IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Développement 2D, 3D et Jeux Discussion :

Mark Zuckerberg déclare que les politiques d'Apple ne sont pas « soutenables »


Sujet :

Développement 2D, 3D et Jeux

  1. #341
    Rédacteur/Modérateur

    Avatar de yahiko
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    juillet 2013
    Messages
    1 381
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Alpes Maritimes (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2013
    Messages : 1 381
    Points : 8 641
    Points
    8 641
    Billets dans le blog
    43
    Par défaut
    J'aimerais lire les guerriers du net qui avaient un temps fait une campagne contre Microsoft et IE.
    Car même si IE était installé de base sur Windows et était parfois difficile à désinstaller, Microsoft n'a jamais empêché ses utilisateurs d'installer des logiciels concurrents.
    Chez Apple, le monopole de Safari dure depuis disons toujours, avec des conditions bien plus restrictives que son homologue IE.

    En fait, je n'ai jamais très bien compris cette indulgence face aux pratiques d'Apple.
    Tutoriels et FAQ TypeScript

  2. #342
    Responsable 2D/3D/Jeux


    Avatar de LittleWhite
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    mai 2008
    Messages
    26 385
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mai 2008
    Messages : 26 385
    Points : 213 517
    Points
    213 517
    Billets dans le blog
    97
    Par défaut
    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    En fait, je n'ai jamais très bien compris cette indulgence face aux pratiques d'Apple.
    C'est une question de perception. Il y a une piste pour comprendre dans un documentaire diffusé sur Arte : la fabrique du consentement. Peu importe l'idée de base, si vous arrivez à que le peuple l'accepte et trouve cela "normal" alors, ça passera crème (et ce, peu importe l'extrémisme ou la démesure de la chose en question).
    Si vous parlez aux utilisateurs d'Apple, ou même si vous discuter avec des néophytes de Apple, tout le monde voit que c'est une bonne marque, qui fait des produits bons/durables/performants (et certes cher, mais même le prix trouvera une explication).

    Et puis, en réalité, le commun des mortels n'en a rien à faire de changer de navigateur et généralement, ceux-ci sont "indulgents" par rapport à cela. Même à l'époque de IE, seul une poignée de personne souhaitait faire que cela change (et ce serait étonnant que ce ne soit pas par intérêt).
    Vous souhaitez participer à la rubrique 2D/3D/Jeux ? Contactez-moi

    Ma page sur DVP
    Mon Portfolio

    Qui connaît l'erreur, connaît la solution.

  3. #343
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Chômeur
    Inscrit en
    décembre 2019
    Messages
    35
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 48
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chômeur

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2019
    Messages : 35
    Points : 108
    Points
    108
    Par défaut
    "Le navigateur doit utiliser les rouages du moteur de rendu web d'Apple (WebKit), ce qui fait que tous les navigateurs iOS alternatifs n'ont de Safari que le nom."

    N'est-ce pas une phrase de sens opposé à ce qui est voulu ? Pourtant dans le monde de l'informatique on est censé avoir une logique correcte, non ? 😎

  4. #344
    Membre chevronné

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2015
    Messages
    391
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Vendée (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : Finance

    Informations forums :
    Inscription : avril 2015
    Messages : 391
    Points : 1 821
    Points
    1 821
    Par défaut
    Citation Envoyé par darklinux Voir le message
    Epic à très bien jouer et Apple à vu son image dégradée et c ' était le but , la firme de Cupertino à perdu son mojo , car passé à la fois à côté d ' ARM et dégagé comme un malpropre le créateur d ' Unreal Engine , c 'est au minimum stupide
    A deux ans d'intervalle, c'est magnifique à lire... Surtout le passage disant qu'Apple a raté ARM. Parfois, vaut mieux tourner son clavier sept fois sur son bureau.

  5. #345
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    1 519
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 1 519
    Points : 44 443
    Points
    44 443
    Par défaut Apple dit interdire l’utilisation d’autres navigateurs sur iOS pour des raisons de sécurité
    Apple dit interdire l’utilisation d’autres moteurs de rendu sur iOS pour des raisons de sécurité
    Mais les analyses d’une firme externe suggèrent que l’ouverture à Blink et Gecko ne pose pas de problème

    Ce n’est pas un secret : le seul moteur de rendu auquel les utilisateurs du système d’exploitation iOS dédié aux plateformes mobiles d’Apple est WebKit. L’entreprise justifie son positionnement par la nécessité d’assurer la sécurité des utilisateurs. Un groupe d’ingénieurs logiciels a décidé de monter au créneau au travers de l’Open Web Advocacy (OWA) pour démonter l’argumentaire d’Apple. Les analyses d’une firme externe recrutée par l'autorité de la concurrence britannique et mises en avant par l’OWA suggèrent que l’ouverture à Blink et Gecko ne pose pas de problème de sécurité. La manœuvre est destinée à éclairer les législateurs sur les aspects anticoncurrentiels de la technologie web.

    « Grosso modo, les éléments techniques à disposition ne justifient pas qu’Apple impose WebKit pour des raisons de sécurité. Nous y voyons un moyen pour Apple de glaner des retombées financières au travers de l’affaiblissement de la concurrence », lance la firme de sécurité. En effet, Safari permet à l’entreprise de s’assurer une quinzaine de milliards de revenus au travers du moteur de recherche Google.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 7189
Taille : 75,5 Ko

    Le régulateur de l'UE accuse de même Apple de restreindre l'accès de ses rivaux à la technologie de paiement sans contact NFC sur iPhone. L’enquête est ouverte depuis juin 2020 et concerne les pratiques anticoncurrentielles d’Apple pour ce qui est des règles en vigueur sur l’App Store et Apple Pay. La Commission de l’UE revient de façon spécifique sur le cas Apple Pay dans sa dernière communication des griefs à l’endroit de l’entreprise américaine et l’informe qu’elle estime, à titre préliminaire, qu’elle abuse de sa position dominante sur le marché des portefeuilles mobiles sur les appareils iOS en limitant restreignant l’accès de ses rivaux à la technologie de paiement sans contact NFC. Apple risque jusqu’à 10 % de son chiffre d’affaires mondial.

    Apple met en avant l’argument sécurité des utilisateurs comme justificatif de la fermeture de son écosystème à des acteurs tiers. La situation est telle que l’entreprise a désormais à dos une coalition pour la défense de la liberté de choix et la concurrence loyale sur l’App Store – la Coalition for App Fairness. La coalition d'entreprises, dont beaucoup sont de petits développeurs de logiciels, vise à obtenir d'Apple un assouplissement des règles relatives aux logiciels sur iOS. Par exemple, l'App Store est la seule méthode permettant aux clients d'installer des logiciels sur les iPads, les iPhones et les montres Apple. Et les développeurs de logiciels ne peuvent accepter les paiements de biens numériques sur iOS que d'une seule manière : le service de paiement d'Apple, qui prélève une commission sur toutes les transactions. Les membres de la coalition veulent d'autres options. La Coalition for App Fairness vise à inciter les législateurs à prendre des mesures contre Apple, soit par le biais d'une nouvelle législation, soit par des actions en justice.

