissements d’Apple.

    « Epic Games est reconnaissant au fait qu'Apple continue à ne pas pouvoir exercer de représailles contre Unreal Engine et nos clients développeurs de jeux alors que le litige se poursuit », a déclaré un porte-parole d'Epic dans un communiqué. « Nous continuerons à développer pour iOS et Mac sous la protection du tribunal et nous poursuivrons toutes les voies pour mettre fin au comportement anticoncurrentiel d'Apple », a-t-il ajouté. De son côté, Apple s’est dit reconnaissant au fait que le tribunal ait reconnu que les agissements d’Epic n’étaient pas dans l’intérêt de ses propres clients.

    « Nos clients dépendent du fait que l'App Store soit un endroit sûr et fiable où tous les développeurs suivent le même ensemble de règles », a déclaré un porte-parole d'Apple. « Nous sommes reconnaissants à la Cour d'avoir reconnu que les actions d'Epic n'étaient pas dans l'intérêt de ses propres clients et que les problèmes qu'ils ont pu rencontrer étaient de leur propre fait lorsqu'ils ont violé leur accord. Pendant douze ans, l'App Store a été un miracle économique, donnant lieu à plusieurs opportunités commerciales transformatrices pour les développeurs, grands et petits ».

    Le combat juridique entre Apple et Epic est devenu une pierre de touche plus importante dans la dégradation des relations des développeurs tiers avec le fabricant d'iPhone, beaucoup d'entre eux utilisant la situation pour se plaindre d'injustice ou dans certains cas se joignant même à Epic pour protester contre les politiques d'Apple et leur application. En septembre, des sociétés comme Epic, Spotify, Tile et le Match Group ont créé la Coalition pour l'équité des applications, qui tentera de « défendre les droits fondamentaux des créateurs de créer des applications et de faire des affaires directement avec leurs clients », selon le PDG d'Epic, Tim Sweeney.

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    La décision d'Epic de contourner les politiques de l'App Store d'Apple était malhonnête, selon un juge américain

    Apple supprime le compte développeur Epic Games : les utilisateurs sur iOS et macOS ne peuvent ni télécharger de jeux Epic Games ni recevoir des mises à jour

    Apple retire Fortnite de l'App Store après qu'Epic ait tenté de contourner les frais de commissions lors de paiements in-app. Epic traduit Apple en justice pour pratiques anticoncurrentielles

    Apple indique à la Cour qu'Epic met en danger tout le modèle économique de l'App Store avec sa demande d'injonction dans laquelle l'éditeur sollicite le retour de Fortnite sur la vitrine iOS

    Epic demande à la Cour d'obliger Apple à rétablir Fortnite sur l'App Store. Notant une diminution de 60 % des joueurs sur iOS, l'éditeur se dit prêt à lancer une vitrine de téléchargement concurrente
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

###raw>template_hook.ano_emploi###