Covid-19 : Facebook permet à ses employés de travailler depuis leur domicile jusqu’en 2021
Et leur alloue 1000 $ pour la couverture des besoins liés au bureau à domicile

Coronavirus : retour à la normale sous peu ? D’après les derniers développements en lien à la pandémie, Facebook laisse filtrer qu’il s’attend à ce qu’elle ne s’estompe pas de si tôt. Les responsables du réseau social préconisent donc le maintien de la politique de télétravail déjà en vigueur. Elle était en vigueur jusqu’au terme de l’année en cours. Désormais, l’entreprise parle de l’étendre jusqu’en 2021. Elle rejoint ainsi d’autres comme Twitter…

« Sur la base des conseils des experts de la santé et du gouvernement, ainsi que des décisions tirées de nos discussions internes sur ces questions, nous autorisons les employés à continuer de travailler volontairement à domicile jusqu'en juillet 2021. En outre, nous allouons aux employés un montant supplémentaire de 1000 dollars pour la couverture des besoins liés au bureau à domicile », rapporte Reuters des propos d’un responsable du réseau social.

Facebook rejoint ainsi Twitter devenue, au mois de mars dernier, l’une des premières entreprises technologiques à faire passer ses employés en télétravail. À date, c’est le même son de cloche chez Google. En juillet dernier, l’entreprise a annoncé qu’elle permettrait aux employés qui n'ont pas besoin d'être au bureau de travailler à domicile jusqu'à la fin juin 2021.


Grosso modo, les stratégies des entreprises qui mettent leurs employés en télétravail sont assez similaires. C’est dans la gestion du post pandémique que les positions semblent diverger. Le paysage des technologies de l’information et de la communication c’est une prédominance du télétravail, d’après un sondage lancé sur la plateforme developpez.com. C’est la position de Twitter qui, au mois de mai dernier, déclarait :

« Nous étions dans une position unique pour réagir rapidement et permettre aux gens de travailler à domicile étant donné l'importance que nous accordons à la décentralisation et au soutien d'une main-d'œuvre répartie capable de travailler de n'importe où. Les derniers mois ont prouvé que nous pouvons faire en sorte que cela fonctionne. Ainsi, si nos employés occupent des postes qui leur permettent de travailler à domicile et qu'ils veulent continuer à le faire pour toujours, nous ferons en sorte de le rendre possible. Dans le cas contraire, nos bureaux seront leur lieu d'accueil chaleureux, avec quelques précautions supplémentaires, lorsque nous nous sentirons en sécurité pour y retourner. »

S’exprimant sur la question de l’adoption en masse du télétravail et des rapports de l’augmentation de la productivité des travailleurs placés dans ce créneau, Satya Nadella – PDG de Microsoft – a déclaré : « de plus en plus de réunions commencent et prennent fin à la bonne heure, mais ce qui me manque, c'est quand vous entrez dans une réunion physique, vous parlez à la personne qui est à côté de vous, vous êtes capable de vous connecter avec elle pendant les deux minutes qui précèdent et qui suivent. C'est difficile que l’on reproduise cela dans le virtuel. Ça l’est tout autant pour d'autres compétences non techniques essentielles à la gestion et au mentorat. »

Source : Reuters

Et vous ?

Quelle est la formule préconisée par votre employeur en ces temps de pandémie ?
Quelles sont les différences que vous avez relevées en comparaison au créneau classique ?

Voir aussi :

Twitter encourage fortement tous ses employés du monde entier à travailler à domicile pour réduire la probabilité de propagation du coronavirus
Coronavirus : après avoir recommandé le travail à domicile, Twitter demande à ses employés de travailler chez eux, une mesure adoptée par les grandes enseignes de la tech comme Google
Télétravail : cinq raisons pour lesquelles les entreprises lui disent non, Gagnerait-il à être plus largement adopté ?
Le coronavirus ralentit la production d'écrans LCD, et les prix des TV et moniteurs devraient monter en conséquence, cinq usines de fabrication à Wuhan étant actuellement touchées, selon un rapport
Une IA aurait fourni les premières alertes sur l'épidémie du coronavirus de Wuhan à l'aide du big data pour suivre et anticiper la propagation des maladies infectieuses les plus dangereuses au monde