    Ces comportements anticoncurrentiels seront bientôt interdits par le Digital Markets Act qui entrera en application début 2023. Les très grands acteurs de la tech s'exposent à des amendes allant jusqu'à 10 % de leur chiffre d'affaires annuel mondial.

    Source : OWA

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’approche Apple de manière générale en matière de gestion de la concurrence ?

    Voir aussi :

    Face au Congrès américain, Jeff Bezos déclare qu'il ne peut pas garantir que les employés d'Amazon n'ont pas accès aux données des vendeurs tiers pour favoriser les produits de son entreprise
    Fortnite aurait fait exploser les bénéfices d'Epic Game en 2018 jusqu'à 3 milliards de dollars grâce notamment à la vente de contenus additionnels
    Après un bras de fer qui aura duré près de deux ans, Epic abandonne le combat et publie Fortnite sur PlayStore, regrettant que Google rende extrêmement mince la possibilité d'éviter le Play Store
    Google assure que Fortnite ne bénéficiera d'aucun traitement de faveur sur le Play Store s'il veut revenir et que sa taxe de 30 % est valable pour tous, Epic dénonce un abus de position dominante
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #346
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    août 2003
    Messages
    902
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : août 2003
    Messages : 902
    Points : 2 667
    Points
    2 667
    Par défaut
    Que pensez-vous de l’approche Apple de manière générale en matière de gestion de la concurrence ?
    Ils ont 2 gros marchés au niveau des iPhone et des macs donc ils vont finir par imposer leur navigateur pour des fausses raisons.

    L'Europe devrait durcir la législation sur ces grosses entreprises :
    - pour éviter obsolescence programmée
    - éviter de tuer la concurrence
    - éviter l'évasion fiscale
    - interdire les bloatware sur les PC portables (limiter à l'OS + drivers + 1 navigateur + 1 explorateur + les accessoires comme la calculatrice) et téléphones (OS + contacts + SMS + horloge + calculatrice + divers logiciels accessoires), quand je vois le nombre de services qui tournent sur un PC Windows et un smartphone, je suis souvent obligé de faire des recherches sur internet pour voir si je peux le virer. Tout ces bloatware n'aident pas non plus à la sécurité de l'appareil.

  7. #347
    Expert éminent sénior Avatar de Uther
    Homme Profil pro
    Tourneur Fraiseur
    Inscrit en
    avril 2002
    Messages
    4 478
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Pyrénées Orientales (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Tourneur Fraiseur

    Informations forums :
    Inscription : avril 2002
    Messages : 4 478
    Points : 14 746
    Points
    14 746
    Par défaut
    C'est une question de point de vue, 90% de ce qui fait qu'un navigateur peut être considéré comme utilisable, c'est le moteur qui en est responsable.

    Si Ferrari prenait des Dacia, changeait les sièges et les revendait en son nom en collant leur écusson par dessus, ces voitures seraient certes officiellement des Ferrari, mais les amateurs de voitures n'auraient pas de mal a s'accorder sur le fait que ce n'en est pas vraiment.

  8. #348
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Chercheur en informatique
    Inscrit en
    octobre 2019
    Messages
    882
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chercheur en informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2019
    Messages : 882
    Points : 3 747
    Points
    3 747
    Par défaut
    Citation Envoyé par Uther Voir le message
    C'est une question de point de vue, 90% de ce qui fait qu'un navigateur peut être considéré comme utilisable, c'est le moteur qui en est responsable.

    Si Ferrari prenait des Dacia, changeait les sièges et les revendait en son nom en collant leur écusson par dessus, ces voitures seraient certes officiellement des Ferrari, mais les amateurs de voitures n'auraient pas de mal a s'accorder sur le fait que ce n'en est pas vraiment.
    les gens sont tellement con tu sais ca ce vendrait bien. Surtout si c'est très cher et en série limité.

  9. #349
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Gestion de parcs informatique
    Inscrit en
    août 2011
    Messages
    16 011
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Gestion de parcs informatique
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : août 2011
    Messages : 16 011
    Points : 39 114
    Points
    39 114
    Par défaut
    Si Ferrari prenait des Dacia, changeait les sièges et les revendait en son nom en collant leur écusson par dessus, ces voitures seraient certes officiellement des Ferrari, mais les amateurs de voitures n'auraient pas de mal a s'accorder sur le fait que ce n'en est pas vraiment.
    Si Apple fabriquait des voitures, tu ne pourrais mettre dans ton moteur que de l'huile Apple, la réparer dans un garage Apple. Et pour l'essence, tu payes la TIPP à Apple via le store.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  10. #350
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    7 299
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 7 299
    Points : 175 400
    Points
    175 400
    Par défaut Un tribunal autorise l'ouverture d'un procès en recours collectif où Apple risque 1,75 Mds d'euros
    Apple accusé d'avoir enfreint la loi britannique sur la concurrence en provoquant la surfacturation des apps sur l'App Store,
    un tribunal autorise l'ouverture d'un procès en recours collectif où Apple risque 1,75 milliard d'euros en dommages-intérêts

    Un tribunal britannique a convenu qu'une ordonnance de procédure collective (CPO) impliquant potentiellement 19,6 millions de consommateurs dans le pays peut avoir lieu dans une affaire qui pourrait coûter à Apple jusqu'à 1,5 milliard de livres sterling (1,75 milliard d'euros). Une CPO est une ordonnance de litige de groupe à peu près semblable à une procédure de recours collectif aux États-Unis.

    Le problème concerne les restrictions de l'App Store d'Apple, qui, selon le fournisseur, sont nécessaires à des fins de sécurité et de contrôle de la qualité, mais qui, selon le dossier, sont anticoncurrentielles.

    La demande a été présentée par le Dr Rachael Kent, maître de conférences en économie numérique et éducation à la société au King's College de Londres, qui a travaillé dans le conseil du secteur privé et pour le NHS, et comme le note le jugement, a « mené des recherches sur l'interaction des utilisateurs avec plateformes et applications numériques ».


    Un recours collectif a été lancé contre Apple en Grande-Bretagne. L'entreprise est accusée d'avoir enfreint la loi sur la concurrence en surfacturant les applications sur l'App Store UK suite à sa commission de 30%, ce qui concernerait près de 20 millions de clients. Plus particulièrement, les éléments mis en cause sont le montant de la commission sur les ventes d'applications ainsi que l'utilisation obligatoire du système de traitement des paiements, qui génère « des niveaux de profit illégalement excessifs ». Les plaignants demandent une indemnisation des utilisateurs britanniques d'iPhone et d'iPad, avec des dommages-intérêts pouvant atteindre 1,5 milliard de livres sterling, soit environ 1,74 milliard d'euros.

    Le Dr Rachael Kent, expert en économie numérique et conférencier au King's College de l'Université de Londres, a déclaré : « l'App Store était une passerelle brillante pour une gamme de services intéressants et innovants que des millions d'entre nous trouvent utiles, moi-même inclus. Mais 13 ans après son lancement, il est devenu la seule porte d'entrée pour des millions de consommateurs. Apple garde jalousement l'accès au monde des applications et facture des frais d'entrée et d'utilisation totalement injustifiés.

    « C'est le comportement d'une entité abusant de sa situation de monopole et c'est inacceptable.»

    L'utilisation des applications se développe, et l'année dernière en particulier a vu augmenter la dépendance aux smartphones. Kent a déclaré qu'Apple n'avait pas le droit de facturer une commission de 30 % pour les transactions sur les téléphones – en particulier lorsque Apple lui-même, selon elle, bloquait notre accès aux plateformes et aux développeurs proposant de meilleures offres.

    Apple a estimé que cette action est « sans fondement ».

    Apple a ajouté : « La commission facturée par l'App Store est très proche de celle facturée par tous les autres marchés numériques. En fait, 84 % des applications de l'App Store sont gratuites et les développeurs ne paient rien à Apple. Et pour la grande majorité des développeurs qui paient une commission à Apple parce qu'ils vendent un bien ou un service numérique, ils ont droit à un taux de commission de 15 %. »

    Apple a assoupli sa politique sur l'App Store fin 2020, réduisant de moitié la commission qu'elle facture aux petits développeurs qui rapportent jusqu'à 1 million de dollars sur les applications payantes et les achats intégrés effectués via l'App Store. La commission était de 30%.

    Cela s'est produit au milieu d'une confrontation en salle d'audience avec Epic Games, l'éditeur de Fortnite, centrée sur des accusations selon lesquelles Apple exploite un monopole via ses magasins numériques et refuse d'autoriser des méthodes de paiement alternatives. Epic a perdu la bataille aux États-Unis.

    Cependant, l'affaire judiciaire prolongée se poursuit ailleurs dans le monde.

    Apple a tenté de faire rejeter l'affaire sans succès.

    Le jugement du tribunal, rendu la semaine dernière, stipulait : « En substance, le PCR [Dr Rachel Kent - the Proposed Class Representative"] allègue qu'Apple a interdit toute concurrence à des rivaux potentiels ou réels par le biais de ses termes et conditions restrictifs, et d'autres contraintes, imposées dans iOS, de sorte qu'il est dominant (ou détient en fait une position de monopole) dans la distribution d'applications et les services de paiement ».

    En d'autres termes, les choses sont tellement verrouillées que les développeurs sont obligés de suivre la ligne directrice d'Apple, ce qui conduit à une surfacturation des utilisateurs d'appareils iOS sur lesquels sont répercutés la commission d'Apple.

    Apple, comme on pouvait s'y attendre, est ardemment en désaccord avec tout cela « et a demandé l'annulation ou alternativement un jugement sommaire en ce qui concerne la commission excessive dont il est question dans la plainte ».

    Le dépôt initial a été effectué le 11 mai 2021 et les demandes d'annulation et de jugement sommaire ont été entendues les 4 et 5 mai 2022.

    L'affaire consiste à prouver que la commission d'Apple est à la fois excessive (avec des preuves du Dr Kent comprenant des plaintes de développeurs ainsi que les coûts encourus par l'entreprise par rapport aux revenus nets de l'App Store) et injuste (les preuves fournies ici par l'expert en économie de Kent incluent les augmentation de la marge bénéficiaire et comparaisons avec d'autres produits et services).

    Bien que le tribunal ait pris soin de ne pas prendre parti, il a cependant accueilli la demande d'ordonnance de procédure collective et rejeté les demandes d'annulation d'Apple concernant la plainte pour Unfair Pricing Abuse du Dr Kent.

    Pour mémoire, l'article 82 CE interdit tout abus de position dominante consistant à « imposer directement ou indirectement des prix d'achat ou de vente déloyaux ou d'autres conditions commerciales déloyales ». Dans la pratique, les prix déloyaux sont communément appelés prix « excessifs ».

    Le décor est donc planté pour un procès complet au Royaume-Uni sur les allégations de surfacturation et de tendances anticoncurrentielles d'Apple.

    Nom : apple.png
Affichages : 1485
Taille : 90,1 Ko

    La situation d'Apple en Europe

    Les législateurs de l'Union européenne ont approuvé une législation historique visant à réglementer fortement Apple, Google, Meta et d'autres grandes entreprises technologiques. La législation sur les marchés numériques (DMA pour Digital Markets Act) et la législation sur les services numériques (DSA pour Digital Services Act) ont été proposées par la Commission européenne en décembre 2020. Désormais rassemblée dans un train de mesures sur les services numériques (DSP pour Digital Services Package), la législation a été formellement adoptée par le Parlement européen et vise à répondre aux contrôleurs d'accès que sont les grandes entreprises technologiques.

    Apple est presque certain d'être classé comme un « gardien d'accès » en raison de l'importance de son chiffre d'affaires annuel dans l'UE, de sa propriété et de son exploitation de plateformes avec un grand nombre d'utilisateurs actifs, et de sa « position bien ancrée et durable ». Autant d'éléments qui font d'Apple un candidat qui satisfait à ces critères et qui sera donc soumis aux règles énoncées dans le DMA. Dans le cadre du DMA, les contrôleurs d'accès devront :
    • autoriser les utilisateurs à installer des applications à partir de magasins d'applications tiers et à les télécharger directement à partir d'Internet ;
    • autoriser les développeurs à proposer des systèmes de paiement tiers dans les applications et à promouvoir des offres en dehors des plateformes du contrôleur d'accès ;
    • permettre aux développeurs d'intégrer leurs applications et services numériques directement avec ceux appartenant à un contrôleur d'accès. Cela inclut l'interopérabilité des services de messagerie, d'appel vocal et d'appel vidéo avec des services tiers sur demande ;
    • donner aux développeurs l'accès à n'importe quelle fonctionnalité matérielle, telle que « la technologie de communication en champ proche, les éléments et processeurs sécurisés, les mécanismes d'authentification et le logiciel utilisé pour contrôler ces technologies » ;
    • s'assurer que toutes les applications peuvent être désinstallées et donner aux utilisateurs la possibilité de se désabonner des services de la plateforme principale dans des conditions similaires à celles de l'abonnement ;
    • donner aux utilisateurs la possibilité de remplacer l'assistant vocal par défaut par une option tierce ;
    • partager des données et des mesures avec des développeurs et des concurrents, y compris des données sur les performances marketing et publicitaires ;
    • mettre en place un groupe indépendant de "fonction de conformité" pour surveiller sa conformité avec la législation de l'UE avec un cadre supérieur indépendant et une autorité, des ressources et un accès suffisants à la direction ;
    • informer la Commission européenne de leurs fusions et acquisitions.

    La DMA cherche également à garantir que les contrôleurs d'accès ne peuvent plus :
    • préinstaller certaines applications logicielles et demander aux utilisateurs d'utiliser tous les services logiciels par défaut importants tels que les navigateurs Web ;
    • exiger que les développeurs d'applications utilisent certains services ou frameworks, y compris les moteurs de navigateur, les systèmes de paiement et les fournisseurs d'identité, pour être répertoriés dans les magasins d'applications ;
    • accorder à leurs propres produits, applications ou services un traitement préférentiel ou les classer plus haut que ceux des autres ;
    • réutiliser les données personnelles collectées lors d'une prestation pour les besoins d'une autre prestation ;
    • établir des conditions injustes pour les utilisateurs professionnels.

    Sources : décision de justice, commission européenne (sur l'article 82)

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #351
    Expert éminent Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    mars 2014
    Messages
    1 512
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : mars 2014
    Messages : 1 512
    Points : 6 027
    Points
    6 027
    Par défaut
    Si l'Europe n'est pas leader en terme d'innovation, elle l'est en terme de législation. Des sénateurs US sont très inspirés il me semble par les DMA et DSA. Ces lois européennes vont ouvrir le champs des possibles aux innovateurs et le monde Apple va connaître une révolution qui ne viendra pas de Steve Jobs...
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  12. #352
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    1 751
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 32
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 1 751
    Points : 130 160
    Points
    130 160
    Par défaut Une action en justice accuse Apple de violations de la législation antitrust concernant Apple Pay
    L'Affinity Credit Union de l'Iowa accuse Apple de contraindre ses utilisateurs à utiliser son portefeuille mobile Apple Pay, ce qui les oblige à payer au moins 1 milliard de dollars de frais supplémentaires par an

    Apple a été poursuivi lundi dans le cadre d'une proposition de recours collectif par des émetteurs de cartes de paiement accusant le fabricant de l'iPhone d'abuser de son pouvoir de marché dans le domaine des appareils mobiles pour contrecarrer la concurrence pour son portefeuille mobile Apple Pay.

    Selon une plainte déposée auprès du tribunal fédéral de San Francisco, Apple "contraint" les consommateurs qui utilisent ses smartphones, ses montres intelligentes et ses tablettes à utiliser son propre portefeuille pour les paiements sans contact, contrairement aux fabricants d'appareils sous Android qui laissent les consommateurs choisir des portefeuilles tels que Google Pay et Samsung Pay.

    Le plaignant, l'Affinity Credit Union de l'Iowa, a déclaré que le comportement anticoncurrentiel d'Apple obligeait les plus de 4 000 banques et coopératives de crédit qui utilisent Apple Pay à payer au moins 1 milliard de dollars de frais supplémentaires par an pour ce privilège.

    L'association a également déclaré que le comportement d'Apple n'incite pas l'entreprise de Cupertino, en Californie, à améliorer le fonctionnement d'Apple Pay et à le rendre plus résistant aux failles de sécurité.

    "Le comportement d'Apple nuit non seulement aux émetteurs, mais aussi aux consommateurs et à la concurrence dans son ensemble", indique la plainte.

    L'action en justice vise à obtenir un triple dédommagement non spécifié et à faire cesser le comportement anticoncurrentiel présumé d'Apple.

    Apple n'a pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires.

    Nom : 01c465bae7fcb9a8c340c3f455fef0ec.png
Affichages : 666
Taille : 15,5 Ko

    La société risque déjà une lourde amende après que les régulateurs de l'Union européenne aient déclaré, le 2 mai, qu'elle avait abusé de sa position dominante sur les appareils iOS et les portefeuilles mobiles en refusant d'accorder à ses rivaux l'accès à sa technologie.

    Selon la plainte, Apple facture aux émetteurs une commission de 0,15 % sur les transactions de crédit et une commission fixe de 0,5 centime sur les transactions de débit utilisant Apple Pay, alors que ses rivaux sous Android ne facturent rien.

    Le plaignant est représenté par les cabinets d'avocats Hagens Berman Sobol Shapiro et Sperling & Slater.

    En août dernier, ils ont contribué à l'obtention d'un règlement de 100 millions de dollars pour de petits développeurs iOS qui affirmaient qu'Apple leur avait facturé des commissions excessives.

    Source : Affinity Credit Union v Apple Inc, U.S. District Court, Northern District of California, No. 22-04174.

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Antitrust : Apple Pay dans le viseur de la Commission européenne, l'entreprise devra faire face à de nouvelles accusations antitrust à Bruxelles

    Apple dit interdire d'autres moteurs de rendu sur iOS pour des raisons de sécurité, mais les analyses d'une firme externe suggèrent que l'ouverture à Blink et Gecko ne pose pas de problème

    Les développeurs Web se mobilisent pour contester les règles de navigation de l'App Store d'Apple, l'Open Web Advocacy s'attaque au jardin clos d'Apple

    Apple fait l'objet d'une accusation antitrust de l'UE pour sa technologie de paiement mobile, et risque 36,6 milliards de dollars d'amende, sur la base de ses revenus de l'année dernière
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #353
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    1 751
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 32
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 1 751
    Points : 130 160
    Points
    130 160
    Par défaut La Russie annonce qu'elle infligera une amende à Apple pour violation des lois antitrust
    Le service fédéral anti-monopole russe (FAS) a déclaré qu'il allait infliger à Apple une amende pour avoir violé les lois antitrust et abusé de sa position dominante sur le marché des magasins d'applications

    L'autorité russe de la concurrence a déclaré mardi qu'elle allait infliger une amende basée sur le chiffre d'affaires, dont le montant serait déterminé au cours d'une enquête administrative.

    Moscou s'oppose depuis longtemps à l'influence des plateformes technologiques étrangères sur le marché russe, mais le différend qui couvait s'est intensifié depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février.

    "La société a abusé de sa position dominante sur le marché de la distribution des applications iOS", a déclaré le FAS dans un communiqué.

    "Apple interdit aux développeurs d'applications iOS d'informer les clients à l'intérieur de l'application de la possibilité de régler leurs achats en dehors de l'App Store ou d'utiliser d'autres méthodes de paiement."

    Apple n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

    Nom : 63da7f375e5ee5babecc261287598ea1.jpg
Affichages : 899
Taille : 38,8 Ko

    Moscou a infligé aux entreprises occidentales une série d'amendes pour avoir enfreint les lois sur l'Internet, que les critiques considèrent comme une tentative du Kremlin d'exercer un contrôle accru sur l'espace en ligne.

    Ces lois imposent notamment de stocker les données des clients sur des serveurs russes, de supprimer du contenu à la demande du régulateur russe des communications et d'ouvrir des bureaux locaux dans le pays.

    La décision de prendre des mesures à l'encontre d'Apple pour des motifs antitrust fait écho à la poursuite très médiatisée de l'entreprise par la Commission européenne pour ce qu'elle a appelé un "écosystème fermé" qui a "injustement protégé" Apple de la concurrence.

    Après avoir initialement infligé des amendes de plusieurs dizaines ou centaines de milliers de dollars à des entreprises, la Russie augmente considérablement le montant de ses sanctions financières. Lundi, elle a infligé à Google une amende de 370 millions de dollars pour avoir refusé à plusieurs reprises de retirer du contenu.

    Source : Le service fédéral anti-monopole russe (FAS)

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Des dizaines d'États américains affirment qu'Apple étouffe la concurrence par le biais de sa boutique d'applications mobiles, et soutiennent Epic Games, le fabricant de "Fortnite"

    Antitrust : le régulateur de l'UE accuse Apple de restreindre l'accès de ses rivaux à la technologie de paiement sans contact NFC sur iPhone, l'entreprise risque jusqu'à 10 % de son CA mondial

    App Store : la Cour suprême US autorise les poursuites antitrust contre Apple, accusé d'être la raison de la hausse des prix des applications

    Les autorités antitrust indiennes ordonnent une enquête sur Apple pour abus présumé du marché des applications, en forçant les développeurs à utiliser son système propriétaire d'achat in-app

    L'affaire antitrust de Cydia contre Apple peut se poursuivre, selon une décision de justice, malgré les tentatives d'Apple pour faire rejeter l'affaire
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #354
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 493
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 493
    Points : 1 295
    Points
    1 295
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par LittleWhite Voir le message
    Amusant, on entendant ce genre de discours déjà du temps de Windows Longhorn (dans l'époque Windows Vista pour resituer).
    Le chiffrement d'un disque n'empêche pas d'installer des logiciels .
    En tant que programmeur c'est la certification qui va te poser un problème. Le chiffrement va devenir un problème pour toi, lorsque que Microsoft décidera que ta licence n'est plus valide parce qu'Il considère que ce n'est plus le même ordinateur parce que tu as changer deux disques durs (ou autre chose). Et que windows ne fonctionne plus après la mise-à-jour, sans avertissement préalable.

    J'ai perdu 6 mois de donnée et un site web en construction, après avoir découvert que le programme de récupération détruisait les données sur les disques de plus d'un Tera.

  15. #355
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 493
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 493
    Points : 1 295
    Points
    1 295
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par yahiko Voir le message
    En fait, je n'ai jamais très bien compris cette indulgence face aux pratiques d'Apple.
    Parce que c'est devenu un culte. Quand on considère normal de payer $999 pour un support de de moniteur, c'est un signe d'endoctrinement, à mes yeux.

  16. #356
    Membre à l'essai
    Homme Profil pro
    Webdesigner
    Inscrit en
    avril 2020
    Messages
    8
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Webdesigner
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : avril 2020
    Messages : 8
    Points : 17
    Points
    17
    Par défaut Une vision utilisateur
    "Chez Apple, le monopole de Safari dure depuis disons toujours, avec des conditions bien plus restrictives que son homologue IE."

    … parce Apple à une vision utilisateur et une qualité d'usage qui satisfont leur client. Rien ne t'empêche d'installer d'autres navigateurs, et il n'y a pas Monopole à l'instar des pratique d'IE.

  17. #357
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 733
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 733
    Points : 59 092
    Points
    59 092
    Par défaut Les régulateurs antitrust de l'UE interrogent les développeurs sur les paiements dans les applications Android
    Les régulateurs antitrust de l'UE interrogent les développeurs sur les paiements dans les applications du Google Play
    dans le cadre d'une nouvelle enquête antitrust sur la boutique d'applications de Google

    Le Google Play Store serait de nouveau dans le collimateur de Bruxelles. Les rivaux de Google auraient reçu des questionnaires des autorités antitrust de l'UE, portant sur les conditions de facturation et les frais des développeurs pour le Play Store. Ils auraient demandé aux développeurs d'application si la menace de Google de retirer les applications de son Play Store si elles utilisent d'autres options de paiement au lieu de son propre système de facturation a nui à leur activité. Les critiques dénoncent depuis plusieurs années les frais facturés par Google et Apple sur leurs magasins d'applications mobiles, affirmant qu'ils sont excessifs.

    Deux cadres de Bruxelles, qui se sont exprimés sous couvert d'anonymat, ont rapporté cette semaine que la Commission européenne a lancé une nouvelle enquête antitrust sur les règles appliquées par Google dans sa boutique d'applications mobiles. Selon les sources, une enquête menée aux Pays-Bas sur les règles du Play Store sera probablement clôturée pour faire place à l'examen de l'UE, car les problèmes de comportement anticoncurrentiel devront être examinés à l'échelle de l'UE. Dans le même temps, l'organisme de surveillance de la concurrence du Royaume-Uni (CMA) a également ouvert une enquête sur le Google Play.

    Les frais facturés aux développeurs pour l'accès au Google Play peuvent atteindre 30 %, et les développeurs ne sont pas autorisés à utiliser des systèmes de facturation alternatifs pour percevoir les paiements des utilisateurs. Google a déclaré que les applications seraient retirées de sa boutique d'applications mobiles à partir de juin de cette année si les développeurs n'utilisent pas son système de facturation propriétaire. Les sources rapportent que des questionnaires ont été envoyés aux développeurs le mois dernier dans le cadre de l'enquête. Sur les 16 questions du document, certaines couvraient la période 2017-2021 et d'autres la période 2019-2021.




    Les personnes interrogées devaient indiquer si le changement de politique de Google cette année avait eu un impact sur la distribution de leurs biens ou services sur le Google Play, quelles applications étaient concernées et si cela avait affecté leur capacité à acquérir des utilisateurs sur les appareils Android. Les régulateurs voulaient savoir si le changement avait contraint les développeurs à abandonner d'autres options de paiement au profit du service de facturation de Google et si la migration des utilisateurs vers une autre option de paiement avait affecté le nombre d'utilisateurs préexistants et l'accès des développeurs aux données.

    Le gendarme de la concurrence de l'UE a demandé aux développeurs s'ils pensaient pouvoir offrir un meilleur service ou produit s'ils avaient la possibilité d'utiliser un autre système de paiement. Il voulait également savoir si Google les autorisait à utiliser un système de paiement alternatif, s'il leur facturait des frais de service pour cela ou s'il se plaignait de la sécurité de leur méthode de paiement. En outre, il a été demandé aux développeurs d'applications si le géant des paiements numériques Stripe, le système de paiement néerlandais Adyen et l'unité Braintree de PayPal étaient considérés comme des systèmes de paiement alternatifs.

    La Commission européenne s'est refusée à tout commentaire. Mais un porte-parole de Google a déclaré que l'entreprise avait discuté d'un "certain nombre de choses" avec la Commission européenne, dont des modifications récentes visant à rendre les conditions générales du Play Store plus équitables et à apaiser les allégations de comportement déloyal des développeurs. Pour rappel, fin juillet, Google a déclaré que les développeurs d'applications non liées aux jeux pouvaient passer à des systèmes de paiement rivaux. L'entreprise a également annoncé qu'elle réduirait les frais des développeurs, qui devraient être de 12 % au lieu de 15 %.

    Cette mesure a été présentée par Google comme une première étape pour se conformer aux règles de l'économie numérique, notamment le Digital Markets Act, récemment adoptées par l'Union européenne. « Dans le cadre de nos efforts pour nous conformer à ces nouvelles règles, nous annonçons un nouveau programme visant à soutenir les alternatives de facturation pour les utilisateurs de l'EEE. Ainsi, les développeurs d'applications non ludiques pourront proposer à leurs utilisateurs de l'EEE une alternative au système de facturation de Google Play lorsqu'ils paient des contenus et services numériques », a déclaré Google.

    Google a déclaré qu'il continuait de réfléchir à la façon d'étendre ces nouvelles règles à l'avenir. « Le système de facturation de Google Play continuera d'être requis pour les applications et les jeux distribués via Play à des utilisateurs en dehors de l'EEE, et pour les jeux distribués à des utilisateurs au sein de l'EEE. Nous prévoyons d'étendre les alternatives de facturation aux développeurs d'applications de jeux pour leurs utilisateurs dans l'EEE, avant la date d'entrée en vigueur de la DMA », a ajouté l'entreprise. Les développeurs ont tout de même dénoncé l'initiative Google, alléguant qu'elle n'est pas conforme au DMA.

    En effet, les nouvelles règles de l'UE définissent une série d'interdictions et d'obligations pour certains des plus grands acteurs technologiques du monde, dont Google, Meta, Amazon, Apple et Microsoft. Mais certains membres de la Commission européenne chargés de l'application de la nouvelle réglementation craignent que les récentes mesures prises par Google "ne soient pas suffisantes" pour rester en conformité avec les règles. Le DMA est en passe d'être inscrit dans le règlement de l'UE en octobre prochain, et les entreprises technologiques relevant de son champ d'application seront mises en conformité au début de 2024.

    Par ailleurs, Apple refuse toujours de permettre aux développeurs d'utiliser des systèmes de paiement tiers dans leurs applications, mais le DMA pourrait le contraindre définitivement à le faire. Aux États-Unis, un comité sénatorial a approuvé en février un projet de loi qui va obliger Google et Apple à autoriser les développeurs à utiliser des systèmes de paiement tiers. Une loi similaire a également été votée par la Corée du Sud au premier trimestre de cette année.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la nouvelle enquête de l'UE visant le Google Play ?
    Que pensez-vous des nouvelles règles du Google Play pour les applications non ludiques ?
    Google a-t-il le droit de prélever des frais de service alors qu'elles utilisent un système de paiement tiers ?

    Voir aussi

    Google testera la possibilité pour les développeurs Android d'utiliser leurs propres systèmes de facturation, à commencer par Spotify

    Un comité sénatorial approuve un projet de loi qui va obliger Google et Apple à autoriser les systèmes tiers de paiement, face aux milliards potentiels de perte, Apple joue la carte de la sécurité

    La Corée du Sud finalise les règles obligeant l'App Store et Play Store à accepter les paiements tiers, dès le 15 mars les utilisateurs pourront choisir leur système de paiement pour des achats in-app

    Google Play va permettre aux développeurs d'applications d'utiliser des systèmes de facturation alternatifs en Europe, et uniquement en Europe, mais ils devront toujours payer des frais de service
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #358
    Chroniqueuse Actualités

    Femme Profil pro
    Rédacteur Web
    Inscrit en
    mars 2020
    Messages
    559
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur Web

    Informations forums :
    Inscription : mars 2020
    Messages : 559
    Points : 10 089
    Points
    10 089
    Par défaut Le ministère américain de la justice peut se joindre aux plaidoiries dans le procès antitrust Apple-Epic.
    Le ministère américain de la justice peut se joindre aux plaidoiries dans le procès antitrust Apple-Epic,
    d'après une décision de la Cour

    Les avocats antitrust du ministère de la Justice ont demandé à présenter 10 minutes d'arguments oraux lors du prochain appel d'Apple contre Epic Games. Le ministère de la justice souhaite donner suite à son précédent plaidoyer écrit, qui soutient que le tribunal a commis une erreur en se prononçant principalement en faveur d'Apple. Techniquement, le ministère de la justice ne représente aucun des deux camps, mais l'argument qu'il avance soutient la thèse d'Epic selon laquelle l'App Store enfreint les lois antitrust.

    Nom : Screenshot_2022-09-20 US Department of Justice can join arguments in Apple-Epic antitrust trial,.png
Affichages : 1122
Taille : 166,7 Ko

    Contexte

    Epic Games a intenté un procès à Apple pour ne pas l'autoriser à utiliser sa propre plateforme de paiement au lieu des achats in-app via l'App Store, Apple prenant une part de 30 %.

    Le tribunal a statué qu'Apple devait permettre aux développeurs d'orienter les utilisateurs d'applications vers des plateformes de paiement externes, mais a conclu que la société ne remplissait pas les critères juridiques pour être considérée comme un monopole et n'était donc pas tenue d'autoriser des boutiques d'applications concurrentes pour les applications iOS. Apple et Epic Games ont tous deux fait appel sur différents aspects de la décision.

    Epic fait appel de la décision selon laquelle l'App Store n'est pas un monopole, en faisant valoir qu'il n'existe pas d'autre moyen pour les développeurs de vendre des applications iPhone que par l'intermédiaire d'Apple. Le fabricant de l'iPhone, quant à lui, affirme que le tribunal a commis une erreur de droit en examinant la question de l'anti-basculement.

    La division antitrust du ministère de la justice a déposé ce que l'on appelle un mémoire d'amicus curiae, c'est-à-dire une déclaration émanant d'une partie non impliquée et destinée à aider le tribunal à prendre la bonne décision. Bien que techniquement neutre et qualifiée de "ne soutenant aucune des parties", la soumission du DOJ favorise l'argument d'Epic selon lequel Apple exerce un contrôle monopolistique sur le marché des applications iOS. En outre, les procureurs généraux de 35 États américains ont également uni leurs forces pour soumettre un mémoire d'amicus curiae qui soutient à nouveau qu'Apple a des pouvoirs monopolistiques.

    Le ministère américain de la Justice s'est vu accorder du temps pour présenter ses propres arguments oraux lors du prochain appel Apple contre Epic Games, ainsi que l'État de Californie

    Vendredi, les représentants du ministère américain de la justice ont déposé une demande pour présenter 10 minutes d'arguments oraux pendant le procès, en plus des 20 minutes de temps d'argumentation par partie. Les avocats ont déclaré qu'ils voulaient avoir le temps d'expliquer au tribunal le cadre juridique approprié pour évaluer les plaintes antitrust contre Apple.

    Bien que les arguments du ministère de la justice ne soutiendront techniquement « aucune des parties », selon les documents déposés au tribunal, son intention est d'exposer clairement ses préoccupations quant à la manière dont les tribunaux inférieurs ont initialement statué sur l'affaire. Dans un mémoire d'amicus curiae déposé le 27 janvier 2022, les responsables américains ont indiqué qu'il y avait « de multiples erreurs juridiques » dans l'analyse de la loi antitrust américaine, le Sherman Act, par le tribunal de district, ce qui pourrait « mettre en péril l'application efficace de la loi antitrust, en particulier dans l'économie numérique », explique le nouveau dépôt.

    Plus précisément, le DoJ s'inquiète de divers aspects de cette analyse, notamment de la manière dont le tribunal inférieur a interprété de manière trop restrictive certaines parties de la loi, ainsi que d'autres questions liées à la mauvaise compréhension du marché par le tribunal inférieur et au pouvoir de monopole d'Apple en matière de prix, entre autres. Les avocats ont demandé un délai pour présenter ces erreurs au tribunal et expliquer comment, si elles ne sont pas corrigées, elles pourraient nuire à l'application de la législation antitrust au-delà de cette seule affaire.

    La demande des États-Unis de se joindre aux arguments de cette bataille juridique fait suite à l'annonce que le ministère de la justice en est aux premiers stades de la préparation de son propre procès antitrust contre Apple. Les avocats du gouvernement américain ont interrogé les parties concernées, notamment les développeurs d'applications, grands et petits, et même les fabricants de matériel informatique comme Tile. Le gouvernement ne veut probablement pas qu'une décision dans l'affaire Apple-Epic crée un précédent en termes de droit antitrust qui pourrait nuire à sa propre affaire à venir.

    Outre la demande du DoJ, l'État de Californie a également demandé un délai pour présenter des arguments au tribunal afin de faire valoir son point de vue sur la manière dont le tribunal devrait évaluer sa loi de protection des consommateurs, connue sous le nom de California's Unfair Competition Law.

    Les deux demandes ont été acceptées, selon les documents déposés auprès des tribunaux vendredi dernier. Les États-Unis se sont vu accorder dix minutes de plaidoirie et l'État de Californie cinq minutes. Apple se voit également accorder 10 minutes supplémentaires de plaidoirie en plus du temps déjà alloué, selon les documents déposés.

    La décision originale d'Apple-Epic n'avait laissé aucune des parties pleinement satisfaite, ce qui a conduit les deux parties à faire appel de la décision l'automne dernier.

    Si Apple a largement gagné l'affaire, la Cour ayant décidé que le géant technologique n'était pas un monopole, elle a contesté la partie de la décision qui stipulait qu'Apple devait cesser d'interdire aux développeurs d'applications d'ajouter des liens pour des paiements alternatifs dans leurs applications. Alors que l'affaire est en appel, Apple a reçu la permission de mettre en attente les changements ordonnés sur l'App Store. Epic Games, quant à elle, a fait appel de la décision car elle souhaite toujours prouver qu'Apple agit de manière anticoncurrentielle et veut que les tribunaux l'obligent à soutenir les paiements alternatifs et les magasins d'applications tiers.

    Source : Documents de la cour

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Des dizaines d'États américains affirment qu'Apple étouffe la concurrence par le biais de sa boutique d'applications mobiles, et soutiennent Epic Games, le fabricant de "Fortnite"

    Antitrust : le régulateur de l'UE accuse Apple de restreindre l'accès de ses rivaux à la technologie de paiement sans contact NFC sur iPhone, l'entreprise risque jusqu'à 10 % de son CA mondial

    App Store : la Cour suprême US autorise les poursuites antitrust contre Apple, accusé d'être la raison de la hausse des prix des applications

    Les autorités antitrust indiennes ordonnent une enquête sur Apple pour abus présumé du marché des applications, en forçant les développeurs à utiliser son système propriétaire d'achat in-app
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  19. #359
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 130
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 130
    Points : 22 842
    Points
    22 842
    Par défaut Mark Zuckerberg déclare que les politiques d'Apple ne sont pas « soutenables »
    Mark Zuckerberg déclare que les politiques d'Apple ne sont pas « soutenables »,
    Musk a déclaré qu'il construirait son propre smartphone si Apple retirait Twitter de sa boutique d'applications

    S'exprimant lors du sommet DealBook du New York Times mercredi, Mark Zuckerberg a eu des mots durs à l'égard d'Apple, l'entreprise américaine la plus précieuse, et de la manière dont le fabricant de l'iPhone exerce un contrôle sur son App Store. « Apple s'est en quelque sorte distingué comme étant la seule entreprise qui essaie de contrôler unilatéralement les applications qui se retrouvent sur un appareil », a déclaré Zuckerberg. « Je ne pense pas que ce soit une position soutenables ou bonne à prendre », a-t-il déclaré.

    En comparaison, le PDG a été bien plus gentil à l’égard de Google. Zuckerberg a souligné la façon dont Android permet aux applications d'être "sideloadées" sur la plateforme, même si Google a certainement pris des mesures pour rendre ce processus un peu plus difficile que par le passé.

    Nom : Marc ZukebergB.png
Affichages : 769
Taille : 122,1 Ko

    Google a toujours fait en sorte qu'il soit possible d'effectuer des chargements secondaires, de disposer d'autres magasins d'applications et de travailler directement avec les fabricants de téléphones. « C'est également notre engagement dans la manière dont nous avons construit notre VR et ce que nous prévoyons de faire avec nos casques AR. »

    Le PDG de Meta s'est également exprimé au sujet d'Elon Musk, qui s'en est pris très publiquement à Apple et à sa politique en matière d'App Store en début de semaine. Zuckerberg a déclaré que son approche de la lutte contre les méthodes d’Apple était « intéressante ».

    Musk menace de faire la guerre à Apple

    Elon Musk a lancé lundi une série de tweets à l'encontre d'Apple, qui aurait menacé de « retirer Twitter de son App Store ». Les tweets font partie d'un récit plus large que Musk essaie de peindre, selon lequel Apple est un monopole et utilise son pouvoir pour censurer les voix et facturer « une taxe secrète de 30 % » sur les transactions dans son App Store.

    Elon Musk a accusé Apple de menacer de vouloir bloquer Twitter de sa boutique d'applications sans dire pourquoi, dans une série de tweets lundi qui indiquaient également que le fabricant d'iPhone avait cessé de faire de la publicité sur la plateforme de médias sociaux. Le PDG milliardaire de Twitter et Tesla a déclaré qu'Apple faisait pression sur Twitter en raison de ses exigences en matière de modération du contenu. Cette action, qui n'a pas été confirmée par Apple, ne serait pas inhabituelle, car la société applique régulièrement ses règles et a déjà retiré des applications telles que Gab et Parler.

    Elon Musk affirme qu'Apple a menacé de "retenir" Twitter de l'App Store iOS pour des raisons inconnues. La nouvelle fait suite à un tweet dans lequel Musk affirmait qu'Apple avait « pour la plupart cessé de faire de la publicité » sur la plateforme et à un sondage demandant si Apple devait « publier toutes les mesures de censure qu'elle a prises et qui affectent ses clients ». Si la déclaration de Musk est exacte, "retenir" pourrait signifier le rejet temporaire d'une mise à jour de l'application Twitter ou impliquer une menace plus sérieuse d'expulser Twitter de l'App Store iOS, un résultat potentiel dévastateur pour Twitter.

    Alors que Musk tente de susciter l'engagement sur Twitter et de tenir ses promesses de liberer la parole sur la plateforme, il a montré qu'il n'avait pas peur de se mettre à dos deux de ses plus importants partenaires commerciaux : les magasins d'applications qui distribuent Twitter et les annonceurs qui le financent. Plus de la moitié des utilisateurs de smartphones aux États-Unis utilisent des appareils Apple.

    • La grande majorité des revenus de Twitter provient de la publicité ;
    • selon les nouvelles données de MediaRadar, une société d'intelligence publicitaire, Apple a dépensé près de 40 millions de dollars en publicités sur Twitter cette année ;
    • dans une autre série de tweets, Musk a dénoncé le fait qu'Apple prélève 30 % des transactions effectuées dans son App Store - un accord de longue date qui a parfois soulevé des objections de la part d'autres entreprises technologiques et qui a fait l'objet d'un important procès entre Apple et Epic Games.

    Les politiques de paiement liées d'Apple suscitent depuis longtemps des plaintes

    Les politiques de paiement liées à l'App Store d'Apple suscitent depuis longtemps des plaintes de la part des développeurs d'applications pour iPhone et Mac. Comme dit précédemment, ces politiques obligent les développeurs à utiliser son système de paiement, qui prélève une commission de 15 à 30 %. La société est en conflit avec Epic Games, le créateur du jeu populaire Fortnite, qui a essayé d'éviter les 30 % de frais de commission en lançant son propre système de paiement in-app, ce qui a conduit Apple à bannir Fortnite de son store.

    Epic a noté que lorsqu'il a donné aux utilisateurs de son application Fortnite le choix de la façon dont ils pouvaient faire des achats, Apple a riposté en supprimant Fortnite de son App Store. Puis, quand Epic a poursuivi Apple pour s’attaquer à son abus supposé de position dominante sur les magasins d'applications et les paiements intégrés, Apple a riposté avec férocité. En effet, Apple a supprimé le compte des développeurs Epic Games, privant ainsi les utilisateurs sur iOS et macOS des téléchargements du jeu Epic Games et de recevoir des mises à jour.

    Facebook tire une grande partie de son chiffre d’affaires de la publicité, un marché de plusieurs milliards de dollars par an. Il est alors primordial pour cette grande enseigne de s’assurer de la bonne santé de cette activité. La sortie de Zuckerberg intervient alors que Meta lutte pour maintenir le même niveau de croissance fulgurante qu'elle a connu au cours de la dernière décennie.

    L'entreprise, qui a annoncé d'importants licenciements au début du mois, a du mal à augmenter ses revenus publicitaires dans un contexte de ralentissement économique général. L'action de la société s'est effondrée, les investisseurs étant frustrés par le fait que les investissements de Meta dans le métavers sont devenus trop coûteux.

    « J'ai tendance à penser que je ne veux pas qu'une personne ou une entreprise prenne ces décisions, c'est pourquoi nous avons été les premiers à mettre en place ce conseil de surveillance pour nos décisions en matière de contenu, a déclaré Zuckerberg. Les gens ont un véhicule auquel ils peuvent faire appel en dehors de nous ».

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Au vu des multiples reproches effectuées contre Meta ou Facebook, la déclaration de Mark Zuckerberg au sujet d'Apple a-elle du sens ?

    Voir aussi :

    Apple fait appel dans le procès contre Epic Games, malgré ce que l'éditeur a appelé une « victoire retentissante », retardant potentiellement les modifications de l'App Store sur des années

    Apple s'oppose aux liens vers des systèmes de paiement tiers avant l'audience d'Epic Games, piétinant ainsi une ordonnance de la juge chargée de l'affaire
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #360
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    479
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 479
    Points : 1 648
    Points
    1 648
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Mark Zuckerberg déclare que les politiques d'Apple ne sont pas « soutenables »
    Les employés de Meta déclarent que les politiques du métavers ne sont pas "soutenables". Zucky s'en fout.
    Meta, Twitter, Apple, la guerre des GAFAM se lance?

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 05/04/2021, 22h52
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 03/02/2021, 09h57
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 03/08/2020, 10h22
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 05/04/2018, 18h28
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 29/09/2009, 00h54

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo